Catalogue > Liste par artiste
Parcourez la liste complète des artistes présentés dans le cadre des Rencontres Internationales depuis 2004. Utilisez le filtre alphabétique pour affiner vos recherches.  mise à jours en cours 
Jean-françois neplaz, elisa zurlo
Catalogue : 2006L'autre matin... En attendant Mario Rigoni Stern | Doc. expérimental | 16mm | couleur | 11:30 | France | Italie | 2006
Jean-françois neplaz , elisa zurlo
L'autre matin... En attendant Mario Rigoni Stern
Doc. expérimental | 16mm | couleur | 11:30 | France | Italie | 2006

Un marcheur parcourt en une promenade âpre, les paysages hivernaux des environs d?Asiago dont tout évoque les expériences, les paysages et les hommes racontés par l?écrivain Mario Rigoni Stern. Là, le monologue contre la guerre de celui qui commença d?écrire sur le front russe « Le sergent dans la neige », donne à la déambulation son caractère métaphorique.


Elisa Zurlo studied theatre, cinema, and semiology of the language of visual art in the faculty of arts and philosophy at the University of Bologne under the direction of Umberto Eco. At the Ipotesi Cinema Institute of Padoue, under the tutelage of director Ermanno Olmi, she herself specialized as a director in audiovisual communication in the area of cinema and television. At the same time in Bologne she founded the cooperative 'Les Machines Célibataires' with a group of researchers, for the experimentation and diffusion of new technologies in contemporary art. She has created an impressive amount of work and participated in several exhibitions. A select few include: 1993 - Realization, Giannina Censi, Aérodanseuse Futuriste; 1996 - Realization, Chant végétal à Pachamama coca; 1997-2002 - Assistant to trilogy filmmaker Gianni Toti; 2000 - Installation, "Salitudine", a pyramid of salt and projection of images, for the city of Bologne, European Cultural Capital 2000; 2002-2003 - Multimdeia Installation "Flying Cities", European project with the CICV Montbéliard-Belfort. Elisa Zurlo currently lives in Italy, between the cities of Bologne and Padoue. Jean-François Neplaz holds a degree from IDHEC. His works and exhibitions include: "La Blanche", 1986; International Film Festival of Autrans, "Guide et sa voie", 1987, was awarded; Festival of Epinay 88, "Ante Inferno"; Semaine vidéo des "cahiers du Cinéma", Rue de Montreuil, 1990; Etats généraux du documentaire français Lussas... "Tu", a Polish film, 1990; 6th M. I. V. TV. Montbéliard competition; Forum des images de Valence, 1992, awarded, "Cancer"; Etats généraux du documentaire de Lussas, 1993... "Vivants et nus", 1994, "Signe ascendant", Poème documentaire, 1996, "Besoin de rien", 2000, musical film; and Festival Paris-Berlin 2003. Collaborations: "Abondance", feature length fiction film, 2005, and "Terre d?un homme", feature length documentary project devoted to Mario Rigoni Stern, 2006.

Diane nerwen
Catalogue : 2005The sexorcist:revirginize | Vidéo expérimentale | dv | noir et blanc | 13:0 | USA | 2005
Diane nerwen
The sexorcist:revirginize
Vidéo expérimentale | dv | noir et blanc | 13:0 | USA | 2005

The Sexorcist : Revirginize est un thriller psycho-sexuel avec Britney Spears dans le rôle d´une adolescente que sa nervosité sexuelle tourmente, et Ellen Burstyn dans le rôle de la mère terrorisée et déséspérée. Cet amusant mais glaçant récit sur la possession, les angoisses d´adolescence et de panique morale entremêle images et sons de films tels que l´Exorciste, Crossroads et Buffy la chasseuse de Vampires, exposant de manière satirique le programme idéologique derrière une éducation sexuelle basée sur l´abstinence.


Diane Nerwen est née à Montréal et vit à Brooklyn, NY. C'est une artiste qui enseigne et fait de la vidéo. Ses vidéos ont été internationalement projeté, notemment au Festival du Film de Berlin, au Festival du film de New-York et au Musée Guggenheim, NY. Elle a reçu de nombreux prix et récompenses, dont un DAAD Artist in Residence Fellowship à Berlin en 2001. Son oeuvre explore les corrélations entre média, politique et vie de tous les jours. Parmis ses récentes cassettes on trouve Under the Skin Game, un documentaire experimental sur l´utilisation et l´abus des moyens de contraception, et leur relation avec les politiques de races, genre (masc/fém) et classe. Spank est la manipulation numérique d´un très court clip Hollywoodien. Ses cassettes ont été projeté internationalement et sont distribuées par Women Make Movie et Video Data Bank.

Catalogue : 2006FUH2 | Vidéo expérimentale | dv | noir et blanc | 0:40 | USA | 2006
Diane nerwen
FUH2
Vidéo expérimentale | dv | noir et blanc | 0:40 | USA | 2006

FUH2 rend hommage au site citoyen www.fuh2.com hébergeant le Hummer Salute officiel. Richement documenté le site présente la sous culture de resistance à la "Hummerisation". Intercalant images du site et pubicités pour Hummer, cette vidéo catharcique de 30 secondes charge contre le véhicule d'assault (sub)urbain.


Diane nerwen est une artsite vidéo et enseigne l'art multi-média. Son travail a été présenté à travers le monde (festival du film de berlin, festival vidéo de New York, musée Guggenheim, NY and Viper International Festival of Film Video and New Media, Bâle, Suisse). Elle a été plusieurs fois récompensée notament par la DAAD Artist in Residence Fellowship de Berlin en 2001. Nerwen est née a Montréal et vit a Brooklyn, NY. son travail est distribué par Video Data Bank, Chicago, Women Make Movies, NY, et Vtape, Toronto.

Catalogue : 2008Open House/Chapter 1: Removal | Vidéo | dv | couleur | 10:0 | USA | 2008
Diane nerwen
Open House/Chapter 1: Removal
Vidéo | dv | couleur | 10:0 | USA | 2008

Facilement visible sous le mince vernis des très entreprenantes annonces immobilières Williamsburg, l?avenir de Brooklyn, en tant que destination pour les classes argentées, mais branchées, est un projet de rénovation urbaine à une échelle sans précédent depuis le projet d?assainissement des « taudis » réalisé par Robert Moses dans les années 1960. Documentaire sur la nature brutale de la frénésie de développement qui a eu lieu, depuis le réaménagement de ce quartier résidentiel et de l'industrie légère, jusqu?à l?assouplissement des lois qui ont permis la construction de tours de quarante étages sur le front de mer, la vidéo de Nerwen offre les preuves évidentes contre l?idée optimiste que les lois du libre marché sont « bonnes pour tout le monde ». En offrant les images d'un quartier littéralement déchiré par des promoteurs qui capitalisent sur un marché du logement frénétique et sur la population locale mise sous pression pour « vendre » maintenant car le prix est juste, ce travail documente les aspects d'un drame incroyable, cruellement ignoré par les médias.


Diane Nerwen, vidéaste et formatrice en arts médiatiques, est née à Montréal (Canada) et vit à Brooklyn, New York (USA). Son travail a été exposé internationalement, avec des projections, entre autres, au Festival du Film de Berlin (Allemagne), au New York Video Festival du Lincoln Center, au Musée Guggenheim de New York et à la Tate Modern de Londres (Royaume-Uni). Son travail a bénéficié de nombreuses aides financières de la part d?institutions telles que le New York State Council on the Arts ,la New York Foundation for the Arts ou la Creative Capital Foundation. En 2001, elle a obtenu une bourse de résidence artistique du DAAD. Son travail est distribué par Video Data Bank (Chicago, USA), Women Make Movies de New York et Vtape (Toronto, Canada).

Catalogue : 2009Open House | Doc. expérimental | dv | couleur | 31:0 | USA | 2009
Diane nerwen
Open House
Doc. expérimental | dv | couleur | 31:0 | USA | 2009

Readily visible under the thin veneer of real estate ads pushing Williamsburg, Brooklyn?s future as a destination for the moneyed, yet ?hip?, classes is an urban renewal project on a scale not seen since Robert Moses? ?slum? clearance of the 1960?s. Documenting the brutal nature of the development spree which occurred as a result of the neighborhood?s re-zoning from light manufacturing/residential to the loosening of codes that allowed for forty story towers on the waterfront, Nerwen?s video offers stark evidence against the cheerful notion that the unrestricted laws of free markets are ?good for everyone?. This work chronicles a neighborhood being literally torn apart by outside developers capitalizing on a frenzied housing market, and locals under pressure to ?sell out? while the price is right (text by Peter Scott)

Diane Nerwen is a video artist and media arts educator. She has shown her work internationally, including screenings at the Berlin Film Festival, the New York Video Festival at Lincoln Center, the Guggenheim Museum, NY and the Tate Modern, London. She was awarded a DAAD Artist in Residence Fellowship in Berlin in 2001. Her work is distributed by Video Data Bank, Chicago and Vtape, Toronto. Nerwen was born in Montreal and lives in Brooklyn, NY.

Diane nerwen, diane nerwen
Catalogue : 2005The sexorcist:revirginize | Vidéo expérimentale | dv | noir et blanc | 13:0 | USA | 2005
Diane nerwen , diane nerwen
The sexorcist:revirginize
Vidéo expérimentale | dv | noir et blanc | 13:0 | USA | 2005

The Sexorcist : Revirginize est un thriller psycho-sexuel avec Britney Spears dans le rôle d´une adolescente que sa nervosité sexuelle tourmente, et Ellen Burstyn dans le rôle de la mère terrorisée et déséspérée. Cet amusant mais glaçant récit sur la possession, les angoisses d´adolescence et de panique morale entremêle images et sons de films tels que l´Exorciste, Crossroads et Buffy la chasseuse de Vampires, exposant de manière satirique le programme idéologique derrière une éducation sexuelle basée sur l´abstinence.


Diane Nerwen est née à Montréal et vit à Brooklyn, NY. C'est une artiste qui enseigne et fait de la vidéo. Ses vidéos ont été internationalement projeté, notemment au Festival du Film de Berlin, au Festival du film de New-York et au Musée Guggenheim, NY. Elle a reçu de nombreux prix et récompenses, dont un DAAD Artist in Residence Fellowship à Berlin en 2001. Son oeuvre explore les corrélations entre média, politique et vie de tous les jours. Parmis ses récentes cassettes on trouve Under the Skin Game, un documentaire experimental sur l´utilisation et l´abus des moyens de contraception, et leur relation avec les politiques de races, genre (masc/fém) et classe. Spank est la manipulation numérique d´un très court clip Hollywoodien. Ses cassettes ont été projeté internationalement et sont distribuées par Women Make Movie et Video Data Bank.

Catalogue : 2006FUH2 | Vidéo expérimentale | dv | noir et blanc | 0:40 | USA | 2006
Diane nerwen , diane nerwen
FUH2
Vidéo expérimentale | dv | noir et blanc | 0:40 | USA | 2006

FUH2 rend hommage au site citoyen www.fuh2.com hébergeant le Hummer Salute officiel. Richement documenté le site présente la sous culture de resistance à la "Hummerisation". Intercalant images du site et pubicités pour Hummer, cette vidéo catharcique de 30 secondes charge contre le véhicule d'assault (sub)urbain.


Diane nerwen est une artsite vidéo et enseigne l'art multi-média. Son travail a été présenté à travers le monde (festival du film de berlin, festival vidéo de New York, musée Guggenheim, NY and Viper International Festival of Film Video and New Media, Bâle, Suisse). Elle a été plusieurs fois récompensée notament par la DAAD Artist in Residence Fellowship de Berlin en 2001. Nerwen est née a Montréal et vit a Brooklyn, NY. son travail est distribué par Video Data Bank, Chicago, Women Make Movies, NY, et Vtape, Toronto.

Catalogue : 2008Open House/Chapter 1: Removal | Vidéo | dv | couleur | 10:0 | USA | 2008
Diane nerwen , diane nerwen
Open House/Chapter 1: Removal
Vidéo | dv | couleur | 10:0 | USA | 2008

Facilement visible sous le mince vernis des très entreprenantes annonces immobilières Williamsburg, l?avenir de Brooklyn, en tant que destination pour les classes argentées, mais branchées, est un projet de rénovation urbaine à une échelle sans précédent depuis le projet d?assainissement des « taudis » réalisé par Robert Moses dans les années 1960. Documentaire sur la nature brutale de la frénésie de développement qui a eu lieu, depuis le réaménagement de ce quartier résidentiel et de l'industrie légère, jusqu?à l?assouplissement des lois qui ont permis la construction de tours de quarante étages sur le front de mer, la vidéo de Nerwen offre les preuves évidentes contre l?idée optimiste que les lois du libre marché sont « bonnes pour tout le monde ». En offrant les images d'un quartier littéralement déchiré par des promoteurs qui capitalisent sur un marché du logement frénétique et sur la population locale mise sous pression pour « vendre » maintenant car le prix est juste, ce travail documente les aspects d'un drame incroyable, cruellement ignoré par les médias.


Diane Nerwen, vidéaste et formatrice en arts médiatiques, est née à Montréal (Canada) et vit à Brooklyn, New York (USA). Son travail a été exposé internationalement, avec des projections, entre autres, au Festival du Film de Berlin (Allemagne), au New York Video Festival du Lincoln Center, au Musée Guggenheim de New York et à la Tate Modern de Londres (Royaume-Uni). Son travail a bénéficié de nombreuses aides financières de la part d?institutions telles que le New York State Council on the Arts ,la New York Foundation for the Arts ou la Creative Capital Foundation. En 2001, elle a obtenu une bourse de résidence artistique du DAAD. Son travail est distribué par Video Data Bank (Chicago, USA), Women Make Movies de New York et Vtape (Toronto, Canada).

Catalogue : 2009Open House | Doc. expérimental | dv | couleur | 31:0 | USA | 2009
Diane nerwen , diane nerwen
Open House
Doc. expérimental | dv | couleur | 31:0 | USA | 2009

Readily visible under the thin veneer of real estate ads pushing Williamsburg, Brooklyn?s future as a destination for the moneyed, yet ?hip?, classes is an urban renewal project on a scale not seen since Robert Moses? ?slum? clearance of the 1960?s. Documenting the brutal nature of the development spree which occurred as a result of the neighborhood?s re-zoning from light manufacturing/residential to the loosening of codes that allowed for forty story towers on the waterfront, Nerwen?s video offers stark evidence against the cheerful notion that the unrestricted laws of free markets are ?good for everyone?. This work chronicles a neighborhood being literally torn apart by outside developers capitalizing on a frenzied housing market, and locals under pressure to ?sell out? while the price is right (text by Peter Scott)

Diane Nerwen is a video artist and media arts educator. She has shown her work internationally, including screenings at the Berlin Film Festival, the New York Video Festival at Lincoln Center, the Guggenheim Museum, NY and the Tate Modern, London. She was awarded a DAAD Artist in Residence Fellowship in Berlin in 2001. Her work is distributed by Video Data Bank, Chicago and Vtape, Toronto. Nerwen was born in Montreal and lives in Brooklyn, NY.

Gerald nestler
Catalogue : 2014COUNTERING CAPITULATION | Vidéo | hdv | couleur | 11:25 | Autriche | 2013
Gerald nestler
COUNTERING CAPITULATION
Vidéo | hdv | couleur | 11:25 | Autriche | 2013

COUNTERING CAPITULATION engages with the inquiries following the Flash Crash of May 6, 2010, an event that went down as the biggest one-day market decline in financial history. Focusing on a remarkable forensic analysis that not only contradicted the official findings of the regulatory authorities and shed light on the impact of algorithmic trading but also developed tools to visualize material processes that operate beyond human perception, Nestler argues that in the current legal framework evidence of market events can only be produced by a double figure of the expert witness: when the (forensic) analyst is joined by a whistleblower or informant. With this ambivalent, contingent and marginal figure at its heart—a renegade, a traitor—COUNTERING CAPITULATION proposes a multilayered, transdisciplinary artistic practice: creating narrative instabilities that coagulate dissent into insurrection by enhancing resolution in the technological, social as well as legal meanings of the term. The video concludes with a call for renegade solidarity between the general public and whistleblowers as the contemporary figures of insurrection to counter the excesses of (automated) evaluation and decision-making, not only as regards financial markets but black box regimes in general.

Gerald Nestler combines theory with video, installation, performance, speech and text to interrogate the ideological, methodological and fictive narratives of finance and their role in current biopolitics as well as contemporary art in particular. After graduating from the Academy of fine arts Vienna (1992) he conducted artistic fieldwork as broker and trader (1994-97). He lectures at Webster University Vienna and is completing a PhD at the Centre for Research Architecture, Goldsmiths, University of London. Selected recent exhibitions: The New Derivative Order (kunstraum Bernsteiner, Vienna, 2012), Cargo Carry Cult (Kunsthalle Wien, 2013), Forensis (curated by Anselm Franke and Eyal Weizman, HKW, Berlin, 2014), Social Glitch (kunstraum NOE and other venues in Vienna, in prep., 2015). Recent publications: editor of Kunstforum International 200/201 on art and economy (with D. Buchhart, 2010), Paratactic Commons (amber Art+Technology Festival Istanbul), What’s next. Art after the crisis (eds. Johannes M. Hedinger & Tobias Meyer, Kadmos, 2013), Forensis. The Architecture of Public Truth (ed. Forensic Architecture, Sternberg, 2014).

Peter nestler
Catalogue : 2007Wie macht man Glass? Partie 1 / Handwerklich | Documentaire | 16mm | noir et blanc | 24:0 | Allemagne | 1970
Peter nestler
Wie macht man Glass? Partie 1 / Handwerklich
Documentaire | 16mm | noir et blanc | 24:0 | Allemagne | 1970

Wie macht man Glas? (handwerklich) Im Frühjahr 1970 in Schweden gefilmt von Peter und Zsoka Nestler. Antike Glasgefässe und dann die Herstellung von Glas und Gläsern der waldreichen Landschaft Smaland. Mit der Kamera wird beobachtet und entdeckt, gleichzeitig ein chronologisches Beschreiben der Arbeitsgänge. Das Zusehen ist Bewunderung und Staunen über die Bewegung, das Material, das Licht und die Kunstfertigkeit der Glasmacher.

Peter Nestler, geboren 1937 in Freiburg im Schwarzwald. Über Lahr/Baden nach Berlin. Anfang des Krieges nach Bayern, wail meine Eltern zu Recht befürchtet haben, dab da bald Bomben fallen. In Grainau an der österreichischen Grenze Volksschule. Nach dem Krieg die Scheidung meiner Eltern. Aufteilung der Geschwister, zwei bei meiner Mutter, ich und die älteste Schwester bei meinem Vater. Internat. Weil es nicht so einfach war, die Kinder grobzuziehen zu Hause. Ab fünfzehn per Autostop durch Frankreich, Italien. Nach der Handelsschule endgültig von zu Hause weg. Fabrikarbeit. Zur See gefahren. Dann wieder zurück in den Familienbetrieb des Grobvaters und und der Restfamilie in Lahr. Abgebrochen, weil es aussichtslos war, nur für den Erwerb tätig zu sein. Malereistudium in München. Siedbruck in Stuttgart in der Werkstatt von Willi Baumeister, die industriell weitergearbeitet hat. Nicht mehr zu Lebzeiten von Baumeister. Wieder zurück nach München. Kleine Statistenrollen als Nebenerwerb. Ersten Rollen mit der Absicht, aus dem Geld Filme zu machen. Dann in den frühensechziger Jahren Film - und Fernsehrollen, die immer wieder zu eigener Filmarbeit geführt haben, kurzen Dokumentarfilmen. Das ging bis 1965. Dann war es schwer, weiter Geld auzutreiben. Emigration nach Sweden, das Land meiner Mutter. Heirat 1966 in Hungarn. Dann kam die Familie in Scheden. Da auch noch Waldarbeit und Fabrikarbeit, bis ich endgültig Fub gefabt hatte mit Film beim schwedischen Fernsehen. Arbeit mit Kinderprogrammen. Teils eigene Filme, teils Filme für die Dokumentarfilmabteilung. Dann in der Hauptsache eingestellt, um Filme aus Ausland eizukaufen. In den letzten Jahren keine Dokumentarfilme mehr für das schwedischen Fernsehen, sondern auf Free lance-Basis in dienstfreier Zeit. Filme, die oft in Deutscland finanziert wurden. Vier Kinder sind grob geworden in Schweden.

Catalogue : 2007Wie macht man Glass? Partie 2 / Maschinell | Documentaire | 16mm | noir et blanc | 24:0 | Allemagne | 1970
Peter nestler
Wie macht man Glass? Partie 2 / Maschinell
Documentaire | 16mm | noir et blanc | 24:0 | Allemagne | 1970

Wie macht man Glas? (maschinell) Im Sommer 1970 in Schweden und Westdeutschland gefilmt von Peter und Zsoka Nestler. Das Formen von Glas in Maschinen und Automaten der Industrie, die Anstrengung der Glasmacher und ihr immer noch handwerkliches Geschick an dem heissen Glas der schmelzenden Flammen, an dem kalten Glas der rotierenden Schleifscheiben.

Peter Nestler, geboren 1937 in Freiburg im Schwarzwald. Über Lahr/Baden nach Berlin. Anfang des Krieges nach Bayern, wail meine Eltern zu Recht befürchtet haben, dab da bald Bomben fallen. In Grainau an der österreichischen Grenze Volksschule. Nach dem Krieg die Scheidung meiner Eltern. Aufteilung der Geschwister, zwei bei meiner Mutter, ich und die älteste Schwester bei meinem Vater. Internat. Weil es nicht so einfach war, die Kinder grobzuziehen zu Hause. Ab fünfzehn per Autostop durch Frankreich, Italien. Nach der Handelsschule endgültig von zu Hause weg. Fabrikarbeit. Zur See gefahren. Dann wieder zurück in den Familienbetrieb des Grobvaters und und der Restfamilie in Lahr. Abgebrochen, weil es aussichtslos war, nur für den Erwerb tätig zu sein. Malereistudium in München. Siedbruck in Stuttgart in der Werkstatt von Willi Baumeister, die industriell weitergearbeitet hat. Nicht mehr zu Lebzeiten von Baumeister. Wieder zurück nach München. Kleine Statistenrollen als Nebenerwerb. Ersten Rollen mit der Absicht, aus dem Geld Filme zu machen. Dann in den frühensechziger Jahren Film - und Fernsehrollen, die immer wieder zu eigener Filmarbeit geführt haben, kurzen Dokumentarfilmen. Das ging bis 1965. Dann war es schwer, weiter Geld auzutreiben. Emigration nach Sweden, das Land meiner Mutter. Heirat 1966 in Hungarn. Dann kam die Familie in Scheden. Da auch noch Waldarbeit und Fabrikarbeit, bis ich endgültig Fub gefabt hatte mit Film beim schwedischen Fernsehen. Arbeit mit Kinderprogrammen. Teils eigene Filme, teils Filme für die Dokumentarfilmabteilung. Dann in der Hauptsache eingestellt, um Filme aus Ausland eizukaufen. In den letzten Jahren keine Dokumentarfilme mehr für das schwedischen Fernsehen, sondern auf Free lance-Basis in dienstfreier Zeit. Filme, die oft in Deutscland finanziert wurden. Vier Kinder sind gross geworden in Schweden.

Catalogue : 2007Die Nordkalotte | Documentaire | 16mm | couleur | 90:0 | Allemagne | 1990
Peter nestler
Die Nordkalotte
Documentaire | 16mm | couleur | 90:0 | Allemagne | 1990

Peter Nestler, geboren 1937 in Freiburg im Schwarzwald. Über Lahr/Baden nach Berlin. Anfang des Krieges nach Bayern, wail meine Eltern zu Recht befürchtet haben, dab da bald Bomben fallen. In Grainau an der österreichischen Grenze Volksschule. Nach dem Krieg die Scheidung meiner Eltern. Aufteilung der Geschwister, zwei bei meiner Mutter, ich und die älteste Schwester bei meinem Vater. Internat. Weil es nicht so einfach war, die Kinder grobzuziehen zu Hause. Ab fünfzehn per Autostop durch Frankreich, Italien. Nach der Handelsschule endgültig von zu Hause weg. Fabrikarbeit. Zur See gefahren. Dann wieder zurück in den Familienbetrieb des Grobvaters und und der Restfamilie in Lahr. Abgebrochen, weil es aussichtslos war, nur für den Erwerb tätig zu sein. Malereistudium in München. Siedbruck in Stuttgart in der Werkstatt von Willi Baumeister, die industriell weitergearbeitet hat. Nicht mehr zu Lebzeiten von Baumeister. Wieder zurück nach München. Kleine Statistenrollen als Nebenerwerb. Ersten Rollen mit der Absicht, aus dem Geld Filme zu machen. Dann in den frühensechziger Jahren Film - und Fernsehrollen, die immer wieder zu eigener Filmarbeit geführt haben, kurzen Dokumentarfilmen. Das ging bis 1965. Dann war es schwer, weiter Geld auzutreiben. Emigration nach Sweden, das Land meiner Mutter. Heirat 1966 in Hungarn. Dann kam die Familie in Scheden. Da auch noch Waldarbeit und Fabrikarbeit, bis ich endgültig Fub gefabt hatte mit Film beim schwedischen Fernsehen. Arbeit mit Kinderprogrammen. Teils eigene Filme, teils Filme für die Dokumentarfilmabteilung. Dann in der Hauptsache eingestellt, um Filme aus Ausland eizukaufen. In den letzten Jahren keine Dokumentarfilme mehr für das schwedischen Fernsehen, sondern auf Free lance-Basis in dienstfreier Zeit. Filme, die oft in Deutscland finanziert wurden. Vier Kinder sind grob geworden in Schweden.

Catalogue : 2007Verteidigung der Zeit | Documentaire | dv | couleur | 27:0 | Allemagne | 2007
Peter nestler
Verteidigung der Zeit
Documentaire | dv | couleur | 27:0 | Allemagne | 2007

Peter Nestler, geboren 1937 in Freiburg im Schwarzwald. Über Lahr/Baden nach Berlin. Anfang des Krieges nach Bayern, wail meine Eltern zu Recht befürchtet haben, dab da bald Bomben fallen. In Grainau an der österreichischen Grenze Volksschule. Nach dem Krieg die Scheidung meiner Eltern. Aufteilung der Geschwister, zwei bei meiner Mutter, ich und die älteste Schwester bei meinem Vater. Internat. Weil es nicht so einfach war, die Kinder grobzuziehen zu Hause. Ab fünfzehn per Autostop durch Frankreich, Italien. Nach der Handelsschule endgültig von zu Hause weg. Fabrikarbeit. Zur See gefahren. Dann wieder zurück in den Familienbetrieb des Grobvaters und und der Restfamilie in Lahr. Abgebrochen, weil es aussichtslos war, nur für den Erwerb tätig zu sein. Malereistudium in München. Siedbruck in Stuttgart in der Werkstatt von Willi Baumeister, die industriell weitergearbeitet hat. Nicht mehr zu Lebzeiten von Baumeister. Wieder zurück nach München. Kleine Statistenrollen als Nebenerwerb. Ersten Rollen mit der Absicht, aus dem Geld Filme zu machen. Dann in den frühensechziger Jahren Film - und Fernsehrollen, die immer wieder zu eigener Filmarbeit geführt haben, kurzen Dokumentarfilmen. Das ging bis 1965. Dann war es schwer, weiter Geld auzutreiben. Emigration nach Sweden, das Land meiner Mutter. Heirat 1966 in Hungarn. Dann kam die Familie in Scheden. Da auch noch Waldarbeit und Fabrikarbeit, bis ich endgültig Fub gefabt hatte mit Film beim schwedischen Fernsehen. Arbeit mit Kinderprogrammen. Teils eigene Filme, teils Filme für die Dokumentarfilmabteilung. Dann in der Hauptsache eingestellt, um Filme aus Ausland eizukaufen. In den letzten Jahren keine Dokumentarfilme mehr für das schwedischen Fernsehen, sondern auf Free lance-Basis in dienstfreier Zeit. Filme, die oft in Deutscland finanziert wurden. Vier Kinder sind grob geworden in Schweden.

Yves netzhammer
Catalogue : 2007Die Subjektivierung der Wiederholung, Projekt A | Vidéo expérimentale | | couleur | 42:24 | Suisse | 2007
Yves netzhammer
Die Subjektivierung der Wiederholung, Projekt A
Vidéo expérimentale | | couleur | 42:24 | Suisse | 2007

Yves Netzhammer a réalisé, pour le pavillon suisse de la Biennale de Venise, une installation dans une pièce où interagissent l'architecture, des dessins, des projections vidéos et de la musique. L'artiste a étendu la partie sud-est du pavillon, érigé en 1951 par Bruno Giacometti, avec une intervention architecturale/sculpturale qui perturbe la perception entre intérieur et extérieur. C'est une réflexion architecturale et politique. Le fait d'insérer dans le pavillon une ligne inclinée qui pénètre le pavillon en même temps qu'il l'ouvre met en perspective les frontières nationales et internationales et ce qu'elles rendent impossible. Dans son travail pictural et ses films pour Venise, Netzhammer confronte le stéréotype de l'"Autre" à sa lecture de l'histoire. L'"Autre" apparaît sous la forme d'un sujet psychologique refoulé, des corps qui ne sont que des ombres, des entrailles invisibles, des couleurs de peau différentes; autant de signes de l'altérité culturelle. Le fait d'associer ces motifs créée un rapport nouveau entre soi et autrui, entre les cas individuels et les problèmes universels, et permet une discussion sur les façons de se positionner dans l'espace et la relation aux autres. Netzhammer réfléchit aux manières de rendre le "soi" réceptif à l'"autre".


Yves Netzhammer est né en Suisse en 1970. Il vit et travaille à Zürich. Son travail a été présenté entre autres à La Neue Gesellschaft Für Bildende Kunst (NGBK) à Berlin, au Centre culturel Suisse à Paris, au ZKM de Karlsruhe, au Musée d?art du Texas à Austin, Texas, au centre international de sculpture de Duisburg, à VIPER à Bâle, à la Kunsthalle de Bâle, au Witte de With à Rotterdam, à la 11ème Biennale de l'Image en Mouvement à Genève, au Centre d'Art Contemporain de Fribourg, à la biennale d?art contemporain de Prague, à la Kunsthalle de Brême, à la Galleria d´Arte Moderna de Bologne. Son travail fait partie des collections du FRAC - Nord-Pas de Calais, Dunkerque et du FRAC - Provence-Alpes-Côte d'Azur, Marseille Il est actuellement présenté à la 52ème Biennale de Venise

Catalogue : 2008Furniture of Proportion | Animation | betaSP | couleur | 35:42 | Suisse | 2008
Yves netzhammer
Furniture of Proportion
Animation | betaSP | couleur | 35:42 | Suisse | 2008

« Furniture of Proportion » d?Yves Netzhammer révèle la fascination de l?artiste pour les paysages intérieurs et de l'esprit. Netzhammer présente un univers poétique de pure invention. Projeté pour la première fois au San Francisco Museum of Modern Art (USA), sa nouvelle installation vidéo à trois canaux « Furniture of Proportion » (2008) mêle des dessins de mur très stylisés, des animations et des objets sculpturaux afin de créer un espace narratif complexe. Sur invitation de Rudolf Frieling, le conservateur des arts médiatiques du San Francisco Museum of Modern Art, Netzhammer a consciemment développé une ?uvre dans laquelle l'ordinateur, en tant qu?outil artistique et moyen d'expression, a la priorité. Netzhammer combine une variété de médias traditionnels à différentes techniques informatiques afin d?exprimer son profond intérêt pour l'histoire de la philosophie et del'art. L'artiste se penche également sur les processus de la pensée humaine et sur l'interaction entre les images extérieures du monde et les images intérieures de l'esprit. Entrepris comme une enquête sans fin, son art s?intéresse à l'éphémère et aux états de changement, et traite, avec des effets surréalistes, les associations d?idées, et de la multiplicité temporelle.


Yves Netzhammer est né en Suisse en 1970. Il vit et travaille à Zürich. Son travail a été présenté entre autres à La Neue Gesellschaft Für Bildende Kunst (NGBK) de Berlin, au Centre culturel Suisse de Paris, au ZKM de Karlsruhe, au Musée d?Art du Texas d?Austin (USA), au centre international de sculpture de Duisburg, au VIPER de Bâle, à la Kunsthalle de Bâle, au Witte de With de Rotterdam (Pays-Bas), à la 11e Biennale de l'Image en Mouvement de Genève, au Centre d'Art Contemporain de Fribourg (Allemagne), à la Biennale d?Art Contemporain de Prague, à la Kunsthalle de Brême, à la Galleria d?Arte Moderna de Bologne (Italie). Son travail fait partie des collections du FRAC - Nord-Pas de Calais, Dunkerque (France) et du FRAC - Provence-Alpes-Côte d'Azur, Marseille.

Yves netzhammer
Catalogue : 2011Dialogical abrasion | Animation | 0 | couleur | 20:20 | Suisse | 2011
Yves netzhammer
Dialogical abrasion
Animation | 0 | couleur | 20:20 | Suisse | 2011

An accident setting serves as the scope for a cinematic metaphorical dialogue: two figurine subjects, that ultimately crash into each other in a slow motion car crash scene, act as the framework to the formal structure of the film. Mutual subjection and impression are allegorically exemplified - the momentum of the impact of the collision subserves as a generator to astonishing artificial bodily postures, that could be translated into something like an archive of embodiments. In transitory cut scenes between the decelerated sequence of this mishap, "biographical" flashbacks are inserted.

Yves Netzhammer, born in 1970. Since 1997, he has been working on a widely ramified, poetic imagery cosmos. His video installations, objects and drawings fascinate through their bodily charisma and their formal clarity. The playful recombination of elements which seemingly can not be combined leads to the threshold of our existence?s dark side: Dulcet aspects interlock with displeasing ones, the dead melts with the alive into creatures never seen before, and the depicted scenarios run from microscopic to giant scales. Solo exhibitions include Minsheng Art Museum Shanghai (2011), Kunstmuseum Bern (2010), Palazzo Strozzi (2009), SFMOMA, San Francisco (2008), Venice Biennale (2007), Karlskirche Kassel (supporting program documenta 12, 2007), Kunsthalle Bremen (2005). Yves Netzhammer lives and works in Zurich.

Catalogue : 2013Vororte der Körper | Fiction expérimentale | digibeta | couleur | 17:10 | Suisse | 2012
Yves netzhammer
Vororte der Körper
Fiction expérimentale | digibeta | couleur | 17:10 | Suisse | 2012

A consequential animation film which casts the medium of film back on its origin, the image. Beginning with divers on a platform in the sea, the viewer is simultaneously immersed in pictorial spaces in pictorial worlds, whose associative inner logic collides with the customs of conventional narration.

Yves Netzhammer, born in 1970, studied Visual Design at the Zurich College of Art and Design. Since 1997, he has been working on a widely ramified, poetic imagery cosmos. His video installations, objects, slide shows and drawings fascinate through their bodily charisma and their formal clarity. The playful recombination of elements which seemingly can not be combined leads to the threshold of our existence?s dark side: Dulcet aspects interlock with displeasing ones, the dead melts with the alive into creatures never seen before, and the depicted scenarios run from microscopic to giant scales. Solo exhibitions include Kunstmuseum Bern, Switzerland, (2012), Liverpool Biennial, SFMOMA (2010), San Francisco (2008), Venice Biennale (2007), Karlskirche Kassel (supporting program documenta 12, 2007), Museum Rietberg, Zürich (2006), Kunsthalle Bremen (2005) and Helmhaus Zürich (2003). Yves Netzhammer lives and works in Zurich.

Arjuna neuman
Catalogue : 2013Port 1: Lost in the Caesium Forest | Doc. expérimental | hdv | couleur | 11:35 | USA | 2013
Arjuna neuman
Port 1: Lost in the Caesium Forest
Doc. expérimental | hdv | couleur | 11:35 | USA | 2013

Port 1 is the first chapter of Caesium Forest, an ongoing project that explores five different yet inter-connected relationships (ports) to technology. Each relation could be interpreted as a type of reverence?spiritual or scientific. The project starts with the atomic bomb in Wendover and traces out a space shuttle?s retirement, Christian techno-music as worship, TED Talks, and returns to the government nuclear facilities of Oakridge, TN. The goal is to bring these different yet inter-connected narratives together, to create a filmic ecosystem. In particular the project will draw its formal structure from the way radioactive tracers were used to identify the relationships across biota within a given ecosystem. In fact it was only through the radioactive contamination of the Manhattan Project in Oak Ridge that provided the means for ecology to develop as we know it today. Port 1: Lost in the Caesium Forest begins this story in Wendover ? the former largest US airforce base and home to the Nagasaki and Hiroshima atomic missions. Port 1 assembles a dream like sequence in the ruined Utah/Nevada landscape, where World War 2 history becomes casino, becomes Hard Times Pawn Shop, becomes fireworks, becomes SWAT team forced entry, becomes a Christian rave ? all the while preparing us for the future.

Arjuna Neuman was born on an airplane, that?s why he has two passports. He is a filmmaker, writer and artist. He exhibits his work internationally including recent shows in the US, the UK, Australia, Canada, Switzerland and Germany. Recent exhibitions include ?ich bin naimah? at Seven Swans, Frankfurt; ?Arjuna Neuman? at the Torrance Art Museum, Los Angeles; and ?ABC ? Montreal? at the Canadian Centre for Architecture, Montreal. His videos have been screened at Redcat Gallery, Culture Unplugged, Verge Gallery, Out the Window Festival, Video Row and Richmond Art Gallery. His writing has appeared in Art Voices, The Journal for New Writing and Into the Pines Press amongst others. He is the co-founder of the research gallery and collective ? Concord in Cypress Park, Los Angeles, where he lives, collaborates and works.

Catalogue : 2014First Fugue | Vidéo | hdv | couleur | 3:36 | USA | 2013
Arjuna neuman
First Fugue
Vidéo | hdv | couleur | 3:36 | USA | 2013

First Fugue is an experiment to find a way of putting documentary images together as if in a fugue like state. A fugue is a dissociative disorder like amnesia, although it also compels the subject to drift both in space and in identity. A fugue is caused by extremely traumatic events.

Arjuna Neuman was born on an airplane, that’s why he has two passports. He shows his work internationally with recent exhibitions in Germany at State of the Art and Haus Der Kunst der Welt; in Lebanon at Ashkal Alwan and Beirut Art Centre; in Canada at the Canadian Centre for Architecture and the Richmond Art Gallery; in France at Le Gaite Lyric; in Australia at Verge Gallery Sydney University; in Russia at the Moscow Museum; in USA at the Torrance Art Museum, Machine Projects and Human Resources amongst others. As a writer he has published articles in Relief Press, Into the Pines Press, The Journal for New Writing, VIA Press, Concord Press, Art Voices, and he is currently working on a text for E-Flux.com on the profit of smiling. Arjuna Neuman is based in Beirut and Los Angeles, where he founded the artist-run gallery and collective Concord.

Gigi ng, david thacker
Catalogue : 2006A Hand on the Doorknob of Greatness | Vidéo expérimentale | 0 | couleur | 4:45 | USA | 2005
Gigi ng , david thacker
A Hand on the Doorknob of Greatness
Vidéo expérimentale | 0 | couleur | 4:45 | USA | 2005

What happens when two enterprising young artists abandon the sheltered sphere of art school decadence for life in the real word? A frank portrait of excess, indulgence, and dysfunction, "A Hand on the Doorknob of Greatness" follows its protagonists down a path toward inner enlightenment... and never emerges. As it turns out, the "real world" for this precocious pair of partners in their prime is one in which the most ordinary of gestures ? dressing, sitting, speaking, being ? adopt the most profoundly meaningless overtones. A veritable smorgasbord of meaninglessness ensues: Are they trapped, much like their captive audience, in a prison of their own making? Is there any escape? Who holds the keys? And does it matter? A thoroughly underachieving anti-video art art piece for the contemporary age, "A Hand on the Doorknob of Greatness" asks this and more, finally begging the question: What did I just watch?

Gigi Ng is an artist living in New York City. She graduated from a combined degree program with Tufts University and the School of the Museum of Fine Arts, Boston, with a BA in Psychology and a BFA in Film & Video. Having recently completed a series of Rorschach paintings, Gigi is now squarely focused on a film about the Hindenburg and ongoing projects with her 'partners in prime' partner. Gigi works for The Mill, a world-leading visual effects company, with aspirations of becoming a special effects artist. David Thacker is a Boston-based artist and music critic for Boston?s Weekly Dig magazine. Having graduated from Tufts University and SMFA, Boston, with a BA in Women?s Studies and a BFA in Sculpture & Media Arts, he has since metamorphosed into an IT professional for the Massachusetts state government. David?s recent work is concerned with complicating the boundaries of art and enabling viewer participation in sculptural environments.

ngee ann polytechnic, jonathan ben efrat, hanna musleh, sobhi al-zobaidi
Catalogue : 2007Stories from the Middle East | Documentaire | betaSP | couleur | 55:0 | Singapour | Palestine | 2006
ngee ann polytechnic , jonathan ben efrat, hanna musleh, sobhi al-zobaidi
Stories from the Middle East
Documentaire | betaSP | couleur | 55:0 | Singapour | Palestine | 2006

Ce projet, initialement commandé par l'Organisation Mondiale de la Santé, se compose de quatre courts- métrages sur la vie de Palestiniens et d'Israéliens, inspirés par la définition de la santé donnée par l'OMS: "La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d'infirmité." (Constitution de l'OMS ? 1948). Le premier film "The Mall", filme le quotidien surréaliste d'un centre commercial israélien abandonné dans lequel vivent des centaines de travailleurs palestiniens illégaux. Dans "Missing Gaza", des amis originaires de Gaza et vivant à Ramallah en Cisjordanie se retrouvent pour déjeuner et parler des personnes et des lieux de Gaza qui leurs manquent tant. "Power" raconte l'histoire d'un jeune villageois Bédouin à qui l'Etat d'Israël n'offre aucune assistance. Il décide d'entrer comme volontaire dans l'armée israélienne, persuadé qu'il pourra ainsi avoir l'électricité et sauver sa petit s?ur gravement malade. Enfin, "Journey With Naba" nous dévoile la dure vie du camp de réfugiés de Dheisheh à travers l'histoire de Naba, un garçon de 12 ans qui part voir son frère en prison.


Ayelet Bechar est réalisatrice de documentaires et journaliste. Elle est diplômée du département de Film et Télévision de l'Université de Tel Aviv et de l'Ecole de Journalisme de l'Université Columbia, New- York. Elle vit avec sa famille à Tel Aviv (Israël). Elle bénéficie cette année d'une bourse Nieman à l'Université de Harvard.

Huong ngo, ngo, huong & zubalsky, or
Catalogue : 2013Shadows Making Shadows | Film expérimental | hdv | couleur | 19:35 | USA | 2013
Huong ngo , ngo, huong & zubalsky, or
Shadows Making Shadows
Film expérimental | hdv | couleur | 19:35 | USA | 2013

Over fifty years ago in the United States, thirteen female pilots were tested to see if they were capable of going into space as astronauts. The program was cancelled prematurely, but this medical experiment became a call for two of them, Jerrie Cobb and Janey Hart, to petition for a Congressional Hearing in an attempt to change the requirements so that women could become astronauts alongside their male counterparts. Huong Ngo and Or Zubalsky took this act of resistance as a departure point for their album and film, "Shadows Making Shadows." These videos, which combine appropriated period footage with newly shot 8mm film, serve as a love letter to these thirteen women and a contemporary reflection on systems that exclude specific bodies from representing our future.

Hương Ngô is an artist and educator, born in Hong Kong, and based in Paris, FR and Brooklyn, NY. Her work, often collaborative and performance-based, has been supported by the New Museum, Rhizome, LMCC, The Kitchen, EFA Project Space, iLAND, CulturePush, Eyebeam, Tate Modern, Vox Populi, The Aldrich Contemporary Art Museum, The Museum of Contemporary Art in Chicago, the Madison Museum of Contemporary Art, and the National Museum in Prague. She is a part of the collective Fantastic Futures, is a recent Whitney Independent Study Program Fellow, and earned her MFA from the School of the Art Institute of Chicago. Or Zubalsky a programmer, artist, musician, and collaborator. He is a lover of sound, listening, collaboration, open source, questions, language, exchange, walking, and low technology. He is also a part of the collectives Fantastic Futures and Trade School, and music projects Juviley and The Youngest.

Phill niblock
Catalogue : 2005Topolo PN | Art vidéo | dv | couleur | 11:50 | USA | 2005
Phill niblock
Topolo PN
Art vidéo | dv | couleur | 11:50 | USA | 2005

Phill Niblock travaille entre autres avec la musique et le son, le cinéma, la photographie, la vidéo et les technologies informatiques. Il crée un bourdonnement dense, intense, dans lequel vibrent des microtons de timbres instrumentaux, qui induisent à leur tour un série d'autres sons sur le lieu de la performance. Il présente simultanément des films et des vidéos qui fixent le déroulement des gestes de personnes au travail, ou bien des images flottantes, dirigées par ordinateur et abstraites en noir et blanc. Phill Niblock est né en 1933dans l'Indiana, depuis le milieu des années 60 il fait de la musique et des performances intermédiaires qui ont été internationalement présentées et réalisées dans différents lieux et institutions, entre autres: The Museum of Modern Art; The Wadsworth Atheneum; the Kitchen; the Paris Autumn Festival; Palais des Beaux Arts, Bruxelles; Institute of Contemporary Art, London; Akademie der Künste, Berlin; ZKM; Carpenter Center for the Visual Arts at Harvard; World Music Institute at Merkin Hall NYC. Depuis 1985 il est directeur de la Experimental Intermedia Foundation à New York (www.experimentalintermedia.org), dont il est membre depuis 1968 comme artiste . Depuis 1973 il est producteur/organisateur de musique et de présentations intermédiales à l'EI (env. 1000 performances)et administrateur du label de l'EI XI. En 1993 il a été co-fondateur de l'Experimental Intermedia Organization à Gent, Belgique- EI v.z.w. Gent - qui offre à des artistes dans le cadre de résidences la possibilité de séjours de travail, mais apporte aussi son soutien à des installations intermédiaires. Des enregistrements de Phill Niblock sont sortis aux labels XI, Moikai und Touch. Un DVD de ses films et de sa musique est disponible chez Extreme. www.kunstradio.at

Miroslav nicic, ventzislavova borjana
Catalogue : 2006Fokus pokus ?uromatik | Documentaire | dv | couleur | 60:0 | 0 | Autriche | 2005
Miroslav nicic , ventzislavova borjana
Fokus pokus ?uromatik
Documentaire | dv | couleur | 60:0 | 0 | Autriche | 2005

Le traditionnel parc d'attraction viennois le "Prater", vu par ceux qui y travaillent, le gérant du parc et toute l'équipe. Comment sont-ils arrivés dans ce parc de renommée internationale et quelles attentes avaient-ils ? Fokus Pokus ?uromatik montre la réalité : la vie d'un employé de parc d'attraction tient peu du charme viennois. Les travailleurs, dont la majorité vient d'anciens pays communistes, racontent l'histoire de leur quotidien, de leurs occasions ratées, de l'argent, d'une société où la migration économique est devenue pour beaucoup une obligation et où l'identité ne se définit plus uniquement par la nationalité.


Borjana Ventzislavova,(1976, Sofia, BG) est diplômée de l'université des Beaux-Arts de Vienne et membre de Dezentrale Medien et du groupe Nebudu. Mirosllav Nicic (1975, Djakovica, YU) étudie les arts multi-médias et les arts numériques à l'université des Beaux-Arts de Vienne. Il est diplômé de l'univesrité de sciences économiques de Sofia. Il est membre du groupe Nebudu.

Kika nicolela
Catalogue : 2005Tropico de Capricornio | Doc. expérimental | dv | couleur | 30:0 | Brésil | 2005
Kika nicolela
Tropico de Capricornio
Doc. expérimental | dv | couleur | 30:0 | Brésil | 2005

Quatre travestis sont amenés dans une chambre d'hôtel la même nuit. L'un après l'autre ils se prêtent au jeu du réalisateur : s'allonger sur le lit et rester dans la chambre vide avec une caméra. Ils se recréent un personnage et à travers celui-ci ils commencent doucement à se dévoiler : leurs rêves, leurs espoirs, leurs interrogations et leurs expériences dans les rues de Sao Paulo.


Diplômée en Cinéma et Vidéo à l'Université de Sao Paulo en 1999, Kika Nicolela a débuté sa carrière comme assistante réalisateur pour des longs-métrages. En 2002, après avoir terminé des cours de cinéma à UCLA (Université de Californie), Kika fonde sa propre société de production, Dilema Studio, basée à Sao Paulo. Depuis, elle a produit et réalisé plusieurs vidéos expérimentales et documentaires. Ses ?uvres ont été exposées dans plusieurs festivals dans le monde entier.

Charly nijensohn
Catalogue : 2005The Fall of a System | Installation vidéo | dv | couleur | 5:0 | Argentine | Allemagne | 2005
Charly nijensohn
The Fall of a System
Installation vidéo | dv | couleur | 5:0 | Argentine | Allemagne | 2005

??The Fall of a System?? Une installation vidéo de Charly Nijensohn. Dans un monde étrange vis-à-vis de lui-même et de ses habitants, "The Fall of a System", l?installation vidéo de Charly Nijensohn, est une dénonciation sous-estimée de notre futur proche politique et écologique. La beauté des images amoindri les histoires douloureuses de négligence, de violence et de désolation. L?artiste travaille comme un chasseur à la recherche de sa prière qui lui permet de se diriger à l?instinct vers des territoires fertiles. Les lieux et les atmosphères sont ici pour être remarqués ou ignorés, pour être tirés et raconter une histoire ou pour se dissoudre dans le passé. La caméra est l?arme, l?outil, le médium par lequel l?artiste arrive à ses fins avec les données, l?atmosphère et la composition. Le sens des réalités de Nijensohn n?influence pas obligatoirement ouvertement ce qu?il cadre, ce n?est que plus tard, lors du montage qu?une séquence de rushs va faire apparaître la sensibilité de ce qu?il a fait. C?est la structure de son travail lors de son développement qui va lui donner sa signification existentielle. Son imagerie et sa coloration sont subtiles au lieu d?être assertives. Nijensohn implique et ses suggestions laissent la porte ouverte à des tonnes de nouvelles pensées. La fournaise fumante nous rappelle d?autres fournaises qui ont pollué l?air depuis toujours en repoussant la notion de civilisation par la culture. Le temps semble être une denrée, un exemple récurrent de la même histoire mais qui ne finit pas bien. Les paysages et les situations visuelles que l?artiste décrit sont un reflet en miroir de nos vis personnelles. Qui nous sommes, qu?est-ce que nous faisons, comment nous vivons, deviennent les modes et les formes du monde. Donc, dans notre instabilité intérieure, peur et douleur, nos espoirs, nos amours et nos tensions, nos jeux et nos désirs, nos pertes et nos gains, sont le sujet de cette ?uvre. C?est plus l?homme qui a formé le paysage et l?histoire que le paysage et l?histoire qui ont formé l?homme. C?est une figure qui fait école, l'un des artistes leaders dans les nouveaux médias en Amérique Latine. Alina Tortosa. Buenos Aires, février 2005.


Charly Nijensohn est né à Buenos Aires en 1966. Il est autodidacte. Entre 1999 et 2003, il fut professeur à l?université de Buenos Aires de design audiovisuel. Il fut aussi directeur d?une entreprise d?art expérimental, Ar Detroy entre 1988 et 2000. En 2003, il a représenté l?Argentine à la Biennale de Venise. Ses ?uvres ont été exposées dans le Museum of Modern Art of New York, le Museo Nacional Reina Sofia en Espagne, la Valencia Biennale (dirigée par Peter Greenway) entre autres. Il vit et travaille à Berlin.

Catalogue : 2008El naufragio de los hombres | Vidéo expérimentale | dv | couleur | 7:28 | Argentine | Bolivie | 2008
Charly nijensohn
El naufragio de los hombres
Vidéo expérimentale | dv | couleur | 7:28 | Argentine | Bolivie | 2008

« El naufragio de los hombres » (« Le naufrage des hommes ») est une série de photos et de vidéos réalisées en janvier 2008 dans le Salar de Uyuni en Bolivie. Couvrant une superficie de 4.500 kilomètres carrés et situé environ à 13000 pieds au-dessus du niveau de la mer, le Salar de Uyuni est le plus grand désert de sel du monde. Tout en étant l'une des régions les plus arides de la Terre, lors de la saison des pluies, en janvier et février, la terre est inondée et se transforme en un paysage surréaliste. Pour les prises de vue, l?artiste a été aidé par la communauté Aymara du village de Colchani. Les communautés autochtones de Bolivie se trouvent dans un état d'urgence. Bien que différentes régions du pays revendiquent leur indépendance par rapport au pouvoir politique central, une extrême pauvreté menace de détruire le patrimoine culturel ces peuples. Le sel est encore un élément central de l'économie de la région, et les blocs de sel que l?on voit sur les photos sont souvent utilisés pour la construction, en raison de l'absence d'autres matériaux.


Catalogue : 2012El exodo de los olvidados | Vidéo | hdv | couleur | 9:50 | Argentine | 2011
Charly nijensohn
El exodo de los olvidados
Vidéo | hdv | couleur | 9:50 | Argentine | 2011

Regions that remain inaccessible and deserts of ice that extend beyond sight. Geographies that have attracted the thought of explorers and navigators fascinated by the end of the world. Situated in the southern region of the Andes mountain range, the Patagonian Ice Fields represent the largest mass of ice in South America. The exodus of the forgotten explores the impulse that drives humans to leave everything behind to immerse themselves in an unknown territory. In their fascination for the abyss and the search for the unreachable, they are united in a strange act of intensity.

Nemanja nikolic
Catalogue : 2016Panic Book | Animation | hdv | noir et blanc | 5:45 | Serbia | 2015
Nemanja nikolic
Panic Book
Animation | hdv | noir et blanc | 5:45 | Serbia | 2015

Panic Book is both a set of drawings and an animated video. The drawings are made on book pages. The books often come from the family library, and deal with the political and philosophical thought of Yugoslav socialism. The pages then become part of a reconstruction of cult sequences of Hitchcock movies: scenes of fear, panic or flight. This rereading of the legacy of Tito`s socialism that ended in a “cul de sac” is close to power-up mechanisms and disaster announcements used by the master of suspense

Born in 1987, Nikolic lives and works in Belgrade, Serbia. Graduated from the Faculty of Fine Arts (painting department) , currently in PhD, he received several prizes for drawing and a special prize for his mural installations. Initiator of U10 Art Space, a self-managed artist space, he was exhibited since 2007 in numerous solo and group shows in Serbia and abroad. In 2015 he was invited to Basel (List), Vienna (Parallel) and Paris (Cultural Center of Serbia). He is currently on show at Caixa Forum in Barcelona, Spain and Kunslerhaus in Vienna, Austria

Natacha nisic
Catalogue : 2009Le textile est mort mais les gens vivent encore | Doc. expérimental | 16mm | couleur | 11:6 | France | 2008
Natacha nisic
Le textile est mort mais les gens vivent encore
Doc. expérimental | 16mm | couleur | 11:6 | France | 2008


Natacha nisic
Catalogue : 2009Le textile est mort mais les gens vivent encore 1 | Doc. expérimental | super16 | couleur | 5:47 | France | 2009
Natacha nisic
Le textile est mort mais les gens vivent encore 1
Doc. expérimental | super16 | couleur | 5:47 | France | 2009

L`usine Desurmond à Tourcoing a fermé en 2004. C`était la dernière usine de filature de cette région. Les ouvriers se sont regroupés en association afin de faire valoir leurs droits et créer une communauté, au delà de la perte du travail. Les hommes puis les femmes ont reproduits la chaine et les gestes du travail à la chaine dans cette filature. Certains y ont travaillés en équipe de nuit pendant 35 ans.


Née en 1967. Ecole Nationale Supérieure des Arts Décoratifs de Paris, poursuit des études à la Deutsche Film und Fernseh Akademie de Berlin et à la Femis à Paris pour l`écriture de scénario. Elle réalise de nombreuses expositions et films où la question de l`image est mise en jeu. Elle utilise pour cela différents médiums : super 8, 16 mm, vidéo, photographie. Images fixes ou en mouvement fonctionnent comme substrat de la mémoire, mémoire tendue entre sa valeur de preuve et sa perte. Les différentes expositions personnelles comme au Plateau, Frac île de France, puis au musée Zadkine à Paris, sont des autant de prises de positions sur le statut des images et les possibles de la représentation.Ces oeuvres ont été montrées dans de nombreux pays, Allemagne, Espagne, Japon, Corée, canada, Argentine... Ses films sont diffusés sur Arte et au Centre Georges Pompidou à Paris. Pensionnaire de la Villa Kujoyama (2001) et Villa médicis (2007).

Catalogue : 2009Le textile est mort mais les gens vivent encore 2 | Doc. expérimental | super16 | couleur | 5:20 | France | 2009
Natacha nisic
Le textile est mort mais les gens vivent encore 2
Doc. expérimental | super16 | couleur | 5:20 | France | 2009

voir ouvrier 1


Voir ouvrier 1

Catalogue : 2010e | Doc. expérimental | 0 | couleur | 20:0 | France | 2010
Natacha nisic
e
Doc. expérimental | 0 | couleur | 20:0 | France | 2010

− e est le récit d`un voyage dans le nord du Japon à la recherche d`un territoire inaccessible : un territoire transformé, meurtri par un tremblement de terre d`intensité 6,7 sur l`échelle de Richter en juin 2008. La montagne déplacée, ouverte en quelques minutes par le choc violent des éléments, est une cicatrice ouverte d`une étrange beauté dont le sort reste indéterminé Cette cicatrice qui ne peut se refermer, reste un paysage d`une grande beauté, un grand canyon qui pourrait devenir un parc d`attraction, un « ecopark » qui attirerait les touristes, faisant de la catastrophe un argument de vente, .. − Nous survolons ce territoire, tentons d`y accéder malgré les barrages qui le clôturent. Ne peuvent y accéder que les camions des travailleurs à la reconstructions et les résidents reclus. Ceux qui ont vécu le tremblement de terre racontent et rejouent ces instants violents. Apprivoiser la catastrophe est une attitude culturelle japonaise. Si on ne peut apprivoiser le futur, on peut le prévenir.


Née en 1967 à Grenoble, Natacha Nisic poursuit des études d`art à l`ENSAD de Paris, et de cinéma à DFFB de Berlin et à la Femis. Son travail se situe à la frontière des différents supports de l`image en mouvement, Super 8, film et vidéo, mais aussi par la photographie et l`installation. Elle réalise de nombreuses expositions en France, Printemps de Cahors, Centre National de la Photographie, Le plateau-Frac Ile-de-France. Ses films ont été récemment présentés au Centre Georges Pompidou à Paris, K21, Düsseldorf, Metropolitan Museum of Photography, Tokyo, British Film Institute, Londres.

Catalogue : 2018Osoresan | Vidéo | hdv | couleur | 17:15 | France | Japon | 2018
Natacha nisic
Osoresan
Vidéo | hdv | couleur | 17:15 | France | Japon | 2018

OSORESAN Natacha Nisic & Daimaru Ken 3 channels installation, stereo sound, 17’, 2018 The Itako are women who train to become spiritual mediums in Northeast region of Japan and to evoke departed spirits for the living seeking to communicate with the dead. Most of them have visual disabilities and learn language and rites to describe a rich spiritual world entirely through oral communication. Our first meeting wit Nakamura Take took place in Hachinohe city in Jully 2015. Fiming a blind person is a challenge, in one hand, we would see what she would never share with us, and on the other hand, it seems that she « sees » things that we aslo don’t see. We met her two times in 2015 and in 2017. Each sequence was very short between clients who were regularely knocking at her door. Those fragments of her life, moments of remembering songs, rites and legends were too short to build up a large portrait. They became elements of a constellation we wanted to draw : balancing her humility and modesty versus the huge scale of the desaster which happened not so far fom a living region. Her way to travel in unknown countries of dead and spirits, using a treasure of words, notes, incantation, has been guiding own journey into the landscapes revealing the traces of the post catastrophy. (imprégnant par ses paroles chacune de nos visions des paysages que nous traversions). She told us the legend of «Oshirasama», the founding tail for Itakos, a cruel story of a father, a beloved daughter and a horse. As we crossed the city of Soma, we remembered the Horse Festival organized by the city just one year after the disaster. The horses are still there, waiting. The desire to make peace with the dead motivates each one visiting an Itako. What could help us to make our own peace with the heritage of the post catastrophy ? What kind of political individual gestures could face the large scale of political environmental decisons ? We still have to deal wih nuclear threat. As a symbol of fear, the mount Osoresan, a lansdcape of ashes, smoke and dark water, responds to the hyptnotic beauty of the fragmentation of alpha an beta rays displayed at the Rokkasho PR Center. Fear, to be acclimated must show a fascinating face, as Itakos used to be represented ; stranges, unreachable and dangerous figures of women. Witches. We discovered a touching, smily, opened woman. We realized that Take Nakamura is a monument of Japan history. Very precious, rare and fragile. With participation of Take Nakamura and Itakos of Osorezan Cast: Satoko Abe, Fumie Kubota, Yohei Kobayashi, Kyoko Takenaka, Mika Shigemori

Natacha nisic, en collaboration avec ken daimaru
Catalogue : 2009Le textile est mort mais les gens vivent encore 1 | Doc. expérimental | super16 | couleur | 5:47 | France | 2009
Natacha nisic , en collaboration avec ken daimaru
Le textile est mort mais les gens vivent encore 1
Doc. expérimental | super16 | couleur | 5:47 | France | 2009

L`usine Desurmond à Tourcoing a fermé en 2004. C`était la dernière usine de filature de cette région. Les ouvriers se sont regroupés en association afin de faire valoir leurs droits et créer une communauté, au delà de la perte du travail. Les hommes puis les femmes ont reproduits la chaine et les gestes du travail à la chaine dans cette filature. Certains y ont travaillés en équipe de nuit pendant 35 ans.


Née en 1967. Ecole Nationale Supérieure des Arts Décoratifs de Paris, poursuit des études à la Deutsche Film und Fernseh Akademie de Berlin et à la Femis à Paris pour l`écriture de scénario. Elle réalise de nombreuses expositions et films où la question de l`image est mise en jeu. Elle utilise pour cela différents médiums : super 8, 16 mm, vidéo, photographie. Images fixes ou en mouvement fonctionnent comme substrat de la mémoire, mémoire tendue entre sa valeur de preuve et sa perte. Les différentes expositions personnelles comme au Plateau, Frac île de France, puis au musée Zadkine à Paris, sont des autant de prises de positions sur le statut des images et les possibles de la représentation.Ces oeuvres ont été montrées dans de nombreux pays, Allemagne, Espagne, Japon, Corée, canada, Argentine... Ses films sont diffusés sur Arte et au Centre Georges Pompidou à Paris. Pensionnaire de la Villa Kujoyama (2001) et Villa médicis (2007).

Catalogue : 2009Le textile est mort mais les gens vivent encore 2 | Doc. expérimental | super16 | couleur | 5:20 | France | 2009
Natacha nisic , en collaboration avec ken daimaru
Le textile est mort mais les gens vivent encore 2
Doc. expérimental | super16 | couleur | 5:20 | France | 2009

voir ouvrier 1


Voir ouvrier 1

Catalogue : 2010e | Doc. expérimental | 0 | couleur | 20:0 | France | 2010
Natacha nisic , en collaboration avec ken daimaru
e
Doc. expérimental | 0 | couleur | 20:0 | France | 2010

− e est le récit d`un voyage dans le nord du Japon à la recherche d`un territoire inaccessible : un territoire transformé, meurtri par un tremblement de terre d`intensité 6,7 sur l`échelle de Richter en juin 2008. La montagne déplacée, ouverte en quelques minutes par le choc violent des éléments, est une cicatrice ouverte d`une étrange beauté dont le sort reste indéterminé Cette cicatrice qui ne peut se refermer, reste un paysage d`une grande beauté, un grand canyon qui pourrait devenir un parc d`attraction, un « ecopark » qui attirerait les touristes, faisant de la catastrophe un argument de vente, .. − Nous survolons ce territoire, tentons d`y accéder malgré les barrages qui le clôturent. Ne peuvent y accéder que les camions des travailleurs à la reconstructions et les résidents reclus. Ceux qui ont vécu le tremblement de terre racontent et rejouent ces instants violents. Apprivoiser la catastrophe est une attitude culturelle japonaise. Si on ne peut apprivoiser le futur, on peut le prévenir.


Née en 1967 à Grenoble, Natacha Nisic poursuit des études d`art à l`ENSAD de Paris, et de cinéma à DFFB de Berlin et à la Femis. Son travail se situe à la frontière des différents supports de l`image en mouvement, Super 8, film et vidéo, mais aussi par la photographie et l`installation. Elle réalise de nombreuses expositions en France, Printemps de Cahors, Centre National de la Photographie, Le plateau-Frac Ile-de-France. Ses films ont été récemment présentés au Centre Georges Pompidou à Paris, K21, Düsseldorf, Metropolitan Museum of Photography, Tokyo, British Film Institute, Londres.

Catalogue : 2018Osoresan | Vidéo | hdv | couleur | 17:15 | France | Japon | 2018
Natacha nisic , en collaboration avec ken daimaru
Osoresan
Vidéo | hdv | couleur | 17:15 | France | Japon | 2018

OSORESAN Natacha Nisic & Daimaru Ken 3 channels installation, stereo sound, 17’, 2018 The Itako are women who train to become spiritual mediums in Northeast region of Japan and to evoke departed spirits for the living seeking to communicate with the dead. Most of them have visual disabilities and learn language and rites to describe a rich spiritual world entirely through oral communication. Our first meeting wit Nakamura Take took place in Hachinohe city in Jully 2015. Fiming a blind person is a challenge, in one hand, we would see what she would never share with us, and on the other hand, it seems that she « sees » things that we aslo don’t see. We met her two times in 2015 and in 2017. Each sequence was very short between clients who were regularely knocking at her door. Those fragments of her life, moments of remembering songs, rites and legends were too short to build up a large portrait. They became elements of a constellation we wanted to draw : balancing her humility and modesty versus the huge scale of the desaster which happened not so far fom a living region. Her way to travel in unknown countries of dead and spirits, using a treasure of words, notes, incantation, has been guiding own journey into the landscapes revealing the traces of the post catastrophy. (imprégnant par ses paroles chacune de nos visions des paysages que nous traversions). She told us the legend of «Oshirasama», the founding tail for Itakos, a cruel story of a father, a beloved daughter and a horse. As we crossed the city of Soma, we remembered the Horse Festival organized by the city just one year after the disaster. The horses are still there, waiting. The desire to make peace with the dead motivates each one visiting an Itako. What could help us to make our own peace with the heritage of the post catastrophy ? What kind of political individual gestures could face the large scale of political environmental decisons ? We still have to deal wih nuclear threat. As a symbol of fear, the mount Osoresan, a lansdcape of ashes, smoke and dark water, responds to the hyptnotic beauty of the fragmentation of alpha an beta rays displayed at the Rokkasho PR Center. Fear, to be acclimated must show a fascinating face, as Itakos used to be represented ; stranges, unreachable and dangerous figures of women. Witches. We discovered a touching, smily, opened woman. We realized that Take Nakamura is a monument of Japan history. Very precious, rare and fragile. With participation of Take Nakamura and Itakos of Osorezan Cast: Satoko Abe, Fumie Kubota, Yohei Kobayashi, Kyoko Takenaka, Mika Shigemori

Ana njemoga-kolar
Catalogue : 2005Americky sen v Niznom Hrabovci | Documentaire | betaSP | couleur | 10:0 | Slovaquie | 2000
Ana njemoga-kolar
Americky sen v Niznom Hrabovci
Documentaire | betaSP | couleur | 10:0 | Slovaquie | 2000

Dans un contexte de relations complexes entre la majeure partie de la population et la communauté tzigane en Slovaquie, Gabriel apparaît, jeune gitan déterminé à créer une vie culturelle dans son petit village endormi. Le village se réveille parfois, mais la seule animation a alors lieu au pub. Gabriel offre plus : sa propre musique ainsi qu'un groupe folk, faisant des danses tziganes et non tziganes. Les habitants du village le regardent avec méfiance. Que s'est-il vraiment passé, et qu?est-ce qui n?appartenait qu?au rêve ? L'histoire ne répond pas à cette question. C'est seulement un témoignage d'une tentative continuelle faite par une personne qui croit en lui-même et en son peuple.


Ana Njemoga-Kolar est née en ex-Yougoslavie. Elle vit en République Slovaque depuis 1993. Elle a apporté sa contribution à la culture des deux pays. Ses pièces ont été retransmises à la Radio Beograd, Novy Sad, Sarajevo, Ljubljana? et en République Slovaque dans les émissions de la station de diffusion Slovaque. Elle est l'auteur de nombreuses pièces de théâtre, et est également publiciste. Dans ce nouvel environnement, elle a commencé à se consacrer aux documentaires. Elle a reçu de nombreuses récompenses pour ses ?uvres documentaires et littéraires. Ana Njemoga-- Kolar prépare également d'autres projets consacrés aux thèmes de son nouvel environnement, et qui, en effet possèdent toujours une nuance humaine universelle.

Timothy nohe
Catalogue : 2018Bell Labs Mosh | Vidéo expérimentale | mov | couleur | 5:12 | USA | 2018
Timothy nohe
Bell Labs Mosh
Vidéo expérimentale | mov | couleur | 5:12 | USA | 2018

This data-moshing work was created while in residence at Signal Culture, Owego, NY. Part of a video series that examines the early information age, this industrial film was produced at Bell Labs and represents early experiments in rendering human speech and the "Poem Fields" computer animation work of Stan Vanderbeek and Kenneth Knowlton. Many of the inventions predicted within this video area a reality and commonplace, as accessible as our mobile phone. The original industrial film was made available under Creative Commons license, at archive.org

Timothy Nohe is an artist, composer and educator engaging traditional and electronic media in civic life and public places. His work has been focused upon sustainability and place, and musical and video works for dance and live performance. Nohe has exhibited and performed his work in a range of national and international venues: ISEA: Paris and the Baltic Sea; Ars Electronica, Linz; the Danish Institute of Electro-Acoustic Music, Århus; Museu da Imagem e do Som, São Paulo; the Centre for Contemporary Arts, Glasgow; the Irish Museum of Modern Art, Dublin, the Museum of Contemporary Art, Sydney; the Oxfringe Festival, Oxford; Fed Square, Melbourne; the Baltimore Museum of Art; the Smithsonian Institution, Washington, D.C.; The National Aquarium, Baltimore; Eastern State Penitentiary, Philadelphia; and the Museum of Jewish Heritage, New York. He was the recipient of a 2006 Fulbright Senior Scholar Award from the Australian – American Fulbright Commission, and was awarded the Commission’s 2011 Fulbright Alumni Initiative Grant, which resulted in multiple exhibitions in the United States and Australia on view from 2012 – 2016. Nohe has been the recipient of five Maryland State Arts Council Awards, and a Creative Baltimore Award. A 2011 National Endowment for the Arts and William G. Baker Fund “Our Town Project – Creative Placemaking” grant supported his My Station North: Sounds Surrounding Us through the Station North Arts and Entertainment District. A 2015 Warnock Foundation grant recognized Nohe’s work as a “Social Innovator” in modeling urban forest stewardship. He was commissioned as an exhibiting artist for Light City 2017, Baltimore; the festival attracted 470,000 visitors. In November of 2017 he debuted a solo exhibition titled Voltage is Signal: Analog Video Works by Timothy Nohe at the Kohl Gallery at Washington College, Chestertown, Maryland. That solo exhibition will be on view in the Electronic Gallery at Salisbury University, Salisbury, MD July 16 – October 25, 2018. Nohe is the founding Director of the Center for Innovation, Creativity and Research in the Arts (CIRCA) and a tenured Professor of Visual Arts at UMBC. A committed citizen of the university, he served two terms as the President of the UMBC Faculty Senate and in other key leadership positions. Nohe was an Artist in Residence at the Centre for Creative Arts at La Trobe University from 2011 – 2014. He was granted and renewed in the rank of Adjunct Professor at La Trobe University, in the Faculty of Humanities and Social Sciences, 2011 – 2015. He currently serves on the editorial board of the international journal, Unlikely, which is based in Melbourne, Australia. In fall of 2018 Nohe will be producing an immersive 360º video documentary on Baltimore’s failing sewage system and its interface with the watershed.