Catalogue > Liste par artiste
Parcourez la liste complète des artistes présentés dans le cadre des Rencontres Internationales depuis 2004. Utilisez le filtre alphabétique pour affiner vos recherches.  mise à jours en cours 
John menick
Catalogue : 2007The Secret Life of Things | Film expérimental | dv | couleur et n&b | 6:0 | USA | 2006
John menick
The Secret Life of Things
Film expérimental | dv | couleur et n&b | 6:0 | USA | 2006

Un homme mystérieux parle de son obsession pour les films prenant pour objet "la dernière personne sur terre", ceux où une personne se réveille un matin en découvrant qu?elle ou lui est le dernier habitant vivant.


John Menick est artiste et cinéaste. Il vit et travaille à New York. Son oeuvre précédente ?"The disappearance" - est un essai audiovisuel sur la transformation de la condition urbaine par le cinéma. Il travaille également sous forme de collaborations, notamment avec des groupes d'artistes tels que Parasite, 16 Beaver Group et Nomads+Residents. Il élargit ses recherches à travers l'écriture , notamment en contribuant à la revue en ligne "The thing" (bbs.thing.net) et enseigne la vidéo à la Union Cooper à New York. John Menick est artiste associé aux Laboratoires d'Aubervilliers en 2005/2006. Ses ?uvres ont notamment été présentées au P.S.1 / MOMA, New York ; à La Maison Rouge, Paris ; au Palais de Tokyo, Paris ; au CAA Wattis, San Francisco ; au Midway Contemporary Art, Minneapolis ; à l'Artists Space, New York et au Centre d'Art Contemporain de Glasgow.

Catalogue : 2012Starring Sigmund Freud | Vidéo | dv | couleur et n&b | 28:0 | USA | 2012
John menick
Starring Sigmund Freud
Vidéo | dv | couleur et n&b | 28:0 | USA | 2012

Starring Sigmund Freud is a video memento for Sigmund Freud?s little-known film career. Based on an essay John Menick published in Frieze in 2011, the video collects the dozens of appearances that the character of Sigmund Freud has made on small and big screens. After the 1950s, when pill vials replaced analytic couches, the father of psychoanalysis found a second career impersonating himself in everything from a John Huston clunker to a Star Trek episode. The video suggests that maybe it is in front of the camera, alongside surgically enhanced starlets and CGI chimeras, that ?Herr Doktor? will find his final resting place.

John Menick makes films and audio works, writes essays and short stories, and occasionally makes prints and drawings. These works are often populated by wandering detectives, duplicitous storytellers, homeless documentarians, mad travelers, and institutionalized cinephiles. His artwork has been shown at dOCUMENTA (13), Kassel; MoMA PS1, New York; Palais de Tokyo, Paris; CCA Wattis, San Francisco; Midway Contemporary Art, Minneapolis; and Artists Space, New York. His writing has appeared in Frieze, Mousse, and Art in America. Menick has received grants from the Jerome Foundation and the New York Foundation for the Arts, and he is a visiting professor of film and video at the Cooper Union in New York. His ideal audience member ? possibly you ? watches no television, can?t drive or swim, always carries a pen, hates cell phones, names Pale Fire as his or her favorite book, wears glasses, and is afraid of flying. Most of the time he lives in New York City.

Timo menke, nils agdler
Catalogue : 2016Flykten från fälten | Doc. expérimental | 16mm | couleur et n&b | 16:0 | Allemagne | Suède | 2005
Timo menke , nils agdler
Flykten från fälten
Doc. expérimental | 16mm | couleur et n&b | 16:0 | Allemagne | Suède | 2005

Electricity is a natural but invisible component in modern life. The new and controversial phenomena electro-hypersensitivity, concerning oversensitivity against electro- magnetic fields from mobile telephony, power lines etc., drastically throw light upon our dependence on electricity. What would happen in our society if more and more people would become oversensitive? What would a society without electricity look like? The footage was mainly filmed with a spring-driven 16 mm camera, but we also used a digital video camera, some historical footage, and stills. The sound was recorded on an old tape recorder in order to minimize the electromagnetic stress during the interviews.

Timo Menke and photographer Nils Agdler have been engaged in several long-term collaborative projects. In their artistic practice they share a common interest in contemporary social phenomena, storytelling and history. Major projects include film works and installations on electrical hypersensitivity (Fugitives from the Fields, 2005), and commercial anonymous sperm donation (Made in Denmark, 2013 and Gifted Men, 2015). For more information on other works, projects and collaborations see the portfolio enclosed. Nils Agdler was born in Östersund, Sweden, in 1969. He lives and works in Stockholm since 1993, and is currently working as an artist and freelance photographer. Since 2006 he works part time as a teacher/photographer at Konstfack, Arts, Crafts & Design University College, Stockholm. Timo Menke was born in Germany. He lives and works as an artist/filmmaker in Sweden since 1988. He was a Senior Lecturer at the Department of Art at Konstfack, Stockholm, 2004?2014. He is also engaged as a Media Producer at Filmform Foundation, Stockholm. His work is represented at Moderna Museum, Stockholm, and is distributed by Filmform.

Almagul Menlibaeva menlibayeva
Catalogue : 2005Apa | Art vidéo | dv | couleur | 4:0 | Kazakhstan | 2004
Almagul Menlibaeva menlibayeva
Apa
Art vidéo | dv | couleur | 4:0 | Kazakhstan | 2004

On dit d?Almagul Menlibayeva qu?elle représente la femme nomade, voyageant aussi librement dans son art que dans sa vie. Elle utilise des éléments symboliques et spirituels pour créer ce sens du magique présent dans son travail. Apa nous transporte dans un monde où des femmes accomplissent nues d?étranges rituels dans des lieux fantastiques. Ici, elles dansent dans la neige. Cette performance est un acte shamanique, réalisé par sept papillons de nuit, Apa. Il s'agit d'une action inhabituelle car la plupart du temps ce sont des ancêtres hommes qui sont invoqués dans ces rituels. Il s'agit beaucoup plus d'une performance artistique que d'un rituel traditionnel. Sur fond de montagnes enneigées, se tiennent des jeunes femmes en jupes de neige. Chacune d'entre elles, encore et encore, invoque Apa, jusqu'à entrer dans un état de transe, où elles deviennent des animaux mystique puis disparaissent.


Member of the Artists Union of the Kazakhstan Republic Graphics, painting,performance video art Lives in Kazakhstan Biographic note: Date of birth: 29.11.69 in Almaty in Kazakhstan. 1987-1992 graduated from Art and Theatre University of Kazakhstan in Almaty. Awards: 1995 Kazakhstan, received State Grand Prix for artists "Darin". 1995 Uzbekistan, received the Grand prix of the second biennale of Central asia "Asia Art" in tashkent 2002 Almaty, received an Independent Prize of Kazakhstan "Tarlan" 2002 Almaty, 2d priseat the Ferst Video Festival by Center of Contemporary Art, Sorous-Kazakhstan. 2004 Almaty 3d prize at the "Sacrate places of Kazakhstan" video festival by Center of Contemporary Art Sorous- Kazakhstan Last exhibitions ( 1988 present): 2005 " Tamerlan`s Syndrom ", Italy, Orvietto. 2005 "On the road", 51 International Art Exhibition, Biennale di Vinezia, Central asian Pavilion, Venice, Italy 2005 26 Biennale of Graphic Art in Lublyana, Slovenia 2005-2004 " Vom rotten Stern zur blauen Kuppel" Kunst und arhitektur, Islamische Welten, Ifa-gallery Berlin und Stutgard, Germany. 2004 "Sacrate places of Kazakhstan" video festival, Almaty, Kazakhstan 2004 "Paris- Berlin" international video festival paris, France 2004 the first Bishkek International exhibition of contemporary art "....and others", Bishkek, State of Museum,Kirgizstan 2004 Novosibirsk, Russia, "Art Novosibirsk" 2004 "International vision" the gallery in Washington 2004 Mexiko City, CANAJA gallery,"Pueblos I sombras", exhibitions of contemporary art 2003 Paris - Berlin, international video festival, Berlin, Paris. 2003 "20 Wold Wide Video Festival" in Amsterdam, Holland

Catalogue : 2006On the road | Vidéo expérimentale | dv | couleur | 6:30 | Kazakhstan | 2004
Almagul Menlibaeva menlibayeva
On the road
Vidéo expérimentale | dv | couleur | 6:30 | Kazakhstan | 2004

La route est l´un des leitmotivs mythologiques les plus persistants. J´ai emprunté ce thème aux savoirs légendaires d´Asie Centrale et Sufis, mais aussi aux réalités contemporaines de Kazakhstan, un pays aux steppes infinies sillonnées d´autoroutes interminables. La route aussi bien que les bergers avancent vers le futur. Les moutons sont élevés au rang d´animal totem, symboles de la vie et de l´innocence de la nature. C´est ce qui constitue maintenant notre "esprit industriel moderne" un peu partout dans le monde. J´ai intégré une mythologie de nomadisme post-moderne dans l´interprétation de la tradition.


Membre de l´Union des Artistes de la République du Kazakhstan. graphisme, peinture, performances, art-vidéo Vit au Kazakhstan (Almaty) et en Allemagne (Berlin) Note Biographique: Né le 29.11.69 à Almaty (Kazakhstan) 1987-1992 diplômé de l´Université d´art et de théâtre d´Almaty au Kazakhstan. Prix 1995 Kazakhstan, reçoit le "State Grand Prix" pour artistes ?Darin?. 1995 Uzbekistan, reçoit le Grand Prix de la seconde biennale d´Asie Centrale ? Asia Art? à Tashkent 2002 Almaty , reçoit un prix indépendant au Kazakhstan ?Tarlan? 2002 Almaty, 2ème prix du Festival Vidéo Ferst organisé par le Centre d´Art Contemporain, Sorous-Kazakstan 2004 Almaty, 3ème prix du ?Sacrate places of Kazakhstan? festival vidéo festival organisé par le centre d´Art Contemporain de Sorous-Kazakhstan expositions (1988 présent 2006 Art Arhiv: Art Contemporain d´Asie Centrale, commissaire Viktor Misiano. Moscou, Russie 2006 Biennale de Sydney, installation vidéo, performance ?Caravan Seray?, Australie 2006 Polyzentral 2006i), festival d´art à Kampnagel, Hambourg, Allemagne 2006 ?Art from Central Asia? commissaire Viktor Miziano ,Centre d´Art Contemporain, Zamok Ujazdowskie, Varsovie, Pologne 2006 Festival du Film de Rotterdam, au programme de ?One in one? film ?Jihad? et installation vidéo 2005 ? PARIS-BERLIN 2005? festival du film international, Paris France 2005 ? On the Road? 51 Exposition d´Art International, Biennale di Venezia, Central Asian Pavilion,Venise , Italie 2005 26 Biennnale d´arts graphiques à Ljubljana, Slovénie 2005 ? Vom rotten Stern zur blauen Kuppel? Kunst und architektur , Islamische Welten,Ifa-gallery Stuttgart, Allemagne 2004 ? Sacrate places of Kazakhstan? festival vidéo festival organisé par le Centre d´Art Contemporain d´Almaty, Kazakhstan 2004 ?Paris/Berlin 2004? Festival vidéo international, France, 2004 la première exposition internationale d´Art contemporain bishkek? et autres? Bishkek, State Museum, Kirghistan 2004 Novosibirsk, Russie, ?Art-Novosibirsk? 2004?International Vision? the gallery in Washington DC, Etats-Unis 2004 ? SteppenBaroque? exposition solo vidéo et peinture, ?Alma-Ata? la galerie, Almaty, Kazakhstan 2004 ? From Red Star to Blue Cupola? Monde Islamique, Art et Architecture d´Asie Centrale, galerie IFA, Berlin 2004 Mexiko City, galerie CANAJA,?Pueblos I sombras?, exposition d´art conntemporain 2004 ? Natural women?, galerie Visible voice, Amsterdam 2003 festival vidéo Berlin-Paris en Novembre (Podevil, Arsenal, Brotfabric 2003 biennale de graphisme contemporain de Novosibirsk, Sibérie, Russie 2003 ? Almaty Art? gallerie d´Almaty(plusieurs médias) 2003 exposition solo à la galerie ?Rudolff? (Amsterdam plusieurs médias) 2003 exposition solo à la galerie ?ARTTRA? (Amsterdam,video et médias divers) 2003 20 World Wide Video Festival à Amsterdam 2003 festival video Paris-Berlin, 2002 ?Catmania? mixmedia à la galerie Illuzeum, Amsterdam 2002 Exposition de Felt, Musée d´Etat d´Art Moderne, Almaty, Kazakstan 2002 performance vidéo et peinture à la galerie ?Illuseum? à Amsterdam, Pays-Bas 2002?Nomad land? exposition lors du festival "Kunst und Kultur aus Zentralasien? à la Maison des cultures du monde ("Haus der kulturen der welt"), à Berlin, Allemagne (un catalogue) 2002 premier festival d´Art Vidéo au Kazakhstan. 2002 Art sur la ?Re-orientation? d´Asie Centrale à la galerie ACC Weimar, Allemagne. 2002 Exposition Solo à la galerie ?ARTTRA? d´Amsterdam, Pays-Bas 2002 Participate à la biennale d´Arts graphiques de Novosibirsk, Russie. 2001-2003 ? Inner Asia? exhibition d´art graphique du Kirgizstan , du Kazakhstan, d´Ouzbekistan et de Sibérie 2001 ?The days of the culture of Kazakhstan in Moscow? Exposition en l´honneur du 10ème anniversaire de l´indépendance du Kazakhstan . Moscou, Central House of Artists 2001 exposition Solo, graphisme et peinture ?Colour of Temptation? à la galerie Tengry Umay, Almaty, Kazakhstan 2001?Collection 2000? Galerie International Vision, Washington DC, Etats-Unis 2002 Exposition Solo de Graphisme à la galerie ?International Vision? ,Washington DC, Etats-unis 2001?Communication and experience of interaction ?Festival d´art contemporain d´Asie Centrale à VDNH Almaty, Kazakstan (un catalogue) 2001? Handmade? exposition international à la galerie ?Pushkinskaya 10? Saint Pétersbourg, Russie 1995 ?Nomads Culture in the end of the centuries? Musée d´Etat d´Art moderne. Almaty, Kazakhstan

Catalogue : 2007headcharge | Film expérimental | dv | couleur et n&b | 12:12 | Kazakhstan | 2007
Almagul Menlibaeva menlibayeva
headcharge
Film expérimental | dv | couleur et n&b | 12:12 | Kazakhstan | 2007

Il existe une croyance en Asie Centrale, selon laquelle le fait de manger les organes de son animal totémique renforce son pouvoir propre : le c?ur donne du courage, les yeux améliorent la vue, la langue renforce l`éloquence. Cette croyance est reflétée dans cette vidéo. De jeunes femmes kazakhes urbaines mangent dans un restaurant d`Almaty, la tête d`un mouton. Ce repas provoque leurs transformations, et elles deviennent des Peri des steppes, créatures féeriques.


Née le 29 novembre 1969 au Kazakhstan, Almagul Menlibayeva est diplômée de l`Université d`Art et de Théâtre d`Almaty, sa ville natale, en 1992. Trois ans plus tard, elle reçoit ses deux premiers prix, dont le Grand Prix de la seconde Biennale d`Asie Centrale, Asia Art. Depuis, Almagul Menlibayeva expose aux quatre coins du monde, à la fondation Soros d`Almaty, au Musée d`Art de Saint-Petersbourg, à la Maison des Artistes de Moscou, ainsi qu`à Berlin et aux Pays-Bas. Depuis, elle participe aux plus grands événements internationaux. En 2005, elle présente sa vidéo "On The Road" à la Biennale de Venise. En 2006, on la retrouve à la Biennale de Sydney avec une installation vidéo/performance, "Caravan Seray". Graphisme, peinture, vidéo, installation et performance, le travail d`Almagul Menlibayeva est protéiforme. Engagées, ses ?uvres amorcent une réflexion sur la féminité, sur le corps et son esthétisme, sur la société et l`Islam.

Catalogue : 2008Kissing Totems | Art vidéo | dv | couleur | 9:0 | Kazakhstan | 2008
Almagul Menlibaeva menlibayeva
Kissing Totems
Art vidéo | dv | couleur | 9:0 | Kazakhstan | 2008

L'artiste a vécu plusieurs événements, qui coïncident avec la séquence narrative de « Kissing Totems » et qui s?y reflètent. Lorsqu?elle était enfant, sa mère tomba malade et l?artiste décida de demander l'aide d'un vieux chaman femme, qui lui raconta un ancien conte nomade intitulé « Peri et la jeune fille », histoire qui a servi à la fois de parallèle et de présage à « Kissing Totems ». Beaucoup de temps s'est écoulé depuis ce moment. La vidéo est une interprétation moderne de l'antique récit nomade « Peri et la jeune fille ». Quelque part dans les steppes sans fin du Kazakhstan, une mère perdue conduit sa jeune enfant à travers le paysage industriel à l?abandon de l'ex-Union soviétique. Elles cherchent à rencontrer les totems survivants de leur ancien peuple. Ce couple errant se retrouve dans les « zones d'oiseaux totems ». C'est dans ce paysage, et à travers cette quête, que se déroule une histoire moderne et surréaliste du chamanisme.


Née le 29 novembre 1969 au Kazakhstan, Almagul Menlibayeva est diplômée de l'Université d'Art et de Théâtre d'Almaty, sa ville natale, en 1992. Trois ans plus tard, elle reçoit ses deux premiers prix, dont le Grand Prix de la seconde Biennale d'Asie Centrale, Asia Art. Depuis, Almagul Menlibayeva expose aux quatre coins du monde, à la fondation Soros d'Almaty, au Musée d'Art de Saint-Petersbourg, à la Maison des Artistes de Moscou, ainsi qu'à Berlin et aux Pays-Bas. Depuis, elle participe aux plus grands événements internationaux. En 2005, elle présente sa vidéo "On The Road" à la Biennale de Venise. En 2006, on la retrouve à la Biennale de Sydney avec une installation vidéo/performance, "Caravan Seray". Graphisme, peinture, vidéo, installation et performance, le travail d'Almagul Menlibayeva est protéiforme. Engagées, ses ?uvres amorcent une réflexion sur la féminité, le corps, la société, l'Islam.

Catalogue : 2009Exodus | Vidéo | | couleur | 11:0 | Kazakhstan | 2009
Almagul Menlibaeva menlibayeva
Exodus
Vidéo | | couleur | 11:0 | Kazakhstan | 2009

. In this work I call ?Exodus? is the leaving tradition. In nowdays, I see and experience the ?cultural exodus? myself. Film ?Exodus? directs the viewer into present day Kazakhstan, where an equally strange and powerful tale unravels. While local men and women are in the process of packing up their Yurtas (nomadic tents) with the obvious intention to move on, a young girl watches, captivated and immobile, subsequently appearing to be left behind ? synonymously invoking the experience of global uprooting. As an interlude and a visual bow to Kurban, two young women thrash their hair, symbolically morphing into birdlike creatures flapping their wings. . The Peries walk around the yurt making ancient shamanistic nomand ritual ? The Closing Road? which makes nomads stay in the place, but nobody from adults seeing that ritual only small wondering girl.

Almagul Menlibayeva was born in Kazakhstan and currently lives and works in both Berlin and Almaty ( Kazakhstan). She holds an MFA from the Art and Theatre University of Kazakhstan in Almaty, and has been the subject of several solo exhibitions and numerous group shows. Her video On the Road was screened at the Paris-Berlin International Film Festival at the Centre Georges Pompidou and at the 51st Venice Biennale in the Central Asian Pavilion. Her performance Peristan, premiered at the opening of the 52nd Venice Biennale, in the Central Asian Pavilion. Recent group exhibitions include, Live Cinema/The Return of the Image: Video from Central Asia at the Philadelphia Museum of Art; Time of the Storytellers at the Museum of Contemporary Art Kiasma in Helsinki, Finland; Thermocline of Art - New Asian Waves at the ZKM Museum of Contemporary Art in Karlsruhe, Germany; Caravan Seray at the Sydney Biennial; and Art and Conflict in Central Asia at the Haggerty Museum of Art, Marquette University in Milwaukee, WI. She participated in the 34,36,37th Edition Film Festival (2005,2007,2008) in Rotterdam, Netherlands.

Catalogue : 2010Milk for Lambs | Art vidéo | betaSP | couleur et n&b | 12:0 | Kazakhstan | 2010
Almagul Menlibaeva menlibayeva
Milk for Lambs
Art vidéo | betaSP | couleur et n&b | 12:0 | Kazakhstan | 2010

Almagul Menlibayeva est née au Kazakhstan et elle vit et travaille entre Berlin et Almaty au Kazakhstan. Elle a montré son travail dans des expositions solos et collectives. Sa vidéo "On the Road" a été projetée pendant les Rencontres Internationales Paris/Berlin/Madrid au Centre Georges Pompidou et à la 51eme Biennale de Venise dans le pavillon de l?Asie Centrale. Sa performance ?Peristan? a été réalisée pour la première fois à l?inauguration de la 52eme Biennale de Venise, dans le pavillon de l?Asie Centrale. Almagul Menlibayeva a ainsi participé à plusieurs expositions collectives récentes dont ?Live Cinema/The Return of the Image: Video from Central Asia? au Philadelphia Museum of Art, ?Time of the Storytellers? au Museum of Contemporary Art Kiasma à Helsinki, Finlande, ?Thermocline of Art - New Asian Waves? au ZKM Museum of Contemporary Art à Karlsruhe, Allemagne, ?Caravan Seray? à la Sydney Biennial, et ?Art and Conflict in Central Asia? au Haggerty Museum of Art, Marquette University in Milwaukee, WI. Elle a participle aux 34eme, 36eme and 37eme Edition Film Festival (2005, 2007, 2008) à Rotterdam, au Pays-Bas.

Almagul menlibayeva
Catalogue : 2011Transoxiana Dreams | Doc. expérimental | hdv | couleur et n&b | 23:0 | Kazakhstan | 2011
Almagul menlibayeva
Transoxiana Dreams
Doc. expérimental | hdv | couleur et n&b | 23:0 | Kazakhstan | 2011

Transoxiana Dreams addresses the social, economical and ecological situation of the locally called Aralkum generation, the peoples living in the vast region of the rapidly receding Aral Sea due to the radical irrigation policies of the Soviet Union in the 1960?s, between Soviet Uzbekistan, Tajikistan and southwestern Kazakhstan. Almagul Menlibayeva portrays the impact on the inhabitants of a formerly thriving area with tourism, beaches and fishing fleets, now living upon a constantly growing salt desert in a desolate landscape. Through the eyes of a fisherman?s daughter in a dreamlike mélange of documentary and fantasy, she depicts their struggle to survive in the 21st Century.

Almagul Menlibayeva was born in Almaty, Kazakhstan, lives and works in Kazakhstan and Berlin and holds an MFA from the Art & Theatre University of Almaty. She has gained international recognition exhibiting at the 10th Sharjah Biennial; 15th Sydney Biennial; 51st, 52nd and 53rd Venice Biennale; Museum van Hedendaagse Kunst, M HKA, Antwerp, Belgium; Queens Museum, NY; Herbert F. Johnson Museum, Ithaca, NY; Stenersen Museum, Oslo, Norway; University of California, San Diego, CA; Museo Universitario del Chopo, Mexico City; Queensland Art Gallery, Bisbane, Australia; and Chicago Cultural Center, Chicago, IL. Menlibayeva`s videos have been shown at the Santiago International Film Festival, Chile; International Short Film Festival Oberhausen, Germany; International Film Festival Rotterdam, The Netherlands; Les Rencontres Internationales Paris/Berlin/Madrid; Centre Pompidou, Paris, France; Palais de Tokyo, Paris, France; and Videonale 13, Kunstmuseum Bonn, Germany. In 2010, Menlibayeva was the recipient of a grant from the Open Society Institute Budapest, Art and Culture Network Program.

Pol merchan
Catalogue : 2018Pirate Boys | Doc. expérimental | super8 | couleur et n&b | 13:10 | Espagne | Allemagne | 2018
Pol merchan
Pirate Boys
Doc. expérimental | super8 | couleur et n&b | 13:10 | Espagne | Allemagne | 2018

Kathy Acker`s writing, and a seminal portrait of her taken by intersex photographer Del LaGrace Volcano, provide a lens through which to explore trans subjectivity and the queering of cinema. Pol Merchan`s hybrid doc fluidly moves from the documentation of the punk era to a more performative exploration of gender.

Pol Merchan was born in Lleida, Spain, in 1980. In 2007, he obtained a degree in Fine Arts from the University of Barcelona and in 2014 an MA in Art in Context from the Berlin University of Arts. In 2017 he won the Xposed Queer Short Film Fund and the Research Fellowship from the Senate Department for Culture and Europe in Berlin, and in 2019 the Arbeitsstipendium from the Stiftung Kunstfonds. His experimental audio-visual work explore visual semantics and filmic practices, deconstructing technics of conventional filmmaking. Merchan uses the camera as an extension of his eye and body, making intimate works that emphasize the tactility of the film. His work has been seen internationally in art institutions including Museo Reina Sofia - Madrid, Anthology Film Archives - New York, Contemporary Culture Centre of Barcelona, The Institute of Contemporary Arts London, The Art Centre of La Panera - Lleida, Contemporary Art Centre - Vilnius, Beursschouwburg - Brussels, as well as at numerous Internationally Film Festivals such Hot Docs Canadian Documentary Festival, Ann Arbor Film Festival, Clermont-Ferrand Short Film Festival, Int. Kurz Fillmtage Oberhausen, Festival de Cine Guanajuato, Sao Paulo Short Film Festival, Stuttgarter Filmwinter - Festival for Expanded Media or Barcelona Independent Film Festival l'Alternativa.

Noé mercklÉ, zoé spahis, alexandre vigier
Catalogue : 2016Smatriet | Vidéo | hdv | noir et blanc | 3:43 | France | 2016
Noé mercklÉ , zoé spahis, alexandre vigier
Smatriet
Vidéo | hdv | noir et blanc | 3:43 | France | 2016

Ce film interroge la notion de regard et de ce que l’on donne à voir au monde par opposition aux choses qui restent enfouies par peur de l’autre ou par pudeur.


Nous sommes trois étudiants de la classe préparatoire aux grandes écoles de cinéma, Cinésup, à Nantes. Nous sommes passionnés de cinéma et avec ce flm réalisé dans le cadre d’un exercice avec notre professeur, nous avons pu expérimenter une nouvelle forme de cinéma auquel nous étions peu habitués. Notre formation et nos envies ne nous amènent pas obligatoirement vers la réalisation mais ce flm a permis de nous exercer à l’élaboration d’un court-métrage de l’écriture au montage tout en passant par la conception sonore de façon extrêmement libre et sans contrainte de thème ou de scénario et cette expérience a été très enrichissante.

Laura mergoni
Catalogue : 2010TOMBOLA | Doc. expérimental | dv | couleur | 4:20 | Italie | 2009
Laura mergoni
TOMBOLA
Doc. expérimental | dv | couleur | 4:20 | Italie | 2009

Regards, gestes, rythmes fétiches de la Smorfia : un groupe de femmes, passe l`après-midi en jouant à la Tombola, rituel quotidien célébré dans une salle de la rue napolitaine Tribunali. Les cadrages serrés montrent des détails que seule l`imagination peut recontextualiser. La cantilena, ritournelle de la culture populaire napolitaine rythme le montage aussi hypnotique qu`elle. Cette vidéo est en partie un document sur cette tradition qui se perd, mais montre avant tout une rencontre avec un lieu et une situation vernaculaires. Elle fait partie d`un ensemble de films composant une installation vidèo évolutive.


Laura Mergoni est née en 1982 en Italie. Elle vit et travaille entre Paris et son pays d`origine. Après avoir fréquenté l`Ecole des Beaux Arts de Marseille et des Arts Décoratifs de Strasbourg, elle est diplômée de L`Ecole d`Arts de Cergy-Paris, développant ses recherches à travers le dessin, la sculpture et la vidéo. Son travail est présenté dans le cadre d`expositions collectives et personnelles comme l`exposition d`art sonore et interjective In Sonora de Madrid; Portraits Prophétiques à La Fondazione Carispe de La Spezia, Italie; Organic Art Life au Centre culturel Turque de Sarajevo; Movimentazioni au Palazzo Ducale de Gênes, Italie; l`Abbaye Maubuisson dans le Val d?Oise, et plus récemment le Renaissance Arts Prize de l`Institut Culturel de Londres et la Biennale des Jeunes Artistes de Moscou. Elle a également participé à des festivals tels que le Festival Strange Screen, Experimental and Creative Documentary au Macedonian Museum of Contemporary Art de Thessalonique; Loop Barcelona, video art festival au Centre Cultura de Dones Francesca Bonnemaison; LauraFilmFestival à Levanto en Italie; Festival Miden à Kalamata, Grèce; Bac!Festival/10 d`art contemporain, CCCB, Centre de Cultura Contemporània de Barcelona.

Christian merlhiot
Catalogue : 2006pointligneplan | 0 | 0 | | 0:0 | France | 2007
Christian merlhiot
pointligneplan
0 | 0 | | 0:0 | France | 2007

Les vingt dernières années auront vu se déplacer nombre de frontières artistiques. Les relations entre cinéma et vidéo, cinéma et photographie, fiction et documentaire n?ont cessé d?alimenter formes et attitudes. Inquiété dans son support, ses enjeux, son histoire, le cinéma aura été l?un de ces n?uds critiques. Ces questionnements sont aujourd?hui particulièrement sensibles au croisement des arts plastiques et du cinéma par un regard croisé des plasticiens vers le cinéma et des cinéastes vers l?art contemporain. C?est à ce croisement que pointligneplan situe ses enjeux, depuis 1998, par la mise en place régulière d?une programmation de films. Organisée à l?origine avec le concours du Groupe de recherches et d?essais cinématographiques par Christian Merlhiot, rejoint en 1999 par Pascale Cassagnau, Vincent Dieutre et Érik Bullot, la programmation pointligneplan présente régulièrement à La fémis ou lors de cartes blanches dans des festivals et des institutions culturelles, un ensemble d??uvres singulières : cinéastes, artistes, plasticiens questionnant et redéfinissant de nouveaux partages du monde et de l?image.


Depuis 1988, Christian Merlhiot a réalisé 19 courts et longs métrages, dont "Silenzio" en 2006. Mais, si Christion Merlhiot est cinéaste, il ne se désintéresse pas pour autant de l?art contemporain, une discipline pas forcément très éloignée du cinéma. En 1998, il crée pointligneplan avec le soutient du Grec (Groupe de recherches et d?essais cinématographiques), où il est lecteur, et l?aide de François Barat, son délégué général. Un collectif né de son désir, et de celui d?autres cinéastes, de monter ses propres films et d?échanger son expérience et ses points de vue. Une association créée pour réunir et diffuser dans un même lieu des ?uvres autrement dispersées dans les festivals, les galeries et les musées.

Catalogue : 2011Le voyage au Japon, journal | Vidéo | betaSP | couleur | 13:0 | France | 1999
Christian merlhiot
Le voyage au Japon, journal
Vidéo | betaSP | couleur | 13:0 | France | 1999

Lors de mon premier voyage au Japon en 1999, j?ai séjourné à Kanazawa une quinzaine de jours pour diriger un atelier avec les étudiants de l?école d?art. Le film que nous avons réalisé mettait en scène le déchiffrage de la langue française. Présenté ici, le journal qui accompagne ce film recense les situations qui échappent à ce projet en défiant les barrières de la langue et en rapprochant deux cultures que tout oppose de prime abord.


Christian merlhiot, boris vapne
Catalogue : 2006As if?(a Tennis Court) | Animation | dv | couleur | 7:0 | France | 2006
Christian merlhiot , boris vapne
As if?(a Tennis Court)
Animation | dv | couleur | 7:0 | France | 2006

Ce film se présente comme une expérience de « psycho-architecture ». À la suite d?un évènement anodin, une balle perdue, se produisent une série de transformations incontrôlées sur le cours de tennis où l?incident a lieu. À Partir de ce moment, sans savoir s?il s?agit d?une expérience mentale ou d?un événement réel, la surface du cours de tennis commence à se recomposer. L?espace de jeu s?anamorphose doucement et prend la forme d?un module d?architecture. À son tour, le module se développe et se multiplie pour esquisser une ville qui s?allonge en délimitant des axes de circulation. Puis soudain la trajectoire de la balle vient heurter l?image et absorbe entièrement le point de vue de la caméra. Comme un flux d?énergie, l?image est prise dans un rythme de déplacement qui s?accélère. La trajectoire de la balle forme un espace organique expansif parcouru de mouvements vifs et saccadés qui déploient continuellement de nouvelles perspectives au regard. Après un temps, s?amorce une lente progression de la caméra vers l?extrémité de l?espace. On reconnaît l?impact de la balle sur le cours de tennis et l?image repasse lentement à travers la surface du terrain. Le jeu s?est-il interrompu où bien le film n?est-il qu?une déflagration temporelle dans la tête de l?un des joueurs ?


Christian Merlhiot est né en 1963 à Niort. Il a suivi des études à l?École nationale des beaux-arts de Bourges de 1981 à 1987. En 1994 et 1995, il est pensionnaire à la Villa Medicis à Rome où il réalise son premier long-métrage : Les semeurs de peste (1995). Depuis, il a réalisé entre autres Voyage au pays des vampires (2001), Chronique des Love-hôtels au Japon (2002) et Silenzio (2005) dans le cadre d?une bourse « Villa médicis hors-les-murs ». Christian Merlhiot a enseigné le cinéma et la vidéo dans plusieurs écoles d?art notamment à Angoulême, Nancy et Bourges. Il est actuellement responsable pédagogique au Pavillon, Laboratoire de création du Palais de Tokyo à Paris. Il est fondateur de pointligneplan, un collectif qui situe ses enjeux au croisement des arts plastiques et du cinéma. Érik Bullot a consacré à ses films un texte publié dans l?ouvrage collectif pointligneplan aux éditions Léo Scheer (Fr-2002). Chez le même éditeur, un livre est consacré à l?ensemble de ses films, accompagné d?un texte de Fabien Danesi et d?une édition dvd de 3 courts métrages (Fr-2003).

Catalogue : 2013Ningiuq | Animation | hdv | couleur | 11:0 | France | Canada | 2014
Christian merlhiot , boris vapne
Ningiuq
Animation | hdv | couleur | 11:0 | France | Canada | 2014

En 2009, Rachel Uyarasuk, alors doyenne de la communauté inuit d?Igloolik, évoque les ancêtres dont elle a reçu les noms à sa naissance. Elle explique comment cette transmission a assuré leur retour dans le monde des vivants.


Catalogue : 2013Je reviendrai comme un enfant | Vidéo | hdv | | 1:32 | France | Canada | 2013
Christian merlhiot , boris vapne
Je reviendrai comme un enfant
Vidéo | hdv | | 1:32 | France | Canada | 2013

Une petite communauté inuit de l?Arctique canadien. Nasri est venu rencontrer les habitants d?Igloolik, descendants d?une société de chasseurs aujourd?hui sédentaire. Dans ce village, il découvre que l?esprit des morts est indissociable du monde des vivants et comprend l?importance des noms hérités des ancêtres et transmis de génération en génération.


CHRISTIAN MERLHIOT est né en 1963 à Niort. Il a suivi des études à l?École nationale des beaux-arts de Bourges de 1981 à 1987. En 1995, il est pensionnaire à la Villa Médicis à Rome où il réalise son premier long-métrage : Les Semeurs de peste, sorti en salle en 2003. Christian Merlhiot a enseigné le cinéma et la vidéo dans plusieurs écoles d?art notamment à Angoulême, Nancy et Bourges. Il est actuellement responsable du Pavillon Neuflize OBC, le laboratoire de création du Palais de Tokyo à Paris. Il est l?un des membres fondateur de pointligneplan. Érik Bullot a consacré à ses films un texte publié dans l?ouvrage collectif pointligneplan aux Éditions Léo Scheer (Fr-2002). Chez le même éditeur, un livre est consacré à l?ensemble de ses films, accompagné d?un texte de Fabien Danesi et d?une édition DVD de 3 courts-métrages (Fr-2003). Son film Silenzio, tourné au Japon en 2004, est sorti en salle en 2006. Il a réalisé avec Matthieu Orléan un Atelier de création raphiophonique pour France Culture qui est ensuite devenu un film : Des Indes à la planète Mars sorti en salle en 2008. Son film intitulé, Le procès d?Oscar Wilde a été distribué au printemps 2010. En 2011, il a séjourné à Kyoto et rapporté de ce séjour au Japon un film intitulé Slow Life. www.minorcinema.com

Catalogue : 2012Slow life | Fiction | hdv | couleur | 74:0 | France | 2012
Christian merlhiot , boris vapne
Slow life
Fiction | hdv | couleur | 74:0 | France | 2012

Kentaro a quitté sa ville d?origine depuis peu. Il vit dans un village près de Kyoto et travaille dans un atelier de teinture. Il rend aussi de petits services aux habitants et s?occupe de Yukiko, une vieille dame espiègle et silencieuse. Au fil des rencontres et des petits boulots, il découvre de nouveaux modes de vie où le temps s?écoule autrement. Il s?interroge alors sur son avenir et son rôle dans cette nouvelle communauté. Un jour d?automne ensoleillé, il part avec Yukiko pour une sortie dans la forêt?


Catalogue : 2011Ice dream | Vidéo | hdv | couleur | 17:27 | France | Groenland | 2011
Christian merlhiot , boris vapne
Ice dream
Vidéo | hdv | couleur | 17:27 | France | Groenland | 2011

De ces paysages désertiques et montagneux aux plaques de glaces qui dérivent près de la côte, il semble n?y avoir qu?un pas pour cet homme qui, de l?un à l?autre, ne cesse de marcher et de danser. Sans précipitation et sans relâche, son mouvement est comme un événement lent et continu qu?il nous resterait à saisir, une transformation déjà inéluctable et invisible.


Christian Merlhiot est né en 1963 à Niort. Il a suivi des études à l?École nationale des beaux-arts de Bourges de 1981 à 1987. Entre 1994 et 1995, il est pensionnaire à la Villa Medicis à Rome pour l?écriture d?un scénario qu?il adapte pendant son séjour et réalise son premier long-métrage : Les Semeurs de peste, sorti en salle en 2003. Christian Merlhiot a enseigné le cinéma et la vidéo dans plusieurs écoles d?art notamment à Angoulême, Nancy et Bourges. Il est actuellement responsable pédagogique au Pavillon, Laboratoire de création du Palais de Tokyo à Paris. Il est fondateur de pointligneplan, un collectif qui situe ses enjeux au croisement des arts plastiques et du cinéma. Érik Bullot a consacré à ses films un texte publié dans l?ouvrage collectif pointligneplan aux Éditions Léo Scheer (Fr-2002). Chez le même éditeur, un livre est consacré à l?ensemble de ses films, accompagné d?un texte de Fabien Danesi et d?une édition dvd de 3 courts-métrages (Fr-2003). Son film Silenzio, tourné au Japon en 2004, est sorti en salle au printemps 2006. Il a réalisé, avec Matthieu Orléan, un Atelier de création raphiophonique pour France Culture diffusé en février 2007. Cette expérience a aussi donné un film : Des Indes à la planète Mars, sélectionné en compétition française au Festival International du Film Documentaire de Marseille 2007 et sorti en salle en avril 2008. Son dernier film, Le procès d?Oscar Wilde, est sorti en salle en avril 2010.

Daniel Larrieu : Né en 1957 à Marseille, Daniel Larrieu fait ses débuts de danseur professionnel au début des années 1980 avec Wes Howard, Anne Marie Reynaud Régine Chopinot. Le deuxième prix au Concours de Bagnolet en 1982 ?Chiquenaudes? révèle l?originalité de son langage chorégraphique. En une dizaine d?années, il multiplie les expériences, en passant des jardins du Palais Royal où il répète, à la piscine d?Angers où il crée un surprenant Waterproof, tentant à chaque fois de renouveler l?expérience de sa danse dans des rencontres chorégraphiques, plastiques, scénographiques et musicales variées. Considéré comme une figure marquante de la danse contemporaine française, Daniel Larrieu traverse ainsi l?aventure de la danse des années 80, ses expérimentations, ses audaces, ses lieux atypiques. De 1990 à 1992, il est créateur associé au Centre d?art et de culture de Marne-la-Vallée, La Ferme du Buisson. Il est aussi invité par de grandes institutions chorégraphiques nationales et internationales : Opéra de Paris, Conservatoires nationaux supérieurs de musique et de danse de Paris et de Lyon, Ballet de Francfort, Festival d?Avignon, Festival d?Automne? En 1994, il est nommé directeur du centre chorégraphique national de Tours. En décembre 1994, il reçoit du Ministre de la Culture le Grand Prix National de la danse. En 1995 il réalise un jardin pour le Festival international des Jardins à Chaumont. Il créé des pièces d?envergure -On était si tranquille- 1998, Feutre -1999, Cenizas ? 2001, mais aime à chorégraphier de petites formes, danser en solo ou à plusieurs, comme autant d?occasions d?amicales complicités artistiques ? Pascale Houbin, Dominique Boivin? Daniel Larrieu quitte volontairement le centre chorégraphique national de Tours fin 2002 pour retrouver la compagnie Astrakan à Paris. En novembre 2003, il crée N?oublie pas ce que tu devines, pièce pour six interprètes. Il obtient en 2004, le prix de la chorégraphie par la SACD, et réalise cette même année un projet pour les jardins, Marche, danses de verdure ainsi qu?un solo dans le cadre du vif du sujet au festival de Montpellier, action culturelle de la sacd, pour Julie Dossavi, A chaque vent le papillon se déplace sur le saule. En juin 2006, il remonte Waterproof (pièce aquatique de 1986) au CNDC d?Angers, et crée une nouvelle pièce pour huit danseurs, Nevermind, à la MC2 de Grenoble, repris au Théâtre de la Ville (Paris). A partir de septembre 2007, il entame un cycle de rendez-vous publics hors-champ de la représentation théâtrale classique. Ce projet est composé d?expériences menées dans des « paysages » spécifiques ( bord de mer, espace inter-urbain, jardins?) et avec des artistes toutes disciplines confondues. Le numéro 0 a été crée au studio de la compagnie en Septembre 2006 et le numéro 1 à l?espace 1789 de St Ouen le 3 octobre 2007. La conférence ?La danse, j?aimerais bien mais?? sur le paysage chorégraphique est un hors-série de ce travail, complété par un atelier de création radiophonique pour France Culture, Air de rien en Février 2007. Création d?un nouvel épisode à Dijon dans le cadre du Festival Entre Cour et jardins Voyage en Drakéole en août 2007, et au Lieu d?art contemporain de Sigean avec Portrait à l?horizon. A l?automne 2008, il travaille pour une chorégraphie pour la pièce ?Equus? de Peter Shaeffer mis en scène par Didier Long au théâtre Marigny, réalise un temps de laboratoire avec le cinéaste Vincent Dieutre à La Ferme du buisson ?acte de présence avec petites trouvailles?, il est conseillé gestuel pour l?opéra ?Welcome to the voice? au théâtre du châtelet à Paris, avec les chanteurs Sting, Elvis Costello et Sylvia Schwartz? mis en scène par Muriel Téodori. Il reçoit le ?Bonnie Bird Award 2008′ à Londres en Octobre 2008, il crée une pièce pour Transitions Dance Company installé au Laban centre sur une musique originale de Antoine Herniotte ?Come help me make a forest?. Il a crée en mai 2009 ?bord de mer? pour la nuit des musée au Havre, collaboration avec l?auteur Thierry Illouz. Il crée LUX en Février 2010 à la ferme du Buisson, Rose, pour la CIP de l?école nationale de danse de Marseille en Mars 2010. Il s?associe au Manège de Reims en collaboration avec le cdc de Picardie l?Echangeur pour les années 2010- 2011-2012. Il participe en collaboration avec l?association les Robinsons des Glaces à une expédition sur des plaques de glaces à la dérive en Juin pour attirer artistiquement l?opinion publique sur les changements climatique avec le cinéaste Christian Merlhiot et produit une installation et un film ICE DREAM. En 2011, il donne à Sciences Po Paris un atelier sur la composition et la pratique de la danse. Il expose sous le pseudonyme Daan Larjew un travail de photographie.

Catalogue : 2010De la danse / Pièce n°3 | Vidéo | dv | couleur | 13:0 | France | 2010
Christian merlhiot , boris vapne
De la danse / Pièce n°3
Vidéo | dv | couleur | 13:0 | France | 2010

Un danseur se remémore les gestes de la chorégraphie créée en 1913 par Nijinsky. Il décrit les mouvements de son corps dans la pièce puis travaille avec un notateur au déchiffrage de la partition chorégraphique. Il déchiffre enfin la dernière scène qu?il décrit en suivant les signes de cette notation.


Catalogue : 2010De la danse / Pièce n°2 | Vidéo | dv | couleur | 4:0 | France | 2010
Christian merlhiot , boris vapne
De la danse / Pièce n°2
Vidéo | dv | couleur | 4:0 | France | 2010

Petit duo en forme de duel sur les glaces de la banquise


Catalogue : 2010De la danse / Pièce n°1 | Vidéo | dv | couleur | 7:0 | France | 2010
Christian merlhiot , boris vapne
De la danse / Pièce n°1
Vidéo | dv | couleur | 7:0 | France | 2010

La danse à ses origines s?inspire du mouvement des astres dans le ciel. Immobile au milieu d?un studio de répétition, un danseur lit un extrait du traité écrit par Lucien de Samosate au 1er siècle. Trois opérateurs enregistrent la scène en tournant autour de lui dans un mouvement continu et circulaire.


Christian Merlhiot est né en 1963 à Niort. Il a suivi des études à l?École nationale des beaux-arts de Bourges de 1981 à 1987. Entre 1994 et 1995, il est pensionnaire à la Villa Medicis à Rome pour l?écriture d?un scénario qu?il adapte pendant son séjour et réalise son premier long-métrage : Les Semeurs de peste, sorti en salle en 2003. Christian Merlhiot a enseigné le cinéma et la vidéo dans plusieurs écoles d?art notamment à Angoulême, Nancy et Bourges. Il est actuellement responsable pédagogique au Pavillon, Laboratoire de création du Palais de Tokyo à Paris. Il est fondateur de pointligneplan, un collectif qui situe ses enjeux au croisement des arts plastiques et du cinéma. Érik Bullot a consacré à ses films un texte publié dans l?ouvrage collectif pointligneplan aux Éditions Léo Scheer (Fr-2002). Chez le même éditeur, un livre est consacré à l?ensemble de ses films, accompagné d?un texte de Fabien Danesi et d?une édition dvd de 3 courts-métrages (Fr-2003). Son film Silenzio, tourné au Japon en 2004, est sorti en salle au printemps 2006. Il a réalisé, avec Matthieu Orléan, un Atelier de création raphiophonique pour France Culture diffusé en février 2007. Cette expérience a aussi donné un film : Des Indes à la planète Mars, sélectionné en compétition française au Festival International du Film Documentaire de Marseille 2007 et sorti en salle en avril 2008. Son dernier film, Le procès d?Oscar Wilde, est sorti en salle en avril 2010.

Catalogue : 2009Le procès d'Oscar Wilde | Fiction expérimentale | dv | couleur | 68:0 | France | Liban | 2009
Christian merlhiot , boris vapne
Le procès d'Oscar Wilde
Fiction expérimentale | dv | couleur | 68:0 | France | Liban | 2009

Dans le jardin d?une villa face à la Méditerranée, un homme travaille à la traduction arabe du procès d?Oscar Wilde. Sous la lumière d?un soir d?été et tout au long des nuits suivantes, les différents protagonistes du procès se présentent à lui. Il les incarne à tour de rôle et fait revivre les enjeux esthétiques et politiques de ce combat. Cette joute verbale apparaît alors comme la dernière oeuvre - féroce et précieuse - du dandy anglais.


Christian Merlhiot est né en 1963 à Niort. Il a suivi des études à l?École nationale des beauxarts de Bourges de 1981 à 1987. Entre 1994 et 1995, il est pensionnaire à la Villa Medicis à Rome pour l?écriture d?un scénario qu?il adapte pendant son séjour, réalisant son premier longmétrage : Les Semeurs de peste, distribué en salle en 2003. Christian Merlhiot a enseigné le cinéma et la vidéo dans plusieurs écoles d?art notamment à Angoulême, Nancy et Bourges. Il est actuellement responsable pédagogique au Pavillon, Laboratoire de création du Palais de Tokyo à Paris. Il est fondateur de pointligneplan, un collectif qui situe ses enjeux au croisement des arts plastiques et du cinéma. Érik Bullot a consacré à ses films un texte publié dans l?ouvrage collectif pointligneplan aux Éditions Léo Scheer (Fr-2002). Chez le même éditeur, un livre est consacré à l?ensemble de ses films, accompagné d?un texte de Fabien Danesi et d?une édition dvd de 3 courtsmétrages (Fr-2003). Son film Silenzio, tourné au Japon en 2004, est sorti en salle au printemps 2006. Il a réalisé un Atelier de création raphiophonique pour France Culture, diffusé en février 2007. Cette expérience a aussi donné un film : Des Indes à la planète Mars, sélectionné en compétition française au Festival International du Film Documentaire de Marseille 2007 et sorti en salle en avril 2008.

Catalogue : 2008rice bowl hill incident | Fiction | dv | couleur | 40:0 | France | 2008
Christian merlhiot , boris vapne
rice bowl hill incident
Fiction | dv | couleur | 40:0 | France | 2008

L?extrait d?un rapport du Military Intelligence Service, emprunté à l?ouvrage de Haruki Murakami Kafka on the shore, sert de point de départ à ce film. Dans ce rapport, intitulé Rice Bowl Hill Incident, une institutrice japonaise raconte un évènement inexpliquable, proche du surnaturel, survenu aux enfants de sa classe lors d?une sortie en montagne. Dans la première séquence, cet évènement est reconstitué en décor naturel d?après les descriptions fournies dans le rapport. La deuxième séquence est constituée du récit de la jeune femme. Filmée dans une salle de classe, elle rapporte l?incident face à un mystérieux enquêteur.


Christian Merlhiot est cinéaste. Il a réalisé notamment Les semeurs de peste (1995), Voyage au pays des vampires (2001), Silenzio (2005) et Des Indes à la planète Mars (2007). Il est fondateur de pointligneplan un collectif qui situe ses enjeux au croisement des arts plastiques et du cinéma. Depuis 2002, il est responsable pédagogique du Pavillon, le Laboratoire de création du Palais de Tokyo.

Christian merlhiot
Catalogue : 2006As if?(a Tennis Court) | Animation | dv | couleur | 7:0 | France | 2006
Christian merlhiot
As if?(a Tennis Court)
Animation | dv | couleur | 7:0 | France | 2006

Ce film se présente comme une expérience de « psycho-architecture ». À la suite d?un évènement anodin, une balle perdue, se produisent une série de transformations incontrôlées sur le cours de tennis où l?incident a lieu. À Partir de ce moment, sans savoir s?il s?agit d?une expérience mentale ou d?un événement réel, la surface du cours de tennis commence à se recomposer. L?espace de jeu s?anamorphose doucement et prend la forme d?un module d?architecture. À son tour, le module se développe et se multiplie pour esquisser une ville qui s?allonge en délimitant des axes de circulation. Puis soudain la trajectoire de la balle vient heurter l?image et absorbe entièrement le point de vue de la caméra. Comme un flux d?énergie, l?image est prise dans un rythme de déplacement qui s?accélère. La trajectoire de la balle forme un espace organique expansif parcouru de mouvements vifs et saccadés qui déploient continuellement de nouvelles perspectives au regard. Après un temps, s?amorce une lente progression de la caméra vers l?extrémité de l?espace. On reconnaît l?impact de la balle sur le cours de tennis et l?image repasse lentement à travers la surface du terrain. Le jeu s?est-il interrompu où bien le film n?est-il qu?une déflagration temporelle dans la tête de l?un des joueurs ?


Christian Merlhiot est né en 1963 à Niort. Il a suivi des études à l?École nationale des beaux-arts de Bourges de 1981 à 1987. En 1994 et 1995, il est pensionnaire à la Villa Medicis à Rome où il réalise son premier long-métrage : Les semeurs de peste (1995). Depuis, il a réalisé entre autres Voyage au pays des vampires (2001), Chronique des Love-hôtels au Japon (2002) et Silenzio (2005) dans le cadre d?une bourse « Villa médicis hors-les-murs ». Christian Merlhiot a enseigné le cinéma et la vidéo dans plusieurs écoles d?art notamment à Angoulême, Nancy et Bourges. Il est actuellement responsable pédagogique au Pavillon, Laboratoire de création du Palais de Tokyo à Paris. Il est fondateur de pointligneplan, un collectif qui situe ses enjeux au croisement des arts plastiques et du cinéma. Érik Bullot a consacré à ses films un texte publié dans l?ouvrage collectif pointligneplan aux éditions Léo Scheer (Fr-2002). Chez le même éditeur, un livre est consacré à l?ensemble de ses films, accompagné d?un texte de Fabien Danesi et d?une édition dvd de 3 courts métrages (Fr-2003).

Catalogue : 2013Ningiuq | Animation | hdv | couleur | 11:0 | France | Canada | 2014
Christian merlhiot
Ningiuq
Animation | hdv | couleur | 11:0 | France | Canada | 2014

En 2009, Rachel Uyarasuk, alors doyenne de la communauté inuit d?Igloolik, évoque les ancêtres dont elle a reçu les noms à sa naissance. Elle explique comment cette transmission a assuré leur retour dans le monde des vivants.


Catalogue : 2013Je reviendrai comme un enfant | Vidéo | hdv | | 1:32 | France | Canada | 2013
Christian merlhiot
Je reviendrai comme un enfant
Vidéo | hdv | | 1:32 | France | Canada | 2013

Une petite communauté inuit de l?Arctique canadien. Nasri est venu rencontrer les habitants d?Igloolik, descendants d?une société de chasseurs aujourd?hui sédentaire. Dans ce village, il découvre que l?esprit des morts est indissociable du monde des vivants et comprend l?importance des noms hérités des ancêtres et transmis de génération en génération.


CHRISTIAN MERLHIOT est né en 1963 à Niort. Il a suivi des études à l?École nationale des beaux-arts de Bourges de 1981 à 1987. En 1995, il est pensionnaire à la Villa Médicis à Rome où il réalise son premier long-métrage : Les Semeurs de peste, sorti en salle en 2003. Christian Merlhiot a enseigné le cinéma et la vidéo dans plusieurs écoles d?art notamment à Angoulême, Nancy et Bourges. Il est actuellement responsable du Pavillon Neuflize OBC, le laboratoire de création du Palais de Tokyo à Paris. Il est l?un des membres fondateur de pointligneplan. Érik Bullot a consacré à ses films un texte publié dans l?ouvrage collectif pointligneplan aux Éditions Léo Scheer (Fr-2002). Chez le même éditeur, un livre est consacré à l?ensemble de ses films, accompagné d?un texte de Fabien Danesi et d?une édition DVD de 3 courts-métrages (Fr-2003). Son film Silenzio, tourné au Japon en 2004, est sorti en salle en 2006. Il a réalisé avec Matthieu Orléan un Atelier de création raphiophonique pour France Culture qui est ensuite devenu un film : Des Indes à la planète Mars sorti en salle en 2008. Son film intitulé, Le procès d?Oscar Wilde a été distribué au printemps 2010. En 2011, il a séjourné à Kyoto et rapporté de ce séjour au Japon un film intitulé Slow Life. www.minorcinema.com

Catalogue : 2012Slow life | Fiction | hdv | couleur | 74:0 | France | 2012
Christian merlhiot
Slow life
Fiction | hdv | couleur | 74:0 | France | 2012

Kentaro a quitté sa ville d?origine depuis peu. Il vit dans un village près de Kyoto et travaille dans un atelier de teinture. Il rend aussi de petits services aux habitants et s?occupe de Yukiko, une vieille dame espiègle et silencieuse. Au fil des rencontres et des petits boulots, il découvre de nouveaux modes de vie où le temps s?écoule autrement. Il s?interroge alors sur son avenir et son rôle dans cette nouvelle communauté. Un jour d?automne ensoleillé, il part avec Yukiko pour une sortie dans la forêt?


Catalogue : 2011Ice dream | Vidéo | hdv | couleur | 17:27 | France | Groenland | 2011
Christian merlhiot
Ice dream
Vidéo | hdv | couleur | 17:27 | France | Groenland | 2011

De ces paysages désertiques et montagneux aux plaques de glaces qui dérivent près de la côte, il semble n?y avoir qu?un pas pour cet homme qui, de l?un à l?autre, ne cesse de marcher et de danser. Sans précipitation et sans relâche, son mouvement est comme un événement lent et continu qu?il nous resterait à saisir, une transformation déjà inéluctable et invisible.


Christian Merlhiot est né en 1963 à Niort. Il a suivi des études à l?École nationale des beaux-arts de Bourges de 1981 à 1987. Entre 1994 et 1995, il est pensionnaire à la Villa Medicis à Rome pour l?écriture d?un scénario qu?il adapte pendant son séjour et réalise son premier long-métrage : Les Semeurs de peste, sorti en salle en 2003. Christian Merlhiot a enseigné le cinéma et la vidéo dans plusieurs écoles d?art notamment à Angoulême, Nancy et Bourges. Il est actuellement responsable pédagogique au Pavillon, Laboratoire de création du Palais de Tokyo à Paris. Il est fondateur de pointligneplan, un collectif qui situe ses enjeux au croisement des arts plastiques et du cinéma. Érik Bullot a consacré à ses films un texte publié dans l?ouvrage collectif pointligneplan aux Éditions Léo Scheer (Fr-2002). Chez le même éditeur, un livre est consacré à l?ensemble de ses films, accompagné d?un texte de Fabien Danesi et d?une édition dvd de 3 courts-métrages (Fr-2003). Son film Silenzio, tourné au Japon en 2004, est sorti en salle au printemps 2006. Il a réalisé, avec Matthieu Orléan, un Atelier de création raphiophonique pour France Culture diffusé en février 2007. Cette expérience a aussi donné un film : Des Indes à la planète Mars, sélectionné en compétition française au Festival International du Film Documentaire de Marseille 2007 et sorti en salle en avril 2008. Son dernier film, Le procès d?Oscar Wilde, est sorti en salle en avril 2010.

Daniel Larrieu : Né en 1957 à Marseille, Daniel Larrieu fait ses débuts de danseur professionnel au début des années 1980 avec Wes Howard, Anne Marie Reynaud Régine Chopinot. Le deuxième prix au Concours de Bagnolet en 1982 ?Chiquenaudes? révèle l?originalité de son langage chorégraphique. En une dizaine d?années, il multiplie les expériences, en passant des jardins du Palais Royal où il répète, à la piscine d?Angers où il crée un surprenant Waterproof, tentant à chaque fois de renouveler l?expérience de sa danse dans des rencontres chorégraphiques, plastiques, scénographiques et musicales variées. Considéré comme une figure marquante de la danse contemporaine française, Daniel Larrieu traverse ainsi l?aventure de la danse des années 80, ses expérimentations, ses audaces, ses lieux atypiques. De 1990 à 1992, il est créateur associé au Centre d?art et de culture de Marne-la-Vallée, La Ferme du Buisson. Il est aussi invité par de grandes institutions chorégraphiques nationales et internationales : Opéra de Paris, Conservatoires nationaux supérieurs de musique et de danse de Paris et de Lyon, Ballet de Francfort, Festival d?Avignon, Festival d?Automne? En 1994, il est nommé directeur du centre chorégraphique national de Tours. En décembre 1994, il reçoit du Ministre de la Culture le Grand Prix National de la danse. En 1995 il réalise un jardin pour le Festival international des Jardins à Chaumont. Il créé des pièces d?envergure -On était si tranquille- 1998, Feutre -1999, Cenizas ? 2001, mais aime à chorégraphier de petites formes, danser en solo ou à plusieurs, comme autant d?occasions d?amicales complicités artistiques ? Pascale Houbin, Dominique Boivin? Daniel Larrieu quitte volontairement le centre chorégraphique national de Tours fin 2002 pour retrouver la compagnie Astrakan à Paris. En novembre 2003, il crée N?oublie pas ce que tu devines, pièce pour six interprètes. Il obtient en 2004, le prix de la chorégraphie par la SACD, et réalise cette même année un projet pour les jardins, Marche, danses de verdure ainsi qu?un solo dans le cadre du vif du sujet au festival de Montpellier, action culturelle de la sacd, pour Julie Dossavi, A chaque vent le papillon se déplace sur le saule. En juin 2006, il remonte Waterproof (pièce aquatique de 1986) au CNDC d?Angers, et crée une nouvelle pièce pour huit danseurs, Nevermind, à la MC2 de Grenoble, repris au Théâtre de la Ville (Paris). A partir de septembre 2007, il entame un cycle de rendez-vous publics hors-champ de la représentation théâtrale classique. Ce projet est composé d?expériences menées dans des « paysages » spécifiques ( bord de mer, espace inter-urbain, jardins?) et avec des artistes toutes disciplines confondues. Le numéro 0 a été crée au studio de la compagnie en Septembre 2006 et le numéro 1 à l?espace 1789 de St Ouen le 3 octobre 2007. La conférence ?La danse, j?aimerais bien mais?? sur le paysage chorégraphique est un hors-série de ce travail, complété par un atelier de création radiophonique pour France Culture, Air de rien en Février 2007. Création d?un nouvel épisode à Dijon dans le cadre du Festival Entre Cour et jardins Voyage en Drakéole en août 2007, et au Lieu d?art contemporain de Sigean avec Portrait à l?horizon. A l?automne 2008, il travaille pour une chorégraphie pour la pièce ?Equus? de Peter Shaeffer mis en scène par Didier Long au théâtre Marigny, réalise un temps de laboratoire avec le cinéaste Vincent Dieutre à La Ferme du buisson ?acte de présence avec petites trouvailles?, il est conseillé gestuel pour l?opéra ?Welcome to the voice? au théâtre du châtelet à Paris, avec les chanteurs Sting, Elvis Costello et Sylvia Schwartz? mis en scène par Muriel Téodori. Il reçoit le ?Bonnie Bird Award 2008′ à Londres en Octobre 2008, il crée une pièce pour Transitions Dance Company installé au Laban centre sur une musique originale de Antoine Herniotte ?Come help me make a forest?. Il a crée en mai 2009 ?bord de mer? pour la nuit des musée au Havre, collaboration avec l?auteur Thierry Illouz. Il crée LUX en Février 2010 à la ferme du Buisson, Rose, pour la CIP de l?école nationale de danse de Marseille en Mars 2010. Il s?associe au Manège de Reims en collaboration avec le cdc de Picardie l?Echangeur pour les années 2010- 2011-2012. Il participe en collaboration avec l?association les Robinsons des Glaces à une expédition sur des plaques de glaces à la dérive en Juin pour attirer artistiquement l?opinion publique sur les changements climatique avec le cinéaste Christian Merlhiot et produit une installation et un film ICE DREAM. En 2011, il donne à Sciences Po Paris un atelier sur la composition et la pratique de la danse. Il expose sous le pseudonyme Daan Larjew un travail de photographie.

Catalogue : 2010De la danse / Pièce n°3 | Vidéo | dv | couleur | 13:0 | France | 2010
Christian merlhiot
De la danse / Pièce n°3
Vidéo | dv | couleur | 13:0 | France | 2010

Un danseur se remémore les gestes de la chorégraphie créée en 1913 par Nijinsky. Il décrit les mouvements de son corps dans la pièce puis travaille avec un notateur au déchiffrage de la partition chorégraphique. Il déchiffre enfin la dernière scène qu?il décrit en suivant les signes de cette notation.


Catalogue : 2010De la danse / Pièce n°2 | Vidéo | dv | couleur | 4:0 | France | 2010
Christian merlhiot
De la danse / Pièce n°2
Vidéo | dv | couleur | 4:0 | France | 2010

Petit duo en forme de duel sur les glaces de la banquise


Catalogue : 2010De la danse / Pièce n°1 | Vidéo | dv | couleur | 7:0 | France | 2010
Christian merlhiot
De la danse / Pièce n°1
Vidéo | dv | couleur | 7:0 | France | 2010

La danse à ses origines s?inspire du mouvement des astres dans le ciel. Immobile au milieu d?un studio de répétition, un danseur lit un extrait du traité écrit par Lucien de Samosate au 1er siècle. Trois opérateurs enregistrent la scène en tournant autour de lui dans un mouvement continu et circulaire.


Christian Merlhiot est né en 1963 à Niort. Il a suivi des études à l?École nationale des beaux-arts de Bourges de 1981 à 1987. Entre 1994 et 1995, il est pensionnaire à la Villa Medicis à Rome pour l?écriture d?un scénario qu?il adapte pendant son séjour et réalise son premier long-métrage : Les Semeurs de peste, sorti en salle en 2003. Christian Merlhiot a enseigné le cinéma et la vidéo dans plusieurs écoles d?art notamment à Angoulême, Nancy et Bourges. Il est actuellement responsable pédagogique au Pavillon, Laboratoire de création du Palais de Tokyo à Paris. Il est fondateur de pointligneplan, un collectif qui situe ses enjeux au croisement des arts plastiques et du cinéma. Érik Bullot a consacré à ses films un texte publié dans l?ouvrage collectif pointligneplan aux Éditions Léo Scheer (Fr-2002). Chez le même éditeur, un livre est consacré à l?ensemble de ses films, accompagné d?un texte de Fabien Danesi et d?une édition dvd de 3 courts-métrages (Fr-2003). Son film Silenzio, tourné au Japon en 2004, est sorti en salle au printemps 2006. Il a réalisé, avec Matthieu Orléan, un Atelier de création raphiophonique pour France Culture diffusé en février 2007. Cette expérience a aussi donné un film : Des Indes à la planète Mars, sélectionné en compétition française au Festival International du Film Documentaire de Marseille 2007 et sorti en salle en avril 2008. Son dernier film, Le procès d?Oscar Wilde, est sorti en salle en avril 2010.

Catalogue : 2009Le procès d'Oscar Wilde | Fiction expérimentale | dv | couleur | 68:0 | France | Liban | 2009
Christian merlhiot
Le procès d'Oscar Wilde
Fiction expérimentale | dv | couleur | 68:0 | France | Liban | 2009

Dans le jardin d?une villa face à la Méditerranée, un homme travaille à la traduction arabe du procès d?Oscar Wilde. Sous la lumière d?un soir d?été et tout au long des nuits suivantes, les différents protagonistes du procès se présentent à lui. Il les incarne à tour de rôle et fait revivre les enjeux esthétiques et politiques de ce combat. Cette joute verbale apparaît alors comme la dernière oeuvre - féroce et précieuse - du dandy anglais.


Christian Merlhiot est né en 1963 à Niort. Il a suivi des études à l?École nationale des beauxarts de Bourges de 1981 à 1987. Entre 1994 et 1995, il est pensionnaire à la Villa Medicis à Rome pour l?écriture d?un scénario qu?il adapte pendant son séjour, réalisant son premier longmétrage : Les Semeurs de peste, distribué en salle en 2003. Christian Merlhiot a enseigné le cinéma et la vidéo dans plusieurs écoles d?art notamment à Angoulême, Nancy et Bourges. Il est actuellement responsable pédagogique au Pavillon, Laboratoire de création du Palais de Tokyo à Paris. Il est fondateur de pointligneplan, un collectif qui situe ses enjeux au croisement des arts plastiques et du cinéma. Érik Bullot a consacré à ses films un texte publié dans l?ouvrage collectif pointligneplan aux Éditions Léo Scheer (Fr-2002). Chez le même éditeur, un livre est consacré à l?ensemble de ses films, accompagné d?un texte de Fabien Danesi et d?une édition dvd de 3 courtsmétrages (Fr-2003). Son film Silenzio, tourné au Japon en 2004, est sorti en salle au printemps 2006. Il a réalisé un Atelier de création raphiophonique pour France Culture, diffusé en février 2007. Cette expérience a aussi donné un film : Des Indes à la planète Mars, sélectionné en compétition française au Festival International du Film Documentaire de Marseille 2007 et sorti en salle en avril 2008.

Catalogue : 2008rice bowl hill incident | Fiction | dv | couleur | 40:0 | France | 2008
Christian merlhiot
rice bowl hill incident
Fiction | dv | couleur | 40:0 | France | 2008

L?extrait d?un rapport du Military Intelligence Service, emprunté à l?ouvrage de Haruki Murakami Kafka on the shore, sert de point de départ à ce film. Dans ce rapport, intitulé Rice Bowl Hill Incident, une institutrice japonaise raconte un évènement inexpliquable, proche du surnaturel, survenu aux enfants de sa classe lors d?une sortie en montagne. Dans la première séquence, cet évènement est reconstitué en décor naturel d?après les descriptions fournies dans le rapport. La deuxième séquence est constituée du récit de la jeune femme. Filmée dans une salle de classe, elle rapporte l?incident face à un mystérieux enquêteur.


Christian Merlhiot est cinéaste. Il a réalisé notamment Les semeurs de peste (1995), Voyage au pays des vampires (2001), Silenzio (2005) et Des Indes à la planète Mars (2007). Il est fondateur de pointligneplan un collectif qui situe ses enjeux au croisement des arts plastiques et du cinéma. Depuis 2002, il est responsable pédagogique du Pavillon, le Laboratoire de création du Palais de Tokyo.

Christian merlhiot, daniel larrieu
Catalogue : 2006As if?(a Tennis Court) | Animation | dv | couleur | 7:0 | France | 2006
Christian merlhiot , daniel larrieu
As if?(a Tennis Court)
Animation | dv | couleur | 7:0 | France | 2006

Ce film se présente comme une expérience de « psycho-architecture ». À la suite d?un évènement anodin, une balle perdue, se produisent une série de transformations incontrôlées sur le cours de tennis où l?incident a lieu. À Partir de ce moment, sans savoir s?il s?agit d?une expérience mentale ou d?un événement réel, la surface du cours de tennis commence à se recomposer. L?espace de jeu s?anamorphose doucement et prend la forme d?un module d?architecture. À son tour, le module se développe et se multiplie pour esquisser une ville qui s?allonge en délimitant des axes de circulation. Puis soudain la trajectoire de la balle vient heurter l?image et absorbe entièrement le point de vue de la caméra. Comme un flux d?énergie, l?image est prise dans un rythme de déplacement qui s?accélère. La trajectoire de la balle forme un espace organique expansif parcouru de mouvements vifs et saccadés qui déploient continuellement de nouvelles perspectives au regard. Après un temps, s?amorce une lente progression de la caméra vers l?extrémité de l?espace. On reconnaît l?impact de la balle sur le cours de tennis et l?image repasse lentement à travers la surface du terrain. Le jeu s?est-il interrompu où bien le film n?est-il qu?une déflagration temporelle dans la tête de l?un des joueurs ?


Christian Merlhiot est né en 1963 à Niort. Il a suivi des études à l?École nationale des beaux-arts de Bourges de 1981 à 1987. En 1994 et 1995, il est pensionnaire à la Villa Medicis à Rome où il réalise son premier long-métrage : Les semeurs de peste (1995). Depuis, il a réalisé entre autres Voyage au pays des vampires (2001), Chronique des Love-hôtels au Japon (2002) et Silenzio (2005) dans le cadre d?une bourse « Villa médicis hors-les-murs ». Christian Merlhiot a enseigné le cinéma et la vidéo dans plusieurs écoles d?art notamment à Angoulême, Nancy et Bourges. Il est actuellement responsable pédagogique au Pavillon, Laboratoire de création du Palais de Tokyo à Paris. Il est fondateur de pointligneplan, un collectif qui situe ses enjeux au croisement des arts plastiques et du cinéma. Érik Bullot a consacré à ses films un texte publié dans l?ouvrage collectif pointligneplan aux éditions Léo Scheer (Fr-2002). Chez le même éditeur, un livre est consacré à l?ensemble de ses films, accompagné d?un texte de Fabien Danesi et d?une édition dvd de 3 courts métrages (Fr-2003).

Catalogue : 2013Ningiuq | Animation | hdv | couleur | 11:0 | France | Canada | 2014
Christian merlhiot , daniel larrieu
Ningiuq
Animation | hdv | couleur | 11:0 | France | Canada | 2014

En 2009, Rachel Uyarasuk, alors doyenne de la communauté inuit d?Igloolik, évoque les ancêtres dont elle a reçu les noms à sa naissance. Elle explique comment cette transmission a assuré leur retour dans le monde des vivants.


Catalogue : 2013Je reviendrai comme un enfant | Vidéo | hdv | | 1:32 | France | Canada | 2013
Christian merlhiot , daniel larrieu
Je reviendrai comme un enfant
Vidéo | hdv | | 1:32 | France | Canada | 2013

Une petite communauté inuit de l?Arctique canadien. Nasri est venu rencontrer les habitants d?Igloolik, descendants d?une société de chasseurs aujourd?hui sédentaire. Dans ce village, il découvre que l?esprit des morts est indissociable du monde des vivants et comprend l?importance des noms hérités des ancêtres et transmis de génération en génération.


CHRISTIAN MERLHIOT est né en 1963 à Niort. Il a suivi des études à l?École nationale des beaux-arts de Bourges de 1981 à 1987. En 1995, il est pensionnaire à la Villa Médicis à Rome où il réalise son premier long-métrage : Les Semeurs de peste, sorti en salle en 2003. Christian Merlhiot a enseigné le cinéma et la vidéo dans plusieurs écoles d?art notamment à Angoulême, Nancy et Bourges. Il est actuellement responsable du Pavillon Neuflize OBC, le laboratoire de création du Palais de Tokyo à Paris. Il est l?un des membres fondateur de pointligneplan. Érik Bullot a consacré à ses films un texte publié dans l?ouvrage collectif pointligneplan aux Éditions Léo Scheer (Fr-2002). Chez le même éditeur, un livre est consacré à l?ensemble de ses films, accompagné d?un texte de Fabien Danesi et d?une édition DVD de 3 courts-métrages (Fr-2003). Son film Silenzio, tourné au Japon en 2004, est sorti en salle en 2006. Il a réalisé avec Matthieu Orléan un Atelier de création raphiophonique pour France Culture qui est ensuite devenu un film : Des Indes à la planète Mars sorti en salle en 2008. Son film intitulé, Le procès d?Oscar Wilde a été distribué au printemps 2010. En 2011, il a séjourné à Kyoto et rapporté de ce séjour au Japon un film intitulé Slow Life. www.minorcinema.com

Catalogue : 2012Slow life | Fiction | hdv | couleur | 74:0 | France | 2012
Christian merlhiot , daniel larrieu
Slow life
Fiction | hdv | couleur | 74:0 | France | 2012

Kentaro a quitté sa ville d?origine depuis peu. Il vit dans un village près de Kyoto et travaille dans un atelier de teinture. Il rend aussi de petits services aux habitants et s?occupe de Yukiko, une vieille dame espiègle et silencieuse. Au fil des rencontres et des petits boulots, il découvre de nouveaux modes de vie où le temps s?écoule autrement. Il s?interroge alors sur son avenir et son rôle dans cette nouvelle communauté. Un jour d?automne ensoleillé, il part avec Yukiko pour une sortie dans la forêt?


Catalogue : 2011Ice dream | Vidéo | hdv | couleur | 17:27 | France | Groenland | 2011
Christian merlhiot , daniel larrieu
Ice dream
Vidéo | hdv | couleur | 17:27 | France | Groenland | 2011

De ces paysages désertiques et montagneux aux plaques de glaces qui dérivent près de la côte, il semble n?y avoir qu?un pas pour cet homme qui, de l?un à l?autre, ne cesse de marcher et de danser. Sans précipitation et sans relâche, son mouvement est comme un événement lent et continu qu?il nous resterait à saisir, une transformation déjà inéluctable et invisible.


Christian Merlhiot est né en 1963 à Niort. Il a suivi des études à l?École nationale des beaux-arts de Bourges de 1981 à 1987. Entre 1994 et 1995, il est pensionnaire à la Villa Medicis à Rome pour l?écriture d?un scénario qu?il adapte pendant son séjour et réalise son premier long-métrage : Les Semeurs de peste, sorti en salle en 2003. Christian Merlhiot a enseigné le cinéma et la vidéo dans plusieurs écoles d?art notamment à Angoulême, Nancy et Bourges. Il est actuellement responsable pédagogique au Pavillon, Laboratoire de création du Palais de Tokyo à Paris. Il est fondateur de pointligneplan, un collectif qui situe ses enjeux au croisement des arts plastiques et du cinéma. Érik Bullot a consacré à ses films un texte publié dans l?ouvrage collectif pointligneplan aux Éditions Léo Scheer (Fr-2002). Chez le même éditeur, un livre est consacré à l?ensemble de ses films, accompagné d?un texte de Fabien Danesi et d?une édition dvd de 3 courts-métrages (Fr-2003). Son film Silenzio, tourné au Japon en 2004, est sorti en salle au printemps 2006. Il a réalisé, avec Matthieu Orléan, un Atelier de création raphiophonique pour France Culture diffusé en février 2007. Cette expérience a aussi donné un film : Des Indes à la planète Mars, sélectionné en compétition française au Festival International du Film Documentaire de Marseille 2007 et sorti en salle en avril 2008. Son dernier film, Le procès d?Oscar Wilde, est sorti en salle en avril 2010.

Daniel Larrieu : Né en 1957 à Marseille, Daniel Larrieu fait ses débuts de danseur professionnel au début des années 1980 avec Wes Howard, Anne Marie Reynaud Régine Chopinot. Le deuxième prix au Concours de Bagnolet en 1982 ?Chiquenaudes? révèle l?originalité de son langage chorégraphique. En une dizaine d?années, il multiplie les expériences, en passant des jardins du Palais Royal où il répète, à la piscine d?Angers où il crée un surprenant Waterproof, tentant à chaque fois de renouveler l?expérience de sa danse dans des rencontres chorégraphiques, plastiques, scénographiques et musicales variées. Considéré comme une figure marquante de la danse contemporaine française, Daniel Larrieu traverse ainsi l?aventure de la danse des années 80, ses expérimentations, ses audaces, ses lieux atypiques. De 1990 à 1992, il est créateur associé au Centre d?art et de culture de Marne-la-Vallée, La Ferme du Buisson. Il est aussi invité par de grandes institutions chorégraphiques nationales et internationales : Opéra de Paris, Conservatoires nationaux supérieurs de musique et de danse de Paris et de Lyon, Ballet de Francfort, Festival d?Avignon, Festival d?Automne? En 1994, il est nommé directeur du centre chorégraphique national de Tours. En décembre 1994, il reçoit du Ministre de la Culture le Grand Prix National de la danse. En 1995 il réalise un jardin pour le Festival international des Jardins à Chaumont. Il créé des pièces d?envergure -On était si tranquille- 1998, Feutre -1999, Cenizas ? 2001, mais aime à chorégraphier de petites formes, danser en solo ou à plusieurs, comme autant d?occasions d?amicales complicités artistiques ? Pascale Houbin, Dominique Boivin? Daniel Larrieu quitte volontairement le centre chorégraphique national de Tours fin 2002 pour retrouver la compagnie Astrakan à Paris. En novembre 2003, il crée N?oublie pas ce que tu devines, pièce pour six interprètes. Il obtient en 2004, le prix de la chorégraphie par la SACD, et réalise cette même année un projet pour les jardins, Marche, danses de verdure ainsi qu?un solo dans le cadre du vif du sujet au festival de Montpellier, action culturelle de la sacd, pour Julie Dossavi, A chaque vent le papillon se déplace sur le saule. En juin 2006, il remonte Waterproof (pièce aquatique de 1986) au CNDC d?Angers, et crée une nouvelle pièce pour huit danseurs, Nevermind, à la MC2 de Grenoble, repris au Théâtre de la Ville (Paris). A partir de septembre 2007, il entame un cycle de rendez-vous publics hors-champ de la représentation théâtrale classique. Ce projet est composé d?expériences menées dans des « paysages » spécifiques ( bord de mer, espace inter-urbain, jardins?) et avec des artistes toutes disciplines confondues. Le numéro 0 a été crée au studio de la compagnie en Septembre 2006 et le numéro 1 à l?espace 1789 de St Ouen le 3 octobre 2007. La conférence ?La danse, j?aimerais bien mais?? sur le paysage chorégraphique est un hors-série de ce travail, complété par un atelier de création radiophonique pour France Culture, Air de rien en Février 2007. Création d?un nouvel épisode à Dijon dans le cadre du Festival Entre Cour et jardins Voyage en Drakéole en août 2007, et au Lieu d?art contemporain de Sigean avec Portrait à l?horizon. A l?automne 2008, il travaille pour une chorégraphie pour la pièce ?Equus? de Peter Shaeffer mis en scène par Didier Long au théâtre Marigny, réalise un temps de laboratoire avec le cinéaste Vincent Dieutre à La Ferme du buisson ?acte de présence avec petites trouvailles?, il est conseillé gestuel pour l?opéra ?Welcome to the voice? au théâtre du châtelet à Paris, avec les chanteurs Sting, Elvis Costello et Sylvia Schwartz? mis en scène par Muriel Téodori. Il reçoit le ?Bonnie Bird Award 2008′ à Londres en Octobre 2008, il crée une pièce pour Transitions Dance Company installé au Laban centre sur une musique originale de Antoine Herniotte ?Come help me make a forest?. Il a crée en mai 2009 ?bord de mer? pour la nuit des musée au Havre, collaboration avec l?auteur Thierry Illouz. Il crée LUX en Février 2010 à la ferme du Buisson, Rose, pour la CIP de l?école nationale de danse de Marseille en Mars 2010. Il s?associe au Manège de Reims en collaboration avec le cdc de Picardie l?Echangeur pour les années 2010- 2011-2012. Il participe en collaboration avec l?association les Robinsons des Glaces à une expédition sur des plaques de glaces à la dérive en Juin pour attirer artistiquement l?opinion publique sur les changements climatique avec le cinéaste Christian Merlhiot et produit une installation et un film ICE DREAM. En 2011, il donne à Sciences Po Paris un atelier sur la composition et la pratique de la danse. Il expose sous le pseudonyme Daan Larjew un travail de photographie.

Catalogue : 2010De la danse / Pièce n°3 | Vidéo | dv | couleur | 13:0 | France | 2010
Christian merlhiot , daniel larrieu
De la danse / Pièce n°3
Vidéo | dv | couleur | 13:0 | France | 2010

Un danseur se remémore les gestes de la chorégraphie créée en 1913 par Nijinsky. Il décrit les mouvements de son corps dans la pièce puis travaille avec un notateur au déchiffrage de la partition chorégraphique. Il déchiffre enfin la dernière scène qu?il décrit en suivant les signes de cette notation.


Catalogue : 2010De la danse / Pièce n°2 | Vidéo | dv | couleur | 4:0 | France | 2010
Christian merlhiot , daniel larrieu
De la danse / Pièce n°2
Vidéo | dv | couleur | 4:0 | France | 2010

Petit duo en forme de duel sur les glaces de la banquise


Catalogue : 2010De la danse / Pièce n°1 | Vidéo | dv | couleur | 7:0 | France | 2010
Christian merlhiot , daniel larrieu
De la danse / Pièce n°1
Vidéo | dv | couleur | 7:0 | France | 2010

La danse à ses origines s?inspire du mouvement des astres dans le ciel. Immobile au milieu d?un studio de répétition, un danseur lit un extrait du traité écrit par Lucien de Samosate au 1er siècle. Trois opérateurs enregistrent la scène en tournant autour de lui dans un mouvement continu et circulaire.


Christian Merlhiot est né en 1963 à Niort. Il a suivi des études à l?École nationale des beaux-arts de Bourges de 1981 à 1987. Entre 1994 et 1995, il est pensionnaire à la Villa Medicis à Rome pour l?écriture d?un scénario qu?il adapte pendant son séjour et réalise son premier long-métrage : Les Semeurs de peste, sorti en salle en 2003. Christian Merlhiot a enseigné le cinéma et la vidéo dans plusieurs écoles d?art notamment à Angoulême, Nancy et Bourges. Il est actuellement responsable pédagogique au Pavillon, Laboratoire de création du Palais de Tokyo à Paris. Il est fondateur de pointligneplan, un collectif qui situe ses enjeux au croisement des arts plastiques et du cinéma. Érik Bullot a consacré à ses films un texte publié dans l?ouvrage collectif pointligneplan aux Éditions Léo Scheer (Fr-2002). Chez le même éditeur, un livre est consacré à l?ensemble de ses films, accompagné d?un texte de Fabien Danesi et d?une édition dvd de 3 courts-métrages (Fr-2003). Son film Silenzio, tourné au Japon en 2004, est sorti en salle au printemps 2006. Il a réalisé, avec Matthieu Orléan, un Atelier de création raphiophonique pour France Culture diffusé en février 2007. Cette expérience a aussi donné un film : Des Indes à la planète Mars, sélectionné en compétition française au Festival International du Film Documentaire de Marseille 2007 et sorti en salle en avril 2008. Son dernier film, Le procès d?Oscar Wilde, est sorti en salle en avril 2010.

Catalogue : 2009Le procès d'Oscar Wilde | Fiction expérimentale | dv | couleur | 68:0 | France | Liban | 2009
Christian merlhiot , daniel larrieu
Le procès d'Oscar Wilde
Fiction expérimentale | dv | couleur | 68:0 | France | Liban | 2009

Dans le jardin d?une villa face à la Méditerranée, un homme travaille à la traduction arabe du procès d?Oscar Wilde. Sous la lumière d?un soir d?été et tout au long des nuits suivantes, les différents protagonistes du procès se présentent à lui. Il les incarne à tour de rôle et fait revivre les enjeux esthétiques et politiques de ce combat. Cette joute verbale apparaît alors comme la dernière oeuvre - féroce et précieuse - du dandy anglais.


Christian Merlhiot est né en 1963 à Niort. Il a suivi des études à l?École nationale des beauxarts de Bourges de 1981 à 1987. Entre 1994 et 1995, il est pensionnaire à la Villa Medicis à Rome pour l?écriture d?un scénario qu?il adapte pendant son séjour, réalisant son premier longmétrage : Les Semeurs de peste, distribué en salle en 2003. Christian Merlhiot a enseigné le cinéma et la vidéo dans plusieurs écoles d?art notamment à Angoulême, Nancy et Bourges. Il est actuellement responsable pédagogique au Pavillon, Laboratoire de création du Palais de Tokyo à Paris. Il est fondateur de pointligneplan, un collectif qui situe ses enjeux au croisement des arts plastiques et du cinéma. Érik Bullot a consacré à ses films un texte publié dans l?ouvrage collectif pointligneplan aux Éditions Léo Scheer (Fr-2002). Chez le même éditeur, un livre est consacré à l?ensemble de ses films, accompagné d?un texte de Fabien Danesi et d?une édition dvd de 3 courtsmétrages (Fr-2003). Son film Silenzio, tourné au Japon en 2004, est sorti en salle au printemps 2006. Il a réalisé un Atelier de création raphiophonique pour France Culture, diffusé en février 2007. Cette expérience a aussi donné un film : Des Indes à la planète Mars, sélectionné en compétition française au Festival International du Film Documentaire de Marseille 2007 et sorti en salle en avril 2008.

Catalogue : 2008rice bowl hill incident | Fiction | dv | couleur | 40:0 | France | 2008
Christian merlhiot , daniel larrieu
rice bowl hill incident
Fiction | dv | couleur | 40:0 | France | 2008

L?extrait d?un rapport du Military Intelligence Service, emprunté à l?ouvrage de Haruki Murakami Kafka on the shore, sert de point de départ à ce film. Dans ce rapport, intitulé Rice Bowl Hill Incident, une institutrice japonaise raconte un évènement inexpliquable, proche du surnaturel, survenu aux enfants de sa classe lors d?une sortie en montagne. Dans la première séquence, cet évènement est reconstitué en décor naturel d?après les descriptions fournies dans le rapport. La deuxième séquence est constituée du récit de la jeune femme. Filmée dans une salle de classe, elle rapporte l?incident face à un mystérieux enquêteur.


Christian Merlhiot est cinéaste. Il a réalisé notamment Les semeurs de peste (1995), Voyage au pays des vampires (2001), Silenzio (2005) et Des Indes à la planète Mars (2007). Il est fondateur de pointligneplan un collectif qui situe ses enjeux au croisement des arts plastiques et du cinéma. Depuis 2002, il est responsable pédagogique du Pavillon, le Laboratoire de création du Palais de Tokyo.

Angelica mesiti
Catalogue : 2008The Line of Lode and Death of Charlie Day | Fiction expérimentale | | couleur | 15:45 | Australie | 2008
Angelica mesiti
The Line of Lode and Death of Charlie Day
Fiction expérimentale | | couleur | 15:45 | Australie | 2008

Situé à Broken Hill, une ville de la brousse australienne, « The Line of Lode and Death of Charlie Day » est une histoire d'histoires. En réfléchissant sur la façon dont les différentes connaissances d?un lieu se croisent et se chevauchent, l'artiste emploie la vidéo pour jouer avec les conventions du cinéma et du conte folklorique. Trois histoires entrecroisées de la région constituent l'épine dorsale de l'?uvre : la compréhension indigène de la terre, le développement de l'exploitation minière dans la région, notamment son lien avec la fondation de Broken Hill, et l'histoire d'une attraction locale, Mario?s Palace Hotel. Ces images notent comment les histoires sont portées par les personnes de générations en générations, et ne sont pas tant des histoires du passé, mais un ensemble durable de relations entre la terre et le peuple.


Angelica Mesiti est née en 1976 à Sydney (Australie). Elle vit et travaille actuellement à Paris et à Sydney. Ses médiums de prédilection sont la vidéo, la performance et l'installation. Ses ?uvres explorent souvent la notion d'histoires alternatives, recherchées par le biais d?histoires stratifiées et à mi-mots, intégrées dans des paysages et environnements urbains. Montrée régulièrement depuis 2000, l??uvre de Mesiti a fait l?objet d?expositions individuelles et collectives dans toute l'Australie et à l'étranger. Depuis 2001, l?artiste a été invitée régulièrement par le College of Fine Arts en tant que conférencière occasionnelle au Time Based Art Department.

Catalogue : 2010Rapture (silent anthem) | Art vidéo | | couleur | 10:10 | Australie | 2009
Angelica mesiti
Rapture (silent anthem)
Art vidéo | | couleur | 10:10 | Australie | 2009

Rapture (silent anthem) captures a teenage crowd caught in a slow-motion expression of quasi-religious fervour at a rock concert. Both a celebration of life and a look at the darker aspects of this zeal, the video takes a contemporary look at the human need for transcendence and communal ritual in unlikely places.

Angelica Mesiti was born in Sydney and studied at the College of Fine Arts, University of NSW. She works within the traditions of video, performance and installation and generates material through a range of approaches including staged situations, site specific performative acts, re-enactment and documentation. Her videos operate within a cinematic framework to offer fractured narratives that negotiate between primary experience and historical retelling. She uses performance as a way to embrace the present moment and several of her works focus on the dynamics of group activity as a form of social exchange.

messieurs delmotte
Catalogue : 2006Breakdown dream - Melt Umbrella - Extinguishers | Vidéo expérimentale | dv | couleur | 7:8 | Belgique | 2006
messieurs delmotte
Breakdown dream - Melt Umbrella - Extinguishers
Vidéo expérimentale | dv | couleur | 7:8 | Belgique | 2006

Le travail de Messieurs Delmotte se trouve quelque part entre réalité et imagination, entre le génie et le dilettantisme. Delmotte se distingue par son code vestimentaire et son visage unique. Il est toujours vêtu d?un costume deux ou trois-pièces. Ses cheveux mi-longs, coupés bien droits à la base et qu?il plaque en arrière avec beaucoup de gomina, sont également une de ses caractéristique. Une raie très précisément au milieu de sa tête apporte la touche finale et achève la géométrie de la coiffure. Delmotte met en avant un personnage qui fait barrage avec son public avec brio grâce à des découvertes gestuelles qui sont aussi imprévisibles qu?absurdes. La révolte poétique et existentielle de son travail repose sur cette gaieté excessive et ce non-sens. Il s?agit toujours d?interférer avec une situation, de s?engager dans un combat hilarant et héroïque avec l?objet ordinaire, le personnage d?une situation précise. D?après Delmotte, la société est irrationnelle et ne peut démonter les mécanismes de conditionnement social qui déterminent nos vies car son sens commun et son sens de la justice sont insuffisants. Il s?échappe donc dans le ridicule et l?absurde et ces moments où il abandonne le bon goût sont un exutoire lorsqu?il refuse de livrer bataille à la société. L?engagement physique de son propre corps en tant qu?instrument de désobéissance joue un rôle primordial dans son travail.


Messieurs Delmotte est né en 1967 et a étudié à l?institut Saint-Luc de Liège. Il s?intéresse principalement à la photographie, la vidéo et la performance. Son travail est à la hauteur de la tradition surréaliste belge, quelque part entre réalité et imagination, entre le génie et le dilettantisme. Ses vidéos ont été exposées dans des endroits tels que le musée d?art moderne de Philadelphie, le Festival Underground de New York et MUHKA à Anvers.

messieurs delmotte
Catalogue : 2005Fränz ünd Kofön | Vidéo expérimentale | dv | couleur | 12:33 | Belgique | 0
messieurs delmotte
Fränz ünd Kofön
Vidéo expérimentale | dv | couleur | 12:33 | Belgique | 0

"Il ne s'agit pas d'une performance, et encore moins d'une bonne idée." Les vidéos de Messieurs -ou Monsieur- Delmotte n'épargnent rien ni personne et elles banalisent tout ce qu'elles touchent, y compris Monsieur Delmotte lui-même. Ce ne sont pas des autoportraits ni des transpositions de l'auteur sur un ou plusieurs de ses personnages imaginaires. Il est possible qu'elles ne puissent être décrites que par l'absence malicieuse de sujet et par des scènes absurdes voire surréalistes. Vacillant quelque part entre fiction et réalité - ces dernières ne forment d'ailleurs peut-être qu'une seule et même chose, et explosent en une multitude de particules libres. Delmotte, qui s'est auto-proclamé poseur, se moque du monde artistique institutionnalisé à travers des actions espiègles et surprenantes, lesquelles sont banales dans leur fond et simples dans leur forme. Le résultat est clair mais également pur et plus que tout irrésistiblement charmant. Comme Delmotte le dit lui-même: "Je le fais, je ne sais pas pourquoi, mais je le fais!"


Messieurs Delmotte (né en 1967) a étudié à l'institut Saint-Luc de Liège et se concentre principalement sur la photographie, la vidéo et les "performances." Ses créations s'inscrivent dans la plus pure tradition surréaliste belge, quelque part entre réalité et imagination, entre brillance et dilettantisme. Dans ses vidéos, il retranscrit ses bétises puériles et ses sarcasmes contre le monde artistique institutionalisé à travers des actions individuelles, qui sont aussi simples qu'absurdes, comme des réflexions sur l'identité schizophrène de l'artiste. Ses vidéos ont été présentées entre autres au Museum of Modern Art à Philadelphie, au New York Underground Festival et au musée d'art contemporain MUHKA (Anvers).

Catalogue : 2007Head with the cats | Vidéo expérimentale | dv | couleur | 1:27 | Belgique | 2006
messieurs delmotte
Head with the cats
Vidéo expérimentale | dv | couleur | 1:27 | Belgique | 2006

Le travail de Messieurs Delmotte se situe à mi-chemin entre réalité et imagination, génie et dilettantisme. On le reconnaît à son code vestimentaire et à son visage unique. Il porte toujours un costume deux ou trois-pièces, a les cheveux mi-longs, coupés bien droits à la base et qu?il plaque en arrière avec beaucoup de gomina. Une raie au milieu excessivement régulière constitue la touche finale de cette coiffure géométrique. Le personnage créé par Messieurs Delmotte noie audacieusement le public sous une série de découvertes gestuelles aussi imprévisibles qu'absurdes. Derrière cette gaieté et ces absurdités se cache la révolte existentielle et poétique de l'?uvre. Il s'agit toujours d'interférer dans une situation, d'engager un combat hilarant et héroïque avec l'objet ordinaire, personnage d'une circonstance donnée. Selon Delmotte, la société est irrationnelle et ne dispose pas d'assez de justice et de bon sens pour démonter les mécanismes de conditionnement social qui déterminent notre existence. Voilà pourquoi il s'échappe à l'aide du ridicule et de l'absurde ; des moments d'abandon du bon goût qui agissent comme exutoire pour celui qui se refuse à lutter contre la société. L'implication physique de son propre corps comme instrument d'indiscipline joue un rôle capital.


Les spectateurs trouvent souvent les ?uvres de Messieurs Delmotte (ex Monsieur Delmotte, né en 1967 en Belgique) bizarres, absurdes ou sans intérêt. Mais pour l'artiste, ses vidéos et ses installations surréalistes basées sur des actions banales sont une nécessité absolue. Ses courts-métrages sont centrés sur un comportement obsessionnel ou des initiatives compulsives, et constituent une longue série de tentatives pour dépasser les limites de la réalité, avec un résultat proche du dessin animé. Ses ?uvres ont notamment été présentées au Musée d'Art Moderne de Philadelphie, au New York Underground Festival, au MUHKA d'Anvers et au Museo Reina Sofia (Madrid). Il vit et travaille à Liège.

Christopher messina
Catalogue : 2005Nightlight | Vidéo expérimentale | dv | couleur | 9:30 | USA | 2005
Christopher messina
Nightlight
Vidéo expérimentale | dv | couleur | 9:30 | USA | 2005

Expérience utilisant la photographie numérique, "Nightlight" est une étude des nuits et des lumières le long de la Charles River à Boston, Massachusetts. L'?uvre est entièrement composée de photographies, dont l'assemblage donne l'impression qu'elles sont en mouvement. En réalisant des ajustements subtils entre chaque photographie prise, les lumières de la ville semblent prendre vie.


Né dans l'état de New York, Chris vit et réalise des films à Boston, Massachusetts.

Mathilde mestrallet
Catalogue : 2006La règle du jeu | Vidéo expérimentale | dv | couleur | 3:50 | France | 2006
Mathilde mestrallet
La règle du jeu
Vidéo expérimentale | dv | couleur | 3:50 | France | 2006

La règle du jeu fait partie d?une série de 8 vidéos nommée Errances. Ces vidéos interrogent le rapport de l?homme au paysage. Chaque projet a pour point de départ le déplacement physique, la découverte d?un lieu auparavant inconnu. L?artiste utilise son corps comme sujet, silhouette évoluant dans l?espace qu?elle investit, décidant de cadrages précis, plans fixes, paysages à traverser. On pourrait dire que ces vidéos tournent autour de rien, à vide, et que chaque vidéo est le résultat, récit, de la rencontre, expérience de ces espaces étrangers. La règle du jeu, Synopsis: Une jeune femme court le long des buissons, se cache, comme poursuivie, elle tente une échappée, un tir de fusil retentit et l?arrête dans son élan. Tuerie ludique, jeu d?enfant, la caméra tire sur sa victime.


Mathilde Mestrallet, diplômée des Arts Décoratifs de Strasbourg, réalise des projets vidéos où elle interroge la place de l?homme dans le paysage, la relation de l?homme à ce dernier. Elle s?intéresse aux différents parcours que propose un site. Les vidéos s?établissent sur des scénarios et mises en scènes simples: répétition d?une même action dans un lieu, marches, déambulations,jeux. L?expérience vécue, véritable rencontre avec le paysage, et la relation à l?espace, comme terrain inconnu, lieu étranger, territoire des possibles sont les points de départ de chaque projet vidéo. Entre «No man?s land» et architecture labyrinthique, les différents héros évoluent dans ces espaces surdimensionnés.

Barbara meter
Catalogue : 2005Ariadne | Film expérimental | 35mm | couleur | 12:0 | Pays-bas | 2004
Barbara meter
Ariadne
Film expérimental | 35mm | couleur | 12:0 | Pays-bas | 2004

Film constant de roues, frusques et pignons en hommage au loyen du film.


Barbara Meter, née en 1939 est allée à l'Académie néerlandaise du film en 1963. Elle fait des films depuis les années 70 : des documentaires, des films collectifs - principalement expérimentaux. Meter était la co-fondatrice d l'Electric Cinema au début des années 70, un bastion du cinéma expérimental néerlandais et la Stichting Lighthouse dans les années 80. A présent, elle travaille aussi dans la programmation de films, professeur et chargée de cours freelance sur les films.

Barbara meter
Catalogue : 2008A Touch | Film expérimental | 16mm | couleur | 13:30 | Pays-Bas | 2008
Barbara meter
A Touch
Film expérimental | 16mm | couleur | 13:30 | Pays-Bas | 2008

Ainsi donc, tout passe, comme le vent, comme les ombres et la fumée.


Barbara Meter, qui vit et travaille aux Pays-Bas, fait des films depuis les années 70, le plus généralement des films expérimentaux mais également des documentaires et des fictions. Elle enseigne le cinéma à Groningen (Pays-Bas) et au San Francisco Art Institute (USA). Elle a organisé de nombreuses projections de films expérimentaux, sans précédents aux Pays-Bas.

Henrike meyer, thérèse nylén
Catalogue : 2008Still Leben | Installation vidéo | | couleur | 4:56 | Allemagne | 2008
Henrike meyer , thérèse nylén
Still Leben
Installation vidéo | | couleur | 4:56 | Allemagne | 2008

Les deux artistes se sont penchées sur la cave d?un restaurant d?asperges dans le Brandenburg. Pendant les trois mois que dure la saison, le restaurant offre l?hébergement à 150 ouvriers polonais. Le reste de l?année, les 30 chambres restent vides, à l?abandon. Elles produisent l?effet de capsules temporelles. Des fleurs en plastiques dans de grandes boîtes, des pages de calendrier griffonnés, des graffitis au mur, des torchons sur les tables sont autant de traces du passage des ouvriers. Des arrangements pleins d?histoires. Les prises de vues de ces arrangements et de la danseuse sont confrontées dans Le 2-Canal-Projection, et se motivent mutuellement dans leurs mouvements dans un échange mimétique.


Henrike Meyer est née en 1984 à Hoya dans le Weser. De 2003 à 2006, elle étudie le théâtre, l?histoire de l?art et la littérature à la Freie Universität de Berlin, puis jusqu?en 2008, la communication visuelle à l?Université des Arts de Berlin, et est actuellement en création expérimentale et médias dans cette même université. Elle vit et travaille à Berlin. Thérèse Nylén est née en 1976 à Malmö, en Suède. Elle obtient une licence en danse théâtrale moderne à l?Ecole Supérieure des Arts d?Amsterdam en 2001. En 2005, elle est sélectionnée pour partir en résidence à Scuol, en Suisse, avec le NAIRS Kuturzentrum, et à nouveau en 2007, cette fois avec le Werkbeitrag Tanz du canton de Luzerne. De 2001 à 2007, elle collabore à des projets avec, entre autres, Martin Butler (Pays-Bas), Suzanne Marx (Pays-Bas), Kyle Bukhari (Suisse), et Nina F.Schneider (Suisse). Elle vit et travaille à Berlin.

Sebastian mez
Catalogue : 2016Remains from the Desert | Doc. expérimental | 4k | noir et blanc | 21:10 | Allemagne | 2016
Sebastian mez
Remains from the Desert
Doc. expérimental | 4k | noir et blanc | 21:10 | Allemagne | 2016

A cinematic examination trying to approach the experiences of Osman, a young Eritrean refugee, who survived seven months in one of the „torture camps“ in the Sinai desert.

Sebastian Mez is a filmmaker, video- and soundartist. He studied at FILMAKADEMIE BADEN-WÜRTTEMBERG in Ludwigsburg, Germany specializing in directing. His experimental film ‘Clean Up‘ was shown at more than 40 international film festival and won several prices. ’Ein Brief aus Deutschland’, which takes a special approach onto the subject of modern slavery and prostitution in Europe, won the international middle length competition at VISION DU RÉEL in Nyon in 2011. ‘Metamorphosen‘ was his first feature lenght film, which premiered at the Berlinale 2013, followed by numerous festivals and awards worldwide. His experimental work `Substanz` was nominated for the Filmkunstförderpreis of the National Gallery in Berlin 2015. Sebastian lives and works in Berlin.

Philippe-alain michaud
Catalogue : 2006Anthony Mccall | 0 | 0 | | 60:0 | France | 2007
Philippe-alain michaud
Anthony Mccall
0 | 0 | | 60:0 | France | 2007

Désormais le film n'est plus cette image projetée qui creuse dans la surface du mur une profondeur fictive mais un champ réellement constitué qui se confond avec l'événement de la projection même. C'est ainsi que les faisceaux lumineux découpés dans la fumée d'Anthony McCall, développant les propriétés proprement plastiques du film, passent les frontières de l'histoire du cinéma pour rejoindre les propositions minimalistes de la sculpture des années 70. En 1975, Gordon Matta-Clark, dans Conical Intersect (une pièce conçue comme un hommage au film de McCall) pratique, au 27-29 rue Beaubourg, sur le site du futur Centre Pompidou, une gigantesque ouverture dans un immeuble voué à la démolition. En 1996, Pierre Huyghe, dans Light Conical Intersect rabat le film de Matta-Clark sur celui de McCall en projetant sur le mur de l`immeuble du quartier de l`Horloge, où s`élevait l`édifice investi par Matta-Clark, une image de Conical Intersect prélevée au moment où la lumière envahit la cavité conique pratiquée dans la façade : dans une coïncidence virtuelle parfaite, le dispositif architectural se résout en lumière et revient ainsi à son origine.


Depuis 2003, Philippe-Alain Michaud, historien et critique d?art français né en 1961, est conservateur, chef du service cinéma au Musée National d?Art Moderne (MNAM) de Paris où il a travaillé à l?exposition "Le mouvement des images - Art et Cinéma". Une présentation originale de la collection permanente du MNAM, dans laquelle il proposait une relecture de l?histoire du XXème siècle à partir de celle du cinéma. Son attention se porte sur les territoires situés entre les arts plastiques et le cinéma, il s'interroge sur les formes artistiques contemporaines et leur passé. En 2004, il fut l'instigateur de "Hollywood Déconstruit : remontages, remises en scène, resucées" au cinéma du MNAM. Un cycle témoignant de la manière dont les cinéastes expérimentaux et les artistes ont revisité l'univers du cinéma hollywoodien. Auteur, il a rédigés de nombreux articles et ouvrages, dont "Le peuple des images" et "Sketches. Histoire de l?art, cinéma". Il est membre du comité de rédaction des Cahiers du MNAM et responsable de la collection "La littérature artistique", aux éditions Macula.