Un extrait vidéo au hasard
Parcourez le catalogue des Rencontres Internationales, effectuez une recherche dans les archives des oeuvres présentées depuis 2004. De nouveaux extraits vidéos sont régulièrement mis en ligne, les images et les textes sont progressivement mis à jour.
Su-Mei tse
Pays de neige
Vidéo | hdv | couleur | 7'40'' | Luxembourg / Italie | 2015
Pays de neige (Snow Country), 2015  Une marche faisant le vide comme un moment de suspension, cet espace indéfini semblable à celle d’une respiration avant tout commencement. Comme ce temps durant lequel la toile se prépare avant l`application de la peinture, comme celui pendant lequel la feuille blanche attend l`écriture, ou lorsque la pensée s`apprête à devenir parole. Dans cette vidéo de Su-Mei Tse le balayage souligne le moment magique durant lequel on se prépare à agir, à se laisser emporter par ses désirs, à marcher dans la neige …
Violoncelliste de formation et fille de musiciens professionnels, Su-Mei Tse développe un univers plastique qui s’exprime dans un vocabulaire de formes minimales où l’harmonie s’impose. Mettant en espace le son et la musique, elle exprime son regard sur le monde qui nous environne dans un état d’esprit imprégné par la philosophie zen, avec « la volonté de figurer le son, de rendre palpable l’impact physique et émotionnel de la fréquence sonore » (M. Le sauvage). Jouant sur la relation des sens, elle ravive notre intuition dans des oeuvres qui apparaissent comme des moments de respiration. Marquée aussi par la philosophie humaniste, Su-Mei Tse produit des pièces qui mettent en exergue le chemin de l’homme vers lui-même dans un rapport introspectif car si, comme le dit John Cage, « le silence n’existe pas », il renvoie toutefois à l’écoute de soi. De ce positionnement, naît une ambiance méditative : les sens entrent en éveil progressivement tandis que l’équilibre apparaît entre des elements organiques, matériels et culturels a priori inassimilables. Quant aux espaces, soustraits poétiquement par son geste, ils se révèlent sous l’angle du sensible. (H. Lallier)