Catalogue > Liste par artiste
Browse the entire list of Rencontre Internationales artists since 2004. Use the alphabetical filter to refine your search.  update in progress  

Notice: A non well formed numeric value encountered in /homepages/19/d540700991/htdocs/site/en/cat/rech/_cat_1_art_rech.php on line 1085
Elias heuninck
Catalogue : 2017Lightkeeping | Doc. expérimental | 4k | noir et blanc | 11:11 | Belgique | 2015
Elias heuninck
Lightkeeping
Doc. expérimental | 4k | noir et blanc | 11:11 | Belgique | 2015

Curious about creating a new image quality, Elias Heuninck made a digital camera. A very simple one. Instead of using a complex sensor to capture the whole image in a fraction of a second, it builds up the image pixel by pixel by making one simple measurement at a time. The camera starts at the top left corner and works its way to the bottom right one, just as you are reading this text. To get the information for each position, the camera shoots a short pulse of laser light towards its subject and waits for the light-echo to return. It is then able to find the distance between itself and the object that reflected the light. The collected measurements do not show anything recognisable yet. The data has to be translated first in order to be visible as a greyscale image. With an exposure time of four days (and up to four weeks), it is not the most practical camera around, but it allows Elias to work directly with the building blocks of the picture itself. The resulting images are digital by nature, yet the visual resemblance with prints from the early days of photography is striking. Whereas the conventional camera is a darkroom that captures light, this camera is more like a lighthouse. Since every point in the image is a distance measurement, the image becomes a map. The video is a slideshow of scenes and letters. The letters are selected from an archive of the correspondence of William Henry Fox Talbot, a pioneer in negative-positive photography.

Elias Heuninck (1986) studied media art at the School of Arts in Ghent. He got interested in the use of a contemporary form of the landscape-image for various experiments. His works do sometimes involve different media, but they always touch on the material of film and the notion of cinema. He gently disorients the audience by changing the perspective in space, on paper, or in a digital data file.

Nicole hewitt
Catalogue : 2005The Waltz. a Mock Ball | Film expérimental | 16mm | couleur | 10:0 | Croatie | 2004
Nicole hewitt
The Waltz. a Mock Ball
Film expérimental | 16mm | couleur | 10:0 | Croatie | 2004

La bande son est composé d'un documentaire audio venant des préparations du Bal Annuel de l?Opéra de Vienne, les images sont des reconstructions avec des acteurs croates et des étudiants de la manifestation que j'ai filmé en attendant les répétitions, les auditions et les préparations pour le Ball. La Croatie espère présenter le Viennq Opera Ball en Février 2005.


Née en 1965 à Londres. Elle a fait son primaire à Zagreb, en Croatie et fut diplômée du Brighton Polytechnique Art College et s'est spécialisée en animation avec modèles au Jiri Trinka Studio of animated film à Prague. Un MA en beaux arts et média à la Slade School of Fine Art en 2000. Elle est en ce moment étudiante en cours de recherche dans la même école et attachée au département d'anthropologie à UCL. Elle a fait de nombreux films courts, animés et expérimentaux depuis 1986, projeté et récompensés dans de nombreux festivals internationaux et expositions. Elle participe dans de nombreuses performances multimédias. Elle enseigne en ce moment le film expérimental et l'animation à la Zagreb Academy of Fine Art. (Filmographie : IN/DIVIDU; IN BETWEEN; PIGS, ETC; GLORIA; BRIDGE;WALTZ)

Catalogue : 2006In time - Episode 1 | Doc. expérimental | dv | couleur | 10:0 | Croatie | 2006
Nicole hewitt
In time - Episode 1
Doc. expérimental | dv | couleur | 10:0 | Croatie | 2006

IN TIME Episode 1 est le premier d'une série d'EPISODES basés sur les écoles et les clubs de danse de salons en Croatie, Bosnie etc. Durant une année ou plus, moi-même et l'équipe de mon film suivons des cours de danses de salon dans le but de faire un film. La relation entre moi, l'équipe de tournage et le club est une relation qui change constamment tandis que nos rôles et notre position au sein de la triade passent de réalisateurs de film à des danseurs débutants. Nous enregistrons tout sur un film vidéo, afin d'utiliser nos propres souvenirs et l'enregistrement vidéo comme des aides mémoires pour sélectionner les moments qui ont réellement eu lieu et les transformer en événements cinématographiques. Cette proposition est ouverte à toute personne qui se trouve dans ou autour du club. A un moment, un participant de la classe de danse est accusé de boire. Cet événement constitue la base d'une exploration visuelle des possibilités offertes par la fiction, le documentaire et le drame.


Née à Londres en 1965. A suivi les cours de l'école primaire de Zagreb, en Croatie. Diplômée de Brighton Polytechnic Art College, spécialisé dans l'animation au Jiri Trnka studio of animated films de Prague. MA in Fine Art Media à la Slade School of Fine Art, 2002. Actuellement élève chercheuse à la Slade rattachée au département d'anthropologie d'UCL. A réalisé de nombreux courts-métrages d'animation et expérimentaux depuis 1986, a présenté ses films et a été récompensée dans de nombreux festivals et expositions internationaux. Participe à différentes performances multimédia et collabore à différents projets. Enseigne le cinéma expérimental et le cinéma d'animation à l'Académie des Beaux-Arts de Zagreb.

Patrick hÉbrard
Catalogue : 2005Tornade vidéo | Art vidéo | dv | couleur | 4:0 | France | 2004
Patrick hÉbrard
Tornade vidéo
Art vidéo | dv | couleur | 4:0 | France | 2004

Tornade Vidéo Vidéo 4 min. 2004 Ce film fait partie d?une installation et est originellement destiné à être projeté sur une grande spirale déployée dans l?espace d?exposition. On y voit un homme qui marche et coure dans des paysages, de jour comme de nuit, comme s?il cherchait à échapper à une catastrophe imminente qui n?est rien d?autre que le tournoiement qui l?emporte comme une tornade.


J`entends me servir de la vidéo pour mettre en avant des données qui relèvent plutôt du champ de la sculpture et plus largement de notre rapport à l`espace. Ces expérimentations filmées sont une façon de rendre compte des forces, des pressions, des mouvements et des vitesses qui agissent sur un corps. Les dispositifs spécifiques utilisés pour le tournage des vidéos (ou pour leur installation sous forme de vidéo-sculptures) permettent de rendre visible la puissance de ces forces et de ces mouvements dont nous sommes la plupart du temps, inconscients. J`ai ouvert successivement trois chantiers qui aujourd`hui coexistent dans un aller-retour entre vidéo et sculpture: - Chantier des sculptures:en dialogue avec le travail vidéo, elles constituent une mise en forme des trajectoires, des mouvements et des déplacements d?un corps ou d?un objet dans l?espace. - Chantier des vidéos dans lesquels un corps se confronte physiquement et de façon absurde à des objets ou des espaces paradoxaux et aberrants. - Chantier des installations où se rejoignent sculpture, espace et vidéo sous forme de vidéos sculptées : les actions vidéoprojetées sont désormais performées en fonction de la forme des écrans-sculptures sur lesquels les vidéos sont projetées.

Daphné hÉrÉtakis
Catalogue : 2012ici rien | Documentaire | 16mm | couleur | 30:0 | Grèce | France | 2011
Daphné hÉrÉtakis
ici rien
Documentaire | 16mm | couleur | 30:0 | Grèce | France | 2011

Un tournage commencé en septembre 2008, à Exarhia, haut-lieu de la contestation athénienne. Entre mes allers-retours Paris-Athènes qui ont continué jusqu`en avril 2011, la situation politique de la Grèce n`a cessé d`évoluer. Le film est devenu la toile sur laquelle les témoignages se sont finalement posés, composant ainsi le paysage morcelé d`un pays en crise.


Née en 1987 à Paris, Daphné Hérétakis a fait des études de réalisation documentaire à l?Université de Paris 8. Elle vit entre Paris et Athènes et réalise des courts métrages documentaires-expérimentaux depuis 2008.

Lily hibberd, hibberd, lily and taylor, curtis
Catalogue : 2013The Phone Booth Project | Doc. expérimental | hdv | | 14:7 | Australie | 2012
Lily hibberd , hibberd, lily and taylor, curtis
The Phone Booth Project
Doc. expérimental | hdv | | 14:7 | Australie | 2012

The Phone Booth Project A collaboration between Lily Hibberd and Curtis Taylor The Phone Booth Project presents the special and quotidian role of phone booths in remote Western Desert communities from the perspective of the Martu people living there. Realised as a theatrical installation, three video screens create an immersion into physical sensation and happenings around the booths. Working collaboratively with Martu communities we have made a video installation that explores the use of phone booths in these remote desert regions. A rare insight into the independence and adaptation of modern telecommunications by Martu people across the vast Western Desert of aboriginal Australia.

understanding significant Australian historical events and sites. Her reflexive and collaborative, projects investigate collective, historical, philosophical and psychological aspects of memory and time. Since 2011, she has been commissioned ten community art projects. Lily has an established international career, exhibiting frequently in solo and curated exhibitions, most recently presenting the Ice Pendulum at the Paris Nuit Blanche. She is currently working with the Musée des arts et Métiers on a solo project for their 2015 exhibition on Measures of Time. She is represented by Galerie de Roussan, Paris. Curtis TAYLOR is an actor, emerging film writer/director and a young Martu leader. He is currently undertaking a Bachelor of Culture, Communications and Media at Murdoch University. Curtis has worked as Community Coordinator and Youth Development Officer at Martu Media (a division of Kanyirninpa Jukurrpa), where he spent 18 months working on `Yiwarra Kuju: The Canning Stock Route` as a filmmaker and youth ambassador. Curtis was the recipient of 2011 Western Australian Youth Art Award and Wesfarmers Youth Scholarship.

Danièle hibon
Catalogue : 2006Musée national du Jeu de Paume | 0 | 0 | | 0:0 | France | 2007
Danièle hibon
Musée national du Jeu de Paume
0 | 0 | | 0:0 | France | 2007

A partir de 1991, la Galerie Nationale du Jeu de Paume devient un lieu d?exposition, un lieu d?apparition de l?art contemporain et de la photographie. Ce n?est qu?en 2004 que la Galerie Nationale du Jeu de Paume fusionnera avec le Centre National de la Photographie et avec le Patrimoine Photographique, résidant à l?Hôtel Sully dans le Marais. Depuis, les sites de la Galerie sont exclusivement dédiés à la photographie contemporaine, à la vidéo et au cinéma. Elle accueille les artistes du monde entier, privilégiant ainsi une approche synchronique des moments de l?histoire de l?art au travers, notamment, de la photographie et de ses émois, depuis sa création jusqu?à ses transformations contemporaines. L?image en tant qu?expression artistique s?y meut et s?y révèle dans la diversité de ses modes d?apparitions. Soucieuse d?accroître ses publics, la Galerie Nationale du Jeu de Paume configure ses expositions comme des sources de connaissance et organise des projections pédagogiques, des colloques et des conférences. De l?exposition "Support/Surface" bricolant avec le fonctionnel à travers les toiles pliées et peintes de Louis Cane ou les bouts de ficelles nouées d`André Valensi à l`exposition Arman, morceaux du quotidien fondus de plexiglas, à l`art photographique de Joël Meyerowitz, l`image se découvre à la Galerie dans toute sa singularité. Elle donne à penser.


Danièle Hibon est responsable de la programmation de cinéma de la Galerie Nationale du Jeu de Paume à Paris. Elle a étudié les lettres classiques et la philosophie et s`est spécialisée en histoire de l`art. Elle a été responsable du bureau d`accompagnement de l`avance sur recettes au Centre National de la Cinématographie. Depuis 1995, elle co-organise avec Henri Foucault de l?Ensad et Jean-Claude Biette de l?Ensba, un cycle de ciné-conférences destiné aux étudiants de ces deux écoles d`art. Cette initiative unique est animée par le souci constant de faire découvrir des figures de l`art cinématographique, des cinéastes rares et de créer des événements où peut avoir lieu, en leur présence, un véritable dialogue autour des questions et problématiques qui sont celles de l`art et du cinéma. En 1995, lors d`une rétrospective à la Galerie du Jeu de Paume, Danièle Hibon s?est fortement impliquée pour permettre la reconnaissance, auprès du public français, de deux cinéastes, Yervant Gianikian et Angela Ricci Lucchi.

Roderick hietbrink
Catalogue : 2011The Living Room | Installation vidéo | hdcam | couleur | 8:6 | Pays-Bas | 2011
Roderick hietbrink
The Living Room
Installation vidéo | hdcam | couleur | 8:6 | Pays-Bas | 2011

The private atmosphere of a Dutch living room is breached by the disturbing presence of a large oak tree that slowly enters the room. Close-ups of different kinds of furniture, potted plants, souvenirs and other personal belongings are carefully depicted. No longer protected from the outside by the thin sheets of glass, the vacuum is cancelled when the large oak tree enters the room, confronting the viewer with the impact this has to both tree and home. Being both realistic and absurd, the confrontation between the tree and the home raises questions about the meaning and symbolism of the tree and the private domain, and its representational aspects towards the outside world.

Roderick Hietbrink (b. 1975, the Netherlands) is a visual artist. He received his BA in Fine Art from the Art Academy St. Joost in Breda in 1999 and his MA in Fine Art from the Piet Zwart Institute in Rotterdam in 2002. He is a current resident at the Rijksakademie van beeldende kunsten in Amsterdam. His work is shown internationally in solo and group exhibitions at Museum Boijmans van Beuningen Rotterdam, Künstlerhaus Bethanien Berlin, Artspace Visual Arts Centre in Sydney, SMART Project Space Amsterdam and Where Where Exhibition Space in Beijing. Roderick Hietbrink lives and works in Amsterdam and Rotterdam, the Netherlands.

Claudia hill, stephane leonard
Catalogue : 2017Kon'voi' | Vidéo expérimentale | 4k | couleur | 9:23 | Allemagne | 2017
Claudia hill , stephane leonard
Kon'voi'
Vidéo expérimentale | 4k | couleur | 9:23 | Allemagne | 2017

A group of travellers of unknown origin arrive out of nowhere into an open landscape. Over the course of a day, they explore and scan the environment with their unique handmade triangular antennae. Through their sensual decoding of information and hypnotic choreography of sign language, a necessity of care for this strange and beautiful planet emerges.

Claudia Hill is a Berlin-based cross-disciplinary artist who makes objects that create possibilities for personal encounters and community. Hill’s work developed from a career in fashion presenting her collections between New York and Japan. As her designs expanded beyond the boundaries of the industry, she made costumes for choreographer William Forsythe, The Wooster Group, and became a frequent collaborator with choreographer Meg Stuart. Her interventions range from performative designs to constructing large scale, textile based sculptures, and conceiving participatory actions for art centers such as Centre Pompidou Paris, and ZKM Center for Art and Media, Karlsruhe. Hill’s own artist film Kon’voi’ has been presented in several international film festivals. She is currently developing new work for Supernova, an artist group formed around Damaged Goods´ Sketches/Notebook (extended version) for the HAU Berlin 2018 season.

Pat hillaire, rolf meesters
Catalogue : 2005Dansent le désert | Art vidéo | s-vhs | couleur | 2:50 | France | Espagne | 2004
Pat hillaire , rolf meesters
Dansent le désert
Art vidéo | s-vhs | couleur | 2:50 | France | Espagne | 2004

`Dansent le désert` Des paysages du corps se juxtaposent en images. Quelles danses sont possibles dans un tel environnement. C`est le défi que le désert pose aux danseurs. Créé par: Pat Hillaire Dansé par Rolf Meesters et Pat Hillaire Durée 2mn50


1998 initie un travail de vidéo-performance en présence de la danseuse Claudia Flammin puis de Rolf Meesters avec qui je commence en 2000 à expérimenter la danse. Dernière performance: octobre 2005 DA LI LI DA DA, Festival d?automne de Barcelone, 6 performers se réunissent pour expérimenter une performance oú l`important sera que chaque proposition aie la même intensité qu`une autre. Danse, poésie,vidéo, flute japonaise se fondent. En 2005 ont surtout lieu des performances de rue: bar opening exhibition, Festival de rue de Bcn, Museo Mares... 2003 à Berlin, ?KNOWHERE? 10 performances de rue, 3 performers,danseurs Rolf Meesters, Pat Hillaire, musicien sans instruments Johannes Bergmark. Celui-ci relève le défi de performer sans ses objets/instruments.

Jürgen hille
Catalogue : 2018koi beam boats retina | Vidéo expérimentale | mov | | 2:48 | Allemagne | 0
Jürgen hille
koi beam boats retina
Vidéo expérimentale | mov | | 2:48 | Allemagne | 0

1961 in Düsseldorf geboren 1980-86 Studium Freie Kunst, Kunstakademie Düsseldorf 1983 Reisestipendium der Kunstakademie, Italien 1987 Arbeitsstipendium NRW, Schloss Ringenberg 1994 Arbeitsstipendium Schlesw.-Holstein, Künstlerhaus Selk 1995 Künstleraustausch Düsseldorf-Ein Hod, Israel 1999 Projektstipendium Kunstfonds e.V., Bonn (für Videoprojekt “HALDE”) 2018 Cites internationale des arts Paris (Gastatelier) Mitglied im Deutschen Künstlerbund

Julien hilmoine
Catalogue : 2005A chaque instant mourir | Fiction | 16mm | noir et blanc | 20:20 | France | 2005
Julien hilmoine
A chaque instant mourir
Fiction | 16mm | noir et blanc | 20:20 | France | 2005

Une jeune femme à fleur de peau, Agnès. Son meilleur ami, Camille. Sa compagne, Marianne. La soeur de cette dernière, Astrid. Ils devaient se retrouver tous les quatre, pour la première fois depuis longtemps. Mais Marianne ne vient finalement pas. Agnès part sentimentalement à la dérive. Deux nuits et un jour où vont ressurgir de vieilles histoires, des désirs neufs ou enfouis, et une complète remise en cause de leurs rapports à tous.


-Julien Hilmoine est né à Fécamp, en 1979. -Il a passé son enfance et son adolescence à Rouen, dans "une famille de moyenne bourgeoisie, laïque et républicaine". Après des études de lettres et un B.T.S. Audiovisuel option Image, il entre à la Fémis en département réalisation. -Il mène une jeunesse française classique : histoires d?amour, amitiés ; passions, ruptures ; morts. -Parisien par la force des choses, il déclare essayer de réaliser des films. Il avoue aimer les acteurs, passionnément et mène une quête permanente d?images, de visages, de voix.

Steve hines
Catalogue : 2006Anyone | Vidéo expérimentale | dv | couleur | 2:11 | Royaume-Uni | 2006
Steve hines
Anyone
Vidéo expérimentale | dv | couleur | 2:11 | Royaume-Uni | 2006

Ce court métrage vidéo critique, parodie et renforce l'idée d'un Public Warning. Quelqu'un s'est emparé de la loi et a promis des poursuites judiciaires. On voit l'artiste, qui pourrait être n'importe qui, en train de défier et d'enfreindre la loi tout en la renforçant. Une planification minutieuse et une demande d'attention nous préparent à l'action en reproduisant la mise en garde, alors que la rapidité et l'humour sont utilisés pour la présentation et la mise en oeuvre de l'action.


Steve Hines a régulièrement exposé ces dix dernières années. Il a présenté son travail à un niveau national et international en participant à plusieurs festivals d'art interantionaux. Grâce à son expérience dans la photographie, la pratique de Steve Hines est solidement encrée dans cadre conceptuel à l'intérieur duquel il se sert de différents media pour travailler. Ceci lui offre une grande liberté et apporte constamment de nouveaux défis. Steve Hines aime réaliser des oeuvres conceptuelles minimales qui sont souvent combinées à la nature opposée, et pourtant complémentaire, des extrêmes. L'expérience personnelle et le quotidien l'inspirent et lui fournissent le matériau nécessaire à la création de son travail qui allie des récits à des éléments qui peuvent tous nous toucher.

Catalogue : 2005Speakers | Art vidéo | dv | couleur | 4:16 | Royaume-Uni | 2005
Steve hines
Speakers
Art vidéo | dv | couleur | 4:16 | Royaume-Uni | 2005

"Speakers" représente la notion d'un monde troublé et compétitif où les nombreux pays, factions, religions et cultures essayent tous de communiquer et de persuader le reste du monde que leur manière d'agir ou leurs croyances sont supérieures. Le film est une image impressionniste en kaléidoscope, accompagnée d'un message audio chaotique. "Speakers" est un court-métrage tourné en vidéo digitale, et composé de plans tournés au Speakers Corner à Hyde Park, Londres. L'oeuvre finale représente la notion d'un monde troublé et compétitif où les nombreux pays, factions, religions et cultures, dont la plupart appartiennent à une minorité, essayent tous de communiquer et de persuader le reste du monde que leur manière d'agir ou leurs croyances sont supérieures. Les Speakers (orateurs) : un homme noir musulman ; trois hommes blancs différents débattant des idéaux du socialisme ; un homme noir chrétien ; une femme et cinq différents hommes blancs chrétiens ; deux hommes noirs parlant de leurs expériences personnelles ; et un pasteur américain. Ce sont tous des personnes exprimant leurs idées, leurs espoirs, leurs peurs et leurs inquiétudes quant aux problèmes qui nous affectent tous. Les scènes filmées de tous les "participants" s'enchaînent directement les unes à la suite des autres. Il en ressort un montage et un chaos confus d'images mouvantes et de mots. Cet effet et cette méthode reflètent les problèmes dans le monde et dressent des comparaisons à travers des arguments et des désaccords touchant aux questions des frontières, des pays, des religions, des gouvernements et régimes,… Dans sa version finale, "Speakers" inverse le rôle original entre le public et l'orateur d'une façon particulière. Initialement, c'était les orateurs qui luttaient, criaient et rivalisaient pour faire passer leur message à travers un public varié, composé de personnes doutant de ce qu'ils disaient, s'y intéressant ou même s'en moquant. A présent, dans l'espace d'un musée, c'est le public qui se tient là, intrigué par ce qui leur est présenté, et qui commence alors à écouter plus attentivement, essayant de comprendre ou d'entendre un mot distinct par-ci par-là, ou de visualiser un visage dans la foule. L'image évoque une sorte de peinture mouvante impressionniste de nature kaléidoscopique, tandis que le son évoque davantage celui d'un monde civilisé en pleine confusion, comme celui de la Bourse à une heure de grande activité par exemple.


Steve Hines expose ses oeuvres régulièrement depuis près de 10 ans. D'abord nationale, leur diffusion est devenue plus récemment internationale, notamment grâce à sa participation à plusieurs festivals d'art dans le monde entier. D'abord centré sur la photographie, le travail de Steve Hines est à présent profondément ancré dans un cadre conceptuel et ainsi il travaille avec divers moyens d'expression. Il s'intéresse à la réalisation d'oeuvres minimalistes et conceptuelles, souvent combinées avec la nature opposée et pourtant complémentaire d'extrêmes. Des expériences personnelles et le quotidien lui fournissent l'inspiration et le matériel nécessaire à la création d'oeuvres alliant récits et éléments pouvant tous nous affecter.

Nadia hironaka, matthew suib
Catalogue : 2008The Soft Epic, or: Savages of the Pacific West | Art vidéo | dv | couleur | 3:6 | USA | 2008
Nadia hironaka , matthew suib
The Soft Epic, or: Savages of the Pacific West
Art vidéo | dv | couleur | 3:6 | USA | 2008

« The Soft Epic, or: Savages of the Pacific West » est une vidéo monumentale et une installation audio qui examine les représentations historiques et contemporaines de l'anxiété culturelle, et la relation fluide entre l'Histoire et le Cinéma, où réalité et fiction s?écroule l?une sur l'autre comme les plis d'un rideau de théâtre tiré. Composée de multiples projections et d?une bande son en surround ? nouvellement commandée à Bird Show (Ben Vida) ? l??uvre synthétise des images et des effets à partir de fresques historiques, d?épopées de science-fiction, de films de catastrophe et de peintures de Jérôme Bosch, en un paysage urbain fracturé et dystrophique, parsemé de flammes éternelles et de chimères. À travers la projection vidéo longue de cent pieds, la splendeur d?Hollywood usurpe le récit mythologique et historique au service de l'autorité politique et l'ordre social.


Nadia Hironaka réside actuellement à Philadelphie (USA) et est professeur au Maryland Institute College of Art. Elle a obtenu son MFA (Master of Fine Art) à l'Art Institute de Chicago (USA) et son BFA (Bachelor of Fine Art) à l'Université des Arts. En 2008, elle était membre du Pennsylvania Council on the Arts. Ses films et installations vidéo ont été montrés internationalement. Matthew Suib, artiste basé à Philadelphie, a exposé ses installations, vidéos, ?uvres audio, et photographies internationalement. En 2007, il a co-fondé Screening, avec Nadia Hironaka. Il est également membre du Pennsylvania Council on the Arts, et ancien membre de Vox Populi, un collectif d?artistes de Philadelphie.

Sin Tung ho
Catalogue : 2012Folie à deux | Doc. expérimental | dv | couleur | 73:0 | Hong Kong | 2011
Sin Tung ho
Folie à deux
Doc. expérimental | dv | couleur | 73:0 | Hong Kong | 2011

Ho Sin Tung?s Folie à deux, shows a sequence of 17 people reading a passage with their back to the camera - from a book they have chosen themselves, at different indoor and outdoor locations in Hong Kong, the mainland China and Macau. This deceptively simple video, however, has a psychological tension reflected in its title, folie à deux, a term describing ?a condition in which symptoms of a mental disorder, such as the same delusional beliefs or ideas, occur simultaneously in two individuals who share a close relationship or association.? In the video, the intimate relationship is between the reader and the on-looking viewer of her video, the audience. Each reading situation becomes an almost confessional as the read passage reflects an intimate and potentially embarrassing part of the personality or ?soul? of the reader. The viewer is drawn into the readers? spoken passage, its significance, its meanings, and each reader?s viewpoint appreciated, possibly even absorbed by the viewer.

Ho Sin Tung was born in Hong Kong in 1986, and graduated from the Fine Arts Department of Chinese University in Hong Kong in 2008.  Ho`s recent work predominantly uses pencil, graphite and watercolour in combination with found and ready-made images - such as stickers, maps, charts, rubber-stamps and timelines. These are reinterpreted to narrate stories of places, relationships and periods of time often within a considered, objective historical setting.

 Apart from painting, ho also do writing, installation and video work. Her work uses a lot of literature and cinema references. "Folie à deux" is an obvious combination of both themes.

Wei-ming ho
Catalogue : 2014Over my dead country | Vidéo | hdv | couleur et n&b | 11:11 | Taiwan | 2013
Wei-ming ho
Over my dead country
Vidéo | hdv | couleur et n&b | 11:11 | Taiwan | 2013

Is this the 100th anniversary celebration of a country or a prediction of doom, the last rays of a sun that is setting beneath the shadow of threats? Mixing the firework display and the self-immolation of freedom fighters, this work not only presents visual paradoxes but also re-visits the ghosts of history. Fusing tragedy and celebration, it reflects concerns about media monopolies and the current situation of the country. A historical process, repetition or an ending – what will be revealed through the flames?

Wei-Ming Ho was born in Taipei, Taiwan as a visual artist and filmmaker. He works across the fields of experimental film, video installation and media art. His works have been presented in cinemas and also in artistic contexts such as Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofia, Egyptian Theater in Hollywood, National Taiwan Museum of Fine Arts and numerous art & film festivals in 40 countries.

Tzu Nyen ho
Catalogue : 2007The Bohemian Rhapsody Project | Film expérimental | dv | couleur | 6:52 | Singapour | 2006
Tzu Nyen ho
The Bohemian Rhapsody Project
Film expérimental | dv | couleur | 6:52 | Singapour | 2006

Le "Bohemian Rhapsody Project" est entièrement basé sur les paroles de la chanson de Queen, "Bohemian Rhapsody", et tourné à la cour suprême de Singapour. Un garçon est accusé, et son coeur est brisé à la vue de sa "mama" en larmes. Au cours des mois de juin et juillet 2006, il a fallu quatre tours d'auditions pour le rôle du personnage principal. La chanson de Queen, écrite en 1975, remplace la structure de la chanson pop de base (couplet-refrain-couplet), par un jeu de rôle multiple et un mélange quasi schizophrénique de styles musicaux différents. Sur les nombreux professionnels et non professionnels auditionnés, 22 ont été invités à un dernier tour d'audition qui s'est tenu dans une ancienne salle d'audience de l'hôtel de ville. Etaient présents des spectateurs spécialement invités, 18 autres membres du casting, ainsi qu'une équipe de film. Sur ces 22 auditionnés, 21 ont été sélectionnés pour le film final, composé uniquement de ces images d'audition. Le film qui en résulte, découpé sur la durée exacte de la chanson (5mn 52), fonctionne en même temps comme enregistrement de cette audition. De plus, le film, qui oscille entre texte parlé et texte chanté, est un moyen de solliciter la mémoire musicale des spectateurs et d'encourager leur participation à un exercice de karaoké mental.


Born in Singapore, Ho Tzu Nyen is a visual artist and filmmaker. His first project was Utama - Every Name in History is I (2003), a film and installation that has been shown in art exhibitions and film festivals such as the 26th Sao Paulo Biennale (2004); the 3rd Fukuoka Asian Art Triennale (2005), before being presented as a performance lecture at KunstenFESTIVALdesArts (2006). In 2005, he scripted and directed 4 x 4 ? Episodes of Singapore Art, a unique hybrid of the art documentary, video essay and drama that was broadcasted over 4 weeks on a public television channel in Singapore. It was last shown at ZKM, Germany (2007). In 2006, he was commissioned by the inaugural Singapore Biennale to produce The Bohemian Rhapsody Project, a film that has since been shown in film festivals such as the 53rd International Short Film Festival Oberhausen, and the 30th Clermont-Ferrand Film Festival. In 2007, he completed a short film called Reflections, based on a 19th Century parable by Lafcadio Hearn, which was exhibited in Zendai Shanghai Museum of Modern Art and the National Gallery of Poznan. Reflections will be shown in 2008 at the 54th International Short Film Festival Oberhausen and the 8th Jeonju International Short Film Festival. He is now making his first feature film, Here. In 2006/2007, he conceptualized and wrote the first and second parts of King Lear ? The Avoidance of Love, a live audition / film shoot / lecture / theatre performance, which he co-directed with Fran Borgia.

Do hoang
Catalogue : 2014Tôi muốn rao lên | Fiction expérimentale | hdv | noir et blanc | 20:0 | Viet nam | 2014
Do hoang
Tôi muốn rao lên
Fiction expérimentale | hdv | noir et blanc | 20:0 | Viet nam | 2014

The movie is about traces, disintegration, and the feeling of being adrift. Two people are in love with each other through the tangible objects. The film opens with a break-in and several stolen objects. A sense of losing traces, filled with shadows of violence and unexpectedness is provoked, foreseeing a disintegrated future. In theanxious space remained an old cloth - a hidden, humble and sensitive trace. The story tells the journey of the old cloth with the Man – the Woman and the Anonym, challenging their sensitive and hard-to-identify existences.

DO VAN HOANG 26/6/1987 Director, Screenplay, Actor Mobile: + 84(0)1668606403 Email: dovanhoang266@gmail.com EDUCATION Documentary and Experimental Film-making Course, Hanoi DOCLAB, Goethe Institute, 2010-2011 Faculty Cinema, The HaNoi Academy of Theatre & Cinema, 2007-2011

Jan hoeft
Catalogue : 2014Exit Strategies | Vidéo | hdv | couleur | 18:0 | Allemagne | 2014
Jan hoeft
Exit Strategies
Vidéo | hdv | couleur | 18:0 | Allemagne | 2014

In Exit Strategies an endless sequence of industrial fire escapes is shown. While somebody tells us how his life would change in case of a disaster, we see more and more examples of architecture that prepares us for the worst.

Jan Hoeft (b. 1981) is a visual artist based in Cologne. He was a researcher at the Jan Van Eyck Academy Maastricht in 2013/14. He is a graduate of the Academy of Media Arts Cologne and the Karlsruhe Institute of Technology.

Philippine hoegen
Catalogue : 2014Arena | Vidéo | dv | couleur | 65:0 | Pays-Bas | 2014
Philippine hoegen
Arena
Vidéo | dv | couleur | 65:0 | Pays-Bas | 2014

Arena is part of an on-going examination into the nature of display, and the ways in which objects and bodies are made to perform, through their display. The material for this work was shot at the Mission Museum of Steyl near Venlo in The Netherlands. The museum holds a collection of animals and artifacts that were collected by missionaries from the Steyl Monastery during their travels all over the world in the 19th and early 20th centuries. The museum was built specially to house the collection and its display has never been changed since it was first installed in the 1930’s and it uniquely reveals and exemplifies the perceptions and views of its time, many of which persist in the present. The animals’ bodies, stuffed and stiffly set in eternal grimaces, growls and howls, are made to perform these perceptions, ideas and ideologies that are projected upon them. The film is made of slow vertical pans that map the entire collection. The camera’s position is close up; skin fur and feathers take equal attention, as do painted backdrops, stones and attributes. As we stand before the projection, larger than life, of these animals, what becomes unclear and what is questioned is: Who is displaying what and for whom? Who is looking at whom?

Philippine Hoegen lives and works in Brussels and Amsterdam. Her work consists of installations and performance. She is currently a participant of apass artistic research program in Brussels and tutor of visual art at AKV St Joost Academy for Visual Art, Breda/Den Bosch, NL. With Carolien Stikker she runs BREW, a space in Brussels, which organises and hosts events in the field of contemporary art. She is founder and board member of Calcite Revolt, a transnational platform of exchange for artists, curators, critics and theoreticians, and with Banu Cennetoglu she conceived, produced and edited Bent, a series of artists’ books from Turkey. Recent projects, presentations and performances include: 2014 Kunstallmend (Transnational Art Commons: collective on-going project), Bern Biennial, Bern CH; Masist Gül by Banu Cennetoglu and Philippine Hoegen, KunstraumLakeside, Klagenfurt AT; 2013 Performative lecture Exterior Monologue followed by a workshop, University of Art and Design, Cluj-Napoca, RO; Exhibition; Exhibition and public discussions Adaptations, with Banu Cennetloglu, The Collective Gallery, Edinburgh SCO. Recent publications include: 2013 ‘Going Underground”, review by P. Hoegen and S. van Stein on the Sarajevo Biennale, Metropolis M online, April 2013, Kunstwordtterugkunst, Cahier for Contemporary Art, (artist’s contribution). 2012 Mutualisms Proximity Edition, magazine for contemporary art and culture, Public Media Institute, Chicago, artist’s contribution P. Hoegen and C. Stikker.

Catalogue : 2018Crossed Wires | Doc. expérimental | hdv | couleur | 23:44 | Pays-Bas | Belgique | 2018
Philippine hoegen
Crossed Wires
Doc. expérimental | hdv | couleur | 23:44 | Pays-Bas | Belgique | 2018

This document is an exploration of the Belgian art scene. It shows a series of conversations, with an informal, subjective mapping of the scene as a backdrop. In the conversations, questions are approached through the specificity of peoples' own trajectories: their practical, artistic or social paths, how such trajectories shaped certain practices and how these practices connect to the biotope of the art scene within its contemporary societal and political context. In preparation of the film numerous people were asked the question which persons, places or practices are important for them. We asked every interlocutor to suggest new interlocutors, so that every conversation generated new conversations. We let ourselves be guided by the suggestions we received, resulting finally in a varied assortment of interviewees. The notes for the informal preparatory conversations became the set for the film: they were drawn up on the walls, creating a haphazard, subjective mapping. The set functions as a performative space, as the interviewees are immersed in this unruly apparatus which they begin to correct, add on to, disagree with and debate

Philippine Hoegen is an artist living in Brussels. Her multi-stranded practice engages with issues of objectness and personhood, through the notion of versioning: How we create different versions of ourselves, the processes and technologies we use for that and what the existence of those multiple versions means for our understanding of self. Her work consists primarily of performance and performative interventions or events. She is researcher at CARADT, Avans University, NL; teacher at AKV St Joost, Breda and on an irregular basis mentor at apass, Brussels. Recent activities include: "Being as Becoming", a residency / exhibition and collaborative research project at Onomatopee, Eindhoven (2018); "Ventriloquists III", solo performance, at Plymouth University in the SAR conference Artistic Research Will Eat Itself and at the University of Twente in the conference Narrative Matters (2018); "Crossed Wires", a film commissioned by and launched at Art Brussels (2018); "The Many Machine", a performative collaborative event at AKV St Joost, Breda (2018). Recent publications include: "Ventriloquists III", a contribution to Proceedings 9th SAR Conference: Artistic Research Will Eat Itself (2018); "Body of Books: The BAS Collection", essay on the artists' run space BAS in Istanbul, published by Collectorspace, Inc, New York/Istanbul (2017).

Peter hoffmann
Catalogue : 2011La dernière année | Doc. expérimental | 16mm | noir et blanc | 78:0 | Allemagne | France | 2010
Peter hoffmann
La dernière année
Doc. expérimental | 16mm | noir et blanc | 78:0 | Allemagne | France | 2010

Gerard holthuis
Catalogue : 2005Careless Reef: 1. preface | Film expérimental | 16mm | noir et blanc | 3:50 | Pays-bas | 2004
Gerard holthuis
Careless Reef: 1. preface
Film expérimental | 16mm | noir et blanc | 3:50 | Pays-bas | 2004

"Preface" est un film sur notre vision des choses. Que voit-on dans un visage, et comment nous décodons ce que nous voyons. En introduction à "Careless reef", 6 films sur le monde sous la surface.


Gerard Holthuis est un cinéaste indépendant.