Catalogue > Liste par artiste
Parcourez la liste complète des artistes présentés dans le cadre des Rencontres Internationales depuis 2004. Utilisez le filtre alphabétique pour affiner vos recherches.  mise à jours en cours 
Julia kater
Catalogue : 2016Breu | Vidéo | hdv | couleur | 4:0 | Brésil | 2016
Julia kater
Breu
Vidéo | hdv | couleur | 4:0 | Brésil | 2016

In Breu (Pitch black), the recorded images present, in a non-linear montage, the semi-artisanal paving process of a rectangle arbitrarily drawn in the middle of a vacant lawn. The soundtrack brings a circular text that overflows in modal adverbial adjuncts (mainly right and wrong),without defining any clear object, the text builds the speech in an endless cycle, onto which the ideas of progress and evolution cannot be applied.

JULIA KATER | 1980 ‘ Paris, France Lives and works in Sao Paulo, Brazil. Graduated in Photography from the School of Advertising and Marketing - ESPM (Sao Paulo - Brazil). The research of the artist Julia Kater is guided in the elaboration of a body of work that can treat it from its visual improbability. Whether by the collage brought about by different overlaid photographic prints, which announces a watchful sky ‘ despite its invisible character ‘ or by videos that bring about the rearrangement of a set of actions and phrases, each work in its own way prioritizes the elaboration of bodies from everyday scenes that suggest simultaneous shared experiences with the persistent memory together with its struggle with forgetfulness, its ally and the cause of the gradual loss of a large part of the truths. Kater regularly participates in exhibitions in Brazil and abroad, in countries like France, USA, Belgium and Portugal.

Timo katz
Catalogue : 2006Whirr | Vidéo expérimentale | dv | couleur | 3:0 | Allemagne | 2006
Timo katz
Whirr
Vidéo expérimentale | dv | couleur | 3:0 | Allemagne | 2006

C'est de façon rythmée que se révèlent les variations que les habitants d'un lotissement ont apportées au modèle standardisé de leur maison. La caméra ouvre, sur l'organisation schématique des bâtiments, un espace de pluralité et de constante variabilité. Les transformations de la surface architecturale apparaissent par oscillations. Le concret danse - sur la piste de l'abstrait.


Timo Katz est né en 1977 à Siegen. De 1999 à 2006 il étudie la photographie et le design de films à l'Ecole Supérieure de Bielefeld et obtient son diplôme de designer en Février 2006. Il vit à Bielefeld et travaille sur des projets de films expérimentaux ainsi que sur des commandes.

Timo & Jan katz & fuchs
Catalogue : 2008die Welt | Installation vidéo | dv | couleur | 5:0 | Allemagne | 2008
Timo & Jan katz & fuchs
die Welt
Installation vidéo | dv | couleur | 5:0 | Allemagne | 2008

Le travail vidéo expérimental ?Die Welt? porte sur la perception spatio-temporelle dans notre expérience visuelle du monde. Notre perception est non seulement définie par la photographie, mais surtout par les règles de la perspective centrale. Celle-ci montre et explique le monde visible à travers une simplification schématique. Le travail présenté s?intéresse à l?utilisation élargie de la caméra comme prothèse d?observation pour la découverte et la reconnaissance du visible. La perspective centrale est ici éventrée et déstructurée. L?espace visuel, s?appuyant sur le panorama d?un paysage urbain, est transcrit en une multiperspective parallèle, que l?on atteint en séparant l?image de la caméra en tranches ordonnées à la verticale, et qui ressemble ainsi à la perspective de prise de vue d?un scanner. La pièce, envisagée à travers ce procédé de destructuration, subit un décalage autant spatial que temporel. Le montage, et seulement le montage, permet ainsi de rendre visible un Espace-Temps-Vision alterné. Il se pose la question de la signification, pour notre perspective visuelle, de l?élargissement technique croissant de notre outil d?observation, et de ses conséquences au présent et à l?avenir. Il souligne en outre notre tendance à nous appuyer de plus en plus sur des modèles de perception déjà construits.


Timo Katz est né en 1977 à Siegen. Il étudie le design photo- et filmographique à l?Ecole Supérieure de Bielefeld où il obtient son diplôme en 2006. Il travaille depuis 2002 dans le domaine des vidéos et films expérimentaux. Il vit et travaille actuellement à Leipzig. Il forme avec Jan Fuchs le groupe indépendant de recherches visuelles Katz&Fuchs. Jan Fuchs est né en 1976 à Hamburg. Il étudie le design photo-et filmographique à l?Ecole Bielefeld et obtient son diplôme en 2004. Il travaille depuis 2002 dans le domaine des vidéos et films expérimentaux. Il vit et travaille à Kassel. Il forme avec Timo Katz le groupe indépendant de recherches visuelles Katz&Fuchs.

Yuki kawamura
Catalogue : 2005Sekainoaté | Fiction | dv | couleur | 53:0 | France | 2005
Yuki kawamura
Sekainoaté
Fiction | dv | couleur | 53:0 | France | 2005

Haruto conduit au hasard sur les routes désertes d?Hokkaido et prend en stop un homme lapin qui lui offre un masque. Tetsu recherche la part de lui-même qu?il a perdue. Sona se désintéresse du mal-être de Tetsu. Miwa hésite à suivre l?homme lapin dans un monde qui lui est inconnu? Des lignes de vie encore incertaines qui se connectent et se déconnectent entre réel et imaginaire..


Yuki Kawamura est né à Kyoto au Japon. Après des études de cinéma, il réalise en 1999 son premier film NUMERO 2 qui est toujours distribué au Centre Georges Pompidou à Paris et au musée Hara à Tokyo. Il commence alors un véritable travail sur la lumière, le réel et l`imaginaire mais aussi sur les couleurs et l`image.

Naomi kawase
Catalogue : 2006Naissance et maternité | Documentaire | dv | couleur | 60:0 | Japon | 2005
Naomi kawase
Naissance et maternité
Documentaire | dv | couleur | 60:0 | Japon | 2005

Naissance et maternité Réalisatrice : Naomi Kawase Producteur : Sento Inc. Naomi Kawase 60? La cinéaste Naomi Kawase, devenue mère, poursuit dans ce nouveau film documentaire, son ?uvre personnelle d?interrogation du monde. En effet, le 24 avril 2004 à 10h40, naissait son fils Mitsouki. La naissance a eu lieu, de manière traditionnelle, sans médecin, avec la seule assistance d?une sage-femme, dans une vieille maison japonaise, sur un tatami. Naomi Kawase y était entourée des membres de sa famille. Quand le cordon ombilical a été coupé, Naomi a pris la caméra et enregistré ce moment hautement symbolique, de même qu?elle a filmé toutes les personnes qui l?ont affectueusement assistée. Depuis, Naomi Kawase vit et filme au jour le jour son fils et sa grand-mère de 90 ans dans leur vieille maison de Nara. Le film se développe sur deux dimensions : celle de l?enfant grandissant sous le regard attentif de sa mère et de son arrière grand-mère et celle de la propre enfance de Naomi Kawase racontée à la première personne.


George kazazis
Catalogue : 2005Mickey, Mickey where are you? | Art vidéo | dv | couleur | 3:25 | Grèce | 2004
George kazazis
Mickey, Mickey where are you?
Art vidéo | dv | couleur | 3:25 | Grèce | 2004

Nous sommes constamment inondés par des images de violence, et en même temps par des images de styles de vie. Le contraste est sans conteste énorme. Les sentiments variant, mais, de n?importe quelle manière nous les regardons, les deux genres existent avec tellement de vie qu?ils en sont indispensables. Le matin du 20 avril 1999, deux jeunes américains, Eric Harris, âgé de 15 ans et Dylan Klebal, âgé de 18 ans, vinrent à leur collège de Colombia dans la ville de Littletown aux Etats-Unis, emportant avec eux des armes à feu et des grenades à main. Ils tuèrent 14 de leurs camarades et un professeur. La plupart des victimes se trouvèrent dans la cafétéria de l?école. L?incident dans son ensemble fut enregistré par les caméras de sécurité de l?établissement. L?évènement est si important en lui-même qu?il a même éclipsé la lumière d?un symbole national. La vidéo commence avec Mickey et Minnie Mouse dans différentes poses, courant, virevoltant dans un nuage de couleurs vives. Est-ce que c?est une fête ou un bain de sang ? La musique qui vient de la chanson "My Cat Fell In The Well" (1983) par Manhattan Transfer les accompagne, néanmoins insouciant et à la fois persistant. La chanson raconte d?une manière douve une histoire dramatique d?un beau chat-star qui est tombé dans un puit et la détresse de son propriétaire quand il l?a retrouvé. Soudain, la musique s?arrête et la vidéo montre des visages d?enfants tués sans foi ni loi, les mêmes enfants qui croyaient en l?innocence de ce Mickey Mouse ou n?importe quel autre Mickey Mouse. Pour notre salut, ces images stoppent et Mickey réapparaît, la musique recommence. La fin ne nous concerne plus. Cela ne pourrait jamais nous arriver.


Georges Kazazis est né à Atlanta en 1958 où il travaille et vit. Il est allé enseigner à l?école des Beaux-Arts d?Athènes à partir de 1990. Il fut aussi membre du Project Sapce Athènes (un espace pour plusieurs artistes fondé en 2000-2001)

David kelley, patty chang
Catalogue : 2018Spiritual Myopia | Film expérimental | hdv | couleur | 15:0 | USA | 2018
David kelley , patty chang
Spiritual Myopia
Film expérimental | hdv | couleur | 15:0 | USA | 2018

Spiritual Myopia is a film dealing with the invisible labor and desire of the residents of the oil industry boom towns of Fort McMurray in the Canadian Tar Sands and the refining town of Port Arthur Texas. The two cities are terminal nodes of the proposed Keystone XL oil pipeline which would span the United States. Fort McMurray is the third largest oil deposit in the world. Its rapid pace of growth has meant a dearth of housing for its migrant workers. Port Arthur boasts the world’s largest concentration of oil refineries and its town center has nearly disintegrated from economic decline. These twin cities are related spatially as nodes in the same energy infrastructure, and temporally in their different stages of a boom or bust economy. Borrowing its title from Alfred Stieglitz’s photo Spiritual America, Spiritual Myopia speaks to the nearsightedness innate to hypercapitalism.

Spiritual Myopia is a collaboration between artists David Kelley and Patty Chang Patty Chang (Lives and works in Los Angeles, CA) Patty Chang is an artist working in performance, video, writing, and installation. Her work has a capacity to explore complex subjects nearly simultaneously, as does life. Her work has been exhibited nationwide and internationally at such institutions as the Museum of Modern Art, New York; Solomon R. Guggenheim Museum, New York; New Museum, New York; BAK, Basis voor actuele Kunst, Utrecht, the Netherlands; the Hammer Museum, Los Angeles; Fri Art Centre d’Art de Freibourg, Fribourg, Switzerland; Chinese Arts Centre, Manchester, England David Kelley (Lives in Los Angeles California, CA.) David Kelley’s work is a hybrid of experimental documentary and ethnographic practices that make use of imaginary, choreographic and performative strategies. His work has been shown in galleries throughout the world. Recently, he has had exhibitions at the Museum of Modern Art in New York, White Box in Portland Oregon, and Commonwealth and Council in Los Angeles. Other recent exhibitions include The Bank in Shanghai, New Art Center, the de Cordova Biennial in Boston, BAK in Utrecht, MAAP space in Brisbane Australia.

Jean-paul kelly
Catalogue : 2006The Lie in Wait | Vidéo expérimentale | dv | couleur | 30:56 | Canada | 2005
Jean-paul kelly
The Lie in Wait
Vidéo expérimentale | dv | couleur | 30:56 | Canada | 2005

"The Lie in Wait" comprend une composition digitale et un documentaire vidéo personnel formant et examinant des histoires familiales dont les épisodes sont liés. L´oeuvre contient des scénarios animés et des interviews avec les parents de l´artiste qui, combinés, presentent souvent des convergences entre mythologies issues des traditions vernaculaires d´histoires familiales et mythes transmis par des moyens cinématiques mieux reconnus. Beaucoup des anecdotes utilisées dans la narration de ces histoires utilisent la métaphore pour créer du sens et partager une histoire. Ces histoires sont là pour être racontées et répétées, observées et regardées à nouveau. Au cours du processus, la narration de ces contes prend un sens métaphorique. Entre chaque épisode de la vidéo, des métaphores visuelles et linguistiques se répètent et se révèlent être les symptômes des répressions des conteurs. Caché derrière ces symptômes, il y a souvent un traumatisme latent. Quand ces métaphores deviennent non identifiables dans "The Lie in Wait", grâce à l´effet conjugué de ces incursions dans la mémoires des conteurs et de l´étrangeté de l´animation, le traumatisme remonte à la surface et réapparaît.


Jean-Paul Kelly (né en 1977, Londres, Ontario, Canada) est un artiste basé à Toronto, Ontario, Canada. Il se concentre essentiellement sur des installations basées sur la vidéo, mais son travail comprend aussi du dessin, de la photographie et des moyens d´impression. Ses vidéos les plus récentes, "Give Up the Ghost" (2004) et "the Lie in Wait" (2005), intègrent un langage hybride de compositions digitales, animation, performance vidéo et documents vidéo personnels qui se penchent sur l´anticipation, l´anxiété et la disparitions des contes oraux. son oeuvre a déjà été exposée dans des festivals et galleries d´Amérique du Nord, d´Europe et du Japon.

Graham kelly
Catalogue : 2016Skull Island | Doc. expérimental | hdv | couleur et n&b | 18:7 | Royaume-Uni | Pays-Bas | 2016
Graham kelly
Skull Island
Doc. expérimental | hdv | couleur et n&b | 18:7 | Royaume-Uni | Pays-Bas | 2016

Skull Island is an ongoing series of video works, lectures and installations that use the fictional island from the various versions of King Kong as analogies for hypothetical image environments. Each island provides a means of manifesting and examining an introspective image space that reflects the sociopolitical contexts of its audience. The cultural and technological developments displayed within each version of the film define relative positions from which the viewer can question their current perceived surroundings. After being captured by a camera crew within this otherwise inaccessible territory, Kong escapes into the physical context to confront the audience with their internal fears and shared cultural constructs.

Graham Kelly (b. 1982, Ayr, Scotland) is an artist and writer based in Rotterdam and Brussels. Previous exhibitions, screenings and lectures include: Transmission Gallery (Glasgow), Intermedia (Glasgow), Generator Projects (Dundee), Kino der Kunst (Munich), TENT (Rotterdam), EYE Film Museum (Amsterdam) and the 2016 Moscow International Biennale for Young Art. He graduated from the Glasgow School of Art in 2009 with a Masters in Research and with a Masters in Fine Art in 2014 from the Piet Zwart Institute, Rotterdam. He was a resident at the Jan van Eyck Academy in Maastricht between 2015 and 2016 and is the recipient of the Mondriaan Fonds Werkbijdrage Jong Talent and Centrum Beeldende Kunst O&O subsidies and a Scottish Arts Council Creative and Professional Development Award.

Catalogue : 2017Hello Joe | Vidéo | hdv | couleur | 18:40 | Royaume-Uni | Pays-Bas | 2017
Graham kelly
Hello Joe
Vidéo | hdv | couleur | 18:40 | Royaume-Uni | Pays-Bas | 2017

Hello Joe was covertly produced overnight in a series of rented Airbnb accommodations. It is constructed entirely from elements found and filmed within a number of private homes that were accessed through the online service. Furnishings, ornaments and extracts from various personal book, CD and DVD collections act as a singular workable archive. The resulting film is comprised of a series of vignettes that examine the objects and media that we intimately live with and the ideologies that they preserve. Domestic spaces are merged together in this portrait of an emerging corporate territory within the declining value of privacy.

Graham Kelly is an artist, filmmaker and writer. His practice is situated in the interface between contemporary forms of image, the physical body and environment. By considering this interaction as an engulfing and continuous state or effect, his work seeks to expose and dissect power structures that are cast, distorted or enforced within it. His works have been screened and exhibited in a number of international contexts that include: Recontres Internationales, Kino der Kunst, Lo schermo dell’arte, EYE Filmmuseum, TENT, Transmission, Intermedia, Generator Projects and The Moscow Biennale for Young Art. He was a resident at the Jan van Eyck Academy in 2015/16.

Kevin kelly
Catalogue : 2017Some acts around rocks and stones. (Part 1) | Doc. expérimental | hdv | couleur et n&b | 16:2 | USA | 2017
Kevin kelly
Some acts around rocks and stones. (Part 1)
Doc. expérimental | hdv | couleur et n&b | 16:2 | USA | 2017

Marcel Duchamp talks about an absurd 'readymade'. An art dealer creates a discourse using the idea of the 'readymade'. An art historian talks about her long time relationship observing Robert Smithson's Spiral Jetty. These personal micro-histories around paradigm shifting artists offers hidden knowledge around the common art historical narrative. While the artist turns over the rocks of the Spiral Jetty, bringing back the experiential quality to an artwork that is mostly known through images.

Eva Rocco kenell
Catalogue : 2017Trail | Vidéo | hdv | couleur | 24:6 | Suède | 2015
Eva Rocco kenell
Trail
Vidéo | hdv | couleur | 24:6 | Suède | 2015

In this film about a falsified InterRail ticket, a chain of events and links arise which leads the filmmaker on a journey. Where fiction in a performative manner seems to materialize itself and create a piece of reality that seems to imitate fiction. The protagonist in the film is never to be seen, instead we follow her voice through staging and documents while the story is being mediated.

Eva Rocco Kenell (b. 1982 Växjö, Sweden) holds a BFA from Gerrit Rietveld Academy in Amsterdam and a MFA from Konstfack University of Arts and Craft, Stockholm where she graduated with the honorable Principal scholarship. Kenell’s artistic practice is based on a documentary ground, even though the intentions are rather to break down classical narratives and normative storytelling. Not only concepts surrounding fiction and reality are central, but also questions around which one of the two is creating the other. Kenell`s methodology consists of a research based practice with a focus on micro-histories, where she explores single events and where details in a story can become the new center and the place which the focus is transferred to. Kenell`s practice brings up notions concerning the role of the documentary, storytelling, concept of truth and imitation. And at the same time it opens up for questions around freedom of movement and counter-strategies.

Chris kennedy
Catalogue : 2010lay claim to an island | Doc. expérimental | 16mm | couleur et n&b | 12:0 | Canada | Tuvalu | 2009
Chris kennedy
lay claim to an island
Doc. expérimental | 16mm | couleur et n&b | 12:0 | Canada | Tuvalu | 2009

Texts from the 1969 American Indian Occupation of Alcatraz and letters from supporters propel an exploration of political yearning, emancipatory architecture and failed utopias. What does it mean to claim land that has more value as a symbol than as a potential home? And how does that symbol function beyond the boundaries of its geographic limits?

Chris Kennedy is an independent filmmaker, programmer and writer currently living in Toronto. He programmed for the Images Festival from 2003-06, Pleasure Dome from 2000-06 and co-founded the ongoing screening series Early Monthly Segments in 2009. His short experimental films have screened at over one hundred film festivals worldwide and he has presented film programs in Egypt, Belgium, Germany, the US and Canada. He holds an MFA from the San Francisco Art Institute.

Mark kent
Catalogue : 2016Hippopotamus | Fiction expérimentale | hdv | noir et blanc | 4:28 | Irlande | 2016
Mark kent
Hippopotamus
Fiction expérimentale | hdv | noir et blanc | 4:28 | Irlande | 2016

Hippopotamus synopsis A figure in a laboratory observers preserved specimens in jars Do they come to life? He begins to attend to the specimens The disks of a main frame computer begins to run He is now inside a container were many animals were housed many seem to be dead One animal a hippopotamus is still alive The figure plays and interacts with the hippopotamus in a pool among many dead fish The figure returns to the laboratory and his duty of attending the computers memory disks.

an irish artist graduated from uic with an MFA in studio art in 2012 resident at rijksakademie amsterdam 2001 2002

Djamel kerkar
Catalogue : 2013Arkhabil | Documentaire | hdv | noir et blanc | 12:45 | Algérie | Maroc | 2013
Djamel kerkar
Arkhabil
Documentaire | hdv | noir et blanc | 12:45 | Algérie | Maroc | 2013

Dans une usine de l?archipel des ruines modernes. Deux silhouettes. Masculine et féminine. Dure et soyeuse. Suspendues à leurs ombres. Contemplent le temps qui passe, et sacrifient leurs corps au travail. Fragments d?une journée à leurs côtés


Djamel Kerkar est né à Alger, en Algerie. Il a passé une partie de son enfance a Tunis, et a travaillé a Alger comme animateur et programmateur de cinéclub (Cinéclub chrysalide). Il est diplômé en tant que réalisateur de l?école des arts visuels de Marrakech au Maroc. Il réalise son premier travail en 2012, le court métrage documentaire « Archipel » suivi de « Earth Is Full Of Ghosts » une Fiction librement inspiré du malentendu d?Albert Camus. Il développe plusieurs projets en Algérie

Bouchra khalili
Catalogue : 2005Vue Panoramique | Doc. expérimental | dv | | 15:0 | Maroc | France | 2005
Bouchra khalili
Vue Panoramique
Doc. expérimental | dv | | 15:0 | Maroc | France | 2005

Vue Panoramique décrit un trajet circulaire entre deux rives de la Méditerranée. On y voit un aller-retour en bateau, le passage lancinant des embarcations, le va-et-vient des passants, et l?attente à proximité du port. On y voit surtout la présence obsédante et diffuse de "l?autre côté", où que l?on soit.


Née en 1975 à Casablanca, au Maroc, Bouchra Khalili vit et travaille à Paris, France. Elle est diplômée en cinéma de la "Sorbonne Nouvelle" et en art de l'Ecole Nationale Supérieure d'Arts de Paris-Cergy. Depuis 2000, elle produit des bandes vidéo et des installations. Son travail a fait l`objet de nombreuses présentations en France et à l'étranger lors d'expositions et de festivals.

Catalogue : 2006Vue aérienne | Vidéo expérimentale | dv | couleur | 10:0 | Maroc | France | 2006
Bouchra khalili
Vue aérienne
Vidéo expérimentale | dv | couleur | 10:0 | Maroc | France | 2006

Une déambulation aérienne au-dessus d`une grande ville indéterminée. On y voit un écran de télévision qui diffuse des images publicitaires dans l?espace public, une architecture fortement urbanisée, et un littoral occupé. Parallèlement, des voix échappés d?un film, évoquent des rendez-vous à prendre ou manqués, parlent du cinéma comme utopie, et discutent du « monde comme volonté et représentation ».


De nationalité Française et Marocaine, Bouchra Khalili est née à Casablanca en 1975, et a grandi à Paris, où elle vit et travaille. Ses vidéos ont été montrées dans de nombreux festivals, expositions, et biennales : New York Video Festival (Lincoln Center); New Arab Video (Caixa Forum of Art ,Barcelona) ; The Film-Laboratorio (Museum of Contemporary Art of Rome and Villa Médicis), The Biennale of The Moving Image (Genève, Switzerland), VideoBrasil (Sao Paulo, Brazil), Cinéma d`Avant-Garde (La Cinémathèque Française, Paris). En 2005, elle est lauréate du programme Bourse Louis Lumière ? Villa Médicis Hors Les Murs (Ministère des Affaires Etrangères). En 2006, plusieurs programmations spéciales lui sont consacrées : Fondation Caixa Forum of Art, Instituto Itau Cultural (Belo Horizonte, Brazil), and Palacio das Artes (Belem, Brazil. Parallèlement à son travail d?artiste, elle collabore à des publications de cinéma, et est co-programmatrice de La Cinémathèque de Tanger.

Catalogue : 2007Straight Stories - Part 1 | Doc. exp�rimental | dv | couleur | 10:6 | Maroc | 2006
Bouchra khalili
Straight Stories - Part 1
Doc. exp�rimental | dv | couleur | 10:6 | Maroc | 2006

Cette vidéo est la première partie d`un triptyque sur des expériences d`errance dans des zones frontalière , où géographies physiques et imaginaires sont rendues indiscernables.


Bouchra Khalili est une artiste franco-marocaine. Elle est née à Casablanca en 1975. Ses vidéos explorent l`espace méditerranéen, qu`elle envisage comme un territoire dédié au nomadisme et à une errance labyrinthique. Dans ses vidéos, elle explore les relations plastiques et conceptuelles qu?entretiennent géographies physiques, imaginaires, et mentales. Placé sous le signe du déplacement, son travail tente de perturber les limites entre cinéma et arts plastiques, fiction et documentaire, essai et expérimentation. Ses vidéos ont été montrées dans de nombreux festivals, expositions, et biennales. Bouchra Khalili a étudié le cinema à la Sorbonne Nouvelle et est diplômée de l?Ecole Nationale Supérieure d`Arts de Paris-Cergy.

Catalogue : 2008ANYA (Straight Stories - Part 2) | Doc. expérimental | dv | couleur | 11:30 | Maroc | France | 2008
Bouchra khalili
ANYA (Straight Stories - Part 2)
Doc. expérimental | dv | couleur | 11:30 | Maroc | France | 2008

Straight Stories est un projet vidéo en cours sur l?errance dans des zones frontalières, où géographie physique et imaginaire sont rendues indiscernables. Ce deuxième volet épouse une double trajectoire. D?un côté, un travelling labyrinthique de douze minutes qui sillonne ce Détroit de la rive Asiatique vers la rive Européenne d?Istanbul. De l?autre, le récit d?une jeune réfugiée Irakienne, qui témoigne de son expérience faite d?attente, et de nécessaires espoirs.


Bouchra Khalili Bouchra Khalili est une artiste Franco-Marocaine. Elle est née en 1975 à Casablanca. Ses vidéos explorent l`espace méditerranéen, qu`elle envisage comme un territoire dédié au nomadisme. Dans ses travaux, elle installe des fictions minimales induites par des déambulations, des errances invariables, des trajets labyrinthiques. Placé sous le signe du déplacement géographique et mental, son travail tente de perturber les limites entre cinéma et arts plastiques, fiction et documentaire, essai et expérimentation. Ses vidéos ont été montrées dans de nombreux festivals, expositions, et biennales : New York Video Festival (Lincoln Center); New Arab Video (Caixa Forum of Art ,Barcelona) ; The Film-Laboratorio (Museum of Contemporary Art of Rome et Villa Médicis), La Biennale de l?Image en Mouvement (Genève, Switzerland), La Force de l?Art (Galerie Nationale du Grand Palais, Paris), VideoBrasil (Sao Paulo, Brazil), Documentaire d`Avant-Garde (La Cinémathèque Française, Paris). En 2005, elle est lauréate du programme Bourse Louis Lumière ? Villa Médicis Hors Les Murs. En 2006, plusieurs programmations monographiques lui sont consacrées, notamment au Brésil : Palacio das Artes (Belo Horizonte) et à l?Instituto de Artes do Para, Bélem (Brésil). Parallèlement à son travail d?artiste, elle collabore à des publications de cinéma, et est la co-programmatrice de La Cinémathèque de Tanger. Elle a étudié le cinéma à la Sorbonne Nouvelle et les arts plastiques à l?Ecole Nationale Supérieure d?Arts de Paris-Cergy. Les vidéos de Bouchra Khalili sont distribuées par Heure Exquise! Distribution, et sont disponibles chez Ovni Archives-Centre de Culture Contemporaine (Barcelone).

Catalogue : 2009Mapping Journey #1 | Vidéo | dv | couleur | 4:50 | Maroc | 2008
Bouchra khalili
Mapping Journey #1
Vidéo | dv | couleur | 4:50 | Maroc | 2008

Initié en 2008, The Mapping Journey Project est une série de vidéos en cours qui visent à « cartographier » des voyages clandestins. 3 vidéos ont déjà été tournées à Marseille et Ramallah. Filmées en plan-séquence, ces vidéos s?attachent à la confrontation entre un trajet singulier et la normativité de la cartographie. Mapping Journey # 1 suit le trajet d?un jeune Algérien parti illégalement d?Annaba pour Marseille, en passant par la Sardaigne, Naples, Milan, Nice, et Paris. A Marseille, n?ayant d?autre choix pour survivre que de vendre des cigarettes de contrebande, il songe à s?engager dans la Légion Etrangère dans l?espoir de régulariser sa situation, ou de reprendre la route, mais cette fois-ci pour la Suède.


Bouchra Khalili est une artiste Franco-Marocaine, née à Casablanca au Maroc, en 1975. Elle vit et travaille à Paris. Elle a étudié le cinéma à la Sorbonne Nouvelle, et est diplômée de l?Ecole Nationale Supérieure d?Arts de Paris-Cergy. Son travail, essentiellement en vidéo - monobandes et installations - explore les trajets migratoires contemporains et les zones frontalières. En se confrontant à la géographie physique et à la normativité du tracé des frontières, le travail de Bouchra Khalili tente de perturber la cartographie traditionnelle en révélant la complexité des trajets migratoires contemporains, les représentations que ces trajets produisent, et les récits qui les accompagnent. Depuis 2002, son travail a été exposé dans de nombreuses institutions en France et à l?étranger, notamment au Centre Georges Pompidou (Paris), à La Fondation Caixa Forum et au CCCB (Barcelone), au Studio Museum (New York), au Musée National Reina Sofia (Madrid), parmi d?autres. Elle a également participé à plusieurs biennales et triennales, dont La Force de l?Art 01, triennale de l?art contemporain français (Galerie Nationale du Grand Palais), La Triennale de Guangzhou (Chine), La 2nde Biennale de Thessalonique (Grèce), et la Biennale de l?Image en Mouvement (Genève).

Bouchra khalili
Catalogue : 2009Mapping Journey #2 | Vidéo | dv | couleur | 3:0 | Maroc | 2008
Bouchra khalili
Mapping Journey #2
Vidéo | dv | couleur | 3:0 | Maroc | 2008


Abid Hossain khan
Catalogue : 201620 Continuous Shots Followed by Siddhartha | Vidéo | hdv | couleur et n&b | 20:0 | Bangladesh | 2016
Abid Hossain khan
20 Continuous Shots Followed by Siddhartha
Vidéo | hdv | couleur et n&b | 20:0 | Bangladesh | 2016

Twenty continuous shots linger over the slums of Dhaka, contrasting a young man`s search for moments of stillness and clarity with the megacity`s constant onslaught of sound and movement. The young man seeks peace on a series of bridges crossing an open sewer while the noises of modern urban life - from radio advertising to religious sermons - babble on without pause.

Abid is one of the most promising independent filmmaker from Bangladesh interested in making experimental films.

Jean-pierre khazem, misi park
Catalogue : 2009Dayfly | Fiction expérimentale | betaSP | couleur | 11:11 | France | Japon | 2007
Jean-pierre khazem , misi park
Dayfly
Fiction expérimentale | betaSP | couleur | 11:11 | France | Japon | 2007

In a modern city, a boy is locked up in his room for some time. He insulates himself more and more in his universe ? even speaks with him, hears voices. He creates his own imaginary world. He defies the imperceptible.

Day Fly is based on the hikikomori phenomenon What is Hikikomori ? Hikikomori, which literally means "pulling away, being confined" (i.e., "acute social withdrawal") is a Japanese term to refer to the phenomenon of reclusive adolescents and young adults who have chosen to withdraw from social life, often seeking extreme degrees of isolation and confinement due to various personal and social factors in their lives. The term "hikikomori" refers to both the sociological phenomenon in general and to individuals belonging to this societal group. In the film, the main actor wears a mask, which becomes a character in itself as he moves and plays with different perception. The mask is the means for a transference to occur between model and watcher. The speechless face, staring without emotion, becomes the face of a dweller of another world being watched in our own. such an eerie juxtaposition draws viewers in close to Khazem`s and Park `s silent innocents.

Bani khoshnoudi
Catalogue : 2006Tehran portraits | Vidéo expérimentale | dv | couleur | 8:0 | Iran | France | 2006
Bani khoshnoudi
Tehran portraits
Vidéo expérimentale | dv | couleur | 8:0 | Iran | France | 2006

TEHRAN PORTRAITS est un journal expérimental, une contemplation sur les détails de cette ville de 14 millions d'habitants. Malgré son image tourmentée, il ne se passe rien de spécial dans le quotidien de cette ville. Présentés en installation ou projetés les uns à la suite des autres, chacun des 5 segments de TEHRAN PORTRAITS offre au spectateur un regard, un aperçu des fissures et des cions de la ville immense. De la place de la Liberté au centres commerciaux huppés du nord de la ville en passant par les centaines de chantiers en cours, le spectateur voyage dans les sons et les images quotidiens de Téhéran, confrontant ainsi ses préjugés aux réalités de la capitale iranienne. En tant qu'installation, les films sont disposés en un pentagone dans lequel entre le spectateur, chaque écran diffusant en boucle un point de vue de la ville. Le lieu est silencieux mais des casques diffusent l'ambiance sonore enregistrée par le réalisateur. Sons, images peuvent être asociés à la guise du spectateur. TEHRAN PORTRAITS peut également être projeté en séquences successives, le son étant alors diffusé en même temps. La projection complète dure environ trente minutes.


Bani Khoshnoudi was born in Tehran. She studied photography and video in Texas and currently lives in Paris. While in the USA, she worked as a director and editor on numerous projects, including experimental short films and documentaries. In France she has worked as artistic director on a number of documentaries, like the "Other Iran" series produced by Article Z in 2002. In 2004 she directed "Transit", for which she received the Grand Jury Prize at the Angers European First Film Festival and which played at many festivals, including Rotterdam, Sao Paulo, and Brooklyn. She also produced and directed the documentary "Shirin Ebadi : a simple lawyer", for ARTE television in 2004. She is currently producing and directing her first feature length documentary film in Iran.

Mony khoury, lois winkler
Catalogue : 2005Mutilation | Film expérimental | dv | couleur | 2:0 | Syrie | Autriche | 2004
Mony khoury , lois winkler
Mutilation
Film expérimental | dv | couleur | 2:0 | Syrie | Autriche | 2004

Berlin/Charlottenburg Le jeudi 20 Mars, au lieu de boire mon café du matin, j'ai suivi à la télévision le début de la guerre en Irak en sautant d'une chaîne à l'autre. J'étais à la fois désemparée, impuissante et tétanisée. Les semaines qui ont suivi, j'étais tous les jours devant le téléviseur et je frottais mes pieds l'un contre l'autre jusqu'à les blesser. Comme une personne enchaînée qui ne se résout pas à sa situation, mais ne peut pas non plus la changer. Constamment à la recherche de nouvelles, j'alternais entre les informations en langue allemande, anglaise, française et arabe et je parcourais les journaux en ligne. Je voulais comprendre et me trouvais de nouveau dans cette envie(désir) d'avoir du nouveau, des retransmissions en direct, des discussions contradictoires. Il y avait tout simplement tout, livré à domicile. En tant qu'arabe vivant en Europe, on m'a souvent demandé ce qu'il en était de la situation au proche-orient. Surtout au début de la guerre. A chaque conversation téléphonique, cette question tenait lieu de salutation. Je sentais de la prudence ou coyais entendre de la pitié. Cetains me consolaient avec l'espoir d'un dénouement rapide. Ces attitudes étaient compréhensibles, mais le fait d'en parler continuellement était devenu une torture. Ces discussions récurrentes sur les effets et els conséquences de chaque nouvel événement et le sentiment de devoir en permanence me justifier me démolissaient. Et je me demande combien de temps cette sorte d'occupation va encore durer? Ou plutôt je pose des questions sur le réveil. "Comment te sens-tu?" me demandent-ils tous. Je réponds: "Comme ça!",


Née en 1965 à Damas, Syrie. Etudes à l'université de Damas et à l'université d'arts appliqués de Vienne. Peinture, graphisme, performance vidéo, photographie.

Sonia khurana
Catalogue : 2007Flower carrier | Vidéo expérimentale | dv | couleur | 5:30 | Inde | 2007
Sonia khurana
Flower carrier
Vidéo expérimentale | dv | couleur | 5:30 | Inde | 2007

Pour la performance "Flower Carrier", Sonia Khurana a pendant six ans parcouru des villes à travers le monde en tenant une fleur en plastique. Chaque lieu nous est révélé de façon à la fois visuelle et acoustique : par la cacophonie des bruits de la rue quand l'artiste évolue dans la petite ville de Modinagar, par les rues embouteillées de Delhi, par le village vallonné de Rajpur, par les métros bondés de Londres par la frontière Badarur jouxtant Delhi qui est touchée par des problèmes de [sous] développement. Le simple fait de marcher le regard rivé sur la tige d'une fleur [en plastique recyclé] devient bientôt une sorte de rituel personnalisé ; une étude du soi dans un univers urbain se transforme rapidement en une insurrection de ville turbulente?. Il n'y a pas de grande narration. La narration se fait ici dans et à travers l'action, presque comme une forme d'enquête psycho-visuelle.


S o n i a K h u r a n a abridged bio: Sonia Khurana?s studies in art include an M.A. in 1999 at the Royal College of Art, London, earllier art education in Delhi, a short course at the Film and Television institute in Pune, and in 2002, a 2-year Research residency at the Rijksakademie in Amsterdam. All of the above was pursued through sholarships and Awards, including the coveted INLAKS Award, in 1997. She now lives and works in New Delhi. « My art practice embraces areas in-between video, photography, elements of performance, text, drawing and installation. In my work I often makes psycho-sexual enquiries into two main areas of experience: interiority, or embodied experience, and the dynamics of identity. Recent body of work focuses on the poetics of inner experience mostly through performance-based videos that are often visually simple and understated Through deleberately poetic intimations, I strive to explore and re-define the space of the political. » During and beyond November 2007, Sonia?s works are currently showing at : ?Public places Private Spaces? - Newark Museum, ? Horn Please? - Kunstmuseum Bern, ? Tiger by the tail ? - Rose Museum, Boston, ?India-Art Now? Spazio Oberdan, Milan, Film Festival Roma, Rome, ?Performa 2007? ? Gallery Elga Wimmer, New York and ?Global Feminisms? - Davis Museum, Wellselly.