Catalogue > Liste par artiste
Parcourez la liste complète des artistes présentés dans le cadre des Rencontres Internationales depuis 2004. Utilisez le filtre alphabétique pour affiner vos recherches.  mise à jours en cours 
Luke sieczek
Catalogue : 2007Phantom | Vidéo expérimentale | dv | couleur | 6:20 | Pologne | USA | 2007
Luke sieczek
Phantom
Vidéo expérimentale | dv | couleur | 6:20 | Pologne | USA | 2007

PHANTOM (Luke Sieczek, 6:20 min., Digital Video, Color/Sound, 2007) PHANTOM recomposes two scenes from Jacques Tourneur`s film Cat People, reanimating the words and images of its heroine, played by the actress Simone Simon. Her voice reverberates a feeling of intense restlessness, while luminous specters emanate from all sides, surrounding her in a pulsing, phosphorescent glow. PHANTOM re-imagines a half-remembered midnight movie: the dying rays of a television screen are re-absorbed into a spectral, volatile afterimage.

Originally from Poland, Luke Sieczek is an independent film and video artist, whose films have been exhibited at numerous international film festivals and venues. His films and videos have shown at Museum of Modern Art, the New York Film Festival`s "Views from the Avant-Garde," the European Media Art Festival, and the Rotterdam International Film Festival, among others. While varying in genre and technique, his films and videos continue to explore concerns that include the investigation of place, memory, the status of the - immigrant - outsider, and the shifting and unstable relations of audio-visual time and space. Luke Sieczek studied at Bard College and received an MFA from the University of Wisconsin. He currently lives in Seattle, WA.

Amie siegel
Catalogue : 2006Berlin Remake | Installation vidéo | dv | couleur et n&b | 14:0 | USA | 2005
Amie siegel
Berlin Remake
Installation vidéo | dv | couleur et n&b | 14:0 | USA | 2005

BERLIN REMAKE est une installation vidéo composée de remakes image-pour-image de scènes de films provenant du studio de cinéma de l'Etat d'Allemagne de l'est (DEFA). Les scènes de films sont recrées et cadrées exactement comme dans les prises de vue originales, mis à part le fait que les images sont désormais peuplées d'architecture contemporaine et de vide historique - des moments de cinéma significatifs remis en scène à travers Berlin Est. Les scènes reproduites sont projetées à côté des scènes originales dans un espace sombre, il s'agit d'une double projection synchronisée. Cette installation vidéo est une étrange juxtaposition du passé et du présent, faisant de l'histoire (par exemple la RDA) simultanément un élément passé et présent, dramatique et banal, divisé et reconnecté. Comment


Amie Siegel, née en 1974 à Chicago, travaille avec le film, la vidéo, le son et l'écriture. Diplômée du Bard College et de la School of the Art Institute of Chicago, Amie Siegel a exposé ses oeuvres dans les lieux suivants : Whitney Museum of American Art, Kino Arsenal Berlin, Toronto Cinematheque, Museum of Fine Arts Boston, Facets Cinematheque, Austrian Film Museum. Elle a écrit "The Waking Life" (North Atlantic Books, 1999). Son premier long métrage, "Empathy", a été présenté en première au Festival international du film de Berlin, en 2003. Amie Siegel a reçu plusieurs bourses : MacDowell Colony, DAAD Berliner-Künstlerprogramm, Edith Russ Haus für Medienkunst. Elle vit entre New York et Berlin.

Judith siegmund, piontek
Catalogue : 2011Zu wenig zu viel? | Documentaire | dv | couleur | 18:0 | Allemagne | 2010
Judith siegmund , piontek
Zu wenig zu viel?
Documentaire | dv | couleur | 18:0 | Allemagne | 2010

Judith Siegmund, born 1965, is a concept and video artist and a philosopher. She lives in Berlin and teaches at UdK Berlin. (www.judithsiegmund.de)

André Piontek is a video producer. He lives in Weissenfels and Berlin, and produces short movies with his company Vides Media.

Pola sieverding
Catalogue : 2013Close to concrete | Installation vidéo | hdv | couleur | 15:20 | Allemagne | Portugal | 2011
Pola sieverding
Close to concrete
Installation vidéo | hdv | couleur | 15:20 | Allemagne | Portugal | 2011

Pola Sieverding studierte an der Carnegie Mellon University Pittsburgh, am Surikov Institut in Moscow und machte 2007 ihren Meisterschüler bei Stan Douglas an der Universität der Künste Berlin. Seit dem hat sie vielfach international ausgestellt: Aram Art Gallery, Seoul; Palmengarten Museum für Moderne Kunst, Frankfurt am Main; Art in General, New York; Hamburger Bahnhof, Berlin; Lumiar Cité, Lissabon; Neue Gesellschaft für bildende Kunst, Berlin; Lena Brüning Galerie, Berlin; Anat Ebgi Gallery, Los Angeles et al. Seit 2011 arbeitet sie mit Orson Sieverding an audio-visuellen Performances, die u.a. im Kunstverein Heidelberg, bei ReMap 3 in Athen und in der Kunsthalle Düsseldorf aufgeführt wurden. 2012 kollaborierte sie mit Natascha Sadr Haghighian für http://pfad.d13.documenta.de/. Sie war als Artist in Residence nach Ramallah, Prag und Lissabon eingeladen und als Gastdozentin an die International Academy of Art Palestine. Pola Sieverding lebt und arbeitet in Berlin.

Liina siib
Catalogue : 2006House of Sleep | Fiction | dv | couleur | 12:23 | Estonie | 2004
Liina siib
House of Sleep
Fiction | dv | couleur | 12:23 | Estonie | 2004

La caméra tourne autour des pièces d'une vieille maison du début du XIXe siècle, dans le Nord de Londres. Cette improvisation basée sur la nouvelle de Muriel Spark, "Memento Mori" (1959), permet de mieux comprendre la vidéo. Les plus vieilles personnes de la classe aisée de London sont appelées au téléphone par un interlocuteur mystérieux qui répète inlassablement le même message : "Rappelez-vous que vous allez mourir!" La police est incapable de mettre la main sur cet individu, et les personnes âgées finissent tôt ou tard par mourir, pour différentes raisons, notamment suite à des vols et à des meurtres. Les évènements s'articulant entre les signes de contrôle, l'observation et la cérémonie du thé culminent avec l'arrivée du livreur de lait qui découvre les bouteilles de lait qui n'ont pas été ramassées sur le pas de la porte. La peur de l'intrus, d'une éventuelle rencontre avec la mort à l'approche de la vieillesse, la solitude et la possession de biens, sont des conditions qui peuvent être expérimentées par n'importe qui, quelque soit sa situation financière ou sa nationalité.


LIINA SIIB Née à Tallinn, en Estonie, où elle est actuellement artiste indépendante. MFA d'études de photographie, Académie des arts d'Estonie; études de photographie à l'Université de Westminster, à Londres (échange). 25 expositions personnelles en Estonie, Latvia, Belgique, France, Allemagne et Finlande. A participé à des expositions de groupes en Estonie et à l'étranger - notamment à la Villa Manin à Codroipo, en Italie, au Musée Finlandais de Photographies à Helsinski, au Musée Moderne de Stockolm, au Hamburger Bahnhof de Berlin, à la Corcoran Gallery of Art de Washington. Des oeuvres dans les collections du Nouveau Musée d'Art et de Design de Nuremberg, dans celles du Musée Moderne de Stockholm etc... Réalise des vidéos depuis 2002.

Catalogue : 2013Mass Line: Office 1 | Vidéo expérimentale | hdv | couleur et n&b | 12:41 | Estonie | Suède | 2013
Liina siib
Mass Line: Office 1
Vidéo expérimentale | hdv | couleur et n&b | 12:41 | Estonie | Suède | 2013

Mass Line: Office 1 is a karaoke video produced for the large scale performance Mass Line at the Lilith Performance Studio in Malmö. Mass Line merges China and the western world?s political ideologies to a peculia, thorough analysis and practice-oriented observation of systems, prohibitions and orders, both big as well as small ones. Mass Line is distinctly political but yet at the same time a highly poetic performance, where most of the part is based upon the artist?s own observations and life experience from living in a closed country. In Mass Line Liina Siib plays with big political and social systems we all have to follow in order to be part of the group. Systems whose intensions are to keep us occupied, to act correct and keep us in line. In countries with strict leadership and control system people use to perform, to be someone else in public than at home. Everyone becomes an actor ready to stage what the system expects from them, performing ideologies as one?s second nature as a wise survival tactics of everyday life. At the end it is impossible to decide what is a performance and what is not.

Liina Siib is a video and photography artist born and based in Tallinn, Estonia. She studied graphic art and photography at the Estonian Academy of Arts, where she also earned an MA in photography. In 2002 she was in exchange at the Westminster University in London at the Photographic Studies MA course. Several of Liina Siib`s art works have a starting point in the experience of living in a both socialistic and capitalistic system, and in the antagonism that appears in shifting between two systems. In her photo, video and room installations, the artist explores various topics, ranging from femininity and social space to different representations of people?s everyday practices and daily routines. In 2011 Liina Siib represented Estonia with her project A Woman Takes Little Space at the 54th Venice Art Biennale. She has had over thirty solo exhibitions in Estonia, Germany, Belgium, France, Finland and Latvia. Her works have been presented at a number of international group shows and festivals in Estonia, Europe, Asia and the USA. In October 2013 her large-scale performance Mass Line in a close collaboration with the Lilith Performance Studio was presented at the Lilith Performance Studio in Malmö, Sweden.

Catalogue : 2016Orbs | Vidéo | hdv | couleur | 3:15 | Estonie | 2016
Liina siib
Orbs
Vidéo | hdv | couleur | 3:15 | Estonie | 2016

In the video “Orbs” we see two persons playing with an old armillary sphere. This old tool is a model of objects in the sky, one of the oldest astronomical instruments in the world, one of the first models ever made. Representing the heavens with the sun as center, it is known as Copernican armillary. By a simple gesture of moving the armillary rings as heavens, one can demonstrate how the stars move. We see the two people moving the stars and by that they are moved by the stars.

Liina Siib is a visual artist who lives in Tallinn, Estonia. She holds an MA in photography from the Estonian Academy of Arts. The themes of her works range from femininity and social space to different manifestations of people’s everyday practices, to work and leisure time routines. She works with video, installation, photography and performance. Liina Siib has had solo exhibitions in Estonia, Germany, Belgium, France, Sweden, Finland and Latvia. Her works have been presented at a number of exhibitions and festivals in Europe, Asia and the USA. In 2011, Liina Siib represented Estonia at the 54th Venice Art Biennale with her project ‘A Woman Takes Little Space’. She has also curated art and culture projects in Estonia, the UK and Belgium. Since 2015, she works as the Professor of Graphic Art at the Estonian Academy of Arts.

Catalogue : 2006Kiosk | Doc. expérimental | dv | couleur | 2:56 | Estonie | 2005
Liina siib
Kiosk
Doc. expérimental | dv | couleur | 2:56 | Estonie | 2005

"Kiosk" en turc et "periptero" en grec. En turc, le mot se réfère aussi à un objet qui agit comme une ombre ou comme un faiseur-d'ombres. "Peripteros" à Athènes. "Periptero" à Syntagma Square. Démocratie. Bouteilles d'eau. Cigarettes. Tickets de bus. Encas. Ceintures en cuir. Des millions d'autres choses accumulées, comme des magazines, des bonbons, des lunettes de soleil, des journaux etc... Rhétorique de l'accumulation de produits. Tout dans un kiosque. Chaque chose doit être consommer sous la chaleur de la culture méditerranéenne. N'importe quel être humain contemporain, même un flâneur pourrait immédiatement en avoir besoin dans les rues d'Athènes. Les kiosque est ouvert sur certains ou sur tous les côtés. Hautement absorbant. Ancrages compulsifs de trajectoires sonores. Un point focal dans la rue très dense de razzmatazz. Aujourd'hui, il y a beaucoup de kiosques en Grèce. Un kiosque à Anastassopoulos, à Kolonaki Square, à Athènes. Un kiosque à Tassias, à Apergi Square, à Athènes. Le kiosque est probablement la chose la plus ordinaire et la plus extraordinaire à Athènes. Un kiosque à Omonia Square. Rencontres chanceuses. Maison-machine rapide à satisfaire les plus urgents désirs dans la rue. Equivalent moderne en condensé du Forum antique?


LIINA SIIB Née à Tallinn, Estonie, où elle est actuellement artiste indépendante. MFA d'études de photographie, Académie des arts d'Estonie; études de photographie à l'Université de Westminster, à Londres (échange). 25 expositions personnelles en Estonie, Latvia, Belgique, France, Allemagne et Finlande. A participé à des expositions de groupes en Estonie et à l'étranger - notamment à la Villa Manin à Codroipo, en Italie, au Musée Finlandais de Photographies à Helsinski, au Musée Moderne de Stockolm, au Hamburger Bahnhof de Berlin, à la Corcoran Gallery of Art de Washington. Des oeuvres dans les collections du Nouveau Musée d'Art et de Design de Nuremberg, dans celles du Musée Moderne de Stockholm etc... Réalise des vidéos depuis 2002.

Catalogue : 2011UNSOCIAL HOURS | Vidéo expérimentale | dv | couleur | 10:2 | Estonie | 2011
Liina siib
UNSOCIAL HOURS
Vidéo expérimentale | dv | couleur | 10:2 | Estonie | 2011

The video Unsocial Hours (2011) explores the model of the cycle of women?s work and social life through food in contemporary Estonia; to be more specific, cheap pastries produced in a bakery that works through the night and which are sold in the kiosks at Tallinn Railway Station, and eaten in cafes in Lasnamäe or during breaks by doctors and nurses working at Pelgulinna Maternity Hospital. Along with a focus on space, there is also a strong emphasis on time ? the circling of time, and a certain element of ritual repetition and ?not getting anywhere?.

Liina Siib was born in 1963 in Tallinn, Estonia, where she currently lives and works. She studied graphic art and photography at the Estonian Academy of Arts, where she also earned an MA in photography. In her photo, video and site-specific room installations, she explores various topics, ranging from femininity and social space to different representations of people in their everyday activities. She has had thirty solo exhibitions in Estonia, Germany, Belgium, France, Finland, Latvia and Italy. Her works have been presented at a number of exhibitions and festivals in Estonia, Europe, Asia and the USA. Her works are in the collections of the Art Museum of Estonia, the Tartu Art Museum, the Moderna Museet in Stockholm, the Neues Museum für Kunst und Design in Nuernberg etc. In 2011 her project ?A Woman Takes Little Space? represented Estonia at the 54th Venice Biennale.

André silva
Catalogue : 2005Spam letter + google image search = video entertai | Vidéo expérimentale | dv | couleur | 3:0 | USA | 2005
André silva
Spam letter + google image search = video entertai
Vidéo expérimentale | dv | couleur | 3:0 | USA | 2005

Each word of a spam letter is matched with one of hundreds of available online images that have been linked, in some way, to that word. A text-to-voice-program narrates the letter.

Andre Silva is a third year M.F.A. Candidate in Film & Video Production at the University of Iowa. His films have screened at about 30 festivals within the past year and have won awards at the Ann Arbor Film Festival, the Humboldt International Short Film Festival and Atlanta Underground Film Festival. Currently, he is working on his thesis, a 7-minute animated film, Ichthyopolis , which is a fantastical journey into the material and immaterial lives of fish. The film will utilize 16mm stop-motion, live action video and computer generated 3-D animation. Aside from working on his films, Andre recently taught film and video production courses at the University of Iowa. For the past two summers, he taught digital animation at Northwestern University's National High School Institute. He was also one of the co-founders of Iowa City Microcinema, a local organization dedicated to bringing visiting artists to Iowa City and hosting filmmaking events such as the "24-hour video race." Beginning in the Fall of 2006, Andre will teach film production courses at the University of Wilmington at North Carolina as a Guest Artist.

Fern silva
Catalogue : 2017The Watchmen | Film expérimental | 16mm | couleur | 10:0 | USA | 2017
Fern silva
The Watchmen
Film expérimental | 16mm | couleur | 10:0 | USA | 2017

In The Watchmen, pulsating orbs, panopticons, roadside rest stops, and subterranean labyrinths confront the scope of human consequences and the entanglement of our seeking bodies. Regressions in missing time, caught in the act of captivity, confined to the carceral and perpetuated by movie sets, television sets, and alien encounters at bay. The corporeal cycle of control revolves as steadily as the sight of those who watch from above.

Fern Silva (b. 1982, USA/Portugal) is an artist who primarily works in 16mm. His films consider methods of narrative, ethnographic, and documentary filmmaking as the starting point for structural experimentation. He has created a body of film, video, and projection work that has been screened and performed at various festivals, galleries, museums and cinematheques including the Toronto, Berlin, Locarno, Rotterdam, New York, London, Melbourne, and Hong Kong International Film Festivals, Anthology Film Archives, Gene Siskel Film Center, Cinemateca Boliviana, Museum of Art Lima, Brooklyn Academy of Music, Museum of Contemporary Art Chicago, New Museum, Greater New York at MOMA P.S.1, and Cinema du Reel at the Centre Georges Pompidou. He has organized and curated screenings at venues including the Nightingale Cinema, Gallery 400, and DINCA Vision Quest in Chicago. His work has been featured in publications including Film Comment, Cinema Scope, Filmmaker Magazine, Millennium, and Senses of Cinema. He studied art and cinema at the Massachusetts College of Art and Bard College. He is Visiting Faculty at Bennington College and is based in New York.

Jeff silva
Catalogue : 2007Balkan Rhapsodies | Doc. expérimental | dv | couleur et n&b | 54:30 | USA | 2007
Jeff silva
Balkan Rhapsodies
Doc. expérimental | dv | couleur et n&b | 54:30 | USA | 2007

"Balkan Rhasodies" est un documentaire en 78 parties qui tisse une mosaïque de rencontres, d'observations et de réflexions issues des voyages de l'artiste à travers la Serbie et le Kosovo déchirés par la guerre. Il a été le premier américain autorisé en Serbie après les bombardements de l'OTAN en juin 1999, et les images qu'il a tournées forment le coeur du projet. Il est retourné aux Balkans en 2000 et une dernière fois en 2005 pour achever son projet. Au centre du projet, on trouve une structure épisodique mais intégrée inspirée de la forme libre et émotionnelle des rhapsodies musicales du dix-neuvième siècle, qui se caractérisent par une série de courtes compositions non-linéaires et d'humeurs, de couleurs et de tonalités contrastrées. La structure de la rhapsodie déstabilise le temps linéaire, mettant en évidence la fragmentation du temps, de la mémoire et de l'histoire et les implications métaphoriques de ce qu'il est advenu de l'ancienne Yougoslavie. Les rhapsodies des Balkans entremêlent un réseau de fragments visuels et sonores, oscillant entre les images vérité intimistes, les témoignages candides de survivants, des interludes musicaux humoristiques, des commentaires d'intellectuels américains renommés comme Howard Zinn et Noam Chomsky, et des images télévisées et internet appropriées. La collection de détritus et de débris de mémoires, de preuves et d'expériences crée un écho mélodique qui résonne avec l'absurdité de la situation et reflète un impératif politique et social au-delà des conflits en Yougoslavie, concernant les crises d'aujourd'hui.


Jeff Silva est artiste, enseignant et conservateur. Il vit à Boston. Il a étudié le cinéma et la photographie à l'Ithaca College et a reçu un diplôme en arts visuels au Vermont College of Fine Arts de Montpelier. Actuellement, il est attaché d'enseignement à Harvard et professeur adjoint à l'Emerson College en études de film et réalisation de films expérimentaux et ethnographiques. Avant d'enseigner, il a travaillé comme producteur au MIT, où il a créé des centaines vidéos éducatives en physique et dans d'autres sciences. Jeff est aussi co-fondateur et conservateur de la "Balagan Experimental Film Series", saluée par la critique, au Coolidge Corner Theater. Au cours des dix dernières années, Jeff a développé une oeuvre multiple, allant d'installations multi-channel à des courts métrages et des films expérimentaux, montrés dans des festivals et des galeries à l'échelle internationale.

Henrique silva
Catalogue : 2006Cerveira Bienal | 0 | 0 | | 0:0 | Portugal | 2007
Henrique silva
Cerveira Bienal
0 | 0 | | 0:0 | Portugal | 2007

La Biennale de Cerveira, est un événement créé en 1978, par un groupe d?artistes, dans le but de promouvoir l?art contemporain et de créer un lieu de rencontre pour les artistes : Il est possible d`y échanger des expériences et de promouvoir la recherche aussi bien dans les arts traditionnels que dans les nouvelles technologies. Durant ces 30 dernières années, la Biennale est devenue Internationale, a conquis une place particulière parmi les jeunes artistes indépendants, et a établi des partenariats avec d?autres institutions nationales et internationales similaires. Aujourd?hui la Biennale de Cerveira dispose d'un bureau permanent, un Musée d?art moderne ouvert toute l?année, des ateliers de gravure, sérigraphie, lithographie, photo, céramique, laboratoire dédié aux arts digitaux. La Biennale met à disposition des créateurs, de manière permanente, une MAISON DE L?ARTISTE, avec 4 chambres et 17 lits, qui permet d'organiser des stages pour les professionnels ainsi que des cours d?initiation. Lors de cette XIVème Biennale de Cerveira, la Fondation Maeght sera représentée, l?artiste suisse Pascal Nordmann y participera, et on pourra y voir un hommage à l?artiste portugais Júlio Resende, un concours ouvert aux artistes de toute nationalité sur un thème d?actualité « Les nouvelles croisées » en rapport aux guerres au Nord de l?Afrique et en Irak, une représentation d?architectes internationaux, la participation d'artistes en poésie visuelle (organisé par Pedro Oliver des Canaries), une représentation des Universités Portugaises et des activités musicales et performances. Du fait de sa situation géographique, à la frontière avec la Galicie, la participation espagnole est très importante, entrecroisant expositions et coopérations avec l?Université de Vigo et le Centre Culturel de Ourense.


Henrique Silva, né 1933, est diplômé de l`Université de Paris VIII en Arts plastiques. Il a vécu à Paris de 1957 à 1977, ou encore à Zurich, Bâle, Bruxelles et Belfast. Il participé à des séminaires et des réunions internationales, parmi lesquelles on peut citer le séminaire "savoir faire formation" au Cicopa (Bruxelles en 1986) et le séminaire international sur les politiques de développement territorial sur invitation de l'OCDE en Crète, le réseau des Centres Culturels en Europe à Delfos, France et Irlande, ayant organisée la 1er rencontre des centres Culturels Européens à Porto. Il est membre de plusieurs jurys nationaux et internationaux qui font référence à plus de 10 publications portugaises et étrangères et ayant réalisé plus de 140 expositions en Europe. Il est actuellement Directeur du Musée d`Art Contemporain de la Biennale de Cerveira, Administrateur de la Fondation Biennale de Cerveira et Directeur du Cours de Design de l`École Supérieure Gallaecia.

Rui silveira
Catalogue : 2008Ni Dilli | Vidéo expérimentale | dv | couleur | 0:55 | Portugal | 2008
Rui silveira
Ni Dilli
Vidéo expérimentale | dv | couleur | 0:55 | Portugal | 2008

La vidéo « Ni Dilli » crée un espace pour des paysages sonores expérimentaux, associant certains sons (détachés de leur contexte musical) à des actions implicites de l'image. En utilisant les procédés numériques de capture du son et de l'image, Rui Silveira tente d?explorer la manière dont ces éléments peuvent suggérer un lieu géographique spécifique, ainsi qu?un univers personnel, en évitant, néanmoins, une vision subjective.


Rui Silveira a récemment obtenu un diplôme en design de communication, en mettant l'accent sur le design graphique utilisant les médias audiovisuels. L'artiste s?intéresse particulièrement aux relations entre le son et l'image (vidéo ou photographie). Silveira travaille actuellement à un documentaire sur un immeuble en construction qui utilise des ressources locales, dans le contexte d?un environnement urbain chaotique et d?une société à la très forte identité. L'artiste considère la vidéo expérimentale comme le moyen parfait pour réaliser son ?uvre.

Catalogue : 2011POLIGRAD | Doc. expérimental | hdv | couleur | 5:57 | Portugal | 2010
Rui silveira
POLIGRAD
Doc. expérimental | hdv | couleur | 5:57 | Portugal | 2010

POLIGRAD is a vision of the City resulting from the synthesis made in the mind of a voyager by his focused itinerary through several Eastern European cities.

Rui Silveira was born in Campo Maior in 1983 and lives at the present in Lisbon. With a BSc in Communication Design by the Fine Arts Faculty of Lisbon (FBAUL), he develops video-based projects. At the moment he attends the Independent Study Program at Maumaus, School of Visual Arts and the Master in Communication Design and New Media at FBAUL. So far, his work has had a dominant documental aspect with sound playing a privileged communicating role and, furthermore, there are questions that have persisted as, for instance, the dialectics between local and global.

Shelly silver
Catalogue : 2017A Strange New Beauty | Doc. expérimental | hdv | couleur | 50:40 | USA | 0 | 2017
Shelly silver
A Strange New Beauty
Doc. expérimental | hdv | couleur | 50:40 | USA | 0 | 2017

A Strange New Beauty, une intrusion perturbante dans les maisons luxueuses de la Silicon Valley. À l’aide d’une bande son agressive et d’un cadre éclaté par des vignettes et des inscriptions sur un écran noir, Silver révèle une violence sourde derrière la beauté clinquante et le calme trompeur des lieux. Aucune présence humaine dans le film, mais les riches demeures semblent renfermer une mémoire d’évènements inquiétants, porter les traces d’une sauvagerie en hors champ. Dans un même mouvement contradictoire, A Strange New Beauty joue des clichés invitant à la poursuite du bonheur, et déboulonne brutalement le mensonge du rêve américain. Charlotte Selb, Revue 24 Images


Shelly Silver is a New York based artist working with the still and moving image. Her work explores contested territories between public and private, narrative and documentary, and increasingly in recent years the watcher and the watched. She has exhibited worldwide, including at the Museum of Modern Art in New York, Tate Modern, Centre Georges Pompidou, the Museum of Contemporary Art in Los Angeles, the Yokohama Museum, the London ICA, and the London, the Singapore, New York, Moscow, and Berlin Film Festivals. Silver has received fellowships and grants from organizations such as the John Simon Guggenheim Foundation, the NEA, NYSCA, NYFA, the Jerome Foundation, the Japan Foundation and Anonymous was a Woman. Her films have been broadcast by BBC/England, PBS/USA, Arte/Germany, France, Planete/Europe, RTE/Ireland, SWR/Germany, and Atenor/Spain, among others. She has been a fellow at the DAAD Artists Program in Berlin, the Japan/US Artist Program In Tokyo, Cité des Arts in Paris, and at the Lower Manhattan Cultural Council. Silver is Associate Professor and Director of the Moving Image, Visual Arts Program, Columbia University.

Shelly silver
Catalogue : 2005What i'm Looking For | Vidéo expérimentale | dv | couleur | 15:0 | USA | 2004
Shelly silver
What i'm Looking For
Vidéo expérimentale | dv | couleur | 15:0 | USA | 2004

Une jeune femme entreprend de photographier des moments d'intimité dans l'espace public. Elle se ballade dans les rues de New York City et depuis que les relations sociales ont dérivé sur Internet, elle commence à approcher les gens sur un site internet de rencontre et elle écrit : "Je cherche des gens qui aimeraient être photographiés en public, et révéler quelque chose d'eux-mêmes..."


Shelly Silver vit et travaille à New York. Elle utilise la vidéo, le film et la photographie, pour une ?uvre qui comprend plusieurs sujets et registres. Elle explore les multiples relations qui nous connectent et nous restreignent, les chemins tortueux du plaisir et du désir, les histoires qui sont racontées à notre sujet, ou que nous nous racontons à nous-mêmes. Son travail a été montré aux Etats-Unis, en Europe, en Asie, notamment au MoMa, New York, au musée d?art contemporain de Los Angeles, au centre George Pompidou, au Musée de Kyoto, à l?ICA, Londres, au festival du fil de Singapour. Shelly Silver a gagné de nombreux prix, au festival international du documentaire à Leipzig, à l?Australian International Film and Video Festival, au Houston International Film Festival. Elle a reçu plusieurs bourse et récompenses, incluant le National Endowment for the Arts, le DAAD, le New York State Council on the Arts, la New York Foundation for the Arts, la Jerome Foundation, la Japan Foundation, et l?Anonymous Was a Woman Foundation. Shelly Silver enseigne à la Cooper Union et à la School of Visual Arts.

Catalogue : 2008in complete world | Doc. expérimental | dv | couleur | 56:0 | USA | 2008
Shelly silver
in complete world
Doc. expérimental | dv | couleur | 56:0 | USA | 2008

« In Complete World » est un long-métrage composé d?interviews de rue réalisées dans tout New York. Mêlant questions politiques (« Sommes-nous responsable du gouvernement que nous avons ? ») à des interrogations plus existentielles (« Sentez-vous que vous avez le contrôle de votre vie ? »), la vidéo se concentre sur la tension entre les responsabilités individuelles et collectives. « In Complete World » peut être vu comme un mode d?emploi pour le citoyen du XXIe siècle, de même que comme un aperçu des opinions de différents groupes d?Américains et de la perception qu?ils ont de leur propre image. Cette vidéo constitue un témoignage sur peuple new-yorkais du nouveau millénaire, qui offre librement à une parfaite étrangère des révélations profondes, provocantes et parfois tendres, juste parce qu?elle le leur demande.


Shelly Silver est une réalisatrice basée à New York (USA). Son travail, qui explore un vaste éventail de sujets, questions et genres, interroge les relations personnelles et sociétales qui nous rapprochent et nous limitent, les détours du plaisir et du désir, les histoires que l?on raconte sur nous et celles que nous construisons sur nous-même. Les ?uvres de Silver ont été exposées fréquemment dans tous les USA, l?Europe et l?Asie, dans des lieux comme le Centre Georges Pompidou de Paris (France), le Museo Reina Sofia de Madrid (Espagne), le Doulon Museum de Shanghai (Chine), le Musée d?Art de Yokohama (Japon) mais aussi dans les festivals de cinéma de New York, Londres (Royaume-Uni), Berlin (Allemagne), Singapour et Moscou (Russie). Ses films ont obtenu des prix aux festivals de cinéma de Moscou, Woodstock (USA), Chicago (USA), Atlanta (USA), ainsi qu?au festival de documentaire de Leipzig (Allemagne). Elle a reçu de nombreuses aides financières et des bourses.

Catalogue : 2018This Film | Film expérimental | 16mm | noir et blanc | 6:53 | USA | Allemagne | 2018
Shelly silver
This Film
Film expérimental | 16mm | noir et blanc | 6:53 | USA | Allemagne | 2018

Filming is alchemy; preserving, seeing, devouring, cutting. Chopping the flow of images with a push of a button. It privileges a solitary unseen protagonist, choosing this over that and then that, it eats anything, not everything. The world hacked into fragments, jumps, frames. Kidnapped buildings gestures people animals happening now, again now, again now. The displacement of what was once to what is now seen carries the odor of end, regardless of the incessant movement of one frame to the next, a machine forcing the celluloid frames forced to run, jump, trip, turning it all into a sad slapstick -- slapstick also embodies heartbreak. A meeting with an old friend, possibly for the last time. [Or] a throwback to a kind of film I never made. But if I did, it would be a noisy film with silence.

Shelly Silver is a New York based artist working with the still and moving image. Her work explores contested territories between public and private, narrative and documentary, and--increasingly in recent years--the watcher and the watched. She has exhibited worldwide, including at the Museum of Modern Art in New York, Tate Modern, Centre Georges Pompidou, the Museum of Contemporary Art in Los Angeles, the Yokohama Museum, the London ICA, and the London, the Singapore, New York, Moscow, and Berlin Film Festivals. Silver has received fellowships and grants from organizations such as the John Simon Guggenheim Foundation, the NEA, NYSCA, NYFA, the Jerome Foundation, the Japan Foundation and Anonymous was a Woman. Her films have been broadcast by BBC/England, PBS/USA, Arte/Germany, France, Planete/Europe, RTE/Ireland, SWR/Germany, and Atenor/Spain, among others, and she has been a fellow at the DAAD Artists Program in Berlin, the Japan/US Artist Program in Tokyo, Cité des Arts in Paris, and at the Lower Manhattan Cultural Council. Silver is Associate Professor and Director of Moving Image, Visual Arts Program, School of the Arts, Columbia University.

Shelly silver, frances richard
Catalogue : 2010Lewitt Hesse Richard Silver | Film expérimental | 0 | couleur | 0:0 | USA | 2010
Shelly silver , frances richard
Lewitt Hesse Richard Silver
Film expérimental | 0 | couleur | 0:0 | USA | 2010

The assignment was to make a gift for the artist Sol Lewitt (1927-2007). Legendarily generous to other artists, Lewitt exchanged works with anyone who sought him out, from famous peers to admirers who sent him unsolicited objects and images. Filmmaker Shelly Silver asked her close friend, writer Frances Richard, to collaborate by contributing text for a short film. The text chosen is a series of quotations from Lewitt?s close friend Eva Hesse (1936-1970): ?All order is ephemeral ? chaos eats into order ? yet it has its own order ? if order could be chaos, chaos can be structured as non-chaos.? On Mosco Street in New York City?s Chinatown, a not-quite fixed camera tracks the ephemeral order composed on a warm afternoon by a fence, some trees, a set of shadows, and the passage of pedestrians and traffic. The image is nearly monochrome though filmed without manipulation in broad daylight. Preoccupied with abstract propositions including the grid as a delineator of space and the modulation of light on unlike surfaces, the 6-minute film is also a mini-vérité, its extremely quiet chaos structured by ambient sound and tiny urban incident.

Frances Richard is the author of See and the chapbooks Anarch. and Shaved Code; a new volume of poems, The Phonemes, is forthcoming in 2011. In 2005, with Sina Najafi and Jeffrey Kastner, she co-curated the exhibition Odd Lots: Revisiting Gordon Matta-Clark?s ?Fake Estates"; a study of Matta-Clark?s language-use, currently in progress, has been supported by a grants from the Warhol Foundation/Creative Capital, the Canadian Centre for Architecture. She writes frequently about contemporary art, teaches at Barnard College and the Rhode Island School of Design, and lives in Brooklyn. Shelly Silver?s work, which spans a wide range of subject matter and genres, explores the personal and societal relations that connect and restrict us; the indirect routes of pleasure and desire; the stories that are told about us and the stories we construct about ourselves. Her work has been shown internationally at such venues as MoMA, MoCA, Yokohama Museum, Pompidou Center, London ICA, Museo Reina Sofia, and London, Singapore, New York, Moscow, and Berlin film festivals. She has received grants from the Guggenheim Foundation, the NEA, NYSCA, NYFA, the DAAD, Jerome Foundation, Japan Foundation and Anonymous was a Woman. She is an Associate Professor of Visual Arts in the School of the Arts, Columbia University.

Tristan sindelgruber, angelika schuster
Catalogue : 2005Operation Spring | Documentaire | dv | noir et blanc | 94:0 | Autriche | 2005
Tristan sindelgruber , angelika schuster
Operation Spring
Documentaire | dv | noir et blanc | 94:0 | Autriche | 2005

OPERATION SPRING est un thriller documentaire portant sur une enquête de police et les poursuites judiciaires menées à l'encontre d'africains soupçonnés d'appartenance à un réseau de drogues nigérian. De nouvelles lois ont été mises en oeuvre et de nouvelles méthodes d'investigation mises à l'épreuve pour la première fois. Le film pose la question de savoir si les accusés avaient réellement une chance d'obtenir un procès équitable.


BIOGRAPHIE D'ANGELIKA SCHUSTER ETUDES 1997 - Master en sinologie, Université de Vienne et Fudan-University/Shanghai, 1992-1999 - travaille au profit de programmes d'assistance aux jeunes (assistance sociale); interprète pour une ONG Chinoise PLUSIEURS SEMINAIRES DE FILMS DEPUIS 1998 BIOGRAPHIE DE TRISTAN SINDELGRUBER ETUDES - diplôme d'enseignement (histoire et allemand) à l"IUFM" de Vienne. - travaux de journaliste, enseignante, technicienne... - fonde la troupe "Schnittpunkt - Sindelgruber Tristan, Film- & Multimediaproduktion" en 1998.

Akshay Raj singh rathore, singh rathore
Catalogue : 2016Bengal Famine 1943­—A Simulation | Animation | hdv | couleur et n&b | 5:0 | Inde | 2016
Akshay Raj singh rathore , singh rathore
Bengal Famine 1943­—A Simulation
Animation | hdv | couleur et n&b | 5:0 | Inde | 2016

Novelist Bhibhutibhushan Bandhopadhyay wrote "Ashani Sanket" on, The Bengal Famine of 1943. Satyajit Ray recreated it in a film of the same name. Amartya Sen`s Entitlement theory, estimates three million died in this tragedy. Hidden beneath the plethora of Images and sounds are layers of parallel existences. While humans perceive reality as singular, this work tries to unfold parallel universes.

Akshay Raj Singh Rathore sees art as an escalier to Truth. He climbs the steps of Anthropology, Sociology and Botany, while metamorphosing his Cultural identity.

Digna sinke
Catalogue : 2005Brossa | Documentaire | betaSP | couleur et n&b | 70:0 | Pays-bas | 2005
Digna sinke
Brossa
Documentaire | betaSP | couleur et n&b | 70:0 | Pays-bas | 2005

Une nuit, dans les tranchées, lors de la guerre civile espagnole, Joan Brossa entendit une voix appeler son nom. Il ne vit personne et marcha vers l'endroit où il lui semblait avoir perçu le son d'une voix. Un moment plus tard, un coquillage tomba sur le sol, là où il se tenait. Depuis cet instant, Brossa voudrait être un poète. Après la guerre, Barcelone était un "désert d?espoir", selon le philosophe Arnau Puig. La dictature de Franco avait mis fin a toute liberté. Plus aucun espoir n?était possible. Mais Brossa et ses amis, Antoni Tàpies, Modesto Cuixart, Ponç et Arnau Puig ont fondé un groupe qu?ils ont appelé Dau al Set : Le sept du dé. Bien sûr, on ne peut jamais tirer un sept aux dés, mais c?est ce qu?ils voulaient, dans toute la témérité de leur jeunesse : l?impossible. Ils créèrent un magazine, ils tinrent des discussion sur Nietzsche, ils écoutaient Tristan et Iseult de Wagner et passèrent des jours inoubliables dans une vieille maison qui appartenait à un de leurs amis, Lluis Riera. Le chemin qu'ils avaient parcouru jusqu'ici les mena dans une petite station au pied des montagnes, où ils décidèrent de faire un film. En 1948, Brossa en écrivit le script. Il adorait les films, il les trouvaient magiques cependant il ne savait rien de la pratique filmique. Lluis Riera allait devenir réalisateur et ses amis allaient jouer les rôles. Mais le film ne fut jamais fait et le script réapparut 50 ans plus tard pour marquer le 100e anniversaire du cinéma dans un livre nommé Anthologie du Cinéma Invisible par Christian Janicot. Brossa était convaincu que tout pouvait prendre une forme différente. La lettre A devient la tête d'une chèvre si vous la mettez à l?envers. La transformation des choses le fascina tout au long de sa vie. C?est pourquoi il aimait la présidentialisation tout comme le cinéma. Pour lui, l?illusion qu'offrait l?art était une condition nécessaire à la vie. Joan Brossa est mort en 1998, après être tombé dans les escaliers de son studio. Ses amis parlent toujours de lui avec amour et admiration. Le documentaire "Brossa" n?est pas un portrait de l?artiste, mais essaie d?examiner sous tous les angles les sujets qui sont la raison pour laquelle le monde change toujours un peu.


Digna Sinke est né en 1949 en Zonemaire en Zélande. Entre 1968 et 1972 elle étudie à l?Académie des Pays-Bas du film et de la télévision à Amsterdam. Elle créé en tant que projet final SALUTATIONS DE ZONNEMAIRE (Groeten uit Zonnemaire), un court métrage où elle est à la fois écrivain et directrice. En 1973, elle fait deux documentaire courts, BORDS DE VILLE (Stadrand), qu?elle dirige et édite en coopération avec Pieter de Vos et Peter Jansaï. Deux ans plus tard, c?est LES FRERES HELLE ( De Gebroeders Helle), qu?elle écrit et dirige, un court métrage sur lequel elle a travaillé avec Cor van Rijn, Hidde Maas, Jeanne Verstraete et Loes Vos. Le deuxième court métrage est RADIO REVE (De Radio-froom), qui fut dirigé pas Filip Jansen et où elle est co-auteur. En 77, elle participe à RIEN NE SE PASSE (Er gebeurt helemaal niets) dirigé par Ernie Damen, un documentaire qu?elle édite, suivit deux ans plus tards de UN VAN GOGH AU MUR (Een Van Gogh aan de muur), un documentaire de 50 minutes qu?elle écrit et dirige et qui est diffusé par NOS. Ce film participera en tant de candidat des Pays-Bas au Prix Italia 78. La même année, BAL-LET A QUOI CA SERT ? (Bal-let, waarvoor dient dat?-), film commissionné de 38 minutes qu?elle écrit et dirige reçoit le prix de Qualité Italien. En 79, elle écrit et dirige CARRY VAN BRUGGEN, un film de 40 minutes, documentaire sur l?auteur néerlandaise éponyme, diffusé à nouveau par NOS. Elle fera aussi LES ARCHIVES (Het Archief) que dirige Kees Hin. Il s?en suivra Donna en 80 dirigé par Yvonne Scholten, De Hoop van het Vaderland en 82, documentaire de 90 min qu?elle écrit dirige et édite mais qui est diffusé pas Kunstkanaal, LE PACIFIQUE SILENCIEUX (De Stille Ocean)qui fera de la sélection du festival du film de Berlin en 84. En 85, elle réalisé et écrit LA NOUVELLE VAGUE (De niewe golf) qui est un documentaire de 105 minutes sur la musique d?avant garde au Pays-Bas et diffusé par VPO. Elle réalise en 88 LA LETTRE (De Brief), un projet vidéo avec les étudiants de l?école de la performance des arts d?Amsterdam. Deux ans plus tard, RIEN NE DURE ETERNELLEMENT (Niets voor de eeuwigheid), un documentaire sur l?archéologie industrielle est diffusé par NOS, elle en est l?écrivain et l?éditrice. La même année, c?est AU REVOIR (Afscheid), un court métrage expérimental qu?elle dirige et monte. En 92, AU DESSUS DES MONTAGNES, en 93, BELLE VAN ZUYLEN/MANDAME DE CHARRIERE (primé au Filmfestival Mannheim/Heidelberg 1994) puis AVANTI (Voorwaarts), en 96, TIENGEMETEN, A TEMPORARY REPORT (Tiengemeten, een voorlopig verslag) en 98, SPACE TO THINK (Lucht om na te denken) en 2001 TIENGEMETEN PART ONE (Tiengemeten deel 1), En 2003, elle créé le site internet de l?ile de Tiengemeten puis en 2004 revient au cinéma avec HOPE & EXPECTATIONS (Hoop & Verwachting) l?année dernière avec BROSA, le documentaire qu?elle a écrit et réalisé.

Thomas sipp
Catalogue : 2018Madrigal | Vidéo | hdv | couleur | 19:45 | France | 2018
Thomas sipp
Madrigal
Vidéo | hdv | couleur | 19:45 | France | 2018

Le poème épique du Tasse, "La Jérusalem délivrée" (1582), a influencé pendant plus de trois siècles les représentations de l’amour dans les arts en Europe. "Madrigal" nous fait découvrir trois oeuvres éblouissantes d’Annibale Carracci, Nicolas Poussin et Giambattista Tiepolo interprétant l’épisode de la relation amoureuse entre le chevalier Renaud et la magicienne Armide. L’oeil de la caméra caresse la surface sensuelle de la peinture guidé par la réflexion de l’historien de l’art Giovanni Careri sur les pouvoirs de l`image et sur ceux de l’amour.


Thomas Sipp réalise des films documentaires et des documentaires sonores. Il vit à Paris et à Toulouse, où il enseigne le cinéma et la vidéo à l’Ecole des beaux-arts. Il a réalisé de nombreux films documentaires diffusés sur les télévisions françaises et étrangères (France 3, Arte, Canal +, RTBF, TSR, Sky UK, TVE, Movistar, Avro, SVT1) et sur Internet (Radio France, Condé Nast et Arte Creative). Ses films ont été sélectionnés et primés dans de nombreux festivals (Festival du Réel à Paris, Visions du Réel à Nyons, Pariscience, DocScient Roma) ainsi qu’à la XXXème Biennale de São Paulo, au MAC de Marseille, au Musée Berardo de Lisbonne, etc. Il a collaboré régulièrement à l’émission de documentaires sonores « Surpris par la nuit » de Alain Veinstein sur France Culture. Il est notamment l’auteur des films ACD (1997), Hotel Humboldt (1999), Madame B. (2004), Les champignons pourront-ils sauver le monde ? (2012, co-réalisation) et des séries Sacrés Caractères ! (2014) et Safari Typo ! (2016).

siska
Catalogue : 2011EDL | Film expérimental | 0 | | 21:0 | Liban | 0 | 2011
siska
EDL
Film expérimental | 0 | | 21:0 | Liban | 0 | 2011

Lost in time and translation, images transport us on a journey behind the modernist façade of Beirut?s electricity building. The images shot on Super 8 are accompanied by droning noises reminiscent of the experimental, electronic sounds of the 1950s and 60s.

Pascual sisto
Catalogue : 200528 years in the implicate order | Vidéo expérimentale | dv | couleur | 1:0 | Espagne | USA | 2004
Pascual sisto
28 years in the implicate order
Vidéo expérimentale | dv | couleur | 1:0 | Espagne | USA | 2004

Une oeuvre basée sur le concept de la théorie quantique comme décrite par David Bohm. La vidéo consiste en une photo totalement fixe d?un parking vide. Une lampe à vapeur de sodium centrée éclaire le paysage nocturne. 28 balles rouges rebondissent dans un ordre chaotique. Chaque balle représente une entité individuelle qui rebondit à son propre rythme. Au milieu de la vidéo, les balles s?alignent en une couverture harmonieuse. Inspirant et expirant à une fréquence identique, elles atteignent le point où elles rebondissent en même temps et retournent au chaos.


Elevé à Barcelone, en Espagne, Sisto est diplômé d?un BFA en arts au Center College of Design en Californie. Il commence à travailler comme artiste en effets spéciaux freelance avant de signer avec Satellite Film pour des représentations musiques et vidéos jusqu?à sa fermeture en 2001. Son court métrage OCEANO (2002) fut projeté dans des festivals dans le monde entier et a remporté de nombreux prix avant de débuter sur TVE en Espagne. En 2004, il a fondé Swift Gallery, un espace d?exposition non-lucratif dirigé par des artistes pour de l?art provocateur et basé à Los Angeles. Ses propres vidéos et installations furent exposées dans aussi bien dans tout Los Angeles que dans le monde entier.

Avishai sivan
Catalogue : 2013Or Yehuda Town Squares | Vidéo expérimentale | | couleur | 11:17 | Israel | 0
Avishai sivan
Or Yehuda Town Squares
Vidéo expérimentale | | couleur | 11:17 | Israel | 0

The mayor of Or Yehuda changed the face of the city by introducing new, uniquely aesthetic roundabouts : Tacky, Las Vegas hotel courtyards meet life-size recreations of country life. It`s a sight you simply couldn?t miss. Filming the squares at night shows off the roundabouts? elaborate lighting design, inviting an expressive soundtrack. All this against the backdrop of Or Yehuda night life ? joyriders encircling the roundabouts pumping out music, similar to a mating ritual in nature. The roundabouts give Or Yehuda a new, bold front in the face its residents harsh day-to-day life; as though the city underwent plastic surgery, crass yet at the same time revitalizing.

Avishai Sivan (1977, Israel) is a filmmaker, visual artist and published author. Sivan?s first feature film, "The Wanderer", premiered at Cannes Film Festival 2010, in the Directors? Fortnight section. The film won Best First Feature Film and Best Cinematography at the Jerusalem Film Festival 2010. His second film Visa, won Best Independent Feature Film at the Cinema South Festival 2013. Sivan?s documentary film, "Soap Opera of a Frozen Filmmaker", a seven-part video diary, won Best Experimental Film at the Jerusalem Film Festival, 2007. In 2010, Sivan received the Israel Ministry of Culture?s Cinema Prize. His first book, "Musings on Filmmaking whilst Cycling through the City", was published in 2011. Sivan is currently completing his second novel "Crook", and is in the process of shooting his third feature film "Tikkun", winner of Torino Film Lab Production Award. This film is made the additional support of The Jerusalem Film Fund and the Rabinovich Film Fund Cinema Project. Sivan also exhibits artwork in galleries in Israel and London.

Sumugan sivanesan, duran quez
Catalogue : 2005G' Pupils | Vidéo expérimentale | dv | noir et blanc | 2:0 | Australie | 2005
Sumugan sivanesan , duran quez
G' Pupils
Vidéo expérimentale | dv | noir et blanc | 2:0 | Australie | 2005

Goebbels? Pupils Film numérique, réalisé spécialement pour le DVD "Cronica 021-2005" : "Can I have 2 minutes of your time?". Images de Sumugan Sivanesan Son de Durán Vázquez


Sumugan Sivanesan vit à Sydney, Australie. Ayant joué dans divers groupes de rock au début des années 1990, il s'intéresse à la musique expérimentale et aux arts électroniques à travers son association aux nouveaux médias et à la vidéo numérique. Ses oeuvres vidéo/audio ont été présentées dans le monde entier lors de divers festivals internationaux, notamment le International Symposium for Electronic Art (ISEA), à Nagoya, Japon, en 2002.