Catalogue > Liste par artiste
Parcourez la liste complète des artistes présentés dans le cadre des Rencontres Internationales depuis 2004. Utilisez le filtre alphabétique pour affiner vos recherches.  mise à jours en cours 
Megan fraser
Catalogue : 2007The Clearance | Documentaire | 16mm | couleur | 15:0 | Royaume-Uni | 2007
Megan fraser
The Clearance
Documentaire | 16mm | couleur | 15:0 | Royaume-Uni | 2007

"The Clearance" est un film 35mm tourné dans un musée médical à Londres. C'est un document sur la destruction, la dispersion et la numérisation de la collection de spécimens humains du musée. Le film se compose d'une série de plans liés par une esthétique minimaliste, sans ordre véritable, juste montrés "l'un après l'autre". Ce qui se passe à l'écran, la signification des choses et des actions représentées, imprègne la surface de l'image et flotte à travers le film. "The Clearance" est une sorte de document mais non un documentaire. Réalisé en réponse aux débats autour des lois régissant la collection de tissu humain, le film mélange les méthodes du documentaire d'observation avec une mise en scène théâtrale du sujet pour produire une méditation obsédante sur la notion de "chose", et sur les cadres légaux, sociaux et culturels qui influencent son statut.


Megan Fraser vit et travaille à Londres, Paris et New York. Elle est diplômée du Bard College de New York depuis 2007. Son travail a été montré dans divers lieux à travers le monde: Koelnischer Kunstverein, Koln, Oberhausen Film Festival, Allemagne, Rotterdam International Film Festival, Pays -Bas, The Walker Art Centre, Minneapolis et The Tramway, Glasgow.

Peter freund
Catalogue : 2007Time-Based Correction | Art vidéo | 16mm | noir et blanc | 5:45 | USA | 2007
Peter freund
Time-Based Correction
Art vidéo | 16mm | noir et blanc | 5:45 | USA | 2007

Marquant la fin de la "Peur Rouge" dans la mythologie américaine, les audiences McCarthy/Armée de 1954 occupent une place emblématique dans l'histoire, définissant la brillante et autosatisfaite coïncidence de deux pouvoirs: le libéralisme et la télévision. "Time-Based Correction" est une étude des gestes effectués dans la chorégraphie inconsciente de l'espace social pendant ces célèbres audiences télévisées.


Peter Freund est un artiste média, un universitaire et un éducateur basé dans les environs de la baie de San Francisco. Il travaille essentiellement sur la rhétorique et l'entrecroisement des médias. Il enseigne l'art des médias au Saint Mary's College de Moraga, en Californie.

Mauricio freyre
Catalogue : 2016SET OUT 1 | Fiction | 16mm | couleur | 2:14 | Pérou | Espagne | 2015
Mauricio freyre
SET OUT 1
Fiction | 16mm | couleur | 2:14 | Pérou | Espagne | 2015

When does the fiction of a film start? Where do characters go when the movie is over? A story made of fragments and discarded footage from a film shooting. The camera examines the landscape of the mise-en-scène, looking for meaning in the elements that make up the picture.

Mauricio Freyre is an artist and filmmaker, graduated from Architecture and Fine Arts, based in Madrid. He uses the film medium to explore structures and systems of thought behind the constructed and projected. His projects and films have been exhibited at Haus der Kulturen der Welt (Berlin), Fundación Telefonica (Lima), TENT Museum (Rotterdam), W139 (Amsterdam), Nederlands Film Festival (Utrecht), FIC (Valdivia), Sunset Cinema (Luxemburg), Filmmuseum (Amsterdam), etc. He is currently a visiting teacher at The Berlage (Delft), KABK Royal Academie of Art (The Hague) and ETSAM Universidad Politècnica (Madrid).

Catalogue : 2018Movimiento continuo | Doc. expérimental | hdv | couleur | 14:36 | Pérou | Espagne | 2018
Mauricio freyre
Movimiento continuo
Doc. expérimental | hdv | couleur | 14:36 | Pérou | Espagne | 2018

The history of an experimental housing project in Lima, conceived as an international competition, is the starting point of an exploration on the nature of transformation and hybridization in the context of the project of modernity in Perú. The unfinished housing complex designed in the late sixties gathered the architectural avant-garde of that time, incorporating notions of self-construction, metabolism and progressive growth to its architecture. Juxtaposing the briefing of the project, together with archival material of three sources, the film explores different sequences of formal procedures. Transfers, cuts and superpositions, in a sequence of permanent transformation, operate as transcriptions that explore various relations and configurations of the material, to displace a fixed point of view.

Mauricio Freyre (1976, Lima) is an artist and filmmaker, his projects revolve around structures and systems of ideas between the constructed and the projected, focusing on blind spots, dark areas, accidents and distortions, in the search of invisible narratives, metaphors, dimensions and forms of consciousness that were excluded and silenced. He is currently working on a project that studies the role of botanics, its agency within the colonial sciences, along with its role within the modern project in Peru; exploring the political and subversive dimension of the plant world in relation to a western epistemology. His films and installations have been part of different programs and exhibitions including FIC Valdivia, Haus der Kulturen der Welt, TENT Rotterdam, Unforseen Festival, Nederlands Film Festival, Film Museum Amsterdam, Fundación Telefonica.

Louis fried
Yariv friedman
Catalogue : 2005Cuba Libre | Documentaire | dv | couleur et n&b | 24:37 | Israel | Suisse | 2005
Yariv friedman
Cuba Libre
Documentaire | dv | couleur et n&b | 24:37 | Israel | Suisse | 2005

Ce court-métrage clandestin nous transporte au travers des tensions qui règnent entre la mémoire de l?icône locale Ernesto « Che Guevara et la réalité quotidienne à Santa Clara (Cuba), faite de dictature, de pauvreté et de prostitution. Ce documentaire regroupe des monologues de citoyens de Santa Clara. Au travers de leurs témoignages reflétant leur acceptation passive de la dictature, on voit pourtant transparaître par des gestes, des attitudes ce qui ne peut être dit. Puis la fluidité du film est entrecoupée par des images fixes du « Che », de façon à proposer au spectateur un voyage dans la mémoire, le présent et l?idéal.


Yariv Friedman est né en Israël en 1971. Il vit en suisse depuis 1999. Licencié en droit et en économie de l?Université de Tel-Aviv, il travaille actuellement à Genève dans le cadre d?un programme de compensation des victimes de l?holocauste. Il a étudié la direction d?acteurs à Paris. En septembre 2004, il a réalisé Dona Juanita (fiction, 15?) qui depuis sa courte existence a été chaleureusement accueilli dans plusieurs festivals (Cardiff, Haïfa, Pskov). Cuba Libre est son deuxième film. Actuellement, il travaille sur « la rivière » (long-métrage documentaire, mars 2005) et Ecclésiaste (long-métrage fiction, novembre 2005)

Verena friedrich
Catalogue : 2012Cellular Performance | Vidéo | dv | couleur | 9:0 | Allemagne | Australie | 2012
Verena friedrich
Cellular Performance
Vidéo | dv | couleur | 9:0 | Allemagne | Australie | 2012

?Cellular Performance? has been developing during residencies at ?SymbioticA ? Centre of Excellence in Biological Arts? in Perth, Australia and the ?Laboratory of Stem Cell Bioengineering? at the EPFL in Lausanne, Switzerland. Human skin cells have been maniulated to grow into predefined patterns and recorded via time-lapse imaging techniques. The cells are forming up to legible text fragments and disperse again over time?visualizing terms culled from the advertising language of care products industry. Verena will talk about the background of the project as well as her research and practical work in the field of ?cell patterning? and micro-engineering.

Verena Friedrich is an artist who develops concept-driven artworks in the form of installations, objects and robotics. Her work includes the use of electronics, digital and sculptural media as well as the use of biological material. Shown internationally, her work has for example been granted the International Media Art Award for Science and Art from ZKM Karlsruhe (Germany). Since 2009 she is developing her project ?Cellular Performance? in collaboration with several scientific partner institutions and funding bodies. Verena is currently based in Germany where she is working as a scientific research assistant at the Academy of Media Arts Cologne.

Fred froehlich
Catalogue : 2006Volume I | Vidéo expérimentale | 0 | couleur | 8:0 | Allemagne | 2005
Fred froehlich
Volume I
Vidéo expérimentale | 0 | couleur | 8:0 | Allemagne | 2005

A la base de l'animation informatique "VOLUME I" se trouve l' image d'archive d'un stock de 100000 photos commerciales. Le matériel brut de départ a été trié selon des critères formels comme la couleur, le contraste, la composition, et rassemblé en une animation d'images individuelles. Les changements d'image interviennent si rapidement que l'oeil ne peut pas suivre. La fréquence des changements d'image rappelle la vue de l'intérieur d'un train à grande vitesse, lorsque devant l'ordonnance du paysage formant décor des personnes, des arbres, des objets passent en une fraction de seconde pour diparaître aussitôt. Les images sont en fait la matière première de l'industrie publicitaire, qui les utilise pour des annonces et des brochures. Elles montrent le monde sous un angle idéalisé. Le contenu des images ont avant tout une charge positive et se distinguent par leur interchangeabilité sémantique. Les images relevant de tous les thèmes d'actualité importants ont été rassemblés afin de correspondre au caractère encyclopédique de ce travail. En amont du choix du matériel à inclure dans la réserve il y a eu une sélection en fonction de la pureté du contenu symbolique. VOLUME I crée une association avec des images de rêve. Une course folle à travers les images supposées être les dernières fait établir au récepteur une comparaison entre ce qu'il a vu ailleurs -consciemment ou inconsciemment- et le flot d'images. Le mouvement rapide de l'oeil est imité; les images bougent toutes seules. Les clichés cherchent leur contexte dans le monde des représentations du spectateur et s'émancipent ainsi du lien avec leur finalité originelle.


Fred Fröhlich, né en 1968 à Suhl (Thuringe), a étudié la photographie, a été élève de masterclasse et assistant à la Hochschule für Grafik und Buchkunst 'école supérieure de graphisme et des arts du livre) de Leipzig, il a effectué de nombreux séjours d'étude aux Etats-Unis, en Espagne, en Thaïlande, au Cambodge, en Russie et au Japon. Il a participé à des expositions collectives à l'étranger comme dans son propre pays et a réalisé des expositions individuelles et des projets liés aux médias dans l'espace public. Fred Fröhlich vit à Berlin.

Graciela fuentes
Catalogue : 2005Saida | Art vidéo | dv | couleur | 5:43 | Mexique | USA | 2005
Graciela fuentes
Saida
Art vidéo | dv | couleur | 5:43 | Mexique | USA | 2005

Saida est une petite fille de sept ans qui danse avec beaucoup de séduction pour la caméra placée devant elle. Elle n?a reçu aucune instruction quand la caméra fut placée. Le spectateur est confronté au regard très intense de Saida, mais en fait, elle est en train de regarder une image d?elle-même qu?elle a inventée sur l?écran de l?appareil. Elle est captivée par son image et n?interrompt son engagement avec elle-même que pour regarder momentanément les adultes autour d?elle ou pour se battre avec les autres filles essayant d?apparaître sur l?écran de la caméra. La pièce met l?accent sur elle et la relation entre ce regard et ce que le spectateur perçoit. Le reste de l?image est hors champ et reproduit sa propre isolation du contexte le temps qu?elle danse devant la caméra.


Graciela Fuentes est un artiste visuelle travaillant la vidéo, les installations et la photographie. Elle est née en 1975 à Monterrey, au Mexique. Elle vit et travaille à New York où elle participe en ce moment au Whitney Museum Independent Study Program. Elle est détentrice d?un MFA de l?université de New York et un BA en Studio Arts de UIW. Son travail a été présenté dans des expositions solos à New York, Mexico, au Portugal et à Puerto Rico. Elle a aussi pris part dans des expositions de groupe majeures à Mexico, New York, en Bolivie, à Paris, en Californie et à Taïwan. Son travail a été imprimé dans Art On Paper, The Village Voice, the New Yorker et Arte al Dia, parmi d?autres. Elle a reçu trois récompenses de la part du National Council for Culture and the Arts de Mexico et en 2005, le Visual Arts Grant de la Fondation Espagnole Marcelino Botin.

Fabienne fulcheri
Soren Thilo funder
Catalogue : 2014First Citizen (House of the Deaf Man) | Fiction expérimentale | hdv | couleur | 12:30 | Danemark | 2013
Soren Thilo funder
First Citizen (House of the Deaf Man)
Fiction expérimentale | hdv | couleur | 12:30 | Danemark | 2013

First Citizen (House of the Deaf Man) opens in a small room, where a therapist is in consultation with a young man. Through the use of hypnosis, the young man is experiencing a ma¬nipulation of his unconscious motivation. A feeling of debt is implanted in him through psycho-suggestion. First Citizen (House of the Deaf Man) proposes the idea that the indebt¬edness of the citizen is not only a causality of a flawed eco¬nomic system, but also the last relation that connects the citizen to a community. The only sure way to be part of any power relation is to enter the creditor/debtor relationship. Debt might hence be something that the citizen uncontiously desires - as the only means of experiencing community. First Citizen (House of the Deaf Man) paints an awry portrait of the indebted man with a little help from Goya’s painting ‘Duel with Cudgels’.

Soren Thilo Funder’s works are formal investigations of the power relations of modern day society. Through the use of conceptual visual strategies, cinematic narratives and mise en scène, the works aim to expose the precariousness of contemporary society using fiction to generate new potential spaces for political contemplations and counter-memory. Soren Thilo Funder has an MA from the Royal Danish Academy of Fine Arts and The School of Art and Architecture at the University of Illinois at Chicago. He has been an artist-in-residence at Künstlerhaus Bethanien in Berlin, SOMA in Mexico City, Townhouse Gallery in Cairo, Frankfurter Kunstverein in Frankfurt and Platform Garanti in Istanbul. He was represented at the 19th Biennale of Sydney, 1st Copenhagen Art Festival, eva International Biennial of Visual Art - “After The Future”, 12th Istanbul Biennial, 2nd International Moscow Biennial for Young Art, Manifesta 8 – Parallel Events and 6th International Liverpool Biennial.

Catalogue : 2015Anti-Optimistic Earthquake Scenario | Fiction expérimentale | hdv | couleur | 18:45 | Danemark | 2015
Soren Thilo funder
Anti-Optimistic Earthquake Scenario
Fiction expérimentale | hdv | couleur | 18:45 | Danemark | 2015

ANTI-OPTIMISTIC EARTHQUAKE SCENARIO 2015, HD Video, 18’45 During the 1755 Lisbon earthquake Voltaire and Ted Kaczynski meets in a cold war bunker outside Copenhagen to engage in reflections on the future of mankind in the face of disaster. Voltaire recites parts of his poem about the devastating earthquake that nearly completely destroyed Lisbon. With its tens of thousands of victims it became one of the deadliest in history and had a strong influence on the development of the philosophy of Enlightenment. Also known as the “Unabomber”, Ted Kaczynski conducted a series of terrorist attacks motivated by a fight against the disastrous effects of industrial society in the name of freedom and nature. He lived alone in a cabin in the Montana mountains without electricity for nearly 20 years. He now returns to his past in Mathematics working intensively on the theories of the Zeeman Disaster Machine, a small device build to visualize the unpredictable jumps of the Cusp Catastrophe, the sudden disturbance of a stable situation.

Soren Thilo Funder’s works are formal investigations of the power relations of modern day society. Through the use of conceptual visual strategies, cinematic narratives and mise en scène, the works aim to expose the precariousness of contemporary society using fiction to generate new potential spaces for political contemplations and counter-memory. Soren Thilo Funder has an MA from the Royal Danish Academy of Fine Arts and The School of Art and Architecture at the University of Illinois at Chicago. He has been an artist-in-residence at Künstlerhaus Bethanien in Berlin, SOMA in Mexico City, Townhouse Gallery in Cairo, Frankfurter Kunstverein in Frankfurt and Platform Garanti in Istanbul. He was represented at the 19th Biennale of Sydney, 1st Copenhagen Art Festival, eva International Biennial of Visual Art - “After The Future”, 12th Istanbul Biennial, 2nd International Moscow Biennial for Young Art, Manifesta 8 – Parallel Events and 6th International Liverpool Biennial. Upcoming shows include solo presentations at Museum of Contemporary Art Zagreb, Croatia and Overgaden – Institute for Contemporary Art, Copenhagen, Denmark, as well as an artist-in-residence project at ISCP in New York City.

Soren Thilo funder
Catalogue : 2009Friedlos (aka The Bandit Wolf-Man) | Fiction expérimentale | | couleur | 8:12 | Danemark | 2009
Soren Thilo funder
Friedlos (aka The Bandit Wolf-Man)
Fiction expérimentale | | couleur | 8:12 | Danemark | 2009

Friedlos (aka The Bandit Wolf-Man) HD DVCPRO Duration: 08:12 Synopsis: On the outskirts of the city, the townsfolk are gathered to expel the citizen and bandit Friedlos (aka The Bandit Wolf-Man). In a heathen display they perform the traditional heathen ritual of banishment. Finally Friedlos is tight to a horse, masked with a wolf?s head and send out of town. The banishment questions contemporary societies exclusion/inclusion relationship. The heathen aspect and the epic western soundtrack underlines this society?s regression towards rhetoric?s and ethics in comparison with those of the Wild West, witch hunts and tribal community fear. Friedlos (aka The Bandit Wolf-Man) is set in a world of no specific time generating a timescape that foresees the future as it dwells in the past.

Soren Thilo Funder is a visual artist, working mainly with audio-visual productions, based in Copenhagen, Denmark. He graduated at the Royal Danish Academy of Fine Arts in 2008. He has also studied at the The University of Illinois at Chicago ? Art and Architecture and The European Film College. He has exhibited in numerous International constellations in countries as Iran, Serbia, United States of America, Japan, Germany, Denmark, Iceland and Spain. His works has been presented in commercial galleries, at film festivals, museum exhibitions and in public space. He has been an artist-in-residency at Frankfurter Kunstverein in Frankfurt Am Main and Platform Garanti Contemporary Art Center in Istanbul.

Catalogue : 2010Red Tape (Don't go into Tarlabasi) | Art vidéo | | couleur | 7:9 | Danemark | Turquie | 2010
Soren Thilo funder
Red Tape (Don't go into Tarlabasi)
Art vidéo | | couleur | 7:9 | Danemark | Turquie | 2010

Red Tape (Don`t go down into Tarlabasi) Video - HD AppleProRes Duration: 7:09 min. 2010 Coming to Istanbul I was told immediately that I should not go down into Tarlabasi. The ghettoized area Tarlabasi is, apart from not being all that dangerous, also the next poor area to be gentrified. Red Tape takes it outset in the Japanese horror film Kairo and in the mix between documentary and horror fiction it aims to distort the image of ghettoization.

Soren Thilo Funder is a visual artist based in Copenhagen, Denmark. His works are audio-visual productions dealing with diverse cultural fields and integrating aspects of critical theory, literature, theater, cinema, Sci-Fi, Horror, political activism and other counter-cultural disciplines. The works are formal investigations of the power relations of modern day society. Through the use of cinematic narratives, choreography and mise en scène, the works strive to expose the precariousness of contemporary society and the broken link between politics and the political. The works use the fictional and extra-real to pose new questions and generate a new potential space , a third place, for political contemplations and counter-memory. Soren Thilo Funder has exhibited his works in international galleries, film festivals, museum exhibitions and public space exhibitions. He has been an artist-in-residency at Frankfurter Kunstverein in Frankfurt Am Main, Platform Garanti Contemporary Art Center in Istanbul and Townhouse Gallery in Cairo. He was furthermore represented at the 2nd International Moscow Biennial for Young Art, the 6th International Liverpool Biennial and Manifesta 8.

Catalogue : 2011Disastrous Dialogue | Vidéo | hdv | couleur | 10:0 | Danemark | 2011
Soren Thilo funder
Disastrous Dialogue
Vidéo | hdv | couleur | 10:0 | Danemark | 2011

Disastrous Dialogue focuses on the modern subject?s fixation on catastrophe images, here particularly the Hollywood-produced Catastrophe Cinema. Appropriating movie script dialogue from three major catastrophe movies, all written and directed by the German Director Roland Emmerich, Disastrous Dialogue sets out to challenge the mainstream viewpoint of disaster strategies. The script is translated into Arabic and performed by Egyptian actors, transforming the script through the voice of Hollywood cinema?s unrepresented. The film was shot immediately before the Egyptian Revolution and is dedicated to the actress Sally Zahran who perished during the brutal attacks on Egyptian demonstrators.

Soren Thilo Funder is a visual artist based in Copenhagen, Denmark. His works are audio-visual productions dealing with diverse cultural fields and integrating aspects of critical theory, literature, theater, cinema, Sci-Fi, Horror, political activism and other counter-cultural disciplines. The works are formal investigations of the power relations of modern day society. Through the use of cinematic narratives, choreography and mise en scène, the works strive to expose the precariousness of contemporary society and the broken link between politics and the political. The works use the fictional and extra-real to pose new questions and generate a new potential space, a third place, for political contemplations and counter-memory. Soren Thilo Funder has a MA from the Royal Danish Academy of Fine Arts. He has exhibited his works in international galleries, film festivals, museum exhibitions and public space exhibitions, in countries like Japan, USA, Iceland, Iran, Turkey, Russia, Vietnam, Bulgaria, Spain, Germany and Egypt. He has been an artist-in-residency at SOMA in Mexico City, Townhouse Gallery in Cairo, Frankfurter Kunstverein in Frankfurt am Main and Platform Garanti Contemporary Art Center in Istanbul. He was furthermore represented at the 12th Istanbul Biennial, VII Shiryaevo Biennale of Contemporary Art, 2nd International Moscow Biennial for Young Art, the 6th International Liverpool Biennial and Manifesta 8. In 2011 Soren Thilo Funder is currently artist-in-residence at Art Space SOMA in Mexico City.

Coco fusco
Catalogue : 2005A/K/A Mrs. George Gilbert | Doc. expérimental | dv | noir et blanc | 31:0 | USA | 2004
Coco fusco
A/K/A Mrs. George Gilbert
Doc. expérimental | dv | noir et blanc | 31:0 | USA | 2004

This hybrid video blends fictional and documentary source material in an imaginative re-creation of a crucial political moment in U.S. history. Co-scripted by Rick Moody (The Ice Storm), it tells the story of an FBI agent who confesses to his involvement in the nationwide search for Angela Davis, the famous radical philosopher and black activist who was on the FBI`s "Ten Most Wanted" list in 1970 and an underground fugitive for two months.

"Coco Fusco is a New York-based interdisciplinary artist and writer. She has performed, lectured, exhibited and curated around the world since 1988. She is the author of "English is Broken Here" (The New Press,1995), "The Bodies That Were Not Ours and Other Writings" (Routledge/inIVA, 2001) and the editor of "Corpus Delecti: Performance Art of the Americas" (Routledge, 1999) and "Only Skin Deep: Changing Visions of the American Self" (Abrams, 2003). Fusco is a recipient of a 2003 Herb Alpert Award in the Arts. Fusco`s performances and videos have been included in such events as The Whitney Biennial, Sydney Biennale, The Johannesburg Biennial, The Kwangju Biennale, The London International Theatre Festival, and the National Review of Live Art. Her 1993 documentary about her caged Amerindian performance with Guillermo Gómez-Peña, The Couple in the Cage, has been screened at over two hundred venues around the world. She recently curated a comprehensive exhibition on racial taxonomy in American photography for the International Center for Photography, Only Skin Deep: Changing Visions of the American Self, that is currently on tour. Her latest video, a/k/a Mrs. George Gilbert, was selected for the 2004 Shanghai Biennale and will screen at the Museum of Modern Art in 2005. Her video, Els Segadors, commissioned by the Museum Boijmans in Rotterdam in 2001 was featured in the ICP`s first Triennial in 2003. Her video installation, Dolores from 10 to 10, received an honorable mention from the 2003 Transmediale Festival in Berlin. Fusco`s writings have appeared in a wide variety of publications, including The Village Voice, The Los Angeles Times, Art in America, The Nation, Ms., Frieze, Third Text, and Nka: Journal of African Art, as well as a number of anthologies. She is the co-founder and co-moderator of Undercurrents, an on-line discussion about feminism, new technologies and globalization. Fusco is an associate professor in the Visual Arts Division of Columbia University`s School of the Arts." Courtesy Video data bank

Horacio g, longina
Catalogue : 2005OIDAR | Vidéo expérimentale | dv | couleur | 2:0 | Espagne | 2005
Horacio g , longina
OIDAR
Vidéo expérimentale | dv | couleur | 2:0 | Espagne | 2005

______

_____

Paul gabel
Catalogue : 2005I will always wait (It will never be) | Vidéo | dv | couleur | 8:56 | USA | 2005
Paul gabel
I will always wait (It will never be)
Vidéo | dv | couleur | 8:56 | USA | 2005

Un film qui parvient à saisir Wall Street en un point entre déconstruction (la Deutsche Bank enveloppée pour travaux), reconstruction (7 World Trade Center) et destruction (l'absence des tours jumelles). Les phrases "I will always wait" ("j'attendrai toujours") et "It will never be" ("cela n'arrivera jamais") rendent possibles une lamentation sur la journée tragique du 11 septembre, à un moment où ces indications physiques sont bouleversées par le progrès et le renouveau urbain.


Paul Gabel est né en 1976. Il vit et travaille à New-York. Dessinateur et vidéaste, il a également travaillé pour le Metropolitan Museum of Art, le Drawing Center et le Whitney Museum of American Art de New-York. Son travail explore les thèmes de la connaissance, la mémoire, la foi, l'autorité, la présence et l'absence. Sa vidéo, 'I will always wait, It will never be' trace la possibilité d'une complainte concernant l'état actuel de Ground Zero. Elle a été recemment montrée au 4è festival de courts métrages de Hull, a Royaume-Uni, et au festival de films de Luksuz en Slovénie.

Catalogue : 2006For Safekeeping (Scissions, Sutures and Naming) | Doc. expérimental | dv | couleur | 44:22 | USA | 2006
Paul gabel
For Safekeeping (Scissions, Sutures and Naming)
Doc. expérimental | dv | couleur | 44:22 | USA | 2006

Une collection d?images publiques est enregistrée au jour le jour pour attirer l?attention sur le fait que l?archiviste, l?acte d?archiver et les archives elles-mêmes s?affectent entre eux à travers les techniques et les pratiques qui développent et maintiennent le contenu archivé qui en résulte. En suspendant, au tout début de l?étude, la citation suivante de Jacques Derrida : « il n?y a pas d?archives sans un lieu, sans technique de répétition et sans une certaine extériorité. Il n?y a pas d?archives sans extérieur », commence une enquête sur les conditions grâce auxquelles l?archivage et les archives peuvent exister. Alors que la caméra se concentre sur des passants dans la rue et se concentre ensuite sur l?intérieur de la collection, on voit des archivistes chercher et choisir des images et des illustrations pour le catalogue et les séparer page par page de leur livre d?origine. Ces illustrations vont ensuite subir un certain nombre de procédures et vont être réorganisées, cataloguées et reclassées avant d?être finalement rangées pour pouvoir être feuilletées par le public. Alors qu?on déchire, recadre et écrit sur les illustrations au contenu astronautique, historique, archéologique et anthropologique vues sur l?enregistrement, le pouvoir historique du contenu est métaphoriquement réduit et retiré alors qu?il devient un objet transformé et assimilé dans la vaste histoire de la collection. Dans une scène qui nous montre les limites derrière les directives de la classification, le portrait d?un homme souriant est abandonné à la décision d?un archiviste de le classer dans la rubrique ?maladie? ou ?peau? puisque la photographie accentue le vitiligo du sujet. Dans la séquence finale, les images qui sont maintenant complètement intégrées dans la collection, subissent une nouvelle sélection dans les mains des patrons qui choisissent des images pour leurs propres objectifs. La boucle est bouclée lorsque l?on voit un patron quitter le bâtiment avec ses images et disparaître parmi les passants. Avec lui ne s?en va pas seulement une infime partie de la collection mais (comme la vidéo voulait l?enregistrer au départ) un testament d?actes performatifs mis en avant à travers des procédures, une partie vivante de la main de l?archiviste et une histoire vraiment unique.


Paul Gabel a obtenu un BFA (Bachelor of fine arts) pour son travail en dessin et gravure à l?université de Binghamton où il a étudié de 1994 à 1998. Pendant sa formation, Gabel a travaillé en tant qu?illustrateur au tribunal pour une chaîne de télévision locale à Binghamton et a couvert les affaires de meurtre Pennsylvania vs. Dr. Stephen Barry Scher en 1997 et New York vs. Giuseppe Cataldo en 1998. Gabel a ensuite travaillé pour le Metropolitan Museum of Art, The Drawing Center et the Whitney Museum of American Art. En 2001 il fut engagé afin d?aider à développer The New York Public Library Art Collection, et depuis 2005, The New York Public Library Picture Collection. Paul Gabel est né à Kingston en Pennsylvanie en 1976 et a été élevé à Binghamton dans l?état de New York. Il vit aujourd?hui dans la ville de New York. Les projets vidéo de Paul Gabel (qui ont étudié des thèmes concernant la connaissance, le souvenir, la foi, l?autorité, la présence et l?absence) s?est fait connaître à travers des publications, des expositions collectives et des festivals internationaux d?art vidéo. The Journal of Motion and Sound a sélectionné The Impossibility of Remaining (2003) pour leur première compilation sur DVD de 40 artistes internationaux. The Film-maker?s Cooperative, qui est la plus grande source d?archives de films indépendants et avant-gardistes du monde, détient les droits d?exploitation de The Impossibility of Remaining, de The Seen and the Unseen (2004) et de I will always wait, I twill never be, qui est la dernière vidéo de Gabel tournée en 2005 et qui parle de la possibilité de faire son deuil par rapport à l?état dans lequel était Ground Zero à l?époque. Gabel continue de chercher de nouveaux endroits susceptibles d?accueillir ces projets et sa dernière étude vidéo For Safekeeping (Scissions, Sutures and Naming). For Safekeeping est un documentaire expérimental qui enregistre jour après jour les procédures qui se cachent derrière des archives d?images pour proposer un point de vue sur la formation, la mise en ordre et la prolongation de l?origine, de l?histoire et de l?autorité. Après avoir été projeté pour la première fois à la Bibliothèque Nationale du Québec en Septembre 2006, la vidéo de Gabel, I will always wait (It will never be) est présentée actuellement au PULSAR CARACAS 2006, Encuentro Internacional de Multimedia, du 1er Octobre au 18 Novembre. Une sélection du travail de Gabel peut être consultée en ligne à l?adresse suivante : www.paulgabel.com

Leo gabin
Catalogue : 2018No panic baby | Vidéo | hdv | couleur | 31:30 | Belgique | 2017
Leo gabin
No panic baby
Vidéo | hdv | couleur | 31:30 | Belgique | 2017

Une voix myste?rieuse et sussurante tente de re?conforter des esprits anxieux alors que le ciel est envahit de faux objets. Le personnage fe?minin ressemble à un agresseur scolaire type, mais avec les lèvres et les sourcils de Kylie Jenner. Un paysage ame?ricain peuple? de casinos en voie de faire faillite et les quartiers environnants sont de?serts. Chagrins d'amour et casquettes de baseball en feu. Un avion tient tout seul au milieu du ciel alors qu'une personne nous dit «Ne croyez pas ce que vous pensez» ... NO PANIC BABY, par le trio d'artistes Leo Gabin, e?voque une histoire d'amour baignant dans une ambiance d'extrême paranoïa et d'anxie?te?. Le film capture le sens inhe?rent à l'irre?el, comme l'emblème d'une e?poque qui prend alors son dernier souffle.


Leo Gabin est un trio d'artistes belges qui ont travaille? ensemble depuis 2000. Leur pratique artistique inclut à la fois la peinture, l'installation, la sculpture et le film. Ils tirent leur inspiration de la prolife?ration de contenu ge?ne?re? par les utilisateurs d'internet, ainsi que l'espace de rencontre encore inde?fini entre la sphère publique et personnelle. Les oeuvres des Leo Gabin ont e?te? pre?sente?es au museum Dhondt-Dhaenens (Deurle), au Schirn Kunsthalle (Frankfurt), à White Cube (London), au Museum M Woods (Beijing), au CPH:DOX (selected New:Vision award), au Nowe Horyzonty (selected Grand Prix), au IFFR (Critics' Choice), au Torino Film Festival et au CineMarfa, entre autres.

Gints gabrans
Catalogue : 2005Starix | Doc. expérimental | betaSP | couleur | 26:0 | Lettonie | 2004
Gints gabrans
Starix
Doc. expérimental | betaSP | couleur | 26:0 | Lettonie | 2004

"En transformant un vagabond de la gare de Riga en star des médias, Gabrans a révélé les mécanismes inhérents aux stratégies des médias. Pour ce projet, Gabrans a fondé l'agence de publicité Néostar. Le mot "Starix" renvoit à la fois à l'anglais "Star" avec la culture populaire qui s'y rattache, et au terme russe signifiant "vieil homme". Dans ce cas précis, le vieil homme est un sans domicile fixe mais, dans un contexte de projet artistique, peut devenir une star." source : kiasma


Catalogue : 2007PARAHYPNOSIS | Vidéo expérimentale | dv | couleur | 6:0 | Lettonie | 2007
Gints gabrans
PARAHYPNOSIS
Vidéo expérimentale | dv | couleur | 6:0 | Lettonie | 2007

Cette vidéo montre une séance d?hypnose collective à la pleine lune. Au cours de la séance, l?hypnotiseur explique que la lumière du jour perce et qu?une manipulation permet de transformer la nuit en jour artificiel. Quand les gens hypnotisés se réveillent, ils ont réellement l?impression de voir la lumière du jour. Le spectateur peut choisir de suivre les transformations de l?espace et de la perception, ou de participer à cet événement imaginaire


Gints Gabrans est né en 1970. Il vit et travaille à Riga, en Lettonie. Son travail a été exposé au Musée d?art contemporain de Tallinn, au Baltic Art Center, à Stockholm, aux Rencontres internationales Paris/Berlin, à la Wolksbuhne, Berlin, à la 26ème Biennale de Sao Paulo, au Musée d?art contemporain Kiasma à Helsinki, au Musée d?art contemporain de Zagreb en Croatie, au Ludwig Museum de Budapest, à la Hamburger Bahnhoff, Berlin, au Moderna Museet, Stockholm, et lors de la 8ème triennale d?art baltique, au centre d?art contemporain de Vilnius (Lituanie).

Tonci gacina
Catalogue : 200922:22 Split-Zagreb | Vidéo | dv | couleur | 4:8 | Croatie | 2008
Tonci gacina
22:22 Split-Zagreb
Vidéo | dv | couleur | 4:8 | Croatie | 2008

Sur le côté Est de la station de chemin de fer dans la ville de Split, juste à côté des voies de chemin de fer, les gens vivent dans les maisons construites jadis pour le personnel de la gare. Ce court documentaire les suit dans un moment bref, qui condense toute leur vie.


Tonći Gaćina was born in Split in 1983. In 2007 he turned into the Academy of Fine Arts in Split, at the Film and Video department. He is currently working in visual arts and film. Since 2006 he made a couple of experimental films, and "22:22 Split - Zagreb" is his first documentary.

Kevin gaffney
Catalogue : 2015The mirror is dark and inky | Vidéo | hdv | couleur | 5:38 | Irlande | Iran | 2015
Kevin gaffney
The mirror is dark and inky
Vidéo | hdv | couleur | 5:38 | Irlande | Iran | 2015

`The mirror is dark and inky` is comprised of images of daily life in Iran- driving through the city in the afternoon, playing board games with friends- alongside the narration of a neighbour concerned about a whale living in a bath in her apartment building. As the film progresses, we leave the city behind and move into the forest in northern Iran, where the narration turns inwards to a “feeling that does not come from my brain, it more erupts and descends like a fog, barely perceptible until it is enveloping, with a similar cold, dewy feeling.” The whale is the mirror and the mirror is dark and inky. Filmed on location in Tehran and northern Iran, two participants narrate the film and perform the roles.

Kevin Gaffney is a visual artist working in film and photography, living and working in Dublin. He graduated from the Royal College of Art`s MA Photography & Moving Image in 2011, and received an Honorary Mention from the Startpoint Prize for Emerging Artists. He was awarded a Sky Academy Arts Scholarship for the development of a new body of work (2015); was an UNESCO-Aschberg laureate artist in residence at the National Museum of Modern and Contemporary Art’s Changdong Residency in South Korea (2014); and received a Film Project Award from the Arts Council of Ireland for the creation of a new film while artist in residence at the Taipei Artist Village, Taiwan (2014). His work is part of the Irish Museum of Modern Art`s collection and has been shown in exhibitions and film festivals internationally, including: Out There, Thataway at CCA Derry~Londonderry (2015); the Alchemy Film & Moving Image Festival (Scotland, 2015); We at Catalyst Arts (Belfast, 2012); Abandon Normal Devices at Cornerhouse (Manchester, 2012); and solo exhibitions at the Contemporary Art Institute CAI02 (as part of the Sapporo International Art Festival, Japan, 2014); the Galway Arts Centre (2013); and RUA RED South Dublin Arts Centre (2011).

Aslan gaisumov
Catalogue : 2016People of No Consequence | Vidéo | 4k | couleur | 8:34 | Russie | 2016
Aslan gaisumov
People of No Consequence
Vidéo | 4k | couleur | 8:34 | Russie | 2016

Aslan Gaisumov développe une œuvre qui se nourrit de mémoire personnelle et collective, mais les transforme et les transcende aussi. Son travail se situe entre l’immédiateté visuelle et le commentaire social, entre le momentané et le monumental. Si elle se compose surtout de vidéo et d’installations incluant des objets trouvés ou confectionnés spécifiquement pour la pièce, Gaisumov expose parfois des photographies et des œuvres sur papier aussi. People of No Consequence est le titre que Gaisumov a choisi pour cette installation vidéo : un plan séquence de la première rencontre d’un groupe de personnes âgées qui ont toutes vécu la déportation de la totalité du peuple tchétchène vers l’Asie centrale en 1944, il y a 72 ans. Il réutilise le titre pour sa constellation de trois œuvres récentes, incluant la vidéo Volga (2015) et l’œuvre tridimensionnelle Household (2016).


Aslan Gaisumov :son parcours relève presque du miracle : aujourd’hui âgé de 25 ans, l’artiste a grandi dans le nord du Caucase tchétchène, région marquée par la guerre civile et le terrorisme, et vécu sept ans dans un camp de réfugiés avec sa famille. A travers ses oeuvres marquantes, Aslan Gaisumov trouve le moyen de traiter son traumatisme et d’attirer l’attention sur la situation en Tchétchénie.

Catalogue : 2016Volga | Vidéo | 4k | couleur | 4:11 | Russie | 2015
Aslan gaisumov
Volga
Vidéo | 4k | couleur | 4:11 | Russie | 2015

Dans cette vidéo faisant preuve d’une simplicité des plus efficaces, l’artiste de 24 ans Aslan Gaisumov nous plonge dans le conflit tragique auquel est confrontée sa Tchétchénie natale. Ce document, en partie autobiographique, montre comment les familles tentent de fuir le pays en s’entassant par douzaines dans de minuscules voitures. Le langage intuitif et poétique de Gaisumov vise à signifier les conséquences de la guerre, associées à la perte des traditions et des repères d’identité. Lorsque la survie devient une nécessité, les constructions fragiles comme le langage, les contes de fée et les symboles disparaissent. La mémoire et les histoires familiales se font rares et sont la plupart du temps perdues à jamais. Mais ceux qui parviennent à fuir, tel Gaisumov, représentent une nouvelle génération. On observe alors un nouveau leitmotiv, où le passé et le présent s’entremêlent pour créer de nouveaux symboles et métaphores perpétuant la continuité d’un peuple.


Aslan Gaisumov son parcours relève presque du miracle : aujourd`hui âgé de 25 ans, l`artiste a grandi dans le nord du Caucase tchétchène, région marquée par la guerre civile et le terrorisme, et vécu sept ans dans un camp de réfugiés avec sa famille. A travers ses oeuvres marquantes, Aslan Gaisumov trouve le moyen de traiter son traumatisme et d`attirer l`attention sur la situation en Tchétchénie.

Fernando galan
Rafael gallar
Catalogue : 2006Infinitos monos | Vidéo expérimentale | dv | couleur | 6:0 | Espagne | 2006
Rafael gallar
Infinitos monos
Vidéo expérimentale | dv | couleur | 6:0 | Espagne | 2006

?Infinitos Monos? est une interprétation plastique du Paradoxe du singe savant qui affirme qu?un singe qui taperait sur les touches d?un clavier au hasard finirait presque sûrement par écrire tous les livres qui se trouvent à la bibliothèque nationale de France. Ce théorème montre qu?il est extrêmement improbable que cela arrive, ceci étant il serait encore plus improbable que les lois de la statistiques soient déjouées.


Rafael Gallar est né à Alicante en 1969. Il a commencé en tant que photographe industriel à Alicante, une profession qu?il a exercée pendant quatre ans. En 1998, il a déménagé à Madrid pour travailler en tant qu?assistant pour plusieurs photographes. Trois ans plus tard il commença à collaborer avec plusieurs magazines en tant que photographe free lance et réalisa des campagnes de publicité. Il a exposé ses photos au Photoespaña-02, et au festival BAC-03 au CCCB. Il a commencé à travailler avec la vidéo en 2004 et a exposé deux pièces la même année au FEM-04. il a exposé ?Infinities Monkeys? au FEM-05 et ?I?d Prefer to Borrow Someone Else?s Interpretation? au FEM-06.