Catalogue > Liste par artiste
Browse the entire list of Rencontre Internationales artists since 2004. Use the alphabetical filter to refine your search.  update in progress  
- democracia
Catalogue : 2009Ne vous laissez pas consoler | Art vidéo | 16mm | couleur | 17:4 | Espagne | 2009
- democracia
Ne vous laissez pas consoler
Art vidéo | 16mm | couleur | 17:4 | Espagne | 2009

In Ne vous laissez pas consoler Democracia collaborates with the Ultramarines, hooligans of the football team Girondins from Bourdeaux, intervening with the introduction of political sentences (via banners and merchandising paraphernalia) into a completely unusual context: a football stadium in full activity, questioning the logical structure of the spectacle. The protagonist of the film are the spectators, from entering the stadium until they leave, the game is never filmed.

After having founded the group El Perro (1989-2006), Pablo España and Iván López (1970, Madrid, Spain) formed Democracia (2006), a name synonymous with an artistic approach committed to exchanging ideas and practices along strong ethical and social lines. Their projects bear witness to an interest in scenes from social and everyday life, marked by the growing importance of images and the notion of â??simulacraâ?�, from the political, technological and cultural perspectives. Democracia had been participated at Evento 2009, Burdeos, France; X Bienal de la Habana (2009), Cuba; Taipei Biennial 2008, Taiwan; 10 Estambul Biennial, Turkey; 3rd Goteborg Biennial, Sweden . The Democracia collective is also the brains behind the magazine Nolens Volens and is the organizing body for numerous curatorial projects (Madrid Abierto 2008, No Futuro, ONG, Caracas, 2007).

Martine dempsey
Catalogue : 2005Showertime | Art vidéo | dv | couleur | 2:25 | Royaume-Uni | 2005
Martine dempsey
Showertime
Art vidéo | dv | couleur | 2:25 | Royaume-Uni | 2005

Dans mes vidéos, j?ai utilisé l?appropriation comme une sorte de point de repère où ?boite à outils? que j?ai fait mienne. De la même manière qu?un DJ prend des extraits musicaux et les remixe, je m?intéresse aux méthodes de reproduction et recontextualisation des images. Plutôt que de suivre la bienséance et créer quelque chose à partir de rien, je m?intéresse à monter et à former ce qui existe déjà dans le monde. En expérimentant le "found footage", le rôle du réalisateur est remplacé par celui du monteur. Je manipule activement le médium par des montages en boucles, et en effaçant et compressant des images en mouvement. Je m?intéresse à la manipulation d?images en mouvement de manière à ce qu?elles ?marchent pour nous? plus qu?elles ne ?marchent sur nous?. J?utilise cette méthode dans ma vidéo Showertime. Ce film explore la pornographie et l'érotimse homosexuel où les sentiments d'extase s'étendent au-delà de l'écran jusqu'au spectateur. Cette ?uvre donne des indices sur la notion de sublime ? le type de plaisir qui ne peut être vécu qu?indirectement, qui défie toute logique et rationalité.


L?artiste est née en 1967 en Angleterre. Elle vit et travaille à Londres. Martine DEMPSEY a eu son BA beaux arts au Chelsea College of Art and Design de Londres.

Catalogue : 2005Why Are They All Going Mad? | Art vidéo | dv | couleur | 2:4 | Royaume-Uni | 2004
Martine dempsey
Why Are They All Going Mad?
Art vidéo | dv | couleur | 2:4 | Royaume-Uni | 2004

Dans mes vidéos, j?ai utilisé l?appropriation comme une sorte de dessin en négatif ou ?boite à outils? que j?ai fait mienne. De la même manière qu?un DJ prend des extraits musicaux et les remixe, je m?intéresse aux méthodes de reproduction et recontextualisation des images. Plutôt que de feindre créer quelque chose à partir de rien, je m?intéresse à monter et à former ce qui existe déjà dans le monde. En explorant l?utilisation de pellicule trouvée, le rôle du réalisateur est remplacé par celui du monteur. Je manipule activement le médium par des mises en boucles, en effaçant et compressant des images en mouvement. Je m?intéresse dans la manipulation d?images en mouvement de manière à ce qu?elles ?marchent pour nous? plus qu?elle ne ?marchent sur nous?. J?utilise cette méthodologie dans ma vidéo Why Are They All Going Mad ? Cette ?uvre donne des indices sur la notion de sublime ? le type de plaisir qui ne peut être vécu qu?indirectement, qui défie toute logique et rationalité.


L?artiste est née en 1967 en Angleterre. Elle vit et travaille à Londres. Martine DEMPSEY a eu son BA beaux arts au Chelsea College of Art and Design de Londres.

Dafei deng
Catalogue : 2016Dark Utopia 2 | Vidéo | hdv | couleur | 6:22 | Chine | 2014
Dafei deng
Dark Utopia 2
Vidéo | hdv | couleur | 6:22 | Chine | 2014

This is a piece of works done according to my poem written in early 2014 (the following is the content). Letting every sentence of the poem burn at night at someplace outside the Fifth Ring Expressway, including the crossroads, the entrance to the village, the dam, the end of the roads, the demolition ruins, and the uninhabited villages?The poem is filled with plaint, depression, and hopelessness, burning at the places outside the Fifth Ring Expressway where the migrant workers live, the so-called antizens agglomeration area. In the daytime, the places are so noisy with tumultuous crowds in a harsh, dirty restaurants, inferior buildings, and frequent crimes. When Beijing, the great city, is expanding itself, this is a corner that might be easily forgotten. There are always many trucks carrying sandy soil and cement coming and going, for everything there is in a temporary and rough and mobile state, waiting for demolition at any time. The plaintive sentences are burnt in the fire, of some romance. However, the fire has the power to transform things: it burns the old things, but along with the burning, the seriousness and solemnity of the images and sounds of the poem are sublimated. In the darkness, these burnt sentences are not only whoops of one after another, but also the numerous sparks that have been devoured by the big city. They remind us of the A Single Spark Can Start a Prairie Fire, the works of great men.(writen by Deng Dafei)

DENG Dafei (b. 1975, Jinzhou, Liaoning Province, China) and HE Hai (b. 1974, Zhengzhou, Henan) currently live in Beijing, China and are co-collaborators under the name The Utopia Group. Using residencies as their primary vehicle to create artworks together, their yearlong project Family Museum, in 2008, at the Zendai Art Museum, Shanghai practiced the concept of "art venue outside of the gallery system" and earned them much acclaim. DENG Dafei received an MFA in 2005 from the China Academy of Fine Art, Beijing, China and a BA in Art Education from Northeast Normal University, Changchun, Jilin, China. He was given the Shenzhou 19 Astronaut Award at the VIDEO Beijing Film Academy Multi-Media Festival and The Invisible Sword Award at the Yokohama Media Art Festival. He has shown in numerous exhibitions including: In Interaction, Yokohama Media Art Festival, 2007; 2nd Doland Exhibition of Young Artists, Doland Art Museum, Shanghai, 2006; Opening the Door and Seeing the Luck: International Hangzhou Contemporary Art Exhibition, Beicangmen Art Center, Wuxi, China, 2006; Long March Capital, Long March Art Space, Beijing, 2006; Fortune Video, Common Place, Hangzhou, China, 2006; Rule and Possible, Zhejiang Province Museum, Hangzhou, China, 2005; Seeing inside from Physical Body: Chinese Performance Art Document, Macao, 2005; Launch, Long March Art Space, Beijing, China, 2005; OBSESSION ? Turkey Video Festival, X Gallery, Istanbul, Turkey, 2005; Follow Me: Chinese Contemporary Art Exhibition, Mori Museum, Tokyo, Japan, 2005; Transparent Box, SOHO, Beijing, 2005; Double Reading, Directions Art Gallery, Hangzhou, China, 2005. HE Hai received an MFA in Fine Art from Donghua University, Shanghai, a BA in Graphic Design from the Beijing Institute of Fashion Technology, as well as MA and BA degrees in Visual Art from the University of Marc Bloch, France where he is currently a Doctoral Candidate. He won the Annual Prize for the Best Exhibition in 2006 at the Looking up Luck show. He has shown in numerous exhibitions including: Shenzhen Mobile, Hangzhou Exhibition Center of Peace, Hangzhou, 2009; Two Points, Palazzo Frisacco, Tolmezzo, Italy, 2008; Family Museum Project, Shenzhen Free Art Creation Base, Shenzhen, 2008; Intrude: Art Life 366, ZenDai MOMA, Shanghai, 2008; Opening the Door and Seeing the Luck: International Hangzhou Contemporary Art Exhibition, Beicangmen Art Center, Wuxi, China, 2006; Looking up the Luck: International Hangzhou Contemporary Art Exhibition, Feng Shan Art Space, Hangzhou, 2006; Gift, Museum of Normal Institute of Hangzhou, Hangzhou, China, 2005; Body Measure, Place de Palait Universitaire, Strasbourg, France, 2005.

Claire denis
Gaelle denis
Catalogue : 2006City paradise | Animation | 0 | couleur | 5:58 | France | Royaume-Uni | 2004
Gaelle denis
City paradise
Animation | 0 | couleur | 5:58 | France | Royaume-Uni | 2004

Quand Tomoko arrive à Londres, elle ne sait pas encore qu'elle va bientôt découvrir un secret caché sous la ville... Londres est une grande ville et pour les nouveaux arrivants, elle peut parfois paraître effrayante. Mais Tomoko, qui arrive du Japon pour apprendre l'anglais, découvre accidentellement une mystérieuse ville souterraine, habitée par de gentils petits étrangers et une belle végétation. Après une telle découverte, tout change...


Gaëlle Denis est âgée de 30 ans, elle est née en France où elle a étudié jusqu'en 2000, elle s'est alors installé à Londres afin de suivre une Maîtrise en Réalisation d'Animation au "Royal College of Art" (MA). Une partie de ce cours impliquait une période de 4 mois à l' "Université des Arts de Kyoto" au Japon, et lui permit finalement de remporter un prix pour son court-métrage intitulé "Fish Never Sleep". Le film remporta le prix de la "Meilleure Animation Européenne" au Cinanima Esphihno en novembre 2002 et au BAFTA pour "Meilleur Court-Métrage d'Animation" en 2003, ainsi que le "Prix Spécial du Jury" au Festival d' Animation d' Hiroshima et d' autres nombreux prix à des festivals internationaux. En 2004, elle se joint aux "Passion Pictures" et réalise son récent court-métrage "City Paradise" qui a été réalisé en accord avec le programme de AIR (Artistes en Résidence). Son court-métrage a lui aussi remporté plusieurs prix dont le" Prix du Jury d'Annecy" et le "Prix d'Innovation à Aspen". "City Paradise" a aussi été nominé au BAFTA. Gaëlle travaille actuellement aux "Passion Pictures"sur différentes publicités et vient juste de terminer son premier court-métrage de rôle d'action "After the Rain".

Claire denis
Catalogue : 2014Voilà l'enchaînement | | | | 29:39 | France | 2014
Claire denis
Voilà l'enchaînement
| | | 29:39 | France | 2014

Filmer les mots de Christine Angot, des mots qui disent ce que nous oblitérons. Je dis cela, oblitérer, peut-être qu`il y aurait un mot meilleur pour exprimer cet enchainement inévitable que pressens sans doute l`homme noir. Ce piège.


Marlene denningmann
Catalogue : 2016Wunschkonzert | Fiction expérimentale | 4k | couleur | 12:28 | Allemagne | 2016
Marlene denningmann
Wunschkonzert
Fiction expérimentale | 4k | couleur | 12:28 | Allemagne | 2016

De les plus petites villes jusqu’á la grande, wide web: la promesse d’accomplissement est une omniprésente. Une excursion à l’Allemagne rurale et le noyau d’une société des désirs mondialisés.


Marlene Denningmann est un artiste cinéaste et vidéo basé à Hambourg et Berlin. Elle est co-fondateur de VETO Film.

Kieron dennis
Catalogue : 2005oo oo wow wee (nostalgia is coming back) | Vidéo expérimentale | | couleur | 5:0 | Royaume-Uni | 2004
Kieron dennis
oo oo wow wee (nostalgia is coming back)
Vidéo expérimentale | | couleur | 5:0 | Royaume-Uni | 2004

"Oo oo wow wee" (la nostalgie reprend le dessus) est un poème vidéo expressif qui utilise une gamme de signes acoustiques et visuels pour créer une narration expérimentale. Le film fait écho à une prise de conscience où les idées et images se heurtent, créant et détruisant le sens. La vidéo utilise un dégradé complexe de séquences où se confondent des sujets tels qu'une enseigne de coiffeur, des vélos et feux d'artifice.


Bieke depoorter, mattias de craene
Catalogue : 2017Dvalemodus | Doc. expérimental | 4k | couleur | 9:0 | Belgique | Allemagne | 2017
Bieke depoorter , mattias de craene
Dvalemodus
Doc. expérimental | 4k | couleur | 9:0 | Belgique | Allemagne | 2017

In states of endless slumber, people endure the stifling dark. Powerful forces of nature rage relentlessly, sometimes soothing and sometimes menacing. The roar of the factory thunders on without halt, steadily eroding the surrounding landscape. Sluggish shapes seemingly abide the desolate waste around them. These Mountains, these waves and our people, carry the darkness, lies and slowness within. For he who can`t take no more only laughter can bring salvation.

Bieke Depoorter was born in 1986 in Kortrijk, Belgium. She received a Master’s Degree in Photography at the Royal Academy of Fine Arts in Ghent in 2009. Her early colour photography work is the result of a unique approach: she captures the privacy of people whom she meets by chance and she gets to invite her into their homes. She captures indescribable, fragile and intense moments, always with kindness. Depoorter finalized her first short film Dvalemodus in 2017, which she directed together with musician Mattias De Craene. The film talks about the everlasting darkness in a small village in the Northern Norway. When she was just 25 years old, she joined the Magnum agency, of which she became a nominee in 2012 and a full member in 2016. In 2017 she won the Prix Levallois. Mattias De Craene was born 1989 in Belgium. He is a saxophone player and composer. His musical language is often described as unique and genre-defying. He is often linked with the free improvisational scene, and is also a founding member of several bands, such as Nordmann. In an everlasting quest of making abstract things more specific, he has recently started to combine music with visual arts.

Sarah derendinger
Catalogue : 2009Familientreffen ? Marthaler Theater im Grand Hotel | Documentaire | dv | couleur | 60:0 | Suisse | 2009
Sarah derendinger
Familientreffen ? Marthaler Theater im Grand Hotel
Documentaire | dv | couleur | 60:0 | Suisse | 2009

Teppiche werden eingerollt, Möbel zugedeckt. Ein Grand Hotel in den Schweizer Bergen geht in Zwischensaison. Doch Regisseur Christoph Marthaler und seine Theaterfamilie rauben dem Hotel den Schlaf. In den wochenlangen Proben lassen die Schauspieler Geister aus der hundertjährigen Hotelgeschichte aufleben. Die skurrilen Einzelgänger finden sich in ihren Liedern zusammen. Theatermusiker und Sohn der Hotelfamilie Jürg Kienberger reflektiert mit selbstironischer Leichtigkeit die Entstehung der Marthaler-Inszenierung. Ein musikalisch poetisches Fest zwischen Heiterkeit und Melancholie.

Biographie Geboren 1965 in Luzern. 1985 Fotografinnendiplom an der HGK Bern. 1988-93 Studium an der HGK Basel, Diplom Fachbereich Audiovisuelle Gestaltung. Arbeiten als Videokünstlerin für Ausstellungen, Opern und Theaterstücke. Seit 2001 freischaffende Autorin und Regisseurin für Fernsehen und Film. Teilnahme an verschiedenen internationalen Film ? Videofestivals.1991 Basler Nachwuchsförderpreis für «Splitsch Splatsch Rosengewitter». 2009 Newcomer Preis Visions du Réel für «Familientreffen.

derive imaginaire
Catalogue : 2012 | | | | 180:0 | France | 0
derive imaginaire
| | | 180:0 | France | 0

.


.

Ruben desiere
Catalogue : 2014Kosmos | Documentaire | hdv | couleur | 60:47 | Belgique | 2014
Ruben desiere
Kosmos
Documentaire | hdv | couleur | 60:47 | Belgique | 2014

“Il me sera difficile de raconter la suite de cette histoire. D’ailleurs je ne sais pas si c’est bien une histoire. On hésite à appeler « histoire » une telle… accumulation et dissolution… continuelle… d’éléments…” -Cosmos de Witold Gombrowicz Kosmos se déroule dans le couvent du Gesù à Bruxelles, où environ 250 personnes, dont de nombreuses familles Roms d’origine slovaque, se sont réfugiées jusqu’en novembre 2013. Ruben Desiere y tournait un film, basé sur le roman Cosmos de l’écrivain polonais Witold Gombrowicz, avec la participation d’une partie des occupants. Pendant le tournage, l’expulsion des occupants devient de plus en plus probable. Le film se concentre sur la famille de Kevin Mroč, qui a habité au Gesù pendant 3 ans, et sur deux nouveaux arrivants, Mižu Balász et Rastjo Vaňo.


Ruben Desiere (1990, Belgium) received a Master in cinema in 2014 at the School of the Arts – KASK (Ghent) with the film Kosmos.

Robbrecht desmet
Catalogue : 2014Am Egelsberg | Film expérimental | 16mm | couleur et n&b | 26:0 | Belgique | 2014
Robbrecht desmet
Am Egelsberg
Film expérimental | 16mm | couleur et n&b | 26:0 | Belgique | 2014

Am Egelsberg is shot in Krefeld, a town in the Ruhr area in Germany. In the rolling landscape around this former industrial city, Robbrecht & Daem architects realized a striking pavilion, a temporary objet d’architecture based on a design for a golf course clubhouse by Mies van der Rohe, dating from 1930, which was never built. The film plays with the idea that the model leads the gaze towards the landscape but by doing so actually looks back at itself. The huge frames, windows without glass, ‘pull’ the landscape ‘inside’. But our gaze is also thrown back ‘inside’, via the textures and drawings in the wooden plates. These plates remind one of the original marble stone plates that Mies had in mind. The walls become screens as ‘masks’, as André Bazin wrote, ‘whose function is no less to hide reality than it is to reveal it’. The spaces in the film, through the device of the model, become extensions of cinematic space, (far) beyond the boundaries of the image. The 360° degree panorama that is at the heart of the film, showing the landscape without the model, unites ‘before’ and ‘after’ in the present. This film tries to be an imaginative, geo-temporal map of the intimate relationship between cinema and architecture.

Robbrecht Desmet (°1985) is a filmmaker. He studied Cinema and Fine Arts at the Sint Lukas College of Art & Design in Brussels. His films are portraits of landscapes, places and spaces that are in one way or another a substantial part of the memory of a specific artwork. His filmmaking is dedicated to a documentation of the life and afterlife of these artworks, their meaning and their history. His work was presented in screenings and exhibitions as Beyond The Picturesque (S.M.A.K. & Artcinema OFFoff), Documented Now! (de Brakke Grond, Amsterdam), Splav Meduze (Centre for Contemporary Art Celje) and filmfestivals like International Filmfestival Hamburg, Festival for Experimental Film in New York, ISELP Festival du Film sur l’Art Brussels and Courtisane Festival, International Film Festival Rotterdam and BFI London Film Festival. He has participated in residency programs such as Capacete Int. in Rio de Janeiro and Sao Paolo (Br), SIC SoundImageCulture workspace and FLACC workspace for visual artists (Genk, Belgium). He is a lecturer Film Studies at LUCA School of Arts in Brussels. Desmet is currently working on a new film under the working title Close Up in collaboration with Brussels based production platform Auguste Orts.

Gabriel desplanque
Catalogue : 2006Messieurs, | Fiction expérimentale | super8 | couleur | 5:0 | France | 2005
Gabriel desplanque
Messieurs,
Fiction expérimentale | super8 | couleur | 5:0 | France | 2005

Cette vidéo est une suite de lents panoramiques sur un groupe d`hommes moustachus, la quarantaine, endimanchés dans un lieu historique. Derrière eux des socles vides comme s'ils venaient d'en descendre, ils sont en arc de cercle et fixent la caméra quand elle s`approche d'eux. Au début anodines, les actions qu`ils effectuent deviennent de plus en plus significatives et étranges, usant de lieux communs de symboles psychanalitiques et rythmées par un instrument pour enfant qui bat la mesure, sorte de métronome qui s`emballe. La cadence de la vidéo s'étire entre le défilement du panoramique très lent et le rythme effréné du jouet pour enfant qui crée une sorte d`urgence contrainte. Les accessoires qu'ils utilisent, les déguisements, les rapprochements qui s'opèrent entre les différents protagonistes créent autant de situations qui mettent en danger leur propre matérialité devant la caméra car les acteurs ne semblent pas jouir d'une grande autonomie et sont relégués au rang du pantin exécutant des actions absurdes qui les dépassent. Leurs mouvements forment une chorégraphie du jeu, du désir et de l'étrangeté qui ne peut prendre fin qu'avec la rupture du panoramique, seule garantie de l'équilibre précaire de cette danse.


Né en 1981 à Aix en Provence. Obtient une Licence de Lettres modernes en 2001, DNAP aux Beaux Arts de Toulouse en 2004, DNAP aux Beaux Arts de Paris en 2006, diplômé des Arts décoratifs de Paris section Photographie en 2006. Intéret particulier pour la photographie et la danse contemporaine. Exposition d?un travail photographique au Festival de Langon les ?i magiques?, organisé par Gabriel Bauret, festival de photographie contemporaine, en Septembre 2006. Exposition à la Maison Rouge à l?occasion des diplômes des Arts Décoratifs en Juin 2006. Assistant de l?artiste Catherine Gfeller depuis Mars 2006. Publication d'un article critique dans le Journal des Laboratoires d'Aubervilliers en Décembre 2005. Décor vivant pour le spectacle de Jennifer Lacey et Nadia Lauro mhmmmm au Centre Georges Pompidou en Octobre 2005. Lauréat du concours Voix off du festival d?Arles. Projection de photos du 5 au 10 Juillet 2005. Lauréat du concours Leica "inter-écoles" en Mai 2005. Exposition à Londres en Novembre 2005 Formation aux Laboratoires d?Aubervilliers avec Loïc Touzé et Jan Peters du 22 Août au 2 Septembre 2005.

Irineu destourelles
Catalogue : 2014New Words for Mindelo's Urban Creole | Vidéo | hdv | noir et blanc | 10:24 | Cap Vert (Îles du) | Cap-Vert | 2014
Irineu destourelles
New Words for Mindelo's Urban Creole
Vidéo | hdv | noir et blanc | 10:24 | Cap Vert (Îles du) | Cap-Vert | 2014

A text-based video that displays neologisms derived from Greek mythology as well as the names of colonial administrators and military officers who are integral to Portuguese colonial history. These words created by Destourelles propose to encapsulate and reflect current ongoing social practices in the city of Mindelo in Cape Verde (a former Portuguese colony in West Africa), since the advent of democracy and globalization in 1990. `New Words for Mindelo`s Urban Creole` explores how established and emerging social practices propelled by globalization are ambivalently acknowledged, struggling to be written into the local creole language as word concepts.

Born in Cape Verde, Irineu Destourelles trained at the Willem de Kooning Academy, Rotterdam and at Central Saint Martins, London. Destourelles makes videos, paintings, photographs and text-based works from found and original material in an attempt to reveal the ambivalence within the montage of personal identity. In particular, his interest in the paradoxical nature of post-colonial and post-imperial identity constructions has drawn him to explore the perpetuation of dominant 19th century desires and fears in contemporary society. His works recirculate these desires and fears in their various guises, highlighting issues of self-loathing and the drive to objectify others by means of images and words. Irineu Destourelles lives and works in Edinburgh.

Lili Reynaud dewar
Catalogue : 2016TGMFS | Doc. expérimental | 4k | couleur | 36:0 | France | USA | 2016
Lili Reynaud dewar
TGMFS
Doc. expérimental | 4k | couleur | 36:0 | France | USA | 2016

Juchés sur un tabouret démesurément haut, des performeurs de stand-up comedy racontent des récits liés aux dents. À leurs pieds, imperturbable, une femme cyborg déclame le Manifeste Cyborg de Donna Haraway tandis qu’un musicien associe mélodies, noisemusic et sons issus de la préparation du projet conçu par Lili Reynaud Dewar. C’est la contre-culture américaine que l’artiste française convoque sur le plateau, et les luttes raciales, sociales et féministes s’entremêlent au fil des interventions des performeurs. Les images tournées à Memphis évoquent en creux la grève des éboueurs de 1968 (Sanitation Strike) et l’assassinat de Martin Luther King. Elles documentent aussi la conception des grillz pour les performeurs. Signe de revendication pour les rappeurs, incarnation de la résistance ou des inégalités sociales dans un pays au système de santé inique, les dents sont au cœur du projet et de l’espace scénographique. Les déchets qui emplissent les poubelles-dents racontent le processus collectif de maturation de la performance. Cette proposition joue des échelles et des formes en un va-et-vient entre les interventions performées, les images rapportées des États-Unis et les détails sculpturaux – jusqu’aux grillz arborés par les récitants. Lauréate du Prix Ricard pour l’art contemporain en 2013, Lili Reynaud Dewar développe une œuvre protéiforme reconnue sur la scène internationale. Son nouveau projet, DGMFS, s’inscrit dans le cadre du programme New Settings #6 de la Fondation d’entreprise Hermès qui en a soutenu la production et la diffusion au Théâtre Nanterre-Amandiers.


Le travail de Lili Reynaud-Dewar a fait l’objet de nombreuses expositions personnelles entre autres au New Museum à New York, à l’Index Fondation for Contemporary Arts à Stockholm, au Consortium de Dijon, au 21er Raum — Belvedere à Vienne, à Outpost à Norwich, au Magasin — Centre National d’Art Contemporain de Grenoble, à la kunsthalle Basel, à la Fondation Calder à New York (performance), à la Serpentine Cinema à Londres (performance), au FRAC Champagne-Ardenne à Reims. Elle a également participé à de nombreuses expositions collectives au Centre Pompidou, à la Fondation d’entreprise Ricard, au Palais de Tokyo et au Plateau à Paris, au CAPC de Bordeaux, au CAFAM à Pékin, au Logan Center for the Arts à Chicago, à la Kunsthalle Fribourg, à la Generali Foundation et au MAK à Vienne, au Witte de With à Rotterdam, dans le cadre de la Biennale de Lyon 2013 et de la 5ème Biennale de Berlin. Lili Reynaud-Dewar est lauréate du 15ème prix Fondation d’entreprise Ricard.

Bertrand dezoteux
Catalogue : 2007Roubaix 3000 | Fiction | | couleur | 9:0 | France | 2007
Bertrand dezoteux
Roubaix 3000
Fiction | | couleur | 9:0 | France | 2007

Roubaix 3000 est un film de famille d?anticipation politique. Je suis descendu dans le Sud avec un magnétophone pour enregistrer mes proches. J?ai récolté là-bas beaucoup de voix et dès mon retour dans le Nord, je les ai entendues des heures durant. J?ai tenté d?adopter une écoute flottante, et de sélectionner les éléments paraboliques, ceux qui semblaient au premier abord anodins, mais qui au final dessinaient une géopolitique familiale. Il apparaît alors une structure où les générations cohabitent et évoluent avec leurs préoccupations et leurs langages singuliers. Le montage fut mon outil d?écriture. J?élaborai un scénario par l?agencement des paroles, l?assemblage des phonèmes, le chevauchement des interjections. Il m?importe que les voix ne soient pas jouées, qu?elles soient spontanées, rythmées, que les dialogues ne soient pas écrits pour être interprétés. Il y a deux forces qui luttent dans ce système de conception : les voix d?un côté sont souveraines et indomptables, obéissant aux lois de leurs propriétaires. De l?autre côté, les acteurs, tous Roubaisiens et amateurs, tentent par le play-back de jouer leur partition, de donner corps à ces paroles qui ne sont pas les leurs. Ces deux expressions se rassemblent lors du tournage, à Roubaix, où l?architecture est riche en collages, en assemblages, en greffes, en citations antiques.


Né le 22 février 1982 à Bayonne (64), Bertrand Dezoteux est un jeune artiste basque qui n?a cessé dès lors de s?éloigner de sa terre natale. Il s?exile à Angoulême pour étudier la narration graphique entre 2001 et 2003, puis migre en 2004 à Pusan, en Corée du Sud, où il apprend les exigences et la rigueur de la peinture Coréenne. Enfin, il achève sa scolarité à Strasbourg pour passer son DNSEP en juin 2006. En ce moment étudiant au Fresnoy, il vit et travaille à Roubaix, où il a réalisé le projet « Roubaix 3000 » (www.roubaix3000.com).

Catalogue : 2008Le Corso | Animation | 0 | couleur | 14:0 | France | 2008
Bertrand dezoteux
Le Corso
Animation | 0 | couleur | 14:0 | France | 2008

Au départ de ce projet, il y a l?envie de faire une vidéo rurale, sans anthropomorphisme, qui se placerait du point de vue d?un animal. Ce postulat est évidemment vain (les animaux ne font pas de vidéo, encore moins de 3D), et le film prend les allures d?un documentaire sur un troupeau d?animaux. La caméra semble être tenue par un amateur qui tant bien que mal, tente de suivre la course survoltée des créatures impassibles. Leur race est indistincte et les caractères sont empruntés à différentes espèces (bovidés, félins, insectes). Malgré tout, ces bêtes semblent obéir à toutes sortes de règles, de mimétismes et de rituels bien identifiables. Certains d?entre eux renvoient directement à une intelligence primitive (se mettre en cercle et tourner), voire à des évènements liés à un passé proche (la maladie de Creutzfeldt-Jakob).


Né le 22 février 1982 à Bayonne (64), Bertrand Dezoteux est un jeune artiste basque qui n?a cessé dès lors de s?éloigner de sa terre natale. Il s?exile à Angoulême pour étudier la narration graphique entre 2001 et 2003, puis migre en 2004 à Pusan, en Corée du Sud, où il apprend les exigences et la rigueur de la peinture Coréenne. Enfin, il achève sa scolarité à Strasbourg pour passer son DNSEP en juin 2006. En 2003, il participe à la création du collectif Caligrayk !, dont la vocation initiale était la conception et la production d?un magazine interactif, et dont les objectifs actuels restent opaques. En 2006, il collabore avec l?artiste Plamen Dejanoff, qui lui commande cinq collages et une vidéo pour son exposition au MuMok de Vienne. L?un des collages a mystérieusement disparu en septembre 2006, lors de l?exposition de l?artiste bulgare à la Chaufferie, galerie des arts décoratifs de Strasbourg. Aciennement étudiant au Fresnoy, Studio national des arts contemporains, il s?improvise anthropologue, et observe avec soin les m?urs de l?homo numéricus.

Catalogue : 2017Picasso Land | Animation | hdv | couleur | 11:6 | France | 2015
Bertrand dezoteux
Picasso Land
Animation | hdv | couleur | 11:6 | France | 2015

Ce projet a pour origine le célèbre ballet Parade (1917), dont les costumes et décors avaient été créés par Picasso, sur un texte de Cocteau, musique de Satie, et chorégraphie de Massine. En 1980, ce monument de l’avant-garde européenne est adapté à la télévision par Jean-Christophe Averty, réalisateur héritier du surréalisme, et pionnier de la technique d’incrustation (chroma key) en France. Picasso Land tente de perpétuer cet esprit d’avant garde en proposant un troisième opus, en 3D. Décors et personnages ont été modélisés à partir de peintures et sculptures de Picasso, formant un petit peuple hétéroclite et dansant. Pour mettre en action ces corps singuliers, leur donner vie, une chorégraphie a été créée en collaboration avec le danseur Yaïr Barelli. Il a développé un vocabulaire de gestes, de pas et d’attitudes qui furent numérisés puis injectés dans les personnages. Cette relecture de l’oeuvre de Picasso dévoile un “ Pays “, qui se construirait d’oeuvre en oeuvre, qui aurait ses propres moeurs, sa culture, son territoire.


Bertrand Dezoteux. Né en 1982, formé au Fresnoy Studio national des arts contemporains, il développe sa pratique autour de nouvelles formes audiovisuelles. À la frontière du documentaire, de la fiction et de la science-fiction, ses films s’inspirent des logiciels de modélisation 3D, pour créer des objets visuels hybrides. Il réalise ainsi “ Le Corso ” en 2008, “ L`Histoire de France en 3D ” en 2012, “ Animal Glisse ” en 2015, “ Picasso Land ” en 2016 ou encore "Super-règne" en 2017. Présenté en France et à l’étranger, le travail de B. Dezoteux interroge notre rapport aux autres, au travail ou au quotidien, notre imaginaire du futur et notre désir d’ailleurs. En 2015, il est lauréat du prix Audi talents awards pour le projet “ En attendant Mars ”, mené en collaboration avec l`Observatoire de l`espace du CNES (Centre national d`études spatiales). En 2017, l’artiste a été exposé au Palais de Tokyo (Paris) et à la Station (Nice), ses films ont été montrés au New York Film Festival et au Toronto International Film Festival. En mars 2018, il est programmé au théâtre des Amandiers (Nanterre) ; en avril, la galerie Édouard Manet (Gennevilliers) lui consacre une exposition personnelle.

Bertram dhellemmes, ines birkhan
Catalogue : 2006Klang zur Stille zum Klang | Fiction expérimentale | dv | couleur | 64:0 | France | Autriche | 2005
Bertram dhellemmes , ines birkhan
Klang zur Stille zum Klang
Fiction expérimentale | dv | couleur | 64:0 | France | Autriche | 2005

In "Klang zur Stille zum Klang" ? a composite storytelling video installation ? are superimposed the meeting of the she-Krampus (a legendary character from the Austrian Alps), the new inhabitants of the mountains, and the tribulations of Tchumuki, a rebel employee of the silence factory...

Choreographer, dancer, and writer, Ines Birkhan, and stage and video director, musician, and art critic Bertram Dhellemmes, have collaborated on several projects since 2002 and are currently co-directing the Berlin-based performance company Real Dance Super Sentai. Being both multimedia artists, their collaboration has led them to the field of multimedia, with a predilection for the exploration of alternative narrative, on stage or in videos. Amongst their recent works are: "den kreisrunden Todengwalzer tanzen", which so far consists of three forms of an on-going project; a video installation, a dance performance, and a book by Ines Bikhan - released in Peter Lang Verlag, March 2007.

Ra di martino
Catalogue : 2008The Red Shoes | Art vidéo | 16mm | couleur | 4:0 | Italie | 2007
Ra di martino
The Red Shoes
Art vidéo | 16mm | couleur | 4:0 | Italie | 2007

La vidéo rappelle une histoire et ressemble à quelque chose ? une vague de mémoire ou de rêve ? venant de quelque part. Le film semble faire partie d'un long-métrage, peut-être un que nous avons vu, mais dont on ne peut plus vraiment se souvenir le nom. Il peut être vu comme une séquence trouvée, une fausse séquence trouvée.


Rä di Martino est né à Rome en 1975. Elle a vécu à Londres à partir de 1997 où elle s?est diplômée avec un MFA (Master of Fine Arts) de la Slade School of Art et un BA du Chelsea College of Art. En 2005, elle s'installe à New York avec une bourse de Université de Columbia et de l?Institut Culturel Italien. Son travail se concentre sur le cinéma et la vidéo et elle a participé à de nombreux festivals de film internationaux. En Février, elle a fait l?objet d?une exposition individuelle à la Galleria Maze de Turin (Italie) et a participé à l'exposition « Senso Unico » au PS1 au début de l?année. Ses ?uvres ont également été exposées aux Biennale de Busan en Corée, Triennale T1 de Turin, MACRO de Rome (Italie), Artists Space de New York (USA), et Transmediale de Berlin (Allemagne), entre autres. Elle a obtenu des résidences auprès d?Art Omi en 2006, d?Artists in The Market Place (Bronx Museum) en 2007-2008, et de Fondazione Ratti en 2005.

Catalogue : 2009August 2008 | Art vidéo | dv | couleur | 5:0 | Italie | USA | 2009
Ra di martino
August 2008
Art vidéo | dv | couleur | 5:0 | Italie | USA | 2009

Two actors create a sort of tableau-vivant; a frozen moment from what seems a movie from the 50`s. Suddenly they start singing the news (all from August 2008 headlines) in a minimalistic chorus.

Rä di Martino est née à Rome en 1975 ; elle vit à Londres depuis 1997 où elle a été soutenu un MFA à la Slade School of Art. En 2005, elle s?est installée à New York. Elle travaille avec le film et la vidéo et elle a participé à de nombreux festival internationaux de film. Depuis 2005, elle a beaucoup exposé. Ses expositions sont notamment : Media Art Festival Friesland 07 ; Dallas Video Festival 07 ; Unclassifiable @ Malmö Film Festival 07 ; Pesaro Film Festival 07 ; Trieste Film Festival 07 ; Kassel Documentary Film&Video Fest 08 ; Turin Gay&Lesbian Film Festival 08 ; Manifesta 7, 2008 ; ?Italics? au Palazzo Grassi et à la Quadriennale in Rome, Galleria Maze, Turin, PS1, NY; the Busan Biennale en Corée, the Turin Triennale T1, MACRO, Rome, Montevideo/Times; Based Arts, Amsterdam. Her films and videos have been shown in many festivals around the world including: KunstFilmBiennale, Cologne & Munich 09; Impakt Video Art Festival, Utrecht 09; EMAF, Osnabrueck European Video Art Festival, Allemagne 09. En 2009, elle aussi montré son travail dans des expositions solos à la Monitor Gallery, Rome; la CAV Foundation, le Coimbra Portugal, et à Vilnius for Artscape, Vilnius Cultural Capital of Europe, ainsi qu?à la Vartaj Gallery.

Catalogue : 2016Authentic News of Invisible Things | Vidéo | hdv | couleur et n&b | 5:30 | Italie | 2014
Ra di martino
Authentic News of Invisible Things
Vidéo | hdv | couleur et n&b | 5:30 | Italie | 2014

Authentic News of Invisible Things explores mechanisms of pretence and make-believe by focusing on military camouflage. Camouflage was first used at the end of the nineteenth century to help prevent armies from being detected by enemy forces. Colours and materials are used to conceal uniforms, vehicles and equipment and make them look like something else. Camouflage also extends to the construction of mock military equipment to confuse and deceive the enemy, generating a situation of alert. Examples of this include dummy tanks constructed using wooden structures or panels of chipboard, and then painted or decorated. Used already in the Second World War and to a lesser extent in WWI, these are still widespread: in the 1990s fibreglass models produced by an Italian company were successfully deployed in the Gulf War. Iveco Defence Vehicle (Iveco DV), part of the Fiat Group, headquartered in Bolzano, makes vehicles for military and civil defence purposes. The company receives orders directly from the Ministry of Defence to produce these vehicles and the production process and all related information is therefore covered by the Official Secrets Act. However once these vehicles are decommissioned they are no longer regarded as classified and can be used by the film industry, for marketing, entertainment and by private individuals. Indeed there are numerous collectors and theme parks in possession of working vehicles, also from foreign armies, that can be hired or tried out to get a taste of military life. It is therefore easy for the film industry to get hold of functioning, but unarmed vehicles, for use in battle scenes. The situation is therefore paradoxically subverted: real tanks enter the world of make-believe, while mock-ups are deployed in real-life conflict situations. Authentic News of Invisible Things sits on the dividing line between fact and fiction, with documentary-style scenes and a theatrical re-enactment. With the support of historic photographs and film footage from public and private collections, the video becomes a sort of short journey through the paradoxes of both history and contemporary life. One of the two key scenes of the video, which mingles performance art and cinema, has been shot in the historic city centre of Bolzano. A real-life, working tank drives through the city centre in broad daylight, with no prior warning to stage a paradox. Various cameramen hidden among the public filmed the action and people`s reactions. The other scene is a recreation of an archive photograph of a group of French civilians gathered around a wooden dummy tank made by the Germans and abandoned in Lille, the 20th of October 1918.

Rä di Martino (Rome, 1975) studied in London where she’s graduated with an MFA at the Slade School of Art and after spending a few years in New York she moved back to Italy. Her practice explores the passage of time, as well as the discrepancies that differentiate epic narratives from lived experiences. Her films have been shown at the Venice film Festival, Locarno film festival and Torino International Film Festivals amongst other and in Istitutions and museums such as: Moma-PS1, NY; Tate Modern, London; MCA Chicago; Museion, Bozen; Palazzo Grassi, Venice; Artists Space, New York. In 2014/15 she has participated to the Venice Film festival 2014, winning the SIAE award and Gillo Pontecorvo award, and a Nastro d’argento for best docufilm.

Alessio di zio
Catalogue : 2012Fanteria Cavalleggeri | Doc. expérimental | | couleur | 24:0 | Italie | 2011
Alessio di zio
Fanteria Cavalleggeri
Doc. expérimental | | couleur | 24:0 | Italie | 2011

A documentary on the recreational circles that appeared in the interwar period in a provincial town. The film observes what happens and everything that surrounds a group made up entirely of senior citizens who are absolutely determined to enjoy themselves. The settings evoke memories of a past that may have never actually existed, with common and recurring aesthetics in which wartime images frequently play a part, and locations steeped in visual images that are perhaps slightly stereotyped.

Alessio Di Zio is graduated from high school. He produced "Far Away", "Casimiro's Tales", "The Park", "The Pleasure", "Infantry Cavalry", "Swinging Horsese", "Roberto Pellegrinaggio", "2.15". A group of portraits of people, landscapes and circumstances from his birthpalce. His short films have screend in many film festivals and exhibitions including l'Arcipelago Film Festival, Venice Film Festival, Minneapolis Film Festival, Circuito Off, Monfilmfest, Premio Marzocco and CinemAvvenire, receiving several awards. Working with musical band Micro b, he made the videoclip "Euforica", which was the winner at the Sottodiciotto (under eighteen) Film Festival in Turin.

Miguel dias, --