Catalogue > At random

Miljana Nikovic

Two Simple Letters

Vidéo | mov | couleur | 2:34 | Serbia, Allemagne | 2020

Mars 2020. Dans un monde compliqué et apocalyptique, que se passe-t-il si votre esprit est égoïstement obsédé par votre vie amoureuse? Si vous commencez à chercher des amants potentiels sur des sites de rencontre? Si la plupart d'entre eux ne réagissent pas à vos messages (bien que vous puissiez voir qu’ils sont en ligne), probablement pas assez stimulés par votre profil? D'autres conviendraient peut-être d'une promenade, s'il ne pleut pas, samedi après-midi ou mardi prochain. Cela ne semble pas très prometteur. Presque toujours, la communication s'arrête sans raison évidente, même si tout le monde reste en ligne. L'attention et la curiosité disparaissent. Est-ce que toutes ces conversations resteront des fantasmes virtuels? Était-ce différent avant le confinement? Grâce à Internet, les écrans multipliés sont nos nouvelles fenêtres fragmentées sur le monde extérieur. En contact avec n'importe qui, n'importe où, n'importe quand. Mais isolés: seuls et solitaires dans une pièce. Ce poème vocal et visuel consiste en une déconstruction des courtes phrases que l'on utilise pour arranger un rendez-vous avec un inconnu. Hésitantes et polies, "Two Simple Letters" ("deux simples lettres") évoquent une insécurité permanente, une modestie, une timidité - pour éviter d'offenser ou d'effrayer son ou ses interlocuteurs. L’utilisation consciente d'éléments pop ludiques, tant au niveau des effets sonores que des couleurs, permet d'alléger cette situation auto-dérisoire.

Miljana Nikovic est architecte et chercheuse. Elle expérimente par la vidéo, la photographie, le son, le collage et l'écriture. Née à Belgrade (Serbie), elle vit à Berlin (Allemagne). Après avoir obtenu une Licence à l’École nationale supérieure d'architecture de Nancy (France) en 2013, et un Master à la Hochschule für Technik, Wirtschaft und Kultur Leipzig (Allemagne) en 2015, elle a travaillé dans le domaine de la stratégie des espaces de travail, et comme coordinatrice de projet. Elle entame actuellement un doctorat archivistique-artistique à l'Université HafenCity, Hambourg (Allemagne). Il porte sur les parallèles entre les villes, le cinéma et les perceptions historiques des souvenirs collectifs. Elle a récemment fondé un collectif de poètes francophones, et a été sélectionnée dans des festivals internationaux de cinéma avec son court métrage expérimental "Seven Seven" et le vidéo-poème "La Rive Virale" [Los Angeles (USA), Mexico (Mexique), Athènes (Grèce)].