Catalogue > Liste par artiste
Browse the entire list of Rencontre Internationales artists since 2004. Use the alphabetical filter to refine your search.  update in progress  
Lamia joreige
Catalogue : 2015And the living is easy | Fiction | hdv | couleur | 75:0 | Liban | 2014
Lamia joreige
And the living is easy
Fiction | hdv | couleur | 75:0 | Liban | 2014

"Beyrouth, en 2011. La ville est plongée dans une étrange accalmie alors que la région autour s’embrase. A travers cinq personnages, principalement des acteurs non-professionnels, Lamia Joreige réalise un portrait unique de sa ville natale. Qu’il soit attaché commercial, musicien, étudiant, acteur, chacun livre son attachement profond à Beyrouth et sa difficulté ou impossibilité d’y vivre. Pendant plusieurs mois, la cinéaste leur a demandé de jouer des scènes qu’elle a imaginé en s’inspirant de leur vie amoureuse, professionnelle ou amicale. Elle a fictionnalisé leur quotidien, faisant ainsi ressortir leur malaise. Ces scènes ont été jouées dans les quartiers où ils habitent, dans les lieux qui leurs sont chers. La ville et leurs sentiments sont intimement imbriqués. Sous la beauté des images, sous l’apparente douceur de leur vie se profile l’angoisse de l’instabilité politique au Proche-Orient et la peur d’une guerre dévastatrice."


"Born in Lebanon in 1972, Lamia Joreige is a visual artist and filmmaker who lives and works in Beirut. She uses archival documents and fictitious elements to reflect on the relation between individual stories and collective history. She explores the possibilities of representation of the Lebanese wars and their aftermath, and Beirut, a city at the center of her imagery. Her work is essentially on time, the recordings of its trace and its effects on us."

Lamia joreige
Catalogue : 2005Houna wa roubbama hounak | Documentaire | dv | couleur | 54:0 | Liban | 2003
Lamia joreige
Houna wa roubbama hounak
Documentaire | dv | couleur | 54:0 | Liban | 2003

Durant la guerre civile du Liban, des centaines de personnes ont disparu. Dans la plupart des cas, leur corps n'a pas été retrouvé et les circonstances de leur disparition n'ont pas été élucidées. Aujourd'hui je parcours Beyrouth, posant aux habitants que je rencontre la même question : "Connaissez-vous quelqu?un qui a été enlevé ici, durant la guerre ?" Mes investigations me conduisent dans de nombreux quartiers autour de la "ligne verte", qui séparait Beyrouth Est et Ouest, et où les milices avaient établi leurs barrages, scènes de beaucoup d'enlèvements et de crimes. J?essaye ainsi d?enclencher le processus de mémoire et de mettre en évidence la multiplicité des discours présents sur la guerre et l?ampleur de ce drame. Aussi, à travers mon parcours, je dessine une cartographie personnelle de cette ville.


Née en 1927 à Beyrouth, Liban, Lamia Joreige a étudié les arts graphiques à Paris avant d'aller aux Etats-Unis et étudier le cinéma et la peinture à l'Ecole de Design de Rhode Island, dont elle a obtenu un BFA en 1995. Parmi ses ?uvres : - Time and the other: livre publié par Alarm Editions - Untitled 1997-2003: installation vidéo - Objects of war, n°2 : Installation, vidéo et objets 2003 - Here and perhaps elsewhere: documentaire, 2003 - Ici et peut-être ailleurs : courte fiction publiée par H.K.W. Berlin, 2003. - The Bater dance Project : vidéos pour une performance en danse contemporaine, 2002 - Replay (bis): vidéo, fiction, 2002; Replay: installation vidéo, 2000; Objects of war: installation, vidéo et objets, 2000 - The displacement: installation vidéo, 1998-2000. Elle a présenté ses vidéos dans divers festivals de films et des musées, parmi lesquels: les Rencontres Internationales Paris/Berlin - La Cinémathèque, Paris - le festival international du film de Rotterdam - le Festival des Images, Toronto - le Festival méditerranéen du cinéma, Montpellier - la Caixa foundation, Barcelona - Centre pour l?image contemporaine, Genève. Et diverses expositions, parmi les plus récentes en 2003 et 2004: Time and the other, à la Townhouse gallery du au Caire et à la Janine Rubeiz gallery de Beyrouth - Present/absence à la Tanit galerie, Munich - Laughter, (in LIFT) - Ici et peut-être ailleurs, au Musée Nicéphore Niépce, France - Possible narratives, (in VideoBrasil), Sao Paulo ? DisOrientation, au H.K.W., Berlin - Faiseurs d?histoires , à la gallerie du Théâtre National de Bretagne, France. Son ?uvre a fait l'objet de diverses publications : Livraison (publié par Rhinocéros, France) - Deslocamentos (publié par associaçào cultural videobrasil) - Disorientations (publié par H.K.W., Berlin) - Camera Austria n° 78 / 2002 - Missing Links, 2001 et Hamra street Project, 2000 (publié par Ashkal Alwan) - Lamia Joreige (exposition individuelle à la galerie Janine Rubeiz, Beyrouth),1999 - Surfaces (exposition individuelle à F.C.C., Beyrouth), 1997.

Catalogue : 2008Nights and Days | Doc. expérimental | dv | | 17:0 | Liban | 2007
Lamia joreige
Nights and Days
Doc. expérimental | dv | | 17:0 | Liban | 2007

Nights and Days raconte l?expérience de la guerre d?un point de vue personnel, à partir de notes écrites et filmées durant l?été 2006. La première partie qui ressemble à un journal de guerre sans en être un, alterne des plans de jour avec des plans de nuit, qui sont construit avec la bande sonore, pour exprimer l?idée du passage du temps, l?attente, les peurs et les transformations vécues dans ces circonstances inhabituelles. La deuxième partie est un voyage au Sud-Liban qui a été dévasté durant cette guerre. De beaux paysages sereins s?alternent avec des ruines et des destructions, avec pour seul son, une musique. Ici aucun mot ne peut exprimer la dévastation. Nights and Days réfléchit à la relation entre image et son et aussi à « l?horreur » qui peut se trouver derrière la ?beauté?. Dans ces beaux paysages urbain et naturels, seuls quelques détails révèlent la présence et la violence de la guerre.


Née en 1972 à Beyrouth au Liban, Lamia Joreige étudie le cinéma et la peinture à Rhode Island School of Design, USA, où elle obtient un Bachelor of Fine Art en 1995. Parmi ses réalisations: Je d?histoires, installation vidéo interactive 2006 - Un voyage, documentaire vidéo 2006 - Objets de guerre 1, 2, 3, 4, installation vidéo et objets 1999-2006 - L?autre et le temps, exposition et livre 2004 - Ici et peut-être ailleurs, documentaire 2003 - Ici et peut-être ailleurs, nouvelle, fiction 2003 - Sans-titre 1997-2003, installation vidéo - Replay (bis), fiction 2002 - Replay, installation vidéo 2000 - Le déplacement, installation d?images vidéo-fixes 1998-2000. Elle présente son travail dans de nombreux festivals et lieux parmi lesquels : The Images Festival, Toronto - Les universités Harvard et Columbia, USA - Les Rencontres Internationales Paris / Berlin - La Cinémathèque de Paris - The Rotterdam International Film Festival - Le Festival de Cinéma méditerranéen, Montpellier. La fondation Caixa, Barcelone. Et diverse expositions dont les plus récentes sont: Rumor as Media, Akbank Sanat, Istanbul - Coding Decoding, Musée d?art contemporain, Roskilde, Danemark - Out of Beirut, Modern Art Oxford, Royaume Uni - INSA art space, Séoul - Present / Absence, galerie Tanit, Munich - Laughter (in LIFT), Londres - Possible Narratives (in VideoBrasil), Sao Paulo - DisOrientation, Maison des Cultures du Monde, Berlin Elle a réalisé des expositions personnelles à: ACAF & Townhouse gallery, Egypte, 2004 - Musée Nicéphore Niepce, France, 2003 - Galerie Nikki Marquardt, Paris, 2000 - Galerie Janine Rubeiz, Beyrouth, de 1999 à 2004. Son travail est présenté à la deuxième biennale de Séville, en 2006, et à la Biennale de Venise, dans le Pavillon libanais en 2007. Elle participe à plusieurs publications artistiques: Art forum, USA Octobre 2006 - Out of Beirut, M.A.O. (Royaume Uni) 2006 - Livraison n°4 (Rhinocéros, France) - Camera Austria n° 78 / 2002 - Homeworks II, 2005, Missing Links, 2001 et Hamra Street Project, 2000 (Ashkal Alwan) - Lamia Joreige (galerie Janine Rubeiz, Beyrouth),1999 - Surfaces, Lamia Joreige, Centre Culturel Français, Beyrouth, 1997)

joreige / hadjithomas
Catalogue : 2008JE VEUX VOIR | Fiction | | couleur | 1:15 | Liban | 2007
joreige / hadjithomas
JE VEUX VOIR
Fiction | | couleur | 1:15 | Liban | 2007

Juillet 2006. Une guerre éclate au Liban. Une nouvelle guerre mais pas une de plus, une guerre qui vient briser les espoirs de paix et l?élan de notre génération de trentenaires. Nous ne savons plus quoi écrire, quelles histoires raconter, quelles images montrer. Nous nous demandons : « Que peut le cinéma ? » . Cette question, nous décidons de la poser vraiment avec l?aide d?une « icône », une comédienne qui représente pour nous le cinéma, Catherine Deneuve. Elle va rencontrer à Beyrouth notre acteur fétiche, RabihMroué. Ensemble, ils parcourent les régions touchées par le conflit. à travers leurs présences, leur rencontre, nous espérons retrouver une beauté que nos yeux ne parviennent plus à voir. Une aventure imprévisible, inattendue commence alors?


Nés à Beyrouth, ils travaillent conjointement en tant que plasticiens et cinéastes. Ils ont réalisé des courts-métrages, Ramad (Cendres) en 2003 etOpen the door, please ( du filmcollectif Enfances) en 2007 et des longs-métrages de fiction Al Bayt el zaher (Autour de lamaison rose) en 1999 et A Perfect Day en 2006. Ils ont également réalisé des documentaires tels que Khiam en 2000 ou El film el maoud (Le Film perdu) en 2003 et Khiam 2000-2007 en 2008. Leurs films ont été présentés dans un très grand nombre de festivals où ils ont reçu de nombreux prix et ont été accueillis avec enthousiasme tant par la critique que par les spectateurs. Leur travail cinématographique s?accompagne d?une recherche dans les arts plastiques. Ils ont ainsi créé plusieurs installations photo ou vidéo et exposent régulièrement dans des centres d?art, des musées ou des galeries. Leur prochaine exposition individuelle aura lieu le 11 décembre 2008 auMusée d?art moderne de la ville de Paris. Ils enseignent à l?université au Liban et participent à de nombreuses publications.

Claudia joskowicz
Catalogue : 2014Los rastreadores | Video | hdv | couleur | 23:0 | USA | 2014
Claudia joskowicz
Los rastreadores
Video | hdv | couleur | 23:0 | USA | 2014

Los rastreadores is a two channel video installation set in Bolivia and very loosely inspired by John Ford's American Western classic film The Searchers. It does not attempt to recreate the film but adapts its major themes where the similarities lie in the use of landscape and depictions of themes like race and alienation. The main character in Los Rastreadores, Ernesto Suarez, is a drug lord who, recently released from a Miami prison, returns to his home in Santa Cruz only to immediately depart in a search towards the oposite side of the county for his family's only surviving members after a home invasion and massacre. Ernesto's character is modeled after Roberto Suarez Gomez, a Bolivian drug trafficker nicknamed "king of cocaine" and the most powerful drug lord in Bolivian history. Los Rastreadores merges and distills issues of race, belonging, class systems, and alienation into a minimal narrative that con - denses the massacre of Ernesto's family, the kidnapping of his daughter, and his departure to search for her. Using silences and voice-overs rather than traditional dialogue it centers on the power of myth where literal events operate as a displacement for the political discourse in the country.

Claudia Joskowicz (MFA New York University, 2000) has had solo exhibitions at LMAK Projects, Forever & Today, Inc., Thierry Goldberg Projects, and Momenta Art in New York, Dot Fiftyone in Miami, California Museum of Photography in California, Galeria ACBEU in Salvador, Espacio Simón Patiño and Museo Nacional de Arte, Centro Cultural Santa Cruz and Galería Kiosko in Bolivia, and Lawndale Art Center in Houston. Recent group exhibitions at the Guggenheim Museum, NY; Fondation Cartier pour l`art contemporain, Paris; Museum of Contemporary Art, Denmark; Tenth Sharjah Biennial; the 29th São Paulo Biennial; the Tenth Habana Biennial; Slought Foundation, Philadelphia and the 17th and 18th Videobrasil Festivals in São Paulo. She has received a Guggenheim fellowship, a mid-career artist commission from the Cisneros Fontanals Art Foundation, a Fulbright Scholar award, and a fellowship from the Vermont Studio Center. Recidencies include Sacatar Institute in Brazil, Lower Manhattan Cultural Council Workspace, and the Bronx Museum of the Arts AIM program. Joskowicz is currently the artist in residence at the LMCC’s Residency at Cité Internationale des Arts, Paris.

Jon jost
Catalogue : 2013Coming to Terms | Fiction | hdv | couleur | 89:0 | USA | 2013
Jon jost
Coming to Terms
Fiction | hdv | couleur | 89:0 | USA | 2013

Couched as a fictional story, Coming to Terms is a meditation on a death, and its psychological impact on a fractured and divided family. Its formal structure is far from normal narrative story-telling in the cinema.

Jon Jost is a 50 year veteran of filmmaking with some 36 features to his name. He also paints, writes, does photography and writes and sings country-western music.

Catalogue : 2006La lunga ombra | Fiction | dv | couleur | 77:0 | USA | 2006
Jon jost
La lunga ombra
Fiction | dv | couleur | 77:0 | USA | 2006

Trois femmes d'âge mûr se rendent à la mer, deux d'entre elles (Miglio et Gianfelici) réconfortent la troisième (Nano) que son mari vient de quitter. Au cours de leur tentative pour consoler Anna, les deux femmes sont entraînées dans le maelström de sa tristesse. Cette oeuvre est surtout un récit à caractère poétique, dans lequel le véritable sujet, l'impact du 11 septembre sur l'intelligentsia européenne et italienne, n'est jamais mentionné, mais demeure à l'arrière-plan agissant de manière invisible sur les personnages. La "Lunga Ombra" a été réalisée sur une durée de 5 jours, de manière improvisée, sans suivre de script, mais seulement avec la vague idée d'évoquer l'angoisse qui s'est répandue en Europe à la suite du 11 septembre, un trouble qui s'immisce insidieusement, au-delà des mots.


Jon Jost a réalisé des vidéos et des films expérimentaux, dont quelques 15 long-métrages sur film celluloid, en 16 et 35 mm, et 12 long-métrages en vidéos numériques, ainsi que de nombreux films très courts; et plus récemment, des installations avec plusieurs écrans. Il vit actuellement à Lincoln Nebraska, aux Etats-Unis, où il est en résidence d'artiste.

Catalogue : 2005Homecoming | Fiction | dv | couleur | 104:0 | USA | 2004
Jon jost
Homecoming
Fiction | dv | couleur | 104:0 | USA | 2004

Tourné à Newport (Oregon), une petite ville côtière où la flottille de pêche a disparu qui survit désormais grâce aux résidences secondaires et au tourisme, HOMECOMING s`inscrit profondément dans la réalité actuelle de l`Amérique. Nous faisons la connaissance d`une famille ordinaire: Jeff (Keith Scales) et sa femme Mattie (Kate Sannella), ainsi que leur fils Chris (Ryan Harper Gray). Jeff dirige une petite agence immobilière avec sa femme. Chris est un chômeur fainéant de 26 ans qui vit avec sa petite amie plus jeune que lui (Kat Eastman). Petit à petit, nous apprenons l`existence d`un autre fils, engagé dans l`armée, "là-bas". Mattie boit de temps en temps en cachette, Jeff quant à lui n`est pas très honnête dans son travail. Lorsque Mattie oublie d`envoyer des papiers à la banque, l`entreprise de Jeff perd un contrat de 50 000 dollars. Chris se fait plaquer par sa copine et consulte un psychothérapeute des services sociaux (Steve Taylor). Nous découvrons que Jeff est le beau-père de Chris et que son propre fils, Steve, est en Irak. Steve retourne à la maison dans un cercueil. Après les funérailles, la famille se rassemble au bord de l`océan et les déchirures internes apparaissent. Jeff et Chris se disputent violemment et Chris se retrouve à terre, le nez en sang. Mattie boit et finit à son tour par terre alors que Jeff perd le contrôle. Chris va chez son psychothérapeute et leur rencontre s`achève par une fellation. Il passe voir son ex pour tenter de renouer; elle le rejette. Chris saute d`une falaise surnommée dans la région "Jump Off Joe`s". HOMECOMING n`est pas un film basé sur un scénario, c`est plutôt un poème symphonique; ses significations émergent de son atmosphère, de ses humeurs, de son sens du temps et de l`espace. Il est pensé comme une métaphore de l`Amérique en général, qui est actuellement très divisée et incapable de débattre de manière constructive en passant outre cette division. Ce film aborde ce sujet de manière poétique, douce, à travers des personnages incapables de confier aux autres ou à eux-mêmes l`inquiétude qui se fige en eux.


Valerie jouve
Valérie jouve
Catalogue : 2006Grand Littoral | Vidéo expérimentale | 35mm | couleur | 20:0 | France | 2003
Valérie jouve
Grand Littoral
Vidéo expérimentale | 35mm | couleur | 20:0 | France | 2003

« Ce n?est pas dans l?idée de fiction ou de documentaire que je me suis posé la question du cinéma... Je pourrais parler de composition, de structure musicale des images ; c?est dans ce sens que ce film a pris, petit à petit, forme dans mon esprit. En effet, la musique permet d?aborder le réel avec des notions de pleins, de vides, de rythmes, de temporalités... J?ai toujours eu une relation à l?image qui se construit dans cette abstraction là, construisant toujours le réel. »


Valérie Jouve was born in 1964 in Saint Etienne, France, and she currently lives in Paris. She has produced documentaries that have been shown in diverse festivals, and has produced numerous individual and collective exhibitions in Europe, China, and the United States.

Jérôme joy
Catalogue : 2007nocinema.org | Net art | | couleur et n&b | 0:0 | France | 2007
Jérôme joy
nocinema.org
Net art | | couleur et n&b | 0:0 | France | 2007

http://nocinema.org/ WEB INTERLUDES: Présenté dans une version initiale au Walker Art Center à Minneapolis à la fin des années 90, nocinema.org est une application en ligne développée par Jérôme Joy. Ce projet est un documentaire/fiction en ligne et une série d`interludes pour le web, dont les déroulements ne sont jamais identiques. Nocinema.org est en quelque sorte un cinéma improbable et un film sans début ni fin, sans acteurs ni scénario, excepté les histoires que nous pouvons nous construire en suivant le fil des images et des sons streamés. Nocinema.org est un système automatisé construit sur des processus de sélection de streaming webcams en direct autour du globe, captant des "plans" dans différents lieux, panoramisés et temporisés par le montage généré en ligne, dans lequel s`intercalent quelques plans noirs (écoute sans image). Les sons, organisés à chaque fois selon des mixages calculés en direct, proviennent d`une base de données sonores continuellement alimentée et mise à jour par une équipe de complices: Magali Babin, DinahBird, Christophe Charles, Yannick Dauby, Chantal Dumas, Jérôme Joy, Luc Kerléo, Alain Michon et Jocelyn Robert.


Jérôme Joy (compositeur) vit en France Compositeur et artiste-enseignant à l`École Nationale Supérieure d`Art de Nice Villa Arson depuis 1992, Jérôme Joy coordonne le laboratoire de recherche et cursus 3ème cycle Locus Sonus audio in art avec Peter Sinclair et Anne Roquigny. Après un parcours de performances et de concerts instrumentaux et électroacoustiques à partir de 1982, il développe depuis 1995 de nombreux projets en réseau d`envergure internationale (concerts de musique en réseau, database sonore participative, projets musicaux entre musique électronique, radiophonie, cinéma et performances) et des performances musicales qui mettent en jeu ces mêmes technologies (programmation, systèmes en réseau, improvisation, streaming, etc.). Ses projets et concerts, personnels ou en collectif sont présentés dans de nombreux festivals, colloques et événements internationaux - 99Generators Vancouver, Invençao Sao Paulo, Gallery 9 Walker Art Center, Murs du Son Villa Arson, Festival Manca Nice, Festival Lust London, Brussels2000, Festival GMEM Marseille, SoundBox Helsinki, Kunst in der Stadt Bregenz, NTT CC Tokyo, Musiques en Scène Lyon, Bauhaus Weimar Universität, School of the Art Institute of Chicago, ISEA Osaka, 33RPM SFMOMA San Francisco, Open Radio CCCB Barcelona, Festival Sonor Nantes, Festival d`Automne Paris, Festival Multi Avatar Québec, Festival Radiophonic Bruxelles, etc. Il a publié plusieurs articles et ouvrages en France et à l`étranger - Logs aux éditions è®e en 2005, NetzMusik/NetMusic aux éditions Wergo Berlin en 2004 -. Ses dernières réalisations sont tournées vers les réseaux et la radiophonie - Collective JukeBox, picNIC, nocinema.org, PacJap, pizMO, Lib_, Sobralasolas ! - et vers des projets d`improvisation live avec plusieurs artistes: DinahBird, etc. Jérôme Joy a été invité ces dernières années en tant que compositeur en résidence au LIEM CDMC Madrid Spain, au CIRM Nice France, à l`Institut Français Alexandrie Egypt, et au NTT ICC Tokyo Japan, et en tant que conférencier dans de nombreux colloques internationaux: Multi Québec (2007), Engrenages Radio Festival Marseille (2006), Scopitone Festival Nantes (2005), CCCB Barcelona (2004), ISEA Nagoya (2003), Northwestern University Evanston (2002), School of the Art Institute of Chicago (visiting artist since 2001), Philosophy International College Paris (2000), CIREN Univ. Paris VIII (2000), Bauhaus Weimar University (1999), Invencao Sao Paulo (1999), Imagina Monaco (1998 and 2005), etc. Il a également participé à de nombreux festivals et événements: 99 Generators Concerts Vancouver, Murs du Son Villa Arson Nice, Art Entertainment Network Walker Art Center Minneapolis, Festival Manca Nice, Festival Lust London, Brussels2000, SoundBox Helsinki, Kunst in der Stadt Bregenz, Ars Acustica San Francisco, Arts Electroniques Festival Rennes, Musiques en Scène Lyon, GMEM Festival Marseille, JuniRadio Berlin, Resonances Festival Nantes, Festival send+receive Winnipeg, 33RPM SFMOMA San Francisco, MIMI Festival Marseille, Festival d`Automne Paris, Silenceradio.org Brussels, Festival SonoR Nantes, Festival Radiophonic 07 Brussels, Das Kleine Field Recordings Festival Berlin, etc.

Harminder judge
Catalogue : 2013Bilocation | Vidéo | | couleur | 10:0 | Royaume-Uni | 2013
Harminder judge
Bilocation
Vidéo | | couleur | 10:0 | Royaume-Uni | 2013

Hanshaw julian
Catalogue : 2005Hotel | net art | | couleur et n&b | 7:0 | USA | Pays-bas | 2004
Hanshaw julian
Hotel
net art | | couleur et n&b | 7:0 | USA | Pays-bas | 2004

"Hotel" est une animation interactive en 10 parties, dans l'espace anonyme d'un hôtel extraordinaire et étrange, que l'on peut voir aujourd'hui en ligne sur www.submarinechannel.com/hotel. Pour Submarine Channel, l'artiste multimédia Han Hoogerbrugge a créé une série interactive qui se déroule dans un hôtel virtuel. Le visiteur parcourt les chambres, rencontre des gens et heurte des objets. L'hôtel est grand. L'hôtel est une tête. L'hôtel suit la logique du rêve. L'hôtel est aussi le point de départ de "Preconstruction" (www.preconstruction.biz), l'entreprise du Dr Doglin qui mène des recherches sur les "accidents étranges". En échange d'argent, des volontaires acceptent de subir les tests que le Dr Doglin opère sur eux. Il semblerait que ces tests ne présentent aucun danger pour les volontaires? Chaque épisode est accompagné d'une bande dessinée (que l'on peut ouvrir et lire en cliquant sur la barre de menu) qui explore l'univers parallèle d'un certain Dr Goldin, qui n'a apparemment aucun lien avec notre autre bon docteur. "Hotel" est parfois sombre et inquiétant, mais il peut aussi être humoristique voire risible. C'est un jeu dans lequel on ne peut apparemment rien perdre, mais où l'on ne peut rien gagner non plus. En bref, c'est un environnement où les visiteurs du monde entier peuvent tous reconnaître un peu d'eux-mêmes.


Han Hoogerbrugge (né en 1963) est un artiste mondialement célèbre. Depuis 1996, il a présenté des ?uvres d'animation sur son site web, www.hoogerbrugge.com. Ce site attire plus de 3000 visiteurs par jour. Au départ, Hoogerbrugge, attiré par les possibilités sans précédent qu'offrait le net, a présenté un site appelé "Modern Living". Il s'agissait d'une page expérimentale où les possibilités offertes par la publication électronique étaient étudiées. En septembre 2001, le numéro 100 de la série "Modern Living" fut présenté ; ce fut le dernier. En collaboration avec Gil Kay de Wiggle, Hoogerbrugge a aussi créé "Flow" pour le site NPS Short Film. Son ?uvre prend forme d'une manière intuitive : les pensées et les idées sont converties en animations interactives. Han Hoogerbrugge s'efforce d'évoquer une atmosphère, de faire quelque chose de reconnaissable qu'on ne peut exprimer avec des mots. Submarinechannel.com Submarinechannel.com est spécialisé dans les programmes de nouveaux médias comme les courts-métrages numériques, les jeux sur Internet, les animations et les graphic novels. Submarine Channel produit et diffuse les ?uvres d'une jeune génération de concepteurs de programmes. Tous issus du monde des jeux vidéos, des BD, du graphisme et des clips vidéo, ces artistes ont en commun leur quête de nouvelles formes de narration pour leurs histoires. Submarinechannel.com fait partie de la société de production Submarine d'Amsterdam, fondée par Bruno Felix et Femke Wolting.

Pauline julier
Catalogue : 2010Noé | Doc. expérimental | betaSP | couleur | 22:0 | Suisse | 2010
Pauline julier
Noé
Doc. expérimental | betaSP | couleur | 22:0 | Suisse | 2010

Le spectateur est à la place de Noé, en plein rêve. Il se réveille dans un lieu clos, avec autour de lui une énorme quantité de graines visiblement conservées à l?abri. L?espace est trop étroit, il décide de sortir. Dehors le monde a disparu sous la glace. Il est seul. Alors qu?il est partagé entre la peur et un sentiment de plénitude face à cette nouvelle découverte, des images désordonnées lui soufflent le souvenir de son monde. Métaphore poétique d?un état de folie lucide, le film suggère la possibilité d?un monde inhabité et stérile, un cauchemar blanc...


Née en 1981 à Genève, Pauline Julier est diplômée avec mention de l?Institut d?Etudes Politiques de Grenoble en 2002 et de l?Ecole Nationale Supérieure de Photographie d?Arles en 2007. Elle présente plusieurs de films dans des expositions collectives et des festivals de cinéma, et son film Pamięć est paru en mars 2009 aux Editions Waknine. Elle a reçu cette année le Prix d`art fédéral Suisse à Art Basel pour l`installation de son dernier film Noé. Elle s?intéresse à plusieurs médiums complémentaires au cinéma et travaille notamment au sein de PHP (Henriette Desjonquères, Paul Fargues, Pauline Julier), collectif transdisciplinaire associé au 104 à Paris dès 2011. Elle filme et écrit pour créer des agencements d`éléments réels et imaginaires. Son travail interroge les rapports étroits et ambigus entre réel et fiction et propose des formes narratives singulières.

Alves julio
Catalogue : 2012A Casa | Documentaire | hdv | couleur | 70:0 | Portugal | 2012
Alves julio
A Casa
Documentaire | hdv | couleur | 70:0 | Portugal | 2012

António, Zé Maria and João live in the House as they build it. For two years they restarted processes over and over according to their functions in the House. The transformations of the rooms forces constant changes in its organisation. The rooms for eating, dressing or relaxing change. As do the inhabitants. Time passes. The inhabitants move into and out of shot. The camera doesn?t follow them. It stays there focusing on the particular. Natural light invades the geometric spaces, intensifying as the work advances. The sound environment also changes. The silences intensify. The contrasts are stronger and stronger. At the end we see the men who make the film for some, the work for others, or simply a house.

Júlio Alves was born in Lisbon, 1971. He started really early to work in cinema and participated in 14 feature films as AD (assistant director), Sostiene Pereira, with Marcello Mastroianni is among them. In 1995 Alves directed his first short film, A Fachada (1995), followed by O Despertador (1996), Alferes (2000), Ossudo (2007) and O Jogo (2010). Meanwhile, he has done a documentary, 42,195 KM (2010) and he is currently filming A Casa (2011) another documentary, about the building process of a house of contemporary architecture that will be finished with the conclusion of the house, scheduled for September 2011.

Sophie jung
Catalogue : 2012The Objective I | Vidéo | hdv | couleur | 5:13 | Luxembourg | Suisse | 2012
Sophie jung
The Objective I
Vidéo | hdv | couleur | 5:13 | Luxembourg | Suisse | 2012

Form, function, awe and all.

Sophie Jung was born in 1982 in Luxemburg and grew up in Germany and Switzerland. She studied Photography and Media Arts at the Folkwang school in Essen, the Zürcher Hochschule der Künste and graduated in 2011 from the Rietveld Academy in Amsterdam and is currently doing her MA in Fine Arts at Goldsmiths, University of London. She lives and works in Basel and London.

Mathieu k. abonnenc
Catalogue : 2015Secteur IX B | Fiction | 4k | couleur | 42:35 | France | 2015
Mathieu k. abonnenc
Secteur IX B
Fiction | 4k | couleur | 42:35 | France | 2015

Secteur IX B met en scène la conservation d’une collection anthropologique ramenée la Mission Dakar-Djibouti, une des plus grande opération de collecte coloniale, à travers une relecture de l’ouvrage L’Afrique fantôme de Michel Leiris. Par son dispositif, tourné entre la France et le Sénégal, le film dévoile le destin et la mémoire d`archives par un récit fantasmé, qui désigne un état des relations entre les peuples.


Mathieu Kleyebe Abonnenc s’attache à interroger les formes d’hégémonie culturelle sur lesquelles s’est appuyée l’évolution de nos sociétés contemporaines. Qu’il s’agisse de vidéos, de photographies, d’installations, de dessins ou de projets d’exposition, Mathieu Kleyebe Abonnenc explore les principes de représentation dominants en s’appropriant des éléments et des événements préexistants, principalement liés aux histoires impériales et coloniales des pays dits développés. Autant d’objets appartenant à une mémoire collective dont l’universalisme de principe est mis à l’épreuve depuis plus d’un siècle. Chacun de ces éléments nécessite d’être constamment renégocié afin d’en dégager des problématiques contemporaines, en termes de construction d’une identité, d’une communauté, d’une nation, et ainsi permettre par moment de réinventer l’action artistique et politique. Mathieu Kleyebe Abonnenc est diplômé des Beaux-arts de Marseille en 2002. Il a fait parti du programme de recherche La Seine de l’Ecole Nationale supérieure des Beaux-arts de Paris de 2006 à 2008 . Son travail à fait l’objet en 2013 de deux expositions personnelles, Songs for a Mad King à la Kunsthalle de Bâle, Suisse et Kannibalen au Bielefelder-Kunstverein, Allemagne. En 2012, deux institutions, la Fondation Serralves à Porto au Portugal et Pavilion à Leeds en Angleterre, ont organisé des expositions personnelles de l’artiste. Toujours en 2012 , Mathieu Kleyebe Abonnenc a participé à la Triennale de Paris, Intense Proximité, au Palais de Tokyo, ainsi qu’à des expositions collectives à la Fondation d’entreprise Ricard à Paris et l’ICA – Institue d’Art Contemporain de Philadelphie aux États-Unis.

Yasmine kabir
Catalogue : 2010The Last Rites | Documentaire | dv | couleur | 17:0 | Bangladesh | 2008
Yasmine kabir
The Last Rites
Documentaire | dv | couleur | 17:0 | Bangladesh | 2008

` The Last Rites?, a silent film by Yasmine Kabir, depicts the ship breaking yards of Chittagong- a final destination for ships that are too old to ply the oceans any longer. Every year, hundreds of ships are sent to yards in Bangladesh. And every year, thousands of people come to these yards in search of jobs. Risking their lives to save themselves from hunger, they breathe in asbestos dust and toxic waste. The elemental struggle between man and metal figures throughout the film, as men carry the weight of steel ropes over their shoulders, pull huge parts of the vessels inland, and bear great metal plates. ` The Last Rites? is an allegorical portrayal of the agony of hard labor.

Yasmine Kabir is an independent filmmaker based in Bangladesh. Her filmography includes: Death Chant 1992 A day at the Embassy 1996 For Solaiman 1997 A Mother`s Lament (Duhshomoy) 1999 My Migrant Soul (Porobashi Mon Amar) 2000 Direct-Direct (Music Video) 2003 A Certain Liberation (Shadhinota) 2003 The Last Rites (Shesh Kritto) 2008

Catalogue : 2017Roshi (Rope) | Doc. expérimental | hdv | couleur | 9:30 | Bangladesh | 2017
Yasmine kabir
Roshi (Rope)
Doc. expérimental | hdv | couleur | 9:30 | Bangladesh | 2017

Continuing a tradition that goes back centuries, children are employed as rope-makers in old town, Dhaka, making rope from jute fibres. They twist, tie, knot and weave from early morning till nightfall. This silent film has metaphorical allusions

Yasmine Kabir is an independent filmmaker. She lives and works in Dhaka and Chittagong, Bangladesh. Her documentaries are on stories that reflect the human condition.

Pablo kaes
Catalogue : 2014vida | Documentaire | hdcam | couleur | 9:0 | Allemagne | 2013
Pablo kaes
vida
Documentaire | hdcam | couleur | 9:0 | Allemagne | 2013

Deep in the mountains of Patagonia live two people. We see how a day starts. It is dark and cold outside. An old man drinks mate, the typical Argentinian drink. Then he starts his daily tour with his sheeps. The day goes by in silence. In the evening they have to kill a goat. And eat it. No distractions. Nothing needless. Just life.

Pablo Kaes, born 1988 in Mainz, Germany. 2008/2009 Social working in Guadalajaras / Mexico 2010 Assistand director trainee 2010 Studies Film Directing at HFF "Konrad Wolf" in 2010. 2013/2014 Studies Dirección at Universidad del Cine, Buenos Aires 2015 Estimated degree Diplom Regisseur

Jane Jin kaisen
Catalogue : 2014Reiterations of Dissent | Doc. expérimental | hdv | couleur et n&b | 59:0 | Danemark | 2014
Jane Jin kaisen
Reiterations of Dissent
Doc. expérimental | hdv | couleur et n&b | 59:0 | Danemark | 2014

Reiterations of Dissent concerns the suppressed history and fragmented memories of the Jeju 4.3 Uprising and Massacre, which took place shortly before the outbreak of the Korean War on the filmmaker´s birthplace, Jeju Island, South Korea. In a ‘red hunt’ the Korean military and police, under supreme command of the U.S. Military, committed genocide onto the civilian population. For more than five decades, it was prohibited to talk about the event. Composed of six different video narratives – Ghosts, Jeju Airport Massacre, Lamentation of the Dead, The Politics of Naming, Retake: Mayday and History of Endless Rebellion – Reiterations of Dissent uncovers the underlying political motivations and portrays how the un-reconciled trauma of Jeju 4.3 resonates in the natural landscape, in literature, in memories of survivors and relatives, in shamanic rituals mediating between the living and the dead, and in protests against the ongoing construction of the Jeju Naval Base. Using various audiovisual registers and editing techniques, Reiterations of Dissent explores a new language for documentary filmmaking and challenges relationships between text, image and narrative. Each video shows a different aspect of the Jeju 4.3 as an unstable episode of modern history by presenting a multi-layered archive of experiences, events and perspectives.

Jane Jin Kaisen is a visual artist and filmmaker based in Copenhagen. She holds an MFA in Interdisciplinary Studio Art from the University of California Los Angeles, an MA in Art Theory from the Royal Danish Academy of Fine Arts where she is currently doing an artistic research PhD. Being invested in questions of memory, history and subjectivity, Kaisen’s work deals with transnational political histories that have been silenced or banned but that resonate in the present moment through a sense of haunting. Recent narrative experimental films include Reiterations of Dissent (2014) concerning the suppressed history and fragmented memories of the Jeju April Third Uprising and Massacre, The Woman, The Orphan, and The Tiger (2010) that explores how mechanisms of militarism, patriarchy, colonialism and nationalism effected three generations of women in Korea. Kaisen has presented her films and video installations at various art museums and film festivals internationally, including Videonale, Seoul International New Media Festival, the Liverpool Biennial, the Incheon Women Artists’ Biennale, Yamagata International Documentary Film Festival, Taiwan International Documentary Film Festival, Korean American Film Festival New York, Fokus Video Art Festival, Kunsthallen Brandts, Gana Art New York, Jeju International Womens Film Festival and Asian Womens Film Festival Berlin.

Leilani kake
Catalogue : 2011Tino Rangatira Tanga | Documentaire | dv | couleur | 16:6 | Nouvelle-Zélande | 2008
Leilani kake
Tino Rangatira Tanga
Documentaire | dv | couleur | 16:6 | Nouvelle-Zélande | 2008

Maranga mai
Wake up
Maranga mai e te iwi
Rise up the people
O nga hapu Ngapuhi
of the families of Ngapuhi
Ki a mau, ki a u,ki a pupuri ai
be strong,be fixed,hold on
ki nga akoranga nui
to the larger lessons

"My very first memory of my Dad actually has no visual label but is made up of Sound, the warm soundscape of him singing as he strums the guitar, his voice booms over the acoustic harmonies of the strings. His mouth smiles as he sings a verse, his hands strums with vigor. I am safe in his song. On the night of the seventeenth of April 2008 my father Richard Kake passed away in Whangarei Hospital after suffering a massive stroke, he was fifty seven years old."

Tino Rangatira Tanga invites the viewer into a sacred space of Love, loss and revelation.

"It is a celebration of my relationship with my Father told through deeply intimate experiences strengthened through the musical soundscape that surrounded my Father?s life and death.
The process of filming,editing and viewing the footage of my father?s life and untimely death helped me to grieve and in turn heal. Being able to experience and share this work has created moments of personal growth and insight. "

Kia Ora and Warm Pacific Greetings, My name is Leilani Kake, I live in Otara, Manukau City, South Auckland,Aotearoa(New Zealand) and I am a practicing Video Installation Artist of Nga Puhi, Tainui (NZ Maori) and Manihiki (Cook Island) descent. I graduated with the University of Auckland at the Manukau School of Visual Arts with a Bachelor of Visual Arts in 2002 and a Post Graduate Diploma of Fine Arts in 2005. My work transfers documentary footage and the recording of real events into an art context. My projects tend to be highly personal stories dealing with issues of identity and culture, tradition and change.

Insight: ?Raising awareness of important issues pertaining to myself, Tangata Whenua(New Zealand Maori) and Pacific people in a way that creates constructive discussion has always been the main focus of my art.?

Kai kaljo
Catalogue : 2005Das Wichtigste | Film expérimental | dv | couleur | 18:40 | Estonie | 2005
Kai kaljo
Das Wichtigste
Film expérimental | dv | couleur | 18:40 | Estonie | 2005

Durant l'automne 2004, j'ai passé deux mois magnifiques en Allemagne au Künstlerhaus Schloss Wieperdorf, avec toutes ces personnes merveilleuses. Et alors que nous avions cette magnifique opportunité d'être libres de tous les soucis quotidiens et de pouvoir se concentrer sur ce qui est le plus important, j'ai commencé à me demander ce qu'était en fait le plus important. Voici quelques réponse à cette question.


Kai Kaljo est né à Tallinn, Estonie, en 1959. Il étudie la peinture à la Tallinn Art Academy en 1990. Depuis 1997, il travaille avec la vidéo.

Catalogue : 2017Isegi nimi on mõnikord sama (Even the Name Is Sometimes the Same) | Vidéo | hdv | couleur | 1:55 | Estonie | 2017
Kai kaljo
Isegi nimi on mõnikord sama (Even the Name Is Sometimes the Same)
Vidéo | hdv | couleur | 1:55 | Estonie | 2017

Among others, Kai Kaljo(1877-1906) lives on in my video "Even the Name is Sometimes the Same"(1877-2017). I don´t know if we are related or not, but does it really matter? The video was made in cooperation with the photo collection of the Tallinn town museum. In the corner of a very old photograph (made in 1877) of the Tallinn Old Town Harbor, there is a person sitting, very tired. For some unknown reason, I was overwhelmed by that person. She (or he) had no idea that photography existed so she never suspected being accidentally captured by someone´s camera, neither did she suspect that, for some reason, she would become so important for somebody after 140 years.

Kai Kaljo is an artist living and working in Tallinn, Estonia. She studied painting at the Estonian Academy of Arts. Since 1997, when she completed her first video "Loser", she mainly works in video. In 2006 and 2017, she used to work at Tallinn University as a professor for contemporary art. Her video work was often described as poetic, social, humorous/tragic. In recent years, she had been working with archival images and texts.

Catalogue : 2005AEG | Vidéo expérimentale | super8 | couleur | 1:0 | Estonie | 2005
Kai kaljo
AEG
Vidéo expérimentale | super8 | couleur | 1:0 | Estonie | 2005

Felix kalmenson, akhbari, rouzbeh
Eleni kamma
Catalogue : 2012The Tuner's Monologue | Vidéo | hdv | noir et blanc | 13:9 | Chypre | Pays-Bas | 2012
Eleni kamma
The Tuner's Monologue
Vidéo | hdv | noir et blanc | 13:9 | Chypre | Pays-Bas | 2012

The Tuner?s Monologue Synopsis: If the idea of folding and unfolding depends on the structure and expectations a city arouses or suppresses, what images can be produced by the coexistence of sound and space, the space between lived experience and a simultaneous reflection of it? The Tuner?s Monologue A voiceover in the form of a monologue, in which a tuner of musical instruments describes aspects of the profession, is superimposed to B&W film footage of architectural facades of buildings under construction in the ?new heart? of Rotterdam. Both text and footage have been subjected to an increased degree of abstraction.

Eleni Kamma ( b. Athens [CY/GR], 1973) studied at the Chelsea College of Art & Design in London (MA) and the Athens School of Fine Arts (BA).In 2008-2009 she was a Fine Art Researcher at the Jan Van Eyck Academie, Maastricht. Kamma lives and works in Brussels and Maastricht. Recent solo exhibitions include: Winner of The Euregional Preis fur Junge Kunst / Prijs voor Jonge Kunst / Prix de l?Art Jeune,NAK Neuer Aachener Kunstverein,Aachen (2012), Found In Translation Chapter P like Politics like Parrots, Maison Gregoire, Brussels (2012), P Like Politics,P Like Parrots, Alex Mylona Museum, Athens (2012), From Bank To Bank On A Gradual slope, Villa Romana, Florence (2012), Enlever et Entretenir II, Wiels Project Room, Brussels (2011).Her work has been included in group shows such as On Dilettantism, Halle 14,Leipzig (2012),Found in Translation, Casino Luxembourg, Luxembourg (2011), Botanies of Desire, Video Program, SALT Beyoglu, Istanbul (2011)
,Animacall-The Animation project 2011, State Museum of Contemporary Art, Thessaloniki (2011), Expanded Ecologies. Perspectives in a time of emergency, National Museum of Contemporary Art, Athens (2009), 1st International Moscow Young Biennial, Moscow (2008); Chanting Baldessari, Bonnefanten Museum, Maastricht (2008), 10th International Istanbul Biennial, Istanbul (2007); Other Spaces, 1st Thessaloniki Contemporary Art Biennial: Heterotopias, Thessaloniki (2007) and the 5th DESTE Prize,DESTE Foundation,Athens (2007).