Catalogue > Liste par artiste
Parcourez la liste complète des artistes présentés dans le cadre des Rencontres Internationales depuis 2004. Utilisez le filtre alphabétique pour affiner vos recherches.  mise à jours en cours 
Davor sanvincenti
Catalogue : 2010The River | Vidéo expérimentale | betaSP | noir et blanc | 7:30 | Croatie | 2009
Davor sanvincenti
The River
Vidéo expérimentale | betaSP | noir et blanc | 7:30 | Croatie | 2009

Through multiple crackling structures The River spreads audiovisual resources to create atmospheres that combine narrative and aesthetic concepts beyond one photography, Versus, captured with 82 years old camera-box which portrays the social landscape that is devoid of any romanticism. The work investigates and examines the human like the unforeseeable active presence between the nature and technology, analogue and digital, static and dynamic. It explores and reveals a research for the essence of seeing and hearing, for ontology of the audiovisual landscape.

Davor Sanvincenti a.k.a. Messmatik (b.1979) is a Croatian multimedia artist. Over the last years he has been specifically interested in a field of audiovisual research and anthropology of visual culture, particularly oriented on the conditions and forms of human senses and perceptions, developing experimental videos and immersive installations which are at the intersection of video and performing arts. He explores aesthetical and qualitative capabilities of different media as direct communication with the spectator which becomes an inevitable part of the work, a reflecting contemplative-physical structure. He is recipient of several art awards, including the Radoslav Putar Award 2010 for the best Croatian artist under 35. His physical video installation "1001" is part of the AV collection of the Museum of Contemporary Art in Zagreb.

Catalogue : 2018Skoro nista: i dalje noc | Film expérimental | 16mm | couleur et n&b | 12:0 | Croatie | 2017
Davor sanvincenti
Skoro nista: i dalje noc
Film expérimental | 16mm | couleur et n&b | 12:0 | Croatie | 2017

Le film tourne autour de l'ampoule comme la Terre tourne autour du Soleil. La lumière rend le film visible. En orbite autour de la tragédie du film et de notre réalité, l'image résiste à la cruauté de l'expérimentation.


Davor Sanvincenti (1979) is a multimedia artist specifically interested in audiovisual phenomenology and anthropology of visual culture, particularly focused on the conditions and forms of human senses and perceptions. His artistic practice takes shape in the variety of media - film and video, photography, physical light and sound installations and live media performances. His work plays with the concept of illusion, exploring the possible boundaries of perception and the construction of experience. In 2010, he was recipient of the Radoslav Putar Award for the best Croatian artist under 35. Davor Sanvicenti`s work has been exhibited and presented internationally, including festivals like Rotterdam, Music Biennale - Zagreb, Rencontres Internationales - Paris/Berlin/Madrid, Device_Art Triennale - Montreal, LOOP - Barcelona, World Film Festival - Bangkok, 25FPS - Zagreb, VideoEX - Zurich and venues including Centre Georges Pompidou, Paris; ZKM, Karlsruhe; Lincoln Center, New York; Universal Museum Joanneum, Graz; Museo de Arte Contemporanea, Oaxaca; Camera Austria, Graz; FRAC Pays de la Loire, Carquefou; MoCA, Zagreb; NIU, Barcelona; La Triennale, Milano; Filmoteca Española, Madrid; Glassbox, Paris; Haus der Kulturen der Welt, Berlin.

Joaquim sapinho
Denis saraginovski, stevceska slobodanka, talevski sasho
Catalogue : 2005Let's talk about? | Vidéo expérimentale | dv | couleur | 7:0 | Macédoine | 2003
Denis saraginovski , stevceska slobodanka, talevski sasho
Let's talk about?
Vidéo expérimentale | dv | couleur | 7:0 | Macédoine | 2003

Installés devant leur caméra, les trois artistes du groupe OPA§HA, , évoquent la situation de l'art contemporain et plus particulièrement le rôle qu'ils jouent sur la scène de l’art macédonien. La vidéo montre leur combat.


OPA§HA est une collaboration entre trois auteurs: Denis Saraginovski (né en 1971 en Macédoine, diplômé de la Faculté des Beaux Arts de Skopje, artiste visuel et vidéographe freelance); Slobodanka Stevceska (née en 1971, également diplômée de la Faculté des Beaux Arts de Skopje, artiste visuelle et pédagogue en art) et Sasho Talevski (né en 1967 en Macédoine, diplômé de la Faculté de Philosophie de Skopje, artiste conceptuel, écrivain et journaliste). La collaboration OPA§HA (qui en français signifie Agression Obsessive et Possessive, et Arrogance Chronique)débute en 2002 avec des projets impliquant action, performance, vidéo, "mockumentaries", travail particulier. Parmi les projets de trois artistes figurent: "Professional Site Specific Installers", "Don’t miss the MISS", "Reality Macedonia", etc. Leur travail est centré sur la position/relation de l'artiste dans/avec différents systèmes culturels ou sociaux. Ils traitent des problèmes politiques, culturels et sociaux avec humour et abordent les préoccupations et situations locales d'un point de vue critique. En 2004, ils ont reçu le prix DENES des meilleurs jeunes artistes macédoniens. Ils ont exposé dans plusieurs pays d'Europe et aux Etats-Unis.

Arfang sarr
Catalogue : 2008L'Infini chez soi | Documentaire | dv | couleur | 52:0 | Sénégal | 2008
Arfang sarr
L'Infini chez soi
Documentaire | dv | couleur | 52:0 | Sénégal | 2008

L?INFINI CHEZ SOI Synopsis Chez les sérères, la deuxième ethnie la plus nombreuse au Sénégal, la vie de l?individu est rythmée par des évènements importants qui lui confèrent son statut au sein de la communauté. L?initiation appelée « Ndout » en sérère est un moyen d?éducation primordial chez les hommes et marque le passage à l?age adulte pour les garçons. Elle a lieu tous les dix ans et se fait dans la brousse. Chez les femmes, cette même cérémonie se fait à l?occasion du mariage et à la fin,la jeune mariée,accompagnée des jeunes femmes initiées de son quartier,ramassent le linge des plus vieilles personnes du village, qu?elles vont laver dans un marigot, loin de tous regard. Ce rituel se fait à travers une longue procession accompagnée de chants initiatiques. Cette initiation qui constitue un moment de prières pour la fécondité et l?abondance des prochaines récoltes est également un événement particulier dans la vie de la communauté où de nombreux chants épiques et poétiques provoquent la fierté, l?attachement au terroir mais également le sentiment d?appartenance à la communauté. L?infini chez est un documentaire qui tente d?analyser la problématique identitaire dans la société sérère islamisée et de plus en plus connectée aux interfaces culturelles ouvertes par la mondialisation. Le film a été entièrement tourné dans le petit village insulaire de Simal, qui est un maillon essentiel de ce chapelet d?îles piégées entre tans (terres salées) et bolongs (bras de mer) dans ce que le poète Léopold Sédar Senghor appelle le Royaume d?enfance.


NOTE BIOGRAPHIQUE DE L?AUTEUR Arfang Sarr-Crao est l?un des artistes montant de la scène dakaroise des arts plastiques. Diplômé en sciences (math, physique chimie et sciences naturelles), il tourne le dos à la fac de science de l?université Cheikh Anta Diop de Dakar pour s?adonner à la peinture et à la création littéraire (poésie et nouvelles). En tant que plasticien autodidacte, il a participé à plusieurs biennales Dak?Art et à de nombreuses expositions au Sénégal et à l?étranger (France, Belgique, Canada, Suède Espagne etc.). Arfang est également lauréat du Grand Prix Birago Diop de poésie en 2004 avec son premier recueil Litanie pour les cheveux de Fadima publié aux Editions Feu de Brousse. Artiste polyvalent, porte étendard de la nouvelle génération des créateurs sénégalais férus de nouvelles technologies, Arfang a opté très tôt pour un mélange des genres et des outils de création à travers une démarche expérimentale qui associe arts plastiques, cinéma, photographie et littérature. Il est l?auteur de plusieurs vidéo installation et de documentaires parmi lesquels : Art Manifest ou le rêve de la jeune peinture sénégalaise, Dakar une syntaxe urbaine et l?Infini chez soi entre autres. Il prépare le tournage de sa première fiction Histoires de Sowanna, avec le FACMAS (Fonds d?Appui à la production de Courts Métrages en Afrique)

Varun sasindran
Catalogue : 2019Omarska | Documentaire | hdv | couleur | 19:0 | Inde | France | 2018
Varun sasindran
Omarska
Documentaire | hdv | couleur | 19:0 | Inde | France | 2018

In this film, the filmmaker enters into conversation with the survivors of the Omarska concentration camp in Prijedor (Bosnia-Herzegovina). The film begins with the recollection of their memories and eventually touches on the present situation of the former camp. Former site of the concentration camp Omarska is now a factory owned by Arcelor Mittal Company. The company’s manufacturing process now takes place where the civilians used to be detained. Despite of several requests from survivors, there is no memorial for the killed victims at Omarska. Once in a year, the premises are open to public for the commemoration. Film intents to construct a memorial in 3D animation from the archive images, videos, recent photographs -guided by the testimonies of the survivors of the camp.

Thirty two years old (2nd April 1987), born and raised in Kerala, India. He graduated in Electronics and Communication engineering, during the year of 2008. Post study, worked as a software engineer for four years. In 2012, he decided to quit the job and decided to study films. He mainly got inspired from the film he has seen in the international film festivals he attended during the course of this time. He pursued his further studies in Visual media Studies from Calicut University. And then he joined for M.A at Sarajevo Film Academy followed by the research from Le Fresnoy, where he received a full scholarship from Institut Francais. His Film “Omarska”, has already won Honorable jury mention at Berlinale, Jury special mention at Kyiv international short film festival, Best Director award at Bucharest international experimental film festival and has been also presented at many other festivals all over the world.

Martín sastre
Catalogue : 2006Montevideo : the dark side of the pop | Fiction expérimentale | dv | couleur et n&b | 15:0 | Uruguay | Espagne | 2006
Martín sastre
Montevideo : the dark side of the pop
Fiction expérimentale | dv | couleur et n&b | 15:0 | Uruguay | Espagne | 2006

Martin Sastre was born in 1976 in Montevideo, Uruguay. He now lives and works in Madrid, Spain.

Martin sastre
Catalogue : 2007Bolivia 3: Confederation Next | Fiction expérimentale | dv | couleur | 15:0 | Uruguay | Espagne | 2007
Martin sastre
Bolivia 3: Confederation Next
Fiction expérimentale | dv | couleur | 15:0 | Uruguay | Espagne | 2007

"Bolivia 3: Confederation Next" nous transporte dans le futur et plus précisément en 2876, à une époque ou la carte politique du continent américain est à l'opposé de celle que nous connaissons aujourd'hui. L' Amérique du Sud est devenue une gigantesque confédération appelée Bolivie tandis que l'Amérique du Nord s'est divisée en petits pays émancipés des anciens Etats Unis et Canada. Un futur où Tom Cruise est un vampire immortel vivant dans les sombres marécages que sont devenus Hollywood et où l'on nous raconte comment les américains ont remporté la guerre pour le contrôle de la fiction au terme d'un duel à l'épée entre Martin Sastre et Matthew Barney.


Martin Sastre est né en 1976 à Montevideo (Uruguay). Fortement influencé par la culture vidéo des années 80, il expérimente l'image vidéo et cinématique depuis son plus jeune âge. Il est aujourd'hui considéré comme l'un des artistes latino-américains les plus représentatifs de sa génération. Ses ?uvres ont été présentées dans le monde entier, à la 1ère Biennale de Prague; à la 8e Biennale de La Havane, à la 28e Biennale de Sao Paulo, à la 51e Biennale de Venise et à la 11e Biennale de l'Image en Mouvement de Genève. Il travaille actuellement sur son dernier long métrage ainsi qu'au développement de la Martin Sastre Foundation for the Super Poor Art dont l'objectif est de soutenir les artistes latino-américains qui ne peuvent habituellement pas accéder aux circuits internationaux et faire ainsi évoluer les définitions de centre et de périphérie.

Catalogue : 2008Diana, The Rose Conspiracy | Fiction expérimentale | dv | couleur | 20:0 | Uruguay | 2005
Martin sastre
Diana, The Rose Conspiracy
Fiction expérimentale | dv | couleur | 20:0 | Uruguay | 2005

« Diana, The Rose Conspiracy » se déroule autour de l'idée que la princesse Diana n?est pas morte dans un accident de voiture à Paris mais qu'elle vit maintenant une nouvelle vie heureuse et secrète, dans un quartier pauvre de Montevideo, en Uruguay.


Né à Montevideo (Uruguay) en 1976, Martin Sastre a été exposé internationalement depuis 2002 et a participé aux biennales de Busan (Corée) en 2008, d?Usuahia (Argentine), de Pontevedra (Espagne) en 2007, de Genève (Suisse) en 2006, de Venise (2005), de Sao Paulo (Brésil) en 2004, de La Havane (Cuba) en 2003, de Prague (République tchèque) en 2002, ainsi qu?à la Biennale du Mercosur en 2001. Lui ont été décernés les prix suivants : le Prix ARCO de la Foire Internationale d?Art de Madrid en 2004 et le prix Faena en 2008, attribué par un jury formé de Jessica Morgan (Tate Modern), Okwui Enwezor (San Francisco Institute of Art) et Carlos Basualdo (Philadelphia Museum of Art) pour une intervention urbaine à Buenos Aires (Argentine).

Ari satria dharma
Catalogue : 2006Igra | Vidéo expérimentale | dv | couleur | 2:15 | Indonésie | 2005
Ari satria dharma
Igra
Vidéo expérimentale | dv | couleur | 2:15 | Indonésie | 2005

About how if letters, which form words and then sentences ? part of our daily life as a medium for communication and promotion ? would suddenly go away slowly, or become "erased", leaving the platform space empty. Is it because we are a consumptive society that we really see it as a empty space? Or do the letters just want to convey their own messages? What if this really happened?

Expositions: Transmediale.05 (Berlin, Fevrier 2005); Ko Video Festival (Durban , Octubre 2005); ]]]Prog:Me[[[ (Rio de Janeiro, Septembre 2005)

Volker sattel
Catalogue : 2005Unternehmen Paradies | Doc. expérimental | 16mm | couleur | 60:0 | Allemagne | 2003
Volker sattel
Unternehmen Paradies
Doc. expérimental | 16mm | couleur | 60:0 | Allemagne | 2003

?Unternehmen Paradies? Un essai filmique sur Berlin qui parvient de façon presque incidente à fixer des relations complexes. Les images marquantes, arrachées au cours amorphe du temps, se rassemblent en un collage sur l'urbanisme, la masse et la solitude. Le film, magnifiquement composé, s'émancipe ainsi d'un sujet apparemment rebattu et rend une partie de son innocence à l'objet de l'observation. Il ne fictionnalise pas la réalité, mais découvre plutôt ses possibilités de mise en scène publique, et ce faisant il a le mérite de saisir les oscillations cachées qui entrent en interaction pour constituer le caractère d'un ensemble urbain, et de les amplifier en douceur.


Volker Sattel Né en 1970 à Speyer. 1993-1999: études de mise en scène/caméra à la Filmakademie du Bade- Wurtemberg. Cinéaste indépendant. Différents travaux en tant qu'auteur, metteur en scène et caméraman dans le domaine du long-métrage, film documentaire et expérimental. Collaborations à divers projets de films, de théâtre et de vidéo avec les artistes Olaf Nicolai et Daniel Klein, le musicien Tim Elzer (don?t dolby/Cologne) et l'auteur Mario Mentrup (Maas Media/Berlin). 2002 Création du "Büro für Film und Gestaltung" à Berlin. 2005 création du Vakant Film avec Mario Mentrup. Filmographie (sélection) Letztes Jahr im Rossija en cours de préparation, documentaire, 70min After Effect (caméra) en cours, film de Stefan Geene, 90min Pascha (caméra) en cours, documentaire de Stefanie Gaus, 30min Stadt des Lichts Film en collaboration avec Mario Menrtup, 60min, vidéo 2005 invain Opéra de Georg Friedrich Haas, mise en scène Olaf Nicolai, Theater Basel, réalisation visuelle d'une projection vidéo sur 6 écrans | 65 min | 16mm | 2003 Unternehmen Paradies Documentaire| 59 min | Super16 | 2002 Die Welt in der wir wohnten pour une série de manifestations de Maas Media Berlin | Video | 13 min | 2002 Pocket Park im Auftrag des Kulturkreis des BDI e.V. | Video| 5min | 2001 Über den morgendlichen Blick eines gebeutelten Filmemachers auf einer ziemlich langen Fahrt durch London Video | 30 min | 2001 040 Documentaire | Film pour l'obtention du diplôme de la Filmakademie | 16 mm | 34 min |1999 Sattel der Liebe Documentaire | 16 mm | 30 min | 1999 Fer-sehen court-métrage Super 16 | 5 min | Coproduction avec Südwestfunk | 1996 Wirrsaal court-métrage | 10 min | 16 mm | 1995

Heta saukkonen
Catalogue : 2015Powyłamywanymi | Vidéo | hdv | noir et blanc | 10:42 | Finlande | 2015
Heta saukkonen
Powyłamywanymi
Vidéo | hdv | noir et blanc | 10:42 | Finlande | 2015

Powyłamywanymi is an experimental video. The inspiration and the title comes from a polish tongue twister "Stół z powyłamywanymi nogami" meaning "a table with broken legs". The word in the title means breaking only in context of this sentence. Supposedly it dates back to the Soviet times when everything used to be more or less broken. Through repetitive breaking of different tables the work examines how absurd is constructed, but also fragilities of any given systems such as language, political structures or a human body.

Heta Saukkonen (b. 1990) has a Bachelor of Arts from Aalto University and currently completes master’s degrees in Photography at Aalto University and in Time and Space Arts at University of the Arts Helsinki. She works with mediums of video, photography and installation in the borderline between the visual and the verbal and is interested in the absurd, systems and the unexplainable.

Nicolas sauret, ashley wong
Catalogue : 2009Nønspace | Installation vidéo | | couleur | 22:55 | France | Hong Kong | 2009
Nicolas sauret , ashley wong
Nønspace
Installation vidéo | | couleur | 22:55 | France | Hong Kong | 2009

Nønspace A filmic artwork by Nicolas Sauret & Ashley Wong 2-channel video / 23min / 2009 Nønspace is a work that attempts to probe at the often puzzling and elusive space of Hong Kong. Through its unique history, geography and politics, Hong Kong has sprouted from a small Chinese fishing village to a globalized financial city. From British influence of Western capitalism to a return to a long lost Chinese reality, Hong Kong has formed into a place of in-betweenness. Through interwoven voice interviews with artists, academics, architects, Nønspace approaches notions of space to reveal aspects of a city and culture that is difficult (and perhaps impossible) to underpin. Topics of density, public/private space, colonialism/post-colonialism, identity, society, urban development, and government policy quickly emerge. Through collected materials, photographs and field-recordings from a two and three year stint in Hong Kong, the creators piece back through memory in a desire to understand and in a dialogue with the city and self. Nønspace is hazy in content and in form. The fluid construction of photographic stills and voice, speak around a city, but never at it. It is an approach to space that can be used to navigate any city and environment to explore what is behind the construction of a space and place. Conversations with: Linda LAI (professor, City University), Andrew LAM, (director Museum of Site), Kit LAM (sociologist, Chinese University), Warren LEUNG (independent artist), Map Office (Laurent Gutierrez & Valérie Portefaix, artists), Alvin YIP (architect, Poly University)

Nicolas Sauret is a filmmaker and artist based in Paris, France. After attaining a degree in Engineering of Cultural Industries at Université de Technologie of Compiègne, he spent 3 years in Laos working in documentary film. He later moved to Hong Kong to pursue an MFA in Creative Media at City University. His work has been featured in a number of exhibitions and festivals including the Tokyo Video Festival, Hong Kong Asian Film Festival and Urban Nomad Film Festival. Ashley L. Wong is an artist and curator/facilitator. Born and raised in Canada, she attained a BFA in Digital Image/Sound and the Fine Arts from Concordia University in Montreal. She is founder of experimental events project LOUDSPKR and is former project manager of Videotage - Hong Kong`s Media Art Institution. She is completing an MA at Goldsmiths`, University of London.

Marcin sauter
Catalogue : 2005Za Ploten | Documentaire | dv | couleur | 15:0 | Pologne | 2005
Marcin sauter
Za Ploten
Documentaire | dv | couleur | 15:0 | Pologne | 2005

L'une des principales motivations à l'origine de ce film est d'essayer de retourner au temps de l'enfance, des vacances et des étés chauds . Je me souviens du sentiment éprouvé lorsque le nombre illimité de détails remarquables, de choses à découvrir, d'histoires à explorer et de sujets auxquels réfléchir, donnaient l'impression que chaque jour durait une éternité.


Marcin Sauter Né en 1971. Il travaille comme photographe de presse pour les quotidiens les plus importants de Pologne. Il est auteur des projets de décors photographiques pour le théâtre et co-réalisateur d'un long-métrage, "I co wy na to, Ga³uszko" (2000), projeté dans les cinémas d'art et essai de Pologne. Diplômé du "Documentary Course" à la Andrzej Wajda Master School of Film Directing. "Behind the Fence" (10 min, 2005) est son premier documentaire.

Renu savant
Catalogue : 2014Aaranyak | Fiction expérimentale | 35mm | couleur | 22:20 | Inde | 2014
Renu savant
Aaranyak
Fiction expérimentale | 35mm | couleur | 22:20 | Inde | 2014

The film strives to create the symbolic echoes in the story of two girls searching for their imaginary friend, whose invisible quality they associate with the anonymity of the industrial black hole - the water pipe. On this, the backdrop of another story - an elemental and existential search for water in a dried up river by two migrant workers from the city. The film moves between the lyrical and the referential, the self-reflexive statement and the existential search, ending in an ironic arrival into the real.

The director, Renu Savant, is a graduate from the Film and Television Institute of India, Pune. Before this she has worked as researcher, journalist, lecturer. Her short film, Airawat, received the National Award in 2012, apart from other accolades.

Denis savary
Catalogue : 2014Pégase | Vidéo | dv | couleur | 1:51 | Suisse | 2009
Denis savary
Pégase
Vidéo | dv | couleur | 1:51 | Suisse | 2009

A la vallée de Joux, en Suisse, un vélo cycliste tente la traversée d`un lac gelé. Le titre de la vidéo, Pégase, provient de la sculpture que l’on voit en arrière plan. Ce petit film s’inscrit dans une série d’une trentaine de films autonomes réalisés entre 2003 et aujourd’hui.


Denis Savary est né en 1981 à Granges-Marnand en Suisse. Il vit et travaille à Genève. Diplômé de l’Ecole Cantonale d’Arts de Lausanne, il est en résidence à l’atelier des Arques, puis au Pavillon du Palais de Tokyo en 2006/2007. Il a participé à de nombreuses expositions de groupe : Enchanté château, organisée par Christian Bernard à la Fondation pour l’art contemporain Claudine et Jean-Marc Salomon en 2005, au MAMCO de Genève en 2006, Voici un dessin suisse (1990-2010), au Musée Rath (Genève), Wind, me souffle entre les images au Quartier à Quimper, au Printemps de Septembre à Toulouse en 2009 et 2008... Son travail a également été montré en 2008 au Jeu de Paume (Paris) dans le cadre de la programmation Satellite et au Musée Jénisch à Vevey (Suisse). Lors de l’exposition Le Narrenschiff au Centre Pasquart en 2010, on a pu découvrir un vaste ensemble de films de l’artiste. En 2012, la Kunsthalle de Berne lui consacre une exposition intitulée Balthiques. Plus récemment, une sélection de ses films a été projetée au Centre Georges Pompidou (Paris) lors du festival Hors Pistes. En 2015, une exposition monographique lui sera consacrée au MAMCO de Genève.

Alli savolainen
Catalogue : 2008Excuse Me Could You Make Me Photo | Vidéo | dv | couleur | 3:0 | Finlande | 2007
Alli savolainen
Excuse Me Could You Make Me Photo
Vidéo | dv | couleur | 3:0 | Finlande | 2007

Jacky sawatzky
Catalogue : 2006Social metronome | Création numérique | 0 | couleur | 0:0 | Canada | 2006
Jacky sawatzky
Social metronome
Création numérique | 0 | couleur | 0:0 | Canada | 2006

Il y a quelques années Jacky Sawatzky vivait dans le West End, un quatier de Vancouver au Canada. son appartement donnait sur une ruelle et quatre poubelles. A l'aube elle étais réveillée par les sans-abris qu'elle entendait pousser leur caddy dans la ruelle ainsi que par des portes qui claquaient et des moteurs qui démarraient. La ruelle était un endroit animé. Durant cette même période, elle faisait des recherches sur les méthodes de surveillance qui utilisent des ordinateurs avec des applications qui distinguent autrement que par la vision. Social Metronome est un ensemble de sept vidéos dans lesquels l'image, aussi bien que la structure du montage, sont déterminés par le mouvement dans la ruelle. Une caméra contrôlée par un programme informatique utilise la structure syntaxique du language utilisé en programmation informatique, la proposition logique de 'si ... alors ...', pour créer un portrait de cette ruelle. Le programme sélectionne selon l'intensité du mouvement et non pas son contenu. Ce système fut installé pour les sept jours de la semaine, du matin au soir, et il en résulte environ 500 clips par jour. Ces clips ont ensuite été montés afin de réaliser sept vidéos qui représentent une ruelle en se basant sur le mouvement. Un extrait de l'oeuvre peut être visionné à l'adresse suivante : HTTP://www.jackysawatzky.net/social


Jacky Sawatzky est une artiste de la performance et des média. Originaire de Winnipeg au Canada, elle a passé une grande partie de sa vie aux Pays-Bas où elle a accompli la majorité de sa scolarité et plus tard elle a déménagé à Vancouver, au Canada, pour passer une maîtrise en beaux-arts à l'université Simon Fraser (Simon Fraser University). Ses projets récents ont pour but de nous rendre conscients des concepts qui se cachent derrière la technologie numérique et d'explorer l'influence que cette dernière exerce sur notre perception et notre consommation de celle-ci.Elle a ensiegné à la Ryerson University, School for Image Arts, à Toronto au Canada. Elle se consacre actuellement à sa propre pratique de l'art.

Victoria sayago, stecconi bruno
Catalogue : 2014Tromü (o un estudio para un volcán) | Vidéo | hdv | couleur | 16:0 | Argentine | 2014
Victoria sayago , stecconi bruno
Tromü (o un estudio para un volcán)
Vidéo | hdv | couleur | 16:0 | Argentine | 2014

Tromü (o un studio para un volcán) Author: Victoria Sayago and Bruno Stecconi Tromü means cloud in mapuche* language. A volcano becomes active and emits not lava but ashes so the inmense Patagonia is transformed. What is beautiful and tragic blends into a record that far from mummifying perhaps sublimes the openness of time and its transformations. The tragedy is only an instant in time, a man a point in space and life is in every particle, above all things, as a question form. *The word Mapuche is used both to refer to the original inhabitans of southwestern Argentina and southcentral Chile and to the language they speak.

Victoria Sayago (Argentina, 1980) Graduate (BA Cinematography) by Universidad del Cine. Her field of investigation, teaching and production is audiovisual experimental arts and photography. Curator of “El cine experimental de Narcisa Hirsch” by MQ2 Editora. She teached in FUC and IUNA (Universitary National Art Institute). Nowadays she teaches in Electronic Arts career UNTREF. She won the national grant of Fondo Nacional de las Artes and worked in the art curator department of the National Ministry of Education of Argentina. Her videos were shown in 60 Internationale Kurzfilmtage Oberhausen, 15º Festival de Artes Electrónicas Videobrasil, BIM (First Price), 11ème Biennale de l’image en Mouvement Geneva, Premio MAMBA- Fundación Telefónica 2005, others. She lives and works in Buenos Aires. Bruno Stecconi (Argentina, 1981) Graduated from the FUC (Cinema University Fundation) he is finishing his master degree in Media and Arts, at the European Degree School. His field of work is photography, video and cinema. His videos and photos took part of many different international and national festivals like: 60 Internationale Kurzfilmtage Oberhausen, BIM (First Price), Premio Repsol Lima Perú (First price), Talent Campus Berlin-Buenos Aires, FIVA, Bienal del Fin del Mundo, Bienal de Almeria, among others. With Daniel Böhm created MQ2 Editora. He lives and works in Buenos Aires city.

Lucas sÁ
Catalogue : 2016Balada Para os Mortos | Fiction expérimentale | hdv | couleur | 22:0 | Brésil | 2016
Lucas
Balada Para os Mortos
Fiction expérimentale | hdv | couleur | 22:0 | Brésil | 2016

The city I live is the city I die. "The Ballad of Death" is a hybrid film that uses real and fictional scenes to question the different forms of urban violence. Mostly about the reality on Brazil, but most of all to treat the issue as a universal problem.

Lucas Sá was born in Brazil, 1992. He realized his short films: "O Membro Decaído" (2012), “Ruído Branco” (2013), “No Interior da Minha Mãe” (2013), "Nua por Dentro do Couro" (2014) and "Balada para os Mortos" (2016). Graduated on Cinema at Universidade Federal de Pelotas (UFPEL), his films was on the selection of Cinélatino – Rencontres de Toulouse, Guanajuato International Film Festival , PiFan - Puchon International Fantastic Film Festival, Festival Luso-Brasileiro de Santa Maria da Feira, Festival de Brasília, Janela Internacional de Cinema de Recife, Festival Internacional de Curtas de São Paulo, Mostra de Tiradentes and others. Nowadays, he is on the process of finalizing his first feature called "Canecalon - The Long Hair of Death".

Gigi scaria
Catalogue : 2006Picture Perfect | Doc. expérimental | dv | couleur | 8:28 | Inde | 2006
Gigi scaria
Picture Perfect
Doc. expérimental | dv | couleur | 8:28 | Inde | 2006

La ville de Dehli, comme toute autre métropole du monde, possède un système économique parallèle qui n´est pas contrôlé par l´État ni par les entreprises. Cela opère parmi les millions d´immigrants ruraux qui arrivent en masse dans la ville, tentant chaque jour de survivre. Ils ont été élevés différemment et n´ont pas le même style de vie que la classe moyenne urbaine. Il n´ont fait aucune étude de management, et n´ont même pas suffisamment d´éducation pour comprendre les outils sophistiqués de l´économie globale ou locale. Cependant ils possèdent une "intelligence innée" et un courage énorme. Les idées leur viennent alors qu´ils se baladent sans but, dorment sur le trottoir ou sous le soleil de plomb. A partir de là ils agissent : par exemple ils louent quotidiennement un rickshaw , préparent des snacks sur un stand mobile et les vendent dans la rue, toujours en mouvement, ils vendent des fleurs, des mouchoirs, des magazines, des stylos, des ballons, lunettes de soleil, cartes touristiques ou autres produits locaux inventés en vitesse et vendus aux feux rouges. Leurs inventions tiennent compte des fêtes religieuses, des changements de saison et des événements patriotiques du pays. Muhammad Kurshid Alam est un garçon de 13 ans venant d´Ajim Nagar, un village du Bihar (État), et qui a immigré à Dehli pour aider sa famille de retour au village. Nous nous sommes rencontrés en face de la mosquée Jama Masjid, dans le vieux Dehli, pendant la première semaine d´avril, alors qu´il me courait après pour que je lui achète quelques posters. Ca m´intéressait de voir ses posters ainsi que d´observer l´"esthétique locale" et la technologie rassemblées dans chacun de ses cadres. Mis à part les lieux saints il ne savait pas du tout où se situaient les lieux représentés sur sa collection de posters. Il varie aussi sa séléction et son emplacement en fonction de la saision des festivals. La qualité "esthétique" de son travail minutieux font se rencontrer un monde parallèle et le monde high-tech, multinational et sophistiqué. Parmi les milliers de différences entre ces deux mondes, la différence la plus frappante est que ce dernier est intentionnel alors que l´autre est accidentel.


Né à Kerala, India, Gigi Scaria obtient sa licence en arts à l´Ecole des Beaux Arts, Thiruvananthapuram, en 1995, et son Master en arts à l´Université de Jamia Milia, Dehli, 1998. Bourses/Prix 2005 Prix Sanskriti en arts visuels. 2002 Elu pour un bourse Inlaks. 1995 to 1997 Ministère des Ressources Humaines et du développement, Bourse en Arts Visuels. Résidences 2005 à CCA7 (Caribbean Contemporary Arts), Trinidad et Tobago, Antilles. Khoj 2004 aux studios Khoj, Kirkee Village,New Delhi. Unidee 2002 à la Cittadellarte, Fondation Pistoletto, Biella, Italie. Ateliers 2006 ?Dilli Dur Ast? un atelier sur les lentilles, dans la partie fortifiée de Dehli. 2005 Sandarbh, un atelier d´artistes et programme de résidence prganisé par Beneshwer Lok Vikas Sansthan à Partapur ,Rajastan. 2002 GASTHOF 2002, un événement organisé par la Stadelschule à Francfort, Allemagne 2002. Travailla pendant un mois aux Beaux Arts de Sydney, Australie, en rapport avec le projet d´exposision intitulé ?Indians + Cowboys?. 2001 Atelier international d´artistes Khoj à Modinagar, près de Merrut. Shows Solos 2005 ?Where are the Amerindians?? à l´Inter America Space at CCA7, Trinid. 2001 Exposition de travaux récents à Art Inc., Shaprjhat, New Delhi. 1998 Exposision de paintures et sculptures à la The Great Art Gallery, New Delhi. . Participations Séléctives. 2006 ?Impossible India? à la Frankfurt Kunstverein. Commissaire d´exposition Nina Montmann, encouragé par l´Institut Goethe, Allemagne. 2006 ?Gost in the machine and other stories? (video, interactive media et son) à la galerie Apeejay Media, Delhi. Commissaire d´exposition Pooja Sood 2006 ?REAL 2006? organisé par Matters of art .com à la galerie d´art visuel, Habitat Center, New Delhi 2005 Double ? Enders à la galerie d´art Jehangir , Mumbai. 2005 Self x Social Self stranger parent resource worker à la School of Arts and Aesthetics Gallery J N U Delhi. Commissaire d´exposition Geeta Kapur. 2005 ?Are we like this only?? à Rabindra Bhavan, New Delhi, commissaire d´exposition Vidya Shivdas. Organisé par la galerie Vadera, New Delhi. 2003 ?Crossing Generations Diverge? à la galerie Nationale d´Art Moderne, Mumbai. Commissaires d´exposition Geeta Kapur et Chaitanya Sambrani. 2003 ?Indians + Cowboys? à la Galerie 4A, Asian-Australia Arts Center, Sydney Australie. Commissaire d´exposition Ruth Watson. 2003 Arting Jerusalem, un projet artistique à Jérusalem, Israel. 2002 ?Photographica? à la Cittadellarte, Biella, Italie. 2002 Circo Fragile a story telling event à l´Université Pavia, Italie. 2002 Unidee in Progress à la fondation Pistoletto, Biella, Italie.

Deborah schamoni, deborah schamoni, judith hopf
Gerald schauder
Catalogue : 2017Skulptur21 | Installation multimédia | hdv | couleur | 3:30 | Allemagne | 2015
Gerald schauder
Skulptur21
Installation multimédia | hdv | couleur | 3:30 | Allemagne | 2015

Skulptur21 is an 8 meter long sculpture made of wood, wire, carbon fiber and acrylic paint. It consists of individual hollow elements that are loosely assembled together, partly elevated on wires, on a specially constructed table. The different elements are painted white, light and dark grey, and black. The sculpture is a structural visualisation of Hans Richter‘s experimental film Rhythmus 21. The film, created around 1921, is considered a milestone in film history and is one of the first abstract films ever made. It consists of varying geometric elements that move within the pictorial frame of the screen and change in shape. The elements also change in size, giving the impression of movement towards and away from the viewer, thereby creating a feeling of depth. Skulptur21 shows this movement in space. In the sculpture, every element of the film is shown as a three- dimensional object. Size, position and colour of the elements correspond to those shown in the film. The viewer can physically retrace the elements of the lm by walking along the sculpture. One second of the 3-minute lm corresponds to about 5 cm of the 8 meter long sculpture. The lm can be seen in its entirety at one glance. The sculpture reveals relationships between the elements over the entire duration of the film. However, the translation of the film Rhythmus 21 into sculpture goes beyond a mere reinterpretation of the lm. Skulptur21 creates a connection between the time present in film and the space of architecture. In his paintings, Hans Richter was concerned with studying movement and rhythm. Taking as a basis musical theories, he started developing horizontal rolls depicting geometric elements that gradually change in shape and thus suggest movement. Skulptur21 can likewise be read as a musical score, a linear experimental notation that visualises dynamic proportions and progressions. In addition to o ering a new way of looking at the film Rhythmus 21, the aim of Skulptur21 is to enable the viewer to make their own personal discoveries and experiences, no matter what background or field they come from.

Gerald Schauder a.k.a. KABELTON, born and raised in Munich, socialized in Graz, now living in Cologne, produces media art, electronic music and electroacoustic compositions. He is working as a sound engineer for film and music