Catalogue > Liste par artiste
Parcourez la liste complète des artistes présentés dans le cadre des Rencontres Internationales depuis 2004. Utilisez le filtre alphabétique pour affiner vos recherches.  mise à jours en cours 
Maximilien van aertryck
Catalogue : 2016Extramaterial | Documentaire | hdv | couleur | 58:0 | France | Suède | 2016
Maximilien van aertryck
Extramaterial
Documentaire | hdv | couleur | 58:0 | France | Suède | 2016

Tough, initiative taking men, frail and defenceless women, Beretta guns and hoarse mafia boss voices. EXTRA MATERIAL is a behind-the-scenes film which closely studies the making of an artistically acclaimed mafia movie. The goal is to trigger a reflection on the content and attitudes that are reproduced in and throughout cinema.

Maximilien Van Aertryck (director) was born in 1989 in Paris and Axel Danielson (producer) in 1976 in Vittskövle. They collaborate at Plattform Produktion in Gothenburg since 2013, where they also work together with Ruben Östlund. "Our interest lies in the potential of the moving image and our ambition is that the images we produce have a critical and humorous approach to the stream of images that surround us."

Maximilien van aertryck
Catalogue : 2013Icebreakers | Documentaire | | couleur | 14:53 | France | Suède | 2012
Maximilien van aertryck
Icebreakers
Documentaire | | couleur | 14:53 | France | Suède | 2012

Un jour d?hiver, un ferry se fraie un chemin sur la mer Baltique gelée. A bord, grâce au programme de divertissement, la glace est déjà rompue depuis longtemps. Avec leurs numéros, les artistes insufflent un peu de magie dans ce monde qui semble déjà irréel en soi. Un voyage vers l?inconnu, plein de nostalgie et d?espoir.


Maximilien Van Aertryck is a French-German filmmaker. He currently lives in Sweden.

Oscar van alphen
Catalogue : 2007The Wars | Film expérimental | | couleur et n&b | 32:0 | Pays-Bas | 2006
Oscar van alphen
The Wars
Film expérimental | | couleur et n&b | 32:0 | Pays-Bas | 2006

Oscar Van Alpen - the Wars Dans "The Wars", le photographe Oscar van Alphen mêle une adaptation du texte de George Bataille Madame Edwarda à des images sorties de ses archives personnelles. Madame Edwarda (publie en 1941 sous le pseudonyme Pierre Angélique) est une histoire sans début ni fin dans laquelle un narrateur à la première personne et une prostitue se rencontre dans Paris la nuit. Madame Edwarda traite de luxure, de pouvoir, d'anxiété, de désir et d'humiliation. Van Alphen se sert du texte de Bataille comme métaphore de la perversité de nos structures sociales, du manque de contrôle de nos pouvoirs politiques et économiques et les effets qu'ils ont sur la dignité humaine. Il juxtapose des images des régions industrielles délabrées et presque désertées du nord de la France et des rebellions étudiantes de 1968 à Paris au texte pornographique qui sortit pendant les premières années de la deuxième guerre mondiale. The Wars est une version restaurée d'une projection faisant partie de l'installation De Oorlogen de 1984-1985. Un mélange d'images immobile et en mouvement accompagne d'une voix off, l'?uvre était projetée (en utilisant 6 projecteurs de diapositives et un projecteur de film 16 mm) dans une pièce où étaient aussi présentés des photographies. La restauration de 2006 a scanné digitalement et re-masterisé les visuels et crée une version anglaise de la bande-son hollandaise afin de créer une version de l'?uvre pour écran unique. (The Wars va être au centre d'une exposition rétrospective sur la vie et l'?uvre d'Oscar van Alphen appelé I distrust the Image, qui sera présenté du 19 Janvier au 21 Mars 2007 au Nederlands fotomuseum de Rotterdam. Le "remake" de The Wars va être publie en DVD par Paradox dans sa version anglaise et hollandaise pour accompagner l'exposition. En même temps, Focus Publishing va sortir, dans sa série Monografieën Nederlands Fortografen, une monographie écrite par Frits Gierstberg, historien d'art et conservateur au Nederlands fotomuseum de Rotterdam.)


Oscar van Alphen (né en 1923)est photographe et écrivain. Il a publié son premier livre de photos en 1958 (Kinderen in de grote stad/Enfant dans la grande ville). Il a travaillé pour des journaux dans les années soixante, se concentrant principalement sur les évènement de rues. De 1972 à 1979, période très expérimentale dans la scène du théâtre et des arts visuels, il écrivait une colonne hebdomadaire pour le magazine Vrij Nederland. Sa publication de 1978 Het Rijke Onvermogen (Prospère Impotence) et son livre de 1982 sur la Palestine prennent une forte position politique. Apres 1980 il commence a expérimenté avec la photographie et le texte, aussi bien sur le niveau formel qu'intellectuel, ce qui l'amena à publier Het Moment Voorbij(Au delà du Moment, 1982) et De slak op het grasveld (L'escargot dans la prairie, 1991). La production audiovisuelle de 1984-1985 De Oorlogen peut être considéré comme son chef d'?uvre.

Michiel van bakel
Catalogue : 2007Inner Machine | Vidéo expérimentale | dv | couleur et n&b | 0:0 | Pays-Bas | 2007
Michiel van bakel
Inner Machine
Vidéo expérimentale | dv | couleur et n&b | 0:0 | Pays-Bas | 2007

A reflection on relative movements in manipulated time. A visual poem. In comes nightfall Big Dipper is rising Aeon old carbon man burning with oxygen Well drilled soil pale sanded sun Crude black oil of millennia gone Dwellings are moving reflecting the day Blue lights of dawn blown astray

Michiel van Bakel étudia l'astronomie et la psychologie pendant de longues année avant de choisir l'expression libre en école d'art. Van Bakel a fait des films et des vidéos mais aussi des sculpture (bronze, fer et plastique) et des installations multimédia interactives. Dans celles-ci, il combine les fondations élémentaires de la photo et de la vidéo avec des techniques d'animation digitales. Alors que son approche est technique, son travail est concentré sur les gens, résultant souvent en une réalité poétique.

Martijn van boven
Catalogue : 2007Interfield | Vidéo expérimentale | dv | couleur | 6:40 | Pays-Bas | 2007
Martijn van boven
Interfield
Vidéo expérimentale | dv | couleur | 6:40 | Pays-Bas | 2007

"Interfield" décrit un univers imaginaire, rendu visible par le biais d'une imagerie abstraite et d'un bourdonnement électronique. Le mot "interfield" fait référence à une position des spectateurs depuis laquelle ils perçoivent un environnement dont ils ne font pas partie. De cette position, ils assistent au déploiement des deux médias (image et son) pour former un système de composition autonome. Jusqu'au point où son et image entrent en collision. A partir de cet instant, ils continuent leur douce symbiose, pour se développer à l'infini.


Martijn van Boven est né en 1977 aux Pays-Bas. Il travaille le film expérimental et l'art informatique. Ses recherches portent sur les techniques et les possibilités du processus d'imagerie moderne et de création dans le contexte de films expérimentaux et de films numériques. Les films abstraits de Stan Brakhage ont une influence sur son oeuvre et sur sa conception des images abstraites en relation avec le film. Martijn van Boven a fait ses études à la Royal Art Academy de La Haye, en Hollande, dans la section image et son. Son oeuvre couvre une large palette: installations vidéo, films, collaborations avec des compositeurs et images en temps réel. Son travail a été montré dans de nombreux festivals à travers le monde: IFF Rotterdam, State X New Forms, Sonic Acts, Holland Festival, Five Days Off, FICCO (Mexico City, Mexico), RIKZ (Riga, Latvia),SKIF-9 (St. Pétersbourg, Russie) et Transmediale (Berlin, Allemagne). Depuis 2000, Martijn van Boven travaille comme conservateur free-lance dans le cinéma et la vidéo, en particulier dans le cinéma d'avant-garde et le cinéma abstrait. Il enseigne l'art audiovisuel à la Art Academy of Arnhem (Pays-Bas). En 2003, il a cofondé un centre d'art pour les nouveaux médias à La Haye en Hollande, où il vit et travaille actuellement.

Meltse van coillie
Catalogue : 2018Elephantfish | Doc. expérimental | 0 | couleur | 27:18 | Belgique | 2018
Meltse van coillie
Elephantfish
Doc. expérimental | 0 | couleur | 27:18 | Belgique | 2018

Nous nous trouvons sur un navire qui tangue sur une mer infinie. Chaque membre de l`équipage essaie à sa façon de faire face au vide spatio-temporel. L`imagination remonte petit à petit à la surface et reprend le gouvernail en main....


Meltse Van Coillie (°1992) is currently based in Antwerp. She studied Communicational Sciences at the University of Leuven, with a Master in Film Studies at the University of Ghent. Following these years full of theoretical research, she took part in the Erasmus Mundus Master DOC NOMADS - a course in documentary filmmaking to acquire more practical skills in the field. Lisbon and Budapest were the setting for the numerous films made during this course. In 2015 she moved back to Belgium and started to take classes at KASK, School of Arts in Ghent. In 2018 she graduated as Master in Audiovisual Arts with her graduation film `elephantfish`.

Michael van den abeele
Catalogue : 2007Cargo Cult | Vidéo expérimentale | dv | couleur et n&b | 7:51 | Belgique | 2006
Michael van den abeele
Cargo Cult
Vidéo expérimentale | dv | couleur et n&b | 7:51 | Belgique | 2006

Cargo Cult commence comme un poème vidéo sur la compagnie de transport DHL, montrant des montagnes et des vallées aux contours rudimentaires. Le paysage est traversé par un container portant le logo de DHL. C'est une abstraction romantique du transport de biens, sur les montagnes, dans les vallées, à travers l'univers. Le container DHL est montré en perspective isométrique, les montagnes et les vallées sont la même image montrée dans un sens puis dans l'autre. La distance est réduite (ou maximisée) à la planéité. La deuxième partie de la vidéo montre des avions, des camions et des trains DHL miniatures voyageant dans une mini Europe; un parc à thèmes à Bruxelles qui réunit des maquettes de tous les monuments architecturaux des différents états membres de l'Europe (le mur de Berlin, la tour Eiffel, Big Ben, etc.). Plus qu'un simple sponsor de la mini Europe, le réseau de transport DHL s'étend sur tout le parc comme un monument supra-national. Cargo Cult est un poème de science-fiction dans lequel la compagnie de transport manipule la profondeur et la distance à loisir, et où les biens voyagent pour leur propre intérêt et ont leur propre route. Cargo Cult devrait être projeté ou montré sur un moniteur single channel en boucle infinie.


Michael Van den Abeele est né en 1974 à Bruxelles, en Belgique. C'est un artiste visuel, co-conservateur du centre d'art bruxellois "Etablissement d'en face".

Catalogue : 2008the Sausage Party #2 (the mud club) | Installation vidéo | dv | couleur et n&b | 4:24 | Belgique | 2008
Michael van den abeele
the Sausage Party #2 (the mud club)
Installation vidéo | dv | couleur et n&b | 4:24 | Belgique | 2008

« The Sausage Party #2 » est série de vidéos. Chaque partie montre une certaine atmosphère sociale dans laquelle des actions névrotiques et compulsives sont combinées à des motifs optiques ou des effets. La régression commune et la cohésion sociale se dissolvent l?une dans l'autre. « The Sausage Party # 2 » est la vidéo la plus énigmatique de la série. Elle commence par l?image d?un tas de boue, entouré d?une clôture. Peu à peu obscurci par un nombre croissant de clôtures en mouvement, le tas de boue devient une sorte de trésor/centre, sale et informe. Enfin, il se transforme en combat de rue à l?ancienne (copié à partir d'un des premiers manuels de dessins animés). En zoomant lentement, la lutte tourbillonnante se dissout dans un effet stroboscopique hypnotisant, ressemblant beaucoup à la machine à rêves de Brion Gysin. « The Sausage Party #2 », la vidéo la plus abstraite de la série, travaille avec les effets les plus optiques possible. La clôture revient comme thème visuel dans « The Sausage Party #4 » (Europa Votra), où elle fonctionne comme une clôture classique de paysage arcadien.


Michael Van den Abeele °29-05-74 links: www.pilotlondon.org www.youtube.com/watch?v=4wXzrjVHj_M www.etablissementdenfaceprojects.com Exhibitions (selection) 2008 -Curiosität, galerie Micheline Szwajcer, Antwerp, Belgium -With Love from Brussels, VanAbbe Museum, Eindhoven, NL -CAC, Museo de Arte Moderno Toluca, Mexico -Europa Vostra, Trafu, Budapest, Hungaria -Losing Control, de Garage, Mechelen, B 2007 -Rencontres Internationaux, Centre Pompidou, Paris, FR -18, l?Observatoire, Maison Gregoire, Brussels, B -"Vanaf nu!..", LLS 387 (organised by Ulrike Lindmayer, Willem Oorebeek and Ricardo Brey), Antwerp, B -Breughel`s View (part of Commitment), BKSM Mechelen, B -GHB, Van Abbe museum, Eindhoven, NL 2006 -Choose Choice (with Jos deGruyter & Harald Thys), de Brakke Grond, Amsterdam, NL -Le Bonheur, Brussels, B 2005 -Emergency Biennal, Matrix Art Projects, Brussels -Madrid - Grozny -Ambassador, Public> Paris, F 2004 - Shoner Wohnen, New center for contemporay art Waregem, curated by Moritz Kung, B - Visa for 13, PS1, contemporary art center, curated by Jimena Blasqez, NY, USA - Working ethics, Krinzinger Projecte, curated by Philip Pirotte, Vienna, Austria 2003 - Participant of the PS1 contemporary art center, studio program, NY-USA -Viva Romantica, NICC Free Space - KMSK (museum of fine arts), Antwerp, B -?split pick up?, a group-project with A. Hendrickx, G. Lester, B. Rebetez & K. Dedecker, STUK, Leuven, B 2002 -Le vent à double tranchant, Archetype, Kanal 11, Brussels, B -Permanent installation at the ?house of Flemisch representation in Paris?, F -?Haunted house of Arts? Gallery Outline, Amsterdam, NL - Paramount Basics (extended), Muhka, curated by Richard Venlet and Moritz Kung, Antwerp, B 2001 -Flat Space, architecture & virtual space, de Witte Zaal, Ghent, B -Parcours d?incidents, de Ateliers, Amsterdam, NL -Prix du Jeune peinture Belge, Palais des Beaux Arts (BOZAR), Brussels, B 2000 -Etablissement d?en face, Brussels, B -Orbis Terrarum, Plantyn-Moretus museum, curated by Moritz Kung, Antwerp, B -3-ness, in Museum Dhont-Daenens (MDD), curated by Edith Dove, Deurle, B -SubRosa, Ateliers Iternationaux d?Alsace et de Lorraine, curated by Eva Gonzales Sancho, Phalsbourg, F 1999 -JARS 1, curated by Guilaume Bijl, Kunstcentrum-Sittard, Netherlands, NL -Young @ all.ages, Deweer Art gallery, Otegem, B -Small Stuff (organised by Hans Theys), Klagsbrun gallery, NY, USA -Small Stuff (organised by Hans Theys), Herman Teirlinckhuis, Beersel, B Residencies -Artist residence in France ?Ateliers Iternationaux d?Alsace et de Lorraine?, France, 2000 -PS1, contemporary art center, studio program, NY-USA, 2003 -Platform Garanti, Istanbul, Turkey, 2008

Zeno van den broek
Catalogue : 2019Paranon | Performance multimédia | 0 | | 20:0 | Pays-Bas | 0 | 2020
Zeno van den broek
Paranon
Performance multimédia | 0 | | 20:0 | Pays-Bas | 0 | 2020

Paranon est constitué de deux compositions parallèles en contrepoint, l'une visuelle et l'autre sonore, fondées sur les propriétés des ondes sinusoïdales. Les générateurs d'ondes sinusoïdales programmés qu'utilise Zeno van den Broek permettent de générer des interférences, de décaler les phases et d'alterner les fréquences avec une grande précision. L'écriture en contrepoint crée une tension et des résultats inattendus entre l'onde sinusoïdale initiale et les répétitions qui suivent. Les deux compositions parallèles introduisent à une beauté du son pur et explorent la richesse des collisions d'ondes sonores, créant des événements visuels et sonores inouis.


Zeno van den Broek est compositeur et artiste, né aux Pays-Bas et basé à Copenhague. Il travaille de manière multisensorielle pour rechercher et interroger des notions physiques, sociales et acoustiques. Il utilise des moyens audiovisuels pour créer des œuvres spécifiques à un lieu et à un concept. Cette méthode transdisciplinaire a une base conceptuelle solide, issue d'une formation en architecture, qui permet à Zeno de comprendre et de révéler la richesse et la complexité de la perception spatiale, viscérale et physique. Il travaille avec un langage artistique caractéristique fondé sur des éléments minimalistes et fondamentaux tels que les sinusoïdes, les lignes, le bruit et les grilles. Il travaille avec des instituts de recherche tels que la Fondation Gaudeamus, la LIMA et la Old Church d'Amsterdam. Son travail est présenté à l'international dans des lieux et des festivals tels que le Festival international du film de Rotterdam, Sonic Acts, les Rencontres Internationales Paris/Berlin. Sa musique est distribuée par des labels tels que Moving Furniture Records, Unsounds et The Tapeworm.

Zeno van den broek
Catalogue : 2017Shift Symm | Performance multimédia | hdv | noir et blanc | 20:0 | Danemark | Pays-Bas | 2018
Zeno van den broek
Shift Symm
Performance multimédia | hdv | noir et blanc | 20:0 | Danemark | Pays-Bas | 2018

The Shift Symm collection is a series of brutal, abstract audiovisual constructions. Raw, exposed electronic textures collide in oscillating patterns of drift. Van den Broek’s sculptural sonic architecture plays on rigorous shifts of compositional symmetry – with results that are both hypnotic and evocative. Shifting is a key principle in the work. Visual and sonic elements – beats, lines and blocks – perpetually breach the symmetry of their arrangements, switch to new paths and start new trajectories. In chains of transformations, order gives way to controlled entropy. Shift Symm is presented as a video triptych, a live a/v performance and a digital album

Zeno van den Broek is a Dutch-born, Copenhagen-based composer and artist. Van den Broek works in a multi-sensory way to research and express physical, social and acoustic notions. He utilizes immaterial, digital and temporal means to create site and concept specific works. This trans-disciplinary method has a strong conceptual foundation, originating from Zeno his background in architecture, which enables him to comprehend and reveal the richness and complexity of spatial, visceral and physical perception. Zeno van den Broek has been commissioned work by various esteemed institutes and festivals such as the Gaudeamus Foundation, SPOR Festival and the Old Church of Amsterdam. He has presented work at venues and festivals such as International Film Festival Rotterdam, Fiber at CTM Vorspiel, Click Festival and Gaudeamus Festival. His work has been presented by among others: LIMA, VPRO Vrije Geluiden, Sedition and TheBillboardCollective – Los Angeles.

Bregtje van der haak
Catalogue : 2005Lagos: Wide & Close | Vidéo expérimentale | dv | couleur | 60:0 | Pays-bas | 2004
Bregtje van der haak
Lagos: Wide & Close
Vidéo expérimentale | dv | couleur | 60:0 | Pays-bas | 2004

En 2002, Bregtje van der Haak, en collaboration avec l'architecte Rem Koolhaas et le Projet Harvard sur la Ville ont réalisé lagos/Koolhaas, un documentaire sur l'auto-organisation et l'urbanisation au Nigeria. Par la suite, elle a développé un nouveau projet avec le designer Silke Wawro: Lagos Wide & Close (Lagos lointain & proche), un voyage interactif dans une ville en explosion. Ce DVD innovant contient un documentaire vidéo (60'), réalisé à partir de 55 heures de vidéos inutilisés, qui permet au spectateur d'approcher Lagos, mégalopolis dont la croissance explose. Avec le chauffeur de bus Olawole Busayo, le spectateur se déplace à travers la ville et peut choisir, à tout moment dans le documentaire, entre une perspective distante (" large") ou impliquée (" proche").


Bregtje van der Haak est spécialiste en science politique, journaliste et réalisatrice de documentaires. Depuis 1994, elle réalise des programmes pour les émissions publiques. Pour VPRO, elle fait notamment des documentaires pour Tegenlicht (Feu arrière), DNW-Rooksignalen uit De Nieuwe Wereld (Signaux de fumée du Nouveau Monde) et Laat op de avond na een korte wandeling (Tard le soir après une petite promenade). Elle est diplômée en science politique et en droit de l'Université d'Amsterdam et de la Columbia University Graduate School off Journalism. Sa carrière à la télévision a commencé à New York avec "The Charlie Rose Show". Depuis 1990, elle a écrit sur l'art, les medias et la culture. Silke Wawro est diplômée de la Gerrit Rietveld Academy et du Sandberg Institute d'Amsterdam comme designer graphique. Son ?uvre, Volksware explore la création de la valeur d'un produit, et son impact sur le consommateur. Son ?uvre la plus récente, le manteau le plus cher du monde, est réalisée à partir de plus de 7 500 étiquettes de marques de vêtements. Depuis 2002, elle enseigne notamment à la Art Academy HGB de Leipzig, Allemagne.

Jeroen van der stock
Catalogue : 2019Night Horse | Doc. expérimental | hdv | couleur et n&b | 18:35 | Belgique | Japon | 2019
Jeroen van der stock
Night Horse
Doc. expérimental | hdv | couleur et n&b | 18:35 | Belgique | Japon | 2019

A horse in different shapes, obscurity, digital artefacts and an electroacoustic soundscape are the main travelers on an abstract journey through the night. --A short film entirely based on footage from unsecured live surveillance cameras-- Synopsis: A cave with an animal trapped inside? An eyeball vaguely reflecting a horse asleep? A peephole into the black night? A dark side of the globe? With the exception of a few cars passing, some sleepy village is lacking traces of human activity. In the dimly lit interiors of a house no movements are to be detected. A few trucks hit a road that eventually leads to a hallucinogenic crossroad and a stable with a psychedelic horse. The horse is restless and behaves oddly. Under sea level a couple of predator sharks are slowly exploring the waters. The nearby beach remains empty. Some insects do appear, but they can’t stop the night from turning into something more obscure and less comprehensible. The eyeball shelters a horse in many shapes. The dark side of the globe approaches. The peephole sucks itself deeper into the night.

Jeroen Van der Stock (°1979) is a Belgian-born filmmaker who earned his Masters in Audiovisual Arts from the Luca School of Arts in Brussels. In his work he often explores ideas around rejection, dysfunctionality and abandonment. Van der Stock his video works have been screened at film festivals including Rotterdam, Oberhausen, CPH:DOX, Jeonju and RIDM. His short film ?Night Horse? won the Grand Prize at the Image Forum Festival and was nominated for the Found Footage Award at IFFR 2019. Van der Stock is currently living and working in Kanagawa, Japan.

Guido van der werve
Catalogue : 2006Nummer vier | Fiction expérimentale | dv | couleur | 12:0 | Pays-Bas | 2005
Guido van der werve
Nummer vier
Fiction expérimentale | dv | couleur | 12:0 | Pays-Bas | 2005

Il y a des choses qui sont inévitables, comme les lois de la gravité, et ce peu importe à quel point on aimerait les éviter, et le sous-titre de ce court-métrage donne totalement raison à cette affirmation. Dans ?Nummer vier?, Guido van der Werve présente une forme contemporaine du ?spleen? : la mélancolie du 19ème siècle mélangée à la sobriété Néerlandaise et le ?timing? conceptuel. Nous voyons sans cesse une scène improbable se dérouler sur un arrière plan pittoresque et serein. Un homme joue du piano sur un radeau au milieu d?un lac d?huile ; une chorale et un orchestre joue un requiem sur un bateau à voile ; une personne tombe du ciel. Rien de bouleversant, mais ce sont les ingrédients grâce auxquels ?Nummer vier? met en place les problèmes importants : la nature, l?art, la beauté, la vie, la mort. Des sujets que personne ne peut éviter, que ce soit en tant qu?être humain ou en tant qu?artiste, mais que l?on peut mettre au défi ? tout comme la gravité.


Guido van der Werve est un artiste né le 7 avril 1977 à Papendrecht, près de Rotterdam aux Pays Bas. Il est installé à Amsterdam où il a étudié l?art à l?Académie Gerrit Rietveld et à la Rijksakademie van Beeldende Kunsten. Il a également étudié le piano classique, la culture et la langue russe et l?archéologie. Il travaille également en tant que conférencier et professeur. Il travaille principalement sur des films basés sur la performance. Les ?uvres de van der Werve ont été exposées bon nombre de fois, dans des endroits dédiés à l?art mais aussi au cinéma. Il a obtenu le prix René Coelho de l?Institut Néerlandais des Arts Médiatiques Montevideo/TBA, en 2003. Il a été nommé en 2004 pour le NPS short film award, et en 2005 pour le Prix de Rome aux Pays Bas. Il est actuellement exposé à la Gallery Olaf Stueber à Berlin, à la Gallery Monitor à Rome et à la Gallery Juliette Jongma à Amsterdam.

Guido van der werve
Catalogue : 2006Nummer Vier | Fiction expérimentale | 35mm | couleur | 11:45 | Pays-Bas | 2005
Guido van der werve
Nummer Vier
Fiction expérimentale | 35mm | couleur | 11:45 | Pays-Bas | 2005

Some things are as inevitable as gravity, no matter how much we would like to avoid them: something with which the subtitle of this short film whole-heartedly agrees. In "Nummer Vier", Guido van der Werve presents a contemporary form of spleen: nineteenth-century melancholy, mixed with Dutch sobriety and conceptual timing. Over and over again, we see an unlikely scene unfolding against a picturesque, serene background. A man playing a piano on a raft in the middle of a smooth lake; a choir and orchestra performing a requiem on a ship under sail; someone falling from the sky. Nothing world-shattering, but these are the ingredients with which "Nummer vier" introduces the important issues: nature, art, beauty, life, death; subjects that no-one can avoid, neither as a human being nor as an artist, but that can be defied ? just as gravity.

Guido van der werve
Catalogue : 2006Nummer vier | Fiction expérimentale | 16mm | couleur | 11:48 | Pays-Bas | 2005
Guido van der werve
Nummer vier
Fiction expérimentale | 16mm | couleur | 11:48 | Pays-Bas | 2005

On ne saurait faire fi de la gravité. Dans "Nummer vier" (Numéro quatre), Guido van der Werve suggère une forme contemporaine du spleen : une mélancolie du dix- neuvième siècle, emprunte d'une sobiété hollandaise et conceptuelle dans sa composition. Encore et encore, une scène singulière a lieu, le décor en est pittoresque et serein. Un homme joue du piano sur un radeau au milieu d'un lac calme, quelqu'un tombe du ciel, une chorale et un orchestre exécutent un requiem sur un bateau à voile? Une épure, des séquences simples et denses dans "Nummer vier" introduisent à la nature,l'art,la beauté,la vie, la mort, phénomènes qu'on ne saurait éluder, ni en tant qu'homme ni en tant qu'artiste, mais qui peuvent être bravés.


Guido Van Der Werve est né en 1977 à Papendrecht, une banlieue de Rotterdam. Pianiste, il rejoint le Conservatoire de Rotterdam après l'Université. Il étudie l'archéologie et le russe http://www.art-action.org/proposition/base/traduction/2007_feuilletraduction.php?codeoeuvre=N37139&qui=reali&login=cecile_coà la Gerrit Rietveld Academie d' Amsterdam. Il est actuellement résidant à la Rijksakadémie à Amsterdam. Il s'intéresse au film et au langage cinématographique. Dans sa première ?uvre, il mixait séquences narratives et performance. Les clés de ses ?uvres sont toujours la performance, la musique et des scènes atmosphériques. Il travaille à partir de longs plans et ne sollicite jamais d'acteur.

Catalogue : 2007Nummer zes | Vidéo expérimentale | dv | couleur | 17:9 | Pays-Bas | 2006
Guido van der werve
Nummer zes
Vidéo expérimentale | dv | couleur | 17:9 | Pays-Bas | 2006

Un texte sur un fond noir un peu sale nous explique que depuis l'âge de 6 ans le réalisateur a l'habitude de décorer sa chambre en noir et blanc ; qu'un rayon de soleil a un jour atteint son mur en se reflétant sur la façade d'un bâtiment en verre situé de l'autre côté de la rue, et que, lorsqu'il n'arrive pas à dormir la nuit, il va marcher et ne voit presque jamais d'étoile. La caméra s'éloigne, et le champ noir devient alors le sol à carreaux noir et blanc de l'appartement de l'artiste. Il est assis à son piano, dos au clavier, dans ses pensées. Une voix off raconte l'histoire du grand piano Steinway & Sons' et rappelle que seul un petit nombre de pianistes a le privilège de jouer sur un tel instrument. On aperçoit alors le quai sur lequel se trouve l'appartement sans grand piano, et Van der Werve, toujours dans ses pensées, apparaît derrière la vitrine d'un pub, près d'un pont, dans un snack chinois, tandis que le Steinway s'éloigne de plus en plus. Pour finir, on le voit regarder la vitrine d'un célèbre magasin de piano qui s'est trouvé pendant longtemps dans le centre d'Amsterdam. A l'intérieur, commence une brève conversation avec un vendeur enthousiaste à propos du piano de concert choisi, de son prix et de ses "possibilités". Puis le rêve semble devenir réalité: la musique s'élève et on voit l'intérieur d'un grand piano noir et brillant. Un orchestre de chambre remplit la pièce noire et blanche et accompagne Van der Werve qui joue le concerto pour piano n°1 de Chopin.


Guido Van Der Werve est né en 1977 à Papendrecht, une banlieue de Rotterdam. Il étudie l'archéologie et le russe à l'université, puis rejoint le Conservatoire de Rotterdam pour s'y adonner au piano. et à la Gerrit Rietveld Academie d'Amsterdam. Il est artiste résidant à la Rijksakademie à Amsterdam. Dès sa première ?uvre, il s'intéresse au support filmique et au langage cinématographique, et mixe séquences narratives et performance. Les clés de ses ?uvres sont toujours la performance, la musique et des scènes atmosphériques. Il travaille à partir de longs plans et ne sollicite jamais d'acteur professionnels.

Guido van der werve
Catalogue : 2005Nummer drie (take step fall) | Film expérimental | 16mm | couleur | 10:38 | Pays-bas | 2004
Guido van der werve
Nummer drie (take step fall)
Film expérimental | 16mm | couleur | 10:38 | Pays-bas | 2004

"Take step fall", une histoire vraie dans laquelle tout le monde et toute chose redonnent espoir.


Guido van der Werve, né le 7 avril 1977 à Papendrecht, a étudié les arts audiovisuels à la Gerrit Rietveld Academie à Amsterdam où il obtient son diplôme en 2003. Avant cela, il a étudié le piano pendant une courte période au Conservatoire de Rotterdam. Il débute en enregistrant des représentations sur vidéo, et se tourne ensuite vers le travail sur film, avec une équipe, et ses propres morceaux de piano et éléments cinématographiques. Dans ses ?uvres récentes, il réalise de courtes histoires abstraites tirées d'éléments correspondant à son état d'esprit. Les ?uvres de Guido van der Werve sont présentées dans le contexte à la fois artistique et cinématographique. Avec son film de fin d'études, "Nummer twee", il a remporté le prix René Coelho de l'Institut Hollandais des arts et médias. Son film suivant, "Nummer drie" a été sélectionné pour le prix NPS du court-métrage. Et récemment, son ?uvre a été sélectionnée pour le prestigieux Dutch Dtate Art Award, "Le prix de Rome".

Bart van dijck
Catalogue : 2007The Foil | Documentaire | dv | couleur | 6:0 | Belgique | Russie | 2007
Bart van dijck
The Foil
Documentaire | dv | couleur | 6:0 | Belgique | Russie | 2007

Quand j'était dans le sud de Tuva, près de la frontière mongolienne, un shaman me dit que je devrais chercher un arbre shamanique chez moi et faire un rituel là-bas. Cet arbre me donnerait de la force, bonne santé et du pouvoir.


Il y a une interaction mutuelle entre les sculptures et les installations de Bart Van Dijck d'un coté et ses vidéos et ses documentaires de l'autre. Le contenu, comme la forme, de ses travaux ont été influencé par ses nombreux voyages, la plupart dans des pays arabes ou bien indiens. Des sujets comme les chocs culturels, la globalisation, l'aliénation et l'identité culturelle sont des thèmes récurrents à travers son oeuvre. Le détachement de la réalité, les voyages intérieurs, la transe et le shamanisme sont une source d'inspiration. Des formes animales et humaines font partie d'un large rituel. Aliénation et plasticité sont les mots clefs de l'univers particulièrement personnel et éclectique de Van Dijck. www.axe-entertainment.tk

Ludivine van gaver
Catalogue : 2006La ritournelle | Vidéo expérimentale | dv | couleur | 8:40 | France | 2005
Ludivine van gaver
La ritournelle
Vidéo expérimentale | dv | couleur | 8:40 | France | 2005

Je me dis : Quand est-ce que je chantonne ? Je dis : Je chantonne en trois occasions. Je chantonne quand je fais le tour de mon territoire et que j?essuie mes meubles. C?est-à-dire quand je suis chez moi. Je chantonne quand je ne suis pas chez moi et que j?essaie de regagner le chez-moi, quand la nuit tombe, l?heure de l?angoisse. Je cherche mon chemin et je me donne du courage en chantant tralala. Je vais vers mon chez-moi. Et puis je chantonne lorsque je dis : Adieu, je pars et dans mon c?ur j?emporterai?


Ludivine van Gaver a étudié le montage à la Fémis après des études à l?École du Louvre et à l?Université de Paris 8 en Arts Plastiques. Elle est monteuse, vidéaste et photographe. Elle vit et travaille à Paris et Berlin.

Bas van koolwijk
Catalogue : 2006FBCK/AV Red Flag | Vidéo expérimentale | dv | couleur | 6:8 | Pays-Bas | 2005
Bas van koolwijk
FBCK/AV Red Flag
Vidéo expérimentale | dv | couleur | 6:8 | Pays-Bas | 2005

"FBCK/AV - Red Flag" provokes the observer with a penetrating sound and a flickering red image that refuses to take on a recognizable form. In order to generate this image, Bas van Koolwijk developed software which, again and again, transforms the input of audio and video signals into unique abstractions. Small doses of these signals can poach on each other's preserves, so that the computer converts sound information into image and image into sound ? a matter of data feedback. The resulting interference looks a bit like flagging, a term and phenomenon from the times of video tapes. Flagging occurs when a video tape does not run smoothly through the recorder, and the phenomenon is usually visible in the upper part of the image. With this reference to the analogue era, the viewer's thoughts are taken even further 'back', towards the capricious and chaotic nature of flags fluttering in the wind. But is also refers to the Babel-like confusion that governs this digital era due to the fact that (with all the codecs and formats) much of the software available only provides for limited readability and exchangeability of data.

Bas van koolwijk
Catalogue : 2006FBCK/AV - Red flag | Vidéo expérimentale | dv | couleur | 2:59 | Pays-Bas | 2005
Bas van koolwijk
FBCK/AV - Red flag
Vidéo expérimentale | dv | couleur | 2:59 | Pays-Bas | 2005

FBCK/AV - Red Flag provoque le spectateur avec un son pénétrant et une image rouge instable dans laquelle on ne peut déterminer de forme reconnaissable. Pour pouvoir créer cette image, Bas van Koolwijk a développé un logiciel qui transforme incessamment les données de signaux sonores et vidéos en des abstractions uniques. Des petites doses de ces signaux peuvent empiéter sur le territoire de l?autre, et vice-versa, de sorte que l?ordinateur transforme une information sonore en image et une image en son ? une question de retour des données. L?interférence qui en résulte ressemble un peu au ?flagging?, un terme et un phénomène qui remonte à l?époque des cassettes vidéo. Il y a ?flagging? lorsque la bande d?une cassette ne passe pas tout à fait correctement dans le magnétoscope et le phénomène est généralement visible en haut de l?image. Grâce à cette référence à l?époque analogique, on ramène les pensées des spectateurs en arrière, vers la nature capricieuse et chaotique des drapeaux qui flottent dans le vent. Mais cela fait également référence à la confusion, comparable à celle de Babel, qui domine l?ère digitale puisque (à cause de tous les codex et les formats) la plupart des logiciels disponibles ne permettent de lire et d?échanger des données que de manière limitée.


Jan van nuenen
Catalogue : 2007Evolizer | Vidéo expérimentale | dv | couleur | 15:0 | Pays-Bas | Allemagne | 2007
Jan van nuenen
Evolizer
Vidéo expérimentale | dv | couleur | 15:0 | Pays-Bas | Allemagne | 2007

Evolizer NL, 2007, 10`37? In a space that looks like a town or a factory, but could just as well be the inside of a computer, a robot-like figure is moving along. The camera zooms in on a kind of small cabinet that seems to suck the viewer in. Some elements are being added to this technological, geometric environment, which bring about rearrangements and transformations here and there. Spontaneous modulations create a proliferation of colourful, organic forms. With their tentacles grasping around them, these organisms gradually and increasingly take possession of the space. An aquarium-like underworld, in which an aggressive struggle for life is taking place, then replaces the orderly universe where the viewer?s trip began. This (r)evolution, unfolding within a well-defined space, breaks out of the cabinet before the eyes of the little figure, and continues outside it.

Catalogue : 2006Warning Petroleum Pipeline | Animation | dv | noir et blanc | 4:45 | Pays-Bas | 2004
Jan van nuenen
Warning Petroleum Pipeline
Animation | dv | noir et blanc | 4:45 | Pays-Bas | 2004

Le déplacement de l?information sur Internet est invisible. Bouts d'information et bytes glissent sans bruit à l?intérieur de câbles très fins et arrivent, en moins d?une fraction de seconde, sur l?ordinateur auquel ils étaient destinés où ils peuvent être réutilisés en un clic de souris. Le mouvement du pétrole, au contraire, est une affaire salissante et pesante qui a des conséquences de taille sur le paysage et les agglomérations urbaines. Des tuyaux encombrants et rouillés traversent les champs alors que des camions-citernes et des pétroliers circulent péniblement sur les routes et les océans, avec leur menaces de pollution et d?explosion. Chacun de ces processus a radicalement changé le monde et garde les relations économiques et politiques sur le qui-vive. Avec ses images en noir et blanc à la manière de collages, ?Warning Petroleum Pipleine? rappelle l?art destiné à dépeindre la force destructrice de l?industrie lourde émergeante au début du vingtième siècle. Des machines mystérieuses tournent et martèlent à un rythme strict et semblent se propager, créant ainsi une forêt de composants en mouvement, de plaques aux rebords affûtés et de câbles imposants. Cette animation numérique très fluide est une vision sombre qui ne montre pas seulement la destruction mais aussi, paradoxalement, une force créatrice incontrôlable grâce à laquelle une industrie se construit.


Jan van nuenen
Catalogue : 2005Warning, petroleum pipeline | Vidéo expérimentale | dv | couleur | 4:50 | Pays-bas | 2004
Jan van nuenen
Warning, petroleum pipeline
Vidéo expérimentale | dv | couleur | 4:50 | Pays-bas | 2004

"Un paysage désolé et désertique se transforme peu à peu en un monde industrialisé futuriste. Des machines indéfinissables sont reliées à des mécanismes plus complexes qui produisent en rythme une musique industrielle."


"Après des études en création audiovisuelle à l`académie St. Joost à Breda aux Pays-Bas, de 1997 à 2002, Jan Van Nuenen travaille essentiellement sur des courts métrages animés expérimentaux et des installations vidéo jusqu`en 2005. Ses outils de prédilection sont les logiciels de montage numérique comme After Effects, Photoshop, Premiere, Reactor et FL Studio. Ses films sont surtout réalisés à partir de collages de séquences vidéo récupérées et de photos ensuite découpées, mixées et montées sur ordinateur. Son ?uvre est caractérisée par une action combinée et complexe de boucles, répétitions et rythmes, où le son joue un rôle important. Jan van Nuenen réalise également de courtes animations pour la série de la chaîne néerlandaise VPRO, "Wonderland" (2004), et ses films sont montrés lors de différents festivals internationaux de cinéma, de vidéo et d`art."