Catalogue > Liste par artiste
Browse the entire list of Rencontre Internationales artists since 2004. Use the alphabetical filter to refine your search.  update in progress  
Gaetano liberti
Catalogue : 2008SOGLIA I | Doc. expérimental | dv | couleur et n&b | 23:33 | Italie | 2008
Gaetano liberti
SOGLIA I
Doc. expérimental | dv | couleur et n&b | 23:33 | Italie | 2008

« Threshold I » constitue la première des trois parties du cycle vidéo « Threshold » sur la mémoire retrouvée. L?artiste dit être actuellement ? ce qu?il considère être un attribut de l?esprit ? dans un état de distraction, de perte, avec la sensation de se trouver toujours au commencement et de devoir « reprendre le fil ». Aller ? mettre en ordre ? devoir. Trouver un score de vitesse qui permette d?éliminer le temps et la distance pourrait seulement amener ? par définition ? à un échec. Le seuil d?où l?on observe les choses n?a ni emplacement, ni durée. L?acte de se rappeler implique toujours un échec et une naissance. « Threshold I » : Caméra subjective. Deux lieux. Deux maisons. Deux personnes chéries. Deux grand-mères. La proximité des objets, des choses ? la distance avec laquelle nous les regardons. Ici, le temps n?existe pas. Comme si tout était à sa place et bien rangé ? comme cela arrive au début, dans les ténèbres de l?entrée ? avec ce tapis continuellement soulevé. Plutôt que la lumière qui met toujours les choses à leur place.


Gaetano Liberti est né en 1983 d?une mère croate et d?un père napolitain. En 2004, après avoir fini les Beaux-Arts de Trente (Italie), il rencontre Cesare Ronconi et Mariangela Gualtieri du Teatro Valdoca de Cesena (Italie), dont il suit le cours de théâtre intensif et commence des recherches personnelles sur l?utilisation du corps, sur le mouvement physique, sur la voix et le son. En 2005, il réalise « Brailleway » et commence ses propres recherches artistiques, en utilisant la vidéo dans le script et la direction. Il travaille actuellement sur l?incapacité d?évoquer ses souvenirs, sur le mouvement en arrière, sur le silence et sur le concept de dispositif et d?éternité. Depuis 2005, il travaille comme acteur, artiste, et réalisateur de vidéo, en collaboration avec différents milieux du théâtre contemporain et du paysage artistique italien.

Catalogue : 2012ON THE AIR DOCUMENT | Doc. expérimental | hdv | couleur et n&b | 27:50 | Italie | 2012
Gaetano liberti
ON THE AIR DOCUMENT
Doc. expérimental | hdv | couleur et n&b | 27:50 | Italie | 2012

The starting point of this work is a single image, or rather, multiple images from the same moment: the Annunciation. The image which represents the moment of the Annunciation is a map. The map was used as a guide to construct the space. A single space that contains two places: a room in a film and a waiting room. The frame of projection and the sound constantly connects these two places and time itself. Light-air-time. A boy who lives in two levels connected by a frame discovers the image of himself through the sounds that come from another place. ON THE AIR DOCUMENT* is a document, a video transcription, a visual and sound trace that stands as a document of the project ON THE AIR ? The Annunciation. Project for a waiting room (installation and videowork).**

Gaetano Liberti (1983). In 2004, after finishing the Arts School in Trento, he attends the High Training Course for the Actor conducted by Cesare Ronconi (Teatro Valdoca), and he begins a personal search on the use of the body, physical movement, voice and sound. From 2005 to 2008 he works as actor for Teatro Valdoca in Landscape with broken brother and in special projects. In 2006 he works as actor for Motus in A place [that again]. Since 2006 he is working with the artistic research group Opera. In 2005 he created brailleway, an identity by which he produces filmworks, performances, installations and research on new devices. He collaborates and has worked with various contemporary realities in the italian and international theatre and the artistic panorama. At the moment part of his investigation focuses on the sound, the boundaries of the cinema-device, the remembrance, the frame and the off-screen.

Catalogue : 2011Storm | Film expérimental | hdv | couleur | 20:14 | Italie | 2011
Gaetano liberti
Storm
Film expérimental | hdv | couleur | 20:14 | Italie | 2011

«In this glass air bubbles do not trace any world map.» «It seemed so, at first sight but then?» (from Storm dialogues) FIRST SYNOPSIS Two people (two voices) ? in a hotel room using an unknown language ? are talking about the making of a film. LAST SYNOPSIS Two people (two voices) ? in a hotel room using an unknown language ? are talking about the film that we are watching. They are wondering if a storm could kill. Three ?true images? of three real storms that have been filmed by somebody are interrupting, suspending, breaking up. It feels as if someone is falling down, but the fall is not visible. The characters are trying to reconstruct some kind of truth starting from words, conversations, questions and answers: the language. Their gaze ? in a long subjective shot ? is constantly returning images of crossing over in an endless shifting between the inside and the outside. Storm seems to exist close to something ? a window, a word, the film itself ? neither inside nor outside, constantly swinging between what is happening (or not) inside or outside the room, inside or outside the speech, in the objectivity of the (etymological) rule or in the uncertainty of the insight. (Storm is an unknown chapter part of ?F ? Anthology of failure from a survey on the next desert?.)

Gaetano Liberti. Filmmaker, performer. He collaborates and has worked with various contemporary realities in the Italian and international theatre and the artistic panorama. In 2005 he created Brailleway, an identity by which he produces filmworks, performances, installations and research on new devices. At the moment part of his investigation focuses on the filing systems of the instant, the boundaries of the cinema-device, the remembrance and the frame.

Catalogue : 2010From the place we don't know | Fiction expérimentale | dv | couleur et n&b | 16:18 | Italie | 2010
Gaetano liberti
From the place we don't know
Fiction expérimentale | dv | couleur et n&b | 16:18 | Italie | 2010

From the place we don?t know is an unknown chapter part of ?F ? Anthology of failure from a survey on the next desert?. There is no story. The subjects ? which are only subjects ? have no specific or particular experience. They have no past, they are given. The place where they exist is the place where nothing will never happen, and their being in that place defines and generate the failure of the story. Starting from this lack ? having not a story, unable to write it, unable to have a relationship with it, having not received it ? the camera fails its task. The camera is literally outrunned by the untiring running of the subjects without a history, a film without a story. ? I think of two people who run fast, they take a car and I think about a camera left alone, without subjects, outrunned.?

Gaetano Liberti born in Rovereto in 1983. In 2004, after finishing the Arts School in Trento, he meets Cesare Ronconi and Mariangela Gualtieri of Cesena?s Teatro Valdoca where he attends the High Training Course for the Actor, and he begins a personal search on the use of the body, physical movement, voice and sound. Since 2005 he works as an actor, performer and filmaker collaborating with various active realities in the contemporary italian theatrical and artistic panorama (Teatro Valdoca, Motus, Vincenzo Schino, Muna Mussie?) In 2005 he created Brailleway, an identity by which he produces filmworks as a writer and director, and develops his artistic research in the field of performance, installation and other devices. At the moment part of his investigation focuses on the practice of truth, failure, intimacy and the desert.

Catalogue : 2009B.A.T.W.H.N.S.A.Y.H.B. | Doc. expérimental | dv | couleur | 16:25 | Italie | 2009
Gaetano liberti
B.A.T.W.H.N.S.A.Y.H.B.
Doc. expérimental | dv | couleur | 16:25 | Italie | 2009

?I always dream only of houses. Ruined houses to be put in order, new houses to furnish?? G. Truth is the telling of a falsehood. B.A.T.W.H.N.S.A.Y.H.B. ? Blessed Are Those Who Have Not Seen And Yet Have Believed revolves around a first research on the practice of truth and on the action of witnessing. The consistence of the human language, the eloquence of objects and of places, the resistance of things to abandonment, the breaking in of the present. It?s actually impossible to speak the truth, to be a witness form the outside. It?s neither possible to be a witness from within. It seems that this unfeasible position and this tension imbedded in the act of witnessing is to be neither simply within, nor outside, but, paradoxically, both inside and outside at the same time. An abandoned place and dreams are subject to the same rules. Therefore, in these places, it will not matter anymore to speak the truth.

Gaetano Liberti born in Rovereto in 1983 from a Croatian mother and Neapolitan father. In 2004, after finishing the Arts School in Trento, he meets Cesare Ronconi and Mariangela Gualtieri of Cesena?s Teatro Valdoca where he attends the High Training Course for the Actor ? organized by ERT and Teatro Valdoca ? and he begins a personal search on the use of the body, physical movement, voice and sound. Since 2005 he works as an actor, performer and videomaker collaborating with various active realities in the contemporary italian theatrical and artistic panorama (Teatro Valdoca, Motus, Vincenzo Schino, ?) In 2005 he created Brailleway, an identity by which he produces video works as a writer and director, and develops his artistic research in the field of performance, installation and other devices. At the moment part of his investigation focuses on the practice of truth, relics, false statements, intimacy and memory. THEATRE/ACTOR Teatro Valdoca ? Landscape with broken brother (2005); special projects (from 2005). Motus - Pre-paradise sorry now ? Piccoli Episodi di Fascismo Quotidiano ? (video) (2005); A place. [that again] (2006). Vincenzo Schino ? Opera (2006); Operette (2006-2007); Voilà (2008); Limite (2009). GROUP PROJECTS AND COLLABORATIONS PRIMAVERA 2009 ? with Muna Mussie ? for Teatrino Clandestino?s ?Candide? ? Bologna (2009) COLORE - with Sonia Brunelli, Leila Gharib, Luca Mattei, Muna Mussie, Irena Radmanovic - Fies Factory One - Dro (TN) (2008). CROSSING OVER ? with Luca Mattei, Muna Mussie, Irena Radmanovic - Torcito parco danza - Cannole (LE) (2008).

Catalogue : 2018J | Fiction | 4k | couleur et n&b | 44:14 | Italie | Bosnie-Herzégovine | 2018
Gaetano liberti
J
Fiction | 4k | couleur et n&b | 44:14 | Italie | Bosnie-Herzégovine | 2018

Gaetano Liberti is an independent filmmaker with a background in visual art practices and acting, he received a Bachelor degree in Film Directing from the Film.factory - SFA in Sarajevo under the mentorship of Béla Tarr. From 2004 till 2012 he has been working as theatre performer in the productions of several Italian theatre companies. From 2005 he began to deepen the work with the image, producing video works, performances, installations and researching on new devices. Through a work on the boundaries and the language of the cinema-device he investigates the relationships between body, matter, memory, perception and the human mystery in general. His video works and installations have been presented internationally. His film “J? was premiered at FID Marseille 2018. He worked as DoP in the feature film “M-1” by Luciano Pèrez Savoy, winner of the Best International Documentary Award at the Torino Film Festival 2017 and Best Mexican Feature Length Documentary Award at the Monterrey International Film Festival 2018.

Gaetano Liberti is an independent filmmaker with a background in visual art practices and acting, he received a Bachelor degree in Film Directing from the Film.factory - SFA in Sarajevo under the mentorship of Béla Tarr. From 2004 till 2012 he has been working as theatre performer in the productions of several Italian theatre companies. From 2005 he began to deepen the work with the image, producing video works, performances, installations and researching on new devices. Through a work on the boundaries and the language of the cinema-device he investigates the relationships between body, matter, memory, perception and the human mystery in general. His video works and installations have been presented internationally. His film “J? was premiered at FID Marseille 2018. He worked as DoP in the feature film “M-1” by Luciano Pèrez Savoy, winner of the Best International Documentary Award at the Torino Film Festival 2017 and Best Mexican Feature Length Documentary Award at the Monterrey International Film Festival 2018.

Emanuel licha
Catalogue : 2010Mirages | Vidéo | | couleur | 19:30 | Canada | 2010
Emanuel licha
Mirages
Vidéo | | couleur | 19:30 | Canada | 2010

MIRAGES se déroule dans un décor de village irakien au milieu du désert Mojave en Californie. Conçu et utilisé par l`armée américaine pour l`entraînement des troupes avant leur départ pour l`Irak, ce village a été construit et continue d`être opéré sous la supervision de techniciens de Hollywood. Les figurants qui jouent le rôle des habitants de ce village sont recrutés parmi la diaspora irakienne immigrée aux États-Unis. Ce camp d?entraînement est un dispositif optique. Il est fait pour apprendre aux soldats à voir la ?réalité? irakienne telle que fictionnée par l?armée et Hollywood, et à reconnaître les ?terroristes?. Il sert aussi à représenter une utopie de la guerre, et à éduquer le regard des spectateurs, notamment par l?intermédiaire du travail des médias qui sont les bienvenus pour couvrir les activités du camp. L?installation vidéo 2 canaux MIRAGES montre des images du camp d`entraînement et des interviews de ceux qui travaillent en coulisse: le décorateur, le maquilleur, l`artificier, le ?coach? d?acteurs, ainsi que des figurants américains et irakiens, qui évoquent leur perception de la réalité qu`ils contribuent à créer. Le rôle joué par les `journalistes de guerre` apparaît à travers des séquences montrant le dispositif mis en place pour les aider à produire les bonnes images.


EMANUEL LICHA vit et travaille à Paris et Montréal. Après l?obtention d?une maîtrise en géographie urbaine, il a poursuivi ses études en arts visuels à l?Université Concordia, Montréal, puis par le Post-diplôme de l?Ecole nationale des beaux-arts de Lyon en 2001. Son travail s?intéresse à l?espace public et à l?architecture et l?amène à envisager les objets du paysage urbain comme autant d?indices sociaux, historiques et politiques. Ses projets récents en installations vidéo questionnent les moyens utlilisés pour observer et témoigner d?événements violents et traumatiques. Ses plus récentes expositions personnelles incluent : Pourquoi photogénique?, Galerie SBC, Montréal; War Tourist, Loop 09, Barcelona; R for Real, galerie Cortex Athletico, Bordeaux; Une autre fête au même instant brille dans Paris, Centre culturel canadien, Paris; Agnes & Bruce, Ex-Teresa Arte Actual, México; Nothing Less, Nothing More, Just Transformed, Careof, Milan; In & Out, Galerie B-312, Montréal et YYZ, Toronto. Il a également participé à des expositions collectives dans les institutions suivantes: NGBK, Berlin; Art Gallery of Ontario, Toronto; Parsons The New School for Design, New York; Musée d?art contemporain de Montréal; University of South Florida Contemporary Art Museum, Tampa; Israeli Center for Digital Art, Holon; MACBA, Barcelona; Fabbrica del Vapore, Milan; Frac Franche-Comté, Besançon; HartWare MedienKunstverein, Dortmund; Witte de With Center for Contemporary Art, Rotterdam; Galerie im Taxispalais, Innsbruck; Tirana Biennial; Steirischer Herbst, Graz; Sarajevo Centre for Contemporary Art; Stiftung Binz39, Zürich; Montreal Biennial; Musée d?art moderne de la Ville de Paris. Son travail fait partie de plusieurs collections privées et publiques, dont: MACBA (Museu d`art contemporani de barcelona); Musée d?art contemporain de Montréal; Fnac (Fonds national d?art contemporain), Paris; Frac Franche-Comté; University of South Florida Contemporary Art Museum. Emanuel Licha enseigne à l?Ecole nationale supérieure d?architecture de Paris-La Villette. Il est actuellement doctorant au Goldsmiths College, University of London. www.emanuel-licha.com

Catalogue : 2011How do we know what we know? | Vidéo expérimentale | hdv | couleur | 16:46 | Canada | 2011
Emanuel licha
How do we know what we know?
Vidéo expérimentale | hdv | couleur | 16:46 | Canada | 2011

"How do we know what we know?" Le journaliste en studio s?adresse à l?envoyé spécial qui n?a pas pu avoir accès à la zone de conflit évoquée dans le reportage qu?il a fabriqué à partir d?images amateures. Il y a quelques années à peine, on pouvait encore entendre dire que c?étaient les médias qui décidaient du début d?un conflit, à partir du moment où les journalistes se rendaient sur place. La multiplication des images tournées par les protagonistes eux- mêmes, couplées à leur diffusion quasi-instantanée, modifie cette équation. Avons-nous encore besoin des journalistes ? Les images sont des outils et des armes pour la conduite des guerres. Ce n?est pas nouveau en soi, mais ce qui l?est sans doute davantage est la multiplication de leurs sources. C?est par conséquent un moment propice pour ques- tionner le travail journalistique « classique », celui qui s?appuie notamment sur le témoignage rarement contesté des correspondants de guerre. Tout l?appareillage entourant cette couverture médiatique paraît déjà un peu dépassé et sera peut-être bientôt caduc : les envoyés spéciaux, les équipes de tournage, les camions satellite, les hôtels de guerre, les « flash info » et autres « breaking news », le jingle dramatique du téléjournal... Qu?est-ce qu?une « bonne » image de conflit ? Où se fabriquent-elles et comment seront-elles construites demain ? Comment en faire une critique par d?autres images ? La production et la diffusion médiatiques créent des dis- positifs dans lesquels nous sommes pris, et auxquels nous contribuons plus ou moins volontairement. Ce sont les détails ? parfois bénins en apparence ? de ces dispositifs qu?on peut essayer de décrire, pour pouvoir les penser et peut-être s?en dégager.


Emanuel Licha est un artiste qui vit à Paris. Son travail s?intéresse à l?espace public et à l?architecture et l?amène à envisager les objets du paysage urbain comme autant d?indices sociaux, historiques et politiques. Ses projets récents en films et installations vidéo questionnent les moyens utlilisés pour observer et témoigner d?événements violents et traumatiques. emanuel-licha.com

Deborah ligorio
Catalogue : 2008Il Sonno | Vidéo | dv | couleur et n&b | 6:45 | Italie | 2007
Deborah ligorio
Il Sonno
Vidéo | dv | couleur et n&b | 6:45 | Italie | 2007

« Il Sonno » montre une fascinante série de vues aériennes du Vésuve et du paysage environnant. Un chemin ascendant qui, après avoir survolé les quartiers délabrés des zones urbaines, s?achève au sommet du volcan. « Il Sonno » met en évidence les risques pris par ces territoires habités qui ignorent délibérément la menace imprévisible d?un volcan actif qui, en 79 après JC, détruisit les villes voisines de Pompéi et d'Herculanum.


Née à Brindisi, en Italie, Deborah Ligorio a étudié à Bologne, Milan et Paris. Elle vit actuellement et travaille à Berlin. Elle a reçu de nombreux prix et aides financières, notamment le Premio Arte Giovane, à la 15e Quadriennale de Rome (Italie) en 2008, ou le Prix Spécial ITALRE-GAI en 2004. Elle a été finaliste pour le Prix Querini-Furla. En 2003, elle a fait partie du MAK Schindler Artist and Architects in Residence Program de Los Angeles (USA) et a reçu deux prix de la Senatsverwaltung Forschung für Wissenschaft und Kultur de Berlin (Allemagne). Ses ?uvres sont exposées dans les biennales d'art contemporain MANIFESTA 7 et Sharjah (8e édition), dans plusieurs institutions et fondations d'art telles que Signal à Malmö (Suède), Bürofriedrich à Berlin, Villa delle Rose à Bologne (Italie), DeAppel Filmmuseum à Amsterdam (Pays-Bas), Fondation Sandretto ReRebaudengo à Turin (Italie), Link project à Bologne, Palazzo della Triennale à Milan (Italie), ainsi que dans des espaces publics, des studios d'artiste et des projets web.

Joshua lim
Catalogue : 2006She May Try | Fiction | dv | couleur et n&b | 84:20 | Singapour | 2006
Joshua lim
She May Try
Fiction | dv | couleur et n&b | 84:20 | Singapour | 2006

Après s'être absenté plusieurs mois pour des raisons professionnelles, Tom retourne dans sa famille pour quelques semaines. Durant ce laps de temps, il s'aperçoit que ses enfants, George et Julie, se sont éloignés de lui. Pat, sa femme, tente d'intervenir afin de rapprocher ses enfants de leur père. Malgré ses efforts, Julie se dispute de plus en plus avec son père et George devient complètement indifférent à la situation. Après avoir fait une découverte choquante dans la chambre de Julie, Pat affronte celle-ci qui éclate en sanglots, et perce ainsi un secret qui menace l'intégrité de toute la famille.


Joshua Lim est né à Malacca et a immigré à Singapour avec sa famille alors qu'il était agé de six ans. À Singapour, Joshua s'est inscrit à un cours de science accéléré avant d'entamer ses études universitaires. Il a développé un respect et un intérêt profond pour la science ainsi qu'un véritable penchant pour le cinéma et les arts. Après son service militaire obligatoire de deux ans et demi, Joshua a étudié le cinéma à l'Université de Californie du Sud, à Los Angeles. Il a choisi des cours qui mettent l'accent sur l'écriture et la réalisation. Pendant ses quatres années d'études, Joshua a écrit et réalisé six courts-métrages. Une fois diplômé, Joshua est retourné à Singapour, où il a tourné She May Try.

Anke limprecht
Catalogue : 2005Bibliotheca Alexandrina | Documentaire | dv | couleur | 17:0 | Allemagne | Egypte | 2005
Anke limprecht
Bibliotheca Alexandrina
Documentaire | dv | couleur | 17:0 | Allemagne | Egypte | 2005

La bibliothèque d'Alexandrie était le lieu de recherches le plus important du monde de l'Antiquité. Détruite dans des circonstances encore inexpliquées, elle a repris vie sous l'égide du gouvernement égyptien et de l'UNESCO et a rouvert en 2002. Les Egyptiens eux-mêmes sont très fiers de leur projet, et les responsables font leur possible pour faire renaître le mythe de l'ancienne bibliothèque. La réalisatrice Anke Limprecht; elle-même bibliothécaire, dresse un portrait du quotidien dans la plus grande salle de lecture du monde, - une pierre supplémentaire apposée à l'édifice de l'histoire de la bibliothèque. http://www.khm.de/~ankel/Filme/Bibliotheca_Alexandria/alexandria_eng_/alexandria_eng_.html


"Née en 1967 à Biberach/Riss. Après cinq années d?activité professionnelle comme bibliothécaire, elle entame en 1998 des études à la « Kunsthochschule » de Cologne, centrées sur le film documentaire et l?art dans les médias. Elle mène de front ses études et un travail d?archiviste à la cinémathèque de Bonn. Elle prépare actuellement son prochain documentaire sur l?archivage à long terme du patrimoine culturel allemand et partage sa vie et son travail entre Bonn et Cologne."

Fang-yu lin, lafia, marc
Catalogue : 2007The Battle of Algiers | Net art | | noir et blanc | 0:0 | Taiwan | 2006
Fang-yu lin , lafia, marc
The Battle of Algiers
Net art | | noir et blanc | 0:0 | Taiwan | 2006

La Bataille d'Alger recrée des scènes du film de 1966 du même nom, réalisé par l'italien Gillo Pontecorvo. Le film original est une reconstitution de la lutte nationaliste algérienne menant à l'indépendance en 1962. Le succès de la bataille réelle pour l'indépendance a été attribué à l'organisation nationaliste: une structure pyramidale de cellules autonomes. Utilisant des algorithmes informatiques, Lafia et Lin organisent le film selon une structure de cellules: les cellules des autorités françaises et celles des nationalistes sont représentées par des photos du film et bougent selon différentes règles. Quand les cellules de camps adverses s'interceptent, cela déclenche des cellules vidéo révélant les tactiques de chaque camp - selon les règles du système. Le public peut participer en déclenchant diverses trajectoires algorithmiques ou en créant de nouvelles organisations des cellules.


Marc Lafia a montré son oeuvre sur le plan international lors d'expositions séminales telles que Net Condition and Future Cinema, au ZKM, Let's Entertain au Walker Art Center ou dans des lieux comme le Centre Pompidou, l'ICC Tokyo ou d'autres musées et centres d'art. Dans son oeuvre, qui inclut films et photos, l'image n'est pas appréhendée comme l'enregistrement d'un événement mais comme un événement en soi. Pour Lafia, informatique et procédures algorithmiques permettent la production de nouvelles structures d'organisation de l'image et de l'information, ainsi que de nouvelles façons de distribuer les affects et les émotions. Il vit à Brooklyn, New York, et enseigne à l'unversité de Columbia. Fang-Yu Lin est né à Taiwan et vit à New York. Il est artiste média et designer dont l'art reflète l'interaction de l'expérience humaine, de la culture et de la technologie. Ses oeuvres ont été montrées dans de nombreux lieux, comme Whitney Artport, Tate online, SIGGRAPH, Sonar Festival, FILE São Paulo, Chelsea Art Museum, Felissimo Design House, Bauhaus Dessau et Seoul New Media Festival. Il a reçu la mention honorifique au Prix Ars Electronica (Net Vision) en 2005.

Guillaume linard-osorio
Catalogue : 2010Os candagos | Art vidéo | dv | couleur | 8:10 | France | 2010
Guillaume linard-osorio
Os candagos
Art vidéo | dv | couleur | 8:10 | France | 2010

En 1964, quand Philippe de Broca tourne L?homme de Rio, Brasília est un vaste chantier. Avant d?abriter les hautes classes sociales recherchées, la ville doit composer avec une population indésirable mais indispensable, les constructeurs. Appelés aussi « candagos », cette population immigrée représente 55% de la population active, mais il n?est pas question pour le gouvernement qu?elle s?installe durablement dans le District fédéral. Aussi est-elle logée directement sur le chantier ou dans les villes satellites. La vidéo Os candagos est tirée d?un extrait de L?homme de Rio qui se déroule à Brasilia. Outre la dimension burlesque du film original, ce passage offre un point de vue exceptionnel sur la ville en 1964. La séquence est retravaillée image par image ; Belmondo y est effacé ainsi que toute trace de vie. Par ce geste j?ai voulu fondre les notions de matérialité et d?utopie en un même mouvement pour questionner les enjeux de la réalisation d?un projet tel que Brasilia. Les traces laissées par le processus d?effacement révèlent a fortiori une certaine présence ; celle des acteurs et des ouvriers. Le vent et la poussière règnent. Brasilia, point d?orgue du modernisme, devient ville fantôme.


Né à Montereau (77) en 1978, titulaire d?un Diplôme Supérieur d?Arts Appliqués (Ecole Boulle, Paris, 2002) et d?un DPLG (ENS Malaquais, Paris, 2007), Guillaume Linard-Osorio questionne dans son travail la notion de projet et les outils de représentation du réel. L?acte de déconstruction et l?acte de construction y sont des processus similaires qui permettent de révéler les fondements de notre environnement, la face cachée, l?insondable parfois. Ses compositions, quel que soit le medium utilisé, s?apparentent à des formes architectoniques libérées de toute fonctionnalité ou à des matériaux bruts, en attente de mise en forme. Sa production se situe en quelques sortes dans l?épaisseur même du décor. Partant d?une confrontation du monde des images à celui de la matière, son travail oscille entre documentation du réel et fiction pour finalement s?encrer dans un territoire insolite, à mi-chemin entre mécanique et illusion. S?intéressant davantage aux conditions de l??uvre qu?à l??uvre elle-même, Guillaume Linard-Osorio perçoit le monde physique comme un système d?objets dont les connexions seraient redevenues conceptuelles. Dans son travail l?interprétation vacille, les objets cohabitent avec leur fantôme, le temps est suspendu, étiré, parfois inversé, rien est accompli. Tout reste en puissance.

Steffi lindner, milanova, lyoudmila
Catalogue : 2018AGENS | Vidéo expérimentale | dcp | couleur | 17:56 | Allemagne | 2018
Steffi lindner , milanova, lyoudmila
AGENS
Vidéo expérimentale | dcp | couleur | 17:56 | Allemagne | 2018

The work deals with the nature of ephemeral substances and its immanent processes and thus approaches the contrast between the materiality of fleetingness and the human need for control and rather clear forms. In AGENS, clouds and fog come and go, however only featured in interiors. Everyday scenes of the ephemeral - such as smoke from a cigarette, steam coming from a kettle or a dishwasher - gradually turn into peculiar cloud and fog phenomena. While becoming denser and more surreal, familiar vapors get increasingly detached from their conformed functionality. When their fleeting materiality meets the solid and clear structure of the architecture, it seems as though these textures slowly merge into each other. The inner driving force of the ongoing processes inherent in ephemeral substances becomes a mysterious protagonist.

Steffi Lindner grew up in Berlin, where she lives and works, creating videos, drawings, objects and installations. She finished her postgraduate studies at the Academy of Media Arts Cologne in 2013, has received various grants and fellowships and participated in exhibitions & festivals e.g. at Images Festival, Gallery YYZ (Toronto), Art Cologne, Erarta Motion Pictures (St. Petersburg), NADA Art Fair Miami, Liste Basel, Festival International Exit (Creteil), Interfilm-Festival (Berlin), Capla Kesting Fine Art Gallery (NYC). Lyoudmila Milanova was born in Varna, Bulgaria and has been living and working in Cologne, Germany since 2000. After achieving a M.A. degree in media science at the university in Cologne, she finished her postgraduate studies at the Academy of Media Arts Cologne 2011. In her artistic work she deals with natural phenomena, technology and time processes. Her installations and videos have been awarded numerous scholarships and grants, as well as internationally exhibited, including shows in Berlin, Seoul, Kyoto, New York, Rotterdam and Moscow.

Fiona lindron
Catalogue : 2008jacky | Vidéo expérimentale | dv | couleur | 3:57 | France | 2008
Fiona lindron
jacky
Vidéo expérimentale | dv | couleur | 3:57 | France | 2008

une femme et sa horde de paparazzis...


Fiona lindron vit et travaille à dijon, elle obtient son dnsep l?ENSA Dijon en 2006. Les vidéos, photographies et installations émanent de rencontres humaines et géographiques. Elles font référence au genre cinématographique mais ne livre aucune explication ni dialogue. Ces images sont le reflet de l?état mental des personnages, de son rapport fantasmé aux rencontres. Elle participe de 1998 à 2002 à des événements collectifs au Point éphémère, au Batofar, à Mainsd?oeuvre Paris(France), à l?emaf festival Osnabrueck (Allemagne). Le travail de fiona lindron a été montré au Wharf centre d?art contemporain Basse Normandie 2007 Hérouville st clair(France), au festival bandits-mages Bourges 2007(France), à Opticafestival 2007 Gijon (Espagne), à Nuitblanche 2007 Paris(France), au Oneminutefestival 2007 Araau(Suisse)... Elle réalise actuellement en résidence à bandits-mages un film fantastique tourné sur un navire dans l?Océan Indien.

Patrick lindsay
Catalogue : 2005Ego-cycle | Animation | dv | couleur | 1:50 | France | 2005
Patrick lindsay
Ego-cycle
Animation | dv | couleur | 1:50 | France | 2005

Des briques s`unissent et se désunissent pour former des paysages toujours en mouvements et sans cesse renouvelés.


Patrick Lindsay est né à Marseille en 1972, il sort diplômé de l`Ensama puis de l`Ensad en 1997. Depuis 1999 il est basé à Marseille, ou il travaille comme graphiste et typographe. Inspiré par son enfance et ses jouets, le jeu est le thème principal de son travail. Il décline son univers coloré et ludique sur de nombreux supports : Affiches, illustrations, animations... A partir de 2001 il s`intéresse à la vidéo en temps réel, et participe à de nombreux événements (Friche Belle de Mai, Marseille. Territoires électroniques, Fondation Vasarely. Festival Arborescence, Aix...). En 2005, il crée le Typophone, expérience de typographie sonore.

Catalogue : 2005Trans-cycle | Animation | dv | couleur | 0:60 | France | 2005
Patrick lindsay
Trans-cycle
Animation | dv | couleur | 0:60 | France | 2005

Un train défile malgré la fumée onirique qui s`en échappe.


Patrick Lindsay est né à Marseille en 1972, il sort diplômé de l`Ensama puis de l`Ensad en 1997. Depuis 1999 il est basé à Marseille, ou il travaille comme graphiste et typographe. Inspiré par son enfance et ses jouets, le jeu est le thème principal de son travail. Il décline son univers coloré et ludique sur de nombreux supports : Affiches, illustrations, animations... A partir de 2001 il s`intéresse à la vidéo en temps réel, et participe à de nombreux événements (Friche Belle de Mai, Marseille. Territoires électroniques, Fondation Vasarely. Festival Arborescence, Aix...). En 2005, il crée le Typophone, expérience de typographie sonore.

Jeanne liotta
Catalogue : 2006Eclipse | Film expérimental | 16mm | couleur | 4:0 | USA | 2005
Jeanne liotta
Eclipse
Film expérimental | 16mm | couleur | 4:0 | USA | 2005

L´éclipse de lune du 11 septembre 2003, documentée et traduite, en utilisant un film photosensitif. Au 4ème siècle avant JC, Aristote fonda le Lyceum, une école destinée à l´étude de tous les phénomènes naturels sans l´utilisation des mathématiques, car celles-ci étaient considérées comme trop parfaites pour pouvoir être appliquées à la sphère terrestre, trop imparfaite. Ce film est alors l´esprit de ...


Jeanne Liotta travaille et vit à New York oú elle réalise des films et autres travaux éphémeres dont des vidéos, photographies, travaux sur du papier et performances de projections live. Lors de la biennale de Whitney (2006), elle présentait son film en 16mm, "Eclipse" (2005). Son oeuvre a été projetée au festival du film de New York, à la Kunstfilm Biennale, Cologne, The Pacific Film Archives, Berkeley, le Musée d´Art Moderne, et le Musée Whitney d´art américain entre autres. Elle fait aussi de la recherche et est conférencière itinérante pour le collectif cinématographique Josepf Cornell aux archives du Film d´anthologie (Anthology Film Archives). Son dernier projet, "Observando el Cielo", consiste dans sa plus grande partie en un film en 16mm, qui est un enregistrement du ciel de nuit, à des intervalles réguliers. Il comprend une multitude de moyens dans un cadre Emersonien, entre science, art et philosophie naturelle. Elle enseigne aussi extensivement, par exemple the New School and Pratt Institute à New York, l´Institut d´Art de San Francisco, la Museum School à Boston, et actuellement à l´université (Milton Avery Graduate School for the Arts à l´Université Bard).

Catalogue : 2007Observando El Cielo | Film expérimental | 16mm | couleur et n&b | 19:0 | USA | 2007
Jeanne liotta
Observando El Cielo
Film expérimental | 16mm | couleur et n&b | 19:0 | USA | 2007

Sept années d'enregistrements celestes de differents endroits avec ce trepied tournant qu'est la terre, sortis du chaos du cosmos et inscrits sur un film 16mm. Ce travail n'est ni une metaphore ni un symbol, mais l'inscription d'un sentiment vers le mileu de la perception à travers duqule le temps passe. Ces enregistrements VLF de la magnetosphere en action permettent à l'univers de parler pour lui-même. Le Sublime est Present. Amor Fati


Jeanne Liotta vit et travaille a New York où elle fait des films et autres arts éphémeres tels que de la vidéo, de la photographie, des travaux sur papier et des performance projectionnées en direct. Son dernier projet "Observando el cielo" prend place en une constellation de mediums etudiants le paysage cosmique a la rencontre de l'art, la science et la philosophie naturelle.

Jeanne liotta
Catalogue : 2009Sutro | Film expérimental | dv | couleur | 3:0 | USA | 2009
Jeanne liotta
Sutro
Film expérimental | dv | couleur | 3:0 | USA | 2009

Animated portrait of the eponymous television tower on the hill, guardian of fog and electronic signals in that earthshaking city by the bay San Francisco.

Jeanne Liotta splits her time between her hometown of New York City and Boulder Colorado where she is currently an Assistant Professor of Film.

Catalogue : 2013Property | Doc. expérimental | 35mm | | 3:45 | USA | 2013
Jeanne liotta
Property
Doc. expérimental | 35mm | | 3:45 | USA | 2013

A few simple techniques of the cinema--a direct quotation, a framed location, an actress in costume, a few cuts to the quick--conspire in a compact couple of minutes to produce an image replete with historical and geographic visibility, to wit:  an implied and uncontainable expanse of a landscape bought, sold and inhabited. An anti-landscape film and a one-two punch. -JL

Jeanne Liotta was born and raised in New York City. She makes film, video and other cultural ephemera such as works on paper , photographs, projection performances, and intimate installations. Her playful investigations into time, space, and perception itself, are manifested through the observation of various and contingent subjects: the cosmos, landscape, pure abstraction, the body in space, the cinema itself, or knowledge systems such as science and language. Her work encompasses a constellation of mediums often located at a lively intersection of art, science, and natural philosophy, exemplified by her award-winning 16mm films of the night skies Observando El Cielo (2007), Eclipse (2005) as seen in the 2006 Whitney Biennial, and more recently with installations such as Diagram Squared (2013) at Microscope Gallery in Bklyn NY. In 2011 Liotta was voted amongst the top filmmakers of the decade by Film Comment magazine and in 2012 received the Helen Hill Award from the Orphans Film Symposium. Her works have been exhibited at The New York Film Festival, Rotterdam International Film Festival, The Pompidou in Paris, MCA Denver, The Sharjah Biennial, Arthouse Jones Center in Austin, The Exploratorium SF, and the Cornell Astronomical Society at Fuertes Observaotory, amongst numerous others. She also maintains ongoing research into The Joseph Cornell Film Collection at Anthology Film Archives, has worked with public film materials from the New York Public Library for her garden series Firefly Cinema in NYC for over 15 years, and more recently has curated programs of moving image poetics for Counterpath Press in Denver CO. She has taught widely and variously, at The New School, Pratt Institute, The San Francisco Art Institute, The Museum School Boston, and is presently Assistant Professor of Film Studies at The Univ. of Colorado Boulder, as well as film video faculty for the Milton Avery Graduate School of the Arts at Bard College, NY.

Lucrezia lippi
Catalogue : 2014Nouvelle | Vidéo | hdv | couleur | 14:0 | Italie | 2013
Lucrezia lippi
Nouvelle
Vidéo | hdv | couleur | 14:0 | Italie | 2013

Un exercice de prononciation d`une nouvelle en italien croise les images d`une maison abandonnée…


Lucrezia Lippi est cinéaste. Diplômée de l’Université Paris VII et de la HEAD – Genève, son champ d’activité se partage entre la théorie et la pratique du cinéma. Réalisatrice de "Cunta Su", sélectionné au 26ème Festival Entrevues Belfort. Assistante de recherche du projet « Start making sense ! Cinéma et art contemporains transforment l’essai » entre 2012 et 2014. Elle accompagne des projets artistiques et collabore régulièrement au journal du festival Cinéma du Réel (Paris) dont elle a été rédacteur en chef en 2014. Actuellement, elle écrit un nouveau projet de film.

Robert lisek
Catalogue : 2017Quantum Enigma | Installation multimédia | hdv | couleur | 0:0 | Pologne | 0 | 2016
Robert lisek
Quantum Enigma
Installation multimédia | hdv | couleur | 0:0 | Pologne | 0 | 2016

QEM consists of installation, action and program, whose goal is to extend the notion of art by dealing with randomness. I reveal the process of radioactive decay as the best and strongest manifestation of the idea of randomness. Thorium is a medium of my idea: I have chosen Thorium as radioactive material, which is the source of fundamental random processes and is not associated with art. Thorium is a source of dispersion and real disorder. The use of Thorium is the use of raw material which is not subject to power of will. The real performative element contained in the action reveals pure process of decay and energy emission.

Robert B. LISEK is an artist, mathematician and composer who focuses on systems and processes (computational, biological, social). He is involved in the number of projects focused on radical art strategies, hacktivism and tactical media. Drawing upon conceptual art, software art and meta-media, his work intentionally defies categorization. Lisek is a pioneer of art based on Artificial Intelligence and Machine Learning. Lisek is also a composer of contemporary music, author of many projects and scores on the intersection of spectral, stochastic, concret music, musica futurista and noise: http://lisek.bandcamp.com/ Lisek is also a scientist who conducts a research in the area of foundations of mathematics and computer science. His research interests are theory of ordered sets, logic, algebra, category theory in relation with artificial intelligence and machine learning. Lisek is a founder of Institute for Research in Science and Art, Fundamental Research Lab and ACCESS Art Symposium. Author of many exhibitions and concerts, among others: QUANTUM ENIGMA - Harvestworks Center New York and STEIM Amsterdam; TERROR ENGINES - WORM Center Rotterdam, Secure Insecurity - ISEA Istanbul; DEMONS - Venice Biennale (accompanying events); Manifesto vs. Manifesto - Ujazdowski Castel of Contemporary Art, Warsaw; NGRU - FILE, Sao Paulo; NEST - ARCO Art Fair, Madrid; Float - DMAC Harvestworks and Lower Manhattan Cultural Council, NYC; WWAI - Siggraph, Los Angeles; Falsecodes - Red Gate Gallery, Beijing; Gengine - National Gallery, Warsaw; Flextex - Byzantine Museum, Athens, FXT- ACA Media Festival, Tokyo and ISEA, Nagoya.

Leandro listorti
Catalogue : 2018La película infinita | Doc. expérimental | 35mm | couleur et n&b | 55:0 | Argentine | 2018
Leandro listorti
La película infinita
Doc. expérimental | 35mm | couleur et n&b | 55:0 | Argentine | 2018

La película infinita, the new film by Argentine filmmaker and curator of the film museum in Buenos Aires, Leandro Listorti, is an essay film about a parallel history of cinema, based on remains of Argentine films that were never completed. Edited by renowned filmmaker Felipe Guerrero (whose Oscuro animal premiered in IFFR`s Tiger Competition two years ago), it is a film created from fragments of other people`s films that somehow never really existed. As such, it is a cinematic Frankenstein, coming to life in front of our very own eyes. In a country where the remains are of fundamental importance in understanding the past, La película infinita offers a window to forgotten memories, and invites the viewer to evaluate its own culture and identity. The stories and the images, once considered unsuccessful, have now taken on a new meaning. Inert images and sounds never heard are finally opened up for fresh discovery.

Leandro Listorti was born in 1976 in Buenos Aires, Argentina. After graduating from Filmmaking School he attended workshops with filmmakers such as Patricio Guzman, Martín Rejtman, Pablo Reyero and Harun Farocki and shot a series of short films in Super 8 dealing with the ideas of travel and memory. In 2010 he finished his first film DEATH YOUTH, which screened in numerous festivals. He writes about film, teaches and since 2005 he is Film Programmer at Bafici Film Festival. He also worked as Assistant Director in several films. In 2012 he participated in Archivo Expandido (Expanded Archive) an expanded cinema experience screened in festivals such as Kunstenfestivaldesarts (Brussels) and S8 Mostra de Cine Periférico (Spain). He is one of the founders of A.R.C.A. (Regional Archive for Amateur Cinema), and one of the twenty five directors of INTERVENED EVENTS, produced by the Film Museum of Buenos Aires, Pablo Ducrós Hicken.

Sasha litvintseva
Catalogue : 2016Exile Exotic | Doc. expérimental | hdv | couleur | 14:10 | Royaume-Uni | 2015
Sasha litvintseva
Exile Exotic
Doc. expérimental | hdv | couleur | 14:10 | Royaume-Uni | 2015

Steeped in elliptical history and historical simulacra, Exile Exotic is set at a hotel that is a replica of the Kremlin. Narrating the exotic beginnings of my mother`s and my exile from Russia, the film serves as a platform for us to visit the Kremlin again, albeit by the side of a pool. Soundtracked by an operatic score reminiscent of the song of the sirens making Odysseus stray on his long journey home, our story reverberates throughout the scope of Russian history`s limiting of free movement of individuals. This film is a pilgrimage. This film comes in waves.

Sasha Litvintseva is an artist, filmmaker, researcher and curator based in London. Her work has been exhibited worldwide including Wroclaw Media Art Biennale, Poland, The Moscow Biennale for Young Art, Modern Art Museum Moscow, Institute of Contemporary Art, London, Kunstverein Gottingen, Ann Arbor Film Festival, Edinburgh Film Festival, Kasseler Dokfest, Cinema Du Reel, Paris, including solo shows and retrospective screenings at Union Docs, New York, Super Dakota gallery, Brussels, Courtisane Film Festival, Ghent, Close-Up Film Centre, London, Edinburgh Film Guild, Image/Movement, Berlin, among many others. A graduate of the Slade School of Fine Art she is currently working on a PhD proposing the concept of geological filmmaking at Goldsmiths, University of London, where she is a founding member of the Screen and Audiovisual Research Unit. She is also an independent curator of contemporary moving image and co-curator of the November Film Festival.

Beilin liu
Catalogue : 2015China, I love you | Doc. expérimental | hdv | couleur | 40:2 | Chine | 2014
Beilin liu
China, I love you
Doc. expérimental | hdv | couleur | 40:2 | Chine | 2014

En 1951, Isidore Isou inventait avec son Traité de bave et d’éternité, le cinéma lettriste reposant sur le montage discrépant du son et de l’image. En reprenant ce principe, Liu Beilin propose une vision caustique de l’héritage de la révolution culturelle anti-bourgeoise qui devait amener le prolétariat chinois vers sa libération définitive. Dans China, I Love You, la jeune cinéaste monte des boucles sonores du traité avec des fragments de discours politiques datant de 1966, formant un mantra monolithique que viennent perturber des sonorités tout à fait actuelles, ainsi que des images d’archives à la beauté fanée montrant la vie quotidienne en Chine pendant la révolution culturelle : des gardes rouges souriants, la gymnastique matinale, des paysans dignes. Tous les clichés de l’époque sur l’Empire du Grand Timonier. Mais le témoignage d’un professeur humilié et torturé pendant cette période bénie et le continuum assourdissant de la société consumériste d’aujourd’hui viennent pointer abruptement ce que fut l’avenir d`une illusion.


Beili Liu has exhibited extensively both nationally and internationally. She has held solo exhibitions at venues such as the Hå Gamle Prestegard, Norwegian National Art and Culture Center, Galerie An Der Pinakothek Der Moderne, Munich, Germany, Elisabeth de Brabant Art Center, Shanghai, Hua Gallery, London, UK, Nordisk Kunst Plattform, Brusand, Norway, the Chinese Culture Foundation, San Francisco, and Buffalo Arts Studio. Liu has been included in group exhibitions at the National Museum for Women in the Arts, Washington, DC, Museum of Art and History, Santa Cruz, the Austin Museum of Art, Art Museum of Southeast Texas, Urban Institute of Contemporary Art, Granary Gallery, Fiskars, Finland, the Kaunas Biennale, Lithuania, From Lausanne to Beijing, the 7th International Textile Biennale, China, and Hamburg Art Week, Germany. Liu’s work has received critical reviews from Art in America, Sacchi Review, UK, Helsinki Sanomat News, Finland, Stavanger News, Norway, China Daily, Journal of Contemporary Chinese Art, China ArtNow, Fiber Quarterly, Canada, Handelsblatt, Germany, Hamburg Abendblatt, Artillery Magazine, San Francisco Chronicle, Art Slant Los Angeles, Buffalo News, Detroit Metro Times, and Austin Chronicle, among many others. Liu has received awards and prizes including artist fellowships at Art Farm, Djerassi Foundation, Fiskars AIR Onoma Foundation, Finland, and Fundación Valparaíso, Spain. Her solo exhibition In Between was named one of the “Top Ten Exhibitions in Shanghai” in 2009 by Sacchi Review, UK. Liu received the San Francisco Major’s Award for her contribution to cultural exchange in 2008, and was named twice "Artist of the Year", by Austin Visual Art Association and the Austin Critics Table Awards. In 2011, Liu received a Distinction award at the Kaunas Biennial, Lithuania. Liu received a Walter and Gina Ducloux Fellowship in 2011 and a University of Texas Regents’ Outstanding Teaching Award in 2012. Born in Jilin, China, Liu now lives and works in Austin, Texas, USA. She is an Associate Professor of Art at the University of Texas at Austin.

Zhenchen liu
Catalogue : 2006Shanghai Shanghai | Doc. expérimental | 0 | couleur | 12:1 | Chine | 2006
Zhenchen liu
Shanghai Shanghai
Doc. expérimental | 0 | couleur | 12:1 | Chine | 2006

?Shanghai Shanghai? présente Shanghai comme elle est conçue, pensée, imaginée en maquettes et en images de synthèse, et par ailleurs, il présente la réalité de la ville. Ce film confronte trois types d?images, image utopique de cette ville, image métaphorique et image documentaire.


Je suis né en 1976 à Shanghai. J?ai eu mon diplôme de Maîtrise en peinture à l?école des beaux-arts de Shanghai, diplôme de Master à l?école national supèrieur d?art de Nice (Villa Arson). Je travaille beaucoup sur le sujet de « Urbain », «La modernisation », « La problèmatique du developpement de la Chine »? Récemment, j?ai participé la 1ère Biennale de l`Art Contemporain Chinois de Montpellier, 11e Biennale de l?Image en Mouvement à Genève, ?Panorama7? à Tourcoing, 7e manifestation internationale vidéo et art électronique et 35th Festival du Nouveau Cinéma de Montréal? Actuellement je suis en résidence au Studio nationale des arts contemporains du Fresnoy.

Catalogue : 2007Under construction | Doc. expérimental | dv | couleur | 9:55 | Chine | France | 2007
Zhenchen liu
Under construction
Doc. expérimental | dv | couleur | 9:55 | Chine | France | 2007

Les urbanistes décidèrent de détruire certaines parties de la vieille ville de Shanghai pour régénérer la ville. Chaque année, plus de cent mille familles sont forcées de quitter leur maison pour emménager dans des immeubles à la périphérie de la ville. "Under construction" est un vol bi- et tridimensionnel à travers les zones d'habitation, maintenant détruites, de Shanghai qui montre comment une décision prise au hasard et violente peut toucher la vie des gens.


Zhenchen Liu est né en 1976 à Shanghai. Il fit ses études à l'école nationale supérieur de la Villa Arson et au studio national fresnoy d'art contemporain en France. Il travaille beaucoup sur les sujets "urbain", "modernisation" et "le problème du developpement en Chine". Il a participé recemment au Festival International du Film de Locarno, Festival de Clermont Ferrand, Oberhausen International Film Festival... En ce moment il travaille comme artiste independant en Chine et en France.

Tsui-lun liu
Catalogue : 2007Girls'n guns | Vidéo expérimentale | dv | couleur | 4:0 | Taiwan | 2006
Tsui-lun liu
Girls'n guns
Vidéo expérimentale | dv | couleur | 4:0 | Taiwan | 2006

La scène se déroule un samedi après-midi, pendant l'entraînement de la Girls Honor Guard. Des filles sont rassemblées et on entend aucun ricannement. Elles disent qu'elles doivent prendre soin de leur fusil, respecter les membres plus agés et fraterniser avec leurs soeurs. A la fin des années 90, Tsui-lun Liu a vécu ses années au lycée avec les meilleures membres de la Girls Honor Guard de Taïwan. Ces jeunes filles de 16 ans, elle y compris, étaient convaincues qu'elles se seraient toujours reconnaissantes d'avoir vécu cette expérience au sein de la Girls Honor Guard. Les membres se portent volontaires. Ce que l'on voit ne reflète pas une obéissance aveugle ; la performance est d'une beauté parfaitement réglée.


Tsui-lun Liu est née en 1979 à Keelung, à Taïwan. Elle a étudié l'histoire à l'université nationale de Taïwan et la Free University de Berlin. Elle a également étudié les beaux-arts au Dutch Art Institute des Pays-Bas où elle a obtenu un MFA (Master of Fine Arts) en 2006. Son travail est présenté lors de nombreuses projections et participations internationales. Elle vit et travaille à Taipei, à Taïwan.

Wei liu
Catalogue : 2006Wang Que De Yi Tian | Documentaire | dv | couleur | 13:30 | Chine | 2005
Wei liu
Wang Que De Yi Tian
Documentaire | dv | couleur | 13:30 | Chine | 2005

A Day to Remember Le 4 juin, Liu Wei est allé à l'université de Pékin où le soulèvement étudiant avait commencé et à la place Tian'anmen où cet événement s'est terminé en massacre. Armé d'une caméra, il a posé une liste de quelques questions à chaque personne qu'il a rencontré dans la journée. Les gens à qui il a posé ces questions ont pâli on essayé de les esquiver ou on simplement craint de répondre. Le souvenir du sang versé il y a seize ans et des vies qui ont été prises s'est estompé et on l'a oublié, ne laissant derrière qu'un silence impuissant et une page blanche dans notre mémoire. Puisque le sujet reste taboo dans la société chinoise moderne, les gens n'en parlent pas ouvertement pour leur propre bien-être, ou alors ils ne veulent pas vraiment s'en souvenir. Beaucoup de jeunes gens ne savent même pas que ces événements ont eu lieu puisque ce sujet à été enfoui, et en parler a été interdit pendant des années. Seize années se sont écoulées. Les cheveux des mères des victimes ont blanchi, les êtres proches ont séché leurs larmes. Le silence prévaut, toujours aussi glorieux, dans la plus grande rue de Chine. Le silence, l'oubli et la dissimulation délibérée laissent la mémoire des gens vide. Les événements du passé deviennent des images floues, les véritables souvenirs se sont effacés et seules les illusions restent.


Liu Wei est né en 1965 en République Populaire de Chine. Il vit et travaille à Pékin. En 1992, il a obtenu son diplôme en littérature, major en design, du département des beaux-arts de la China Central Academy of Drama. En 1995, il a effectué ses études au Symposium sur la relation entre religion et culture, acceuilli par le département de philosophie de l'université de Pékin.

Lishan liu
Catalogue : 2018Product ( VIDEO ) LISHAN ™ | Vidéo expérimentale | hdv | couleur | 2:20 | USA | 2018
Lishan liu
Product ( VIDEO ) LISHAN ™
Vidéo expérimentale | hdv | couleur | 2:20 | USA | 2018

Product ( VIDEO ) LISHAN ‘ is a series of three 30-second pseudo-ads by re-situating the 3 electronic devices for personal healthcare and beauty(a Clarisonic facial brush, a Philips air flosser and a Braun epilator) and interrupting the normal working of the “œmachinesâ”. The videos, loosely following the structure and aesthetic of the original product commercials, are aesthetically pleasing and entertaining. Subsequently, It entails the seductive irony of interwoven relationship among several spheres of commercial aesthetics, techno-fetishism and narcissism in contemporary consumerism. This series of videos has once shown in a screening in SVA Theater and arranged to play in between other artists` work, which functioned as TV commercials in terms of form. It conveys the artistâ’s satirical commentary on the attention span and art production strategies.

Liu makes video-based work. Her highly personal artistic practice, with a constant approach of de/recontextualization and conceptualization, reflects the globalized cultural environment accelerated by Internet (Techno-culture, consumption culture, pop culture and so on). Liu graduated from MFA Photography, Video and Related Media at School of Visual Arts. She has exhibited her work in both China and the US including Vacuum Gallery, Beijing(2017); Poor Image Art Center, online(2016); Rabbithole, New York; Flux Factory(2016); Fei Gallery, Guangzhou(2015); Shenzhen New Media Art Festival at The Value Factory(2014); Jinji Lake Art Museum, Suzhou(2014); Today Art Museum, Beijing(2014) and etc.