Catalogue > Liste par artiste
Parcourez la liste complète des artistes présentés dans le cadre des Rencontres Internationales depuis 2004. Utilisez le filtre alphabétique pour affiner vos recherches.  mise à jours en cours 

Notice: A non well formed numeric value encountered in /homepages/19/d540700991/htdocs/site/fr/cat/rech/_cat_1_art_rech.php on line 1091
Thomas leon
Catalogue : 2008High Latency | Installation vid�o | | noir et blanc | 12:0 | France | 2008
Thomas leon
High Latency
Installation vid�o | | noir et blanc | 12:0 | France | 2008

C?est un film sur le temps et l?expérience de l??uvre. La forme et la structure de la vidéo, l?utilisation des médiums numériques et du son, insufflent une tension émotionnelle dans un environnement qui en est dépourvu. Exécutant un travelling avant régulier, la camera progresse dans un paysage enneigé. La vidéo en deux parties égales, s?articule à la moitié, autour du basculement de l?axe de la camera en direction du sol. A partir de cet instant, l?image glisse de la représentation d?un espace à une abstraction rythmique. Quand la caméra se relève nous sommes revenus au début. Deux mouvements sonores successifs correspondant à ces deux parties accompagnent la vidéo.


Né en 1981 à dijon, Thomas Léon vit et travaille actuellement à Paris. ses travaux s?articulent principalement autour du médium vidéo, sous la forme d?installations complexes et condensées, à la frontière de la narration. ses réalisations ont notamment été présentées lors des expositions suivantes : «les enfants du sabbat 07» au Creux de l?enfer, centre d?art contemporain de Thiers (2006); «Multipolaire» à la Halle 14 à Leipzig (2006); «Filterbox» à Glassbox à Paris (2006); «Le syndrome de Broadway» au centre d?art du Parc Saint-Léger à Pougues-les-Eaux (2007); «Science et fiction» à la générale en manufacture (2008).

Catalogue : 2010Escape from abstraction island | Art vidéo | | couleur et n&b | 11:30 | France | 2009
Thomas leon
Escape from abstraction island
Art vidéo | | couleur et n&b | 11:30 | France | 2009

L?installation fait directement référence au cinéma à grand spectacle dans son organisation et sa dramaturgie (succession des scènes, rôle de la musique) autant que dans les moyens techniques mis en ?uvre (projection haute définition, son 5.1). Conçue comme un film d?aventure dont le personnage principal est la caméra, la vidéo traverse une île qui est aussi un répertoire de formes. Elle s?organise comme un long travelling arrière : à l?intérieur d?une structure cristalline, à travers différents lieux désertés et désertiques, en survolant la mer au large d?une forme prismatique. La nature des objets et des lieux figurés ainsi que leurs relations ne sont jamais évidentes, la caméra changeant de direction pour se rapprocher des surfaces et jouant d?effets d?échelle en se perdant parfois dans les détails. Coproduction Ville de Beauvais, Le LABO, DRAC Picardie.


Thomas Léon développe depuis plusieurs années sa pratique à travers des installations et participe régulièrement à des projections ou expositions en France et à l?étranger : «Réalités confondues» à la BF15 à Lyon (2010); «Les Rencontres Internationales Paris / Berlin / Madrid» au Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofía à Madrid, Espagne et à la Haus der Kulturen der Welt à Berlin, Allemagne (2009); «Le syndrome de Broadway» au centre d?art du Parc Saint-Léger à Pougues-les-eaux (2007); «Multipolaire» à la Halle 14 à Leipzig, Allemagne (2006). Il a notamment participé à la résidence de post-production multimédia «Synapse» au sein de l`ESA-Rueil-Malmaison en 2008 avant de travailler avec Glassbox et la Cité internationale universitaire de Paris en 2009 dans le cadre de leur programme «Acteurs Autonomes». --- "Mon travail se construit à partir des outils informatiques et plus particulièrement de l`image de synthèse. Il s`incarne dans des médiums allant de l`installation vidéo à l`impression numérique, en passant par l`installation sonore ou la conception de volumes assistée par ordinateur. Il puise ses sources dans la littérature (romans d`anticipation et littérature utopique) ou les projets des avant-gardes, dont il tire une partie de ses problématiques : les relations complexes qui se développent entre un projet, sa représentation et sa mise en ?uvre (architecture, urbanisme, modèles de sociétés idéales) ; les liens entre les questions de forme et les enjeux de pouvoir. Ces problématiques s`articulent à des questionnements plus particulièrement esthétiques (rapport de l?art à la réalité, évaluation des apports de la modernité et des valeurs formelles inhérentes à chaque médium, mode et temps d`apparition de l`?uvre, action du spectateur) afin d`interroger la persistance de modèles, d`archétypes, et de produire des formes nouvelles." www.thomasleon.net

Slava leontjev
Catalogue : 20081:1 | Film expérimental | 16mm | noir et blanc | 5:30 | Lituanie | 2007
Slava leontjev
1:1
Film expérimental | 16mm | noir et blanc | 5:30 | Lituanie | 2007

Peut-être cette fluctuation « dramatique » des images n?est-elle pas vraiment nécessaire.


Slava Leontjev est née à Vilnius (Lituanie) en 1967. Entre 1983 et 1995, elle a travaillé en tant qu?artiste au Centre de Restauration de Vilnius, au Conservatoire de Vilnius, à la Télévision Nationale de Lituanie ainsi qu?au Sarunas Bartas Studio Kinema. De 1996 à 2000, elle a été directeur artistique de l?Agence Brand Sellers DDB de Vilnius. Depuis 2000, elle est directeur de production du Studio Vilks (Latvie). Elle a mis en scène de nombreux films commerciaux et réalisé plusieurs vidéos musicales. Elle lui a été décernée de multiples récompenses, notamment le Prix MTV Russie pour la meilleure vidéo musicale de l?année.

Edgar leÓn
Catalogue : 2006Contrapeso / Rojo / Verde | Doc. expérimental | dv | couleur | 3:12 | Costa Rica | Mexique | 2005
Edgar leÓn
Contrapeso / Rojo / Verde
Doc. expérimental | dv | couleur | 3:12 | Costa Rica | Mexique | 2005

Contrapeso / verde / rojo est une vidéo-documentation présentant deux regards distincts. La première scène se passe au parc de Chapultepec (ville de Mexico), où l?on observe un stand de restauration rapide dont la bâche est soutenue par une corde au bout de laquelle se trouve une bouteille de Coca-Cola. Celle-ci joue le rôle d?un contrepoids telle une balance, ou une ancre (d?où le nom de la pièce). La deuxième scène présente un zoom d?une autre bouteille de Coca-Cola qui, grâce à l?ouverture du plan, se découvre à l?intérieur d?un taxi démantelé dans les bois de l?Ajusco. Les deux regards commencent et se détiennent sur la tension générée par ces bouteilles entre le naturel et le culturel, qui nous permet d?associer les objets lorsque ces derniers activent ou désactivent quelque chose de concret. La logique structurelle de mon travail dans ces deux vidéos réside dans la présentation d?une narration qui conduit à une lecture d?une idée de production après celle de consommation.


En 2005 il termine un Master en Arts Visuels à l?Académie de San Carlos, Université Nationale Autonome de Mexico (UNAM). Il a réalisé une douzaine d?expositions individuelles entre le Mexique et le Costa Rica et a participé à plus de quarante expositions collectives dans le monde entier. En tant que commissaire indépendant, sa dernière exposition, ?La reconstrucción del lugar común. Imágenes de autor? a été inaugurée au Musée d?Art et Dessin Contemporain de San José, Costa Rica en 2005. Il avait organisé ??Residuos y Particulas. Privado Público?? au Mexique en 2004. Il vit et travaille en région parisienne.

Jesse lerner
Catalogue : 2007Magnavoz | Film expérimental | 16mm | noir et blanc | 25:33 | USA | Mexique | 2006
Jesse lerner
Magnavoz
Film expérimental | 16mm | noir et blanc | 25:33 | USA | Mexique | 2006

"Magnavoz" est une adaptation expérimentale de la diatribe spéculative de Xavier Icaza sur l'avenir de Mexico. Réunissant de bruyantes émissions au dessus des volcans, de tonitruantes bacchanales dans des abreuvoirs populaires et une série de discours apocalyptiques, hypernationalistes, la méditation est opportune et visionnaire, bien qu'écrite il y a plus de quatre-vingts ans. L'adaptation filmique de ce texte d'avant garde utilise des images d'archives, des reconstructions et un mélange complexe d'éléments sonores pour donner vie à cet essai politique.


Jesse Lerner vit à Los Angeles. Il réalise des documentaires et des vidéos. Son oeuvre a été diffusée au Museum of Modern Art de New York, au National Anthropology Museum de Mexico City, au Reina Sofía Museum de Madrid, à la biennale de Sydney, au Sundance Film Festival, aux musées Guggenheim de New York et de Bilbao, au Los Angeles International Film Festival, à la Film Society of Lincoln Center, ainsi que dans d'autres festivals et musées à travers le monde. Ses films ont remporté de nombreux prix à des festivals de cinéma au Etats-Unis, en Amérique Latine et au Japon. En plus de son travail de réalisateur, ses essais critiques sur la photographie, le cinéma, et la vidéo ont été publiés dans After Image, Visual Anthropology Review et Wide Angle. Il été conservateur pour le Robert Flaherty Seminar, le Centro Fotográfico Manuel Alvarez Bravo à Oaxaca, et les musées Guggenheim de New York et de Bilbao. Il enseigne dans le cadre du programme intercollegial d'études des média à l'université de Claremont en Californie.

Xenia lesniewski
Catalogue : 2007GERADE AUS | Vidéo expérimentale | dv | couleur | 2:0 | Allemagne | 2007
Xenia lesniewski
GERADE AUS
Vidéo expérimentale | dv | couleur | 2:0 | Allemagne | 2007

xenia yvon lesniewski GERADE AUS Die künstlerin stellt eine schwarzweiss animation mit dem titel ?gerade aus? vor. zeichnungen sind der ausgangspunkt von xenia yvon lesniewskis arbeit, welche sie dann in stilistische animationen überträgt. kurze szenen werden durch ein flimmern ineinander übergeleitet. szenen, in denen zum beispiel eine mit einem maulkorb versehene, der künstlerin stark ähnelnde person, nach luft schnappt oder in einer unterwürfigen pose auf dem boden liegt. fetisch und sadomasochismus werden in ihrer arbeit thematisiert, gefühle plakativ und direkt wiedergegeben. ?der betrachter ist ein teil meiner arbeit.? dem zuschauer werden innere verlassene landschaften vor augen geführt. man erhält unweigerlich einen offenen blick in eine innere folterkammer. für die künstlerin handelt es sich hierbei um eine sehr intime arbeit ?die grenzen zwischen realität und fiktion verschmelzen. ein zwischenraum entsteht und zwar ? GERADE AUS.? der eingeschobene text gibt hinweise und lenkt den betrachter. der abstrakte sound der arbeit nimmt unmittelbar einfluss auf seine befindlichkeit. aus dieser fragmentierung von bild, text und ton resultiert eine provokative und kompromisslose aussage über die erfahrung von kunst und wirklichkeit. text anna kalinski

biografie xenia yvon lesniewski xenia yvon lesniewski geboren 1985 in frankfurt, deutschland: bildende künstlerin; studiert seit 2005 an der hochschule für gestaltung offenbach freie kunst mit dem schwerpunkt malerei und neue medien. malerei prof. adam jankowski freies zeichnen/film prof. mariola brillowska experimentelle raumgestaltung prof. heiner blum warum sie etwas tut? alles immer nur mittel zum zweck. aber sie hätte sich auch auf die zunge beissen können, sie hat eine schöne, gesunde zunge - rot von blut.

Catalogue : 2008SUPERSENSIBEL | Art vidéo | dv | couleur | 2:30 | Allemagne | 2008
Xenia lesniewski
SUPERSENSIBEL
Art vidéo | dv | couleur | 2:30 | Allemagne | 2008

?Supersensibel? : Des crottes d?enfants anal-ysées entre sodomie et peur de la mort. La vidéo ?Supersensibel? de Xenia Yvon Lesniewski est une animation provocante qui traite de sexe, d?érotique, d?obscénité et de peur individuelle. Une représentation enjouée de la sexualité polymorphe commentée avec des phrases et bruits en forme de devinette qui donnent au film une énergie colérique.


Xenia Yvon Lesniewski est née en 1985 à Francfort, elle étudie depuis 2005 à l?Ecole de réalisation d?Offenbach dans la spécialité Peinture et Nouveaux Médias.

Catalogue : 2009Egodyston | Animation | dv | couleur | 3:27 | Allemagne | 2009
Xenia lesniewski
Egodyston
Animation | dv | couleur | 3:27 | Allemagne | 2009

Egodystonic - My fear of death will blow my head away. I think I need other eyes for my brain.

Born in 1985 / Frankfurt am Main, has been studying Fine Arts with focus on Painting and New Media at the Offenbach Academy of Art and Design since 2005.

Catalogue : 2010Remisequenz | Animation | dv | couleur | 2:23 | Allemagne | 2010
Xenia lesniewski
Remisequenz
Animation | dv | couleur | 2:23 | Allemagne | 2010

Das Fehlen eines konkreten Bildes. Autobiografische Bruchstücke zwischen Fiktion und Realität vereint zu konstruierten Erinnerungssequenzen und endlosen Variationen davon. Das Gegenteil des Vergessens. Aber was ist wirklich passiert? Es gibt nur die eine Wahrheit. Die eigene. Entscheidungen trifft man, weil man sie treffen muss.

1985 in Frankfurt am Main geboren, seit 2005 Studium der freien Kunst an der Hochschule für Gestaltung Offenbach mit dem Schwerpunkt Malerei und neue Medien und seit 2010 Studium der Malerei, Animation und Tapisserie in der Klasse von Judith Eisler an der Universität für Angewandte Kunst Wien. Ihre Videoarbeiten wurden bereits bei vielen nationalen und internationalen Filmfestivals wie z.B. den Kurzfilmtagen Oberhausen, der Kunstfilmbiennale Köln/Bonn oder den Rencontre Internationales Paris/Berlin/Madrid gezeigt.2008 erhielt Xenia Lesniewski den ?3 Sat Förderpreis? bei den Internationalen Kurzfilmtagen Oberhausen sowie das Stipendium der Deutschen Studienstiftung. 2009 gewann ihre Arbeit EGODYSTON den "Movies and Stills" Award der Videor Art Foundation sowie den zweiten Muvi-Preis bei den Internationalen Kurzfilmtagen Oberhausen. 2010 erhielt sie beim Internationalen Filmfest Dresden den Drematrix Förderpreis. Ebenso nahm Lesniewski an zahlreichen Ausstellungsprojekten sowie weiteren internationalen Film- und Medienkunstfestivals teil.

Alain letourneau, pam minty
Catalogue : 2011Empty Quarter | Doc. expérimental | 16mm | noir et blanc | 71:0 | USA | 2011
Alain letourneau , pam minty
Empty Quarter
Doc. expérimental | 16mm | noir et blanc | 71:0 | USA | 2011

Alain LeTourneau & Pam Minty are filmmakers based in Portland, Oregon (US). They are co-founders of 40Frames (www.16mmdirectory.org), as they both make efforts to protect the 16mm format and to promote it as a usable format for exhibition and production. ?Empty Quarter? is their first collaboration and they are both working on solo projects but they plan to collaborate again on another film focusing on work. www.40frames.com and www.emptyquarterfilm.org. for more informations.

Isabelle levenez
Catalogue : 2007animaux domestiques | Art vidéo | dv | couleur | 4:0 | France | 2006
Isabelle levenez
animaux domestiques
Art vidéo | dv | couleur | 4:0 | France | 2006

Depuis 1991 et à travers ses vidéos, dessins ou photographies, Isabelle Lévénez révèle le mal être de l`individu ou son inquiétude identitaire dans sa dimension cachée sans que le dysfonctionnement mental ne soit jamais mis en avant.Les vidéos de la serie animaux domestiques forment pour elle, une seule et même ?uvre considérée à des stades différents de sa conscience du monde. Elle s`interroge ici sur la dualité humaine, déchirée entre pulsion animale et respect de la loi. Ces vidéo montrent le corps de personnages dénudés portant un masque (lapin, loup, âne, mouton?) Les protagonistes sont souvent silencieux, par exemple en partageant un repas qui se termine par un cri proche de celui d?un animal. La caméra abandonnée à elle-même en plan fixe construit une image anonyme et saisit sans émotion le cours indistinct du temps qui s?écoule. Dans le fragment de ce cadre, un univers hybride, humain/animal, semble évoluer, monologuer et construire de toutes pièces une mise en scène imaginaire. Les visages recouverts d?un masque d?animaux nous renvoient à la construction d?un système où désir, violence et pulsions rencontrent la morale d?un monde codifié. Cette violence ne fait jamais l`objet d`une quelconque fascination, elle n`est pour l`artiste que le reflet du monde dans lequel elle vit.


Isabelle Levenez est née à Nantes en 1970. Artiste enseignante à l`école des Beaux arts d`Angers, elle se considère comme une artiste multimédia, c`est à dire qu`elle passe d`une production de dessin à une réalisation d`installation vidéo ou de photographie numérique. Entre réalité et fiction son travail ne cesse d`interroger l`individu. Son travail a été montré dans de nombreuses expositions individuelles et collectives, notamment à la galerie Anton Weller, à LOOP Barcelone , au CCC de Tours, à l?Abbaye du Ronceray, Angers, au Musée de Grenoble, à l?ARCO, au Musée National des Beaux Arts de Lettonie à Riga, à la National Art Gallery à Sofia, dans plusieurs Instituts Français à l?étranger : à Barcelone, Budapest, Cologne, Berlin. Elle a également exposé au Palais de Tokyo, Paris, au Musée Péra d?Istambul, au Musée Benaki, Athènes, au Musée Zadkine à Paris, à l?Orangerie du Sénat et Jardin du Luxembourg, Paris, au Musée des Beaux arts de Tourcoing, au Lieu unique à Nantes, au Musée d`art contemporain de Milan. Son travail fait partie des collections du FNAC et de plusieurs FRAC. Elle a obtenu la bourse de la villa Médicis hors les murs à Los Angeles.

Catalogue : 2007Animaux domestiques, le pain | Art vidéo | dv | couleur | 3:0 | France | 2006
Isabelle levenez
Animaux domestiques, le pain
Art vidéo | dv | couleur | 3:0 | France | 2006

Depuis 1991 et à travers ses vidéos, dessins ou photographies, Isabelle Lévénez révèle le mal être de l`individu ou son inquiétude identitaire dans sa dimension cachée sans que le dysfonctionnement mental ne soit jamais mis en avant.Les vidéos de la serie animaux domestiques forment pour elle, une seule et même ?uvre considérée à des stades différents de sa conscience du monde. Elle s`interroge ici sur la dualité humaine, déchirée entre pulsion animale et respect de la loi. Ainsi les vidéos ayant pour titre de série "Animaux domestiques", montrent le corps de personnages dénudés portant un masque (lapin, loup, âne, mouton?) Les protagonistes sont souvent silencieux, par exemple en partageant un repas qui se termine par un cri proche de celui d?un animal. La caméra abandonnée à elle-même en plan fixe construit une image anonyme et saisit sans émotion le cours indistinct du temps qui s?écoule. Dans le fragment de ce cadre, un univers hybride, humain/animal, semble évoluer, monologuer et construire de toutes pièces une mise en scène imaginaire. Les visages recouverts d?un masque d?animaux nous renvoient à la construction d?un système où désir, violence et pulsions rencontrent la morale d?un monde codifié. Cette violence ne fait jamais l`objet d`une quelconque fascination, elle n`est pour l`artiste que le reflet du monde dans lequel elle vit.


Isabelle Levenez est née à Nantes en 1970. Artiste enseignante à l`école des Beaux arts d`Angers, elle se considère comme une artiste multimédia, c`est à dire qu`elle passe d`une production de dessin à une réalisation d`installation vidéo ou de photographie numérique. Entre réalité et fiction son travail ne cesse d`interroger l`individu. Son travail a été montré dans de nombreuses expositions individuelles et collectives, notamment à la galerie Anton Weller, à LOOP Barcelone , au CCC de Tours, à l?Abbaye du Ronceray, Angers, au Musée de Grenoble, à l?ARCO, au Musée National des Beaux Arts de Lettonie à Riga, à la National Art Gallery à Sofia, dans plusieurs Instituts Français à l?étranger : à Barcelone, Budapest, Cologne, Berlin. Elle a également exposé au Palais de Tokyo, Paris, au Musée Péra d?Istambul, au Musée Benaki, Athènes, au Musée Zadkine à Paris, à l?Orangerie du Sénat et Jardin du Luxembourg, Paris, au Musée des Beaux arts de Tourcoing, au Lieu unique à Nantes, au Musée d`art contemporain de Milan. Son travail fait partie des collections du FNAC et de plusieurs FRAC. Elle a obtenu la bourse de la villa Médicis hors les murs à Los Angeles.

Catalogue : 2008A mort la mer | Art vidéo | dv | noir et blanc | 5:0 | France | 2008
Isabelle levenez
A mort la mer
Art vidéo | dv | noir et blanc | 5:0 | France | 2008

Je m`interroge ici sur la dualité humaine, déchirée entre pulsion de mort et respect de l'environnement. Ainsi la vidéo, qui a pour titre " à mort la mer" montre des images en Noir et Blanc d`un paysage marin. La jeune fille filmée au bord de la mer, la présence du vent,un bateau échoué au milieu d`un champ créent une atmosphère étrange, ou temps, espace et mouvement sont modifiés. La caméra abandonnée à elle-même en plan fixe construit une image anonyme et saisit sans émotion le cours indistinct du temps qui s?écoule. Dans le fragment de ce cadre, un univers suréaliste semble évoluer, monologuer et construire de toutes pièces une mise en scène imaginaire. La jeune fille les mains tachées de goudron manipule un poisson dans l`eau, joue t `elle ? , est ce qu`elle le lave de son jus noir ? avant de finir triomphante sur son bateau échoué brandissant son trophée à la main: un poisson vierge de toute pollution!


Isabelle Lévénez (1970) vit et travaille entre Trélazé (49) et Paris. Elle est représentée par la Galerie Aeroplastic à Bruxelles. Depuis 1995 Isabelle Lévénez a effectué plusieurs séjours à l`étranger au cours desquels son travail a été exposé: New York, Milan,Barcelone, Madrid, Berlin, Moscou, Tokyo, Budapest, Prague, Amsterdam, Rotterdam, Ottawa, Reykjavik.... En 2001, elle a obtenu la bourse de la Villa Médicis hors les murs (Los Angeles). Différents lieux en France (musées, centres d`art, Fracs...) lui ont consacré des expositions personnelles et collectives notamment: Le centre d`art de Meymac (2007),Musée de Grenoble (2007), Le Palais de Tokyo (2006),Le lieu Unique, Nantes (2004),Le Centre d`art de St Fons (2002), Le Frac Haute Normandie ( 2002), Le rac Alsace (2000), La Fondation Guerlain, Paris (1999), La Box, Bourges (1997)...

Catalogue : 2011Espace de confidentialité | Vidéo | dv | couleur | 2:47 | France | Maroc | 2010
Isabelle levenez
Espace de confidentialité
Vidéo | dv | couleur | 2:47 | France | Maroc | 2010

La vidéo met en scène le corps de personnages dénudés filmé en caméra infra rouge semblant errer dans un espace vert, enveloppés de silence. Les corps se heurtent, se touchent, se bousculent. La caméra abandonnée à elle-même en plan fixe construit une image anonyme et saisit sans émotion le cours indistinct du temps qui s?écoule. Dans le fragment de ce cadre, entre violence et douceur les hommes semblent monologuer et construire de toutes pièces une mise en scène imaginaire.


Isabelle Lévénez aime à manier les contraires et l?ambiguïté. Les images, les titres de ses ?uvres, les phrases qu?elle écrit sont autant de jeux d?ombres et de lumières qui définissent la posture générale de l?artiste, développé par les multiples pièces de son travail tournant autour du thème du secret », nous proposant une réalité fragmentée, un jeu entre innocence rêves et fantasmes, entre douceur et violence. Biographie : Isabelle Lévénez Après des Etudes à l?école des Beaux Arts de Nantes elle décide de s?installer à Paris ou elle obtient en 1997 un DU en psychopédagodie à l?université paris V. En 1994 elle est sélectionnée pour le master de l?institut des Hautes études en arts plastiques crée par Pontus Hulten. En 1995 elle effectue un master multi média aux Arts et métiers à Paris. Depuis 1995 Isabelle Lévénez a effectué plusieurs séjours à l?étranger au cours desquels son travail a été exposé : New York, Milan, Madrid, Berlin, Moscou, Bratislava, Budapest, Prague, Amsterdam, Rotterdam, Ottawa, Nagoya, Reykjavik, Athènes, Riga, Barcelone, Istambul, Sofia. En 2001, elle a obtenu la bourse de la Villa Médicis hors les murs à Los Angeles. Différents lieux en France et à l?étranger (Musées, Centres d?art, Fracs, Galeries?) lui ont consacré des expositions personnelles et collectives , notamment

Les leveque
Catalogue : 2010Communists Like Us | Vidéo expérimentale | dv | noir et blanc | 3:28 | USA | 2010
Les leveque
Communists Like Us
Vidéo expérimentale | dv | noir et blanc | 3:28 | USA | 2010

Communists Like Us is an ambient music video made from a few seconds of archival footage of Mao Zedong applauding and members of the Red Guard chanting. The title Communists Like Us was taken from the 1985 text of the same name written by Felix Guattari and Toni Negri.

Les LeVeque received an MFA in Video Research from the Department of Art Media Studies at Syracuse University. He is a Visiting Associate Professor in Film and Electronic Media at Bard College and co-Chair of the Film/Video program in the Milton Avery Graduate School of the Arts. His work has been exhibited internationally including 2000 Whitney Biennial, Georges Pompidou Center, Museum fur Neue Kunst ZKM, Australian Centre for the Moving Image, Museo de Arte Moderno Buenos Aires, Laboratorio Arte Alameda, Centre Culturel et de Cooperation Linguistique Bilbao, Pacific Film Archive, Palm Beach Institute of Contemporary Art, The Hammer Museum and The New Museum of Contemporary Art. Festival screenings of his work include Transmediale Berlin, San Francisco International Film Festival, and Sundance Film Festival. The Video Data Bank distributes his single channel video work. He is represented by KS Art in New York City.

Catalogue : 2008stammering forward backward GIANT | Vidéo expérimentale | dv | couleur | 17:0 | USA | 2008
Les leveque
stammering forward backward GIANT
Vidéo expérimentale | dv | couleur | 17:0 | USA | 2008

« Stammering Forward Backward GIANT » est un re-montage du film « Giant » de George Stevens (1956) ? une histoire épique sur le Texas, le pétrole et le racisme. Condensé en 17 minutes et commençant au milieu, « Stammering Forward Backward GIANT » met en ?uvre des structures de montage improvisées et percussives, image par image, afin de dérouler le film simultanément vers la conclusion du début et de la fin.


Les Leveque est un artiste média électronique basé à New York. Son travail a été exposé internationalement, notamment à la Biennale Whitney de New York (USA) en 2000, au Centre Georges Pompidou de Paris (France), au Museum für Neue Kunst ZKM de Karlsruhe (Allemagne), à l?Australian Centre for the Moving Image, au Museo de Arte Moderno de Buenos Aires (Argentine), au Laboratorio Arte Alameda de Mexico (Mexique), au Centre Culturel et de Coopération Linguistique de Bilbao (Espagne), aux Pacific Film Archives de Berkeley (USA), au Palm Beach Institute of Contemporary Art de Lake Worth (USA), au Hammer Museum de Los Angeles (USA) et au New Museum of Contemporary Art de New York (USA). Ses ?uvres ont été projetées notamment à la Transmediale de Berlin (Allemagne), au San Francisco International Film Festival, et au Sundance Film Festival. La Video Data Bank distribue ses vidéoprojections. Il est également représenté par KS Art à New York.

Catalogue : 2005Dramatically Repeating Lawrence of Arabia | Vidéo expérimentale | dv | couleur | 14:43 | USA | 2004
Les leveque
Dramatically Repeating Lawrence of Arabia
Vidéo expérimentale | dv | couleur | 14:43 | USA | 2004

Dramatically Repeating Lawrence of Arabia est un remix de l'orientaliste Laurence d'Arabie de David Lean en une dissonante hallucination de poses masculines répétées, costumes et gestes théâtraux.


Pendant la dernière décennie, Les LeVeque ont produit des ?uvres en vidéos où des structures des montage algorithmiques qui sont appliquées ont des médias de culture de masse, de films d'Hollywood, de publicités, de diffusions présidentielles et des auditions de publicités TV. Ces mots utilisent une utilisation impropre de la persistance de la vision et du phénomène de phi pour générer des hallucinations des sens, qui activent un espace aléatoire entre les images.

Catalogue : 2015Nine Hamlet RGB | Vidéo | hdv | couleur | 5:55 | USA | 2015
Les leveque
Nine Hamlet RGB
Vidéo | hdv | couleur | 5:55 | USA | 2015

Nine Hamlet RGB engages a simple algorithm to destabilize the timing of the red, green and blue frame sequential display system while incorporating fragmented, appropriated “to be or not to be” excerpts from nine Hamlet films. The audio is the synced sound from the appropriated excerpts laced with low frequency binaural tonal pulsations. The physicality of the constructed optical and aural experience is seeking a mechanism of unconscious disarticulation. The ghosting of colors, evanesent Hamlets, and somatic tones are looking for a “dream-work” that can be ciphered, displaced, or not.

Les LeVeque works with digital and analog electronic technology. His projects include single and multi-channel videos and video/computer based installations. His projects have been exhibited and screened internationally. Video Data Bank distributes his single-channel video work. He is represented by Kerry Schuss Gallery in New York City.

Boaz levin, adam kaplan
Catalogue : 2014Last Person Shooter | Vidéo | hdv | couleur | 11:42 | France | 2014
Boaz levin , adam kaplan
Last Person Shooter
Vidéo | hdv | couleur | 11:42 | France | 2014

Last Person Shooter examine a range of both human and mechanical modes of vision. By way of a series of historical scenes reconstructed as 3D architectural models, the historical context of machine vision and its underlying concepts are conjured. These models are explored by an invisible protagonist, embodying the familiar, yet antiquated aesthetic of a first-person shooter. The work opens with a reconstruction of the assassination of Ahmed Jabri, a Palestinian militant who was targeted by an Israeli drone in November 2012. The assassination was documented simultaneously both by Palestinian passersby and by the IDF’s drone, creating two parallel, conflicting narratives: these were then uploaded to Youtube and tweeted, in what was in effect a war of images. The video leads into a dreamlike digital desert, evoking the Cuban Missile Crisis and its significance for the development of satellite reconnaissance during the 1960s. The protagonist embodies a birds-eye view, exploring the blind spots and prejudices of such varying perspectives. Finally, the film concludes with a reenactment of a video shot by an American soldier in Afghanistan in a first-person perspective. The footage offers an immersive, bleak representation of 21st century warfare and its mediation.

Adam Kaplan is an artist, ­a graduate of the Fine Arts department in Bezalel Academy in Jerusalem and the Academy of Fine Arts Vienna. Born in Jerusalem, he currently lives between Montreal and Berlin where he is studied under Hito Steyerl as a guest student in the Universität der Künste. Boaz Levin is an artist and writer based in Berlin. He studied at the Bezalel Academy of Arts and Design in Jerusalem and under Hito Steyerl at the Universität der Künste in Berlin.

Mehryl levisse
Catalogue : 2016Réalité | Fiction | hdv | couleur | 10:49 | France | 2016
Mehryl levisse
Réalité
Fiction | hdv | couleur | 10:49 | France | 2016

Dans une routine déjà bien installée, le personnage commence sa journée en revêtant une combinaison intégrale en tricot. Cette mise en abyme d’un huit clos domestique le guidera tout au long de ses activités quotidiennes : lire, manger, nettoyer, brosser. Cette seconde peau le suivra jusqu’à la délivrance d’une nouvelle nuit dont il en oubliera même de la retirer. Le mystère de son identité perdurera dans la monotonie détricotée de ses journées.


Mehryl Levisse (né à Charleville-Mézières) est un artiste français qui explore les frontières, les enjeux sociologiques et les représentations archétypales du corps, au travers de médiums tels que la photographie, l’installation ou les pratiques performatives. Dans son travail le corps n’est pas une fin mais un commencement, un matériau malléable et adaptable aux idées. Mehryl Levisse se met en scène dans des environnements de fortune inspirés par son histoire familiale, la littérature, les expériences de vie, la philosophie, la musique, la mythologie, le cinéma, les cultures populaires et beaucoup d’autres sources encore... Ses environnements entre parodie sociale et pathétisme critique, prennent les codes du théâtre et utilisent le corps comme s’il était un objet. Mehryl Levisse considère son travail photographique comme la trace documentaire de situations s’étant déroulées dans l’intimité de son atelier. Il construit soigneusement et patiemment ses environnements pièce après pièce au sein de son espace de travail, dans la volonté permanente de n’utiliser aucune retouche informatique une fois la captation photographique réalisée. Il vit et travaille entre Paris et Raillicourt (Champagne-Ardenne), France.

Dana levy
Catalogue : 2012Dead World Order | Vidéo | hdv | couleur | 6:30 | Israel | France | 2012
Dana levy
Dead World Order
Vidéo | hdv | couleur | 6:30 | Israel | France | 2012

Filmed in Maison de l`Armateur, One of the few houses in Le Havre, France that remained in tact after the city was almost completely destroyed in the allied bombings of 1944. The tower like mansion is a kind of museum. A woman, the curator, is rigorously organizing objects. All kinds of dishes, globes, shells, sculptures, paintings, taxidermy animals, maps, ship models etc... There is something obsessive about her preciseness and the time she invests in placing each item. It is clear that despite the objects useful proposes, they are not being used, lifeless. The more she organizes them, the more she kills them. The work is about a nostalgia to a world that no longer exists, and perhaps never did. The house is built like a spiral, where each floor has more and more rooms, full of treasures that all tell the story of western colonialism, particularly French 19th century bourgeoisie objects, with curiosity cabinets full of exotic oddities from faraway conquered lands. The woman seems to have a special relationship to the objects. Her love and care for the objects, also express her love of the culture she belongs to. The film makes references to suspense movies, such as Hitchcock Vertigo. And the soundtrack is based parts of Bernard Hermann?s Psycho soundtrack.

Born in Tel Aviv, lives in New York Levy?s solo exhibitions include World Order, Center For Contemporary Arts, Tel Aviv (2012); The Wake/ Silent Among Us, Loop Fair, Barcelona (2012); Wild Thing, Nicelle Beauchene Gallery, NYC (2010); and Dreams & Disasters, Habres+Partner Gallery, Vienna, Austria (2009). Her group exhibitions include Unnatural, Bass Museum of Art, Miami (2012); Art and Social Activism, Nicholas Cohn Art Projects, Long Island City, NY (2012); Magic Lantern: Recent Acquisitions in Contemporary Art, Israel Museum, Jerusalem (2012); Lush Life, Invisible-Exports Gallery, NYC (2010); and Trembling Time: Recent Videos from Israel, Tate Modern, London (2010). Levy was awarded residencies by the LMCC in 2012, Omi International Arts Center (2011), the I-Park Residency Program (2011), and the Institut Francais/Triangle Arts Association (2010), and received the Young Artist Award by the Ministry of Culture and Sport, Israel (2008). She received her B.A. from Camberwell College of Art and her Post Graduate Diploma from Duncan of Jordanstone ? College of Art, Dundee University.

Catalogue : 2011Desert Station | Vidéo | hdv | couleur | 3:33 | Israel | 2011
Dana levy
Desert Station
Vidéo | hdv | couleur | 3:33 | Israel | 2011

In the midst of the recent revolution in Egypt, Beduins in Israel get updated on the latest news from their car`s radio, in what seems to be the middle of nowhere. Suddenly a bus load of Polish "holyland" pilgrims fill the landscape, posing with Beduin`s camel and taking pictures.

Born in Tel Aviv, Israel, lives in New York 1998 PostGrad- Electronic Imaging Duncan of Jordanstone College of Art, Dundee 1997- BA Camberwell College of Art, London . Won the Dumbo Arts Festival NYC best open studio award in 2010; Won the 2008 Young Israeli Artist Award, The Hamburg Film festival low budget jury award 2006, Took part in the Berlinale Talent Campus in 2006. Took part in various international artist residencies in the USA: New York 2009-2010, 2011, Florida 2001,Connecticut 2011; In France: Le Havre 2011; in Austria: Vienna 2005, Linz 2003, and in Italy Milan 2007. Solo exhibitions include at: Nicelle Beauchene NYC 2010, Habres+Partner Gallery Vienna 2009; Tavi Dresdner Gallery Tel Aviv 2008; Rosenfeld Gallery, Tel Aviv 2004; Haifa Museum of Art 2004.

Catalogue : 2007The House by the wall | Vidéo expérimentale | dv | couleur | 4:43 | Israel | 2005
Dana levy
The House by the wall
Vidéo expérimentale | dv | couleur | 4:43 | Israel | 2005

Le film est construit à partir d'une suite de photographies prises par l'artiste dans une maison abandonnée, près du mur de séparation dans le territoire palestinien. Les graffitis sur les murs de la maison indiquent que l'armée israélienne occupait ce site. Il s'agit d'un jour ordinaire, les habitants ne peuvent pas partir sans permission, ils sont emprisonnes comme des moutons. Mais les enfants n'ont pas perdu la foi, ils font voler un cerf-volant noir fabriqué avec un sac en plastique.


Dana Levy est née en 1973 à Tel Aviv. Elle a un MA en imagerie électronique du Duncan of Jordanston College of Art (Dundee, Ecosse) et un BA en graphisme du Camberwell College of Art (Londres). Elle vit actuellement en Israel, où elle travaille la photographie numérique, la vidéo single channel et les installations vidéo et multimédia. Son oeuvre explore les notions d'indentité et de frontières, d'appartenance au lieu, d'architecture temporelle. Elle a participé à des résidences d'artistes en Autriche, en Finlande et aux Etats-Unis. Elle a également montré son oeuvre au Haifa Museum of Art, à la Rosenfeld Gallery à Tel Aviv, au Digital Art LAb en Israel. Elle a participé à diverses manifestations collectives, au Tel Aviv Museum of Art, au Smack Mellon à New York, à l'OK center for Contemporary art en Autriche, au Jewish Museum à New York. Ses vidéos ont été projetées dans divers festivals de films.

Mark lewis, -
Catalogue : 2010Backstory | Film expérimental | 35mm | couleur | 39:0 | Canada | 2009
Mark lewis , -
Backstory
Film expérimental | 35mm | couleur | 39:0 | Canada | 2009

`Backstory` introduces the remaining stars of rear projection, a technique prevelant in cinema until the development of green screen. In Backstory, Lewis invited the Hansard family, which has been instrumental in the provision and development of rear projection for hundreds of Hollywood productions over several decades, to tell (with humour and straight-laced directness) their own story of the heyday of the techniques and their decline and disappearance as they are replaced by new technologies and new tastes in visibility.

Born in Ontario in 1957, Mark Lewis is an artist who lives and works in London. Solo Exhibitions include: the Vancouver Art Gallery (Canada), Hamburger Kunstverein (Germany), Musée d?art moderne (Luxembourg), BFI Southbank (London) and Museo Marino Marini (Italy) Forte Di Bard (Italy) and Monte Clark (Vancouver, Canada). In 2009 Mark represented Canada at the 53rd Venice Biennale with his exhibition Cold Morning. His films have been shown at a number of international film festivals including; Rotterdam International Film Festival 2010 (The Netherlands), Toronto International Film Festival 2009 (Canada) and Berlin International Film Festival 2010 (Germany).

Christelle lheureux
Christelle lheureux
Catalogue : 2006A carp jumps in his mind | Fiction expérimentale | dv | couleur | 33:0 | France | Japon | 2005
Christelle lheureux
A carp jumps in his mind
Fiction expérimentale | dv | couleur | 33:0 | France | Japon | 2005

D?après ?Barefoot Gen?, un manga de Keiji Nakazawa. De ce film, nous ne verrons rien. Une voix nous en raconte l?histoire. La voix d?un jeune japonais qui erre dans les montagnes autour d?Hiroshima, soixante ans après. L?histoire de la bombe atomique à travers ses représentations, ce qu?elle devient au travers du regard de ce jeune homme, ce qu?elle convoque dans notre imaginaire.


Christelle Lheureux est artiste et cinéaste. Née en 1972, elle vit à Paris et est représentée par la galerie Blancpain (Genève) et Play Film production (Paris). Elle enseigne le cinéma à l?Ecole des Beaux-Arts de Genève. Elle réalise des installations vidéo et des films depuis 1997 qu'elle présente dans des lieux d'art contemporain (Grand Palais, Palais de Tokyo, Musée d`Art Moderne de la Ville de Paris, Espace Paul Ricard à Paris, Castello di Rivoli en Italie, MAMCO à Genève, DieAppel à Amsterdam, Pusan Biennale et Art Sonje en Corée du Sud, Hiroshima Art Document au Japon...) et dans des festivals de cinéma (Rotterdam International Film Festival en Hollande, Festival International de Cinéma de Nyon en Suisse, Festival International du Film Documentaire à Marseille, Bangkok Experimental Film Festival en Thaïlande, Vancouvert International Film Festival au Canada...). Elle réalise plusieurs résidences en Asie (Villa Kujoyama au Japon, Cité Siam à Bangkok) et collabore selon ses projets avec d`autres artistes, cinéastes, architectes ou écrivains, français ou étrangers ; dont Apichatpong Weerasethakul (cinéaste thaï) et Philippe Rahm (architecte).

Catalogue : 2007Water Buffalo | | dv | couleur | 33:0 | France | 2007
Christelle lheureux
Water Buffalo
| dv | couleur | 33:0 | France | 2007

Un film où deux récits s`entrelacent, l`un issu d`un soap opera que diffuse la télévision, l`autre, d`une jeune femme qui la regarde dans sa maison, à Saigon. Le récit télévisuel d`un enfant à la recherche de son père dans le delta du Mekong, pris dans la tourmente de la guerre d`Indochine, se superpose au quotidien de cette jeune téléspectatrice vietnamienne que la caméra suit. Le premier récit prend le pas sur l`autre et inversement. Le film joue sur les écarts et les croisements de ces deux histoires, confrontant ainsi l`imaginaire collectif communiste au quotidien d`une vie urbaine en pleine expansion.


Née en 1972, Christelle Lheureux est artiste et cinéaste, basée à Paris. Après une formation aux universités d?Amiens et de Paris 8, elle étudie aux Beaux-Arts de Grenoble puis au Fresnoy. Elle est représentée par la galerie Blancpain (Genève) et Artericambi (Italie). Elle enseigne le cinéma à la Haute école d?Art et & de Design de Genève et crée Third Home Films avec Antoine Segovia en 2006. Elle réalise des installations vidéo et des films depuis 1997 qu`elle présente dans des lieux d`art contemporain (Grand Palais, Palais de Tokyo, Musée d`Art Moderne de la Ville de Paris, Espace Paul Ricard à Paris, Castello di Rivoli en Italie, MAMCO à Genève, Die Appel à Amsterdam, Pusan Biennale et Art Sonje en Corée du Sud, Hiroshima Art Document au Japon...) et dans des festivals de cinéma (Rotterdam International Film Festival, Visions du réel à Nyon, FID Marseille, Bangkok Experimental Film Festival, Vancouvert International Film Festival...). Elle réalise plusieurs résidences en Asie (Villa Kujoyama au Japon, Cité Siam à Bangkok, SOC à Saigon?) et collabore selon ses projets avec d`autres artistes, cinéastes, architectes ou écrivains, dont pour les plus récurrents, Apichatpong Weerasethakul (cinéaste thaï) et Philippe Rahm (architecte).

Christelle lheureux
Catalogue : 2011 | Fiction expérimentale | 0 | couleur et n&b | 42:0 | France | 2011
Christelle lheureux
Fiction expérimentale | 0 | couleur et n&b | 42:0 | France | 2011

Honglei li, xiying yang
Catalogue : 2016??? | Animation | hdv | couleur | 16:10 | USA | 2016
Honglei li , xiying yang
???
Animation | hdv | couleur | 16:10 | USA | 2016

Crossroads is a three-part animated series. Aesthetically, the series mixes the imagery of classical painting with socialist propaganda art, while its narrative fuses the idioms of Greek mythology with that of traditional Chinese ghost tales. The piece offers insight into many facets of China’s political and social condition, shedding light on the country’s decades-long struggle between westernization and insulation.

Taking an interdisciplinary approach to link Chinese cultural heritage with social and environmental research, Lily & Honglei, the immigrant artist collaborative produces cross-platform projects reflecting upon contemporary China in the context of a global age. Their multimedia artworks embrace both traditional art forms and new technologies such as digital animation, Virtual Reality in cyberspace, and Augmented Reality on mobile devices. Lily & Honglei’s artworks have been presented at numerous national and international venues for contemporary art or new media art, and receive support from The Jerome Foundation, Greater New York Arts Development Fund, The Andy Warhol Foundation for the Visual Arts via Creative Capital, New York Foundation for the Arts, Queens Arts Fund (QAF) in New York, Jamaica Center for Arts & Learning NY commission grant, name a few. Lily & Honglei`s multimedia projects are collected by The Rose Goldsen Archive of New Media Art, sponsored by The Division of Rare and Manuscript Collections at Cornell University. The awards they received include People`s Choice Award of Moving Paper Film Festival at Museum of Art & Design in New York, Creative Capital 2015 Award for Moving Image & Visual Arts, and NYFA Fellowship 2015 in Interdisciplinary Work.

Gaetano liberti
Catalogue : 2008SOGLIA I | Doc. expérimental | dv | couleur et n&b | 23:33 | Italie | 2008
Gaetano liberti
SOGLIA I
Doc. expérimental | dv | couleur et n&b | 23:33 | Italie | 2008

« Threshold I » constitue la première des trois parties du cycle vidéo « Threshold » sur la mémoire retrouvée. L?artiste dit être actuellement ? ce qu?il considère être un attribut de l?esprit ? dans un état de distraction, de perte, avec la sensation de se trouver toujours au commencement et de devoir « reprendre le fil ». Aller ? mettre en ordre ? devoir. Trouver un score de vitesse qui permette d?éliminer le temps et la distance pourrait seulement amener ? par définition ? à un échec. Le seuil d?où l?on observe les choses n?a ni emplacement, ni durée. L?acte de se rappeler implique toujours un échec et une naissance. « Threshold I » : Caméra subjective. Deux lieux. Deux maisons. Deux personnes chéries. Deux grand-mères. La proximité des objets, des choses ? la distance avec laquelle nous les regardons. Ici, le temps n?existe pas. Comme si tout était à sa place et bien rangé ? comme cela arrive au début, dans les ténèbres de l?entrée ? avec ce tapis continuellement soulevé. Plutôt que la lumière qui met toujours les choses à leur place.


Gaetano Liberti est né en 1983 d?une mère croate et d?un père napolitain. En 2004, après avoir fini les Beaux-Arts de Trente (Italie), il rencontre Cesare Ronconi et Mariangela Gualtieri du Teatro Valdoca de Cesena (Italie), dont il suit le cours de théâtre intensif et commence des recherches personnelles sur l?utilisation du corps, sur le mouvement physique, sur la voix et le son. En 2005, il réalise « Brailleway » et commence ses propres recherches artistiques, en utilisant la vidéo dans le script et la direction. Il travaille actuellement sur l?incapacité d?évoquer ses souvenirs, sur le mouvement en arrière, sur le silence et sur le concept de dispositif et d?éternité. Depuis 2005, il travaille comme acteur, artiste, et réalisateur de vidéo, en collaboration avec différents milieux du théâtre contemporain et du paysage artistique italien.

Catalogue : 2012ON THE AIR DOCUMENT | Doc. expérimental | hdv | couleur et n&b | 27:50 | Italie | 2012
Gaetano liberti
ON THE AIR DOCUMENT
Doc. expérimental | hdv | couleur et n&b | 27:50 | Italie | 2012

The starting point of this work is a single image, or rather, multiple images from the same moment: the Annunciation. The image which represents the moment of the Annunciation is a map. The map was used as a guide to construct the space. A single space that contains two places: a room in a film and a waiting room. The frame of projection and the sound constantly connects these two places and time itself. Light-air-time. A boy who lives in two levels connected by a frame discovers the image of himself through the sounds that come from another place. ON THE AIR DOCUMENT* is a document, a video transcription, a visual and sound trace that stands as a document of the project ON THE AIR ? The Annunciation. Project for a waiting room (installation and videowork).**

Gaetano Liberti (1983). In 2004, after finishing the Arts School in Trento, he attends the High Training Course for the Actor conducted by Cesare Ronconi (Teatro Valdoca), and he begins a personal search on the use of the body, physical movement, voice and sound. From 2005 to 2008 he works as actor for Teatro Valdoca in Landscape with broken brother and in special projects. In 2006 he works as actor for Motus in A place [that again]. Since 2006 he is working with the artistic research group Opera. In 2005 he created brailleway, an identity by which he produces filmworks, performances, installations and research on new devices. He collaborates and has worked with various contemporary realities in the italian and international theatre and the artistic panorama. At the moment part of his investigation focuses on the sound, the boundaries of the cinema-device, the remembrance, the frame and the off-screen.

Catalogue : 2011Storm | Film expérimental | hdv | couleur | 20:14 | Italie | 2011
Gaetano liberti
Storm
Film expérimental | hdv | couleur | 20:14 | Italie | 2011

«In this glass air bubbles do not trace any world map.» «It seemed so, at first sight but then?» (from Storm dialogues) FIRST SYNOPSIS Two people (two voices) ? in a hotel room using an unknown language ? are talking about the making of a film. LAST SYNOPSIS Two people (two voices) ? in a hotel room using an unknown language ? are talking about the film that we are watching. They are wondering if a storm could kill. Three ?true images? of three real storms that have been filmed by somebody are interrupting, suspending, breaking up. It feels as if someone is falling down, but the fall is not visible. The characters are trying to reconstruct some kind of truth starting from words, conversations, questions and answers: the language. Their gaze ? in a long subjective shot ? is constantly returning images of crossing over in an endless shifting between the inside and the outside. Storm seems to exist close to something ? a window, a word, the film itself ? neither inside nor outside, constantly swinging between what is happening (or not) inside or outside the room, inside or outside the speech, in the objectivity of the (etymological) rule or in the uncertainty of the insight. (Storm is an unknown chapter part of ?F ? Anthology of failure from a survey on the next desert?.)

Gaetano Liberti. Filmmaker, performer. He collaborates and has worked with various contemporary realities in the Italian and international theatre and the artistic panorama. In 2005 he created Brailleway, an identity by which he produces filmworks, performances, installations and research on new devices. At the moment part of his investigation focuses on the filing systems of the instant, the boundaries of the cinema-device, the remembrance and the frame.

Catalogue : 2010From the place we don't know | Fiction expérimentale | dv | couleur et n&b | 16:18 | Italie | 2010
Gaetano liberti
From the place we don't know
Fiction expérimentale | dv | couleur et n&b | 16:18 | Italie | 2010

From the place we don?t know is an unknown chapter part of ?F ? Anthology of failure from a survey on the next desert?. There is no story. The subjects ? which are only subjects ? have no specific or particular experience. They have no past, they are given. The place where they exist is the place where nothing will never happen, and their being in that place defines and generate the failure of the story. Starting from this lack ? having not a story, unable to write it, unable to have a relationship with it, having not received it ? the camera fails its task. The camera is literally outrunned by the untiring running of the subjects without a history, a film without a story. ? I think of two people who run fast, they take a car and I think about a camera left alone, without subjects, outrunned.?

Gaetano Liberti born in Rovereto in 1983. In 2004, after finishing the Arts School in Trento, he meets Cesare Ronconi and Mariangela Gualtieri of Cesena?s Teatro Valdoca where he attends the High Training Course for the Actor, and he begins a personal search on the use of the body, physical movement, voice and sound. Since 2005 he works as an actor, performer and filmaker collaborating with various active realities in the contemporary italian theatrical and artistic panorama (Teatro Valdoca, Motus, Vincenzo Schino, Muna Mussie?) In 2005 he created Brailleway, an identity by which he produces filmworks as a writer and director, and develops his artistic research in the field of performance, installation and other devices. At the moment part of his investigation focuses on the practice of truth, failure, intimacy and the desert.

Catalogue : 2009B.A.T.W.H.N.S.A.Y.H.B. | Doc. expérimental | dv | couleur | 16:25 | Italie | 2009
Gaetano liberti
B.A.T.W.H.N.S.A.Y.H.B.
Doc. expérimental | dv | couleur | 16:25 | Italie | 2009

?I always dream only of houses. Ruined houses to be put in order, new houses to furnish?? G. Truth is the telling of a falsehood. B.A.T.W.H.N.S.A.Y.H.B. ? Blessed Are Those Who Have Not Seen And Yet Have Believed revolves around a first research on the practice of truth and on the action of witnessing. The consistence of the human language, the eloquence of objects and of places, the resistance of things to abandonment, the breaking in of the present. It?s actually impossible to speak the truth, to be a witness form the outside. It?s neither possible to be a witness from within. It seems that this unfeasible position and this tension imbedded in the act of witnessing is to be neither simply within, nor outside, but, paradoxically, both inside and outside at the same time. An abandoned place and dreams are subject to the same rules. Therefore, in these places, it will not matter anymore to speak the truth.

Gaetano Liberti born in Rovereto in 1983 from a Croatian mother and Neapolitan father. In 2004, after finishing the Arts School in Trento, he meets Cesare Ronconi and Mariangela Gualtieri of Cesena?s Teatro Valdoca where he attends the High Training Course for the Actor ? organized by ERT and Teatro Valdoca ? and he begins a personal search on the use of the body, physical movement, voice and sound. Since 2005 he works as an actor, performer and videomaker collaborating with various active realities in the contemporary italian theatrical and artistic panorama (Teatro Valdoca, Motus, Vincenzo Schino, ?) In 2005 he created Brailleway, an identity by which he produces video works as a writer and director, and develops his artistic research in the field of performance, installation and other devices. At the moment part of his investigation focuses on the practice of truth, relics, false statements, intimacy and memory. THEATRE/ACTOR Teatro Valdoca ? Landscape with broken brother (2005); special projects (from 2005). Motus - Pre-paradise sorry now ? Piccoli Episodi di Fascismo Quotidiano ? (video) (2005); A place. [that again] (2006). Vincenzo Schino ? Opera (2006); Operette (2006-2007); Voilà (2008); Limite (2009). GROUP PROJECTS AND COLLABORATIONS PRIMAVERA 2009 ? with Muna Mussie ? for Teatrino Clandestino?s ?Candide? ? Bologna (2009) COLORE - with Sonia Brunelli, Leila Gharib, Luca Mattei, Muna Mussie, Irena Radmanovic - Fies Factory One - Dro (TN) (2008). CROSSING OVER ? with Luca Mattei, Muna Mussie, Irena Radmanovic - Torcito parco danza - Cannole (LE) (2008).

Catalogue : 2018J | Fiction | 4k | couleur et n&b | 44:14 | Italie | Bosnie-Herzégovine | 2018
Gaetano liberti
J
Fiction | 4k | couleur et n&b | 44:14 | Italie | Bosnie-Herzégovine | 2018

Gaetano Liberti is an independent filmmaker with a background in visual art practices and acting, he received a Bachelor degree in Film Directing from the Film.factory - SFA in Sarajevo under the mentorship of Béla Tarr. From 2004 till 2012 he has been working as theatre performer in the productions of several Italian theatre companies. From 2005 he began to deepen the work with the image, producing video works, performances, installations and researching on new devices. Through a work on the boundaries and the language of the cinema-device he investigates the relationships between body, matter, memory, perception and the human mystery in general. His video works and installations have been presented internationally. His film “J? was premiered at FID Marseille 2018. He worked as DoP in the feature film “M-1” by Luciano Pèrez Savoy, winner of the Best International Documentary Award at the Torino Film Festival 2017 and Best Mexican Feature Length Documentary Award at the Monterrey International Film Festival 2018.

Gaetano Liberti is an independent filmmaker with a background in visual art practices and acting, he received a Bachelor degree in Film Directing from the Film.factory - SFA in Sarajevo under the mentorship of Béla Tarr. From 2004 till 2012 he has been working as theatre performer in the productions of several Italian theatre companies. From 2005 he began to deepen the work with the image, producing video works, performances, installations and researching on new devices. Through a work on the boundaries and the language of the cinema-device he investigates the relationships between body, matter, memory, perception and the human mystery in general. His video works and installations have been presented internationally. His film “J? was premiered at FID Marseille 2018. He worked as DoP in the feature film “M-1” by Luciano Pèrez Savoy, winner of the Best International Documentary Award at the Torino Film Festival 2017 and Best Mexican Feature Length Documentary Award at the Monterrey International Film Festival 2018.

Emanuel licha
Catalogue : 2010Mirages | Vidéo | | couleur | 19:30 | Canada | 2010
Emanuel licha
Mirages
Vidéo | | couleur | 19:30 | Canada | 2010

MIRAGES se déroule dans un décor de village irakien au milieu du désert Mojave en Californie. Conçu et utilisé par l`armée américaine pour l`entraînement des troupes avant leur départ pour l`Irak, ce village a été construit et continue d`être opéré sous la supervision de techniciens de Hollywood. Les figurants qui jouent le rôle des habitants de ce village sont recrutés parmi la diaspora irakienne immigrée aux États-Unis. Ce camp d?entraînement est un dispositif optique. Il est fait pour apprendre aux soldats à voir la ?réalité? irakienne telle que fictionnée par l?armée et Hollywood, et à reconnaître les ?terroristes?. Il sert aussi à représenter une utopie de la guerre, et à éduquer le regard des spectateurs, notamment par l?intermédiaire du travail des médias qui sont les bienvenus pour couvrir les activités du camp. L?installation vidéo 2 canaux MIRAGES montre des images du camp d`entraînement et des interviews de ceux qui travaillent en coulisse: le décorateur, le maquilleur, l`artificier, le ?coach? d?acteurs, ainsi que des figurants américains et irakiens, qui évoquent leur perception de la réalité qu`ils contribuent à créer. Le rôle joué par les `journalistes de guerre` apparaît à travers des séquences montrant le dispositif mis en place pour les aider à produire les bonnes images.


EMANUEL LICHA vit et travaille à Paris et Montréal. Après l?obtention d?une maîtrise en géographie urbaine, il a poursuivi ses études en arts visuels à l?Université Concordia, Montréal, puis par le Post-diplôme de l?Ecole nationale des beaux-arts de Lyon en 2001. Son travail s?intéresse à l?espace public et à l?architecture et l?amène à envisager les objets du paysage urbain comme autant d?indices sociaux, historiques et politiques. Ses projets récents en installations vidéo questionnent les moyens utlilisés pour observer et témoigner d?événements violents et traumatiques. Ses plus récentes expositions personnelles incluent : Pourquoi photogénique?, Galerie SBC, Montréal; War Tourist, Loop 09, Barcelona; R for Real, galerie Cortex Athletico, Bordeaux; Une autre fête au même instant brille dans Paris, Centre culturel canadien, Paris; Agnes & Bruce, Ex-Teresa Arte Actual, México; Nothing Less, Nothing More, Just Transformed, Careof, Milan; In & Out, Galerie B-312, Montréal et YYZ, Toronto. Il a également participé à des expositions collectives dans les institutions suivantes: NGBK, Berlin; Art Gallery of Ontario, Toronto; Parsons The New School for Design, New York; Musée d?art contemporain de Montréal; University of South Florida Contemporary Art Museum, Tampa; Israeli Center for Digital Art, Holon; MACBA, Barcelona; Fabbrica del Vapore, Milan; Frac Franche-Comté, Besançon; HartWare MedienKunstverein, Dortmund; Witte de With Center for Contemporary Art, Rotterdam; Galerie im Taxispalais, Innsbruck; Tirana Biennial; Steirischer Herbst, Graz; Sarajevo Centre for Contemporary Art; Stiftung Binz39, Zürich; Montreal Biennial; Musée d?art moderne de la Ville de Paris. Son travail fait partie de plusieurs collections privées et publiques, dont: MACBA (Museu d`art contemporani de barcelona); Musée d?art contemporain de Montréal; Fnac (Fonds national d?art contemporain), Paris; Frac Franche-Comté; University of South Florida Contemporary Art Museum. Emanuel Licha enseigne à l?Ecole nationale supérieure d?architecture de Paris-La Villette. Il est actuellement doctorant au Goldsmiths College, University of London. www.emanuel-licha.com

Catalogue : 2011How do we know what we know? | Vidéo expérimentale | hdv | couleur | 16:46 | Canada | 2011
Emanuel licha
How do we know what we know?
Vidéo expérimentale | hdv | couleur | 16:46 | Canada | 2011

"How do we know what we know?" Le journaliste en studio s?adresse à l?envoyé spécial qui n?a pas pu avoir accès à la zone de conflit évoquée dans le reportage qu?il a fabriqué à partir d?images amateures. Il y a quelques années à peine, on pouvait encore entendre dire que c?étaient les médias qui décidaient du début d?un conflit, à partir du moment où les journalistes se rendaient sur place. La multiplication des images tournées par les protagonistes eux- mêmes, couplées à leur diffusion quasi-instantanée, modifie cette équation. Avons-nous encore besoin des journalistes ? Les images sont des outils et des armes pour la conduite des guerres. Ce n?est pas nouveau en soi, mais ce qui l?est sans doute davantage est la multiplication de leurs sources. C?est par conséquent un moment propice pour ques- tionner le travail journalistique « classique », celui qui s?appuie notamment sur le témoignage rarement contesté des correspondants de guerre. Tout l?appareillage entourant cette couverture médiatique paraît déjà un peu dépassé et sera peut-être bientôt caduc : les envoyés spéciaux, les équipes de tournage, les camions satellite, les hôtels de guerre, les « flash info » et autres « breaking news », le jingle dramatique du téléjournal... Qu?est-ce qu?une « bonne » image de conflit ? Où se fabriquent-elles et comment seront-elles construites demain ? Comment en faire une critique par d?autres images ? La production et la diffusion médiatiques créent des dis- positifs dans lesquels nous sommes pris, et auxquels nous contribuons plus ou moins volontairement. Ce sont les détails ? parfois bénins en apparence ? de ces dispositifs qu?on peut essayer de décrire, pour pouvoir les penser et peut-être s?en dégager.


Emanuel Licha est un artiste qui vit à Paris. Son travail s?intéresse à l?espace public et à l?architecture et l?amène à envisager les objets du paysage urbain comme autant d?indices sociaux, historiques et politiques. Ses projets récents en films et installations vidéo questionnent les moyens utlilisés pour observer et témoigner d?événements violents et traumatiques. emanuel-licha.com

Deborah ligorio
Catalogue : 2008Il Sonno | Vidéo | dv | couleur et n&b | 6:45 | Italie | 2007
Deborah ligorio
Il Sonno
Vidéo | dv | couleur et n&b | 6:45 | Italie | 2007

« Il Sonno » montre une fascinante série de vues aériennes du Vésuve et du paysage environnant. Un chemin ascendant qui, après avoir survolé les quartiers délabrés des zones urbaines, s?achève au sommet du volcan. « Il Sonno » met en évidence les risques pris par ces territoires habités qui ignorent délibérément la menace imprévisible d?un volcan actif qui, en 79 après JC, détruisit les villes voisines de Pompéi et d'Herculanum.


Née à Brindisi, en Italie, Deborah Ligorio a étudié à Bologne, Milan et Paris. Elle vit actuellement et travaille à Berlin. Elle a reçu de nombreux prix et aides financières, notamment le Premio Arte Giovane, à la 15e Quadriennale de Rome (Italie) en 2008, ou le Prix Spécial ITALRE-GAI en 2004. Elle a été finaliste pour le Prix Querini-Furla. En 2003, elle a fait partie du MAK Schindler Artist and Architects in Residence Program de Los Angeles (USA) et a reçu deux prix de la Senatsverwaltung Forschung für Wissenschaft und Kultur de Berlin (Allemagne). Ses ?uvres sont exposées dans les biennales d'art contemporain MANIFESTA 7 et Sharjah (8e édition), dans plusieurs institutions et fondations d'art telles que Signal à Malmö (Suède), Bürofriedrich à Berlin, Villa delle Rose à Bologne (Italie), DeAppel Filmmuseum à Amsterdam (Pays-Bas), Fondation Sandretto ReRebaudengo à Turin (Italie), Link project à Bologne, Palazzo della Triennale à Milan (Italie), ainsi que dans des espaces publics, des studios d'artiste et des projets web.

Joshua lim
Catalogue : 2006She May Try | Fiction | dv | couleur et n&b | 84:20 | Singapour | 2006
Joshua lim
She May Try
Fiction | dv | couleur et n&b | 84:20 | Singapour | 2006

Après s'être absenté plusieurs mois pour des raisons professionnelles, Tom retourne dans sa famille pour quelques semaines. Durant ce laps de temps, il s'aperçoit que ses enfants, George et Julie, se sont éloignés de lui. Pat, sa femme, tente d'intervenir afin de rapprocher ses enfants de leur père. Malgré ses efforts, Julie se dispute de plus en plus avec son père et George devient complètement indifférent à la situation. Après avoir fait une découverte choquante dans la chambre de Julie, Pat affronte celle-ci qui éclate en sanglots, et perce ainsi un secret qui menace l'intégrité de toute la famille.


Joshua Lim est né à Malacca et a immigré à Singapour avec sa famille alors qu'il était agé de six ans. À Singapour, Joshua s'est inscrit à un cours de science accéléré avant d'entamer ses études universitaires. Il a développé un respect et un intérêt profond pour la science ainsi qu'un véritable penchant pour le cinéma et les arts. Après son service militaire obligatoire de deux ans et demi, Joshua a étudié le cinéma à l'Université de Californie du Sud, à Los Angeles. Il a choisi des cours qui mettent l'accent sur l'écriture et la réalisation. Pendant ses quatres années d'études, Joshua a écrit et réalisé six courts-métrages. Une fois diplômé, Joshua est retourné à Singapour, où il a tourné She May Try.

Anke limprecht
Catalogue : 2005Bibliotheca Alexandrina | Documentaire | dv | couleur | 17:0 | Allemagne | Egypte | 2005
Anke limprecht
Bibliotheca Alexandrina
Documentaire | dv | couleur | 17:0 | Allemagne | Egypte | 2005

La bibliothèque d'Alexandrie était le lieu de recherches le plus important du monde de l'Antiquité. Détruite dans des circonstances encore inexpliquées, elle a repris vie sous l'égide du gouvernement égyptien et de l'UNESCO et a rouvert en 2002. Les Egyptiens eux-mêmes sont très fiers de leur projet, et les responsables font leur possible pour faire renaître le mythe de l'ancienne bibliothèque. La réalisatrice Anke Limprecht; elle-même bibliothécaire, dresse un portrait du quotidien dans la plus grande salle de lecture du monde, - une pierre supplémentaire apposée à l'édifice de l'histoire de la bibliothèque. http://www.khm.de/~ankel/Filme/Bibliotheca_Alexandria/alexandria_eng_/alexandria_eng_.html


"Née en 1967 à Biberach/Riss. Après cinq années d?activité professionnelle comme bibliothécaire, elle entame en 1998 des études à la « Kunsthochschule » de Cologne, centrées sur le film documentaire et l?art dans les médias. Elle mène de front ses études et un travail d?archiviste à la cinémathèque de Bonn. Elle prépare actuellement son prochain documentaire sur l?archivage à long terme du patrimoine culturel allemand et partage sa vie et son travail entre Bonn et Cologne."