Catalogue > Liste par artiste
Parcourez la liste complète des artistes présentés dans le cadre des Rencontres Internationales depuis 2004. Utilisez le filtre alphabétique pour affiner vos recherches.  mise à jours en cours 

Notice: A non well formed numeric value encountered in /homepages/19/d540700991/htdocs/site/fr/cat/rech/_cat_1_art_rech.php on line 1093
Charly nijensohn
Catalogue : 2005The Fall of a System | Installation vidéo | dv | couleur | 5:0 | Argentine | Allemagne | 2005
Charly nijensohn
The Fall of a System
Installation vidéo | dv | couleur | 5:0 | Argentine | Allemagne | 2005

??The Fall of a System?? Une installation vidéo de Charly Nijensohn. Dans un monde étrange vis-à-vis de lui-même et de ses habitants, "The Fall of a System", l?installation vidéo de Charly Nijensohn, est une dénonciation sous-estimée de notre futur proche politique et écologique. La beauté des images amoindri les histoires douloureuses de négligence, de violence et de désolation. L?artiste travaille comme un chasseur à la recherche de sa prière qui lui permet de se diriger à l?instinct vers des territoires fertiles. Les lieux et les atmosphères sont ici pour être remarqués ou ignorés, pour être tirés et raconter une histoire ou pour se dissoudre dans le passé. La caméra est l?arme, l?outil, le médium par lequel l?artiste arrive à ses fins avec les données, l?atmosphère et la composition. Le sens des réalités de Nijensohn n?influence pas obligatoirement ouvertement ce qu?il cadre, ce n?est que plus tard, lors du montage qu?une séquence de rushs va faire apparaître la sensibilité de ce qu?il a fait. C?est la structure de son travail lors de son développement qui va lui donner sa signification existentielle. Son imagerie et sa coloration sont subtiles au lieu d?être assertives. Nijensohn implique et ses suggestions laissent la porte ouverte à des tonnes de nouvelles pensées. La fournaise fumante nous rappelle d?autres fournaises qui ont pollué l?air depuis toujours en repoussant la notion de civilisation par la culture. Le temps semble être une denrée, un exemple récurrent de la même histoire mais qui ne finit pas bien. Les paysages et les situations visuelles que l?artiste décrit sont un reflet en miroir de nos vis personnelles. Qui nous sommes, qu?est-ce que nous faisons, comment nous vivons, deviennent les modes et les formes du monde. Donc, dans notre instabilité intérieure, peur et douleur, nos espoirs, nos amours et nos tensions, nos jeux et nos désirs, nos pertes et nos gains, sont le sujet de cette ?uvre. C?est plus l?homme qui a formé le paysage et l?histoire que le paysage et l?histoire qui ont formé l?homme. C?est une figure qui fait école, l'un des artistes leaders dans les nouveaux médias en Amérique Latine. Alina Tortosa. Buenos Aires, février 2005.


Charly Nijensohn est né à Buenos Aires en 1966. Il est autodidacte. Entre 1999 et 2003, il fut professeur à l?université de Buenos Aires de design audiovisuel. Il fut aussi directeur d?une entreprise d?art expérimental, Ar Detroy entre 1988 et 2000. En 2003, il a représenté l?Argentine à la Biennale de Venise. Ses ?uvres ont été exposées dans le Museum of Modern Art of New York, le Museo Nacional Reina Sofia en Espagne, la Valencia Biennale (dirigée par Peter Greenway) entre autres. Il vit et travaille à Berlin.

Catalogue : 2008El naufragio de los hombres | Vidéo expérimentale | dv | couleur | 7:28 | Argentine | Bolivie | 2008
Charly nijensohn
El naufragio de los hombres
Vidéo expérimentale | dv | couleur | 7:28 | Argentine | Bolivie | 2008

« El naufragio de los hombres » (« Le naufrage des hommes ») est une série de photos et de vidéos réalisées en janvier 2008 dans le Salar de Uyuni en Bolivie. Couvrant une superficie de 4.500 kilomètres carrés et situé environ à 13000 pieds au-dessus du niveau de la mer, le Salar de Uyuni est le plus grand désert de sel du monde. Tout en étant l'une des régions les plus arides de la Terre, lors de la saison des pluies, en janvier et février, la terre est inondée et se transforme en un paysage surréaliste. Pour les prises de vue, l?artiste a été aidé par la communauté Aymara du village de Colchani. Les communautés autochtones de Bolivie se trouvent dans un état d'urgence. Bien que différentes régions du pays revendiquent leur indépendance par rapport au pouvoir politique central, une extrême pauvreté menace de détruire le patrimoine culturel ces peuples. Le sel est encore un élément central de l'économie de la région, et les blocs de sel que l?on voit sur les photos sont souvent utilisés pour la construction, en raison de l'absence d'autres matériaux.


Catalogue : 2012El exodo de los olvidados | Vidéo | hdv | couleur | 9:50 | Argentine | 2011
Charly nijensohn
El exodo de los olvidados
Vidéo | hdv | couleur | 9:50 | Argentine | 2011

Regions that remain inaccessible and deserts of ice that extend beyond sight. Geographies that have attracted the thought of explorers and navigators fascinated by the end of the world. Situated in the southern region of the Andes mountain range, the Patagonian Ice Fields represent the largest mass of ice in South America. The exodus of the forgotten explores the impulse that drives humans to leave everything behind to immerse themselves in an unknown territory. In their fascination for the abyss and the search for the unreachable, they are united in a strange act of intensity.

Catalogue : 2019El ciclo de la intensidad | Vidéo | 4k | couleur | 12:53 | Argentine | Bolivie | 2018
Charly nijensohn
El ciclo de la intensidad
Vidéo | 4k | couleur | 12:53 | Argentine | Bolivie | 2018

Nemanja nikolic
Catalogue : 2016Panic Book | Animation | hdv | noir et blanc | 5:45 | Serbia | 2015
Nemanja nikolic
Panic Book
Animation | hdv | noir et blanc | 5:45 | Serbia | 2015

Panic Book is both a set of drawings and an animated video. The drawings are made on book pages. The books often come from the family library, and deal with the political and philosophical thought of Yugoslav socialism. The pages then become part of a reconstruction of cult sequences of Hitchcock movies: scenes of fear, panic or flight. This rereading of the legacy of Tito`s socialism that ended in a “cul de sac” is close to power-up mechanisms and disaster announcements used by the master of suspense

Born in 1987, Nikolic lives and works in Belgrade, Serbia. Graduated from the Faculty of Fine Arts (painting department) , currently in PhD, he received several prizes for drawing and a special prize for his mural installations. Initiator of U10 Art Space, a self-managed artist space, he was exhibited since 2007 in numerous solo and group shows in Serbia and abroad. In 2015 he was invited to Basel (List), Vienna (Parallel) and Paris (Cultural Center of Serbia). He is currently on show at Caixa Forum in Barcelona, Spain and Kunslerhaus in Vienna, Austria

Catalogue : 2019Double Noir, Sketch for one erasable plot | Vidéo | hdv | noir et blanc | 4:4 | Serbia | 2016
Nemanja nikolic
Double Noir, Sketch for one erasable plot
Vidéo | hdv | noir et blanc | 4:4 | Serbia | 2016

Double Noir is a video animation made of 60 sequences relating a man pursuing his own double. Each sequence is made of drawings realized with white chalk and pastel on wood blackboards. Altogether there are circa 1800 drawings. But just the last drawing stay visible on the surface of each sequence, as an indice of that sequence. The iconic character of this project is Humphrey Bogart whose various figures are inspired by 19 black movies.

Born in Serbia in 1987, Nemanja Nikoli? currently lives and works in Belgrade. He graduated from the Faculty of Fine Arts in Belgrade, department of painting (2010), and received his PHD in art studies at the same faculty in 2019. He won several awards, such as Award for drawing from Vladimir Veli?kovi? Fund, special award for mural and wall installation from Raiffeisen Bank and Gallery 12HUB and Award for an exceptional creative innovation from Miloš Baji? Fund. Since 2010 his works have been exhibited on numerous exhibitions and festivals in Serbia and abroad such as the Art Gallery of the Cultural Center of Belgrade, the Youth House of Belgrade, the Gallery of Rome in Kragujevac, 57th October Salon in Belgrade curated by Gunar and Danielle Kvaran and 56th October Salon curated by David Elliott, KunstlerHaus in Wien, Austria, Caixa Forum in Barcelona and Madrid (« Cinema and painting », curated by Dominique Païni, Rencontres Internationales Paris-Berlin, Kunsthal KAdE, Amersfoort NL(« Chalk » curated by Judith van Meeuwen). He currently has a solo show at the Center for Contemporary Art of Montenegro. His works figure in many public and private collections including Lucas Museum of Narrative Art in Los Angeles, Ekard collection in Wassenaar, NL, ABN AMRO Amsterdam, NL, WAP Art Foundation in Seoul, JSM collection in Paris, Telenor Collection and collection of Sumatovacka Center for Art Education, both in Belgrade Nemanja Nikoli?

Natacha nisic
Catalogue : 2009Le textile est mort mais les gens vivent encore | Doc. expérimental | 16mm | couleur | 11:6 | France | 2008
Natacha nisic
Le textile est mort mais les gens vivent encore
Doc. expérimental | 16mm | couleur | 11:6 | France | 2008


Natacha nisic, en collaboration avec ken daimaru
Catalogue : 2009Le textile est mort mais les gens vivent encore 1 | Doc. expérimental | super16 | couleur | 5:47 | France | 2009
Natacha nisic , en collaboration avec ken daimaru
Le textile est mort mais les gens vivent encore 1
Doc. expérimental | super16 | couleur | 5:47 | France | 2009

L`usine Desurmond à Tourcoing a fermé en 2004. C`était la dernière usine de filature de cette région. Les ouvriers se sont regroupés en association afin de faire valoir leurs droits et créer une communauté, au delà de la perte du travail. Les hommes puis les femmes ont reproduits la chaine et les gestes du travail à la chaine dans cette filature. Certains y ont travaillés en équipe de nuit pendant 35 ans.


Née en 1967. Ecole Nationale Supérieure des Arts Décoratifs de Paris, poursuit des études à la Deutsche Film und Fernseh Akademie de Berlin et à la Femis à Paris pour l`écriture de scénario. Elle réalise de nombreuses expositions et films où la question de l`image est mise en jeu. Elle utilise pour cela différents médiums : super 8, 16 mm, vidéo, photographie. Images fixes ou en mouvement fonctionnent comme substrat de la mémoire, mémoire tendue entre sa valeur de preuve et sa perte. Les différentes expositions personnelles comme au Plateau, Frac île de France, puis au musée Zadkine à Paris, sont des autant de prises de positions sur le statut des images et les possibles de la représentation.Ces oeuvres ont été montrées dans de nombreux pays, Allemagne, Espagne, Japon, Corée, canada, Argentine... Ses films sont diffusés sur Arte et au Centre Georges Pompidou à Paris. Pensionnaire de la Villa Kujoyama (2001) et Villa médicis (2007).

Catalogue : 2009Le textile est mort mais les gens vivent encore 2 | Doc. expérimental | super16 | couleur | 5:20 | France | 2009
Natacha nisic , en collaboration avec ken daimaru
Le textile est mort mais les gens vivent encore 2
Doc. expérimental | super16 | couleur | 5:20 | France | 2009

voir ouvrier 1


Voir ouvrier 1

Catalogue : 2010e | Doc. expérimental | 0 | couleur | 20:0 | France | 2010
Natacha nisic , en collaboration avec ken daimaru
e
Doc. expérimental | 0 | couleur | 20:0 | France | 2010

− e est le récit d`un voyage dans le nord du Japon à la recherche d`un territoire inaccessible : un territoire transformé, meurtri par un tremblement de terre d`intensité 6,7 sur l`échelle de Richter en juin 2008. La montagne déplacée, ouverte en quelques minutes par le choc violent des éléments, est une cicatrice ouverte d`une étrange beauté dont le sort reste indéterminé Cette cicatrice qui ne peut se refermer, reste un paysage d`une grande beauté, un grand canyon qui pourrait devenir un parc d`attraction, un « ecopark » qui attirerait les touristes, faisant de la catastrophe un argument de vente, .. − Nous survolons ce territoire, tentons d`y accéder malgré les barrages qui le clôturent. Ne peuvent y accéder que les camions des travailleurs à la reconstructions et les résidents reclus. Ceux qui ont vécu le tremblement de terre racontent et rejouent ces instants violents. Apprivoiser la catastrophe est une attitude culturelle japonaise. Si on ne peut apprivoiser le futur, on peut le prévenir.


Née en 1967 à Grenoble, Natacha Nisic poursuit des études d`art à l`ENSAD de Paris, et de cinéma à DFFB de Berlin et à la Femis. Son travail se situe à la frontière des différents supports de l`image en mouvement, Super 8, film et vidéo, mais aussi par la photographie et l`installation. Elle réalise de nombreuses expositions en France, Printemps de Cahors, Centre National de la Photographie, Le plateau-Frac Ile-de-France. Ses films ont été récemment présentés au Centre Georges Pompidou à Paris, K21, Düsseldorf, Metropolitan Museum of Photography, Tokyo, British Film Institute, Londres.

Catalogue : 2018Osoresan | Vidéo | hdv | couleur | 17:15 | France | Japon | 2018
Natacha nisic , en collaboration avec ken daimaru
Osoresan
Vidéo | hdv | couleur | 17:15 | France | Japon | 2018

OSORESAN Natacha Nisic & Daimaru Ken 3 channels installation, stereo sound, 17’, 2018 The Itako are women who train to become spiritual mediums in Northeast region of Japan and to evoke departed spirits for the living seeking to communicate with the dead. Most of them have visual disabilities and learn language and rites to describe a rich spiritual world entirely through oral communication. Our first meeting wit Nakamura Take took place in Hachinohe city in Jully 2015. Fiming a blind person is a challenge, in one hand, we would see what she would never share with us, and on the other hand, it seems that she « sees » things that we aslo don’t see. We met her two times in 2015 and in 2017. Each sequence was very short between clients who were regularely knocking at her door. Those fragments of her life, moments of remembering songs, rites and legends were too short to build up a large portrait. They became elements of a constellation we wanted to draw : balancing her humility and modesty versus the huge scale of the desaster which happened not so far fom a living region. Her way to travel in unknown countries of dead and spirits, using a treasure of words, notes, incantation, has been guiding own journey into the landscapes revealing the traces of the post catastrophy. (imprégnant par ses paroles chacune de nos visions des paysages que nous traversions). She told us the legend of «Oshirasama», the founding tail for Itakos, a cruel story of a father, a beloved daughter and a horse. As we crossed the city of Soma, we remembered the Horse Festival organized by the city just one year after the disaster. The horses are still there, waiting. The desire to make peace with the dead motivates each one visiting an Itako. What could help us to make our own peace with the heritage of the post catastrophy ? What kind of political individual gestures could face the large scale of political environmental decisons ? We still have to deal wih nuclear threat. As a symbol of fear, the mount Osoresan, a lansdcape of ashes, smoke and dark water, responds to the hyptnotic beauty of the fragmentation of alpha an beta rays displayed at the Rokkasho PR Center. Fear, to be acclimated must show a fascinating face, as Itakos used to be represented ; stranges, unreachable and dangerous figures of women. Witches. We discovered a touching, smily, opened woman. We realized that Take Nakamura is a monument of Japan history. Very precious, rare and fragile. With participation of Take Nakamura and Itakos of Osorezan Cast: Satoko Abe, Fumie Kubota, Yohei Kobayashi, Kyoko Takenaka, Mika Shigemori

Natacha nisic
Catalogue : 2009Le textile est mort mais les gens vivent encore 1 | Doc. expérimental | super16 | couleur | 5:47 | France | 2009
Natacha nisic
Le textile est mort mais les gens vivent encore 1
Doc. expérimental | super16 | couleur | 5:47 | France | 2009

L`usine Desurmond à Tourcoing a fermé en 2004. C`était la dernière usine de filature de cette région. Les ouvriers se sont regroupés en association afin de faire valoir leurs droits et créer une communauté, au delà de la perte du travail. Les hommes puis les femmes ont reproduits la chaine et les gestes du travail à la chaine dans cette filature. Certains y ont travaillés en équipe de nuit pendant 35 ans.


Née en 1967. Ecole Nationale Supérieure des Arts Décoratifs de Paris, poursuit des études à la Deutsche Film und Fernseh Akademie de Berlin et à la Femis à Paris pour l`écriture de scénario. Elle réalise de nombreuses expositions et films où la question de l`image est mise en jeu. Elle utilise pour cela différents médiums : super 8, 16 mm, vidéo, photographie. Images fixes ou en mouvement fonctionnent comme substrat de la mémoire, mémoire tendue entre sa valeur de preuve et sa perte. Les différentes expositions personnelles comme au Plateau, Frac île de France, puis au musée Zadkine à Paris, sont des autant de prises de positions sur le statut des images et les possibles de la représentation.Ces oeuvres ont été montrées dans de nombreux pays, Allemagne, Espagne, Japon, Corée, canada, Argentine... Ses films sont diffusés sur Arte et au Centre Georges Pompidou à Paris. Pensionnaire de la Villa Kujoyama (2001) et Villa médicis (2007).

Catalogue : 2009Le textile est mort mais les gens vivent encore 2 | Doc. expérimental | super16 | couleur | 5:20 | France | 2009
Natacha nisic
Le textile est mort mais les gens vivent encore 2
Doc. expérimental | super16 | couleur | 5:20 | France | 2009

voir ouvrier 1


Voir ouvrier 1

Catalogue : 2010e | Doc. expérimental | 0 | couleur | 20:0 | France | 2010
Natacha nisic
e
Doc. expérimental | 0 | couleur | 20:0 | France | 2010

− e est le récit d`un voyage dans le nord du Japon à la recherche d`un territoire inaccessible : un territoire transformé, meurtri par un tremblement de terre d`intensité 6,7 sur l`échelle de Richter en juin 2008. La montagne déplacée, ouverte en quelques minutes par le choc violent des éléments, est une cicatrice ouverte d`une étrange beauté dont le sort reste indéterminé Cette cicatrice qui ne peut se refermer, reste un paysage d`une grande beauté, un grand canyon qui pourrait devenir un parc d`attraction, un « ecopark » qui attirerait les touristes, faisant de la catastrophe un argument de vente, .. − Nous survolons ce territoire, tentons d`y accéder malgré les barrages qui le clôturent. Ne peuvent y accéder que les camions des travailleurs à la reconstructions et les résidents reclus. Ceux qui ont vécu le tremblement de terre racontent et rejouent ces instants violents. Apprivoiser la catastrophe est une attitude culturelle japonaise. Si on ne peut apprivoiser le futur, on peut le prévenir.


Née en 1967 à Grenoble, Natacha Nisic poursuit des études d`art à l`ENSAD de Paris, et de cinéma à DFFB de Berlin et à la Femis. Son travail se situe à la frontière des différents supports de l`image en mouvement, Super 8, film et vidéo, mais aussi par la photographie et l`installation. Elle réalise de nombreuses expositions en France, Printemps de Cahors, Centre National de la Photographie, Le plateau-Frac Ile-de-France. Ses films ont été récemment présentés au Centre Georges Pompidou à Paris, K21, Düsseldorf, Metropolitan Museum of Photography, Tokyo, British Film Institute, Londres.

Catalogue : 2018Osoresan | Vidéo | hdv | couleur | 17:15 | France | Japon | 2018
Natacha nisic
Osoresan
Vidéo | hdv | couleur | 17:15 | France | Japon | 2018

OSORESAN Natacha Nisic & Daimaru Ken 3 channels installation, stereo sound, 17’, 2018 The Itako are women who train to become spiritual mediums in Northeast region of Japan and to evoke departed spirits for the living seeking to communicate with the dead. Most of them have visual disabilities and learn language and rites to describe a rich spiritual world entirely through oral communication. Our first meeting wit Nakamura Take took place in Hachinohe city in Jully 2015. Fiming a blind person is a challenge, in one hand, we would see what she would never share with us, and on the other hand, it seems that she « sees » things that we aslo don’t see. We met her two times in 2015 and in 2017. Each sequence was very short between clients who were regularely knocking at her door. Those fragments of her life, moments of remembering songs, rites and legends were too short to build up a large portrait. They became elements of a constellation we wanted to draw : balancing her humility and modesty versus the huge scale of the desaster which happened not so far fom a living region. Her way to travel in unknown countries of dead and spirits, using a treasure of words, notes, incantation, has been guiding own journey into the landscapes revealing the traces of the post catastrophy. (imprégnant par ses paroles chacune de nos visions des paysages que nous traversions). She told us the legend of «Oshirasama», the founding tail for Itakos, a cruel story of a father, a beloved daughter and a horse. As we crossed the city of Soma, we remembered the Horse Festival organized by the city just one year after the disaster. The horses are still there, waiting. The desire to make peace with the dead motivates each one visiting an Itako. What could help us to make our own peace with the heritage of the post catastrophy ? What kind of political individual gestures could face the large scale of political environmental decisons ? We still have to deal wih nuclear threat. As a symbol of fear, the mount Osoresan, a lansdcape of ashes, smoke and dark water, responds to the hyptnotic beauty of the fragmentation of alpha an beta rays displayed at the Rokkasho PR Center. Fear, to be acclimated must show a fascinating face, as Itakos used to be represented ; stranges, unreachable and dangerous figures of women. Witches. We discovered a touching, smily, opened woman. We realized that Take Nakamura is a monument of Japan history. Very precious, rare and fragile. With participation of Take Nakamura and Itakos of Osorezan Cast: Satoko Abe, Fumie Kubota, Yohei Kobayashi, Kyoko Takenaka, Mika Shigemori

Rossella nisio
Catalogue : 2019The Silent Ray | Vidéo | hdv | couleur | 18:1 | Italie | Pays-Bas | 2019
Rossella nisio
The Silent Ray
Vidéo | hdv | couleur | 18:1 | Italie | Pays-Bas | 2019

The man’s presence lingers in the room that for years served as his study. Present and past intertwine as he follows threads of his memory and recalls events from the time of his participation in the colonial war against Ethiopia in 1935-36.

Rossella Nisio [IT] is a visual artist based in Rotterdam whose work has a strong focus on notions of memory, imagination and space. She has a background in the theory of cinema and performing arts; she pursued her practical training first within the field of documentary photography, eventually moving towards a more autonomous approach to still and moving image-making. She completed the advanced photography studies in Ar.Co in Lisbon in 2017 and earned an MA in Fine Art and Design at the Piet Zwart Institute in Rotterdam in 2019.

Ana njemoga-kolar
Catalogue : 2005Americky sen v Niznom Hrabovci | Documentaire | betaSP | couleur | 10:0 | Slovaquie | 2000
Ana njemoga-kolar
Americky sen v Niznom Hrabovci
Documentaire | betaSP | couleur | 10:0 | Slovaquie | 2000

Dans un contexte de relations complexes entre la majeure partie de la population et la communauté tzigane en Slovaquie, Gabriel apparaît, jeune gitan déterminé à créer une vie culturelle dans son petit village endormi. Le village se réveille parfois, mais la seule animation a alors lieu au pub. Gabriel offre plus : sa propre musique ainsi qu'un groupe folk, faisant des danses tziganes et non tziganes. Les habitants du village le regardent avec méfiance. Que s'est-il vraiment passé, et qu?est-ce qui n?appartenait qu?au rêve ? L'histoire ne répond pas à cette question. C'est seulement un témoignage d'une tentative continuelle faite par une personne qui croit en lui-même et en son peuple.


Ana Njemoga-Kolar est née en ex-Yougoslavie. Elle vit en République Slovaque depuis 1993. Elle a apporté sa contribution à la culture des deux pays. Ses pièces ont été retransmises à la Radio Beograd, Novy Sad, Sarajevo, Ljubljana? et en République Slovaque dans les émissions de la station de diffusion Slovaque. Elle est l'auteur de nombreuses pièces de théâtre, et est également publiciste. Dans ce nouvel environnement, elle a commencé à se consacrer aux documentaires. Elle a reçu de nombreuses récompenses pour ses ?uvres documentaires et littéraires. Ana Njemoga-- Kolar prépare également d'autres projets consacrés aux thèmes de son nouvel environnement, et qui, en effet possèdent toujours une nuance humaine universelle.

Timothy nohe
Catalogue : 2018Bell Labs Mosh | Vidéo expérimentale | mov | couleur | 5:12 | USA | 2018
Timothy nohe
Bell Labs Mosh
Vidéo expérimentale | mov | couleur | 5:12 | USA | 2018

This data-moshing work was created while in residence at Signal Culture, Owego, NY. Part of a video series that examines the early information age, this industrial film was produced at Bell Labs and represents early experiments in rendering human speech and the "Poem Fields" computer animation work of Stan Vanderbeek and Kenneth Knowlton. Many of the inventions predicted within this video area a reality and commonplace, as accessible as our mobile phone. The original industrial film was made available under Creative Commons license, at archive.org

Timothy Nohe is an artist, composer and educator engaging traditional and electronic media in civic life and public places. His work has been focused upon sustainability and place, and musical and video works for dance and live performance. Nohe has exhibited and performed his work in a range of national and international venues: ISEA: Paris and the Baltic Sea; Ars Electronica, Linz; the Danish Institute of Electro-Acoustic Music, Århus; Museu da Imagem e do Som, São Paulo; the Centre for Contemporary Arts, Glasgow; the Irish Museum of Modern Art, Dublin, the Museum of Contemporary Art, Sydney; the Oxfringe Festival, Oxford; Fed Square, Melbourne; the Baltimore Museum of Art; the Smithsonian Institution, Washington, D.C.; The National Aquarium, Baltimore; Eastern State Penitentiary, Philadelphia; and the Museum of Jewish Heritage, New York. He was the recipient of a 2006 Fulbright Senior Scholar Award from the Australian – American Fulbright Commission, and was awarded the Commission’s 2011 Fulbright Alumni Initiative Grant, which resulted in multiple exhibitions in the United States and Australia on view from 2012 – 2016. Nohe has been the recipient of five Maryland State Arts Council Awards, and a Creative Baltimore Award. A 2011 National Endowment for the Arts and William G. Baker Fund “Our Town Project – Creative Placemaking” grant supported his My Station North: Sounds Surrounding Us through the Station North Arts and Entertainment District. A 2015 Warnock Foundation grant recognized Nohe’s work as a “Social Innovator” in modeling urban forest stewardship. He was commissioned as an exhibiting artist for Light City 2017, Baltimore; the festival attracted 470,000 visitors. In November of 2017 he debuted a solo exhibition titled Voltage is Signal: Analog Video Works by Timothy Nohe at the Kohl Gallery at Washington College, Chestertown, Maryland. That solo exhibition will be on view in the Electronic Gallery at Salisbury University, Salisbury, MD July 16 – October 25, 2018. Nohe is the founding Director of the Center for Innovation, Creativity and Research in the Arts (CIRCA) and a tenured Professor of Visual Arts at UMBC. A committed citizen of the university, he served two terms as the President of the UMBC Faculty Senate and in other key leadership positions. Nohe was an Artist in Residence at the Centre for Creative Arts at La Trobe University from 2011 – 2014. He was granted and renewed in the rank of Adjunct Professor at La Trobe University, in the Faculty of Humanities and Social Sciences, 2011 – 2015. He currently serves on the editorial board of the international journal, Unlikely, which is based in Melbourne, Australia. In fall of 2018 Nohe will be producing an immersive 360º video documentary on Baltimore’s failing sewage system and its interface with the watershed.

Barbara noiret
Catalogue : 2006Verrière | Vidéo expérimentale | dv | couleur | 2:32 | France | 2006
Barbara noiret
Verrière
Vidéo expérimentale | dv | couleur | 2:32 | France | 2006

Cette vidéo résulte d?une performance réalisée pendant le déjeuner des patients et des soignants au restaurant de Institut Marcel Rivière, hôpital psychiatrique de la Verrière. Elle a été réalisée en collaboration avec Régis Bouchet-Merelli et Dominique Larcher, de la compagnie de danse contemporaine K-Denza. La performance a duré 25 min, seules 2?32?? ont été retenues pour créer cette vidéo, basée sur les mouvements des corps en lien avec l?architecture. La vidéo de cette performance est rythmée par le bruit ambiant du repas (assiettes, couverts, discussions?). Cette performance a été conçue en relation avec le contexte historique et architectural du restaurant : la salle dans laquelle se déroule la performance était réservée au repas des soignants dans les années 60. Cette pièce carrée est séparée par de grandes baies vitrées d?une autre salle de plus grande dimension, où déjeunaient les patients. A l?époque, ces baies vitrées servaient pour l?observation et le diagnostic des patients pendant le déjeuner. Aujourd?hui ces pratiques ne sont plus exercées, mais les soignants déjeunent dans cette même salle et les patients dans l?autre salle. La performance avait pour but que tous déjeunent dans le même espace, que l?espace à la fois ouvert et fermé par les verrières devienne un espace de performance, où les objets perdent leur fonction : Les tables sont assemblées - désassemblées, pour former un « plateau de danse », les chaises ne servent plus à s?assoire. Une tentative de perturber l?espace du repas, les habitudes de chacun, en créant une architecture mentale.


Je suis née en 1976, je vis et travaille à Paris. La galerie Frédéric Giroux représente mon travail depuis 2004. J?y ai réalisé une exposition personnelle en mai 2005 et la galerie m?a fait participer à plusieurs expositions collectives et foires d?art contemporain : Artissima, Turin ; FIAC 2004, 2005 et 2006 Paris. J?ai réalisée des projets d?exposition et de résidences dans deux centres d?art contemporain : Le Domaine départemental de Chamarande m?a invité en 2005 à réaliser un travail photographique et vidéo autour de la mémoire du château du domaine. Quelques oeuvres ont été montrées dans le cadre des journées du patrimoine, en septembre 2005 et seront exposées dans l? exposition « L?esprit des lieux » du 25 novembre 2006 au 5 février 2007. Le Domaine de Kerguéhennec, Bignan, m?a permis de présenté à l?issue de ma résidence de 3 mois un projet personnel, l?espace de l?image, dans les étages délaissés du château (en 2000). Le Fonds National d?art contemporain a fait l?acquisition de deux photographies réalisées au Domaine de Chamarande en 2006. J?ai déjà exposé en Allemagne, à Brême, à l?école d?art et de Musique (Hochschule für Künste Bremen). L?école m?avait conviée à participer à la présentation des ?uvres des étudiants de l?école, Hochschultage. J?y ai réalisée une installation vidéo in situ spécialement conçue pour l?occasion. Concernant d?autres interventions, L?Institut Marcel Rivière, hôpital psychiatrique situé à la Verrière (78), met actuellement à ma disposition un pavillon en friche depuis 2 ans. Mon projet consiste à travailler dans les différents espaces de l?hôpital et en relation avec les patients et soignants. Dans le cadre de ce projet, j?ai obtenu en 2005 l?aide individuelle à la création de la DRAC Ile-de-France et l?allocation d?installation (aide matérielle). J?ai effectué une courte résidence à La Casa de Vélasquez, Madrid, dans le cadre du projet de mise en scène Sin Escenario1 Identité et Image de David Ferré. Je suis intervenue en tant que scénariste photographe du projet (en 2001).

Catalogue : 2005C'est-à-dire | Art vidéo | dv | couleur | 4:30 | France | 2005
Barbara noiret
C'est-à-dire
Art vidéo | dv | couleur | 4:30 | France | 2005

"Le temps de chaque séquence, il arrive quelque chose aux choses que représentent ces images pourtant presque fixes. Il arrive quelqu?un qui déplace, dérange ou modifie un point précis du cadre, pour faire un usage précis des lieux - exploration fastidieuse ou simple passer-par-là. Dans le cas précis de ces narrations minimales, la vidéo est une photographie qui dure longtemps." Eléonore Espargillière


Je suis née en 1976, je vis et travaille à Paris. La galerie Frédéric Giroux représente mon travail depuis l?exposition collective Le corps en perspective où elle m?avait invitée en 2004. La galerie m?a permis de faire une exposition personnelle en mai-juillet 2005 et m?a fait participer à plusieurs foires d?art contemporain : Artissima, Turin, Italie ; FIAC 2004 et 2005, Paris. J?ai réalisé des projets d?exposition et de résidences dans deux centres d?art contemporain : Le Domaine de Kerguéhennec, Bignan, où j?ai présenté à l?issue de ma résidence de 3 mois un projet personnel, l?espace de l?image, dans les étages délaissés du château (en 2000). Le Domaine départemental de Chamarande m?a invité cette année à réaliser un travail photographique et vidéo autour de la mémoire du château du domaine. Quelques travaux, notamment vidéos, ont été montrés dans le cadre des journées du patrimoine, en septembre 2005. Le Fonds National d?art contemporain vient de faire l?acquisition de deux photographies réalisées au Domaine de Chamarande. J?ai déjà exposé en Allemagne, à Brême, à l?école d?art et de Musique (Hochschule für Künste Bremen). L?école m?avait conviée à participer à la présentation des ?uvres des étudiants de l?école, Hochschultage. J?y ai réalisé une installation vidéo in situ spécialement conçue pour l?occasion. Concernant d?autres interventions, l?Institut Marcel Rivière, hôpital psychiatrique situé à la Verrière (78), met actuellement à ma disposition un pavillon en friche depuis 2 ans. Mon projet consiste à travailler dans les différents espaces de l?hôpital et en relation avec les patients et soignants. Dans le cadre de ce projet, je viens d?obtenir en 2005 l?aide individuelle à la création de la DRAC Ile-de-France. J?ai effectué une courte résidence à La Casa de Vélasquez, Madrid, dans le cadre du projet de mise en scène Sin Escenario1 Identité et Image de David Ferré. Je suis intervenue en tant que scénariste photographe du projet (en 2001). J?ai obtenue mon Diplôme National Supérieur d`Expression Plastique, avec les félicitations du Jury, à l?Ecole supérieure des Beaux-Arts d`Angers en 2000 et mon Diplôme National d?Art Plastique, avec mention, à l?Ecole supérieure des Beaux-Arts du Mans en 1998.

Simon norfolk, tate films
Catalogue : 2012Burke + Norfolk: Photographs From The War In Afghanistan | Documentaire | hdv | couleur | 17:12 | Royaume-Uni | 2011
Simon norfolk , tate films
Burke + Norfolk: Photographs From The War In Afghanistan
Documentaire | hdv | couleur | 17:12 | Royaume-Uni | 2011

In October 2010, Simon Norfolk began a series of new photographs in Afghanistan, which takes its cue from the work of nineteenth-century British photographer John Burke. Norfolk?s photographs reimagine or respond to Burke?s Afghan war scenes in the context of the contemporary conflict. Conceived as a collaborative project with Burke across time, this new body of work is presented alongside Burke?s original portfolios. The exhibition takes place in conjunction with an earlier complementary exhibition in March 2011 at the Queen?s Palace in the Baghe Babur garden in Kabul, supported by The World Collections Programme and the Aga Khan Trust for Culture, which resulted from a series of workshops with Afghan photographers, featuring work by Fardin Waezi and Burke alongside Norfolk?s own work.

Simon Norfolk was born in Lagos, Nigeria, in 1963 and educated in England, finishing at Oxford and Bristol Universities with a degree in philosophy and sociology. After leaving a documentary photography course in Newport, South Wales, Norfolk worked for far-left publications specializing in work on anti-racist activities and fascist groups, in particular the British National Party. In 1994 he gave up photojournalism in favor of landscape photography. His book For Most of It I Have No Words: Genocide, Landscape, Memory, about the places that have witnessed genocide, was published in 1998. The work was exhibited at many venues, including the Imperial War Museum in London, the Nederlands Foto Instituut, and the Holocaust Museum in Houston, Texas. Photographs of the war in Afghanistan in 2001, published as Afghanistan: Chronotopia, won the European Publishers` Award for Photography and an award from the Foreign Press Club of America and was nominated for the Citibank Prize. In 2004, Norfolk won the Infinity Award from the International Center of Photography in New York and in 2005 Le Prix Dialogue in Arles. His most recent book, Bleed, about the aftermath of war in Bosnia, was published in 2005. His work appears regularly in the New York Times Magazine and the Guardian Weekend.

Kristina norman, muhu, meelis
Catalogue : 2011ET MEELDIKS KOIGILE | Documentaire | betaSP | couleur | 87:0 | Estonie | 2011
Kristina norman , muhu, meelis
ET MEELDIKS KOIGILE
Documentaire | betaSP | couleur | 87:0 | Estonie | 2011

In an atmosphere ripe with nationalism, two young engineers are commissioned by the Estonian Ministry of Defense to erect the country?s most important monument ? a statue commemorating the War of Independence. With strong political and social pressure, the heroes find themselves in many tragicomic situations and a constant row of ordeals. All of this paints a colorful and unique picture of the creation of a symbol during a time of financial crisis in Estonia.

Kristina Norman visual artist and documentary filmmaker born in 1979 in Tallinn, Estonia lives and works in Tallinn Education: 2010 Estonian Academy of Fine Arts, MA

François nouguies
Catalogue : 2009Jean-Pascal pour la France | Fiction expérimentale | | couleur | 53:0 | France | 2009
François nouguies
Jean-Pascal pour la France
Fiction expérimentale | | couleur | 53:0 | France | 2009

Jean-Pascal est un cadre supérieur actif dans sa société, impliqué dans son travail, soucieux de sa réussite professionnelle. Il est ce que l`on appelle un « rurbain » : vivant à la campagne, il effectue chaque jour de nombreux trajets en TGV pour se rendre sur son lieu de travail. Sa vie reculée à la campagne l`a amené, avec ces proches, à fonder un nouveau type de communauté, prônant le retour aux valeurs du terroir. Face aux problèmes que celle-ci doit surmonter, il entreprend de rencontrer de nouvelles personnes, elles-mêmes impliquées dans des réflexions sur la communauté.


François Nouguiès artiste et réalisateur vit et travaille à Paris - co-fondateur de Public> espace de diffusion de la création contemporaine www.onoci.com/public/infosgenerales.htm - représenté par la galerie Chez Valentin à Paris www.galeriechezvalentin.com - enseignant à l`école supérieur d`art de Grenoble depuis 2001 www.esag.fr/ François Nouguiès développe un travail vidéo lié à la performance et plus largement à l`organisation d`expériences, expériences sociales, recréant des contextes à caractère réactif. Tout d`abord présent sur la scène des Arts plastiques, il investit aujourd`hui davantage le champ cinématographique, notamment avec ses deux derniers films : « Le Dernier Film II », en 2004, et « Dancing Killing », en 2007, ainsi qu`avec son projet en cours : « Jean-Pascal pour la France ». À mi-chemin entre expériences et documentaires, le travail de François Nouguiès s`attache à faire apparaître les limites de certaines situations. PROJECTIONS 2007 « Prologue », autour de Fassbinder, http://conatus.series.free.fr/francais/saison1.html « Dancing Killing », Famu école de cinéma, Prague. Le Magasin, Centre National d`Art Contemporain, Grenoble. 2006 « Le Dernier Film II », l`atelier Galerie Nationale du Jeu de Paume, Paris. 2005 « Le Dernier Film II », Fémis, Paris. EXPOSITIONS PERSONNELLES 2004 « The Last Movie », Galerie chez Valentin, Paris. 2002 « Alex », Festival visu, Dieppe. Festival Nouvelles scène, Dijon. Festival de Belfort. Festival Tanze Um August, Berlin. 2001 « Alex », Festival Take Off, Théâtre de Châtillon. 2000 « SSA » Galerie chez Valentin, Paris. EXPOSITIONS COLLECTIVES 2007 « Territoires en expansion », Jeu de Paume hors les murs, Nogent-sur-Marne. 2006 « Re : re », Espace Paul Ricard, Paris. 2006 Galerie Dubellay, Rouen. 2005 Le magasin Hors Les Murs, Centre National d`Art Contemporain, Musée Dauphinois, Grenoble. 2004 « In/Ex-Hibition », Galerie Les Filles du Calvaire, Paris. 2004 « Double Trouble », La Galerie, FRAC, Montpellier. 2003 « Rencontres internationale de l?image », Ecole d?Art du Havre. 2002 « L?ami de mon amie », ENSBA, Cergy-Pontoise. 2001 « Bruit de Fond », Centre National de la Photographie, Paris. 2000 « TV Wonderland », Festival Belfort, France.

Waël noureddine
Dobroslawa nowak
Catalogue : 2013I wszystko co ludzkie jest mi obce | Film expérimental | hdv | couleur | 14:39 | Pologne | 2013
Dobroslawa nowak
I wszystko co ludzkie jest mi obce
Film expérimental | hdv | couleur | 14:39 | Pologne | 2013

"At first we could not believe it. We were terrified. ( ... ) Years we talked about Carly as if she wasn't there." Said Arthur Fleishmann about his autistic daughter, when a ten year old, for he first time in her life, made contact with the outside world, tapping on the keyboard "hurt" and "help". Her father's suprise resulted from the contact with her consciousness, which earlier didn't seem to him as a comparable to his. Visual basis of the work is passive video recording made by an animal. The theoretical - the concept of dissonance by social psychologist Leon Festinger. It's an unpleasant state of psychological tension that appears when at the same time there are two cognitive elements incompatible with each other. It leads to reformulation or addition of a new cognitive element. If the solution doesn't occur, unpleasant tension increases. Its value (force) is the greater the closer we are to the expected "point of relief." In the video work I realize perceptual dissonance between the remembered image - known to us, and the one being watched - experienced for the first time. The second one is strange, but elementary and first, which makes it close. The consequence of the transformation, which is conducted unconsciously by our 'self' is strengthening our ties with the object. Bill Viola wrote about one of his movies that watching them will 'penetrate the internal states and the connection with the animal consciousness that we all have'. An important product of the process described above is alleviation of bergson's intellect, which 'creates concepts to simplify certain entities so as to undergo quantification'. If the process of reformulation is successful, we have a chance to experience the intermediate borrowed intuition.

I graduated from University of Art in Poznań (2013). I study Psychology at University of Adam Mickiewicz in Poznań.

Collectifs noyau / mungongo ya sika / Ôtre k'Ôtre, collectifs
Catalogue : 2010LOBI (hier / demain) | Fiction expérimentale | super8 | couleur | 36:0 | Congo (RDC) | 2010
Collectifs noyau / mungongo ya sika / Ôtre k'Ôtre , collectifs
LOBI (hier / demain)
Fiction expérimentale | super8 | couleur | 36:0 | Congo (RDC) | 2010

Lobi (hier/demain), 2010, 40 min., super 8 "Lobi" signifie, en Lingala, aussi bien "hier" que "demain". En février-mars 2010, 9 jeunes cinéastes et artistes des collectifs belges et congolais Mungongo Ya Sika, Noyau et ôtre k` ôtre, se sont donné rendez-vous à Kinshasa pour réaliser ensemble un film à l`occasion du cinquantenaire de l`indépendance du Congo. Quelle indépendance? 9 regards différents se réunissent dans la recherche d`un langage commun pour aborder le passé, penser le présent et concevoir le futur. Ces regards se croisent et se confrontent sur les thèmes de l?héritage colonial ainsi que sur celui de l?ère contemporain du néocolonialisme. "Lobi (hier/demain)" est devenu un film qui pose un autre regard que celui qui domine l?attention médiatique actuelle pour le Congo. A partir de la conviction qu?il est temps d?entamer ? enfin ? un dialogue directe et ouvert sans tabous et sans préjudices, les 9 artistes ont développé le scénario du film sur base de leurs réflexions sur le cinquantenaire. Ils l?ont mis en scène avec des acteurs et des figurants locaux en faisant la photographie avec des caméras super8.


collective

Jussie nsana banimba
Catalogue : 2015Bimbambukila | Vidéo | hdv | couleur | 6:1 | Congo (Brazzaville) | 2012
Jussie nsana banimba
Bimbambukila
Vidéo | hdv | couleur | 6:1 | Congo (Brazzaville) | 2012

Réalisée lors des Ateliers Sahm (Rencontre Internationale d’Art Contemporain, qui se sont tenus du 15 novembre au 15 octobre 2012 à Brazzaville, « Bimbanbukila », première vidéo de Jussie Nsana pose le problème de mémoire. Cette première réalisation de l’artiste nous emmène au cœur de Brazzaville où l’artiste magnifie le mur sous toutes ses coutures. Des murs qui deviennent des espaces témoins, de ponts entre le passé et le présent.


Jussie Nsana Banimba est née à Brazzaville en 1984 et elle vit et travaille actuellement à Pointe-Noire. Elle est diplômée de l`École Nationale des Beaux Arts de Brazzaville, en arts plastiques. Elle se considère comme une artiste à part entière et crée des peintures, des bandes dessinées, et des vidéos. Jussie à participé octobre 2015 au Festival International de la Bande Dessiné d’Alger en Algérie. Elle a exposée ses œuvres en novembre 2015 à l`exposition «Soul Power» au Musée-Galerie du Bassin du Congo à Brazzaville, en 2014 à l`exposition "Butselé" au Centre Culturel Basango à Pointe-Noire; en 2013 à l`Institut Français du Congo (IFC) à Pointe-Noire; en 2012 et 2013et 2015 elle a participé à la 1ère, 2e et 4e édition de la "Rencontre d`Art contemporain de Brazzaville" aux Ateliers SAHM. Comme elle-même le dit, Jussie transporte dans son « sac à arts », ses passions les plus artistiques, la BD, la peinture et la vidéo. Engagée avec la jeunesse, Jussie, avec une générosité hors du commun, transmet son savoir-faire et son amour pour l’art aux enfants et aux jeunes dans son espace Nsana – Arts’ Butsilé.

Catalogue : 2017Tiamvu (The Bridge) | Vidéo | hdv | couleur | 1:22 | Congo (Brazzaville) | 2015
Jussie nsana banimba
Tiamvu (The Bridge)
Vidéo | hdv | couleur | 1:22 | Congo (Brazzaville) | 2015

Plasticienne - Bédéiste - Illustratrice - Vidéaste Fondatrice et directrice artistique de l’Espace Nsan’Arts , Jussie est professeure d?arts plastiques de peinture ou de Bande Dessinée pour les enfants et adolescents, tout en consacrant l'essentiel dedans les écoles de Pointe-Noire et se consacre entièrement à l'animation des ateliers d'illustration, son temps à sa passion, l’art

Monika nuber
Catalogue : 2006Duette Chöre Formationen | Animation | 0 | couleur | 11:20 | Allemagne | 2005
Monika nuber
Duette Chöre Formationen
Animation | 0 | couleur | 11:20 | Allemagne | 2005

Duette Chöre Formationen Des formes masquées chantent un hymne, des personnages incertains célèbrent l'amitié, des filles chantent l'amour et le sexe, un chien à trois têtes et sa maîtresse font des rimes, un groupe de gamins entonne dans la forêt une mystérieuse mélodie et deux pendus s'apportent leur aide mutuelle pour présenter une chanson.


Monika Nuber vit et travaille comme artiste plasticienne et musicienne à Stuttgart. Elle a étudié à l'Académie des Arts de Stuttgart avec Joseph Kosuth et Joan Jonas, et à l'École Supérieure des Arts à Prague avec Milan Knizak. Des bourses d'études l'ont successivement conduite en Mongolie, en Chine et au Pakistan.

Christof nuessli
Catalogue : 2019Under The Skin | Vidéo | hdv | couleur | 16:40 | Suisse | Royaume-Uni | 2019
Christof nuessli
Under The Skin
Vidéo | hdv | couleur | 16:40 | Suisse | Royaume-Uni | 2019

Zooming into two books containing mug shots from around 1880–1935, Under the Skin, draws lines from historical events to contemporary developments of control and surveillance. While describing what she sees in the books, the narrator intertwines subject areas like; how time changes perspectives on historical events, the role of archives as foundations for power and control, the possible brutality of bureaucracy, the current state of facial recognition and personal experience with the law enforcement. Under the Skin questions given structures of power and asks how we can take back the sovereignty of information.

Christof Nüssli (*1986, Zurich) is a visual artist, whose interdisciplinary approach involves moving images, photography, sculpture, installation, text and artist books. His work has been exhibited in various institutions and off-spaces. In 2019 his work was shown at Photoforum Pasquart (CH), Swiss Institute New York (US), Glue Factory (UK) and VideoEx (CH). Nüssli authored three artist books (Miklos Klaus Rozsa, Withheld due to:, googly eyes) which won international prizes. Since 2014 Christoph Oeschger and Christof Nüssli run the publishing project cpress, focusing on artist books. In 2018, Nüssli was an artist in residence at the Swiss Institute New York, the Andreas Zuest Library and in 2016 at the Istituto Svizzero di Roma. In 2013, Nüssli received a Master of Design from Werkplaats Typografie. Since 2018 he attends the Master of Fine Arts program at the Glasgow School of Arts.

Eko nugroho
Catalogue : 2006Ma Ling | Vidéo expérimentale | dv | couleur | 4:0 | Indonésie | 2006
Eko nugroho
Ma Ling
Vidéo expérimentale | dv | couleur | 4:0 | Indonésie | 2006

"Ma Ling" (in Bahasa Indonesian can be mean: Thief) is an instant canned food from China. This work talks about stealing back terrors that have already been produced by television. Inspired by what happened in China for a pirated business product; taking something from a thing that already exists and reproducing it as something "new".

Eko nugrono
Catalogue : 2006Bercerobong | Animation | dv | noir et blanc | 4:0 | Indonésie | 2006
Eko nugrono
Bercerobong
Animation | dv | noir et blanc | 4:0 | Indonésie | 2006

Etant donné qu'Eko Nugroho est un dessinateur de bande déssinée (comic book) excellent et productif, il utilise intelligemment des dessins simple ainsi que l'animation pour sa vidéo "Bercerobong" (le tuyau à fumée). Il tente de dépeindre ce qu'il se passe dans une communauté, en pariculier lorsque le programme politique change en Indonésie suite à la chute du régime de Soeharto. Tout le monde semble être tour à tour hommes politiques, soldats, officiers gouvernementaux, professeurs religieux ou autres. Tels des caméléons, il ont vite changé leur style de vie, leur façon de parler et leurs actes, s'ajustant ainsi à l'environnement et aux personnes à qui ils parlent.


Paul nungesser, luzie loose
Catalogue : 2019A New Normal | Film expérimental | 4k | couleur | 17:10 | Allemagne | 2019
Paul nungesser , luzie loose
A New Normal
Film expérimental | 4k | couleur | 17:10 | Allemagne | 2019

A NEW NORMAL is a stereoscopic essay film that examines the question how to go on when everything has changed. A young man leaves his apartment in an old high-rise and wanders through deserted landscapes. Something is waiting for him out there, but what drives him forward is his desire to leave everything behind, even himself. A narrator recounts fragments and experiences of an everyday life following catastrophe. They bear no resemblance with the journey of the young man, but cannot be cleanly separated from them either. Stories start out as banal episodes about grocery shopping or commuting to work but reveal various strategies to engage with a profound crisis of identity. The 3D images are both an artistic and a narrative choice: they serve as a window into his thoughts and attempts to develop a new sense of normalcy.

Luzie Loose (born 1989) and Paul Nungeßer (born 1991) both grew up in post-wall Berlin of the 1990s. Luzie studied communications at Universität der Künste in Berlin while Paul majored in Photography and Architecture at Columbia University in New York. Their paths crossed for the first time in 2017 at Filmakademie Baden-Württemberg, where Luzie graduated in 2018, directing her first feature-length fiction film Swimming. The film premiered at Busan International Film Festival and won the Hof gold award for best directing debut. Paul is studying cinematography since 2016 at Filmakademie. His films have been shown at various festivals, including Dok.Fest & Filmfest Munich, Achtung Berlin and Max-Ophüls-Prize. A NEW NORMAL is the first collaboration between the two filmmakers and celebrated its world premiere at Filmfest Munich. Paul and Luzie live and work in Berlin.