Catalogue > Liste par artiste
Parcourez la liste complète des artistes présentés dans le cadre des Rencontres Internationales depuis 2004. Utilisez le filtre alphabétique pour affiner vos recherches.  mise à jours en cours 
Daya cahen
Catalogue : 2007The Stalin that was played by me | Film expérimental | dv | couleur et n&b | 15:17 | Pays-Bas | 2006
Daya cahen
The Stalin that was played by me
Film expérimental | dv | couleur et n&b | 15:17 | Pays-Bas | 2006

Un extrait d'un film de propagande Russe, une télé en arrière plan, et des photos de famille ? c'est tout ce dont nous avons besoin pour une rencontre intrigante avec Yevgeni Jugashvili, le petit fils et portrait craché de Joseph Stalin. Yevgeni Jugashvili adore l'Homme de Fer, mais celui-ci n'a jamais voulu le rencontrer et a pitié sans sacrifié son propre fils, le père de Jugashvili, dans la deuxième guerre mondiale. Manipulation, propagande et pression sociale ont tissé une toile d'histoires qui ont effacé la personnalité de Yevgeni. Pourtant, la réalisatrice prend le risque de se laisser emporter par son enthousiasme. Pour les besoins du film, elle a dissimulé ses origines juives. Plus qu'un aperçu de la vie du petit fils de Staline, ce film traite de la manipulation et du fait d'être manipulé et du rapport entre l'individu et des questions existentielles.


Daya Cahen est née à Amsterdam (Pays-Bas) Entre 2002 et 2006 elle a étudié la photographie à la Gerrit Rietveld Academy d'Amsterdam. Elle a participé à de nombreux festivals dont le International Short Film Festival Oberhausen (Allemagne), le Berlin International Film Festival (Allemagne), le Borderline Moving Images, Pékin (Chine), le Dokufest, Prizren, (Kosovo), le IDFA, International Documentary Filmfestival Amsterdam (Pays-Bas). Elle a également participé à diverses expositions dont Doublespeak. (exposition individuelle), outLINE, Amsterdam, (Pays-Bas), Distorted Fabric, De Appel, Institute for Contemporary Art, Amsterdam (Pays-Bas) , Distorted Fabric, Platform Garanti Contemporary Art Center, Istanbul (Turquie) et le Intothepill at Her(his)tory, Museum of Cycladic Art, Athènes (Grèce) .

Catalogue : 2008Nashi | Art vidéo | betaSP | couleur | 26:14 | Pays-Bas | 2008
Daya cahen
Nashi
Art vidéo | betaSP | couleur | 26:14 | Pays-Bas | 2008

Dix mille garçons et les filles russes sont en train de se préparer à un avenir héroïque dans le camp d'été de « Nashi », le mouvement de la jeunesse en pleine expansion de Vladimir Putin. Ils sont la future élite de la Russie. Ils feront de la Russie le leader mondial du XXIe siècle. Chaque matin, cinq mille filles font de l?exercice, tandis que les cinq mille garçons vont courir. Les jolies filles sont encouragées à se laisser embrasser, l'alcool est interdit. Des bannières rouges et des haut-parleurs accrochés aux tentes igloo dans les bois, les enfants disent à ces enfants ce que sera leur avenir. Unique étrangère, Daya Cahen a été autorisée à planter sa tente dans le camp d?été de Nashi pendant une semaine. En tournant avec deux caméras, elle révèle, au moyen d?une projection sur double-écran, sa fascination pour la complexité de la manipulation politique et de l?endoctrinement. Dans « Nashi » (ou « Ours »), Cahen met l?accent sur la relation directe entre la propagande et le large public.


Cahen vit et travaille à Amsterdam. Elle a étudié au Département de Photographie de l?Académie Gerrit Rietveld d?Amsterdam (Pays-Bas). Elle travaille essentiellement avec la photographie et la vidéo. En 2006, elle a obtenu son diplôme avec le court-métrage « The Stalin that was played by me », qui traite de sa visite auprès du petit-fils de Staline. Ce court-métrage a été projeté dans différents festivals internationaux et institutions artistiques ainsi qu?aux Rencontres Internationales Paris / Berlin / Madrid en 2007/2008. Avec « Nashi » (2008), ?uvre qui traite du mouvement de la jeunesse de Vladimir Putin, Cahen suit sa stratégie artistique de rendre visite aux gens endoctrinés et manipulés qu?elle a rencontrés dans les médias, et de les saisir dans leur propre environnement. « Nashi », tout comme « Staline », révèle la fascination de Cahen envers la complexité de la manipulation politique et de l?endoctrinement. Elle étudie l?usage du langage visuel de la propagande et les mécanismes sous-jacents de la représentation politique des icônes et des symboles du pouvoir.

Catalogue : 2010Birth of a Nation | Vidéo expérimentale | | couleur | 10:54 | Pays-Bas | 2010
Daya cahen
Birth of a Nation
Vidéo expérimentale | | couleur | 10:54 | Pays-Bas | 2010

Fascinated by mass psychology and indoctrination, Dutch artist Daya Cahen has been making work in Russia for years now. In 2006, she went looking for Stalin`s grandson in The Stalin that Was Played by Me, and in 2008 she got the rare opportunity to film in a summer camp of Putin`s youth movement for the film Nashi. This time around, Cahen goes to Cadet School Number 9, a unique military academy in Mosow, where girls age 11-17 learn how to become the ideal Russian patriot and the ideal Russian woman. She does not interview anyone, but tells the story by placing as many as six different images on the screen at the same time. We see girls doing their hair, cooking, ironing, marching and learning to use weapons. The footage reveals various aspects of their personalities while simultaneously posing the question of how all those aspects can be seen independently of one another. While they sing the praises of the great Russian nation, we cannot help but notice the contrast between military indoctrination and youthful innocence. Does patriotism require us to renounce any form of independent thought and action? Do these girls really know what they are doing, and is that even possible at their age?

Daya Cahen was born in Amsterdam (The Netherlands). She makes photographs, videos and video installations. She studied photography at the Gerrit Rietveld Academy in Amsterdam (2002-2006) and was selected in 2009 as one of the 4 most promising recent graduates to have the opportunity to present her work at ?Rietveld Arsenale? that was held during the Venice Biennale. Cahen?s work revolves around propaganda, indoctrination and and the manipulative powers of the media. She investigates the representation of political icons, symbols of power and the role of the masses versus the individual. In her work she links the political with the everyday and personal, combines archive material with contemporary images and blurrs the border between fact and fiction. Her work was shown at the Moscow MoMa, The Hague Photomuseum (The Hague), De Appel Arts Centre (Amsterdam), Wiels Contemporary Art Centre (Brussels), Platform Garanti (Istanbul), Institut Néerlandais (Paris), Rencontres Internationales (2006/2008), Short Film Festival Oberhausen (2006/2008) and was nominated for a Golden Bear (short film) at the Berlin International Film Festival in 2007.

Daya cahen
Catalogue : 2012We lived our ordinary lives | Doc. expérimental | hdv | couleur | 19:0 | Pays-Bas | 2012
Daya cahen
We lived our ordinary lives
Doc. expérimental | hdv | couleur | 19:0 | Pays-Bas | 2012

How does one transform during wartime? In WE LIVED OUR ORDINARY LIVES excerpts from guilty pleas from the International Criminal Tribunal for the former Yugoslavia are combined with childhood memories of the siege of Sarajevo. By asking a moslim girl that lived through the war, now in her early 20s, the same questions about her sense of belonging before, during and after the war, the film shows the transformation people go through during wartime. Without ever mentioning the actual context, the story becomes timeless and universal. In 2012 it is exactly 20 years ago the siege of Sarajevo began.

Daya Cahen studied photography at the Gerrit Rietveld Academy in Amsterdam. Her THE STALIN THAT WAS PLAYED BY ME was her film directing debut.

Guillaume cailleau
Catalogue : 2012Lucile's Ghosts on Atlas Top, Bruxelles | Film expérimental | 16mm | noir et blanc | 2:30 | France | Belgique | 0
Guillaume cailleau
Lucile's Ghosts on Atlas Top, Bruxelles
Film expérimental | 16mm | noir et blanc | 2:30 | France | Belgique | 0

Born in France 1978, Guillaume Cailleau is a media Artist based in Berlin. His works range from 16mm film and HD video to multimedia installations and performance. He is interested in researching common everyday processes and occurrences, trying to expose details that tend to be overlooked, but can be very revealing if isolated and transposed into another context, that of a gallery, a museum or a theatre. Guillaume Cailleau is an active member of the collective LaborBerlin, devoted to preserving and developing the creative possibilities of the celluloid film format and DIY processing. He is an active member of Hanna?s Atelier for Sonorous Arts Ljubljana (Slovenia), which is an institution promoting and researching sound based art forms. He also cooperates with several choreographers and performers, creating video for the stage. Guillaume Cailleau`s latest works include: Wer A sagt, muss auch B sagen, an intervention at the Forum Expanded (Berlin International Film Festival 2010) ; H(i)J, 16mm experimental film (featured at the New York Film Festival Views from the Avant-Garde 2009, International Film Festival Rotterdam 2010, International Short Film Festival Oberhausen 2010) ; Through, 16mm loop installation, shown among others at the Forum Expanded at Berlin International Film Festival 2009 and Stillmotion 08 at Contact Photography Festival Toronto 2008, BlitzKrieg, short film, featured at the International Short Film Festival Oberhausen 2008.

Maite cajaraville
Catalogue : 2006Cyborgs, Hombres y Drag Queens | Vidéo expérimentale | dv | couleur | 13:0 | Espagne | 2007
Maite cajaraville
Cyborgs, Hombres y Drag Queens
Vidéo expérimentale | dv | couleur | 13:0 | Espagne | 2007

Jouant sur les habits, le maquillage et l'attitude, Maite Cajaraville produit dans cette performance vidéo une sorte de mascarade de l'ère virtuelle. Comparant le titre, "Cyborgs, Hombres y Drag Queens", et la vidéo, son déroulement, il est possible d'établir une ambiguïté ironique entre les rôle et leur présentation. Tout d'abord, l'auteur se travestie, elle prend la voix d'un homme et monologue sur les corps et les communautés du cyberespace. Son attitude est celle d'un informaticien, d'un dirigeant ou d'un technocrate numérique, un "cyborg". Puis, elle entame un réquisitoire à charge contre un personnage de la culture cyberpunk, un "hombre" (homme) qui expose un point de vue féministe sur le monde cybernétique. Enfin, le troisième personnage, une "Drag Queen" s'attarde sur l'érotisme des simulations virtuelles.


Née en 1967 à Badajoz en Espagne, Maite Cajaraville a obtenu un M.F.A. en Théorie et Pratique de l'Art Contemporain de l' Universidad Complutense de Madrid. Elle est aussi diplômée en Informatique et a complétée sa formation multidisciplinaire à l'Ecole Supérieure des Arts Visuels à Francfort sous la direction de Peter Weibel et de Thomas Bayrle. Elle a participé à divers concours, expositions et festivals en Espagne et en Europe. Son travail s'organise autour de la vidéo et d'?uvres interactives. Elle est co-fondatrice et coordinatrice de la plate-forme artistique "coneXión.madrid", une initiative pionnière créée en 1996 pour la diffusion par Internet de la culture digitale, ainsi que fondatrice et responsable de Peninsulares Vídeo, un annuaire, accessible enligne, d'?uvres vidéo et d'artistes. Elle est commissaire du Festival d'Arts et Nouvelles Technologies "Mediarama", voulu par la Junta de Andalucía, et a collaboré à diverses revues sur les arts et les nouveaux médias ainsi qu'à des conférences.

Sophie calle, fabio balducci
Catalogue : 2007Unfinished | Vidéo expérimentale | dv | noir et blanc | 30:14 | France | USA | 2005
Sophie calle , fabio balducci
Unfinished
Vidéo expérimentale | dv | noir et blanc | 30:14 | France | USA | 2005

Alors qu`elle prenait connaissance d`une série de photographies prises d`une caméra de sécurité ATM, Sophie Calle se trouva impliquée dans une investigation déroutante de 15 années. Elle parvint à voler trois bandes de vidéo surveillance et se frotta à des étrangers, employés de banque, et à un prêteur sur gage dans une tentative de clarifier la signification de l`argent, de la sécurité et des photographies anonymes. Les images, exposées initialement dans le cadre d`une installation intitulée "Cash Machine", sont aujourd`hui présentées comme le noyau narratif de cette investigation non résolue à l`intérieur du processus créatif.


Sophie Calle est une artiste française qui, à travers son investigation personnelle, a su redéfinir les termes et les paramètres du sujet et de l`objet, du public et du privé et du jeu de rôle. Dans ses projets conceptuels, elle se plonge dans l`examen du voyeurisme, de l`intimité et de l`identité. Dans le processus de recherche, de reconstruction ou d`information engagé secrètement sur les vies de personnes étrangères, elle manipule les situations et les individus et adopte souvent les apparences. Les documents ou preuves générés par ces projets conceptuels sont présentés sous formes de photographies, de photo-textes, installations et ouvrages. Se travaux se concentrent sur la nature du désir et sur la relation entre l`artiste qui observe et l`objet de son attention, comme dans son projet "Double Blind"(1992). Réalisé en collaboration avec Gregory Shepard, ce road movie conceptuel a été mis en scène sous forme théâtrale en Europe comme un long-métrage intitulé "No Sex Last Night".

Catalogue : 2006Unfinished | Vidéo expérimentale | dv | couleur | 30:14 | France | USA | 2005
Sophie calle , fabio balducci
Unfinished
Vidéo expérimentale | dv | couleur | 30:14 | France | USA | 2005

Alors qu'elle prenait connaissance d'une série de photographies prises d'une caméra de sécurité ATM, Sophie Calle se trouva impliquée dans une investigation déroutante de 15 années. Elle parvint à voler trois bandes de vidéo surveillance et se frotta à des étrangers, employés de banque, et à un prêteur sur gage dans une tentative de clarifier la signification de l'argent, de la sécurité et des photographies anonymes. Les images, exposées initialement dans le cadre d'une installation intitulée "Cash Machine", sont aujourd'hui présentées comme le noyau narratif de cette investigation non résolue à l'intérieur du processus créatif.


Sophie Calle est une artiste française qui, à travers son investigation personnelle, a su redéfinir les termes et les paramètres du sujet et de l'objet, du public et du privé et du jeu de rôle. Dans ses projets conceptuels, elle se plonge dans l'examen du voyeurisme, de l'intimité et de l'identité. Dans le processus de recherche, de reconstruction ou d'information engagé secrètement sur les vies de personnes qu'elle ne connaît pas, elle manipule les situations et les individus et adopte souvent les apparences. Ainsi losrqu'elle poursuit un étranger à Venise, ou se fait passer pour une femme de chambre pour pouvoir observer subrepticement les clients d'un hôtel, l'auteur conditionne et redéfinit sa propre identité durant cette période de temps. Les documents ou preuves générés par ces projets conceptuels sont présentés sous formes de photographies, de photo-textes, installations et ouvrages. Ses travaux se concentrent sur la nature du désir et sur la relation entre l'artiste qui observe et l'objet de son attention, comme dans son projet "Double Blind"(1992). réalisé en collaboration avec Gregory Shepard, ce road movie conceptuel est sorti au cinéma en Europe sous forme de long-métrage intitulé "No Sex Last Night".

Joël calmettes
Catalogue : 2006L'Art et la Manière - Mario Botta | Documentaire | betaSP | couleur | 26:0 | France | 2006
Joël calmettes
L'Art et la Manière - Mario Botta
Documentaire | betaSP | couleur | 26:0 | France | 2006

Texte de présentation Tous les projets de Mario Botta, du design de montres jusqu?au grands musées comme le MOMA de San Francisco, en passant par les petites maisons particulières de la région du Tessin, sont régis par une même détermination : réconcilier la géométrie, l?ordre et la fonctionnalité, avec l?imagination, le symbolisme et la poésie. « Ce que je défends, c?est l?idée que l?architecture doit se distinguer de la nature. Les formes primaires, la géométrie m?aident à mettre en valeur la différence qui existe entre la raison, la poésie du bâti et la nature ».


Joel Calmette is a French director. He studied philosophy. Interested in theatre and video, he directed documentaries for humanitarian organizations. Since the 1980's, he has been devoting himself entirely to video. His works include: "Tableaux noirs" (1990), "Lucky punch, le premier combat" (1994), "Les enfants d'abord : l'Ethiopie" (1997), "Albert Camus, une tragédie du bonheur" (1999), "AhmadouKourouma", "collection A Mi-Mots" (2001), "Histoires secrètes du Biafra" et "Foccard s'en va-t-en guerre" (2002), "Le soldat inconnu vivant" (2004) et "Les routes du coton" (2006).

Clemente calvo
Michael campbell, janice rahn
Catalogue : 2013Elephant's Graveyard Redux | Vidéo expérimentale | dv | couleur | 5:32 | Canada | 2013
Michael campbell , janice rahn
Elephant's Graveyard Redux
Vidéo expérimentale | dv | couleur | 5:32 | Canada | 2013

The Elephant?s Graveyard Redux conflates 18th century polar exploration with early space exploration. It was filmed in the Canadian Rocky Mountains and shifts in scale throughout the sequence. The mountain sequence was filmed hanging outside the open window of a Cessna aircraft. The vessel is a constructed model based on Sir John Franklin?s Terror, lost in the arctic in 1847, and Ernest Shackleton?s Endurance, which sunk in the Antarctic in 1915. The audio compiles conversations between Ground Control and the Apollo 11 crew during the 1969 moon landing.

Janice Rahn and Michael Campbell are Canadian artists who work between studios on a small island in the west coast of British Columbia and the South of France. They frequently collaborate on video and installation projects. They recently installed a large-scale installation in Nepal for the Kathmandu International Art Fair 2012 and will be building an outdoor project in an 18th Century Heritage Chateau in Anduze, France in 2015. They are both professors at the University of Lethbridge.

Caroline campbell, fionn kidney
Catalogue : 2010MusicVideo | Art vidéo | dv | noir et blanc | 3:23 | Irlande | 2010
Caroline campbell , fionn kidney
MusicVideo
Art vidéo | dv | noir et blanc | 3:23 | Irlande | 2010

In the mid-nineties, the violent reality of Dublin gangster Martin Cahill`s activities seemed to fade into the background as he undertook his own peculiar brand of Disneyfication. Cahill, aka `The General`, often posed for press photographers clad only in Mickey Mouse boxer shorts, a Mickey Mouse t-shirt and balaclava. Crime and violence became reconciled within the imagery of the cartoon character criminal. It was easily forgotten that this was a man who could brutally nail his enemies to the floor. MusicVideo features a gang of Martin Cahill look alikes, Mickey Mouse clad and choreographed in lo-fi Hollywood Busby Berkeley style. They dance beneath the beautiful crumbling stucco work of the big house of the ascendancy. Half boy band, half Martin Cahill fetish party; an undercurrent of strange violence makes its presence visible

Tu Me Tues are Caroline Campbell and Fionn Kidney. They have been working together since 2009. Composer Philip Stewart produced the soundtrack to MusicVideo and is a collaborator of Tu Me Tues across a range of projects.

Clarissa campolina, luiz pretti
Catalogue : 2018Os que se vão | Fiction expérimentale | dcp | couleur | 23:11 | Brésil | 2018
Clarissa campolina , luiz pretti
Os que se vão
Fiction expérimentale | dcp | couleur | 23:11 | Brésil | 2018

A man caught in the verge of freedom. He penetrates a city where the boundaries between reality and dream disappear. He crosses the landscape without belonging to it anymore. A farewell before departing.

Clarissa is based in Belo Horizonte, Brazil. Partner of the Anavilhana production company and member of Teia until 2014. She directed documentaries, instalations, short and feature films. In 2015, the DAAD – Art Residency Programm held a retrospective of her work at Arsenal Cinema (Berlin, Germany). Her last short, Solon, won the prize for Best Cinematography in Brasilia Film Festival and earned Clarissa the FT/Oppenheimer Funds Emerging Voices Award.

Alex campoy
Catalogue : 2007Sin Alas | Vidéo expérimentale | dv | couleur | 6:42 | Espagne | 2007
Alex campoy
Sin Alas
Vidéo expérimentale | dv | couleur | 6:42 | Espagne | 2007

Ces dernières années et en raison d'une demande croissante dans le secteur aérien, les compagnies low-cost se sont multipliées, offrant des prix attractifs et compétitifs à la portée de toutes les bourses. La mauvaise gestion de certaines de ces compagnies a entraîné de nombreux changements d'horaires, retards et annulations de vols, avec pour principales victimes les passagers. Fin 2006, des centaines de passagers ont assisté, impuissants, à la fermeture d'une compagnie aérienne espagnole par l'Aviation Civile, une décision sans appel prise suite au manque de professionnalisme dont la compagnie avait fait preuve jusqu'alors. Cette vidéo montre certaines des situations extrêmes qu'ont dû subir les passagers au cours des derniers jours de la compagnie. Perplexes devant la passivité et le manque d'humanité du personnel, les victimes revendiquent leurs droits avec peine et indignation.


Alex Campoy est né en 1971 à Séville (Espagne). Autodidacte, il a commencé à peindre en 1999 et a réalisé sa première vidéo, "Boomerang", en 2003. "Boomerang" traite du harcèlement constant dont font l'objet les vendeurs de rue à Madrid, qui sont la plupart du temps des immigrés africains, de la part de la police. En 2006, il a réalisé sa deuxième vidéo associée à une installation picturale élaborée au Domus Artium Museum de Salamanque. En 2007, il a réalisé et monté "With no Wings" et "Without Destiny".

Alex campoy, -
Bubi canal
Catalogue : 2011Chrystelle | Vidéo expérimentale | 0 | couleur | 2:1 | Espagne | 2011
Bubi canal
Chrystelle
Vidéo expérimentale | 0 | couleur | 2:1 | Espagne | 2011

Bubi Canal is a Spanish visual artist living in New York City. Bubi teleports us to impossible worlds full of emotions and mysterious and intriguing characters. His work combines different types of media and artistic methods including photography, video and sculpture and deals with the recurring themes of human wishes, dreams, magic and love.

Bubi Canal is a Spanish visual artist living in New York City. Bubi teleports us to impossible worlds full of emotions and mysterious and intriguing characters. His work combines different types of media and artistic methods including photography, video and sculpture and deals with the recurring themes of human wishes, dreams, magic and love.

Catalogue : 2015Hologram | Fiction expérimentale | hdv | | 1:39 | Espagne | USA | 2015
Bubi canal
Hologram
Fiction expérimentale | hdv | | 1:39 | Espagne | USA | 2015

Bubi Canal’s video, Hologram, depicts characters who embark on a journey from darkness and fear to light and love. According to Bubi, "the external world of Hologram is a manifestation of the characters` subconscious. They communicate with each other through a choreography that transforms them." Bubi believes that optimism and illusion are contagious and hopes that his work will have a similarly transformative effect on the viewer. Like a hologram, the coherent totality of Bubi’s universe can be accessed through each of the works on view. Every piece activates a dimension where memory, imagination, and reality are mutable and inextricably linked.

Bubi Canal is a Spanish-born, American-based artist. His work combines different types of media and artistic methods, including photography, video and installation, and deals with recurring themes of wishes, dreams, love and magic. Canal was born in Santander, Spain, in 1980. He studied at the University of the Basque Country in Bilbao, focusing on audiovisual arts and sculpture. He relocated to Madrid in 2004 and New York in 2011. His work has been shown at venues like the Centre Pompidou (Paris), Eyebeam Art+Technology Center (New York), AMA Art Museum of the Americas (Washington D.C.), MATADERO (Madrid), ADDAYA Centro de Arte Contemporáneo (Mallorca), CGAC Centro Gallego de Arte Contemporáneo (Santiago), and La Casa Encendida (Madrid) among others. In 2012, he taught a workshop at ICI Independent Curators International in New York. Canal’s Special Moment show was exhibited at Munch Gallery in 2012, his first solo showing in New York. In 2014, his work was featured on the cover of The British Journal of Photography. He has issued several publications like Canal, Manual and Dreamtime. Bubi Canal lives and works in Brooklyn.

Cedric canaud
Catalogue : 2005Lancé en REC.roulades02 | Art vidéo | dv | couleur | 3:46 | France | 2004
Cedric canaud
Lancé en REC.roulades02
Art vidéo | dv | couleur | 3:46 | France | 2004

Cihad caner
Catalogue : 2016Abstract Violence | Vidéo | hdv | couleur | 11:10 | Turquie | Pays-Bas | 2016
Cihad caner
Abstract Violence
Vidéo | hdv | couleur | 11:10 | Turquie | Pays-Bas | 2016

Abstract Violence The images of war and migration are mainly based on the images that are being circulated in mainstream and social media. Although, these violent and manipulative images form an important element of public opinion concerning the migration flux and war, they are definitely not direct representations of reality. How to represent reality? Can we talk about the reality in the time of image culture? Abstract Violence investigates the image of current war and migration from its first place, from destroyed Syrian cities and from leftover objects. Caner questions the impossibility of representing violent images and how we interpret them within the time of the image culture. The project uses real footage that were shot by the artist in Syria during the recent war. Caner produces an abstract space with 3D scanned-rendered objects, which were collected from ruined houses to emphasize how these events become virtual and make us insensitive.

Cihad Caner was born in 1990 in Istanbul. Caner holds an MFA on Media Design and Communication. Caner lives and works in Rotterdam and Istanbul.

Yves cantraine
Catalogue : 2007Histoire(s) d'une utopie à vendre | Documentaire | dv | couleur et n&b | 93:30 | Belgique | 2006
Yves cantraine
Histoire(s) d'une utopie à vendre
Documentaire | dv | couleur et n&b | 93:30 | Belgique | 2006

Au début de 2005, la Cité Administrative de l?Etat (édifiée au c?ur de Bruxelles dans le sillage de l?Exposition Universelle de 1958), ce symbole de l?Etat-Providence et de l?Etat central, a été déserté par ses derniers occupants après avoir été d?abord partagé entre Flamands et francophones, puis récemment vendu au privé. La CAE avait été imaginée presque comme une ville, laquelle pourrait accueillir jusqu?à 10.000 « habitants ». Une sorte d?utopie moderne à la pointe de l?architecture et de la technologie de l?époque.


Né en 1957. Nationalité belge. Etudes/Activités : 1976 1980 : Licence en Philologie germanique à l?Université Libre de Bruxelles. 1981 1982 : Master?s Degree in Film Studies à la New York University. 1982-1996 : enseigne à l?HEB/ISTI (Bruxelles). Directeur de nombreux mémoires sur le cinéma.

María caÑas
Catalogue : 2007Land of 1.000 Tvs | Vidéo expérimentale | dv | couleur et n&b | 2:20 | Espagne | 2005
María caÑas
Land of 1.000 Tvs
Vidéo expérimentale | dv | couleur et n&b | 2:20 | Espagne | 2005

Au travers de vidéo collages télévisuels et animaliers, aussi singuliers que surréalistes, María Cañas génère une narration inconnue sur les moyens d'exterminer les êtres humains et d'implanter une "télécratie animale". Dans "Land of 1.000 Tvs" (Le Pays des 1000 télés), elle dégage de ses imposantes archives vidéos une série d'images qu'elle combine à sa manière, une façon particulière de faire de la scratch vidéo. Le résultat est un espace pré-apocalyptique peuplé de dizaines de téléviseurs d'où irradient des rayons cathodiques. Ils hypnotisent et transforment en spectre des chiens, des chauve-souris et tout ceux qui ont le malheur de passer devant. Cette ?uvre brève, composée de trois actes ("El animal de la vista baja", "Nursery TV" et "Land of 1.000 Tvs") rappel les films de série Z des années 50 où une étrange invasion, retransmise à la télé, guettait la Terre. Mais, ici, ils semblent que ce soit les téléviseurs eux-même qui fassent disparaître les êtres vivants.


Née à Seville en 1972, María Cañas dirige Animalario TV Producciones, une plate-forme d'expérimentation audiovisuelle. Licenciée en Beaux Arts, elle travaille actuellement sur sa thèse qui porte sur les stratégies audiovisuelles expérimentales et la coordination de projets audiovisuels, comme le Certamen Audiovisual Injuve 04. Ses travaux ont été exposés dans des festivals et des événements internationaux, aux Transmediale de Berlin, à l'Institut Cervantès de Manchester, au Festival Internacional de Cine de Las Palmas, au festival Zemos98 à Seville, au Beat-Portobello Film Festival à Londres et à l'International Computer Arts Festival de Maribor en Slovénie. Au fil des ans, María Cañas a reçu divers prix et reconnaissances, comme le Prix à l'Activité Artistique Iniciarte en 2006 et une Aide à la Production de la Junta de Andalucía pour le projet "Meet my Meat New York". En 2003, elle a été finaliste au Prix Image des Transmediale de Berlin.

Catalogue : 2006Down with reality | Vidéo expérimentale | dv | couleur | 22:30 | Espagne | 2006
María caÑas
Down with reality
Vidéo expérimentale | dv | couleur | 22:30 | Espagne | 2006

"Down With Reality" représente l'expérience d'une reflexion sous forme de faux documentaire portant sur la télé réalité à travers l'art contemporain et le cinéma. Ce phénomène social devait arriver tôt ou tard dans le monde de l'art, et ici, l'artiste María Canas se place au coeur d'une expérience étrange : elle va à la fois diriger et participer à son propre reality-show. Dans ce projet commissioné par Mery Cuesta et dont le titre est "je t'envoie un collègue", Canas cohabite pendant une semaine avec sa commissionnaire, bien que les deux femmes ne se connaissent pas. L'artiste a filmé ces 7 jours de conversations, de festivités, de discussions, de concerts, de joies et de larmes pour ensuite les présenter sous forme de vidéo. Dans cette oeuvre plusieurs réalités très variées convergent pour créer une réflexion autour de la représentation, la capture de l'image, la définition des personnalités par les moyens de communication et le rôle des reality shows en tant que moule de différents comportements sociaux. Nous observons de quelle manière les images, qui sont le fruit de la coexistence compliquée entre artiste et commissionnaire, sont introduites dans un défilé capturant d'autres programmes télévisuels, fragments de films, performances étranges, contrefacons et registres visuels de toutes sortes, créant ainsi une oeuvre disparate et émouvante. Un mirroir déformant, qui vomit des aberrations et des monstres différents de ceux créés par les reality-shows. "Down With Reality" est une réflexion subversive sur l'atmosphère artistique qui prend son impulsion sur un groupe particulier, celui qui dont la nuit constitue le cadre de (re)creation, la cohue de créatures nocturnes qui hantent les bars, les galeries d'art, les rues, et qui dissimulent en elles un esprit exhibitionniste plus ou moins pathétique, auquel nous participons tous sans bouger. Cette vidéo oppose à la faible contribution culturelle du reality show la force créative et la sensation d'immortalité que le cinéma confère à notre âme collective. Il nous fait réfléchir sur la capacité à produire des modèles de représentation à la télévision et au cinéma, en remarquant à quel point existence est saturée d'images, de personnes, d'émotions, d'ennuis et d'affections. L'oeuvre, dans sa partie finale, rend un hommage à ces films de série B admirables et ces cinéastes visionnaires qui ont fait du minimalisme (moins de matière qui oblige à davantage de créativité) leur raison d'être. A la télévision, au contraire, expériences sociologique et réalités multiples se rencontrent pour donner ce programme télévisé innovateur et expérimental.


María Cañas, née à Seville en 1972, dirige Animalario TV Producciones, une plateforme d'expérimentation audiovisuelle de divers champs tels que l'art vidéo, les vidéos de musique, les installations, l'imagerie digitale et les projets sur internet, mais aussi le contenu numérique en construction permanente, consacré à la culture du recyclage et de l'appropriation. Diplômée des Beaux-Arts, María Cañas a travaillé sur un doctorat en esthétique et histoire de la philosophie à l'Université de Séville. Elle rédige actuellement une thèse sur les stratégies audiovisuelles expérimentales et coordine divers projets audiovisuels, tel que le concours audiovisuel Injuve 04. L'oeuvre de María Cañas a été présentée dans des manifestations et des festivals internationaux tels que Transmediale 03 (Berlin); le Festival de Cinéma Underground de Portland (Oregon); l'Institut Cervantes(Manchester); l'Organisation Nelson Garrido(Caracas); le Festival de Cinéma de Beat-Portobello (Londres); et le Festival de Holguín(Cuba), entre autres. Elle a reçu de nombreux prix et récompenses, dont le Prix de l'activité artistique Iniciarte en 2006 et une récompense de production de la Junta de Andalucía pour le projet "Meet my Meat N.Y." En 2005, elle a reçu le prix RTVA-Zemos98, le Barcelona VisualSound et le Prix du Jury Intervenciones.tv 6, Fundación Rodríguez. María Cañas a participé à des expositions de groupe dans différentes galeries comme la Juana Aizpuru, La Caja China, Sala de eStar (Sevilla), Fernando Serrano (Huelva), Carmen de la Calle (Madrid), Galería 44, et ADN (Barcelone). Elle collabore aussi à des projets, des publications, des séminaires, des tables rondes et avec des chaînes de télévision.

Viet Hoai Son cao
Catalogue : 2018Neon Sarcophagus | Doc. expérimental | hdv | couleur | 15:29 | Viet nam | 2018
Viet Hoai Son cao
Neon Sarcophagus
Doc. expérimental | hdv | couleur | 15:29 | Viet nam | 2018

In a far away village Hai Hau of Vietnam, a group of Christians are building a spaceship to fly to the moon.

Cao Viet Hoai Son (Cao Viet Hoài S?n) was born in 1994, Hanoi, Vietnam. He was a film student in a collaborate course of Hanoi Academy of Theatre & Cinematography and Belgium Institut Supérieur des Arts. He is interested about human connections and inner desires

Gustavo caprin
Catalogue : 2006Chamber Piece | Vidéo expérimentale | betaSP | couleur | 11:20 | Argentine | Espagne | 2005
Gustavo caprin
Chamber Piece
Vidéo expérimentale | betaSP | couleur | 11:20 | Argentine | Espagne | 2005

La vidéo explore la fonctionnalité particulière de certains objets qui sont dans un état de candeur apparente : un livre d´art devient un modèle d´exercices sur le corps humain.


Gustavo Caprín est né en 1968 à Buenos Aires, Argentine. Il obtient un diplôme en Peinture aux Beaux Arts Prilidiano Pueyredón de Buenos Aires en 1992, et vient d´achever des études Post diplôme avancées à l´Université de Barcelone, Espagne, en 2005. Son oeuvre a été exposée régulièrement lors d'expositions individuelles depuis 1994. Parmi les plus récentes on peut citer des expositions à la Casa Elizade (Espagne, 2003), la Galerie Ross Farell (Etats-Unis, 1999) et le Musée Fernán Félix de Amador (Argentine, 1997). Il a égelement pris part dans de nombreuses expositions de groupe aux Etats-Unis (Galerie Kantor, Gallerie 121/los Angeles), en Espagne (Casa de America/Madrid, Casa de Cultura/Girona), en Italie (Casa Argentina/Rome, Festival Unimovie/Pescara), au Canada (6éme Biennale Champ Libre/Montréal, Galerie Shift/Toronto), en Colombie (Museo de Arte Moderno/Bogóta), au Pérou (Centro Cultural España/Lima), ainsi que dans d´autres pays européens et sud-américains. Il a vécu à Pasadena, californie, Etats-Unis, en 1999/2000 Il vit et travaille à Barcelone, Espagne, depuis 2001.

caraballo-farman
Catalogue : 2005Normal behavior after shipwreck | Art vidéo | dv | couleur | 4:0 | USA | Argentine | 2004
caraballo-farman
Normal behavior after shipwreck
Art vidéo | dv | couleur | 4:0 | USA | Argentine | 2004

Un vieux couple danse un tango sans musique.


Caraballo-Farman est un duo basé à New York. Ils collaborent sur divers projets artistiques depuis cinq ans. En duo, ils ont présenté leurs oeuvres lors de divers événements internationaux, et ont remporté plusieurs prix et bourses.

Raymonde carasco
Catalogue : 2005Tarahumaras 2003, la félure du temps: La Despedida | Documentaire | 16mm | couleur | 50:0 | France | 2003
Raymonde carasco
Tarahumaras 2003, la félure du temps: La Despedida
Documentaire | 16mm | couleur | 50:0 | France | 2003

"La Despedida" (l?adieu aux morts) est la dernière partie d?un film : La Fêlure du Temps, en forme de saga, articulé sur la parole du "dernier Chaman" Tarahumara qui a accepté, au printemps 2000, de dire sa pensée au cours de plusieurs dialogues avec la réalisatrice sur des lieux choisis par lui : ruines de sa maison d`enfance, cercles des dernières cérémonies du Ciguri, grottes où vécurent son grand-père, son initiateur Gloria, les envahisseurs Apaches. Les images tournées en 1999, 2000 et 2001, captent les danses et rites actuels ainsi que les "éléments" du paysage Tarahumara : eau, feu, terre et ciels. La Despedida montre les rites de la mort et approche la pensée chamanique associée à ces rites : "Oui, le mort je le vois très bien. Il me parle de la nécessité de faire ce rite. Il faut que tout cela se termine, qu`il soit lavé, limpiado, qu`il en finisse avec tout ce qu`il doit".


CARASCO Raymonde, épouse HEBRAUD est née le 19 juin 1939 à Carcassonne (Aude). Nationalité française. Professeur d`université et Cinéaste. De 1999 à ce jour : Professeur d`études cinématographiques à l`université de Lille III. Professeur émérite depuis 2002. De 1970 à 1999 : Maître de conférences d'esthétique du cinéma à l'Université de Toulouse - Le Mirail. Enseigne l`analyse de films, l`écriture de scénarios, la direction d'acteurs dans sa relation à la mise en scène théâtrale. Formation et titres universitaires 1960-64 : élève de l`Ecole Normale Supérieure de Fontenay. 1964 : Agrégation de philosophie. 1975 : Doctorat de troisième cycle sous la direction de Roland Barthes. Cette thèse est un essai pour une théorie de l`art, fondamentalement eisensteinienne, qui poserait la question du montage cinématographique dans ses rapports avec la pensée et les autres arts : le montage comme principe de la forme cinématographique, dans le cinéma, mais aussi la poésie et la littérature, la peinture, etc... 1992 : Habilitation à diriger les recherches: "L`idée de montage et l`expérience de l`écriture", Paris VIII, sous la direction de Marie-Claire Ropars-Wuilleumier, Dominique Noguez, Jean-Louis Leutrat. Principales publications Hors cadre Eisenstein, éditions Macula, Paris, 1979. Fragments d`un journal au pays des Tarahumaras, Sorcières, Stock, 1980. Le Portrait ovale, Comp`Act, 1995. Articles sur : l`image-cinéma selon Roland Barthes; Pasolini, Resnais, Duras, Godard; l`érotique du poète Joë Bousquet, Antonin Artaud, notamment dans Critique, la Revue d`esthétique, Chimères, La polygraphe.