Catalogue > Liste par artiste
Parcourez la liste complète des artistes présentés dans le cadre des Rencontres Internationales depuis 2004. Utilisez le filtre alphabétique pour affiner vos recherches.  mise à jours en cours 

Notice: A non well formed numeric value encountered in /homepages/19/d540700991/htdocs/site/fr/cat/rech/_cat_1_art_rech.php on line 1091
Mehdi boostani
Catalogue : 2005Saghf-e bala-ye sar | Fiction | dv | couleur | 26:30 | Iran | 2004
Mehdi boostani
Saghf-e bala-ye sar
Fiction | dv | couleur | 26:30 | Iran | 2004

Mehdi a tirer sa belle-s?ur Tayyebeh des décombres après le passage du tremblement de terre de Bam. Il pense qu'elle est sienne. Maintenant, peu de temps après le désastre, il essaie de la persuader de se marier avec lui, malgré ses refus devant ses promesses d'amour et de gentillesse, ou ses menaces compulsives et violente.


Mehdi Boostani est né en 1978 à Kerman, en Iran. I est licencié en direction de film au Soureh College. Il a obtenu un M.A. en littérature dramatique à l'Université des Beaux-Arts de Téhéran.

Guillaume bordier
Catalogue : 2006J'ai pas tué Saddam ! | Documentaire | dv | couleur | 51:30 | France | 2005
Guillaume bordier
J'ai pas tué Saddam !
Documentaire | dv | couleur | 51:30 | France | 2005

Au cours d`un long voyage en Afghanistan, le réalisateur fait étape quelques semaines dans une auberge perdue dans les montagnes du Hazaradjat. Une rencontre documentaire avec les voyageurs, commerçants, soldats, paysans ou trafiquants condamnés à attendre que passe l'hiver.


Guillaume Bordier est né en France en 1978. Son désir de réaliser des fims documentaires a grandi au cours des nombreux voyages qu`il a effectué dans différentes régions du monde. En 2003, au cours d`un long voyage en Afghanistan, il réalise son premier film, J`ai pas tué Saddam ! Il vient d`achever le tournage d`un second film : le portrait de travailleurs dans une boulangerie à l`ouest de l`Afghanistan.

Catalogue : 2007l'empreinte | Documentaire | dv | couleur | 47:0 | France | Afghanistan | 2007
Guillaume bordier
l'empreinte
Documentaire | dv | couleur | 47:0 | France | Afghanistan | 2007

Dans une boulangerie, en Afghanistan : alors qu?ils répètent, à une cadence d?usine à la chaîne, plus de trois mille fois le même geste chaque jour, les employés tentent d?échapper à leur travail.


Réalisateur français né en 1978. Son désir de réaliser des films documentaires est né des nombreux voyages qu?il a effectués dans différentes régions du monde. En 2003, après plusieurs mois passés en Afghanistan il y tourne son premier film, J?ai pas tué Saddam ! Il revient en Afghanistan en 2006 pour filmer les travailleurs d?une boulangerie avec lesquels il s?était lié d?amitié lors de son voyage précédent : c?est L?Empreinte. Il travaille actuellement à l?écriture de deux nouveaux projets : un portrait d?un homme vivant seul dans un château et un essai sur la frontière au cours d?une traversée de l?Asie.

Andrea bordoli
Catalogue : 2018THE DEPTH BENEATH, THE HEIGHT ABOVE | Doc. expérimental | mov | couleur | 18:5 | Suisse | 2018
Andrea bordoli
THE DEPTH BENEATH, THE HEIGHT ABOVE
Doc. expérimental | mov | couleur | 18:5 | Suisse | 2018

The Depth Beneath, The Height Above consists in an exploration of the high alpine region of Robiei, southern Switzerland. Conceived as a sensory piece, the film particularly focuses on the existing relationships between the humans, animals, infrastructural and natural elements that compose Robiei`s specific landscape.

Andrea Bordoli holds a BA in Anthropology and Philosophy from the Université de Neuchâtel, and a MA in Visual Anthropology from the University of Manchester. He is currently based in Geneva, where he studies cinema at the Haute Ecole d`Art et Design (HEAD) while developing his own personal research at the intersection between anthropological theory, documentary cinema and visual art.

Myriam bornand, caméra charles castella,son vincent pipponnier avec charlotte rampling
Catalogue : 2011Future is back:les Insultes | Vidéo | | noir et blanc | 1:52 | France | 0
Myriam bornand , caméra charles castella,son vincent pipponnier avec charlotte rampling
Future is back:les Insultes
Vidéo | | noir et blanc | 1:52 | France | 0

Charlotte Rampling est debout et porte une robe noire, elle semble assister à une soirée formelle,seul son visage et son buste sont légèrement mobiles. Son expression souriante évoque les formules de courtoisie habituelles ou quelques commentaires anodins à un interlocuteur qui ne serait pas dans le champ de la caméra,alors que le langage qu?elle emploie est violent et ordurier. Cette vidéo pointe le principe de la dualité,de la division en utilisant des contraires. Le calme et le raffinement que dégage la personnalité de Charlotte Rampling sont en complet décalage avec les propos violents et orduriers qu`elle emploie. Le mode choisi pour le « chapelet d?insultes est aussi décalé, il est rythmé selon la récitation des « Mantras »tibétains (syllabes-priéres) répétés comme des psalmodies hachées . On retrouve ici encore un autre décalage, c`est l?utilisation d?une pratique à d?autres fins que celles qui en découlent habituellement, puisqu?il s?agit en employant le mode des Mantras (paroles sacrées) d?énoncer des paroles profanes, dans un esprit tout à fait inverse à la prière.


MYRIAM BORNAND. Artiste plasticienne Franco-Suisse . Vit et travaille actuellement à Marseille France après Genéve Suisse La démarche artistique générale explore depuis le début des thématiques récurrentes l?un et la division le centre les opposés les strates la manipulation par l?image les automatismes de pensée Pour traiter ces diverses problématiques différentes techniques sont employées telles que : collages, peinture, vidéos, écritures, installations, sérigraphie, assemblages, photos. Le développement des concepts est absolument imbriqué dans la façon d?en restituer la problématique visuellement. Ils sont explorés généralement sous forme de série ou bien d?ensemble, ce qui est le cas de « Future is Back » qui est un travail qui se compose de trois volets : les Insultes,les Ciseaux et les Déchirures. ci dessous quelques unes des expositions présentées : Personnelles : LA PASSERELLE . 2001 . Marseille.FRANCE LES DANAÏDES. 2002 . Marseille.FRANCE LOFT 131.Installation. 2009 .Brooklyn .USA PULLMAN PALM BEACH. 2010. Marseille.FRANCE GALERIE PORTE AVION. 2010. Marseille.FRANCE GALERIE DU TABLEAU Mai 2011 Marseille. France De groupe GALERIE CHAVE .1993 . Vence FRANCE MUSÉE INGRES .1994 . « Les Récréations de la Création » Montauban.FRANCE ARTHOTHÉQUE du département de la Réunion « Aboli pas aboli » 1998.LA RÉUNION V.A.C en Février 2003 .« Hommage aux Anti-Barbares ». Ventabren .FRANCE CONCEJALIA de Educacion y Cultura : « COSLART 03 » . 2003.Coslada ESPANA . G.BLEUS 2005. « S.L.K » .Limburg. BELGIUM. MINISTERE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION DE PARIS . 2008 « Assises »Paris.FRANCE M.A.C.A. « Assises Opéra in sedute » 2009 Acri ITALIA

Catalogue : 2011Future is back:les Déchirures | Vidéo | | noir et blanc | 1:53 | France | 2007
Myriam bornand , caméra charles castella,son vincent pipponnier avec charlotte rampling
Future is back:les Déchirures
Vidéo | | noir et blanc | 1:53 | France | 2007

LES DECHIRURES Dans cette video la thématique de la DIVISION se retrouve sur trois plans : La déchirure(le geste)- l? ACTION. Les coupures(les mots)- le SON. et La séparation entre l?action qui se déroule et son(off) Charlotte Rampling est assise de dos on la voit déchirer, couper où arracher quelque chose d?imprécis. On entend en même temps sa voix mais on ne comprend pas ce qu?elle dit et s?il s?agit d?une langue étrangère où de mots inventés .Sa voix est enregistrée en off.Les mots que l?on entend sont un extrait de la chanson du jardinier dans Sylvie et Bruno de Lewis Carroll. Ce texte est dit en français et en anglais d?une façon découpée ,déstructurée, saccadée par une ponctuation d?arrêts et de reprises ,cette déconstruction du langage suffit ,en nous faisant perdre nos repères ,à nous égarer dans notre comprehension alors qu?aucun mot ne manque. Pendant ce temps Charlotte Rampling continue sans cesse de déchirer ce qu?elle tient sur ses genoux La séquence se termine quand on entend un bruit de ciseaux qui tombent au sol ,Charlotte se baisse légérement,l?image reste arrêtée sur son dos. Future is back.


MYRIAM BORNAND. Artiste plasticienne Franco-Suisse . Vit et travaille actuellement à Marseille France après Genéve Suisse La démarche artistique générale explore depuis le début des thématiques récurrentes l?un et la division le centre les opposés les strates la manipulation par l?image les automatismes de pensée Pour traiter ces diverses problématiques différentes techniques sont employées telles que : collages, peinture, vidéos, écritures, installations, sérigraphie, assemblages, photos. Le développement des concepts est absolument imbriqué dans la façon d?en restituer la problématique visuellement. Ils sont explorés généralement sous forme de série ou bien d?ensemble, ce qui est le cas de « Future is Back » qui est un travail qui se compose de trois volets : les Insultes,les Ciseaux et les Déchirures. ci dessous quelques unes des expositions présentées : Personnelles : LA PASSERELLE . 2001 . Marseille.FRANCE LES DANAÏDES. 2002 . Marseille.FRANCE LOFT 131.Installation. 2009 .Brooklyn .USA PULLMAN PALM BEACH. 2010. Marseille.FRANCE GALERIE PORTE AVION. 2010. Marseille.FRANCE GALERIE DU TABLEAU Mai 2011 Marseille. France De groupe GALERIE CHAVE .1993 . Vence FRANCE MUSÉE INGRES .1994 . « Les Récréations de la Création » Montauban.FRANCE ARTHOTHÉQUE du département de la Réunion « Aboli pas aboli » 1998.LA RÉUNION V.A.C en Février 2003 .« Hommage aux Anti-Barbares ». Ventabren .FRANCE CONCEJALIA de Educacion y Cultura : « COSLART 03 » . 2003.Coslada ESPANA . G.BLEUS 2005. « S.L.K » .Limburg. BELGIUM. MINISTERE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION DE PARIS . 2008 « Assises »Paris.FRANCE M.A.C.A. « Assises Opéra in sedute » 2009 Acri ITALIA

Ellen bornkessel
Catalogue : 2005Länger bleiben | Art vidéo | dv | couleur | 6:0 | Allemagne | 2005
Ellen bornkessel
Länger bleiben
Art vidéo | dv | couleur | 6:0 | Allemagne | 2005

Un homme est debout à côté d'une table. Il fume et boit. Dans quatre prises de vue statiques nous voyons des hommes dans des situations similaires. Pas grand chose se passe, à part le narrateur, qui décrit le déroulement de la fête. Dans les images fixes il y a à la fois un mélange de statique et de mouvement, de lumière et d'obscurité, d'ennui, de fête battant son plein et d'une ambiance triste n'échappant pas à une teinte d'humour. Le film tourne autour d'un moment d'immobilité au milieu de la vie citadine animée. Les images sont pleines de contrastes. Le vide intérieur se reflète aussi dans les pièces. L''immobilité des personnes se miroitant dans les prises de vue fixes. Les possibilités pour échapper de ces situations sont comprises dans l'image ou dans le texte, mais ne peuvent être perçues uniquement par le spectateur, ce qui confère au fil une teinte tragi-comique.


Ellen Bornkessel née le 12.02.1969 à Hammelburg 1995-1997 Études de communication visuelle à l'école supérieure spécialisée de Bielefeld 1997- 2001 Études de photographie et d'art des médias à l'École Supérieure d'Arts Graphiques et d'Arts du Livre. Vit et travaille à Cologne, en Allemagne.

Ana borralho, joão galante, nishijima atshshi
Catalogue : 2006No body never mind, 003 | Performance | dv | | 40:0 | Portugal | Japon | 2006
Ana borralho , joão galante, nishijima atshshi
No body never mind, 003
Performance | dv | | 40:0 | Portugal | Japon | 2006

"nobody never mind, 003" constitue une partie du projet NBNM, composé de trois opus traitant les thèmes corps/esprit, extérieur/intérieur, emotion/sentiment, moi/les autres. Après "no body never mind, 001" (2004) et "no body never mind, 002" (2005), "no body never mind, 003" continue à explorer des thèmes qui ont été abordés dans les précédents volets. Dans "no body never mind, 001", les corps des créateurs/acteurs sont tatoués, afin d'établir une frontière implacable entre le biologique et le social, en habillant la peau d'une immuable opacité, autrement dit, en la tranformant en une seconde peau. Dans "no body never mind, 002", il s'agit de montrer le méchanisme de la transformation du corps en object, en brouillant la différence entre le scatologique et le sublime..." Dans "no body never mind, 003", les artistes se proposent d'explorer, à travers le son, la relation entre l'aspect social et biologique du corps dans la société actuelle. L'accent est mis sur la relation/frontière entre le spectateur et le travail artistique, en intégrant le public dans le champ espace/temps du performer. L'intention des artistes est d'identifier et de définir les limites du contrôle qu'une personne peut avoir sur son propre corps, la nature de la relation entre le performer et le public et la tension entre l'art et les codes sociaux.


Ana Borralho et João Galante se sont rencontrés au cours de leurs études d'arts visuels à l'AR.CO. Travaillant ensemble depuis 2002, ils ont crée et joué les pièces suivantes : "Mistermissmissmister" (2002), "Glin Gló" (2002), "I Love You" (2003), "Girl Play Boy" (2004), "no body never mind, 001" (2004), "no body never mind, 002" (2005), and "no body never mind, 003" (2006). Il travaillent en ce moment à la création d'une perfomance intitulée "sexyMF". Depuis 2004, leurs travaux ont été programmés lors de différents festivals internationaux : La Batie - Genève (Suisse), 100 Dessus Dessous - Paris (France), Escena Contemporânea - Madrid (Espagne), Panorama de Dança - Rio de Janeiro (Brésil), Alkantara - Lisbon (Portugal).

Mark boswell
Catalogue : 2007The St. Petersburg Paradox | Vidéo expérimentale | dv | couleur | 8:22 | USA | 2006
Mark boswell
The St. Petersburg Paradox
Vidéo expérimentale | dv | couleur | 8:22 | USA | 2006

Le paradoxe de Saint-Pétersbourg a été inventé par le mathématicien suisse Nicolas Bernoulli en 1713. Le PSP décrit un jeu de casino particulier (dans un casino hypothétique à Saint Pétersbourg en Russie) qui se caractérise par une variable aléatoire avec une valeur espérée infinie. Le jeu implique le lancer d'une pièce de monnaie. Deux cas sont possibles: a) la pièce tombe du côté pile et le jeu est fini, le joueur reçoit une petite somme d'argent; ou b) la pièce tombe du côté face et la somme est doublée, le jeu continue alors jusqu'à ce que la pièce tombe du côté pile. Cependant, pour participer à ce jeu,le joueur doit verser une somme d'argent astronomique au Casino. Le PSP présente la situation classique dans laquelle un joueur arrive à une théorie naïve, ne prenant en compte que la possibilité de gagner. Aucune personne rationnelle ne prendrait une telle décision. Le film utilise des images de "Night and the Living Dead", de "Un plus un" de Godard et de "Casino" de Martin Scorsese, et à travers un montage hallucinatoire, dessine un portrait sarcastique de l'Etranger avec un final dadaïste coup de poing.


Mark Boswell a étudié l'histoire de l'art, le cinéma et la production à l'American Center of Paris, en France, de 1986 à 1989 et au Phillips College of Melbourne, en Floride de 1990 à 1992. Il a montré ses films expérimentaux dans 25 pays à travers le monde, dans des musées, des biennales, et des festivals de films, parmi lesquels The Transmediale Berlin (2003, 2004, 2007,) The 10th Biennial of The Moving Image, Genève, Suisse, The Avanto Media Arts Festival of Helsinki, Finlande (2003, 2004, 2006), The National Center of Contemporary Art, Saint-Pétersbourg, Russie, The Los Angeles Freewaves Video Biennial (Hammer Museum), Los Angeles, Californie, et the New York Video Festival au Lincoln Center, New York, New York. En 2004, il a été récompensé de l'International Media Art Award par le musée ZKM de Karlsruhe, en Allemagne.

Louise botkay
Catalogue : 2014Vertières I,II,III | Film expérimental | super8 | couleur | 9:36 | Brésil | Haiti | 2014
Louise botkay
Vertières I,II,III
Film expérimental | super8 | couleur | 9:36 | Brésil | Haiti | 2014

Vertières est le nom d'un quartier de la ville du Cap-Haïtien où, en 1803, a eu lieu la grande bataille qui a fini par expulser l'armée de Napoléon de l`île, Haïti à ce moment devient le premier pays au monde a conquérir son indépendance face aux puissances colonialistes.


Formation: La FEMIS, école nationale du cinéma-France, (diplômée juin 2006) Faculté de Design à Rio (diplômée en 2000) Bourse Aprofundamento-Parque Lage RJ (2014) Louise Botkay réalise des films utilisant autant le télephonne portable, que la vidéo, les pellicules super-8, 16 et 35 millimètres qui souvent sont développées "artisanalement". Travail nomade,elle réalise des films en Haïti, au Congo, Niger, Tchad, Hollande, Françe et Brésil.. Ses films on été sélectionnés et primés en festivals comme le Festival 1er Plan d`Anger, le festival de Brive, le festival Janela international de Recife, le festival de curtas de São Paulo, entre autres. Son film "Mammah" a été exhibé à la Galerie Christopher Grimes (Santa Monica), au Yerba Buena Center for the Arts (São Francisco) et au MAM-Rio de Janeiro en 2013, dans l'expo collective SP8. Elle a reçu la bourse "Villa Hors les murs", de l'Institut Français, pour produire son plus récent travail réalisé en Acre, Amazonie Brésilienne avec le peuple Hunikui. Elle vit à Rio de Janeiro et travaille entre le Brésil et la France.

Catalogue : 2015Estou aqui | Film expérimental | super8 | couleur | 7:0 | Brésil | Haiti | 2015
Louise botkay
Estou aqui
Film expérimental | super8 | couleur | 7:0 | Brésil | Haiti | 2015

I`ve spent my childhood in Cap-Haitien, a city at the north of a half island of the Caribbean called Haiti. My life will always be inhabited by the memory and experience of this mysterious and warm(ardent???) place. I`m under the impression that everything i am comes from this light, this wind, this land, this growing up creole. "I`m here" is an ode to childhood time that accompagnies us forever

Louise Botkay is a photographer and film maker, utilizing super 8,16 and 35mm film, video, cell phone that are developed artisanally by the artist herself. She worked in several countries like Haiti, Congo, Niger, Chad, Holland, France and Brazil. Her films were selected and recipients of awards in Movie Festivals (Oberhausen, Fid de Marseille, Vidéobraisl, São Paulo Movie Festival, Brive Festival, Anger 1er Plan Festival, Fespaço, Recife International Window Movie festival, among others). Her film “Mammah” was exhibited in the Christopher Grimes Gallery (Santa Monica, Ca.), at theYerba Buena Center for the Arts (San Francisco, Ca.), Centre George Pompidou (Paris, France) and MAM – Museum of Modern Art (Rio de Janeiro, Brazil). She received the prize scholarship “Villa Hors les Murs” from the Institut Français, to develop her more recent work, at Acre with the nation Hunikui. She lives today in Rio de Janeiro and works between Brazil and France.

Bottomley bottomley, johnny hourigan
Catalogue : 2015Everybody Says It's All In Your Head | Film expérimental | hdv | couleur | 18:4 | Royaume-Uni | 2015
Bottomley bottomley , johnny hourigan
Everybody Says It's All In Your Head
Film expérimental | hdv | couleur | 18:4 | Royaume-Uni | 2015

Everybody says is all in your head is a collaboration between Clare Bottomley and Johnny Hourrigan unfolding as a video diary over one year. Encouraged by Clare to make a portrayal of himself, Johnny gets familiarised into the process of filmmaking and participate fully in all the aspects that define such a production from the choice of the camera to the practice of editing. While he acquires the technical knowledge, Johnny gets full agency in testing and controlling the medium of representation. With a camera that mediates his contact with the outside world, Johnny immerses himself into a journey of self-discovery gaining the confidence to address the unaddressed his condition of mild-autism and the challenges he faces. Through a non-hierarchical and non-didactic approach, Clare Bottomley reveals the potential of learning to create an authentic space of participation and empowerment for subjects whose voices have been marginalised.

Clare Bottomley lives and works in London. With a practice that incorporates video and photography, her work investigates self-portrait and performance of the self. She studied for an MA in Photography at the Royal College of Art, London, 2011-2013 and has been working as an art educator for six years. Johnny Hourigan is now a young man studying Media Production at college in south London and developing his independent projects. Johnny sees process of creating the personal view point for the film as ‘...with all the memories remained in the camera, what the camera does not capture are memories in ourselves.’

Gaëlle boucand
Catalogue : 2007Berliner Bildstörung / Zoologischer Garten | Vidéo expérimentale | dv | couleur | 3:12 | France | Allemagne | 2006
Gaëlle boucand
Berliner Bildstörung / Zoologischer Garten
Vidéo expérimentale | dv | couleur | 3:12 | France | Allemagne | 2006

Berliner Bildstörung / Zoologischer Garten est une vidéo construite à partir d`images d`un zoo déserté par ses animaux. Ces images mettent en avant les paysages artificiels du zoo et ses décors spécifiques. Elles surgissent du noir telles des interférences scandées par des réminiscences de sons d`animaux.


Gaëlle Boucand est née en 1980 à Paris. Elle bénéficie actuellement d`un atelier-résidence du BBK à Berlin et participe également au Pavillon, laboratoire de création du Palais de Tokyo à Paris. Son travail a récemment été exposé entre autres au Palais de Tokyo, au Luggage Store de San Francisco, ainsi qu`à Berlin (Air Garten, Kolonie Wedding), à Genève (Attitudes), à Montreuil (Les Instants Chavirés) et à Paris (Kadist Art Foundation, Bétonsalon, La Générale, Première vue, Jeune création). Plusieurs de ses films ont également été programmés dans le cadre de festivals vidéos tels que Les rencontres Internationales Paris-Berlin-Madrid (cinéma l`Entrepôt, Paris), Signes de nuit (cinéma le Balzac, Paris), Bandits-mages (Bourges) et le Kasseler Dokumentarfilm und Videofest (Kassel).

Catalogue : 2005Arles | Vidéo expérimentale | dv | couleur | 1:28 | France | 2004
Gaëlle boucand
Arles
Vidéo expérimentale | dv | couleur | 1:28 | France | 2004

Une série de quatre portraits de jeunes garçons est filmée en gros plan. La caméra, flottante, passe de visage en visage, suscitant ainsi, de l'un à l'autre, une sensation de proximité, presque d'intimité partagée. Puis le plan s'élargit en une vue d'ensemble finale. Le groupe apparaît alors dans sa globalité, assis sur le parvis d'une église. L'image ne forme plus qu'un unique portrait commun.


Gaëlle Boucand est née en 1980 à Paris où elle vit et travaille actuellement. Elle est diplômée de l'École Nationale Supérieure des Beaux-arts de Paris en 2005. La même année, elle participe notamment aux expositions collectives « Attentifs ensemble » organisée par Christian Bernard à l'espace d'art contemporain Attitudes, à Genève (Suisse), à « Première vue », sur une invitation de Michel Nuridsany au Passage de Retz à Paris, ainsi qu`à « Nomad`s land » à La Poudrière de Bayonne. En 2004, elle reçoit la Bourse Colin-Lefranc pour une résidence de six mois à la Cooper Union School à New York (USA). Elle y participe à l`exposition « Tracks » à la Hewitt Gallery. En 2003, elle collabore à l'exposition « Stade de France » organisée par Jean-Marc Bustamante à la Fondation Italo-suédoise de Venise (Italie), en résonance avec la Biennale. Plusieurs de ses films ont également été programmés dans le cadre de festivals vidéos tels que « Signes de nuit », au cinéma le Balzac à Paris, « Bandits-mages », à Bourges et « Kasseler Dokumentarfilm und Videofest » à Kassel (Allemagne).

Halida boughriet
Catalogue : 2014pandore | Vidéo | hdv | couleur | 8:44 | France | 2014
Halida boughriet
pandore
Vidéo | hdv | couleur | 8:44 | France | 2014

La vidéo Pandore se concentre sur un groupe social, enfants en marge du reste de la société française. Portant un regard sombre et inquiétant sur la réalité des rapports humains et aussi du système médiatique à la violence qui en découle. Les protagonistes sont invités à se dévoiler, témoignant de leurs histoires qui renvoient à l’image d’un passé et d’un présent "Mythe ou Réalité". Ils se mettent en scène dans des positions et postures artificielles, filmées par des séquences au ralenti extrêmement fluides. Enfin, La lumière travaille à inviter le spectateur à une curieuse contemplation dans l’intimité d’un espace clos et artificiel, dégageant une atmosphère irréelle et anormale.


Halida Boughriet est une artiste française d’origine algérienne. Anciennement diplômée de l’École nationale supérieure des beaux-arts de Paris et du programme d’échange de la SVA section cinéma à New York jusqu’en 2005. Halida Boughriet explore un large éventail de média à travers ses œuvres. Elle accorde une place centrale à la performance, dont les structures de son langage artistique lui donne une variété de formes. Au carrefour d’une préoccupation esthétique, sociale et politique, ses pièces s’efforcent de saisir les tensions dans les relations humaines mises en évidence par la société. Le corps est omniprésent, comme un instrument de geste poétique expérimental. Ses œuvres font partie de la collection «Nouveaux Médias» du Centre Pompidou (Paris) et du musée MAC / VAL (Vitry -sur-Seine). Ses travaux ont été présentés dans de nombreuses expositions dont Elles@centrepompidou (2011, Paris), y compris au FIAC d’Alger (2011, Algérie), à l’Institut du Monde Arabe, (2012, Paris) pour l’exposition «Le corps découvert». En 2013, au Musée d’Art et d’Histoire de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) pour «Chapelle vidéo # 4». Plus récemment, elle participe à «Vidéo et après» au Centre Pompidou et à la Biennale internationale de Dak’Art 2014 (Dakar, Sénégal).

Catalogue : 2015Des intégrations | Vidéo | hdv | couleur et n&b | 16:7 | France | 2015
Halida boughriet
Des intégrations
Vidéo | hdv | couleur et n&b | 16:7 | France | 2015

Dans le film « Des intégrations» , La mémoire collective officielle et la mémoire politique se figent, à la limite de l’amnésie voire de la négation. C’est par le biais d’un univers poétique mais désenchanté que le film se propose de soulever des enjeux touchant à la jeunesse contemporaine. Les personnages jouent sur une série de correspondances qui érigent le film au rang de transfert visuel.


Artiste française et Algérienne . Anciennement diplômée de L’Ecole Nationale Supérieure des Beaux Arts de Paris et du programme d’échange de la SVA section cinéma à New York jusqu’en 2005. Halida Boughriet explore un large éventail de médias à travers ses oeuvres . Elle accorde une place centrale à la performance, dont les structures de son langage artistique lui donne une variété de formes. Au carrefour d’une préoccupation esthétique, sociale et politique, ses pièces s’efforcent de saisir les tensions dans les relations humaines mis en évidence par la société . Le corps est omniprésent , comme un instrument de geste poétique.

Angus boulton, boulton
Catalogue : 2008'08/26' | Documentaire | dv | couleur | 31:0 | Royaume-Uni | Allemagne | 2007
Angus boulton , boulton
'08/26'
Documentaire | dv | couleur | 31:0 | Royaume-Uni | Allemagne | 2007

Le sujet central de « 08/26 » est le conflit aérien dans toute l?Europe au temps de la Guerre Froide. Dans un premier temps, le film montre de nombreuses structures à l?arrêt au milieu d?un emplacement soviétique, imprégné d?une ambiance sonore et de souvenirs d'une époque révolue. Par contraste, le film montre alors du personnel militaire engagé dans des exercices de routine, qui représentent le présent, s?entraînant à combattre contre un ennemi moins identifiable. Séparées par près de deux décennies, ces pratiques et procédures sont cependant similaires, l?aviation de la Guerre Froide et les man?uvres de routine restent à peu près les mêmes. Des séquences se chevauchent, en représentant différents lieux et époques et en explorant les similitudes et les différences entre l'occupation et le vide.


Born York, England, 1964.

Mohamed bourouissa
Catalogue : 2009Temps mort | Fiction expérimentale | dv | couleur | 18:0 | France | 2009
Mohamed bourouissa
Temps mort
Fiction expérimentale | dv | couleur | 18:0 | France | 2009

Il s`agit d`une correspondance entre deux individus, l'un est enfermé et l`autre est en prison. Tout le film se construit sur cet échange de texte (sms), d`images et de paroles. Le film commence par la mise en place du processus filmique (d`une certaine manière, le début film raconte la réalisation de l`objet filmique) pour devenir petit à petit un film qui questionne les notions de liberté et d`enfermement.


Mohamed Bourouissa est né en 1978 à Blida en Algérie. Il vit et travaille à Paris. Il suit actuellement la formation du Studio National des Arts ? Le Fresnoy. Il est diplômé de l?Ecole nationale supérieure des arts décoratifs de Paris en photographie et a suivi un cursus en Art plastiques à la Sorbonne Paris 1 où il a soutenu un DEA. Des expositions personnelles se sont tenues notamment au Centre culturel de Correios, à Rio de Janeiro au Brésil, à la Galerie des filles du Calvaire, à Breda Photo 2008, Pays-Bas, à la Site Gallery, Sheffield en Angleterre, à la Pauza Galerie, à Cracovie en Pologne. Son travail a fait partie de nombreuses expositions dans le monde, notamment récemment de la Biennale Photographie et Architecture à La Cambre, Bruxelles, Belgique, à la biennale d?art contemporain d?Alger, Algérie, au New Museum of contemporary art, New York, et aux Deutsches Historisches Museum, Berlin, Allemagne. Son travail fait parties de plusieurs collections publiques : la Cité nationale de l?Histoire de l?immigration, Paris, le Fonds national d?art contemporain, France, la Galerie du Château d?Eau, Toulouse, France, le Finnish Museum of Photography, Helsinki, Finlande.

Louise bourque
Catalogue : 2005L?éclat du mal | Film expérimental | 16mm | couleur | 8:0 | Canada | 2005
Louise bourque
L?éclat du mal
Film expérimental | 16mm | couleur | 8:0 | Canada | 2005

Gast bouschet, nadine hilbert. collaboration: stephen o'malley
Catalogue : 2014Tempestarii | Vidéo | hdv | noir et blanc | 38:25 | Luxembourg | 2013
Gast bouschet , nadine hilbert. collaboration: stephen o'malley
Tempestarii
Vidéo | hdv | noir et blanc | 38:25 | Luxembourg | 2013

Dawn spreads its luminous rays across the coast of Iceland, revealing a sorcerer standing between wine-dark sea and mountainous black rock. It is Tempestarii, a figure of medieval lore, undertaking a primitive rite manifested to conjure a storm. The tides of the deep ocean breathe heavily, rising and falling across the cinema screen with amplifying power as the weather-maker beats a mysterious sack against the monolithic cliffs with powerful repetition. As a magical tool, this sack contains forceful winds pulled from each corner of world. As an analogy, it is aligned with the revolutionary transformations of nature by water, air, solar radiation, and geological shifts and filled with the vast potential of man’s will in alliance with Nature. As an omen, the tempestarii signals profound change in both physical and metaphysical realms. (Amelia Ishmael)

Gast Bouschet & Nadine Hilbert were both born in Luxembourg and are currently based in Brussels, Belgium. They have worked together since 1990s, using a combination of photography, video, and sound to create potent social, political, and institutional critiques which they have exhibited at major international venues including The Wall Taipei, Taiwan; Cube Space Taipei, Taiwan; Philharmonie, Luxembourg; Muzeum Sztuki Lodz, Poland; Casino Forum d`Art Contemporain, Luxembourg; Trienal de Luanda, Angola; Busan Biennale of Contemporary Art, South-Korea; Camouflage Johannesburg, South Africa; MUHKA Antwerp Belgium, CCA Glasgow, Scotland among others. Gast Bouschet & Nadine Hilbert represented Luxembourg at the Venice Biennale in 2009.

Antoine boutet
Catalogue : 2006Zone of Initial Dilution | Doc. expérimental | dv | couleur | 30:0 | France | Chine | 2006
Antoine boutet
Zone of Initial Dilution
Doc. expérimental | dv | couleur | 30:0 | France | Chine | 2006

"Zone of Initial Dilution" s?intéresse à la transformation urbaine de la région des Trois-Gorges en Chine bouleversée par la mise en oeuvre du plus grand barrage hydraulique au monde. Avant la fin du chantier prévu en 2008, la vidéo dresse un état des lieux des villes et des berges du Yangtze, de celles en ruines ou disparues aux autres en plein essor, et tente de cerner les conséquences sur le paysage et les populations dans la perspective planifiée de l?ultime montée des eaux.


Antoine Boutet est né en 1968. Diplômé de l`Ecole des Beaux-Arts de Pau et de l`Ecole Supérieure des Arts Décoratifs de Paris, il réalise des bandes vidéo expérimentales et documentaires et des installations exposées en France et à l`étranger, dont Conservation-conversation, en 2005. Antoine Boutet vit et travaille actuellement à Paris.

Tim bowditch
Catalogue : 2011Firedive | Doc. expérimental | hdv | couleur | 13:9 | Royaume-Uni | 2010
Tim bowditch
Firedive
Doc. expérimental | hdv | couleur | 13:9 | Royaume-Uni | 2010

Firedive is a short documentary about La Vallette Bathing Pools on the east coast of the Island of Guernsey. The film describes the Island`s collective memory of the tidal pools, focusing on the floodlit swimming galas and `firedives` that once made the pools a central part of the local community. Bowditch?s mother relayed the almost mythical personal tales of her childhood, which inspired the film. Contributors include locals who all have their own complimentary and contrasting tales adding to the visual portrait presented of the pools. The narrators talk about the decline in usage of the pools before going on to describe the ritualistic ceremony of the torch light processions and ?firedives? that once took place. The film is not a recreation of events but rather documents Bowditch?s own experience and involvement in adding to the collective memory of the location. By staging a floodlit torchlight procession based on the tales and accounts of the inhabitants he adds to the islands history and represents it for a new generation. Production dialogue, filming equipment and crew are therefore included in the edit, showing it was an exploration based on intertwined memories rather than a factual straight re-enactment.

Tim Bowditch (b.1986 Guernsey, Channel Islands) graduated from the University of Portsmouth in 2008 with a BA Hons Degree is Photography. Bowditch moved from his childhood home of Guernsey to begin a career as a photographer in London in the Autmn of 2008. He has kept his ties with Guernsey by annually applying and receiving funding to make new work incorporating the Island in someway. The last two years have been spent working on a project entitled Firedive (submitted as a multimedia piece). Firedive saw Bowditch follow the current trend of the digital SLR film makers to shoot a short documentary about the about La Vallette Bathing Pools on the east coast of the Island. The film describes the Island`s collective memory of the pools, focusing on the floodlit swimming galas and `firedives` that once made the pools a central part of the local community. This year the film was premiered at a special open air screening at the pools accompanied by a swimming gala and torch light procession. Three Artists were invited to the Island to make work in response to the screening and gala. The third phase of the project is a proposed exhibition at the greenhouse gallery in Guernsey next Spring. I will curate an exhibition from the work made at the screening.

Bryan boyce
Catalogue : 2005America's Biggest Dick | Vidéo expérimentale | dv | couleur et n&b | 4:0 | USA | 2004
Bryan boyce
America's Biggest Dick
Vidéo expérimentale | dv | couleur et n&b | 4:0 | USA | 2004

Le vice-président des Etats-Unis Dick Cheney dit enfin la vérité.


L'indien de San Francisco Bryon Boyce est un réalisateur-vidéaste dont les oeuvres ont parcouru le monde entier mais aussi dans des lieux tels que le Sundance, NY Underground, Cinematexas, RESfest, MTV et le Pacific Film Archive.

Velibor bozovic
Catalogue : 2015My Prisoner | Vidéo | hdv | couleur | 21:41 | Canada | Bosnie-Herzégovine | 2014
Velibor bozovic
My Prisoner
Vidéo | hdv | couleur | 21:41 | Canada | Bosnie-Herzégovine | 2014

My Prisoner is a video work that reconstructs the event that occurred on 3 April 1994 in war-torn Bosnia by intermixing archival footage with contemporary reimagining of the occasion. It shows a young man being escorted by an army intelligence officer to visit his imprisoned father. As the men travel side-by-side in the back seat of a car Shine on You Crazy Diamond by Pink Floyd begins to play on the car radio. The young man acknowledges the music and tries to make conversation but the officer does not even recognize the track. A composite of autobiography, documentary and fiction, My Prisoner navigates through the space where the historical, the personal and the fictional simultaneously interfere with and enhance one another.

Velibor Božović grew up in Sarajevo, Bosnia-Herzegovina. When he was in his twenties, the country of his youth became a war zone and he spent the duration of the siege of Sarajevo honing his survival skills. In 1999, Velibor moved to Montréal where he worked, for eight years, as an engineer in aerospace industry until he gave up his engineering career to devote his time fully to art practice. Subsequently, Velibor completed a Master of Fine Arts degree in Studio Arts at Concordia University. He is the recipient of the Claudine and Stephen Bronfman Fellowship in Contemporary Art (2015), Concordia International Mobility Award (2014), the Bourse de Maîtrise en Recherche from FRQSC - Fonds de recherche sur la société et la culture Quebec (2012) and Roloff Beny Foundation Fellowship in Photography (2011). His work has been exhibited in the United States, Cuba, Canada, and Bosnia-Herzegovina. His images appeared in The New York Times, The Paris Review, Descant, International Herald Tribune, Chicago Tribune, Granta, BH Dani and others.

Tomas bozzato
Catalogue : 2010Avant l'horizon | Documentaire | betaSP | couleur | 61:0 | Italie | France | 2010
Tomas bozzato
Avant l'horizon
Documentaire | betaSP | couleur | 61:0 | Italie | France | 2010

Igor boŠnjak
Catalogue : 2013Hotel Balkan | Film expérimental | | couleur | 10:25 | Bosnie-Herzégovine | 2013
Igor boŠnjak
Hotel Balkan
Film expérimental | | couleur | 10:25 | Bosnie-Herzégovine | 2013

?It is not the literal past that rules us, it is images of the past...? George Steiner Hotel Balkan is meditative and ambiental video which defines borders between futuristic memory of past and present thinking of future. I?ve been wondering about something: Why is it that images from the past - the actual past - often feel more futuristic than our current images of an imagined future? But if the future doesn?t look much like the future, the past often does. There are pictures from the past that, while you immediately recognize them as being from the past, nevertheless feel futuristic. It?s as though there?s something in your brain that wants to read them as images from the future. In this concept there is an idea that Tito?s nuclear bunker is equivavelnt for some kind of motel, or maybe even a hotel. Nowadays, Tito?s nuclear bunker wants sunshine instead of fluorescent lights, the sound of wind blowing through trees instead of the dull noise of its massive air-conditioning unit. It looks forward to the chatter of people and the sound of their footsteps instead of the noise produced by the closing of its steel antinuclear doors.

Born 1981 in Sarajevo, former Yugoslavia. Lives & work in Trebinje, Bosnia & Herzegovina. He is mainly working within the fields of film, video, concept, installation & photography. Also works as a video curator & freelance theoretician. Curently works as a asistant professor at Academy of Visual Arts in Trebinje. Education 2005 Academy of Visual Arts (BA) in Trebinje, Department of Painting 2006 Founder and the curator of the international namaTREba project biennial 2008 Interdisciplinary master (MA) studies at the University of Arts in Belgrade, Theory of Art & Media Department 2011 Interdisciplinary (PhD) studies at the University of Arts in Belgrade / Theory of Art & Media Department His works shows and exhibited at Kunsthal Charlottenborg, Copenhagen, Moscow Museum of Modern Art, Moscow, Atopia Film & VideoKunst Gallery, Oslo, CAM Casoria, Contemporary Art Museum, Naples, Kunst Museum, Bonn, Galleria d? Arte Moderna Palazzo Forti, Verona, Museum of Contemporary Art RS, Banja Luka, Point Ephemere, Paris, Contemporary Music Centre, Dublin, Espacio Center Canarias, Tenerife, Fabbrica del Vapore, Milan, Center of Contemporary Art, Plovdiv, Budapest Art Fair Mucsarnok, Budapest, Spazio Monitor, Museum of Contemporary Art, Rome, Tapetenwerk Halle C, Leipzig, A+A Galerie, Art Verona, Venice, Gallery Remont, Belgrade... more info: www.igorbosnjak.com