Exhibition
Beyond Les Rencontres Internationales, video and multimedia exhibitions are curated on the invitation of museums, biennales and art centres. They offer critical and progressive insight into areas with shifting boundaries, converging the aesthetic, social and political questions of our time, including issues related to changing modes of production and distribution.
Global Scale
Haus der Kulturen der Welt, Berlin, Allemagne | 3-7 juillet 2012
Les 6 pièces de cette exposition constituent une étude anthropologique de la globalisation, et de l’abandon des espaces en tant que lieux. Le changement d’échelle visuelle produit une réalité paradoxale, ici mise en parallèle avec une confrontation de différentes réalités sociales: une articulation critique et autoréflexive que les artistes ici réunis développent au travers de figures et de formes esthétiques singulières, enracinées en autant de réalités distinctes.

ARTISTES PRÉSENTÉS
Libia Castro, Ólafur Olafsson : Il Tuo Paese Non Esiste (Your Country Doesn´t Exist), 2011 | Vidéo | hdv | couleur | 00:06:00 | Espagne, Islande / Italie | 2011
Alain Declercq, Jeanne Susplugas : Protection civile | Vidéo | hdv | couleur | 00:15:44 | France / Suisse | 2011
Peter Downsbrough : ET[ | Vidéo | hdv | n&b | 00:09:11 | Belgique / USA | 2008
Pascal Grandmaison : Light my fiction | Vidéo | hdv | couleur | 00:27:35 | Canada | 2010
Lingjie Wang, Jingfang Hao : Flotter dans le noir | Vidéo | hdv | couleur | 00:06:23 | Chine / Mali, France | 2011
zitrone : MyStreet | Documentaire | dv | couleur | 00:12:29 | Autriche / Royaume Uni | 2010

Libia Castro et Ólafur Olafsson proposent la vidéo d’une performance effectuée à Venise, où une mezzo soprano sur une gondole annonce en plusieurs langues aux vénitiens et aux touristes « ton pays n’existe pas ». Alain Declercq et Jeanne Susplusgas réalisent une série de panoramiques à 360 degrés dans des abris souterrains en Suisse construits en prévision d’une catastrophe nucléaire. Dans « ET[-», Peter Downsbrough filme de manière analytique un complexe industriel, les courtes séquences pourraient être prises pour un film de propagande du début des années 20. A travers l’œil mécanisé de son objectif, Pascal Grandmaison procède à l’analyse d’un monde dont il s’attache à rendre visible la part d’invisibilité. Le film est basé sur des images prises à Coney Island, connu autrefois pour son légendaire parc d’attraction. A ces images, il juxtapose des images macroscopiques de consoles de jeu vidéo. Lingjie Wang et Jingfang HAO saisissent les ombres et le mouvement étonnant d’une foule à la tombée de la nuit au Mali. zitrone filme en plan séquence une banlieue bourgeoise en Autriche, la fermeture des espaces privés sur l'espace public, en faisant référence au cinéma d'Alfred Hitchcock et de David Lynch.