Catalogue > Liste par artiste
Parcourez la liste complète des artistes présentés dans le cadre des Rencontres Internationales depuis 2004. Utilisez le filtre alphabétique pour affiner vos recherches.  mise à jours en cours 

Notice: A non well formed numeric value encountered in /homepages/19/d540700991/htdocs/site/fr/cat/rech/_cat_1_art_rech.php on line 1091
Ariane michel
Catalogue : 2009LA CAVE | Vidéo | | couleur | 13:0 | France | 2009
Ariane michel
LA CAVE
Vidéo | | couleur | 13:0 | France | 2009

Dans une cave gelée, un homme travaille à la lueur d`une lampe. Il dégèle patiemment un grand bloc de terre qui renferme le corps intact d`un Mammouth.


Ariane Michel vit et travaille à Paris, ou elle est née en 1973. Depuis ses études à L`ENSAD, un passage au Fresnoy et une résidence au Pavillon - cellule de recherche au Palais de Tokyo, Ariane Michel réalise des travaux en vidéo qui s`inscrivent le plus souvent dans des dispositifs d`installation ou de performance. On a pu les voir à l`Atelier du Jeu de Paume à Paris, à la foire de Bâle, en centres d`art ou dans des festivals de cinéma (FRAC de Reims, CRAC de Sète, MoMA NY, Festival de Rotterdam). Si son long-métrage Les Hommes, (Grand Prix de la Compétition Française, FID Marseille 06), est sorti en salles de cinéma en France en 2008, il s`inscrit dans une même recherche : offrir au visiteur-spectateur une expérience perceptive. En 2010, on pourra voir le travail d`Ariane Michel dans des expositions personnelles à la Fondation d`Entreprise Ricard (Paris) et à l`Espace Croisé de Roubaix. Ariane Michel est représentée par la galerie Jousse Entreprise à Paris. Plus d`infos sur: www.ariane-michel.com

Ariane michel
Catalogue : 2013Le dernier voyage | | | | 14:58 | France | 0
Ariane michel
Le dernier voyage
| | | 14:58 | France | 0

Audrius mickevicius
Catalogue : 2017Pavyzdingas elgesys_2 (Exemplary Behaviour_2) | Installation vidéo | 4k | couleur | 10:0 | Lituanie | 2017
Audrius mickevicius
Pavyzdingas elgesys_2 (Exemplary Behaviour_2)
Installation vidéo | 4k | couleur | 10:0 | Lituanie | 2017

A few years ago my elder brother was killed by two men. One of the murderers escaped punishment while the second, who alone took the blame for the crime, was later released from prison for an exemplary behaviour. This made me decide to start a socio-artistic research regarding what “exemplary behaviour” means in the case of a murderer, when and how killers behave exemplarily. In summer 2014 I started to develop feature-length creative documentary “Exemplary Behaviuor”. Logline of the documentary says: The documentary explores the paradox of exemplary behaviour in murderers currently serving life sentences in Vilnius’ Lukišk?s prison and hoping to return to society. “Exemplary Behaviour” is a journey of transformation for the author, the murderers, and society who are searching for tolerance among humans. Now the documentary developed into a big scale socio-artistic transmedia project. “Exemplary Behaviour” is a project that seeks to create an emotionally and visually strong, thoughts provoking spaces that are meant to encourage tolerance to murderers. Tolerantia in Latin means ability to bear hardship, to be patient. Today many Europeans still tend to lack tolerance towards other ethnicities, immigrants, prisoners, unorthodox thinking, etc. In this project, the prisoner becomes a metaphor for “the other”. The main goal is to encourage tolerance of “others”. Video installation “Exemplary Behaviour” is an extended format of the documentary of the same title. It concentrates on a film element called healing sequence. Film’s healing sequences are hypnotic episodes, that are meant to awaken viewers’ imagination and are related to scientific phenomenon called “Prisoner’s Cinema”. Prisoner’s cinema is mainly reported by prisoners kept in dark cells for long periods of time. It’s an experience of seeing light without light actually entering the eye. It is a visual hallucination of light created by human brain that tries to compensate for lack of stimuli and the resulting monotony

Audrius Mickevi?ius is a Lithuanian film director, interdisciplinary artist (video art, photography, architecture, installations, graphics, sound, writing), and a professor in the Department of Media Art at the Vilnius Academy of Fine Arts, a guest lecturer in European universities. He completed his architectural sudies in Vilnius (1988) and visual communication studies in Copenhagen (1996). Audrius became obsessed with cinema at a young age. In 1983 he made his first 8 mm film “Requiem for Quartet”. Since then Audrius has made 17 more films. In recent years he created several experimental, documentary, and fiction films, which were screened in various international film festivals and MoMA, New York. Since 2010 the film director has been a member of the Lithuanian Filmmakers Union. He works and lives in Vilnius, Lithuania.

Ildefonso miguel
Catalogue : 2011Engine | Vidéo expérimentale | dv | couleur | 5:54 | Portugal | 2010
Ildefonso miguel
Engine
Vidéo expérimentale | dv | couleur | 5:54 | Portugal | 2010

L`homme et la nature. L`homme et la machine. Quand on mélange les realités, il y a quelque chose de nouveau. Une étrane voix du futur annonce un nouveau monde.


Né 1985. Il a etudié scénario et montage. Engine c`est son premier film.

Aurelia mihai
Catalogue : 2009CINEMATOGRAFUL ROSU / Rotes Kino | Vidéo | | couleur | 6:52 | Roumanie | Allemagne | 2009
Aurelia mihai
CINEMATOGRAFUL ROSU / Rotes Kino
Vidéo | | couleur | 6:52 | Roumanie | Allemagne | 2009

Rotes Kino ein Projekt von Aurelia Mihai  Die Arbeit ist als filmische Episode in zwei Szenen angelegt, sie baut auf einem Zeitsprung auf von 1610 zum 1969 und zurück. Konzipiert ist sie als filmische Schleife - (ein Loop in der Narration), je nachdem wo man in die Geschichte einsteigt, bekommt man sie chronologisch oder als Rückblende erzählt. In diesem Projekt benutze ich die Figur der Gräfin Elisabeth Báthory als bekannte Serienmörderin der Geschichte, und weibliches Pendant des transsilvanischen Mythos Dracula.  Der Legende nach hat Elisabeth Báthory in Jungfrauenblut gebadet, in dem Glauben dadurch jung und schön zu bleiben. Da es sich um eine Hybridfigur handelt (zwischen Mythologie und Historie) bleibt sie auch in meiner Arbeit eine rätselhafte Gestalt, was durch die Verschiebung in ein andere Zeit in der zweiten Szene verstärkt wird.  Hier sehen wir sie als Patientin in einer Psychiatrischen Anstalt 1969, in der Sozialistischen Republik Rumänien. Das Verhältnis von Täter und Opfer wird in Frage gestellt. Thematisiert wird hier die Problematik, die die Frauen unter dem Ceausescu Regime erlebt haben. Im Gegensatz zur sexuellen Befreiung im Westen, wurde 1966 in Rumänien per Gesetz die Einfuhr von Verhütungsmitteln verboten, um die Geburtenrate zu steigern, sowie die Abtreibung unter Strafe gestellt.

Aurelia Mihai is an artist born in Bucharest, Romania who lives and works in Hamburg, Germany and Bucharest. Aurelia Mihai`s video work has been the recipient of numerous prizes and scholarships that include the Video Art Awards Bremen (1997); the ESTAR Scholarship from the Institute for Electronic Arts, Alfred University, New York and the Villa Aurora Scholarship, Los Angeles (2001); the EMARE Scholarship Hull Time Based Arts UK (2004), and the Villa Massimo Rome Scholarship (2007). Project Scholarship Künstlerhaus Schloß Balmoral, Bad Ems, Germany (2009) Her works have been exhibited internationally at the K21 Düsseldorf, MNAC Bucharest, Gropius Bau Berlin, Hamburger Kunsthalle, the Chelsea Art Museum ? New York, Galerie Anita Beckers Frankfurt, Museum Goch ? Germany, Marburger Kunstverein ? Germany, Kunsthalle Bremen ? Germany, Centre International d`Art Contemporain de Pont Aven ? France, Centrum Beeldende Kunst Gelderland Arnhem ? Netherlands, Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofia - Madrid, Robert Else Gallery ? Sacramento, California ? USA, Selby Gallery Sarasota, Florida ? USA, FUTURA ? Centre For Contemporary Art, Prague, Latvian Centre for Contemporary Art ? Riga, Periferic 8 - Biennial for Contemporary Art ? Iasi, Romania, Centre of Contemporary Art and the Nature World, in Plymouth, UK.

Catalogue : 2010City of Bucur | Doc. expérimental | 0 | couleur | 21:42 | Roumanie | Allemagne | 2010
Aurelia mihai
City of Bucur
Doc. expérimental | 0 | couleur | 21:42 | Roumanie | Allemagne | 2010

City of Bucur is a film about the foundation myth of Bucharest set in the present. Next to the hill which the legendary Bucur the Shepherd chose to settle down on, the People?s Palace now stands, the architectural embodiment of Ceausescu?s megalomaniac dictatorship and today the seat of the Romanian Parliament. In the ?making-of? format, the film tells the story of ?? a short movie production about the foundation myth in this historic location. The shepherd, the film director, and the flock of sheep all begin their parallel journeys towards the location, the place where the legend originated. The movie, which has not yet been shot, has actually been recounted indirectly before the film crew has even reached the set. We know about this projected film which will tell the tale of the city?s development in a single shot ? from its foundation myth to the present. One shot that transports a ?fiction? into contemporary reality.

Aurelia Mihai?s video work has been the recipient of numerous prizes and scholarships that include the Video Art Awards Bremen (1997), the E STAR Scholarship from the Institut for Electronic Arts, Alfred, New York and the Villa Aurora Scholarship, Los Angeles (2001) the EMARE Scholarship Hull Time Based Arts UK (2004) the Villa Massimo Rome Scholarship (2007) the Schloss Balmoral Scholarship (2009) and IASPIS, Stockholm, Sweden (2010). Her works have been exhibited internationally at the K21 Düsseldorf, Gropius Bau, Berlin, Hamburger Kunsthalle, Germany, at the Chelsea Art Museum, New York, USA , Centre International d`Art Contemporain de Pont Aven/ France, Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofia, Madrid, Spanien, Periferic 8 - Biennial for Contemporary Art, Iaºi, Romania and at the Centre of Contemporary Art and the Nature World, in Plymouth, UK

Aurelia mihai
Catalogue : 2012CENTO PIEDI | Fiction expérimentale | hdv | couleur et n&b | 11:7 | Roumanie | Allemagne | 2012
Aurelia mihai
CENTO PIEDI
Fiction expérimentale | hdv | couleur et n&b | 11:7 | Roumanie | Allemagne | 2012

CENTO PIEDI (A Hundred Steps) deals with recent themes of the Romanian society: identity, image and immigration for work purposes. Immigration has become a widespread phenomenon in the last couple of years. The location of the movie centers around one of the kernels of the Romanian exodus ?Rome, the capital of Italy. The Eternal City, has played a crucial role in the history of the formation and establishment of the Romanian tongue and nation (through the conquest of Dacia in 105-106 the emperor Trajan has Latinized the Dacian people around the Danube river leading to the formation of the Romanian language). In Rome, on the site of Trajan?s Forum, we can nowadays find ?Trajan?s Column? who described through exceptional relieves the two Dacian wars. This monument is not only a masterpiece of ancient Rome but also the symbol of the birth of the Romanian people. The structure of the narrative in this movie unfolds on two parallel grounds of action through which two spaces will be defined: the Internal one (inside the column of Trajan) and the Exterior one (outside the column and on the forum).

Aurelia Mihai is an artist and filmmaker born in Bucharest, Romania who lives and works in Bucharest and in Hamburg, Germany. She is professor at the Braunschweig University of Art, Germany since 2009. Aurelia Mihai?s video work has been the recipient of numerous prizes and scholarships that include the E STAR Scholarship from the Institut for Electronic Arts, Alfred, New York and the Villa Aurora Scholarship, Los Angeles, USA (2001), the EMARE Scholarship Hull Time Based Arts, UK (2004), Prize for young artists of Düsseldor (2001), Prix Spiridon-Never-DuMont (2002), Euregio Kunstpreis / Germany / NL (2005), Hamburger Arbeitsstipendium für Bildende Kunst, Scholarship Schloss Ringenberg (2005), Project scholarship for short films, BBRKM, Künstlerhaus Schloß Balmoral, Germany (2009) , German Academy in Rome, - Villa Massimo (2007), Italy, and IASPIS, International Artist Studio Programme Stockholm, Sweden (2010). Her works have been exhibited internationally at the Städtische Galerie Wolfsburg, K21 Düsseldorf, Kunsthalle Mainz, Martin Gropius Bau, Berlin, Hamburger Kunsthalle, Germany, at the Chelsea Art Museum, New York, The Cheekwood Art Museum, Nashville Tennessee, USA , Centre Pompidou, Paris, Centre International d`Art Contemporain de Pont Aven/ FR, Cobra Museum in Amstelveen, NL.

Dan mihaltianu
Catalogue : 2013Divided Cities | Film expérimental | super8 | noir et blanc | 3:44 | Roumanie | Allemagne | 2013
Dan mihaltianu
Divided Cities
Film expérimental | super8 | noir et blanc | 3:44 | Roumanie | Allemagne | 2013

Divided Cities, 2013, 03:44 min, 8mm film transfer on Full HDV, camera / editing: Dan Mihaltianu A film based on fragmented views of Berlin and Bucharest, divided between east and west, past and present, left and right, centre and periphery, rich and poor, hip and precarious, in and off. The footage is covering the laps-time between 1992-2013 in the attempt to catch the rapid transformations of the two metropoles.

Dan Mihaltianu (born 1954 in Bucharest, Romania, based in Bucharest, Berlin and Bergen) has studied at the Institute of Fine Arts Bucharest (1975-1983). He was cofounder of subREAL, Bucharest (1990); Professor at Bergen Academy of Art and Design (2001-2007), Guest Professor at Université du Québec á Montréal (2008-2009); Editor / Associate Editor of Arta Magazine, Bucharest (1990-1993 / 2011- to present). Since the 1980s his work has been exhibited in major international art events, museums, art centres and galleries in Europe, Asia, North and South America.

Catalogue : 2014In the Skin of a Srtay Dog | Film expérimental | super8 | couleur | 5:19 | Roumanie | 2014
Dan mihaltianu
In the Skin of a Srtay Dog
Film expérimental | super8 | couleur | 5:19 | Roumanie | 2014

In the Skin of a Stray Dog Of dogs and men, black and white film material shot between 1992-1994 and edited twenty years later, depicting the decay of the urban environment after the collapse of Communism in Bucharest and the alternative living in Berlin after the fall of the Wall.

Dan Mihaltianu is a cross-media artist, born 1954 in Bucharest, Romania, based in Bucharest, Berlin and Bergen. His artistic approach is concern with social, political and trans cultural aspects related to the permanent changes occuring in our society, by developing long term process-oriented-projects, among others: Field Archive (1979-1989), Nature of Light (1980-1989), Official History / Personal History (1984-1994), Liquid Matter (1993-2014), Divided Files (2001-2014), Plaques tournantes (2004-20014), Celluloids (1992-2014). Since the 1980s his work has been exhibited internationally in various art events, biennials,, museums, art centres and galleries from Europe, Asia, North and South America.

Bielka mijoin-nÉmirovsky
Catalogue : 2006Romani bakht | Documentaire | betaSP | couleur | 32:0 | France | 2005
Bielka mijoin-nÉmirovsky
Romani bakht
Documentaire | betaSP | couleur | 32:0 | France | 2005

Montreuil. Eté 2005. Des familles Roms de Roumanie sont expulsées d`un squat. Parmi celles ci la famille de Sorina, qui tente de vivre dignement dans la rue, avec son mari et ses deux enfants.


Bielka Mijoin Némirovsky a développé une activité artistique et pédagogique autour de l'expression artistique, en tant que comédienne, chanteuse, ethnomusicologue. Elle a créé un espace de développement de l`expression artistique et de réflexion autour des questions posées par l'époque et la sociétés dans lesquelles nous vivons. Projets autour des chants du monde comme éveil à la culture de l'"autre",au sein des écoles primaires. Elle a réalisé "Romani Bakht" dans le cadre de la formation aux ateliers Varan. C'est son premier film documentaire. Projets en cours.

mikomikona
Catalogue : 2006Mikomikona Live | Performance | 0 | | 30:0 | Allemagne | 2007
mikomikona
Mikomikona Live
Performance | 0 | | 30:0 | Allemagne | 2007

Mikomikona explore de manière expérimentale la capacité de transformation dynamique du son en image, de l'image en son et les effets de rencontre sur l'interface médiatique. Nous développons des dispositifs qui nous permettent de connecter et de transformer des signaux visuels en signaux acoustiques et vice versa. Nous explorons ces dispositifs au sein de différents contextes audio-visuels créant un environnement synesthésique. Les modules de performance qui en résultent partagent tous l'idée d'un nouveau codage symbolique de l'information médiatique et sont aussi utilisés pour faire du Vjing. Pour réaliser ces performances, nous travaillons avec des outils analogiques tels les rétroprojecteurs, les projecteurs de film super-8, les projecteurs vidéo utilisés comme dispositifs visuels et sonores. Mikomikona utilise la simultanéité et la vitesse des circuits électroniques analogiques. Notre intérêt s'inscrit plus à l'intérieur du champ des synthétiseurs (soumis à des modulations), que dans le paradigme des séquenceurs (sériels, chronométrés et programmés comme dans les environements digitaux). L'approche théorique : le bruit de la transformation En transformant l'information dans différents formats de médias nous recevons le bruit de la transformation -bruit parasite- qui reflète lui-même notre utilisation instable de la technologie des médias. Le bruit de la transformation est un moyen apte à révéler la structure même du média. En termes de performances acoustico-visuelles, Mikomikona explore la capacité de transformation dynamique des images techniques en son et vice versa. Ainsi les détours synesthésiques sont compressés et le contenu médiatique est codé de manière nouvelle. L'expérience de l'ordinnateur rend transparente l'échangeabilité du code : l'utilisation d'un codage binaire pour représenter image, texte et son. Le code binaire semble être la référence omnipotente au sein de laquelle presque tout contenu peut être sauvegardé et reproduit.


Jacopo miliani
Catalogue : 2007Down Down Down | Vidéo expérimentale | dv | couleur | 4:55 | Italie | Royaume-Uni | 2006
Jacopo miliani
Down Down Down
Vidéo expérimentale | dv | couleur | 4:55 | Italie | Royaume-Uni | 2006

Un enfant tenant une bûche dans les bras chute dans d'interminables escaliers. Une fois en bas, il se métamorphose sous l'effet d'un carillon au son duquel il va danser jusqu'à épuisement. En référence directe à des films, contes de fées, clips et à la mythologie personnelle de l'auteur, la vidéo explore cette frontière où la banalité devient source de fantastique et d'imagerie mystérieuse.


Jacopo Miliani est né en 1979 à Florence (Italie) et vit à Londres. Diplômé en Interdisciplinary Art Practices de l?Université de Florence en 2003, il a obtenu un MFA au Central Saint Martins College de Londres en 2006 et a suivi l?Advanced Course of Visual Arts de la Fondazione Antonio Ratti à Cômes en 2007. Son travail est présenté dans des galeries, des expositions collectives et des festivals. Il est l?un des lauréats du Prix Movin?Up 50 et participe à des projets parallèles avec des magazines et des labels de musique.

Tihomir milovac
Catalogue : 2006Zagreb Contemporary Art Museum | 0 | 0 | | 0:0 | Croatie | 2007
Tihomir milovac
Zagreb Contemporary Art Museum
0 | 0 | | 0:0 | Croatie | 2007

Le Musée d'Art Contemporain à Zagreb a été fondé en 1954 comme la City Gallery of Contemporary Art, dans le souci de suivre, d'analyser et de promouvoir les événements, les styles, les phénomènes relatifs à l'art contemporain. A travers près d'un demi-siècle d'existence, le Musée_ selon son appellation admise_ a connu un certain nombre de changements : son appellation mais aussi l'espace disponible, le nombre de collections et leurs contenus. Cela dit ses principaux engagements sont restés les mêmes : présenter la création contemporaine dans des conditions favorables à la compréhension et à la jouissance de l'art croate et international et faire en sorte que l'échange entre l'expérience créative et herméneutique soit le plus dynamique possible. Des travaux d'artistes croates et d'artistes internationaux ont été exposés depuis, des travaux qui, du temps de leur création, étaient preuves de qualité, d'une volonté artistique et pertinente ou encore des travaux qui inauguraient un langage artistique différent. Les collections du Musée comprennent des accrochages qui montrent les débuts et le développement logique des tendances artistiques individuelles aussi bien que leur impact direct ou indirect sur la production qui leur a succédé dans le temps. Les collections incarnent à la fois la réalité de la production artistique croate en cette période spécifique de synchronie avec le développement de l'Art européen ou Art Global. La constitution de la collection du Musée commença immédiatement reprenant le principe de la City Contemporary Art Gallery en 1954. La majeure partie de la collection d'art contemporain du musée est composée de travaux d'auteurs croates ou étrangers créés après 1950 alors qu'une plus faible part date de la première partie du vingtième siècle, oeuvres dont la présence est nécessaire pour illustrer le concept de l'art et moderne et contemporain. Les collections du Musée Contemporain comprennent aujourd'hui 9000 oeuvres d'art moderne et contemporain qui devraient finalement être accessibles au public dans le nouveau Musée en construction. Après des tentatives multiples pour placer le musée dans un espace adapté, il a été décidé de créer un autre Musée dans la partie nouvellement construite de Zagreb. Un nouveau Musée s'érige dans la nouvelle ville de Zagreb, il est en construction depuis 2003. Le bâtiment occupe un espace total de 14500 mètres carrés dont 4800 sont prévus pour les expositions. Le volume divisé géométriquement en cinq étages devrait devenir un emblème de la ville dans un futur proche. www.msu.hr


Tihomir Milovac is a senior curator at the Museum of Contemporary Art in Zagreb, and is the head of the Experimental-Research Department at the Museum. As a curator and art critic he has curated many exhibitions and other visual arts projects in Croatia and abroad, most often engaged in new, contemporary phenomena in visual arts, especially new media, but also the phenomena of historical avant-garde. He had edited numerous publications and catalogues, and curated exhibitions like Kasimir Malevich, Retrospective, 1990; Ukrainian Avant-garde 1910?1930, 1990/91; Andres Serrano: Buapest/Morgue, 1996; Jan Fabre: Passage, 1997/98; The Future is Now ? Ukrainian Art in the Nineties, 1999?2000; The Baltic Times ? Contemporary Art from Latvia, Lithuania and Estonia, 2002; Misfits: Conceptual Strategies in Croatian Contemporary Art, 2002; Sanja Iveković: Women's House 1998-2002, 2002; System of Coordinate ? Russian Art Today, 2004; Zlatko Kopljar: Compassion +, 2005; Insert ? Retrospective of Croatian Video Art, 2005.

Ariel mioduser
Catalogue : 2006Reality TV | Animation | dv | noir et blanc | 2:6 | Israel | 2006
Ariel mioduser
Reality TV
Animation | dv | noir et blanc | 2:6 | Israel | 2006

Comme le titre le suggère, "Reality TV" confronte le spectateur avec les faux concepts de la réalité donnés à voir par les médias. Ces médias qui déterminent à leur tour de faux concepts de réalité et définissent les comportements dans ce qu'on appelle la 'vraie vie'. Cette réalité supposée est représentée par des extraits de publicités et d'émissions télévisées ne montrant que les moments d'extase feinte, le tout hors-contexte. Par exemple, on peut voir une mannequin décrire avec emphase comment un certain shampoing a radicalement changé sa vie, ou une autre mannequin brandir une boite en carton (contenant des céréales? de la lessive? à vous de choisir) avec une expression de quasi-jouissance. Par opposition à ces séquences, on commence à distinguer, dans la pénombre, l'image d'une famille bourgeoise typique , assise devant le (ou bien à l'intérieur du) téléviseur : il s'agit bien de la seule image de "réelle réalité" ici. Mais que dire? Cette réalité de zombies en captivité, les yeux rivés sur les publicités, est bien moins excitante... Reste le bébé, le seul (pour l'heure) à manifester la moindre réaction. La structure du film soutient son message, aussi bien d'un point de vue visuel que musical : chaque extrait de publicité forme un module, qui peut être diffusé de manière aléatoire avant ou après n'importe quel autre module. Chacun de ces modules contient sa propre musique. Agencée de manière aléatoire, la séquence de ces modules résulte en un flux monotone de bruit blanc, entrecoupé de fragments extatiques.


Né à Buenos Aires, en Argentine, Ariel Mioduser vit à Jaffa, en Israël. Il obtient une licence à la 'Bezalel Academy of Art and Design' à Jérusalem, puis un mastère à l'université d'Alcala en Espagne. Il enseigne au département d'art numérique et au département de communication visuelle du 'Technology Education College' à Tel-Aviv en Israël. Après avoir travaillé pendant presque vingt ans dans le domaine commercial, Ariel Mioduser a commencé à travailler sur de mini-animations personnelles, à cheval entre animation et art. Le travail de Mioduser s'intéresse de près à des thèmes sociaux tels que la pauvreté et la culture de la pauvreté, les formes d'oppression basées sur l'appartenance ethnique ou sexuelle, la mondialisation et la protection de l'environnement. Dans un monde où l'image est utilisée pour manipuler, il 'crée' à l'intérieur de ce monde, tout en posant sur lui un regard critique.

Stefano miraglia
Catalogue : 2018Ramusiana | Film expérimental | 0 | noir et blanc | 4:10 | Italie | France | 2017
Stefano miraglia
Ramusiana
Film expérimental | 0 | noir et blanc | 4:10 | Italie | France | 2017

`Carte universelle de la partie du monde nouvellement retrouvée`. Un hommage au géographe italien Giovanni Battista Ramusio.


Stefano Miraglia (né en 1988 à Málaga) est un artiste et curateur indépendant basé en France et en Italie. Sa pratique artistique repose sur l`association entre vidéo numérique, photographies, documents d`archives et éléments autobiographiques. Son travail se situe à l`intersection entre art abstrait, animation expérimentale et journal filmé. Ses films sont distribués par Collectif Jeune Cinéma et ont été montrées à de nombreux festivals internationaux, dont Festival des Cinémas Différents et Expérimentaux de Paris, Pesaro Film Festival, Transient Visions et Fracto. Son activité curatoriale comprend la création d`expositions et de programmes de films pour Le Dôme Festival (Touraine) et Nomadica (Bologne, Italie). Stefano Miraglia est le fondateur et curateur principal du projet The Moving Image Catalog (movimcat.eu).

Hideyuki miyaoka
Catalogue : 2005Luc Ferrari - Portrait d'un réaliste abstrait | Documentaire | dv | couleur et n&b | 46:0 | Japon | 2005
Hideyuki miyaoka
Luc Ferrari - Portrait d'un réaliste abstrait
Documentaire | dv | couleur et n&b | 46:0 | Japon | 2005

Luc Ferrari (1929- 2005) est un musicien extraordinaire originaire du sud de la France. Il a une curiosité et un toupet sans fond pour absorber dans sa musique n?importe quelle expression radicale sans hésitation. Il est malheureusement mort en août 2005. Dans la conjoncture de la scène de la musique contemporaine, pleine de genre et cynisme, il poursuivait l?image de la musique comme ?plaisir?. Á sa manière, Ferrari n?a jamais perdu le pouvoir essentiel de la musique. Les musiciens donnant leurs appuis à la musique expérimentale populaire d?aujourd'hui comme Christian Marclay, John Zorn, Sonic Youth, David Grubbs, Yoshihide Otomo, DJ Olive, et Erikm on tous beaucoup de respect pour lui. Depuis la première rencontre du Studio mal parte avec Ferrari, alors qu?il était invité pour la première fois au Japon par Haruyuki Suzuki, une relation chaleureuse s?est établie entre eux et a ouvert la porte à la création de son Documentary>? LUC FERRARI \portrait off an abstract réaliste. ?? Qui présente des morceaux de sa musique et des ?moments présents? de sa vie à Paris. Hideyuki Miyaoka, un artiste du cinéma, a été invité au festival international du film de Rotterdam avec son film ? Mother Monika\for à film unfinished ? en 2005. Sur le chemin du retour au Japon, il a visité Paris pour filmer une répétition avec, le populaire, FJ Erikm de Marseille et Ferreri, ainsi que des moments de la vie du musicien avec sa femme avec laquelle il avait vécu tant d?années. Par ces scènes, la figure pleine de vie de Ferrari est mise en valeur. C?étaient une vision et un moment prenant des instants précieux de la vie du musicien, d?un homme et de derrière cet homme. Bien qu?il erre promis une réunion ave eux deux qui étaient et avaient déclaré être très touché par cette version complétée de la scène, Ferrari mourut d?une pneumonie en août. Cette vidéo est aussi un enregistrement de ?LAST DATE ?.


Il est réalisateur et représentant du Studio malpatre. Il est né en 1967 à Hiroshima et il s?est établi en 1997 dans un élément de ce qui devint Studio malparte et qui fut assemblé au fur et à mesure que les projets prirent place. Il a produit et présenté indépendamment une série de cinq évènements ?Sagi Poiesis ? ?des séminaires et des ateliers principalement sur l?expression cinématographique). En 1998, il alla en Russie pour travailler comme directeur assistant avec Aleksandr Sokurov sur le tournage de ?MOLOCH? (meilleur film au Festival International du Film de Canne en 1999). En ce moment, il produit et créé un programme artistique nommé ?Edge ? et d?autres programmes pour CSTV.

Sayaka mizuno
Catalogue : 2017Kawasaki keirin | Documentaire | hdv | couleur | 41:13 | Suisse | Japon | 2016
Sayaka mizuno
Kawasaki keirin
Documentaire | hdv | couleur | 41:13 | Suisse | Japon | 2016

"Une minuscule buvette-épicerie de la ville industrielle de Kawasaki au Japon est le lieu de rencontre d’habitués occupés à boire des bières en cannette, à discuter de tout et de rien et à jouer aux courses cyclistes. Le vélodrome est tout proche, dans la grisaille du quartier, et représente le seul espace extérieur, la seule échappatoire des hommes qui se retrouvent au bar. Les neuf coureurs de keirin alignés dans les starting-blocks ou sur la piste, dans leurs combinaisons aux couleurs criardes, rythment avec rigueur les journées et entrecoupent les discussions. Au comptoir, les sujets semblent toujours être les mêmes : les paris, le temps qui passe, les cerisiers qui fleurissent... Et pourtant, c’est le repaire des retrouvailles, le lieu de la parenthèse dans un quotidien morne. On se saoule un peu et on partage quelque chose… « J’aime les choses qui flottent, parce que dans l’eau, je coule » confie le tenancier. Pour lui, comme pour ses clients, les cyclistes accrochés à leurs pédales, filant en ligne et imperturbables, sont un peu comme une bouée, le vélodrome, comme un bateau." Madeline Robert


Née en 1991 à Genève, Sayaka Mizuno a réalisé plusieurs courts-métrages et obtient son Bachelor Cinéma à la HEAD – Genève avec mention pour son moyen-métrage intitulé Kawasaki keirin. Présenté au festival Visions du réel 2017, le film reçoit le Prix du Jury SSA/ SUISSIMAGE du film suisse le plus innovant. Elle a participé au Locarno Filmmakers Academy 2017 et est actuellement en Master Cinéma à l’ECAL/ HEAD.

Matej modrinjak
Catalogue : 2005Upwards | Art vidéo | dv | couleur | 6:48 | Slovénie | 2005
Matej modrinjak
Upwards
Art vidéo | dv | couleur | 6:48 | Slovénie | 2005

Toujours vers le haut. Parfois il avance lentement, parfois il s'arrête. Mais jamais il ne déscend.


Je suis né en 1980 à Maribor, en Slovénie. En 1999, j?ai fini l?école de design et de photographie de Ljubljana comme photographe professionnel. Entre 1999 et 2002, j?ai travaillé pour SNG Monitor (le théâtre national Slovène) comme photographe de théâtre. Pendant l?été 2002, j?ai pris part au programme d?artiste en résidence Unidee, Cittadellarte-Fondazione Pistoletto à Bielle n Italie. En juin 2005, j?ai fini mes études en art et média numériques à l?Académie des Beaux Arts de Vienne avec un diplôme de Magister Artium. En novembre 2005, j?ai commencé le programme d?artiste en résidence au AIRantwerp Antwerpen en Belgique.

Frédéric moffet
Catalogue : 2016The Magic Hedge | Doc. expérimental | hdv | couleur | 9:4 | Canada | USA | 2016
Frédéric moffet
The Magic Hedge
Doc. expérimental | hdv | couleur | 9:4 | Canada | USA | 2016

The Magic Hedge visite une réserve d`oiseaux située sur un ancien site de lancement de missiles datant de l’époque de la Guerre Froide situé sur la rive nord de Chicago. Le spectateur, en se promenant et en observant, découvre le prétendu secret du parc : des hommes cherchent de brefs moments de contact sexuel parmi les arbres et les buissons. La vidéo met en évidence les nombreuses contradictions d`un site autrefois consacré à la surveillance militaire et maintenant conçu pour préserver et réguler la vie des "animaux sauvages".


Frédéric Moffet est un artiste multidisciplinaire, un professeur, un monteur vidéo et un travailleur culturel. Il vit entre Montréal et Chicago. Son œuvre, maintes fois récompensée, explore le territoire insaisissable qui sépare l’histoire, l’expérience vécue et le fantasme. Ses bandes vidéo les plus récentes sont Hard Fat (2002), Jean Genet in Chicago (2006), Postface (2011) et, bientôt, The Faithful. Son travail a été diffusé dans divers festivals, universités et galeries à travers le monde, notamment Rotterdam Film Festival, Whitechapel Art Gallery (London), Walker Art Center (Minneapolis), Museum of Contemporary Art (Chicago), PPOW Gallery (New York), Biennial of Moving Images (Geneva), Pleasure Dome (Toronto), Other Cinema (San Francisco), Kassel Documentary Film Festival, Microwave (Hong Kong) and Taipei Golden Horse Film Festival.

Avi mograbi
Catalogue : 2009Details 11, 12, 13 | Vidéo | dv | couleur | 12:0 | Israël | Israel | 2009
Avi mograbi
Details 11, 12, 13
Vidéo | dv | couleur | 12:0 | Israël | Israel | 2009

2 scenes shot in a car driving in the occupied territories. Israeli Human Rights journalists on their way to a story. In one scene they ask themselves if they should continue driving down the road because the locals say there is an Israeli tank shooting at whoever comes near it. In the second scene they detect the Istraeli military post where they were shot at from a few months earlier. In the third scene the IDF orchestra plays a happy march.

Avi Mograbi, filmmaker and video artist. He is the director of: Details 11-13 (2009), Z32 (2008), Mrs. Goldstein (2006), Avenge but one of my two eyes (2005), Detail (2004), August (2002), Wait, it?s the soldiers, I`ll hang up now (2002), At the back (2000), Will you please stop bothering me and my family (2000) Relief, (1999), Happy Birthday Mr. Mograbi (1999), How I learned to overcome my fear and love Arik Sharon (1997), The reconstruction (1994), Deportation (1989).

Naeem mohaiemen
Catalogue : 2016Abu Ammar is Coming | Vidéo | hdv | couleur et n&b | 6:0 | Bangladesh | Royaume-Uni | 2016
Naeem mohaiemen
Abu Ammar is Coming
Vidéo | hdv | couleur et n&b | 6:0 | Bangladesh | Royaume-Uni | 2016

A photograph circulates, showing five men staring out of a window. Actually, only four look out; the last man breaks protocol and looks at the camera. The light has a soft glow. The stage is a bombed building. All five men wear military fatigues; the color must have been olive green.Snapped by a Magnum photographer in 1982, the image is a teasing enigma. Arabic newspapers claim it as evidence of Bangladeshi fighters in the PLO (Fatah faction). Go a little deeper into the memory hole and sediments will darken the third world international. Still, the light was beautiful. Abu Ammar is Coming continues The Young Man Was project’s exploration of the 1970s revolutionary left as a form of tragic utopia. Previous chapters have shown at the 2015 Venice Biennale, the Museum of Modern Art (New York), and the 2011 Sharjah Biennial.[Abu Ammar was the nom de guerre of Yasser Arafat. His Fatah faction of PLO fascinated Bangladesh JSD (National Socialist Party) leader Major Jalil, despite the sharper Marxist tendencies of the George Habash faction.] Picture credit: Volunteers from Bangladesh fighting with Palestinians, 1982 © Chris Steele-Perkins / Magnum Photos The Young Man Was project examines the failures of radical, armed leftist movements of the 1970s. The protagonists often display misrecognition, ending up as an “accidental trojan horse” carrying tragic results to the countries in question (from Japanese hijackers commandeering Dhaka airport for “solidarity,” to migrant labor pipelines transformed into PLO “volunteers”). In spite of its failures, Mohaiemen’s reading of the potential of international left solidarity is still, always, one of hope. The first part (United Red Army, 2011) reconstructs the 1977 hijacking of Japan Airlines Flight 472 through a series of crisply polite negotiation tapes. The second film (Afsan’s Long Day, 2014) addresses the misrecognition of Marxist ideologies from the perspective of a young historian (Afsan Chowdhury, whose diary entry gives the series its name), slaloming between Bangladesh’s summer of tigers, and the German Autumn associated with the Rote Armee Fraktion. The third film (Last Man in Dhaka Central, 2015) traces, in reverse, the journey of Peter Custers, a Dutch journalist jailed in Bangladesh in 1975, accused of belonging to an underground armed Maoist group. A more recent short film, Abu Ammar is Coming (2016), digs into the illusions of a press photograph of “PLO fighters” taken by Chris Steele-Perkins for Magnum. In the form of Peter Custers, who unfortunately passed away in 2015, many of the questions of The Young Man Was project take a personal form. What lies behind utopian hope, especially within the idea of socialism, against the weight of history and experience? What also of the men who survived those terrible times, unlike so many of their comrades, and now spend their waning days in solitary apartments, writing down memories? What was such a man then, and how does he remember himself today? Was he John Reed, recording the Russian Revolution, in the last free moment before the Thermidor? What does it mean to be a survivor and witness—the last man standing on the eve of another collapse, surveying the wreckage of the socialist dream in the middle of a horrific present that teeters on the cusp of the Anthropocene?

Naeem Mohaiemen is a writer and visual artist. Since 2006, he has worked on "The Young Man Was," a series of projects on the 1970s radical left. The first two films in this sequence are "United Red Army" (2012), which premiered at Sharjah Biennial, IDFA, and Hot Docs, and "Afsan`s Long Day" (2014), which premiered at MoMA, New York, and Oberhausen. He is researching the third installment, "Last Man In Dhaka Central" (2015). The project has been supported by grants from Creative Capital, Creative Time, Franklin Furnace, Rhizome, Puffin Foundation, and Arts Network Asia. He is a 2014 Guggenheim Fellow. The works are also in private collections, as well as the permanent collection of the Tate Modern and the British Museum.

Paribartana mohanty
Catalogue : 2015Notes on detour and Potentiality | Fiction expérimentale | hdv | couleur | 4:14 | Inde | 2015
Paribartana mohanty
Notes on detour and Potentiality
Fiction expérimentale | hdv | couleur | 4:14 | Inde | 2015

Walking towards the commemorative obelisk, the memorial of establishing Delhi as capital of British India, We trace passed the land exactly 101 year after the coronation celebrated there. Nostalgic about the moment in history simultaneously relaxed due to its ruined state, all of our cameras started shooting the actor, unknown character and new encounters. The documented images showed intense moments of repetition and reappearances, where we expose cameras to ourselves in different position, composition and perspective. The video plays with the idea of echo in repeated intervention, engagement and performative ordinary gestures. The cinematic time in loop becomes a still image of walking, looking and hearing as rehearsing, acting bodies and a resurrected site.

SOLO EXHIBITION 2012 Kino is the Name of a Forest, Solo Exhibition, Vadehra Art Gallery, New Delhi, India EXHIBITIONS 2015 Kochi Biennale Foundation Young Curatorial Award-Fellowship 2016/2017 on the KBF Student’s Biennale. 2015 BLAST! ASIA NOW, Stand SP1, Espace Pierre Cardin, 1 Avenue Gabriel, 75008 Paris. 2015 59th BFI London Film Festival, curated by William Fowler London, United Kingdom. 2015 Rendez-vous Singapour Exposition, Institute of Contemporary Art Singapore. 2015 Undivided Mind Part- ii, Art + Science Exhibition, Curated by Lieah Smith, KHOJ international Artist Association, New Delhi, India 2015 Forever Now, Curated by Willoh S. Weiland, Brian Ritche, Thea Baumann and Jeff Khan, Aphids Epic Contemporary Project, Mofo, Hobart 2014 TokyoStory Part- ii, Tokyo Wonder Site, Shibuya, Tokyo, Japan 2014 Field Trip Project, Curated by Daisuke Takeya, Tokyo, Japan 2014 Insert- Common Ground Curated by Raqs Media Collective, IGNCA, New Delhi India 2013 Rendez-vous 13, Institute of Contemporary Art Lyon, Lyon, France 2013 Ideas of the Sublime curated by Gayatri Sinha, Rabindra Bhawan, New Delhi, India 2012 Sarai Reader 09: Exhibition, Curated by Raqs Media Collective, Devi Art Foundation, Gurgaon, India 2012 Video Wednesday II, Curated by Gayatri Sinha, Gallery Espace, New Delhi 2012 Broadening the Canvas: Contemporary Visual Culture of Alternate Sexuality, Curated by Rahul Bhattacharya, Part of Kolkata Rainbow Pride Festival, Kolkata 2012 In Other Words, Sarai-CSDS, New Delhi 2011 Regards Croisés: A Selection of Asian Contemporary Art, Art Plural Gallery, Singapore 2011 Collective Metamorphosis, Curated by Kapil Chopra, Nature Morte, New Delhi 2011 To be continued… The FICA Group Show, Curated by Bhooma Padmanabhan, Volte Gallery, Mumbai 2011 Hong Kong Art Fair, works presented by Nature Morte 2011 Outset Inaugural Exhibition, co-ordinated by Peter Nagy and organized by Feroze Gujral, New Delhi 2010 Drifiting Still, Curated by Rahul Bhattacharya, Art Konsult, New Delhi 2010 ARTIST + NATURE = ART The Sandarbh Workshop and residency. The Lahori Forest, Dadra Nagar & Hawali (UT) India 2010 Present is Now, Curated by Peter Nagy, Bestcollegeart.com 2010 City as Studio: EXB 10.04, Sarai, CSDS, New Delhi. 2010 City as Studio: EXB 10.01, curated by Iram Ghufran and Amitabh Kumar as part of ‘Ten Years of Sarai’, Sarai, CSDS, New Delhi (Feb 15 – March 10) 2010 Renewed Intensity, Curated by Jagannath Panda, B K College of Art, Bhubaneswar 2010 Drifters, Curated by Rahul Bhattacharya, Gallery Beyond, Mumbai (as part of Kala Ghoda Arts Festival, February) 2009 Drifters, Curated by Rahul Bhattacharya, Art Konsult, New Delhi (18 Dec – 10th Jan) 2009 Fantasy, Curated by Sunil Gupta and Gautam Bhan, Nigah Queer Festival, Max Mueller Bhavan, New Delhi. AWARDS / RESIDENCIES 2015 Kochi Biennale Foundation Young Curatorial Award- 16-month Fellowship 2016/2017 on the KBF Student’s Biennale. 2015 T.A.J. RESIDENCY & SKE PROJECTS, Bangalore, India 2015 Undivided Mind- Part II, Art + Science One Month Residency at KHOJ, KHOJ International Artist Association, New Delhi, India. 2014 Writing Intensive, Kiran Nadar Museum of Art, Noida, New Delhi 2014 International Creator Residency Program 2013, Tokyo Wander Site, Tokyo, Japan 2013 An Anatomy and Politics of Video Art, A workshop by Marcel Odenbach, Kolkata, India 2011 Three-months residency hosted by Stadt galerie, Bern (Switzerland) in collaboration with Pro Helvetia (Swiss Arts Council) and FICA 2010 Sandarbh Artists Residency, Dadra Nagar and Havelli 2010 EMERGING ARTIST AWARD, Foundation of Indian Contemporary Art (FICA), New Delhi 2010 Awarded ‘the City as Studio’ – Sarai-CSDS Media Lab Associate Fellowship for Contemporary Art and Media Practices and Residency

Maria mohr
Catalogue : 2006Cousin cousine | Doc. expérimental | super8 | couleur et n&b | 19:32 | Allemagne | 2005
Maria mohr
Cousin cousine
Doc. expérimental | super8 | couleur et n&b | 19:32 | Allemagne | 2005

Cousin et cousine, un espace sans paroles. Une voix au piano. Au bout des doigts, le sens. Un pont, trop haut. Cousin Cousine est un film personnel entre témoignage et poésie. Sur un amour impossible.


Maria Mohr est née en 1974 à Mainz, en Rhénanie. Elle a étudié le français et l'architecture à Paris et à Darmstadt. Depuis 1998 Maria Mohr vit à Berlin. Elle a contribué à divers projets indépendants de théâtre et de danse et a travaillé en parallèle dans le domaine du cinéma, de la vidéo et de la photographie. De 2002 à 2005 elle étudie le film expérimental à l'université des arts de Berlin. Son film de fin d'études "Cousin Cousine" est présenté depuis dans des festivals nationaux et internationaux et a remporté de nombreux prix, dont le prix du court-métrage allemand en 2005. Actuellement Maria Mohr travaille sur un film documentaire long.