Catalogue > Liste par artiste
Browse the entire list of Rencontre Internationales artists since 2004. Use the alphabetical filter to refine your search.  update in progress  

Notice: A non well formed numeric value encountered in /homepages/19/d540700991/htdocs/site/en/cat/rech/_cat_1_art_rech.php on line 1084
Guy girard
Catalogue : 2005Sainkho Namtchylak | Doc. expérimental | betaSP | couleur | 45:0 | France | 2004
Guy girard
Sainkho Namtchylak
Doc. expérimental | betaSP | couleur | 45:0 | France | 2004

"Sainkho chante à la fois à la manière du chant de gorge traditionnel de Tuva et du jazz, mais, selon la croyance, la pratique de ces chants est dangereuse pour la santé des femmes." Le bilan du film ethnographique


Christoph girardet, matthias müller
Catalogue : 2008Storyboard | Art vidéo | betaSP | couleur | 5:0 | Allemagne | 2007
Christoph girardet , matthias müller
Storyboard
Art vidéo | betaSP | couleur | 5:0 | Allemagne | 2007

« Storyboard » est un collage réalisé à partir d'une variété d?images trouvées au hasard : des espaces vides, des gestes énigmatiques, des environnements artificiels. Ceci est-il la vie, selon une mémoire cinématographique?


Christoph Girardet est né en 1966 à Langenhagen et vit à Hanovre en Allemagne. Il a étudié les Beaux-Arts à l?Ecole d?arts de Braunschweig. Il travaille depuis 1987 sur les supports vidéo, film et installations. Il commence une collaboration en 1994 avec le vidéaste Volker SCHREINER, puis avec Matthias Müller depuis 1999 (Phoenix Tapes) avec qui il réalise de nombreux projets communs ayant recours aux techniques numériques. Il explore entre autres les poncifs du cinéma industriel. Girardet a participé à des expositions collectives dans des institutions aussi prestigieuses que le Stedelijk Van Abbemuseum (Eindhoven) ou le P.S.1 Contemporary Art Center de New York. Des expositions personnelles de ses travaux ont eu lieu au Kunstverein de Hanovre ou à la Sean Gallery de New York. Il a déjà reçu de nombreuses récompenses.

Catalogue : 2010Maybe Siam | Film expérimental | betaSP | couleur et n&b | 12:20 | Allemagne | 2009
Christoph girardet , matthias müller
Maybe Siam
Film expérimental | betaSP | couleur et n&b | 12:20 | Allemagne | 2009

They call me a dreamer, well maybe I am. / But I know that I`m burnin` to see / Those far away places with the strange-soundin` names / Callin`, callin` me. (no translation, English only, please)

Christoph Girardet, born in Langenhagen, Germany, in 1966. Lives in Hannover. Works in video, film and installation since 1987. Studied at the Braunschweig HBK. Selected works: 1991 Schwertkampf, 1997 Release, 2001 Scratch, 2001 7:48, 2002 Absence, 2007 Pianoforte, 2010 Silberwald Matthias Müller, born in Bielefeld, Germany, in 1961. Lives in Bielefeld and Cologne. Works in film, video and photography since 1980. Studied at the Bielefeld University and at the Braunschweig HBK. Selected works: 1990 Home Stories, 1994 Alpsee, 1998 Vacancy, 2000 nebel, 2004 Album. Joint projects of Christoph Girardet and Matthias Müller: Phoenix Tapes 1999, Manual 2002, Beacon 2002, Play 2003, Mirror 2003, Ray 2004, Catch 2005, Ground 2005, Hide 2006, Kristall 2006, Locomotive 2008, Contre-jour 2009, Maybe Siam 2009

Catalogue : 2014Fabric | Film expérimental | hdv | noir et blanc | 9:52 | Allemagne | 2014
Christoph girardet , matthias müller
Fabric
Film expérimental | hdv | noir et blanc | 9:52 | Allemagne | 2014

Fabric is a montage based on remaining workprints from a commercial film about viscose that no longer exists. The original attempt of the film to visualize perfect images of a young tailor and models dressed in sensual fabric while acting within a decorative modernist setting is mirrored in its shortcoming. The leftovers only show the preliminaries, faulty repetitions and aborted takes, thus all footage which was thrownout. Clapper boards indicating each take by numbers allowed to reconstruct a part of the film’s original storyboard. The new montage shows all of the remaining snippets from the related scenes including the clapper boards, the repeated takes and the glitches in the film material. However, all parts which probably have been used to edit the original film are missing, the gaps are marked with beeps on the otherwise silent soundtrack. While following a fragile new narrative, Fabric also generates a counterpart of an artefact that was lost.

Christoph Girardet, born in Langenhagen, Germany, in 1966. He studied Fine Arts at the Braunschweig School of Art (Master’s degree in 1994). Since 1989 he has produced video tapes, video installations and films, some of them in collaboration with video artist Volker Schreiner beginning in 1994 and as of 1999 with filmmaker Matthias Müller. He was awarded a stipend for the International Studio and Curatorial Program in New York (2000) and the Villa Massimo stipend in Rome (2004). He lives and works in Hanover.

Catalogue : 2017It Was Still Her Face | Film expérimental | hdv | noir et blanc | 8:0 | Allemagne | 2017
Christoph girardet , matthias müller
It Was Still Her Face
Film expérimental | hdv | noir et blanc | 8:0 | Allemagne | 2017

Portraits of women. And men, who are spellbound by them. The painted portraits, a recurring motif of film noir as well as European postwar cinema, aesthetically stand in a tradition of an outmoded academic style that is bent on striking likeness with the model. They are revenants, omens of absence, metaphors for loss and death, objects of desire and fixation, which mesmerize both the viewer in the movie and in front of the screen.

Christoph Girardet, born in Langenhagen, Germany, in 1966. Lives in Hannover. Studied at the Braunschweig HBK. filmography (single channel, selection) 1991 Schwertkampf 1993 Fieberrot 1996 Release 2001 Scratch 2002 Absence 2004 Fiction Artists (with Volker Schreiner) 2007 Pianoforte | Storyboard 2012 The Eternal Lesson | Dirigible 2014 Fabric 2015 Synthesis 2017 It Was Still Her Face collaborations with Matthias Müller 1999 Phoenix Tapes 2002 Manual | Beacon 2003 Play | Mirror 2006 Kristall 2009 Contre-jour | Maybe Siam 2011 Meteor 2013 Cut 2016 personne

Christoph girardet
Catalogue : 2008Storyboard | Art vidéo | betaSP | couleur | 5:0 | Allemagne | 2007
Christoph girardet
Storyboard
Art vidéo | betaSP | couleur | 5:0 | Allemagne | 2007

« Storyboard » est un collage réalisé à partir d'une variété d?images trouvées au hasard : des espaces vides, des gestes énigmatiques, des environnements artificiels. Ceci est-il la vie, selon une mémoire cinématographique?


Christoph Girardet est né en 1966 à Langenhagen et vit à Hanovre en Allemagne. Il a étudié les Beaux-Arts à l?Ecole d?arts de Braunschweig. Il travaille depuis 1987 sur les supports vidéo, film et installations. Il commence une collaboration en 1994 avec le vidéaste Volker SCHREINER, puis avec Matthias Müller depuis 1999 (Phoenix Tapes) avec qui il réalise de nombreux projets communs ayant recours aux techniques numériques. Il explore entre autres les poncifs du cinéma industriel. Girardet a participé à des expositions collectives dans des institutions aussi prestigieuses que le Stedelijk Van Abbemuseum (Eindhoven) ou le P.S.1 Contemporary Art Center de New York. Des expositions personnelles de ses travaux ont eu lieu au Kunstverein de Hanovre ou à la Sean Gallery de New York. Il a déjà reçu de nombreuses récompenses.

Catalogue : 2010Maybe Siam | Film expérimental | betaSP | couleur et n&b | 12:20 | Allemagne | 2009
Christoph girardet
Maybe Siam
Film expérimental | betaSP | couleur et n&b | 12:20 | Allemagne | 2009

They call me a dreamer, well maybe I am. / But I know that I`m burnin` to see / Those far away places with the strange-soundin` names / Callin`, callin` me. (no translation, English only, please)

Christoph Girardet, born in Langenhagen, Germany, in 1966. Lives in Hannover. Works in video, film and installation since 1987. Studied at the Braunschweig HBK. Selected works: 1991 Schwertkampf, 1997 Release, 2001 Scratch, 2001 7:48, 2002 Absence, 2007 Pianoforte, 2010 Silberwald Matthias Müller, born in Bielefeld, Germany, in 1961. Lives in Bielefeld and Cologne. Works in film, video and photography since 1980. Studied at the Bielefeld University and at the Braunschweig HBK. Selected works: 1990 Home Stories, 1994 Alpsee, 1998 Vacancy, 2000 nebel, 2004 Album. Joint projects of Christoph Girardet and Matthias Müller: Phoenix Tapes 1999, Manual 2002, Beacon 2002, Play 2003, Mirror 2003, Ray 2004, Catch 2005, Ground 2005, Hide 2006, Kristall 2006, Locomotive 2008, Contre-jour 2009, Maybe Siam 2009

Catalogue : 2014Fabric | Film expérimental | hdv | noir et blanc | 9:52 | Allemagne | 2014
Christoph girardet
Fabric
Film expérimental | hdv | noir et blanc | 9:52 | Allemagne | 2014

Fabric is a montage based on remaining workprints from a commercial film about viscose that no longer exists. The original attempt of the film to visualize perfect images of a young tailor and models dressed in sensual fabric while acting within a decorative modernist setting is mirrored in its shortcoming. The leftovers only show the preliminaries, faulty repetitions and aborted takes, thus all footage which was thrownout. Clapper boards indicating each take by numbers allowed to reconstruct a part of the film’s original storyboard. The new montage shows all of the remaining snippets from the related scenes including the clapper boards, the repeated takes and the glitches in the film material. However, all parts which probably have been used to edit the original film are missing, the gaps are marked with beeps on the otherwise silent soundtrack. While following a fragile new narrative, Fabric also generates a counterpart of an artefact that was lost.

Christoph Girardet, born in Langenhagen, Germany, in 1966. He studied Fine Arts at the Braunschweig School of Art (Master’s degree in 1994). Since 1989 he has produced video tapes, video installations and films, some of them in collaboration with video artist Volker Schreiner beginning in 1994 and as of 1999 with filmmaker Matthias Müller. He was awarded a stipend for the International Studio and Curatorial Program in New York (2000) and the Villa Massimo stipend in Rome (2004). He lives and works in Hanover.

Catalogue : 2017It Was Still Her Face | Film expérimental | hdv | noir et blanc | 8:0 | Allemagne | 2017
Christoph girardet
It Was Still Her Face
Film expérimental | hdv | noir et blanc | 8:0 | Allemagne | 2017

Portraits of women. And men, who are spellbound by them. The painted portraits, a recurring motif of film noir as well as European postwar cinema, aesthetically stand in a tradition of an outmoded academic style that is bent on striking likeness with the model. They are revenants, omens of absence, metaphors for loss and death, objects of desire and fixation, which mesmerize both the viewer in the movie and in front of the screen.

Christoph Girardet, born in Langenhagen, Germany, in 1966. Lives in Hannover. Studied at the Braunschweig HBK. filmography (single channel, selection) 1991 Schwertkampf 1993 Fieberrot 1996 Release 2001 Scratch 2002 Absence 2004 Fiction Artists (with Volker Schreiner) 2007 Pianoforte | Storyboard 2012 The Eternal Lesson | Dirigible 2014 Fabric 2015 Synthesis 2017 It Was Still Her Face collaborations with Matthias Müller 1999 Phoenix Tapes 2002 Manual | Beacon 2003 Play | Mirror 2006 Kristall 2009 Contre-jour | Maybe Siam 2011 Meteor 2013 Cut 2016 personne

Christoph girardet, matthias mÜller
Catalogue : 2016Personne | Film expérimental | hdv | couleur et n&b | 15:4 | Allemagne | 2016
Christoph girardet , matthias mÜller
Personne
Film expérimental | hdv | couleur et n&b | 15:4 | Allemagne | 2016

A broken bottleneck lies on the ground. An analogue telephone with a blank dial plate. The hero of the film, Jean-Louis Trintignant, in younger years – in older years. A man huddled on an elevator floor. Skewered butterflies. He is all alone in the world. The external is sealed off. The internal barricaded. He shifts between times. His focus is always trained on the other. Is he wanted, condemned, persecuted? The man whom we observe from the rear, is only able to see his back in the mirror. His face cannot be recognised. All the actions and movements, all the seeking and striving, all the alterations and associations revolve around the view and excerpt from “La reproduction interdite”, painted by Belgian surrealist René Magritte in 1937. The mirror axis of the film, and yet, and simply for that reason, one becomes the other. The other becomes many. “personne – that is somebody and nobody and anyone. That is us in the course of time. Persistently, in vain. The self is the need for permanent self-assertion”.

Christoph Girardet & Matthias Müller are directors, known for Cut (2013), Contre-jour (2009) and Personne (2016).

Catalogue : 2018Screen | Vidéo | hdv | couleur et n&b | 17:30 | Allemagne | 2018
Christoph girardet , matthias mÜller
Screen
Vidéo | hdv | couleur et n&b | 17:30 | Allemagne | 2018

"While he mused on the effect of the flowing sands, he was seized from time to time by hallucinations in which he himself began to move with the flow." -Kobo Abe Liminal zones. Floating particles. Fire, water, earth, air. Voices of fictional characters: sometimes suggestive, sometimes strict, leading the viewer away from the here and now. Who`s talking? The relationship between the hypnotized subject and the hypnotist is mirrored in the spectator`s relationship to the screen.

Christoph GIRARDET born in Langenhagen, Germany, in 1966. He studied Fine Arts at the Braunschweig School of Art (Master´s degree in 1994). Since 1989 he has produced video tapes, video installations and films, some of them in collaboration with Volker Schreiner beginning in 1994 and as of 1999 with Matthias Müller. He was awarded a stipend for the International Studio and Curatorial Program in New York (2000) and the Villa Massimo stipend in Rome (2004). He lives and works in Hanover.

Fabien giraud
Catalogue : 2005Thes Straight Edge | Vidéo expérimentale | betaSP | couleur | 13:8 | France | 2005
Fabien giraud
Thes Straight Edge
Vidéo expérimentale | betaSP | couleur | 13:8 | France | 2005

Une foule danse au son d`une musique que l`on n`entend pas devant un groupe que l`on ne voit pas. Reste le son des corps et de leurs mouvements, l`image d`un ordre changeant. The Straight Edge est une expérience appliquée à un concert de musique punk-hardcore. La foule et son intensité en sont le matériau. Les expressions communes de joie, de violence ou d`ennui sont les éléments d`une même fiction culturelle à travailler. Des formes y sont tentées, déplacées et répétées. J`envisage la communauté comme un jeu complexe où s`inventent les individus. C`est dans le partage des règles, des postures et des vitesses que chacun se construit et constuit un monde. C`est ce mouvement de production qui est l`objet de mon travail. Je veux croire qu`il est toujours flexible et modifiable, qu`il peut être altéré et recréé. Je veux croire en la fiction et la possibilité de sa réinvention.


Fabien Giraud, né en 1980, a étudié à l?Ecole Nationale Superieure des Arts Décoratifs de Paris, et au National Institute of Design en Inde. Il vit et travaille actuellement au Fresnoy, Studio National des Arts Contemporains à Tourcoing.

Alexander girav
Catalogue : 2017The Night in All Things | Doc. expérimental | hdv | couleur | 9:46 | USA | 2017
Alexander girav
The Night in All Things
Doc. expérimental | hdv | couleur | 9:46 | USA | 2017

Somewhere, a young man is asleep, his room illuminated green by the flicker of his computer screensaver. Even the night sky resembles its digital replication. Anthropological observations on sleep in the age of technology, and the ways in which it substitutes natural environments.

Alexander Girav was born in Chicago in 1995 and now works as a cinematographer in Los Angeles. While a student at CalArts, he had his work screen at The Chicago International Film Festival and Valvidia International Film Festival. Upon receiving his BFA in Film/Video, Alex`s work has been selected to screen by Ann Arbor Film Festival and International Film Festival Rotterdam - among others.

Peter gizzi, natalia almada
Catalogue : 2009Threshold Songs | Film expérimental | super8 | couleur | 10:0 | Maroc | 2009
Peter gizzi , natalia almada
Threshold Songs
Film expérimental | super8 | couleur | 10:0 | Maroc | 2009

"Threshold Songs," by Natalia Almada and Peter Gizzi is part of "The Tangier 8," a film-poetry project that took place in Tangier, Morocco in June 2009. Working under tight time constraints-they had just four days to film, four days for sound, and four days for editing, the artists took inspiration from the city of Tangier-its history, architecture, people, politics, as well as from each other, to produce these short film-poems.

Natalia Almada- Born in 1974 in Mexico. She graduated with a Masters in Fine Arts in photography from the Rhode Island School of Design and shares her time between Mexico City and Brooklyn, New York. Her directing credits include All Water Has a Perfect Memory, an experimental short film; Al Otro Lado, her award winning debut feature documentary about immigration, drug trafficking and corrido music; and her most recent film, EL GENERAL, a family memoir and portrait of Mexico past and present which premiered at the 2009 Sundance Film Festival and won the best documentary director award. Her films have been shown at The Museum of Modern Art, The Guggenheim Museum, The Whitney Biennial, as well as at several film festivals around the world. She has received support for her work from numerous foundations including The Creative Capital Foundation, The Tribeca Film Institute, The Sundance Institute Documentary Film Program, PBS and others. Almada is a MacDowell Colony Fellow and a 2008 Guggenheim Fellow. 2) Peter Gizzi- Born in 1959 in Massachusetts. Gizzi attended Brown University, NYC and SUNY Buffalo. His books include The Outernationale (Wesleyan, 2007), Some Values of Landscape and Weather (Wesleyan, 2003), Artificial Heart (Burning Deck, 1998), and Periplum (Avec Books, 1992). In 2004 Salt Publishing of England reprinted an expanded edition of his first book as Periplum and other poems 1987-92. He has also published several limited-edition chapbooks, folios, and artist books. His work has been translated into numerous languages and anthologized here and abroad. His honors include the Lavan Younger Poet Award from the Academy of American Poets (1994) and fellowships in poetry from The Fund for Poetry (1993), The Rex Foundation (1993), Howard Foundation (1998), The Foundation for Contemporary Arts (1999), and The John Simon Guggenheim Memorial Foundation (2005).

Shaun gladwell
Catalogue : 2005Storm Sequence | Art vidéo | dv | couleur | 5:37 | Australie | 2000
Shaun gladwell
Storm Sequence
Art vidéo | dv | couleur | 5:37 | Australie | 2000

Gladwell est le calme pendant l'orage. Au ralenti, nous pouvons entrevoir son talent sur une planche - il fut après tout un champion d'Australie de Skateboard - ainsi que son talent a montré une beauté authentique et une profonde vulnérabilité. Gladwell était et continue à être fasciné par le ralentissement du temps et l'attention sur la beauté qui existe dans ces moments de flottements. Dans la culture skateboard, des skateur vont passer des heures devant la TV (ou devant un écran d'ordinateur) à passer un film au ralenti pour apprendre et exécuter plus tard plusieurs figure de skateboard. Les spectateurs crédules sont introduits dans la pratique d'une subculture donnée et ont l'opportunité d'une jeter un ?il neuf sur unautre . Dans l'essai du catalogue d'exposition Silent, Ambient, and Harder Remixes, Simon Rees déclare à juste titre que l'artiste porte des habits sombres à la Turner en différentes teintes de gris, et qui inclue une grosse chaîne en argent qui se balance d'avant en arrière à chacun de ses mouvements. Mais ce documentaire ce se ne limite pas à cela, il vient en complément de l'arrière plan orageux et sombre. Les séquences d'orages sont dédiées à l'ami et entraîneur du skateboeardeur décédé à la fin des années 90, ce qui rehausse l'interprétation de vérité et de vulnérabilité. Il y une grande tristesse sous-jacente dans cette fabuleuse vidéo néanmoins calme et amène à la méditation. Gladwell est un artiste intelligent et très lu, qui s'intéresse aux théories questionnant les notions d'espace public et privé la la notion de l'" autre" dans ce cas en particulier, le "sous". "Storm Sequence", tourné en 2000 est l'une d'une série de quatre, composée de "Storm Sequence", de "Kick flipping Flaneur", de "Tangara" et "Double Line Work". Le travail fut commissionné par Pete Fay et fut au centre de l'attention de nombreuses expositions à Sydney, Camberra, Perth, Bierut, New York et Londres.


SHAUN GLADWELL Né en 1972, Western Sydney. Shaun Gladwell a été diplômé d'un Bachelor en Art Visuels (Hons) à l'Université de Sydney en 1996, suivit par un master en Arts Visuels au College of Fine Arts de la University of New South Wales. En 2001, il a été récompensé par une résidence de trois mois dans la Cité Internationale Des Arts de Paris. Il a aussi reçu la Anne and Gordon Samstag International Scholarship qui lui a permis d'entreprendre une recherche associée au Goldsmith College de Londres (2001-2002). A cette époque, il a pris part au spectacle "The Mind is a Horse" à Bloomberg Space, Londres. En 2002, Gladwell fut commissionné pour présenter un travail diffusé en Nouvelle-Zélande sur la chaîne 4DTV et fut inclus dans la première étude de Iain Borden sur la culture skateboard. Ses dernières expositions en solo comprennent New Balance au Perth Institute of Contemporary Art (2004) et deux autres aux Sherman Galleries?, Silent, Ambient and Harder Remixes (2003) et MMXBREAKLESS SESSIONS (2005). Shaun Gladwell fut représenté dans d'importantes expositions collectives internationale dont la primavera 2003: Exhibition of Young Australian Artists, Museum of Contemporary Art, Sydney; 2004: Australian Culture Now, Australian Centre for the Moving Image (ACMI) et au Ian Potter Centre: NGV Australia, Melbourne; ainsi qu'en 2005, la Anne Landa Art Award, Art Gallery of New South Wales, Sydney; Not Worried: New Art From Australia, Raid Projects, Los Angeles; New Acquisitions, Govett-Brewster Art Gallery, New Plymouth, NZ; aussi à Space Invaders, Museum Kunsthaus Baselland, Basel, Switzerland. Shaun Gladwell est présenté aux Sherman Galleries, Sydney.

Shaun gladwell, -
Alexander glandien
Catalogue : 2015Making of | Doc. expérimental | hdv | couleur | 30:0 | Allemagne | Autriche | 2015
Alexander glandien
Making of
Doc. expérimental | hdv | couleur | 30:0 | Allemagne | Autriche | 2015

The film "Making of" takes work as a topic into focus, showing the various working areas of a contemporary art museum with all those activities which usually remain invisible for visitors. Shot from the perspective of a small filmcrew different kind of workflows are documented as well as the preparation for an upcoming exhibition, while the crew itself is constantly observed in their efforts to create this film. Director, cameraman and sound operator move through all areas of the The State Gallery in Linz in an almost performative way. The ongoing visible presence of the camera raises questions about the relationship between the documented actions, their authenticity and manipulation. The depicted reality becomes visible as part of a media construction.

Alexander Glandien was born in 1982 in Schwerin (Germany) and he works as an artist in Vienna. Since 2009 he is artistic and scientific assistant at the Art University Linz. After his studies at the University of Wismar he attended studio grants in Indonesia, Italy, the Netherlands and Spain. His works have been awarded with the Talent Award of Upper Austriaand the Klemens Brosch prize and they are part oft the art collections of the federal government of Austria, the province of Upper Austria, the contemporary art collection of the City of Vienna and the Albertina in Vienna. He has had numerous exhibitions, most recently at the State Gallery Linz, Galerie 5020 in Salzburg, at Kadmium Art Centre in Delft, at the Moscow Museum of Modern Art and at the Albuquerque Museum of Art and History.

Jimmy glasberg, joseph cesarini
Catalogue : 20059m2 pour deux | Fiction | betaSP | couleur | 94:0 | France | 2005
Jimmy glasberg , joseph cesarini
9m2 pour deux
Fiction | betaSP | couleur | 94:0 | France | 2005

Ce film est issu d?une expérience cinématographique menée en milieu carcéral. « 9 m2 pour deux » a été mis en scène dans un décor de cellule reconstituée en studio à l?intérieur de la prison. Dix hommes détenus y deviennent tour à tour interprètes et filmeurs de leur propre vie. Chacun d?entre eux s?exprime ainsi à travers des situations quotidiennes en une série de moments forts : amitié, indifférence, confrontation, solitude.


Joseph Cesarini. Réalisateur / filmeur - Photographe Diplômé de l?école des Beaux-Arts de Marseille Photographe de formation, il découvre l?univers carcéral en 1987 et réalise son premier film sur le tatouage en prison : « Tatoo cage » 26 mn En 1989, il rencontre le cinéaste Renaud Victor et collabore à la réalisation du film « De jour comme de nuit », un long métrage de 2x52mn sur la vie quotidienne des détenus. De 1991 à 1994, il co-réalise avec Caroline Caccavale « Coursives », une série d?émissions-débats tournée en prison. Parallèlement à son travail de réalisateur il fonde avec le photographe Marcel Fortini Le Centre Méditerranéen de la Photographie à Bastia (Corse) En 1999 et 2000, il réalise deux films dans le cadre des Ateliers Video mis en place par Lieux Fictifs à la prison des Baumettes à Marseille: « Mon Ange » et « la Vraie Vie ». ces deux courts métrages expérimentent de nouvelles formes de représentation de la personne incarcérée. Le regard du détenu, sur lui, sur nous, sur la prison, et l?émotion qui s?en dégage sont intimement liés à l?acte de mémoire. A partir de 1997 il commence un travail en Corse sur l?insularité. En 2000, il réalise « Les cousins de Barbaggio » 73 mn. En 2001 « I Paceri » à la recherche des faiseurs de paix » En 2002, il retourne à la prison des Baumettes avec le projet « 9m2 pour deux » une expérience cinématographique qu?il co-écrit et réalise avec Jimmy Glasberg et la collaboration de Mourad, Roger, william, Christopher, Phillippe, Nordine, Bruno, Mohamed, Kamel, Olivier. Jimmy Glasberg Réalisateur - Directeur de la Photo AFC. Il a commencé sa carrière d?homme d?images dans les années soixante comme journaliste reporter-cameraman. Il participe ensuite activement au mouvement du ?cinéma direct? et collabore à de nombreux films utilisant cette technique de filmage : ?Continental Circus? ( Prix Jean Vigo) puis ?Shoah? (César du film documentaire) ? Français si vous saviez? etc... Parallèlement à sa carrière de directeur de la photographique dans l?industrie cinématographique ( Longs-métrages, Films publicitaires, Télé?film ) il réalise de nombreux documentaires. L?apparition des nouvelles technologies et plus particulièrement des caméras DV l?a conduit à réfléchir sur ces nouveaux outils et leur utilisation. C?est dans ce contexte qu?il entame en 2002 une expérience cinématographique en milieu carcéral à la prison des Baumettes à Marseille. Le film « 9M2 pour Deux » en est le résultat.

Ronald glasbergen, ronald glasberg
Catalogue : 2005air wave | Doc. expérimental | dv | couleur | 5:30 | Pays-Bas | Tchad | 2005
Ronald glasbergen , ronald glasberg
air wave
Doc. expérimental | dv | couleur | 5:30 | Pays-Bas | Tchad | 2005

"Air Wave", une courte vidéo et essai sonique, présente de manière simple et élégante les sujets suivants : la lenteur de la vie quotidienne dans certaines régions parmi les plus reculées du monde, mais aussi la soif d´informations de l´autre partie du monde - la partie connectée, le monde global. La pertinence du propos est durement renforcée par le fait que le sujet sur les informations soudanaises parle en partie de l´Irak (les distortions sonores le rendent accessible aux non-arabophones). Les prises de vue ont été réalisées au Tchad dans la région de Waddai et N´Djamena. L´artiste y était en tant qu´assistant pour un documentaire sur le problème des réfugiés du Darfour. "Air Waves", une des nombreuses vidéos d´artistes qui s´intéresse à des sujets concrets de la culture, est distribué par "Art for People"


Jean-luc godard
Catalogue : 2017Le Livre d'Image | Film expérimental | 4k | couleur | 85:0 | France | Suisse | 2018
Jean-luc godard
Le Livre d'Image
Film expérimental | 4k | couleur | 85:0 | France | Suisse | 2018

Te souviens-tu encore comment nous entrainions autrefois notre pensée ? Le plus souvent nous partions d’un rêve … Nous nous demandions comment dans l’obscurité totale Peuvent surgir en nous des couleurs d’une telle intensité D’une voix douce et faible Disant de grandes choses D’importantes, étonnantes, de profondes et justes choses Image et parole On dirait un mauvais rêve écrit dans une nuit d’orage Sous les yeux de l’Occident Les paradis perdus La guerre est là …


De nationalité Suisse. Né le 3 décembre 1930 à Paris (France)

Jean-luc godard
Catalogue : 2005Notre musique | Fiction | 35mm | couleur | 80:0 | Suisse | 2004
Jean-luc godard
Notre musique
Fiction | 35mm | couleur | 80:0 | Suisse | 2004

L`enfer, d`une durée d`environ sept à huit minutes, est composée de diverses images de guerre, sans ordre chronologique ni historique, avions, tanks, navires de combat, explosions, fusillade, exécutions, populations en fuite, paysages dévastés, villes détruites, etc. Le tout en noir et blanc comme en couleur. Les images restent muettes, accompagnées de quatre phrases et de quatre musiques (piano). Le purgatoire, d`une durée d`environ une heure, se déroule de nos jours dans la ville de Sarajevo - martyre parmi d`autres - à l`ocasion des Rencontres Européennes du Livre. Une visite au pont de Mostar en reconstruction symbolise l`échange entre culpabilité et pardon. Le paradis, d`une durée d`environ dix minutes, montre une jeune femme - vue dans la deuxième séquence - qui, s`étant sacrifiée, trouve la paix sur une petite plage au bord de l`eau, laquelle est gardée par quelques Marines des USA


Jean-Luc Godard est né à Paris le 3 décembre 1930. Son père, brillant médecin et sa mère, issue d`une très riche famille de banquiers, lui donnent une éducation au milieu des livres. Il fait ses études d`abord à Nyon, en Suisse, puis au lycée Buffon à Paris. Durant toute sa jeunesse, il sera partagé entre la Suisse et la France et par la différence de classe sociale de ses parents (grande bourgeoisie pour sa mère et moyenne bourgeoisie pour son père). En 1949, il suit des cours de lettres et de sciences à la Sorbonne puis prépare un certificat d`ethnologie. Ses études se partagent entre la peinture, la littérature, l`ethnographie et le cinéma (il suit des cours de l`Institut de filmologie de la Sorbonne). Parallèlement, il est très souvent au Ciné-club du Quartier Latin (où il fait la connaissance de Jacques Rivette, d`Eric Rohmer et de François Truffaut et à la Cinémathèque Française. Dès 1950, il écrit dans La Gazette du Cinéma, créée par Jacques Rivette. En 1952, par l`intermédiaire de sa mère qui connaît Jacques Doniol-Valcroze, le fondateur, avec André Bazin, des Cahiers du Cinéma, il écrit pour la première fois dans la revue (n°8 de janvier 1952) sous le pseudonyme de Hans Lucas. Il est alors très proche de Paul Gégauff et d`Eric Rohmer. En 1952, Jean-Luc Godard retourne en Suisse pour éviter le service militaire. Puis, pour éviter également l`enrôlement suisse, il part en Amérique du Sud et en Jamaïque. De retour en Suisse, il travaille à la télévision suisse romande à laquelle il vole de l`argent, ce qui lui vaut un bref séjour en prison puis en asile psychiatrique, sous la surveillance de son père. En 1954, après la mort de sa mère dans un accident de voiture, il réalise son premier court métrage Opération Béton, ayant pour thème la construction du barrage de la Grand-Dixence. Il a alors 24 ans et ce premier film lui permet d`avoir de l`argent devant lui. Ensuite, il enchaîne quatre courts-métrages plus personnels : Le Signe (adapté de Maupassant, réalisé et produit en Suisse par JLG), Une femme coquette (1955, l`histoire d`une femme qui écrit à une amie qu`elle a trompé son mari en séduisant le premier venu), Tous les garçons s`appellent Patrick (1957, l`histoire de deux amies qui rencontrent un coureur de jupons) et Une histoire d`eau (collaboration entre JLG et Truffaut : Truffaut filme les inondations de 1958 et Godard monte et commente). La rencontre du réalisateur avec le producteur Pierre Braunberger a considérablement aidé la naissance de ces courts-métrages. Mais c`est avec Charlotte et son Jules, son quatrième court-métrage de fiction que JLG annonce le style d`A bout de souffle, tant au niveau de l`image, du lieu (l`étroite chambre de l`hôtel de Suède) ou des personnages (la jeune fille détachée et le jeune homme amoureux trahi). Parallèlement à ces courts-métrages, JLG fait l`acteur pour ses amis : Eric Rohmer dans Charlotte et son steak (1953), Jacques Rivette dans Paris nous appartient (1958)? En 1960, après le tournage d`A bout de souffle (qu`il a pu tourner grâce aux signatures de Truffaut - à l`origine du scénario - et de Chabrol, et qui devient la figure de proue de la Nouvelle Vague), il épouse Anna Karina qui sera l`égérie de ses films suivants (Une femme est une femme, Vivre sa vie, Le Petit soldat?). Avec elle, en 1964, il fonde sa propre maison de production, Anouchka Films. Peu après le tournage de Pierrot le fou en 1965, ils divorcent. En 1966, pour la dernière fois dans un film de Godard, Anna Karina apparaît dans Anticipation (épisode du Plus vieux métier du monde), fable futuriste dans laquelle, à la fin, l`actrice lance à la caméra un regard d`adieu des plus émouvants. En 1967, Jean-Luc Godard tourne La Chinoise avec Anne Wiazemsky (petite fille de François Mauriac que l`on a déjà vu jouer dans Au hasard Balthazar de Robert Bresson). Il se marient à Paris la même année. Toujours en 1967, il participe à un travail collectif, Loin du Vietnam, pour lequel il part dans la partie nord du Vietnam. En 1968, il collabore pour la première fois avec la télévision pour tourner Le Gai Savoir qui sera refusé d`antenne, les commanditaires n`approuvant finalement pas le film du cinéaste. Après avoir manifesté son désaccord avec le limogeage d`Henri Langlois, alors directeur de la Cinémathèque Française, il fonde le groupe Dziga Vertov avec Jean-Pierre Gorin, Gérard Martin, Nathalie Billard et Armand Marco, militants marxistes-léninistes. Dans la mouvance des événements de mai 68, le groupe se consacre pendant plusieurs années à un cinéma politique aux revendications sociales exacerbées. Les années politiques de Godard durent jusqu`en 1972. Dès 1973, il commence à travailler avec Anne-Marie Miéville qui devient sa compagne. Pendant six ans, tous deux réalisent plusieurs films (dont beaucoup en vidéos) : Ici et ailleurs, Numéro deux, Six fois deux?. Cette période est marquée par une interrogation omniprésente sur le rapport entre les images et leur sujet et s`apparente finalement à des sortes de documentaires mis en scène. En 1979, il revient au " vrai " cinéma : il commence par travailler sur un projet qui ne verra jamais le jour avec Diane Keaton et Robert de Niro. Son réel retour se fait avec Sauve qui peut la vie, film tourné en 35 mm et dont le scénario a été écrit en collaboration avec Anne-Marie Miéville et Jean-Claude Carrière. Après le tournage de Passion, Jean-Luc Godard entreprend celui de Prénom Carmen. Isabelle Adjani, qui devait au départ interpréter le rôle de Carmen (finalement pris par Maruschka Detmers), quitte le plateau au bout de quelques jours. En 1984, afin de pouvoir terminer le difficile tournage de Je vous salue Marie, JLG accepte un film de commande. C`est Détective, avec Johnny Hallyday, Nathalie Baye et Claude Brasseur, film qu`il présente à Cannes où il reçoit une désormais fameuse tarte à la crème. Ensuite, entre quelques travails vidéos (dont, en vrac, Grandeur et Décadence d`un petit commerce de cinéma, hommage au septième art, On s`est tous défilés, vidéos sur les défilés de Marithé et François Girbaud, Le dernier mot, tourné pour les dix ans du Figaro Magazine) JLG tourne plusieurs longs-métrages remarqués, de Soigne ta droite à Nouvelle Vague en passant par Hélas pour moi et For ever Mozart. Parallèlement, il entreprend un ouvrage de taille : la conception d`un documentaire gigantesque visant à retracer la grande épopée du cinéma. C`est Histoire(s) du Cinéma qu`il réalise en 1998 (mais dont les deux premiers volets datent de 1988) et pour lesquelles il compile moult images de films et d`archives qu`il monte et commente. Ce document lui vaut un César d`honneur lors de la cérémonie de 1998. Cette année, c`est avec Eloge de l`amour qu`il revient au cinéma à proprement parler (après cinq ans d`absence dans les salles) et au Festival de Cannes, après avoir été nominé pour Sauve qui peut la vie (1979), Passion (1982), Détective (1985), Aria (1987, film collectif) et Nouvelle Vague (1990). Above: Deborah

Catalogue : 2006De l'origine du XXIe siècle | Film expérimental | dv | couleur | 16:0 | Suisse | France | 2000
Jean-luc godard
De l'origine du XXIe siècle
Film expérimental | dv | couleur | 16:0 | Suisse | France | 2000

D?emblée, on est époustouflé par tant de beauté : un paysage, un arbre, des promeneurs, une aria et une jeune fille à bicyclette. Peu après, un bus traverse la nuit en silence, comme dans un flottement ; on imagine un transport de prisonniers pendant la guerre en Yougoslavie ? trace mystérieuse qui se perd dans l?obscurité. Il s?agit ici de l?origine du XXIe siècle, une ?uvre de commande réalisée en 2000 pour l?ouverture du Festival de Cannes ? une tentative, comme il dit. « J?ai essayé de couvrir le souvenir des terribles explosions et crimes en tout genre des hommes par le visage des enfants et les larmes et les sourires des femmes. » Bien sûr, la tentative devait échouer, car dans cette rétrospective, il n?y a aucun remède contre les horreurs du siècle écoulé. Godard passe le XXe siècle en revue, dans le sens inverse ; ses courants majeurs sont constitués d?armées et de réfugiés, de canonnades et de prisonniers, de trains de marchandises et de montagnes de cadavres, de conquêtes et d?occupations, d?avilissement et de torture. Et quand une scène part à la recherche d?un siècle perdu, il ne s?agit pas de retrouver la douceur du souvenir mais une époque qui est perdue parce que ravagée par la violence et les guerres. L?autre scène, « Les plus belles années de notre vie » (d?après le film de William Wyler, The best years of our lives), n?est plus qu?humour macabre. Le XXe siècle, « pour moi » ? rajoute-t-il en guise d?excuse ?, est ornement et masse ; ce sont des destins isolés, noyés dans les grands courants, à moins qu?ils ne trouvent leur territoire dans une quelconque histoire qui est à la fois protection et consolation : « Il faut bien que tu comprennes que les hommes, pris en masse, jouent toujours le jeu de quelqu?un d?autre... jamais le leur. » Dans ces 17 minutes de malstrom, il est presque impossible d?identifier l?origine des images ? et c?est peut-être mieux ainsi. Celui qui vient de reconnaître dans le passage avec le petit garçon et sa voiture à pédales l?hôtel Overlook de The Shining va se demander l?instant d?après d?où vient l?autre passage, celui qui longe les cadavres gelés sur des rails couverts de neige. Les mouvements s?enchaînent, mais la juxtaposition est moins futile qu?elle ne paraît ; elle en appelle plutôt, comme un défi, à ne pas oublier les horreurs réelles par-delà les horreurs fictives. Et, inversement, de ne pas sous-estimer le cinéma, lorsqu?il s?agit de sonder et capter les courants invisibles d?une époque. Soudain, Jerry Lewis, en Nutty Professor torturé par sa métamorphose, semble offrir le commentaire adapté à un siècle qui s?est volontiers vu comme Dr Jekyll, mais plus volontiers encore transformé en M. Hyde. Même Jean Seberg ne parvient plus à rester l?observatrice neutre de l?univers de Godard, car son « qu?est-ce que c?est, dégueulasse ? » se retourne contre son temps. Que ce soit 1990, 1975, 1960, 1945, 1930 ou 1915, Godard trouverait le siècle passé tout simplement à vomir si n?étaient ces moments dans lesquels le visage d?un enfant ou le sourire d?une femme couvraient tout le reste. Mais tel qu?il le montre, ce ne sont que des épiphénomènes. « Est-ce que ce n?est pas le bonheur ? » ? « Tout de même, tu m?avoueras que tout cela est bien triste. » ? « Mais, mon cher, le bonheur n?est pas gai. »


Jean-Luc Godard est né à Paris le 3 décembre 1930. Son père, brillant médecin et sa mère, issue d`une très riche famille de banquiers, lui donnent une éducation au milieu des livres. Il fait ses études d`abord à Nyon, en Suisse, puis au lycée Buffon à Paris. Durant toute sa jeunesse, il sera partagé entre la Suisse et la France et par la différence de classe sociale de ses parents (grande bourgeoisie pour sa mère et moyenne bourgeoisie pour son père). En 1949, il suit des cours de lettres et de sciences à la Sorbonne puis prépare un certificat d`ethnologie. Ses études se partagent entre la peinture, la littérature, l`ethnographie et le cinéma (il suit des cours de l`Institut de filmologie de la Sorbonne). Parallèlement, il est très souvent au Ciné-club du Quartier Latin (où il fait la connaissance de Jacques Rivette, d`Eric Rohmer et de François Truffaut et à la Cinémathèque Française. Dès 1950, il écrit dans La Gazette du Cinéma, créée par Jacques Rivette. En 1952, par l`intermédiaire de sa mère qui connaît Jacques Doniol-Valcroze, le fondateur, avec André Bazin, des Cahiers du Cinéma, il écrit pour la première fois dans la revue (n°8 de janvier 1952) sous le pseudonyme de Hans Lucas. Il est alors très proche de Paul Gégauff et d`Eric Rohmer. En 1952, Jean-Luc Godard retourne en Suisse pour éviter le service militaire. Puis, pour éviter également l`enrôlement suisse, il part en Amérique du Sud et en Jamaïque. De retour en Suisse, il travaille à la télévision suisse romande à laquelle il vole de l`argent, ce qui lui vaut un bref séjour en prison puis en asile psychiatrique, sous la surveillance de son père. En 1954, après la mort de sa mère dans un accident de voiture, il réalise son premier court métrage Opération Béton, ayant pour thème la construction du barrage de la Grand-Dixence. Il a alors 24 ans et ce premier film lui permet d`avoir de l`argent devant lui. Ensuite, il enchaîne quatre courts-métrages plus personnels : Le Signe (adapté de Maupassant, réalisé et produit en Suisse par JLG), Une femme coquette (1955, l`histoire d`une femme qui écrit à une amie qu`elle a trompé son mari en séduisant le premier venu), Tous les garçons s`appellent Patrick (1957, l`histoire de deux amies qui rencontrent un coureur de jupons) et Une histoire d`eau (collaboration entre JLG et Truffaut : Truffaut filme les inondations de 1958 et Godard monte et commente). La rencontre du réalisateur avec le producteur Pierre Braunberger a considérablement aidé la naissance de ces courts-métrages. Mais c`est avec Charlotte et son Jules, son quatrième court-métrage de fiction que JLG annonce le style d`A bout de souffle, tant au niveau de l`image, du lieu (l`étroite chambre de l`hôtel de Suède) ou des personnages (la jeune fille détachée et le jeune homme amoureux trahi). Parallèlement à ces courts-métrages, JLG fait l`acteur pour ses amis : Eric Rohmer dans Charlotte et son steak (1953), Jacques Rivette dans Paris nous appartient (1958)? En 1960, après le tournage d`A bout de souffle (qu`il a pu tourner grâce aux signatures de Truffaut - à l`origine du scénario - et de Chabrol, et qui devient la figure de proue de la Nouvelle Vague), il épouse Anna Karina qui sera l`égérie de ses films suivants (Une femme est une femme, Vivre sa vie, Le Petit soldat?). Avec elle, en 1964, il fonde sa propre maison de production, Anouchka Films. Peu après le tournage de Pierrot le fou en 1965, ils divorcent. En 1966, pour la dernière fois dans un film de Godard, Anna Karina apparaît dans Anticipation (épisode du Plus vieux métier du monde), fable futuriste dans laquelle, à la fin, l`actrice lance à la caméra un regard d`adieu des plus émouvants. En 1967, Jean-Luc Godard tourne La Chinoise avec Anne Wiazemsky (petite fille de François Mauriac que l`on a déjà vu jouer dans Au hasard Balthazar de Robert Bresson). Il se marient à Paris la même année. Toujours en 1967, il participe à un travail collectif, Loin du Vietnam, pour lequel il part dans la partie nord du Vietnam. En 1968, il collabore pour la première fois avec la télévision pour tourner Le Gai Savoir qui sera refusé d`antenne, les commanditaires n`approuvant finalement pas le film du cinéaste. Après avoir manifesté son désaccord avec le limogeage d`Henri Langlois, alors directeur de la Cinémathèque Française, il fonde le groupe Dziga Vertov avec Jean-Pierre Gorin, Gérard Martin, Nathalie Billard et Armand Marco, militants marxistes-léninistes. Dans la mouvance des événements de mai 68, le groupe se consacre pendant plusieurs années à un cinéma politique aux revendications sociales exacerbées. Les années politiques de Godard durent jusqu`en 1972. Dès 1973, il commence à travailler avec Anne-Marie Miéville qui devient sa compagne. Pendant six ans, tous deux réalisent plusieurs films (dont beaucoup en vidéos) : Ici et ailleurs, Numéro deux, Six fois deux?. Cette période est marquée par une interrogation omniprésente sur le rapport entre les images et leur sujet et s`apparente finalement à des sortes de documentaires mis en scène. En 1979, il revient au " vrai " cinéma : il commence par travailler sur un projet qui ne verra jamais le jour avec Diane Keaton et Robert de Niro. Son réel retour se fait avec Sauve qui peut la vie, film tourné en 35 mm et dont le scénario a été écrit en collaboration avec Anne-Marie Miéville et Jean-Claude Carrière. Après le tournage de Passion, Jean-Luc Godard entreprend celui de Prénom Carmen. Isabelle Adjani, qui devait au départ interpréter le rôle de Carmen (finalement pris par Maruschka Detmers), quitte le plateau au bout de quelques jours. En 1984, afin de pouvoir terminer le difficile tournage de Je vous salue Marie, JLG accepte un film de commande. C`est Détective, avec Johnny Hallyday, Nathalie Baye et Claude Brasseur, film qu`il présente à Cannes où il reçoit une désormais fameuse tarte à la crème. Ensuite, entre quelques travails vidéos (dont, en vrac, Grandeur et Décadence d`un petit commerce de cinéma, hommage au septième art, On s`est tous défilés, vidéos sur les défilés de Marithé et François Girbaud, Le dernier mot, tourné pour les dix ans du Figaro Magazine) JLG tourne plusieurs longs-métrages remarqués, de Soigne ta droite à Nouvelle Vague en passant par Hélas pour moi et For ever Mozart. Parallèlement, il entreprend un ouvrage de taille : la conception d`un documentaire gigantesque visant à retracer la grande épopée du cinéma. C`est Histoire(s) du Cinéma qu`il réalise en 1998 (mais dont les deux premiers volets datent de 1988) et pour lesquelles il compile moult images de films et d`archives qu`il monte et commente. Ce document lui vaut un César d`honneur lors de la cérémonie de 1998. Cette année, c`est avec Eloge de l`amour qu`il revient au cinéma à proprement parler (après cinq ans d`absence dans les salles) et au Festival de Cannes, après avoir été nominé pour Sauve qui peut la vie (1979), Passion (1982), Détective (1985), Aria (1987, film collectif) et Nouvelle Vague (1990).

Catalogue : 2006The Old Place | Doc. expérimental | dv | couleur | 47:0 | Suisse | 1999
Jean-luc godard
The Old Place
Doc. expérimental | dv | couleur | 47:0 | Suisse | 1999

L??uvre de commande pour le Museum of Modern Art de New York en 1999 aurait pu s?intituler De l?Origine de l?art ? avec la mention supplémentaire « pour nous ». Car Godard et Anne-Marie Miéville, dans cette méditation sur l?art et ses rapports à la réalité, retournent sans cesse à ses origines ? autrement dit, « c?est à la fois ce qui se découvre comme absolument nouveau et ce qui se reconnaît comme ayant existé de tout temps. » Les deux établissent un aimable dialogue avec les autres arts ? la littérature, les arts plastiques, la musique. Il ne s?agit pas non plus ici de donner un aperçu de l?histoire de l?art, mais d?ouvrir des brèches en se demandant quel rapport l?art entretient avec la réalité et ses horreurs. Il ne faut pas s?attendre à quoi que ce soit d?absolu, mais se laisser porter par le cours des images, qui tissent et retissent sans cesse des liens nouveaux, les unes avec les autres, avec les textes et la musique. À une peinture de Monet, Godard et Miéville associent des images de coquelicots poussant le long d?une autoroute ; ainsi faut-il sans doute imaginer leur méthode de travail : hors des sentiers battus de l?histoire de l?art, ils rencontrent partout de l?herbe sauvage. Le matériau est tout organisé, comme par le Dr Mabuse, avec ses mille yeux, et ce qui touche dans ce travail, c?est la simultanéité avec laquelle tout semble coexister et se tendre la main. Tout d?un coup, on est pris d?une grande gratitude ? quel bonheur, en effet, pour les humains que l?art, que tous les arts veillent imperturbablement à former notre image du monde, alors que ce monde fait tout pour nous vendre d?autres images comme étant la réalité. En dépit de son côté radical, il y a toujours eu chez Godard une grande tendresse : il peut arriver que l?on entende soudain la Pastorale de Beethoven et que l?on voit une petite fille avec une natte, dans une petite robe bleue, en train de peindre des fleurs.


Jean-Luc Godard est né à Paris le 3 décembre 1930. Son père, brillant médecin et sa mère, issue d`une très riche famille de banquiers, lui donnent une éducation au milieu des livres. Il fait ses études d`abord à Nyon, en Suisse, puis au lycée Buffon à Paris. Durant toute sa jeunesse, il sera partagé entre la Suisse et la France et par la différence de classe sociale de ses parents (grande bourgeoisie pour sa mère et moyenne bourgeoisie pour son père). En 1949, il suit des cours de lettres et de sciences à la Sorbonne puis prépare un certificat d`ethnologie. Ses études se partagent entre la peinture, la littérature, l`ethnographie et le cinéma (il suit des cours de l`Institut de filmologie de la Sorbonne). Parallèlement, il est très souvent au Ciné-club du Quartier Latin (où il fait la connaissance de Jacques Rivette, d`Eric Rohmer et de François Truffaut et à la Cinémathèque Française. Dès 1950, il écrit dans La Gazette du Cinéma, créée par Jacques Rivette. En 1952, par l`intermédiaire de sa mère qui connaît Jacques Doniol-Valcroze, le fondateur, avec André Bazin, des Cahiers du Cinéma, il écrit pour la première fois dans la revue (n°8 de janvier 1952) sous le pseudonyme de Hans Lucas. Il est alors très proche de Paul Gégauff et d`Eric Rohmer. En 1952, Jean-Luc Godard retourne en Suisse pour éviter le service militaire. Puis, pour éviter également l`enrôlement suisse, il part en Amérique du Sud et en Jamaïque. De retour en Suisse, il travaille à la télévision suisse romande à laquelle il vole de l`argent, ce qui lui vaut un bref séjour en prison puis en asile psychiatrique, sous la surveillance de son père. En 1954, après la mort de sa mère dans un accident de voiture, il réalise son premier court métrage Opération Béton, ayant pour thème la construction du barrage de la Grand-Dixence. Il a alors 24 ans et ce premier film lui permet d`avoir de l`argent devant lui. Ensuite, il enchaîne quatre courts-métrages plus personnels : Le Signe (adapté de Maupassant, réalisé et produit en Suisse par JLG), Une femme coquette (1955, l`histoire d`une femme qui écrit à une amie qu`elle a trompé son mari en séduisant le premier venu), Tous les garçons s`appellent Patrick (1957, l`histoire de deux amies qui rencontrent un coureur de jupons) et Une histoire d`eau (collaboration entre JLG et Truffaut : Truffaut filme les inondations de 1958 et Godard monte et commente). La rencontre du réalisateur avec le producteur Pierre Braunberger a considérablement aidé la naissance de ces courts-métrages. Mais c`est avec Charlotte et son Jules, son quatrième court-métrage de fiction que JLG annonce le style d`A bout de souffle, tant au niveau de l`image, du lieu (l`étroite chambre de l`hôtel de Suède) ou des personnages (la jeune fille détachée et le jeune homme amoureux trahi). Parallèlement à ces courts-métrages, JLG fait l`acteur pour ses amis : Eric Rohmer dans Charlotte et son steak (1953), Jacques Rivette dans Paris nous appartient (1958)? En 1960, après le tournage d`A bout de souffle (qu`il a pu tourner grâce aux signatures de Truffaut - à l`origine du scénario - et de Chabrol, et qui devient la figure de proue de la Nouvelle Vague), il épouse Anna Karina qui sera l`égérie de ses films suivants (Une femme est une femme, Vivre sa vie, Le Petit soldat?). Avec elle, en 1964, il fonde sa propre maison de production, Anouchka Films. Peu après le tournage de Pierrot le fou en 1965, ils divorcent. En 1966, pour la dernière fois dans un film de Godard, Anna Karina apparaît dans Anticipation (épisode du Plus vieux métier du monde), fable futuriste dans laquelle, à la fin, l`actrice lance à la caméra un regard d`adieu des plus émouvants. En 1967, Jean-Luc Godard tourne La Chinoise avec Anne Wiazemsky (petite fille de François Mauriac que l`on a déjà vu jouer dans Au hasard Balthazar de Robert Bresson). Il se marient à Paris la même année. Toujours en 1967, il participe à un travail collectif, Loin du Vietnam, pour lequel il part dans la partie nord du Vietnam. En 1968, il collabore pour la première fois avec la télévision pour tourner Le Gai Savoir qui sera refusé d`antenne, les commanditaires n`approuvant finalement pas le film du cinéaste. Après avoir manifesté son désaccord avec le limogeage d`Henri Langlois, alors directeur de la Cinémathèque Française, il fonde le groupe Dziga Vertov avec Jean-Pierre Gorin, Gérard Martin, Nathalie Billard et Armand Marco, militants marxistes-léninistes. Dans la mouvance des événements de mai 68, le groupe se consacre pendant plusieurs années à un cinéma politique aux revendications sociales exacerbées. Les années politiques de Godard durent jusqu`en 1972. Dès 1973, il commence à travailler avec Anne-Marie Miéville qui devient sa compagne. Pendant six ans, tous deux réalisent plusieurs films (dont beaucoup en vidéos) : Ici et ailleurs, Numéro deux, Six fois deux?. Cette période est marquée par une interrogation omniprésente sur le rapport entre les images et leur sujet et s`apparente finalement à des sortes de documentaires mis en scène. En 1979, il revient au " vrai " cinéma : il commence par travailler sur un projet qui ne verra jamais le jour avec Diane Keaton et Robert de Niro. Son réel retour se fait avec Sauve qui peut la vie, film tourné en 35 mm et dont le scénario a été écrit en collaboration avec Anne-Marie Miéville et Jean-Claude Carrière. Après le tournage de Passion, Jean-Luc Godard entreprend celui de Prénom Carmen. Isabelle Adjani, qui devait au départ interpréter le rôle de Carmen (finalement pris par Maruschka Detmers), quitte le plateau au bout de quelques jours. En 1984, afin de pouvoir terminer le difficile tournage de Je vous salue Marie, JLG accepte un film de commande. C`est Détective, avec Johnny Hallyday, Nathalie Baye et Claude Brasseur, film qu`il présente à Cannes où il reçoit une désormais fameuse tarte à la crème. Ensuite, entre quelques travails vidéos (dont, en vrac, Grandeur et Décadence d`un petit commerce de cinéma, hommage au septième art, On s`est tous défilés, vidéos sur les défilés de Marithé et François Girbaud, Le dernier mot, tourné pour les dix ans du Figaro Magazine) JLG tourne plusieurs longs-métrages remarqués, de Soigne ta droite à Nouvelle Vague en passant par Hélas pour moi et For ever Mozart. Parallèlement, il entreprend un ouvrage de taille : la conception d`un documentaire gigantesque visant à retracer la grande épopée du cinéma. C`est Histoire(s) du Cinéma qu`il réalise en 1998 (mais dont les deux premiers volets datent de 1988) et pour lesquelles il compile moult images de films et d`archives qu`il monte et commente. Ce document lui vaut un César d`honneur lors de la cérémonie de 1998. Cette année, c`est avec Eloge de l`amour qu`il revient au cinéma à proprement parler (après cinq ans d`absence dans les salles) et au Festival de Cannes, après avoir été nominé pour Sauve qui peut la vie (1979), Passion (1982), Détective (1985), Aria (1987, film collectif) et Nouvelle Vague (1990).

Catalogue : 2006Liberté et patrie | Documentaire | dv | couleur | 21:0 | Suisse | 2002
Jean-luc godard
Liberté et patrie
Documentaire | dv | couleur | 21:0 | Suisse | 2002

Cette ?uvre de commande pour l?Expo Suisse 2002 est, à bien des égards, la réalisation la plus insouciante, bien qu?elle commence sur le 11 septembre. De nouveau se pose la question : qu?est-ce qu?est la réalité, qui impose son interprétation ? On assiste à un joyeux va-et-vient de trains le long du lac Léman, entrecoupé par des peintures et l?histoire du peintre Aimé Pache, qui partit pour Paris et revint dans le Vaudois dans les années 1960 pour achever un grand tableau. Là aussi, il y a un de ces moments dont la beauté époustouflant ; par exemple, quand dans un dialogue entre les narrateurs Jean-Pierre Gos et Geneviève Pasquier, on entend soudain : « Il décide de revenir au pays. Elle accepte. Elle pose la tête sur son épaule parce que l?amour est lourd à porter. C?est une fille avec un garçon. » Ces quatre ?uvres sont des symphonies d?images, de citations, de sons et de bandes sonores. C?est comme si le cinéma lui-même nous parlait, en frère de tous les autres arts, s?entretenant aimablement avec la peinture, la littérature, la musique. Par moments, on dirait que quelqu?un ici essaie de penser avec la rétine. « Une forme qui pense », comme le suggèrent ses Histoire(s) du Cinéma : de fait, on a constamment l?impression que Godard incite les formes elles-mêmes à penser. Sans pour autant que la tâche soit facile, ni pour lui ni pour ses spectateurs. Mais qu?il se le permette donc, car le cinéma, après tout, se rend et nous rend bien trop souvent la tâche bien trop facile.


Jean-Luc Godard est né à Paris le 3 décembre 1930. Son père, brillant médecin et sa mère, issue d`une très riche famille de banquiers, lui donnent une éducation au milieu des livres. Il fait ses études d`abord à Nyon, en Suisse, puis au lycée Buffon à Paris. Durant toute sa jeunesse, il sera partagé entre la Suisse et la France et par la différence de classe sociale de ses parents (grande bourgeoisie pour sa mère et moyenne bourgeoisie pour son père). En 1949, il suit des cours de lettres et de sciences à la Sorbonne puis prépare un certificat d`ethnologie. Ses études se partagent entre la peinture, la littérature, l`ethnographie et le cinéma (il suit des cours de l`Institut de filmologie de la Sorbonne). Parallèlement, il est très souvent au Ciné-club du Quartier Latin (où il fait la connaissance de Jacques Rivette, d`Eric Rohmer et de François Truffaut et à la Cinémathèque Française. Dès 1950, il écrit dans La Gazette du Cinéma, créée par Jacques Rivette. En 1952, par l`intermédiaire de sa mère qui connaît Jacques Doniol-Valcroze, le fondateur, avec André Bazin, des Cahiers du Cinéma, il écrit pour la première fois dans la revue (n°8 de janvier 1952) sous le pseudonyme de Hans Lucas. Il est alors très proche de Paul Gégauff et d`Eric Rohmer. En 1952, Jean-Luc Godard retourne en Suisse pour éviter le service militaire. Puis, pour éviter également l`enrôlement suisse, il part en Amérique du Sud et en Jamaïque. De retour en Suisse, il travaille à la télévision suisse romande à laquelle il vole de l`argent, ce qui lui vaut un bref séjour en prison puis en asile psychiatrique, sous la surveillance de son père. En 1954, après la mort de sa mère dans un accident de voiture, il réalise son premier court métrage Opération Béton, ayant pour thème la construction du barrage de la Grand-Dixence. Il a alors 24 ans et ce premier film lui permet d`avoir de l`argent devant lui. Ensuite, il enchaîne quatre courts-métrages plus personnels : Le Signe (adapté de Maupassant, réalisé et produit en Suisse par JLG), Une femme coquette (1955, l`histoire d`une femme qui écrit à une amie qu`elle a trompé son mari en séduisant le premier venu), Tous les garçons s`appellent Patrick (1957, l`histoire de deux amies qui rencontrent un coureur de jupons) et Une histoire d`eau (collaboration entre JLG et Truffaut : Truffaut filme les inondations de 1958 et Godard monte et commente). La rencontre du réalisateur avec le producteur Pierre Braunberger a considérablement aidé la naissance de ces courts-métrages. Mais c`est avec Charlotte et son Jules, son quatrième court-métrage de fiction que JLG annonce le style d`A bout de souffle, tant au niveau de l`image, du lieu (l`étroite chambre de l`hôtel de Suède) ou des personnages (la jeune fille détachée et le jeune homme amoureux trahi). Parallèlement à ces courts-métrages, JLG fait l`acteur pour ses amis : Eric Rohmer dans Charlotte et son steak (1953), Jacques Rivette dans Paris nous appartient (1958)? En 1960, après le tournage d`A bout de souffle (qu`il a pu tourner grâce aux signatures de Truffaut - à l`origine du scénario - et de Chabrol, et qui devient la figure de proue de la Nouvelle Vague), il épouse Anna Karina qui sera l`égérie de ses films suivants (Une femme est une femme, Vivre sa vie, Le Petit soldat?). Avec elle, en 1964, il fonde sa propre maison de production, Anouchka Films. Peu après le tournage de Pierrot le fou en 1965, ils divorcent. En 1966, pour la dernière fois dans un film de Godard, Anna Karina apparaît dans Anticipation (épisode du Plus vieux métier du monde), fable futuriste dans laquelle, à la fin, l`actrice lance à la caméra un regard d`adieu des plus émouvants. En 1967, Jean-Luc Godard tourne La Chinoise avec Anne Wiazemsky (petite fille de François Mauriac que l`on a déjà vu jouer dans Au hasard Balthazar de Robert Bresson). Il se marient à Paris la même année. Toujours en 1967, il participe à un travail collectif, Loin du Vietnam, pour lequel il part dans la partie nord du Vietnam. En 1968, il collabore pour la première fois avec la télévision pour tourner Le Gai Savoir qui sera refusé d`antenne, les commanditaires n`approuvant finalement pas le film du cinéaste. Après avoir manifesté son désaccord avec le limogeage d`Henri Langlois, alors directeur de la Cinémathèque Française, il fonde le groupe Dziga Vertov avec Jean-Pierre Gorin, Gérard Martin, Nathalie Billard et Armand Marco, militants marxistes-léninistes. Dans la mouvance des événements de mai 68, le groupe se consacre pendant plusieurs années à un cinéma politique aux revendications sociales exacerbées. Les années politiques de Godard durent jusqu`en 1972. Dès 1973, il commence à travailler avec Anne-Marie Miéville qui devient sa compagne. Pendant six ans, tous deux réalisent plusieurs films (dont beaucoup en vidéos) : Ici et ailleurs, Numéro deux, Six fois deux?. Cette période est marquée par une interrogation omniprésente sur le rapport entre les images et leur sujet et s`apparente finalement à des sortes de documentaires mis en scène. En 1979, il revient au " vrai " cinéma : il commence par travailler sur un projet qui ne verra jamais le jour avec Diane Keaton et Robert de Niro. Son réel retour se fait avec Sauve qui peut la vie, film tourné en 35 mm et dont le scénario a été écrit en collaboration avec Anne-Marie Miéville et Jean-Claude Carrière. Après le tournage de Passion, Jean-Luc Godard entreprend celui de Prénom Carmen. Isabelle Adjani, qui devait au départ interpréter le rôle de Carmen (finalement pris par Maruschka Detmers), quitte le plateau au bout de quelques jours. En 1984, afin de pouvoir terminer le difficile tournage de Je vous salue Marie, JLG accepte un film de commande. C`est Détective, avec Johnny Hallyday, Nathalie Baye et Claude Brasseur, film qu`il présente à Cannes où il reçoit une désormais fameuse tarte à la crème. Ensuite, entre quelques travails vidéos (dont, en vrac, Grandeur et Décadence d`un petit commerce de cinéma, hommage au septième art, On s`est tous défilés, vidéos sur les défilés de Marithé et François Girbaud, Le dernier mot, tourné pour les dix ans du Figaro Magazine) JLG tourne plusieurs longs-métrages remarqués, de Soigne ta droite à Nouvelle Vague en passant par Hélas pour moi et For ever Mozart. Parallèlement, il entreprend un ouvrage de taille : la conception d`un documentaire gigantesque visant à retracer la grande épopée du cinéma. C`est Histoire(s) du Cinéma qu`il réalise en 1998 (mais dont les deux premiers volets datent de 1988) et pour lesquelles il compile moult images de films et d`archives qu`il monte et commente. Ce document lui vaut un César d`honneur lors de la cérémonie de 1998. Cette année, c`est avec Eloge de l`amour qu`il revient au cinéma à proprement parler (après cinq ans d`absence dans les salles) et au Festival de Cannes, après avoir été nominé pour Sauve qui peut la vie (1979), Passion (1982), Détective (1985), Aria (1987, film collectif) et Nouvelle Vague (1990).

Catalogue : 2006Je vous salue, Sarajevo | Documentaire | dv | couleur | 2:0 | Suisse | 1993
Jean-luc godard
Je vous salue, Sarajevo
Documentaire | dv | couleur | 2:0 | Suisse | 1993

Ce qu?il dit dans Je vous salue, Sarajevo vaut toujours : « Il y a la culture qui est de la règle, il y a l?exception qui est de l?art. » À titre d?exemples, il cite Flaubert et Dostoïevski, Gershwin et Mozart, Cézanne et Vermeer, Antonioni et Vigo. Mais avant que l?on se demande s?il invoque le consensus culturel ou ses saints patrons, il passe en détail une photo de la guerre en Yougoslavie et énumère : Srebrenica, Mostar, Sarajevo. « Il est de la règle de vouloir la mort de l?exception. Il sera donc de la règle de l?Europe de la culture d?organiser la mort de l?art de vivre qui fleurit encore. » Puis on voit la photo dans son ensemble : deux soldats patrouillent, l?un debout sur trois passants couchés à même le sol, la tête dans les bras ; il a une cigarette à la main et, dans un mouvement de la jambe, s?apprête à donner un coup à l?une des femmes par terre. On voit bien que lui aussi a de bonnes raisons de ne se faire aucune illusion sur ce que nous appelons la culture. Toutes ses réalisations tardives portent d?ailleurs en elles le rude constat que l?Europe n?a pas retenu grand-chose d?un siècle de guerres pour se lancer ainsi, sans réfléchir, dans une nouvelle guerre. Rien que pour cela, ces films sont à tout point de vue des travaux contre l?oubli. Michael Althen Traduction : Martine Passelaigue


Jean-Luc Godard est né à Paris le 3 décembre 1930. Son père, brillant médecin et sa mère, issue d`une très riche famille de banquiers, lui donnent une éducation au milieu des livres. Il fait ses études d`abord à Nyon, en Suisse, puis au lycée Buffon à Paris. Durant toute sa jeunesse, il sera partagé entre la Suisse et la France et par la différence de classe sociale de ses parents (grande bourgeoisie pour sa mère et moyenne bourgeoisie pour son père). En 1949, il suit des cours de lettres et de sciences à la Sorbonne puis prépare un certificat d`ethnologie. Ses études se partagent entre la peinture, la littérature, l`ethnographie et le cinéma (il suit des cours de l`Institut de filmologie de la Sorbonne). Parallèlement, il est très souvent au Ciné-club du Quartier Latin (où il fait la connaissance de Jacques Rivette, d`Eric Rohmer et de François Truffaut et à la Cinémathèque Française. Dès 1950, il écrit dans La Gazette du Cinéma, créée par Jacques Rivette. En 1952, par l`intermédiaire de sa mère qui connaît Jacques Doniol-Valcroze, le fondateur, avec André Bazin, des Cahiers du Cinéma, il écrit pour la première fois dans la revue (n°8 de janvier 1952) sous le pseudonyme de Hans Lucas. Il est alors très proche de Paul Gégauff et d`Eric Rohmer. En 1952, Jean-Luc Godard retourne en Suisse pour éviter le service militaire. Puis, pour éviter également l`enrôlement suisse, il part en Amérique du Sud et en Jamaïque. De retour en Suisse, il travaille à la télévision suisse romande à laquelle il vole de l`argent, ce qui lui vaut un bref séjour en prison puis en asile psychiatrique, sous la surveillance de son père. En 1954, après la mort de sa mère dans un accident de voiture, il réalise son premier court métrage Opération Béton, ayant pour thème la construction du barrage de la Grand-Dixence. Il a alors 24 ans et ce premier film lui permet d`avoir de l`argent devant lui. Ensuite, il enchaîne quatre courts-métrages plus personnels : Le Signe (adapté de Maupassant, réalisé et produit en Suisse par JLG), Une femme coquette (1955, l`histoire d`une femme qui écrit à une amie qu`elle a trompé son mari en séduisant le premier venu), Tous les garçons s`appellent Patrick (1957, l`histoire de deux amies qui rencontrent un coureur de jupons) et Une histoire d`eau (collaboration entre JLG et Truffaut : Truffaut filme les inondations de 1958 et Godard monte et commente). La rencontre du réalisateur avec le producteur Pierre Braunberger a considérablement aidé la naissance de ces courts-métrages. Mais c`est avec Charlotte et son Jules, son quatrième court-métrage de fiction que JLG annonce le style d`A bout de souffle, tant au niveau de l`image, du lieu (l`étroite chambre de l`hôtel de Suède) ou des personnages (la jeune fille détachée et le jeune homme amoureux trahi). Parallèlement à ces courts-métrages, JLG fait l`acteur pour ses amis : Eric Rohmer dans Charlotte et son steak (1953), Jacques Rivette dans Paris nous appartient (1958)? En 1960, après le tournage d`A bout de souffle (qu`il a pu tourner grâce aux signatures de Truffaut - à l`origine du scénario - et de Chabrol, et qui devient la figure de proue de la Nouvelle Vague), il épouse Anna Karina qui sera l`égérie de ses films suivants (Une femme est une femme, Vivre sa vie, Le Petit soldat?). Avec elle, en 1964, il fonde sa propre maison de production, Anouchka Films. Peu après le tournage de Pierrot le fou en 1965, ils divorcent. En 1966, pour la dernière fois dans un film de Godard, Anna Karina apparaît dans Anticipation (épisode du Plus vieux métier du monde), fable futuriste dans laquelle, à la fin, l`actrice lance à la caméra un regard d`adieu des plus émouvants. En 1967, Jean-Luc Godard tourne La Chinoise avec Anne Wiazemsky (petite fille de François Mauriac que l`on a déjà vu jouer dans Au hasard Balthazar de Robert Bresson). Il se marient à Paris la même année. Toujours en 1967, il participe à un travail collectif, Loin du Vietnam, pour lequel il part dans la partie nord du Vietnam. En 1968, il collabore pour la première fois avec la télévision pour tourner Le Gai Savoir qui sera refusé d`antenne, les commanditaires n`approuvant finalement pas le film du cinéaste. Après avoir manifesté son désaccord avec le limogeage d`Henri Langlois, alors directeur de la Cinémathèque Française, il fonde le groupe Dziga Vertov avec Jean-Pierre Gorin, Gérard Martin, Nathalie Billard et Armand Marco, militants marxistes-léninistes. Dans la mouvance des événements de mai 68, le groupe se consacre pendant plusieurs années à un cinéma politique aux revendications sociales exacerbées. Les années politiques de Godard durent jusqu`en 1972. Dès 1973, il commence à travailler avec Anne-Marie Miéville qui devient sa compagne. Pendant six ans, tous deux réalisent plusieurs films (dont beaucoup en vidéos) : Ici et ailleurs, Numéro deux, Six fois deux?. Cette période est marquée par une interrogation omniprésente sur le rapport entre les images et leur sujet et s`apparente finalement à des sortes de documentaires mis en scène. En 1979, il revient au " vrai " cinéma : il commence par travailler sur un projet qui ne verra jamais le jour avec Diane Keaton et Robert de Niro. Son réel retour se fait avec Sauve qui peut la vie, film tourné en 35 mm et dont le scénario a été écrit en collaboration avec Anne-Marie Miéville et Jean-Claude Carrière. Après le tournage de Passion, Jean-Luc Godard entreprend celui de Prénom Carmen. Isabelle Adjani, qui devait au départ interpréter le rôle de Carmen (finalement pris par Maruschka Detmers), quitte le plateau au bout de quelques jours. En 1984, afin de pouvoir terminer le difficile tournage de Je vous salue Marie, JLG accepte un film de commande. C`est Détective, avec Johnny Hallyday, Nathalie Baye et Claude Brasseur, film qu`il présente à Cannes où il reçoit une désormais fameuse tarte à la crème. Ensuite, entre quelques travails vidéos (dont, en vrac, Grandeur et Décadence d`un petit commerce de cinéma, hommage au septième art, On s`est tous défilés, vidéos sur les défilés de Marithé et François Girbaud, Le dernier mot, tourné pour les dix ans du Figaro Magazine) JLG tourne plusieurs longs-métrages remarqués, de Soigne ta droite à Nouvelle Vague en passant par Hélas pour moi et For ever Mozart. Parallèlement, il entreprend un ouvrage de taille : la conception d`un documentaire gigantesque visant à retracer la grande épopée du cinéma. C`est Histoire(s) du Cinéma qu`il réalise en 1998 (mais dont les deux premiers volets datent de 1988) et pour lesquelles il compile moult images de films et d`archives qu`il monte et commente. Ce document lui vaut un César d`honneur lors de la cérémonie de 1998. Cette année, c`est avec Eloge de l`amour qu`il revient au cinéma à proprement parler (après cinq ans d`absence dans les salles) et au Festival de Cannes, après avoir été nominé pour Sauve qui peut la vie (1979), Passion (1982), Détective (1985), Aria (1987, film collectif) et Nouvelle Vague (1990).

Jean-luc godard
Catalogue : 2005Black september | Vidéo expérimentale | dv | couleur | 1:0 | Suisse | USA | 2004
Jean-luc godard
Black september
Vidéo expérimentale | dv | couleur | 1:0 | Suisse | USA | 2004

Jean-luc godard, anne-marie mieville
Catalogue : 2005Black september | Vidéo expérimentale | dv | couleur | 1:0 | Suisse | USA | 2004
Jean-luc godard , anne-marie mieville
Black september
Vidéo expérimentale | dv | couleur | 1:0 | Suisse | USA | 2004

Jean-luc godard, anne-marie mieville
Catalogue : 2005Notre musique | Fiction | 35mm | couleur | 80:0 | Suisse | 2004
Jean-luc godard , anne-marie mieville
Notre musique
Fiction | 35mm | couleur | 80:0 | Suisse | 2004

L`enfer, d`une durée d`environ sept à huit minutes, est composée de diverses images de guerre, sans ordre chronologique ni historique, avions, tanks, navires de combat, explosions, fusillade, exécutions, populations en fuite, paysages dévastés, villes détruites, etc. Le tout en noir et blanc comme en couleur. Les images restent muettes, accompagnées de quatre phrases et de quatre musiques (piano). Le purgatoire, d`une durée d`environ une heure, se déroule de nos jours dans la ville de Sarajevo - martyre parmi d`autres - à l`ocasion des Rencontres Européennes du Livre. Une visite au pont de Mostar en reconstruction symbolise l`échange entre culpabilité et pardon. Le paradis, d`une durée d`environ dix minutes, montre une jeune femme - vue dans la deuxième séquence - qui, s`étant sacrifiée, trouve la paix sur une petite plage au bord de l`eau, laquelle est gardée par quelques Marines des USA


Jean-Luc Godard est né à Paris le 3 décembre 1930. Son père, brillant médecin et sa mère, issue d`une très riche famille de banquiers, lui donnent une éducation au milieu des livres. Il fait ses études d`abord à Nyon, en Suisse, puis au lycée Buffon à Paris. Durant toute sa jeunesse, il sera partagé entre la Suisse et la France et par la différence de classe sociale de ses parents (grande bourgeoisie pour sa mère et moyenne bourgeoisie pour son père). En 1949, il suit des cours de lettres et de sciences à la Sorbonne puis prépare un certificat d`ethnologie. Ses études se partagent entre la peinture, la littérature, l`ethnographie et le cinéma (il suit des cours de l`Institut de filmologie de la Sorbonne). Parallèlement, il est très souvent au Ciné-club du Quartier Latin (où il fait la connaissance de Jacques Rivette, d`Eric Rohmer et de François Truffaut et à la Cinémathèque Française. Dès 1950, il écrit dans La Gazette du Cinéma, créée par Jacques Rivette. En 1952, par l`intermédiaire de sa mère qui connaît Jacques Doniol-Valcroze, le fondateur, avec André Bazin, des Cahiers du Cinéma, il écrit pour la première fois dans la revue (n°8 de janvier 1952) sous le pseudonyme de Hans Lucas. Il est alors très proche de Paul Gégauff et d`Eric Rohmer. En 1952, Jean-Luc Godard retourne en Suisse pour éviter le service militaire. Puis, pour éviter également l`enrôlement suisse, il part en Amérique du Sud et en Jamaïque. De retour en Suisse, il travaille à la télévision suisse romande à laquelle il vole de l`argent, ce qui lui vaut un bref séjour en prison puis en asile psychiatrique, sous la surveillance de son père. En 1954, après la mort de sa mère dans un accident de voiture, il réalise son premier court métrage Opération Béton, ayant pour thème la construction du barrage de la Grand-Dixence. Il a alors 24 ans et ce premier film lui permet d`avoir de l`argent devant lui. Ensuite, il enchaîne quatre courts-métrages plus personnels : Le Signe (adapté de Maupassant, réalisé et produit en Suisse par JLG), Une femme coquette (1955, l`histoire d`une femme qui écrit à une amie qu`elle a trompé son mari en séduisant le premier venu), Tous les garçons s`appellent Patrick (1957, l`histoire de deux amies qui rencontrent un coureur de jupons) et Une histoire d`eau (collaboration entre JLG et Truffaut : Truffaut filme les inondations de 1958 et Godard monte et commente). La rencontre du réalisateur avec le producteur Pierre Braunberger a considérablement aidé la naissance de ces courts-métrages. Mais c`est avec Charlotte et son Jules, son quatrième court-métrage de fiction que JLG annonce le style d`A bout de souffle, tant au niveau de l`image, du lieu (l`étroite chambre de l`hôtel de Suède) ou des personnages (la jeune fille détachée et le jeune homme amoureux trahi). Parallèlement à ces courts-métrages, JLG fait l`acteur pour ses amis : Eric Rohmer dans Charlotte et son steak (1953), Jacques Rivette dans Paris nous appartient (1958)? En 1960, après le tournage d`A bout de souffle (qu`il a pu tourner grâce aux signatures de Truffaut - à l`origine du scénario - et de Chabrol, et qui devient la figure de proue de la Nouvelle Vague), il épouse Anna Karina qui sera l`égérie de ses films suivants (Une femme est une femme, Vivre sa vie, Le Petit soldat?). Avec elle, en 1964, il fonde sa propre maison de production, Anouchka Films. Peu après le tournage de Pierrot le fou en 1965, ils divorcent. En 1966, pour la dernière fois dans un film de Godard, Anna Karina apparaît dans Anticipation (épisode du Plus vieux métier du monde), fable futuriste dans laquelle, à la fin, l`actrice lance à la caméra un regard d`adieu des plus émouvants. En 1967, Jean-Luc Godard tourne La Chinoise avec Anne Wiazemsky (petite fille de François Mauriac que l`on a déjà vu jouer dans Au hasard Balthazar de Robert Bresson). Il se marient à Paris la même année. Toujours en 1967, il participe à un travail collectif, Loin du Vietnam, pour lequel il part dans la partie nord du Vietnam. En 1968, il collabore pour la première fois avec la télévision pour tourner Le Gai Savoir qui sera refusé d`antenne, les commanditaires n`approuvant finalement pas le film du cinéaste. Après avoir manifesté son désaccord avec le limogeage d`Henri Langlois, alors directeur de la Cinémathèque Française, il fonde le groupe Dziga Vertov avec Jean-Pierre Gorin, Gérard Martin, Nathalie Billard et Armand Marco, militants marxistes-léninistes. Dans la mouvance des événements de mai 68, le groupe se consacre pendant plusieurs années à un cinéma politique aux revendications sociales exacerbées. Les années politiques de Godard durent jusqu`en 1972. Dès 1973, il commence à travailler avec Anne-Marie Miéville qui devient sa compagne. Pendant six ans, tous deux réalisent plusieurs films (dont beaucoup en vidéos) : Ici et ailleurs, Numéro deux, Six fois deux?. Cette période est marquée par une interrogation omniprésente sur le rapport entre les images et leur sujet et s`apparente finalement à des sortes de documentaires mis en scène. En 1979, il revient au " vrai " cinéma : il commence par travailler sur un projet qui ne verra jamais le jour avec Diane Keaton et Robert de Niro. Son réel retour se fait avec Sauve qui peut la vie, film tourné en 35 mm et dont le scénario a été écrit en collaboration avec Anne-Marie Miéville et Jean-Claude Carrière. Après le tournage de Passion, Jean-Luc Godard entreprend celui de Prénom Carmen. Isabelle Adjani, qui devait au départ interpréter le rôle de Carmen (finalement pris par Maruschka Detmers), quitte le plateau au bout de quelques jours. En 1984, afin de pouvoir terminer le difficile tournage de Je vous salue Marie, JLG accepte un film de commande. C`est Détective, avec Johnny Hallyday, Nathalie Baye et Claude Brasseur, film qu`il présente à Cannes où il reçoit une désormais fameuse tarte à la crème. Ensuite, entre quelques travails vidéos (dont, en vrac, Grandeur et Décadence d`un petit commerce de cinéma, hommage au septième art, On s`est tous défilés, vidéos sur les défilés de Marithé et François Girbaud, Le dernier mot, tourné pour les dix ans du Figaro Magazine) JLG tourne plusieurs longs-métrages remarqués, de Soigne ta droite à Nouvelle Vague en passant par Hélas pour moi et For ever Mozart. Parallèlement, il entreprend un ouvrage de taille : la conception d`un documentaire gigantesque visant à retracer la grande épopée du cinéma. C`est Histoire(s) du Cinéma qu`il réalise en 1998 (mais dont les deux premiers volets datent de 1988) et pour lesquelles il compile moult images de films et d`archives qu`il monte et commente. Ce document lui vaut un César d`honneur lors de la cérémonie de 1998. Cette année, c`est avec Eloge de l`amour qu`il revient au cinéma à proprement parler (après cinq ans d`absence dans les salles) et au Festival de Cannes, après avoir été nominé pour Sauve qui peut la vie (1979), Passion (1982), Détective (1985), Aria (1987, film collectif) et Nouvelle Vague (1990). Above: Deborah

Catalogue : 2006De l'origine du XXIe siècle | Film expérimental | dv | couleur | 16:0 | Suisse | France | 2000
Jean-luc godard , anne-marie mieville
De l'origine du XXIe siècle
Film expérimental | dv | couleur | 16:0 | Suisse | France | 2000

D?emblée, on est époustouflé par tant de beauté : un paysage, un arbre, des promeneurs, une aria et une jeune fille à bicyclette. Peu après, un bus traverse la nuit en silence, comme dans un flottement ; on imagine un transport de prisonniers pendant la guerre en Yougoslavie ? trace mystérieuse qui se perd dans l?obscurité. Il s?agit ici de l?origine du XXIe siècle, une ?uvre de commande réalisée en 2000 pour l?ouverture du Festival de Cannes ? une tentative, comme il dit. « J?ai essayé de couvrir le souvenir des terribles explosions et crimes en tout genre des hommes par le visage des enfants et les larmes et les sourires des femmes. » Bien sûr, la tentative devait échouer, car dans cette rétrospective, il n?y a aucun remède contre les horreurs du siècle écoulé. Godard passe le XXe siècle en revue, dans le sens inverse ; ses courants majeurs sont constitués d?armées et de réfugiés, de canonnades et de prisonniers, de trains de marchandises et de montagnes de cadavres, de conquêtes et d?occupations, d?avilissement et de torture. Et quand une scène part à la recherche d?un siècle perdu, il ne s?agit pas de retrouver la douceur du souvenir mais une époque qui est perdue parce que ravagée par la violence et les guerres. L?autre scène, « Les plus belles années de notre vie » (d?après le film de William Wyler, The best years of our lives), n?est plus qu?humour macabre. Le XXe siècle, « pour moi » ? rajoute-t-il en guise d?excuse ?, est ornement et masse ; ce sont des destins isolés, noyés dans les grands courants, à moins qu?ils ne trouvent leur territoire dans une quelconque histoire qui est à la fois protection et consolation : « Il faut bien que tu comprennes que les hommes, pris en masse, jouent toujours le jeu de quelqu?un d?autre... jamais le leur. » Dans ces 17 minutes de malstrom, il est presque impossible d?identifier l?origine des images ? et c?est peut-être mieux ainsi. Celui qui vient de reconnaître dans le passage avec le petit garçon et sa voiture à pédales l?hôtel Overlook de The Shining va se demander l?instant d?après d?où vient l?autre passage, celui qui longe les cadavres gelés sur des rails couverts de neige. Les mouvements s?enchaînent, mais la juxtaposition est moins futile qu?elle ne paraît ; elle en appelle plutôt, comme un défi, à ne pas oublier les horreurs réelles par-delà les horreurs fictives. Et, inversement, de ne pas sous-estimer le cinéma, lorsqu?il s?agit de sonder et capter les courants invisibles d?une époque. Soudain, Jerry Lewis, en Nutty Professor torturé par sa métamorphose, semble offrir le commentaire adapté à un siècle qui s?est volontiers vu comme Dr Jekyll, mais plus volontiers encore transformé en M. Hyde. Même Jean Seberg ne parvient plus à rester l?observatrice neutre de l?univers de Godard, car son « qu?est-ce que c?est, dégueulasse ? » se retourne contre son temps. Que ce soit 1990, 1975, 1960, 1945, 1930 ou 1915, Godard trouverait le siècle passé tout simplement à vomir si n?étaient ces moments dans lesquels le visage d?un enfant ou le sourire d?une femme couvraient tout le reste. Mais tel qu?il le montre, ce ne sont que des épiphénomènes. « Est-ce que ce n?est pas le bonheur ? » ? « Tout de même, tu m?avoueras que tout cela est bien triste. » ? « Mais, mon cher, le bonheur n?est pas gai. »


Jean-Luc Godard est né à Paris le 3 décembre 1930. Son père, brillant médecin et sa mère, issue d`une très riche famille de banquiers, lui donnent une éducation au milieu des livres. Il fait ses études d`abord à Nyon, en Suisse, puis au lycée Buffon à Paris. Durant toute sa jeunesse, il sera partagé entre la Suisse et la France et par la différence de classe sociale de ses parents (grande bourgeoisie pour sa mère et moyenne bourgeoisie pour son père). En 1949, il suit des cours de lettres et de sciences à la Sorbonne puis prépare un certificat d`ethnologie. Ses études se partagent entre la peinture, la littérature, l`ethnographie et le cinéma (il suit des cours de l`Institut de filmologie de la Sorbonne). Parallèlement, il est très souvent au Ciné-club du Quartier Latin (où il fait la connaissance de Jacques Rivette, d`Eric Rohmer et de François Truffaut et à la Cinémathèque Française. Dès 1950, il écrit dans La Gazette du Cinéma, créée par Jacques Rivette. En 1952, par l`intermédiaire de sa mère qui connaît Jacques Doniol-Valcroze, le fondateur, avec André Bazin, des Cahiers du Cinéma, il écrit pour la première fois dans la revue (n°8 de janvier 1952) sous le pseudonyme de Hans Lucas. Il est alors très proche de Paul Gégauff et d`Eric Rohmer. En 1952, Jean-Luc Godard retourne en Suisse pour éviter le service militaire. Puis, pour éviter également l`enrôlement suisse, il part en Amérique du Sud et en Jamaïque. De retour en Suisse, il travaille à la télévision suisse romande à laquelle il vole de l`argent, ce qui lui vaut un bref séjour en prison puis en asile psychiatrique, sous la surveillance de son père. En 1954, après la mort de sa mère dans un accident de voiture, il réalise son premier court métrage Opération Béton, ayant pour thème la construction du barrage de la Grand-Dixence. Il a alors 24 ans et ce premier film lui permet d`avoir de l`argent devant lui. Ensuite, il enchaîne quatre courts-métrages plus personnels : Le Signe (adapté de Maupassant, réalisé et produit en Suisse par JLG), Une femme coquette (1955, l`histoire d`une femme qui écrit à une amie qu`elle a trompé son mari en séduisant le premier venu), Tous les garçons s`appellent Patrick (1957, l`histoire de deux amies qui rencontrent un coureur de jupons) et Une histoire d`eau (collaboration entre JLG et Truffaut : Truffaut filme les inondations de 1958 et Godard monte et commente). La rencontre du réalisateur avec le producteur Pierre Braunberger a considérablement aidé la naissance de ces courts-métrages. Mais c`est avec Charlotte et son Jules, son quatrième court-métrage de fiction que JLG annonce le style d`A bout de souffle, tant au niveau de l`image, du lieu (l`étroite chambre de l`hôtel de Suède) ou des personnages (la jeune fille détachée et le jeune homme amoureux trahi). Parallèlement à ces courts-métrages, JLG fait l`acteur pour ses amis : Eric Rohmer dans Charlotte et son steak (1953), Jacques Rivette dans Paris nous appartient (1958)? En 1960, après le tournage d`A bout de souffle (qu`il a pu tourner grâce aux signatures de Truffaut - à l`origine du scénario - et de Chabrol, et qui devient la figure de proue de la Nouvelle Vague), il épouse Anna Karina qui sera l`égérie de ses films suivants (Une femme est une femme, Vivre sa vie, Le Petit soldat?). Avec elle, en 1964, il fonde sa propre maison de production, Anouchka Films. Peu après le tournage de Pierrot le fou en 1965, ils divorcent. En 1966, pour la dernière fois dans un film de Godard, Anna Karina apparaît dans Anticipation (épisode du Plus vieux métier du monde), fable futuriste dans laquelle, à la fin, l`actrice lance à la caméra un regard d`adieu des plus émouvants. En 1967, Jean-Luc Godard tourne La Chinoise avec Anne Wiazemsky (petite fille de François Mauriac que l`on a déjà vu jouer dans Au hasard Balthazar de Robert Bresson). Il se marient à Paris la même année. Toujours en 1967, il participe à un travail collectif, Loin du Vietnam, pour lequel il part dans la partie nord du Vietnam. En 1968, il collabore pour la première fois avec la télévision pour tourner Le Gai Savoir qui sera refusé d`antenne, les commanditaires n`approuvant finalement pas le film du cinéaste. Après avoir manifesté son désaccord avec le limogeage d`Henri Langlois, alors directeur de la Cinémathèque Française, il fonde le groupe Dziga Vertov avec Jean-Pierre Gorin, Gérard Martin, Nathalie Billard et Armand Marco, militants marxistes-léninistes. Dans la mouvance des événements de mai 68, le groupe se consacre pendant plusieurs années à un cinéma politique aux revendications sociales exacerbées. Les années politiques de Godard durent jusqu`en 1972. Dès 1973, il commence à travailler avec Anne-Marie Miéville qui devient sa compagne. Pendant six ans, tous deux réalisent plusieurs films (dont beaucoup en vidéos) : Ici et ailleurs, Numéro deux, Six fois deux?. Cette période est marquée par une interrogation omniprésente sur le rapport entre les images et leur sujet et s`apparente finalement à des sortes de documentaires mis en scène. En 1979, il revient au " vrai " cinéma : il commence par travailler sur un projet qui ne verra jamais le jour avec Diane Keaton et Robert de Niro. Son réel retour se fait avec Sauve qui peut la vie, film tourné en 35 mm et dont le scénario a été écrit en collaboration avec Anne-Marie Miéville et Jean-Claude Carrière. Après le tournage de Passion, Jean-Luc Godard entreprend celui de Prénom Carmen. Isabelle Adjani, qui devait au départ interpréter le rôle de Carmen (finalement pris par Maruschka Detmers), quitte le plateau au bout de quelques jours. En 1984, afin de pouvoir terminer le difficile tournage de Je vous salue Marie, JLG accepte un film de commande. C`est Détective, avec Johnny Hallyday, Nathalie Baye et Claude Brasseur, film qu`il présente à Cannes où il reçoit une désormais fameuse tarte à la crème. Ensuite, entre quelques travails vidéos (dont, en vrac, Grandeur et Décadence d`un petit commerce de cinéma, hommage au septième art, On s`est tous défilés, vidéos sur les défilés de Marithé et François Girbaud, Le dernier mot, tourné pour les dix ans du Figaro Magazine) JLG tourne plusieurs longs-métrages remarqués, de Soigne ta droite à Nouvelle Vague en passant par Hélas pour moi et For ever Mozart. Parallèlement, il entreprend un ouvrage de taille : la conception d`un documentaire gigantesque visant à retracer la grande épopée du cinéma. C`est Histoire(s) du Cinéma qu`il réalise en 1998 (mais dont les deux premiers volets datent de 1988) et pour lesquelles il compile moult images de films et d`archives qu`il monte et commente. Ce document lui vaut un César d`honneur lors de la cérémonie de 1998. Cette année, c`est avec Eloge de l`amour qu`il revient au cinéma à proprement parler (après cinq ans d`absence dans les salles) et au Festival de Cannes, après avoir été nominé pour Sauve qui peut la vie (1979), Passion (1982), Détective (1985), Aria (1987, film collectif) et Nouvelle Vague (1990).

Catalogue : 2006The Old Place | Doc. expérimental | dv | couleur | 47:0 | Suisse | 1999
Jean-luc godard , anne-marie mieville
The Old Place
Doc. expérimental | dv | couleur | 47:0 | Suisse | 1999

L??uvre de commande pour le Museum of Modern Art de New York en 1999 aurait pu s?intituler De l?Origine de l?art ? avec la mention supplémentaire « pour nous ». Car Godard et Anne-Marie Miéville, dans cette méditation sur l?art et ses rapports à la réalité, retournent sans cesse à ses origines ? autrement dit, « c?est à la fois ce qui se découvre comme absolument nouveau et ce qui se reconnaît comme ayant existé de tout temps. » Les deux établissent un aimable dialogue avec les autres arts ? la littérature, les arts plastiques, la musique. Il ne s?agit pas non plus ici de donner un aperçu de l?histoire de l?art, mais d?ouvrir des brèches en se demandant quel rapport l?art entretient avec la réalité et ses horreurs. Il ne faut pas s?attendre à quoi que ce soit d?absolu, mais se laisser porter par le cours des images, qui tissent et retissent sans cesse des liens nouveaux, les unes avec les autres, avec les textes et la musique. À une peinture de Monet, Godard et Miéville associent des images de coquelicots poussant le long d?une autoroute ; ainsi faut-il sans doute imaginer leur méthode de travail : hors des sentiers battus de l?histoire de l?art, ils rencontrent partout de l?herbe sauvage. Le matériau est tout organisé, comme par le Dr Mabuse, avec ses mille yeux, et ce qui touche dans ce travail, c?est la simultanéité avec laquelle tout semble coexister et se tendre la main. Tout d?un coup, on est pris d?une grande gratitude ? quel bonheur, en effet, pour les humains que l?art, que tous les arts veillent imperturbablement à former notre image du monde, alors que ce monde fait tout pour nous vendre d?autres images comme étant la réalité. En dépit de son côté radical, il y a toujours eu chez Godard une grande tendresse : il peut arriver que l?on entende soudain la Pastorale de Beethoven et que l?on voit une petite fille avec une natte, dans une petite robe bleue, en train de peindre des fleurs.


Jean-Luc Godard est né à Paris le 3 décembre 1930. Son père, brillant médecin et sa mère, issue d`une très riche famille de banquiers, lui donnent une éducation au milieu des livres. Il fait ses études d`abord à Nyon, en Suisse, puis au lycée Buffon à Paris. Durant toute sa jeunesse, il sera partagé entre la Suisse et la France et par la différence de classe sociale de ses parents (grande bourgeoisie pour sa mère et moyenne bourgeoisie pour son père). En 1949, il suit des cours de lettres et de sciences à la Sorbonne puis prépare un certificat d`ethnologie. Ses études se partagent entre la peinture, la littérature, l`ethnographie et le cinéma (il suit des cours de l`Institut de filmologie de la Sorbonne). Parallèlement, il est très souvent au Ciné-club du Quartier Latin (où il fait la connaissance de Jacques Rivette, d`Eric Rohmer et de François Truffaut et à la Cinémathèque Française. Dès 1950, il écrit dans La Gazette du Cinéma, créée par Jacques Rivette. En 1952, par l`intermédiaire de sa mère qui connaît Jacques Doniol-Valcroze, le fondateur, avec André Bazin, des Cahiers du Cinéma, il écrit pour la première fois dans la revue (n°8 de janvier 1952) sous le pseudonyme de Hans Lucas. Il est alors très proche de Paul Gégauff et d`Eric Rohmer. En 1952, Jean-Luc Godard retourne en Suisse pour éviter le service militaire. Puis, pour éviter également l`enrôlement suisse, il part en Amérique du Sud et en Jamaïque. De retour en Suisse, il travaille à la télévision suisse romande à laquelle il vole de l`argent, ce qui lui vaut un bref séjour en prison puis en asile psychiatrique, sous la surveillance de son père. En 1954, après la mort de sa mère dans un accident de voiture, il réalise son premier court métrage Opération Béton, ayant pour thème la construction du barrage de la Grand-Dixence. Il a alors 24 ans et ce premier film lui permet d`avoir de l`argent devant lui. Ensuite, il enchaîne quatre courts-métrages plus personnels : Le Signe (adapté de Maupassant, réalisé et produit en Suisse par JLG), Une femme coquette (1955, l`histoire d`une femme qui écrit à une amie qu`elle a trompé son mari en séduisant le premier venu), Tous les garçons s`appellent Patrick (1957, l`histoire de deux amies qui rencontrent un coureur de jupons) et Une histoire d`eau (collaboration entre JLG et Truffaut : Truffaut filme les inondations de 1958 et Godard monte et commente). La rencontre du réalisateur avec le producteur Pierre Braunberger a considérablement aidé la naissance de ces courts-métrages. Mais c`est avec Charlotte et son Jules, son quatrième court-métrage de fiction que JLG annonce le style d`A bout de souffle, tant au niveau de l`image, du lieu (l`étroite chambre de l`hôtel de Suède) ou des personnages (la jeune fille détachée et le jeune homme amoureux trahi). Parallèlement à ces courts-métrages, JLG fait l`acteur pour ses amis : Eric Rohmer dans Charlotte et son steak (1953), Jacques Rivette dans Paris nous appartient (1958)? En 1960, après le tournage d`A bout de souffle (qu`il a pu tourner grâce aux signatures de Truffaut - à l`origine du scénario - et de Chabrol, et qui devient la figure de proue de la Nouvelle Vague), il épouse Anna Karina qui sera l`égérie de ses films suivants (Une femme est une femme, Vivre sa vie, Le Petit soldat?). Avec elle, en 1964, il fonde sa propre maison de production, Anouchka Films. Peu après le tournage de Pierrot le fou en 1965, ils divorcent. En 1966, pour la dernière fois dans un film de Godard, Anna Karina apparaît dans Anticipation (épisode du Plus vieux métier du monde), fable futuriste dans laquelle, à la fin, l`actrice lance à la caméra un regard d`adieu des plus émouvants. En 1967, Jean-Luc Godard tourne La Chinoise avec Anne Wiazemsky (petite fille de François Mauriac que l`on a déjà vu jouer dans Au hasard Balthazar de Robert Bresson). Il se marient à Paris la même année. Toujours en 1967, il participe à un travail collectif, Loin du Vietnam, pour lequel il part dans la partie nord du Vietnam. En 1968, il collabore pour la première fois avec la télévision pour tourner Le Gai Savoir qui sera refusé d`antenne, les commanditaires n`approuvant finalement pas le film du cinéaste. Après avoir manifesté son désaccord avec le limogeage d`Henri Langlois, alors directeur de la Cinémathèque Française, il fonde le groupe Dziga Vertov avec Jean-Pierre Gorin, Gérard Martin, Nathalie Billard et Armand Marco, militants marxistes-léninistes. Dans la mouvance des événements de mai 68, le groupe se consacre pendant plusieurs années à un cinéma politique aux revendications sociales exacerbées. Les années politiques de Godard durent jusqu`en 1972. Dès 1973, il commence à travailler avec Anne-Marie Miéville qui devient sa compagne. Pendant six ans, tous deux réalisent plusieurs films (dont beaucoup en vidéos) : Ici et ailleurs, Numéro deux, Six fois deux?. Cette période est marquée par une interrogation omniprésente sur le rapport entre les images et leur sujet et s`apparente finalement à des sortes de documentaires mis en scène. En 1979, il revient au " vrai " cinéma : il commence par travailler sur un projet qui ne verra jamais le jour avec Diane Keaton et Robert de Niro. Son réel retour se fait avec Sauve qui peut la vie, film tourné en 35 mm et dont le scénario a été écrit en collaboration avec Anne-Marie Miéville et Jean-Claude Carrière. Après le tournage de Passion, Jean-Luc Godard entreprend celui de Prénom Carmen. Isabelle Adjani, qui devait au départ interpréter le rôle de Carmen (finalement pris par Maruschka Detmers), quitte le plateau au bout de quelques jours. En 1984, afin de pouvoir terminer le difficile tournage de Je vous salue Marie, JLG accepte un film de commande. C`est Détective, avec Johnny Hallyday, Nathalie Baye et Claude Brasseur, film qu`il présente à Cannes où il reçoit une désormais fameuse tarte à la crème. Ensuite, entre quelques travails vidéos (dont, en vrac, Grandeur et Décadence d`un petit commerce de cinéma, hommage au septième art, On s`est tous défilés, vidéos sur les défilés de Marithé et François Girbaud, Le dernier mot, tourné pour les dix ans du Figaro Magazine) JLG tourne plusieurs longs-métrages remarqués, de Soigne ta droite à Nouvelle Vague en passant par Hélas pour moi et For ever Mozart. Parallèlement, il entreprend un ouvrage de taille : la conception d`un documentaire gigantesque visant à retracer la grande épopée du cinéma. C`est Histoire(s) du Cinéma qu`il réalise en 1998 (mais dont les deux premiers volets datent de 1988) et pour lesquelles il compile moult images de films et d`archives qu`il monte et commente. Ce document lui vaut un César d`honneur lors de la cérémonie de 1998. Cette année, c`est avec Eloge de l`amour qu`il revient au cinéma à proprement parler (après cinq ans d`absence dans les salles) et au Festival de Cannes, après avoir été nominé pour Sauve qui peut la vie (1979), Passion (1982), Détective (1985), Aria (1987, film collectif) et Nouvelle Vague (1990).

Catalogue : 2006Liberté et patrie | Documentaire | dv | couleur | 21:0 | Suisse | 2002
Jean-luc godard , anne-marie mieville
Liberté et patrie
Documentaire | dv | couleur | 21:0 | Suisse | 2002

Cette ?uvre de commande pour l?Expo Suisse 2002 est, à bien des égards, la réalisation la plus insouciante, bien qu?elle commence sur le 11 septembre. De nouveau se pose la question : qu?est-ce qu?est la réalité, qui impose son interprétation ? On assiste à un joyeux va-et-vient de trains le long du lac Léman, entrecoupé par des peintures et l?histoire du peintre Aimé Pache, qui partit pour Paris et revint dans le Vaudois dans les années 1960 pour achever un grand tableau. Là aussi, il y a un de ces moments dont la beauté époustouflant ; par exemple, quand dans un dialogue entre les narrateurs Jean-Pierre Gos et Geneviève Pasquier, on entend soudain : « Il décide de revenir au pays. Elle accepte. Elle pose la tête sur son épaule parce que l?amour est lourd à porter. C?est une fille avec un garçon. » Ces quatre ?uvres sont des symphonies d?images, de citations, de sons et de bandes sonores. C?est comme si le cinéma lui-même nous parlait, en frère de tous les autres arts, s?entretenant aimablement avec la peinture, la littérature, la musique. Par moments, on dirait que quelqu?un ici essaie de penser avec la rétine. « Une forme qui pense », comme le suggèrent ses Histoire(s) du Cinéma : de fait, on a constamment l?impression que Godard incite les formes elles-mêmes à penser. Sans pour autant que la tâche soit facile, ni pour lui ni pour ses spectateurs. Mais qu?il se le permette donc, car le cinéma, après tout, se rend et nous rend bien trop souvent la tâche bien trop facile.


Jean-Luc Godard est né à Paris le 3 décembre 1930. Son père, brillant médecin et sa mère, issue d`une très riche famille de banquiers, lui donnent une éducation au milieu des livres. Il fait ses études d`abord à Nyon, en Suisse, puis au lycée Buffon à Paris. Durant toute sa jeunesse, il sera partagé entre la Suisse et la France et par la différence de classe sociale de ses parents (grande bourgeoisie pour sa mère et moyenne bourgeoisie pour son père). En 1949, il suit des cours de lettres et de sciences à la Sorbonne puis prépare un certificat d`ethnologie. Ses études se partagent entre la peinture, la littérature, l`ethnographie et le cinéma (il suit des cours de l`Institut de filmologie de la Sorbonne). Parallèlement, il est très souvent au Ciné-club du Quartier Latin (où il fait la connaissance de Jacques Rivette, d`Eric Rohmer et de François Truffaut et à la Cinémathèque Française. Dès 1950, il écrit dans La Gazette du Cinéma, créée par Jacques Rivette. En 1952, par l`intermédiaire de sa mère qui connaît Jacques Doniol-Valcroze, le fondateur, avec André Bazin, des Cahiers du Cinéma, il écrit pour la première fois dans la revue (n°8 de janvier 1952) sous le pseudonyme de Hans Lucas. Il est alors très proche de Paul Gégauff et d`Eric Rohmer. En 1952, Jean-Luc Godard retourne en Suisse pour éviter le service militaire. Puis, pour éviter également l`enrôlement suisse, il part en Amérique du Sud et en Jamaïque. De retour en Suisse, il travaille à la télévision suisse romande à laquelle il vole de l`argent, ce qui lui vaut un bref séjour en prison puis en asile psychiatrique, sous la surveillance de son père. En 1954, après la mort de sa mère dans un accident de voiture, il réalise son premier court métrage Opération Béton, ayant pour thème la construction du barrage de la Grand-Dixence. Il a alors 24 ans et ce premier film lui permet d`avoir de l`argent devant lui. Ensuite, il enchaîne quatre courts-métrages plus personnels : Le Signe (adapté de Maupassant, réalisé et produit en Suisse par JLG), Une femme coquette (1955, l`histoire d`une femme qui écrit à une amie qu`elle a trompé son mari en séduisant le premier venu), Tous les garçons s`appellent Patrick (1957, l`histoire de deux amies qui rencontrent un coureur de jupons) et Une histoire d`eau (collaboration entre JLG et Truffaut : Truffaut filme les inondations de 1958 et Godard monte et commente). La rencontre du réalisateur avec le producteur Pierre Braunberger a considérablement aidé la naissance de ces courts-métrages. Mais c`est avec Charlotte et son Jules, son quatrième court-métrage de fiction que JLG annonce le style d`A bout de souffle, tant au niveau de l`image, du lieu (l`étroite chambre de l`hôtel de Suède) ou des personnages (la jeune fille détachée et le jeune homme amoureux trahi). Parallèlement à ces courts-métrages, JLG fait l`acteur pour ses amis : Eric Rohmer dans Charlotte et son steak (1953), Jacques Rivette dans Paris nous appartient (1958)? En 1960, après le tournage d`A bout de souffle (qu`il a pu tourner grâce aux signatures de Truffaut - à l`origine du scénario - et de Chabrol, et qui devient la figure de proue de la Nouvelle Vague), il épouse Anna Karina qui sera l`égérie de ses films suivants (Une femme est une femme, Vivre sa vie, Le Petit soldat?). Avec elle, en 1964, il fonde sa propre maison de production, Anouchka Films. Peu après le tournage de Pierrot le fou en 1965, ils divorcent. En 1966, pour la dernière fois dans un film de Godard, Anna Karina apparaît dans Anticipation (épisode du Plus vieux métier du monde), fable futuriste dans laquelle, à la fin, l`actrice lance à la caméra un regard d`adieu des plus émouvants. En 1967, Jean-Luc Godard tourne La Chinoise avec Anne Wiazemsky (petite fille de François Mauriac que l`on a déjà vu jouer dans Au hasard Balthazar de Robert Bresson). Il se marient à Paris la même année. Toujours en 1967, il participe à un travail collectif, Loin du Vietnam, pour lequel il part dans la partie nord du Vietnam. En 1968, il collabore pour la première fois avec la télévision pour tourner Le Gai Savoir qui sera refusé d`antenne, les commanditaires n`approuvant finalement pas le film du cinéaste. Après avoir manifesté son désaccord avec le limogeage d`Henri Langlois, alors directeur de la Cinémathèque Française, il fonde le groupe Dziga Vertov avec Jean-Pierre Gorin, Gérard Martin, Nathalie Billard et Armand Marco, militants marxistes-léninistes. Dans la mouvance des événements de mai 68, le groupe se consacre pendant plusieurs années à un cinéma politique aux revendications sociales exacerbées. Les années politiques de Godard durent jusqu`en 1972. Dès 1973, il commence à travailler avec Anne-Marie Miéville qui devient sa compagne. Pendant six ans, tous deux réalisent plusieurs films (dont beaucoup en vidéos) : Ici et ailleurs, Numéro deux, Six fois deux?. Cette période est marquée par une interrogation omniprésente sur le rapport entre les images et leur sujet et s`apparente finalement à des sortes de documentaires mis en scène. En 1979, il revient au " vrai " cinéma : il commence par travailler sur un projet qui ne verra jamais le jour avec Diane Keaton et Robert de Niro. Son réel retour se fait avec Sauve qui peut la vie, film tourné en 35 mm et dont le scénario a été écrit en collaboration avec Anne-Marie Miéville et Jean-Claude Carrière. Après le tournage de Passion, Jean-Luc Godard entreprend celui de Prénom Carmen. Isabelle Adjani, qui devait au départ interpréter le rôle de Carmen (finalement pris par Maruschka Detmers), quitte le plateau au bout de quelques jours. En 1984, afin de pouvoir terminer le difficile tournage de Je vous salue Marie, JLG accepte un film de commande. C`est Détective, avec Johnny Hallyday, Nathalie Baye et Claude Brasseur, film qu`il présente à Cannes où il reçoit une désormais fameuse tarte à la crème. Ensuite, entre quelques travails vidéos (dont, en vrac, Grandeur et Décadence d`un petit commerce de cinéma, hommage au septième art, On s`est tous défilés, vidéos sur les défilés de Marithé et François Girbaud, Le dernier mot, tourné pour les dix ans du Figaro Magazine) JLG tourne plusieurs longs-métrages remarqués, de Soigne ta droite à Nouvelle Vague en passant par Hélas pour moi et For ever Mozart. Parallèlement, il entreprend un ouvrage de taille : la conception d`un documentaire gigantesque visant à retracer la grande épopée du cinéma. C`est Histoire(s) du Cinéma qu`il réalise en 1998 (mais dont les deux premiers volets datent de 1988) et pour lesquelles il compile moult images de films et d`archives qu`il monte et commente. Ce document lui vaut un César d`honneur lors de la cérémonie de 1998. Cette année, c`est avec Eloge de l`amour qu`il revient au cinéma à proprement parler (après cinq ans d`absence dans les salles) et au Festival de Cannes, après avoir été nominé pour Sauve qui peut la vie (1979), Passion (1982), Détective (1985), Aria (1987, film collectif) et Nouvelle Vague (1990).

Catalogue : 2006Je vous salue, Sarajevo | Documentaire | dv | couleur | 2:0 | Suisse | 1993
Jean-luc godard , anne-marie mieville
Je vous salue, Sarajevo
Documentaire | dv | couleur | 2:0 | Suisse | 1993

Ce qu?il dit dans Je vous salue, Sarajevo vaut toujours : « Il y a la culture qui est de la règle, il y a l?exception qui est de l?art. » À titre d?exemples, il cite Flaubert et Dostoïevski, Gershwin et Mozart, Cézanne et Vermeer, Antonioni et Vigo. Mais avant que l?on se demande s?il invoque le consensus culturel ou ses saints patrons, il passe en détail une photo de la guerre en Yougoslavie et énumère : Srebrenica, Mostar, Sarajevo. « Il est de la règle de vouloir la mort de l?exception. Il sera donc de la règle de l?Europe de la culture d?organiser la mort de l?art de vivre qui fleurit encore. » Puis on voit la photo dans son ensemble : deux soldats patrouillent, l?un debout sur trois passants couchés à même le sol, la tête dans les bras ; il a une cigarette à la main et, dans un mouvement de la jambe, s?apprête à donner un coup à l?une des femmes par terre. On voit bien que lui aussi a de bonnes raisons de ne se faire aucune illusion sur ce que nous appelons la culture. Toutes ses réalisations tardives portent d?ailleurs en elles le rude constat que l?Europe n?a pas retenu grand-chose d?un siècle de guerres pour se lancer ainsi, sans réfléchir, dans une nouvelle guerre. Rien que pour cela, ces films sont à tout point de vue des travaux contre l?oubli. Michael Althen Traduction : Martine Passelaigue


Jean-Luc Godard est né à Paris le 3 décembre 1930. Son père, brillant médecin et sa mère, issue d`une très riche famille de banquiers, lui donnent une éducation au milieu des livres. Il fait ses études d`abord à Nyon, en Suisse, puis au lycée Buffon à Paris. Durant toute sa jeunesse, il sera partagé entre la Suisse et la France et par la différence de classe sociale de ses parents (grande bourgeoisie pour sa mère et moyenne bourgeoisie pour son père). En 1949, il suit des cours de lettres et de sciences à la Sorbonne puis prépare un certificat d`ethnologie. Ses études se partagent entre la peinture, la littérature, l`ethnographie et le cinéma (il suit des cours de l`Institut de filmologie de la Sorbonne). Parallèlement, il est très souvent au Ciné-club du Quartier Latin (où il fait la connaissance de Jacques Rivette, d`Eric Rohmer et de François Truffaut et à la Cinémathèque Française. Dès 1950, il écrit dans La Gazette du Cinéma, créée par Jacques Rivette. En 1952, par l`intermédiaire de sa mère qui connaît Jacques Doniol-Valcroze, le fondateur, avec André Bazin, des Cahiers du Cinéma, il écrit pour la première fois dans la revue (n°8 de janvier 1952) sous le pseudonyme de Hans Lucas. Il est alors très proche de Paul Gégauff et d`Eric Rohmer. En 1952, Jean-Luc Godard retourne en Suisse pour éviter le service militaire. Puis, pour éviter également l`enrôlement suisse, il part en Amérique du Sud et en Jamaïque. De retour en Suisse, il travaille à la télévision suisse romande à laquelle il vole de l`argent, ce qui lui vaut un bref séjour en prison puis en asile psychiatrique, sous la surveillance de son père. En 1954, après la mort de sa mère dans un accident de voiture, il réalise son premier court métrage Opération Béton, ayant pour thème la construction du barrage de la Grand-Dixence. Il a alors 24 ans et ce premier film lui permet d`avoir de l`argent devant lui. Ensuite, il enchaîne quatre courts-métrages plus personnels : Le Signe (adapté de Maupassant, réalisé et produit en Suisse par JLG), Une femme coquette (1955, l`histoire d`une femme qui écrit à une amie qu`elle a trompé son mari en séduisant le premier venu), Tous les garçons s`appellent Patrick (1957, l`histoire de deux amies qui rencontrent un coureur de jupons) et Une histoire d`eau (collaboration entre JLG et Truffaut : Truffaut filme les inondations de 1958 et Godard monte et commente). La rencontre du réalisateur avec le producteur Pierre Braunberger a considérablement aidé la naissance de ces courts-métrages. Mais c`est avec Charlotte et son Jules, son quatrième court-métrage de fiction que JLG annonce le style d`A bout de souffle, tant au niveau de l`image, du lieu (l`étroite chambre de l`hôtel de Suède) ou des personnages (la jeune fille détachée et le jeune homme amoureux trahi). Parallèlement à ces courts-métrages, JLG fait l`acteur pour ses amis : Eric Rohmer dans Charlotte et son steak (1953), Jacques Rivette dans Paris nous appartient (1958)? En 1960, après le tournage d`A bout de souffle (qu`il a pu tourner grâce aux signatures de Truffaut - à l`origine du scénario - et de Chabrol, et qui devient la figure de proue de la Nouvelle Vague), il épouse Anna Karina qui sera l`égérie de ses films suivants (Une femme est une femme, Vivre sa vie, Le Petit soldat?). Avec elle, en 1964, il fonde sa propre maison de production, Anouchka Films. Peu après le tournage de Pierrot le fou en 1965, ils divorcent. En 1966, pour la dernière fois dans un film de Godard, Anna Karina apparaît dans Anticipation (épisode du Plus vieux métier du monde), fable futuriste dans laquelle, à la fin, l`actrice lance à la caméra un regard d`adieu des plus émouvants. En 1967, Jean-Luc Godard tourne La Chinoise avec Anne Wiazemsky (petite fille de François Mauriac que l`on a déjà vu jouer dans Au hasard Balthazar de Robert Bresson). Il se marient à Paris la même année. Toujours en 1967, il participe à un travail collectif, Loin du Vietnam, pour lequel il part dans la partie nord du Vietnam. En 1968, il collabore pour la première fois avec la télévision pour tourner Le Gai Savoir qui sera refusé d`antenne, les commanditaires n`approuvant finalement pas le film du cinéaste. Après avoir manifesté son désaccord avec le limogeage d`Henri Langlois, alors directeur de la Cinémathèque Française, il fonde le groupe Dziga Vertov avec Jean-Pierre Gorin, Gérard Martin, Nathalie Billard et Armand Marco, militants marxistes-léninistes. Dans la mouvance des événements de mai 68, le groupe se consacre pendant plusieurs années à un cinéma politique aux revendications sociales exacerbées. Les années politiques de Godard durent jusqu`en 1972. Dès 1973, il commence à travailler avec Anne-Marie Miéville qui devient sa compagne. Pendant six ans, tous deux réalisent plusieurs films (dont beaucoup en vidéos) : Ici et ailleurs, Numéro deux, Six fois deux?. Cette période est marquée par une interrogation omniprésente sur le rapport entre les images et leur sujet et s`apparente finalement à des sortes de documentaires mis en scène. En 1979, il revient au " vrai " cinéma : il commence par travailler sur un projet qui ne verra jamais le jour avec Diane Keaton et Robert de Niro. Son réel retour se fait avec Sauve qui peut la vie, film tourné en 35 mm et dont le scénario a été écrit en collaboration avec Anne-Marie Miéville et Jean-Claude Carrière. Après le tournage de Passion, Jean-Luc Godard entreprend celui de Prénom Carmen. Isabelle Adjani, qui devait au départ interpréter le rôle de Carmen (finalement pris par Maruschka Detmers), quitte le plateau au bout de quelques jours. En 1984, afin de pouvoir terminer le difficile tournage de Je vous salue Marie, JLG accepte un film de commande. C`est Détective, avec Johnny Hallyday, Nathalie Baye et Claude Brasseur, film qu`il présente à Cannes où il reçoit une désormais fameuse tarte à la crème. Ensuite, entre quelques travails vidéos (dont, en vrac, Grandeur et Décadence d`un petit commerce de cinéma, hommage au septième art, On s`est tous défilés, vidéos sur les défilés de Marithé et François Girbaud, Le dernier mot, tourné pour les dix ans du Figaro Magazine) JLG tourne plusieurs longs-métrages remarqués, de Soigne ta droite à Nouvelle Vague en passant par Hélas pour moi et For ever Mozart. Parallèlement, il entreprend un ouvrage de taille : la conception d`un documentaire gigantesque visant à retracer la grande épopée du cinéma. C`est Histoire(s) du Cinéma qu`il réalise en 1998 (mais dont les deux premiers volets datent de 1988) et pour lesquelles il compile moult images de films et d`archives qu`il monte et commente. Ce document lui vaut un César d`honneur lors de la cérémonie de 1998. Cette année, c`est avec Eloge de l`amour qu`il revient au cinéma à proprement parler (après cinq ans d`absence dans les salles) et au Festival de Cannes, après avoir été nominé pour Sauve qui peut la vie (1979), Passion (1982), Détective (1985), Aria (1987, film collectif) et Nouvelle Vague (1990).

Marco godoy
Catalogue : 2015The system / El sistema | Vidéo | hdv | couleur | 2:30 | Espagne | Bolivie | 2014
Marco godoy
The system / El sistema
Vidéo | hdv | couleur | 2:30 | Espagne | Bolivie | 2014

On the 13th of November of 2014 a set speakers and a power generator was introduce in the In the Bolivian jungle, near the river Mamoré, an Amazonian affluent. For hours, El sistema (The system), a text by Eduardo Galeano was played on loop in the loud speakers. The uncontrollable and unpredictable forces of nature make the area of Trinidad a hardly habited region, one of the few areas that is still resisting the development of progress, progress understood as a destructive force.

Marco Godoy is a cross disciplinary artist currently working with photography, video and installation. Born in Madrid and now living in London he is MA in Photography at the Royal College of Art, after graduating from the UCM of Madrid and School of the Art Institute of Chicago. His work has been e exhibited internationally in galleries and institutions such as Dallas Museum of Contemporary Art, Matadero Madrid, Stedelijk Museum s-Hertogenbosch, Edinburgh Art Festival, Liverpool Biennial, ICA London, Palais de Tokyo or Whitechapel Gallery.

Vélronique goËl
Catalogue : 2010So Long No See | | | couleur | 16:0 | Suisse | 2009
Vélronique goËl
So Long No See
| | couleur | 16:0 | Suisse | 2009

Filmées et enregistrés à partir d?un wagon, lors des arrêts dans les stations du S-Bahn (métro aérien) de Berlin, les images et les sons de «So Long No See» forment une composition cinématographique qui prend fin par la lecture d?une lettre en hommage à Luc Yersin, ingénieur du son de cinéma, mort prématurément le 30 mai 2008. Cet hommage pourtant, n?est jamais replié sur lui-même, et le film, de par son écriture, inscrit d?emblée le personnel dans l?impersonnel et propose une lecture de l?histoire individuelle en relation à l?histoire en général.


Cinéaste et plasticienne née en 1951, à Rolle (Suisse), Véronique Göel vit et travaille à Genève. Elle a commencé par une formation de couturière avant de s?orienter vers des études de peinture et de gravure à l?École des Beaux-Arts, à Lausanne puis à Genève. Sa rencontre, en 1979, lors d?un atelier de cinéma à l?École Supérieure d?Arts Visuels à Genève avec Jean-Marie Straub et Danièle Huillet est déterminante. Entre 1982 et 1989, elle vit et travaille à Londres avec le cinéaste expérimental américain Stephen Dwoskin. Véronique Goël a entrepris de nombreux séjours en Afrique, à Berlin, à New York, à Florence ainsi que dernièrement une résidence d?artiste à Barcelone.

Véronique goËl
Catalogue : 2005Agbar | Documentaire | dv | couleur | 10:45 | Suisse | 2005
Véronique goËl
Agbar
Documentaire | dv | couleur | 10:45 | Suisse | 2005

C'est l'histoire en trois récits de la Torre Agbar que Jean Nouvel a conçue à Barcelone. Ce bâtiment de 144 mètres, se dresse en un cylindre protubérant de base ovale avec une façade circulaire de verre et de métal. Que dire d'une telle emprise sur le paysage urbain, qu'en montrer pour en prendre la mesure ? Le parti pris de Véronique Goël est radical et minimaliste. Elle décide d'en proposer quatre plans fixes qui réduisent sa prestance en la fondant dans l'épaisseur du tissu urbain. Ces images d'une Tour empêtrée plutôt qu'élancée sont d'une durée suffisante pour que le regard les détaille à sa guise et perçoive la parfaite banalité du quotidien duquel se détache massivement cette architecture. Le premier plan est muet, nonobstant le son direct de la ville en activité, les trois autres sont visités par deux voix. En espagnol, français et anglais, elles disent trois textes sur un ton à l'articulation neutre, sans emphase. Le premier est tiré d'une affiche promotionnelle de la Ville de Barcelone, le deuxième est une liste descriptive de la fonction d'utilisation des étages et le troisième est la description de la tour par Jean Nouvel lui-même. Comme dans le film mythique de Chris Marker « Lettres de Sibérie », les commentaires donnent à une même scène des sens différents. Mais plus avant, la superposition des voix dans le dernier plan suggère un babil qui ne peut définitivement pas venir à bout de cette Tour Agbar, dont le film de Véronique Goël consigne le mutisme obtus. (jp)


Véronique Goël est née en 1951 à Rolle, Suisse. Elle vit à Genève. De 1967 à 1970, elle suit une formation de couturière modéliste. Elle vit et travaille à Rome et à Bruxelles dans la Haute Couture et le prêt-à-porter (1970-71), puis effectue en 1972 un voyage en Afrique du Nord et de l'Ouest. Elle travaille ensuite comme modéliste indépendante (1973-75). En 1974-75, elle effectue un séjour à New York puis à Florence, avant d'étudier la peinture et la gravure à l'Ecole des Beaux-Arts de Lausanne (1976-78). L'année suivante, en 1979, elle participe à l'atelier cinéma de l'Ecole supérieure d'arts visuels de Genève, et suit des séminaires avec J-M. Straub et D. Huillet, J. van der Keuken. De 1983 à 1989, elle vit et travaille à Londres avec le cinéaste expérimental américain Stephen Dwoskin. En 1987, elle séjourne à Berlin. En 1998, elle mène une recherche et développe le projet d'un film sur l'architecte bâlois Hans Schmidt (1893-1972). En 2000, « Mémento », installation photographique, fait l'objet d'une exposition au Palais de l`Athénée à Genève. En 2001, elle conçoit et réalise un DVD pour l'exposition PAIX au musée d'ethnographie de Genève. En 2002, « Fugue », installation vidéo, est exposée à la Triennale de sculpture suisse contemporaine, Bex. En 2002-03, elle enseigne la vidéo dans la section Communication visuelle HEAA, Genève. En 2004, «On the Other Side of the See», installation photo et «Cubes and Plots», jeu de cubes, sont exposés à la Galerie Ruine à Genève. De juillet à décembre, elle obtient une bourse et entre en résidence artistique à Barcelone; elle réalise une série photographique sur la Ciutat Vella et vidéo sur le Poblenou.

Niklas goldbach
Catalogue : 2008RISE | 0 | dv | couleur | 2:22 | Allemagne | Thaïlande | 2007
Niklas goldbach
RISE
0 | dv | couleur | 2:22 | Allemagne | Thaïlande | 2007

Les bâtiments filmés dans cette vidéo sont les tours jumelles RCK, édifices inachevés de la rue Charoen Krung à Bangkok (Taïland). Ces « bâtiments fantômes », comme les ont dénommés les médias thaïlandais, ont été abandonnés au cours de l?année 1997, suite à la crise économique asiatique. Beaucoup d'entre eux restent encore délabrés aujourd'hui.


Niklas Goldbach est né en 1973 à Witten (Allemagne). Il a étudié la photographie à l'Université de Bielefeld (Allemagne) et les arts médiatiques expérimentaux à l'Université des Arts de Berlin (Allemagne) où il a obtenu son diplôme en 2004, avec la meilleure mention. En 2005, il s?est spécialisé en suivant le programme Integrated Media Arts du Master of Fine Arts du Hunter College, City University de New York (USA) avant de poursuivre ses études en troisième cycle à l'Université des Arts de Berlin, où il a obtenu son diplôme de « Meisterschüler ». Depuis 2001, son travail est exposé internationalement.

Catalogue : 2008DAWN | Vidéo | dv | couleur | 1:12 | Allemagne | 2008
Niklas goldbach
DAWN
Vidéo | dv | couleur | 1:12 | Allemagne | 2008

« Dawn » a été filmé dans le sous-sol du Palais de Tokyo à Paris. Le Palais a été réalisé pour l'Exposition Universelle de 1937. Bien que la façade classique années trente soit encore conservée aujourd?hui, l'intérieur a subi toute une série de modifications. En 2001, le Palais a été partiellement reconstruit. La vidéo montre une soixantaine de personnes immobiles, étendues sur des sacs de couchage dans le sous-sol encore non restauré du Palais de Tokyo, tandis qu'une boule disco tourne lentement.


Niklas Goldbach est né en 1973 à Witten (Allemagne). Il a étudié la photographie à l'Université de Bielefeld (Allemagne) et les arts médiatiques expérimentaux à l'Université des Arts de Berlin où il a obtenu son diplôme en 2004, avec la meilleure mention. En 2005, il s?est spécialisé en suivant le programme Integrated Media Arts du Master of Fine Arts du Hunter College, City University de New York, avant de poursuivre ses études en troisième cycle à l'Université des Arts de Berlin, où il a obtenu son diplôme de « Meisterschüler ». Depuis 2001, son travail est exposé internationalement.

Catalogue : 2013Bel Air | Installation vidéo | hdcam | couleur | 8:4 | Allemagne | 2012
Niklas goldbach
Bel Air
Installation vidéo | hdcam | couleur | 8:4 | Allemagne | 2012

In his video works, photographs and sculptures, Niklas Goldbach questions the relation between hierarchic societal structures and individual, liberal courses of action. Goldbach ́s protagonists ? dressed in the garment of the urban prototype in white shirts and black trousers and referred to as ?representatives? or ?placeholders? by the artist ? colonize seemingly epic stages of modern architectural complexes, postmodern urban environments or alleged paradises defying civilization, all finding their commonality as places oscillating between utopia, dystopia and heterotopia, while lacking any clearance for an escape. This theme is present in his video "Bel Air" (2011): the video takes us on an inner journey, on a real trip by car through the deserted landscape of the Everglades National Park in Miami. Using elaborate post-production, four of Goldbach ́s representatives negotiate solely via nonverbal communication the various levels of hierarchal conflicts whose result can only anticipate evil. While letting his protagonists (all played by German actor Christoph Bach) act the entire repertoire of male body language as encoded by the media, the parallels to the schizophrenic psychological situation of the individual or the society he is born into are hard to ignore. Text: Viktor Neumann

Niklas Goldbach, born in Witten, Germany, lives and works in Berlin. After studying Sociology at Bielefeld University and ?Photography and Video? at the Unversity of Applied Sciences Bielefeld, he was awarded with a "Meisterschüler" degree at the University of the Arts Berlin in 2006. In 2005 he received the Fulbright Grant New York and majored in the MFA program of Hunter College, New York City. Niklas Goldbach received several sholarships (i.e. Stiftung Kunstfonds Bonn 2010, Arbeitsstipendium Bildende Kunst des Berliner Senats 2013) and has presented his works in numerous solo shows, group exhibitions, and festivals in venues like the Reina Sofia National Museum Madrid, Mori-Art Museum Tokyo, Centre Pompidou Paris, National Taiwan Museum of Fine Art, Museum der Moderne Salzburg, Museum Ludwig Köln, Kunstmuseum Mülheim an der Ruhr, Neuer Berliner Kunstverein, City Galery Gdansk, European Media Art Festival Osnabrück and the Shortfilm-Festival Oberhausen. Since 2009 he teaches as ?Visisting Professor? at the ?Umeå University - Academy Of Fine Arts?, Sweden. From 2012-13 he worked as guestprofessor for "Basics of Moving Image" at the University of the Arts (UdK) Berlin.

Catalogue : 20181550 San Remo Drive | Vidéo expérimentale | mov | couleur | 18:0 | Allemagne | 2017
Niklas goldbach
1550 San Remo Drive
Vidéo expérimentale | mov | couleur | 18:0 | Allemagne | 2017

"1550 San Remo Drive" was filmed in February 2017 on the premises of the Thomas Mann House in Pacific Palisades, California, USA. The video features quotes from Thomas Manns diaries (1940-1943), architect JR Davidson and advertisements from the real estate companies which marketed the house, before it was bought by the German government in November 2016 for $13.25 million. The video features detailed shots of the uninhabited house before its recent renovation, quotes from Thomas Manns diaries (1940-1943) and advertisements from the real estate companies which marketed the house. "1550 San Remo Drive" reflects on personal, economical and representational desires and aspirations.

Niklas Goldbach, born in Witten, Germany, lives and works in Berlin. After studying Sociology at Bielefeld University and "Photography and Video" at the Unversity of Applied Sciences Bielefeld, he was awarded with the "Meisterschüler" degree at the University of the Arts Berlin in 2006. In 2005 he received the Fulbright Grant New York and majored in the MFA program of Hunter College, New York City. In his videos, photographies and installations Goldbach is involved in the relation between architecture and ethics within modernist traditions and postmodern cities. Established between reality and fiction, Goldbach's works use architectural concepts and elements to create ambiguous perceptions of man-made environments. In his recent videos and photographs, he appropriates urban environments as stages to examine the relationship between subjectivity and hierarchical societal structures within and beyond the nation state through the lens of a globally expanding interconnectivity of these sites. In his earlier film works, his often duplicated protagonists have colonized epic stages of modern architectural complexes, postmodern urban environments or alleged paradises defying civilisation, all finding their commonality as places oscillating between utopia and dystopia. Niklas Goldbach received several scholarships (among others Stiftung Kunstfonds Bonn 2010, Arbeitsstipendium Bildende Kunst des Berliner Senats 2013, Projektförderung des Berliner Senats 2014, Dresdener Stipendium für Fotografie 2016, Villa Aurora Los Angeles 2017) and presented his works in numerous solo shows, group exhibitions, and festivals in venues such as the Museum der Moderne, Salzburg, Museo Reina Sofia, Madrid, Mori-Art Museum, Tokyo, Neuer Berliner Kunstverein n.b.k., documenta 14 public programs, Berlinische Galerie - Museum of Modern Art Berlin, Cornerhouse, Manchester, National Taiwan Museum of Fine Arts, Centre Pompidou, Paris, Houston FotoFest Biennial 2016 and the Short Film Festival Oberhausen.