Catalogue > Liste par artiste
Browse the entire list of Rencontre Internationales artists since 2004. Use the alphabetical filter to refine your search.  update in progress  
Samuel Kiehoon lee
Catalogue : 20065 x 90: the wake | Vidéo expérimentale | dv | couleur | 10:45 | Canada | 2005
Samuel Kiehoon lee
5 x 90: the wake
Vidéo expérimentale | dv | couleur | 10:45 | Canada | 2005

Cinq histoires différentes comprennent une seule vignette de quatre vingt dix secondes. Chaque conte illuminant un élément de la vie d'un défunt durant la veille funéraire. Une méditation sur la notion bouddhiste de réincarnation, "5x90: the wake" est un regard entendu et avisé sur une famille interraciale qui fait face à une mort en son sein.


Les oeuvres de Samuel Kiehoon ayant été récompensées sont le documenatire court "How to make Kimchi according to my Kun-Umma", le récit expérimental "5 x 90: the wake" et "Hannah".

Heewon lee
Catalogue : 2009phone tapping | Vidéo expérimentale | betaSP | couleur | 9:30 | Coree du Sud | 2009
Heewon lee
phone tapping
Vidéo expérimentale | betaSP | couleur | 9:30 | Coree du Sud | 2009

Le film est construit à partir d?un moment de bascule imperceptible qui nous mène du jour vers la nuit, un instant fugace où ce qui a été n?est plus, où les choses peuvent revêtir une autre signification. Plusieurs voix-off qui se croisent par le téléphone portable sur les écoutes téléphoniques, qui parlent de fantômes, nous guident à travers la ville, tandis que la caméra semble en quête d?une parcelle de territoire, d?une concordance récit ? image. La topographie du lieu s?avance et se construit en parallèle d?une autre topographie, elle mentale, jusqu?à, peut-être leur rencontre, quelque part ici, dans un nouvel espace psychique. Une histoire personnelle se livre à travers la ville de Séoul, à nous de la suivre et de choisir le terrain d?interprétation : vérité, conte (urbain)?


HeeWon Navi LEE Born in December 1978, at Kyeung Ki - Do, South Korea. She worked as a stylist in Seoul, and since 2002 it is installed in France. After studying visual communication at the Ecole Nationale Superieure d?Art de Nancy, Won Hee LEE Navi integrates the Fresnoy - Studio National des Arts Contemporain. His research and practice various artistic blend clothing influences ranging from cinema to graphics, sound installation. His works are moving and using more and more new media across a digital world in works such as;

Meesoo lee
Catalogue : 2005Spaceship 2000 | Vidéo expérimentale | dv | couleur | 3:0 | Canada | 2004
Meesoo lee
Spaceship 2000
Vidéo expérimentale | dv | couleur | 3:0 | Canada | 2004

Meesoo Lee a commencé à faire de la vidéo en utilisant un caméscope et deux magnétoscopes. Inspiré par les DIY ethos of Zines, la musique « lo-fi » et le cinéma d?avant-garde, il réalise des vidéos originales inspirées de la méthode du « vidéo-clip ». Il prétend que ce médium peu coûteux ouvre la voie à un monde infini de créativité et permet l?apprentissage autodidacte sous forme «d?essai-erreur». Meesoo Lee a réalisé des dizaines de courts métrages qui ont été présentés dans divers festivals ainsi qu?au Festival du Front Occidental et au Festival des Images à Toronto

Jan Robert leegte, raton boca
Catalogue : 2005Along the line | Vidéo expérimentale | dv | noir et blanc | 2:0 | Pays-bas | 2005
Jan Robert leegte , raton boca
Along the line
Vidéo expérimentale | dv | noir et blanc | 2:0 | Pays-bas | 2005

Jan Robert Leegte a étudié à l'académie des arts de Rotterdam, après trois ans d'études d' architecture à l'université de Delft. PArallèlement à ses performances et installations, il a commencé à travailler pour internet en 1997. http://rhizome.org/thread.rhiz?thread=20448&page=1#39300

Vincent legallois
Catalogue : 200516.05.05 | Documentaire | dv | couleur | 5:39 | France | 2005
Vincent legallois
16.05.05
Documentaire | dv | couleur | 5:39 | France | 2005

dans une ville du nord, une explosion a eu lieu...


je suis artiste diplomé d`une école régionale du nord de la france. j`hésite dans mes créations entre ne rien faire, la poësie et la fiction.

Sylvain legrand
Catalogue : 2005D-vide | Film expérimental | super8 | couleur | 9:30 | France | 2005
Sylvain legrand
D-vide
Film expérimental | super8 | couleur | 9:30 | France | 2005

Tissage d'un ruban super-8 tourné en 2002, transféré artisanalement en mini-DV pour être composé numériquement. Essai de visions cinématographiques, d'accès à un autre visible à partir du visuel et de la Lumière. Eclatements de motifs géométriques et floraux selon les différents niveaux de recompositions du ruban initial. Partitionné autour d'un centre inaccessible, D-VIDE fusionne directement dans l'esprit du spectateur qui l'anime.


Né en 1977, titulaire d'une maîtrise d'Etudes Cinématographiques et Audiovisuelles soutenue à l'université de Paris 8, Sylvain Legrand travaille actuellement "autour du Monde" et continue de mener des projets cinématographiques personnels.

Catalogue : 2006I-D | Vidéo expérimentale | 0 | couleur | 1:10 | France | 2006
Sylvain legrand
I-D
Vidéo expérimentale | 0 | couleur | 1:10 | France | 2006

Essai de reconstitution visuelle, par le jeu des vitesses du battement d'un, deux, trois ou quatre bâtons colorés, d'un cube décomposé.


Sylvain est né en 1977 ; titulaire d'une maîtrise de cinéma à Paris 8, il fait le tour du monde sans bouger et des petits films.

Wolfgang lehmann, thomas gerwin
Catalogue : 2005Route to Cape Town | Doc. expérimental | 16mm | noir et blanc | 5:42 | Allemagne | Afrique du sud | 2005
Wolfgang lehmann , thomas gerwin
Route to Cape Town
Doc. expérimental | 16mm | noir et blanc | 5:42 | Allemagne | Afrique du sud | 2005

ROUTE TO CAPE TOWN Au départ divertissant road-movie , le film se transforme en une vidéo musicale rythmée dont la force nous entraîne. C'est un poème cinématographique, une oeuvre visuelle et sonore. Une esquisse, un dessin en mouvement. Des rues qui mènent en ville. De courts moments dans le centre historique de Cape Town, des rues de traverse. Des gens, des piétons, de brefs regards. Tout est en mouvement, les gens, les voitures, la caméra. Qui connaît la ville et les environs peut reconnaître la topographie. Les prises de vue ont toutes été faites dans des rues différentes menant en ville, pourtant elles ne relèvent pas du documentaire - les temps ne correspondent pas, les mouvements de la caméra ne sont pas linéaires. Ce sont des fragments de temps. Le montage du film et de la musique permettent de mettre le début à la fin et vice-versa. Temps figé, temps parallèle. Arrêt et mouvement confondus. Le rythme est lent au début, devient de plus en plus rapide, interrompu par des plans panoramiques. Une son concret devient musique, une sonorité devient un paysage sonore. Un poème sonore sur un lieu et par-dessus tout une profonde mélancolie. De courts moments avec des gens, nous ne les rencontrons pas, nous ne faisons pas leur connaissance. C'est la brève rencontre des regards, que savons-nous de nos semblables, que veut seulement dire connaître quelqu'un,un endroit, une paysage? Un sentiment, une expérience, des souvenirs, mais finalement tout se résume à un court instant. Nos pensées les plus secrètes sont écrites comme à l'encre sur les vagues de la mer. ROUTE TO CAPE TOWN est un court poème en noir et blanc, fait de sons et d'images, il s'y trouve quelque chose de mystérieux, de sombre. Tout est tourné à partir d'une voiture en marche, pourtant le calme est dans le mouvement, le court moment, un fragment vécu. Les images sont floues, sales, quelquefois le pare-brise s'y reflète. Notre mémoire n'est pas linéaire. Une mosaïque de sonorités, d'images, d'impressions. Qu'est-ce qui se cache derrière les visages des gens qui nous regardent au moment où nous passons devant eux? Le film utilise des images et des sonorités concrètes pour un poème abstrait fait de forme et de rythme. Quelques courtes minutes de Cape Town en Afrique du Sud- une ville étrangère constituée de moments, qui nous semble à la fin étrangement familière


BIOGRAPHIE: WOLFGANG LEHMANN 1967 Fribourg en Brisgau, s'occupe principalement de films d'art et de musique nouvelle. Textes pour différentes publications. A travaillé pour des films comme auteur, réalisateur, cameraman et monteur. On peut voir ses films dans des festivals, dans les cinémas d'art et d'essai et dans les galeries en Europe comme en-dehors. Jusqu'à présent présentation d'oeuvres en Allemagne et en Italie. Depuis plus de dix ans organisation de festivals, de séries de films, de conférences et d'introductions de films, tout particulièrement l'avant-garde "classique". THOMAS GERWIN (*1955) est un compositeur de formation classique et musicologue. Il est venu très tôt à la musqiue électroacoustqiue, depuis 1990 il s'occupe en outre de façon intensive de "Soundscape Composition" et d'art radiophonique. Actuellement il compose pour la radio et des concerts dans son propre studio, et crée des installations sonores et vidéo. Il inclut en permanence les nouveaux médias, le théâtre, la danse, le cinéma et la sculpture comme moyens d'expression de ses travaux. Projections et expositions dans le monde entier, différents prix et bourses. Thomas Gerwin a fondé en 2001 la "Gesellschaft für multisensoriale Kunst" ("compagnie de l'art multisensoriel" ) et en 2002 le "Berliner Lautsprecher-Orchester", depuis 2003 il supervise la série de concerts "KlangWelten" au "Unsicht-Bar Berlin", où il interprète, dans une totale pénombre, de l'ars acustica avec une boîte musicale. www.thomasgerwin.de

Han lei
Catalogue : 2012What | Vidéo | super8 | couleur | 13:38 | Chine | 2012
Han lei
What
Vidéo | super8 | couleur | 13:38 | Chine | 2012

¡¶What ¡· The "what", is my first Video works. Since 1986, I was a photographer and I`ve been travelling different small city in China 1993-1998, I shooting a lot of black and white photographs , During that period, I also use a Hi8 camera casually shooting something.The piece material of "what" all from that Hi8 camera. In fact, I did not think of the future to put them into a film editing. There is just some messy, about some of China`s cities and towns. The middle of 2012, I was opened these Hi8 tapes, I start editing the material, and I hope they become a movie. I don`t want some subjective intervention into the "what", I hope it is messy, I hope it is messy, fury, in a disorderly daily style, commemorate my trip. This movie only made of my own, have not other people involved, music also by me.

biographical Han Lei, 1967 Born in Kaifeng, Henan Province, China, 1989 Graduated from Central Academy of Craft and Design, Beijing, China. Currently works and lives in Beijing, China. in creative photography from 1986. since 1993-1997, Travel in the small cities of China and shoot a lot of black and white photographs. In 1998 series Win The ¡°1998 Mother Jones International Fund for Documentary Photography Awards¡±, (San Francisco, U.S.A) In 1996-1997 A solo Exhibition , show in Helsinki, Finland, Berlin, Germany and Beijing, China. Selected Other solo exhibitions include: 1995 , Brussels, Belgium. 2005 Gallery Polaris, Paris, France, Killing Legend, 798 Photo Gallery, Beijing, China. 2006 ¨C 2012: , Gallery LOFT, Paris, France. , Hanart TZ Gallery, Hong Kong, China. 2010 , Talkang Space, Beijing, China. 2012 M97 Gallery,Shanghai, china. Selected Group Exhibitions include: 1996 , Reithalle, Munich, Germany, 2000 , Frankfurt, Germany; New York, U.S.A. 2007 Rome, Italy. , Prague International Museum, Prague, Czech Republic. 2012 , Lianzhou, Guangdong, China

Kaja leijon
Catalogue : 2012Wasteland | Fiction | hdv | couleur | 10:0 | Norvège | 2012
Kaja leijon
Wasteland
Fiction | hdv | couleur | 10:0 | Norvège | 2012

Wasteland ? synopsis: Wasteland is a film that consists of short episodes. The structure of the film gives impression of a loose narration, but the episodes have a common thread which becomes clearer throughout the film. The film investigates how our fantasy and imagination is affected by film, and how people in everyday life integrate images from fiction into their own lives. The film attempts to understand how preconceived conceptions influences the way we see and interpret our surroundings.

Kaja Leijon is born in Tromsø, 1980, and now lives and works in Oslo, Norway. She is educated at the National Academy of Fine Arts. During her education she participated in several exchange programs, among those at CalArts, US. Leijon works with film and photography. Leijon recently had a solo exhibition at Trøndelag senter for samtidskunst. Her films have been screened at international exhibitions and film festivals such as; National Taiwan Museum of Fine Arts, Kunsthalle in Mainz, Luis Adelantado Gallery, Videonale and Kasseler Dokumentar und videofest.

Catalogue : 2012Screening | | | couleur | 9:0 | Norvège | 2011
Kaja leijon
Screening
| | couleur | 9:0 | Norvège | 2011

SCREENING (HD, 9 min, 2011, single screen) SCREENING is based on the association of screen-tests and auditioning, that is often attached as extra material on dvds. Five female characters of age 16-30, are filmed in a white studio. They are wearing ordinary clothes and at first sight it might look like they are filmed just as ?themselves? in front of the camera. After a while it becomes more obvious that they go in and out of, and are trying out different roles. The characters do not know that the camera is recording the whole time during the shooting, even when they are stopped in the middle of an act; this to create an interaction of acting, trying to act, or just being themselves. Feminine expressions are contrasted with masculine to generate friction and to enhance the collision of the characters? attempts to go into a role, failing and managing the role.

Kaja Leijon is born in Tromsø, 1980, and now lives and works in Oslo, Norway. She is educated at the National Academy of Fine Arts. During her education she participated in several exchange programs, among those at CalArts, US. Leijon works with film and photography. Leijon recently had a solo exhibition at Trøndelag senter for samtidskunst. Her films have been screened at international exhibitions and film festivals such as; National Taiwan Museum of Fine Arts, Kunsthalle in Mainz, Luis Adelantado Gallery, Videonale and Kasseler Dokumentar und videofest,

Nicolas lelievre, renaud herbin anamaria fernandes
Catalogue : 2009Aubusson | Art vidéo | dv | couleur | 8:11 | France | 2008
Nicolas leli�vre , renaud herbin anamaria fernandes
Aubusson
Art vidéo | dv | couleur | 8:11 | France | 2008

Répondant à l`invitation du Théâtre Jean Lurçat, Scène Nationale d`Aubusson, nous avons réalisé cette série d`images alternant vues de la ville d`Aubusson et portraits de ses habitants. Quelque part entre la carte postale, le diorama et la stéréophotographie, ces images dressent un portrait sensible de la ville d`Aubusson. L`ensemble se présente comme un diptyque établissant un aller-retour permanent entre la ville et ses habitants.


Architecte diplômé en 2001, Nicolas Lelièvre s`est rapidement tourné vers les pratiques de l`image. La vidéo et la photographie sont pour lui des moyens privilégiés pour interroger les rapports qu`entretiennent le temps et l`espace. Le projet Centres Horizons mené entre 2003 et 2008 avec le marionnettiste Renaud Herbin a notamment été l`occasion d`explorer différents territoires urbains parmi lesquels Berlin (Villa Médicis Hors Les Murs 2004), Buenos Aires, Montréal ou encore Saint-Jacques-de-la-Lande et Lisbonne. Son questionnement sur les perceptions et les représentations des espaces urbains prend des formes variées, entre photographie, vidéo et spectacle vivant. Parallèlement, Nicolas Lelièvre participe régulièrement en tant que vidéaste à des créations de spectacles de théâtre (Cie LàOù, Théâtre de l`Arpenteur,...) et de danse (Cie EnCore, Cie Jean-Pierre,...).

Yoann lelong
Catalogue : 2016Génèse | Doc. expérimental | hdv | couleur | 31:50 | France | 2016
Yoann lelong
Génèse
Doc. expérimental | hdv | couleur | 31:50 | France | 2016

Derrière tout œuvre artistique, se cache un travail de recherche foisonnant, un parcours irrégulier fait d’avancées et de doutes. Mettant en perspective le travail de 2 artistes aux disciplines différentes, le film retrace ces moments d’improvisations, de répétition ou d’hésitations qui font partie intégrante d’une œuvre en devenir. Aux mouvements des danseurs hip-hop de la chorégraphe Anne Nguyen (artiste associé à Chaillot), se superpose une oeuvre musicale du musicien Les Gordon (du label Kitsuné), 2 univers qui, bien que différents, viennent se compléter pour créer une forme nouvelle et singulière. Qu’il s’agisse d’une pièce dansée ou d’une œuvre de musique, l’impression d’aisance et de maîtrise que suscite la découverte de l’oeuvre aboutie est toujours flagrante. Quel processus de création derrière cette sensation de fluidité, de perfection ? Comment, d’une matière brute et spontanée, naît l’oeuvre future ? C’est par cet angle que le film tente de capter et de retranscrire la genèse d’une création artistique, nourri par les séances de travail et de répétition des danseurs, autant que par la l’oeuvre musicale composée sur le mode de l’improvisation. Questionnement, tentatives, ajustements, répétitions... Autant d’étapes nécessaires que requiert la création d’un projet artistique, mouvement permanent oscillant entre la projection initiale de l’artiste et le projet en devenir, matière polymorphe et versatile. Miroir de cette genèse continue, le film finit par lui-même devenir objet de son propos.


Yoann Lelong, né en 1985. Après avoir étudié la physique quantique au cours de son cursus universitaire, Yoann Lelong s’est progressivement tourné vers la création artistique en se formant au California Institute of Arts et en collaborant avec le pionnier du mouvement No wave New Yorkais, Amos Poe. Le travail de Yoann Lelong émerge d’une vision du monde où tous les éléments sont reliés et interagissent entre eux. Chaque élément est, pour lui, une abstraction issue d’une totalité de mouvement fluide (telle la notion d’holomouvement). Il adopte ainsi une approche centrée sur l’individu pour ensuite en dégager une structure systémique en s’intéressant aux interactions qu’un individu peut avoir avec un lieu, une ambiance ou d’autres personnes. En 2013, encouragé par Alain Cavalier, Yoann Lelong réalise le film PERSON(A). Il s’agit de 23 portraits entrelacés (dont ceux de Benoit Forgeard, Amos Poe et Lola Bessis). En 2014, il rejoint l’expédition Tara Méditerranée, dans le cadre d’une résidence artistique qui donnera lieu à l’installation vidéo PerceptConcept. En 2015, Yoann Lelong a réalisé des projets sur le thème de la transidentité et de l’insertion des personnes réfugiées en collaboration avec l’association Singa. En 2017, il prépare une nouvelle œuvre en relation avec le centre de pédopsychiatrie de l’hôpital La Pitié Salpêtrière.

Jacques lennep
Catalogue : 2005hommage à Ezio Bucci | Doc. expérimental | dv | couleur | 24:39 | Belgique | 2004
Jacques lennep
hommage à Ezio Bucci
Doc. expérimental | dv | couleur | 24:39 | Belgique | 2004

Le supporter Ezio Bucci est l?une des personnes qui figurèrent dans le Musée de l?homme de Jacques Lennep. Celui-ci lui consacra une exposition au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles en 1977. Ancien mineur, Bucci est un fan du Sporting Club de Charleroi, un club de foot dont les joueurs portent un maillot zébré noir et blanc. Quand il se rend aux matchs, Bucci se fait teindre sur les cheveux des bandes noires et blanches assorties à son accoutrement pareillement zébré. Sa maison, sa femme, ses enfants, sa voiture sont également zébrés. De larges extraits des vidéos tournées pour l?exposition de 1977 sont intégrés dans ce montage alternant avec des séquences tournées chez Bucci en 2004.. Harald Szeemann sélectionna ce film pour son exposition La Belgique visionnaire (2005). Il envisageait de le produire également à Berlin dans son exposition Rundlederwelten prévue à l?occasion du championnat du monde de football.


Jacques Lennep, né à Uccle / Bruxelles, le 11 juillet 1941, est artiste multimédia. il a fondé en 1972 le groupe CAP, qui pratiqua un art relationnel et fut le pionnier de l?art vidéo en Belgique. Ce groupe, actif jusqu?en 1982, développa une activité internationale. Jacques Lennep conféra à sa propre démarche un caractère sociologique quand il créa son Musée de l?homme en 1974. Pendant une dizaine d?années, celui-ci présenta dans diverses institutions artistiques des personnes qui se distinguaient par une passion remarquable. Ces personnes étaient toujours présentes dans ces expositions conçues comme des installations où la vidéo jouait un rôle majeur. J. Lennep mit un terme à son Musée en inventant un peintre du dimanche, N.V. Panneel, dont il narra les aventures et exposa les ?uvres. Au cours de cette période, ses vidéos furent programmées dans la plupart des manifestations internationales consacrées à ce médium. Ainsi, en 1979, exécuta-t-il à Paris sa performance Vidéo-fil lors des Journées interdisciplinaires sur l?art corporel au Centre Pompidou. En 1996, J. Lennep entama ses Devoirs quotidiens, sorte de journal qui s?acheva avec le 2195e feuillet en 2002. Il renoua alors avec la vidéo en actualisant des films tournés dans le cadre des activités du Musée précité, mais aussi en réalisant une série de sketches regroupés sous le titre de Delirium vidéo. J. Lennep est aussi l?auteur de livres d?artiste, d?installations et de performances. La dernière en date : il prit la place d?une prostituée dans sa vitrine (tourné en vidéo). J. Lennep fut professeur à l?Académie des beaux-arts de Bruxelles et est membre de l?Académie royale de Belgique.

Catalogue : 2006Délirium vidéo sélection | Vidéo expérimentale | dv | couleur | 30:18 | Belgique | 2005
Jacques lennep
Délirium vidéo sélection
Vidéo expérimentale | dv | couleur | 30:18 | Belgique | 2005

DVD d'une durée de 30'18'', couleur et son. Sélection de 9 sketches de la série "Delirium-Vidéo", 2004-2000. Cinq sketches sont inspirés par l?art moderne : « Le calvaire de R. Mutt » (référence à Duchamp). L?artiste suit un Chemin de Croix escarpé. Il porte la « Fontaine » de Duchamp. « Peinture au blanc » (référence à Warhol). Dans un paysage, l?artiste peint en blanc sur un tableau blanc le mot « brillo ». « Tombeau pour M.B. » (référence à Broodthaers). L?artiste trouve le « Fémur d?homme belge » peint aux couleurs de la Belgique. Il le décolore et l?enterre sur le champ de bataille de Waterloo. « Le semeur de pensées » (référence à Monet). L?artiste sème des pensées dans le jardin de Monet à Giverny. « Parcours d?artiste » (référence à Ensor). L?artiste en complet veston, une valise à la main, remonte un ruisseau. Il finit par trouver un hareng-saur. Trois sketches donnent au téléviseur un autre rôle que celui d?écran : « La tour penchée ». Des touristes essaient de soutenir la Tour de Pise. La tour est redressée en inclinant le téléviseur. « Repasser l?image ». Une scène montrant une repasseuse est repassée sur l?écran du téléviseur. « Chaussettes-show ». Ballet d?une paire de chaussettes pour une paire de godasses. Un sketch transmet un message au spectateur : « Le message de l?ogre » (le rébus de Bomarzo). Dans le parc des monstres de Bomarzo, l?artiste transmet un mot énigmatique en langage sémaphorique.


Jacques Lennep (né à Uccle, en Belgique, le 11 juillet 1941). Artiste pluridisciplinaire. Fondateur en 1972 du groupe CAP, il formule les principes d?un art relationnel et en développe une tendance sociologique en créant son Musée de l?homme en 1974. Il est un des premiers en Belgique à se consacrer à la vidéo, jouant le rôle de pionnier. Il a enseigné à l?Académie des Beaux-Arts de Bruxelles et est membre de l?Académie royale de Belgique. Ses vidéos les plus récentes sont regroupées sous les titres « Delirium-vidéo » » et « Musée de l?homme (Postproductions) ». Jacques Lennep est auteur de deux ouvrages sur sa démarche: « Alchimie du sens » (Ed. La part de l??il, Bruxelles, 1999) et « Conversation avec P.-Y. Desaive » (Ed. Tandem, Gerpinnes, 2003). Le Musée d?Art moderne et d?Art contemporain (MAMAC) de Liège lui consacrera une rétrospective en 2007.

Thomas leon
Catalogue : 2008High Latency | Installation vid�o | | noir et blanc | 12:0 | France | 2008
Thomas leon
High Latency
Installation vid�o | | noir et blanc | 12:0 | France | 2008

C?est un film sur le temps et l?expérience de l??uvre. La forme et la structure de la vidéo, l?utilisation des médiums numériques et du son, insufflent une tension émotionnelle dans un environnement qui en est dépourvu. Exécutant un travelling avant régulier, la camera progresse dans un paysage enneigé. La vidéo en deux parties égales, s?articule à la moitié, autour du basculement de l?axe de la camera en direction du sol. A partir de cet instant, l?image glisse de la représentation d?un espace à une abstraction rythmique. Quand la caméra se relève nous sommes revenus au début. Deux mouvements sonores successifs correspondant à ces deux parties accompagnent la vidéo.


Né en 1981 à dijon, Thomas Léon vit et travaille actuellement à Paris. ses travaux s?articulent principalement autour du médium vidéo, sous la forme d?installations complexes et condensées, à la frontière de la narration. ses réalisations ont notamment été présentées lors des expositions suivantes : «les enfants du sabbat 07» au Creux de l?enfer, centre d?art contemporain de Thiers (2006); «Multipolaire» à la Halle 14 à Leipzig (2006); «Filterbox» à Glassbox à Paris (2006); «Le syndrome de Broadway» au centre d?art du Parc Saint-Léger à Pougues-les-Eaux (2007); «Science et fiction» à la générale en manufacture (2008).

Catalogue : 2010Escape from abstraction island | Art vidéo | | couleur et n&b | 11:30 | France | 2009
Thomas leon
Escape from abstraction island
Art vidéo | | couleur et n&b | 11:30 | France | 2009

L?installation fait directement référence au cinéma à grand spectacle dans son organisation et sa dramaturgie (succession des scènes, rôle de la musique) autant que dans les moyens techniques mis en ?uvre (projection haute définition, son 5.1). Conçue comme un film d?aventure dont le personnage principal est la caméra, la vidéo traverse une île qui est aussi un répertoire de formes. Elle s?organise comme un long travelling arrière : à l?intérieur d?une structure cristalline, à travers différents lieux désertés et désertiques, en survolant la mer au large d?une forme prismatique. La nature des objets et des lieux figurés ainsi que leurs relations ne sont jamais évidentes, la caméra changeant de direction pour se rapprocher des surfaces et jouant d?effets d?échelle en se perdant parfois dans les détails. Coproduction Ville de Beauvais, Le LABO, DRAC Picardie.


Thomas Léon développe depuis plusieurs années sa pratique à travers des installations et participe régulièrement à des projections ou expositions en France et à l?étranger : «Réalités confondues» à la BF15 à Lyon (2010); «Les Rencontres Internationales Paris / Berlin / Madrid» au Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofía à Madrid, Espagne et à la Haus der Kulturen der Welt à Berlin, Allemagne (2009); «Le syndrome de Broadway» au centre d?art du Parc Saint-Léger à Pougues-les-eaux (2007); «Multipolaire» à la Halle 14 à Leipzig, Allemagne (2006). Il a notamment participé à la résidence de post-production multimédia «Synapse» au sein de l`ESA-Rueil-Malmaison en 2008 avant de travailler avec Glassbox et la Cité internationale universitaire de Paris en 2009 dans le cadre de leur programme «Acteurs Autonomes». --- "Mon travail se construit à partir des outils informatiques et plus particulièrement de l`image de synthèse. Il s`incarne dans des médiums allant de l`installation vidéo à l`impression numérique, en passant par l`installation sonore ou la conception de volumes assistée par ordinateur. Il puise ses sources dans la littérature (romans d`anticipation et littérature utopique) ou les projets des avant-gardes, dont il tire une partie de ses problématiques : les relations complexes qui se développent entre un projet, sa représentation et sa mise en ?uvre (architecture, urbanisme, modèles de sociétés idéales) ; les liens entre les questions de forme et les enjeux de pouvoir. Ces problématiques s`articulent à des questionnements plus particulièrement esthétiques (rapport de l?art à la réalité, évaluation des apports de la modernité et des valeurs formelles inhérentes à chaque médium, mode et temps d`apparition de l`?uvre, action du spectateur) afin d`interroger la persistance de modèles, d`archétypes, et de produire des formes nouvelles." www.thomasleon.net

Slava leontjev
Catalogue : 20081:1 | Film expérimental | 16mm | noir et blanc | 5:30 | Lituanie | 2007
Slava leontjev
1:1
Film expérimental | 16mm | noir et blanc | 5:30 | Lituanie | 2007

Peut-être cette fluctuation « dramatique » des images n?est-elle pas vraiment nécessaire.


Slava Leontjev est née à Vilnius (Lituanie) en 1967. Entre 1983 et 1995, elle a travaillé en tant qu?artiste au Centre de Restauration de Vilnius, au Conservatoire de Vilnius, à la Télévision Nationale de Lituanie ainsi qu?au Sarunas Bartas Studio Kinema. De 1996 à 2000, elle a été directeur artistique de l?Agence Brand Sellers DDB de Vilnius. Depuis 2000, elle est directeur de production du Studio Vilks (Latvie). Elle a mis en scène de nombreux films commerciaux et réalisé plusieurs vidéos musicales. Elle lui a été décernée de multiples récompenses, notamment le Prix MTV Russie pour la meilleure vidéo musicale de l?année.

Edgar leÓn
Catalogue : 2006Contrapeso / Rojo / Verde | Doc. expérimental | dv | couleur | 3:12 | Costa Rica | Mexique | 2005
Edgar leÓn
Contrapeso / Rojo / Verde
Doc. expérimental | dv | couleur | 3:12 | Costa Rica | Mexique | 2005

Contrapeso / verde / rojo est une vidéo-documentation présentant deux regards distincts. La première scène se passe au parc de Chapultepec (ville de Mexico), où l?on observe un stand de restauration rapide dont la bâche est soutenue par une corde au bout de laquelle se trouve une bouteille de Coca-Cola. Celle-ci joue le rôle d?un contrepoids telle une balance, ou une ancre (d?où le nom de la pièce). La deuxième scène présente un zoom d?une autre bouteille de Coca-Cola qui, grâce à l?ouverture du plan, se découvre à l?intérieur d?un taxi démantelé dans les bois de l?Ajusco. Les deux regards commencent et se détiennent sur la tension générée par ces bouteilles entre le naturel et le culturel, qui nous permet d?associer les objets lorsque ces derniers activent ou désactivent quelque chose de concret. La logique structurelle de mon travail dans ces deux vidéos réside dans la présentation d?une narration qui conduit à une lecture d?une idée de production après celle de consommation.


En 2005 il termine un Master en Arts Visuels à l?Académie de San Carlos, Université Nationale Autonome de Mexico (UNAM). Il a réalisé une douzaine d?expositions individuelles entre le Mexique et le Costa Rica et a participé à plus de quarante expositions collectives dans le monde entier. En tant que commissaire indépendant, sa dernière exposition, ?La reconstrucción del lugar común. Imágenes de autor? a été inaugurée au Musée d?Art et Dessin Contemporain de San José, Costa Rica en 2005. Il avait organisé ??Residuos y Particulas. Privado Público?? au Mexique en 2004. Il vit et travaille en région parisienne.

Jesse lerner
Catalogue : 2007Magnavoz | Film expérimental | 16mm | noir et blanc | 25:33 | USA | Mexique | 2006
Jesse lerner
Magnavoz
Film expérimental | 16mm | noir et blanc | 25:33 | USA | Mexique | 2006

"Magnavoz" est une adaptation expérimentale de la diatribe spéculative de Xavier Icaza sur l'avenir de Mexico. Réunissant de bruyantes émissions au dessus des volcans, de tonitruantes bacchanales dans des abreuvoirs populaires et une série de discours apocalyptiques, hypernationalistes, la méditation est opportune et visionnaire, bien qu'écrite il y a plus de quatre-vingts ans. L'adaptation filmique de ce texte d'avant garde utilise des images d'archives, des reconstructions et un mélange complexe d'éléments sonores pour donner vie à cet essai politique.


Jesse Lerner vit à Los Angeles. Il réalise des documentaires et des vidéos. Son oeuvre a été diffusée au Museum of Modern Art de New York, au National Anthropology Museum de Mexico City, au Reina Sofía Museum de Madrid, à la biennale de Sydney, au Sundance Film Festival, aux musées Guggenheim de New York et de Bilbao, au Los Angeles International Film Festival, à la Film Society of Lincoln Center, ainsi que dans d'autres festivals et musées à travers le monde. Ses films ont remporté de nombreux prix à des festivals de cinéma au Etats-Unis, en Amérique Latine et au Japon. En plus de son travail de réalisateur, ses essais critiques sur la photographie, le cinéma, et la vidéo ont été publiés dans After Image, Visual Anthropology Review et Wide Angle. Il été conservateur pour le Robert Flaherty Seminar, le Centro Fotográfico Manuel Alvarez Bravo à Oaxaca, et les musées Guggenheim de New York et de Bilbao. Il enseigne dans le cadre du programme intercollegial d'études des média à l'université de Claremont en Californie.

Xenia lesniewski
Catalogue : 2007GERADE AUS | Vidéo expérimentale | dv | couleur | 2:0 | Allemagne | 2007
Xenia lesniewski
GERADE AUS
Vidéo expérimentale | dv | couleur | 2:0 | Allemagne | 2007

xenia yvon lesniewski GERADE AUS Die künstlerin stellt eine schwarzweiss animation mit dem titel ?gerade aus? vor. zeichnungen sind der ausgangspunkt von xenia yvon lesniewskis arbeit, welche sie dann in stilistische animationen überträgt. kurze szenen werden durch ein flimmern ineinander übergeleitet. szenen, in denen zum beispiel eine mit einem maulkorb versehene, der künstlerin stark ähnelnde person, nach luft schnappt oder in einer unterwürfigen pose auf dem boden liegt. fetisch und sadomasochismus werden in ihrer arbeit thematisiert, gefühle plakativ und direkt wiedergegeben. ?der betrachter ist ein teil meiner arbeit.? dem zuschauer werden innere verlassene landschaften vor augen geführt. man erhält unweigerlich einen offenen blick in eine innere folterkammer. für die künstlerin handelt es sich hierbei um eine sehr intime arbeit ?die grenzen zwischen realität und fiktion verschmelzen. ein zwischenraum entsteht und zwar ? GERADE AUS.? der eingeschobene text gibt hinweise und lenkt den betrachter. der abstrakte sound der arbeit nimmt unmittelbar einfluss auf seine befindlichkeit. aus dieser fragmentierung von bild, text und ton resultiert eine provokative und kompromisslose aussage über die erfahrung von kunst und wirklichkeit. text anna kalinski

biografie xenia yvon lesniewski xenia yvon lesniewski geboren 1985 in frankfurt, deutschland: bildende künstlerin; studiert seit 2005 an der hochschule für gestaltung offenbach freie kunst mit dem schwerpunkt malerei und neue medien. malerei prof. adam jankowski freies zeichnen/film prof. mariola brillowska experimentelle raumgestaltung prof. heiner blum warum sie etwas tut? alles immer nur mittel zum zweck. aber sie hätte sich auch auf die zunge beissen können, sie hat eine schöne, gesunde zunge - rot von blut.

Catalogue : 2008SUPERSENSIBEL | Art vidéo | dv | couleur | 2:30 | Allemagne | 2008
Xenia lesniewski
SUPERSENSIBEL
Art vidéo | dv | couleur | 2:30 | Allemagne | 2008

?Supersensibel? : Des crottes d?enfants anal-ysées entre sodomie et peur de la mort. La vidéo ?Supersensibel? de Xenia Yvon Lesniewski est une animation provocante qui traite de sexe, d?érotique, d?obscénité et de peur individuelle. Une représentation enjouée de la sexualité polymorphe commentée avec des phrases et bruits en forme de devinette qui donnent au film une énergie colérique.


Xenia Yvon Lesniewski est née en 1985 à Francfort, elle étudie depuis 2005 à l?Ecole de réalisation d?Offenbach dans la spécialité Peinture et Nouveaux Médias.

Catalogue : 2009Egodyston | Animation | dv | couleur | 3:27 | Allemagne | 2009
Xenia lesniewski
Egodyston
Animation | dv | couleur | 3:27 | Allemagne | 2009

Egodystonic - My fear of death will blow my head away. I think I need other eyes for my brain.

Born in 1985 / Frankfurt am Main, has been studying Fine Arts with focus on Painting and New Media at the Offenbach Academy of Art and Design since 2005.

Catalogue : 2010Remisequenz | Animation | dv | couleur | 2:23 | Allemagne | 2010
Xenia lesniewski
Remisequenz
Animation | dv | couleur | 2:23 | Allemagne | 2010

Das Fehlen eines konkreten Bildes. Autobiografische Bruchstücke zwischen Fiktion und Realität vereint zu konstruierten Erinnerungssequenzen und endlosen Variationen davon. Das Gegenteil des Vergessens. Aber was ist wirklich passiert? Es gibt nur die eine Wahrheit. Die eigene. Entscheidungen trifft man, weil man sie treffen muss.

1985 in Frankfurt am Main geboren, seit 2005 Studium der freien Kunst an der Hochschule für Gestaltung Offenbach mit dem Schwerpunkt Malerei und neue Medien und seit 2010 Studium der Malerei, Animation und Tapisserie in der Klasse von Judith Eisler an der Universität für Angewandte Kunst Wien. Ihre Videoarbeiten wurden bereits bei vielen nationalen und internationalen Filmfestivals wie z.B. den Kurzfilmtagen Oberhausen, der Kunstfilmbiennale Köln/Bonn oder den Rencontre Internationales Paris/Berlin/Madrid gezeigt.2008 erhielt Xenia Lesniewski den ?3 Sat Förderpreis? bei den Internationalen Kurzfilmtagen Oberhausen sowie das Stipendium der Deutschen Studienstiftung. 2009 gewann ihre Arbeit EGODYSTON den "Movies and Stills" Award der Videor Art Foundation sowie den zweiten Muvi-Preis bei den Internationalen Kurzfilmtagen Oberhausen. 2010 erhielt sie beim Internationalen Filmfest Dresden den Drematrix Förderpreis. Ebenso nahm Lesniewski an zahlreichen Ausstellungsprojekten sowie weiteren internationalen Film- und Medienkunstfestivals teil.

Alain letourneau, pam minty
Catalogue : 2011Empty Quarter | Doc. expérimental | 16mm | noir et blanc | 71:0 | USA | 2011
Alain letourneau , pam minty
Empty Quarter
Doc. expérimental | 16mm | noir et blanc | 71:0 | USA | 2011

Alain LeTourneau & Pam Minty are filmmakers based in Portland, Oregon (US). They are co-founders of 40Frames (www.16mmdirectory.org), as they both make efforts to protect the 16mm format and to promote it as a usable format for exhibition and production. ?Empty Quarter? is their first collaboration and they are both working on solo projects but they plan to collaborate again on another film focusing on work. www.40frames.com and www.emptyquarterfilm.org. for more informations.

Isabelle levenez
Catalogue : 2007animaux domestiques | Art vidéo | dv | couleur | 4:0 | France | 2006
Isabelle levenez
animaux domestiques
Art vidéo | dv | couleur | 4:0 | France | 2006

Depuis 1991 et à travers ses vidéos, dessins ou photographies, Isabelle Lévénez révèle le mal être de l`individu ou son inquiétude identitaire dans sa dimension cachée sans que le dysfonctionnement mental ne soit jamais mis en avant.Les vidéos de la serie animaux domestiques forment pour elle, une seule et même ?uvre considérée à des stades différents de sa conscience du monde. Elle s`interroge ici sur la dualité humaine, déchirée entre pulsion animale et respect de la loi. Ces vidéo montrent le corps de personnages dénudés portant un masque (lapin, loup, âne, mouton?) Les protagonistes sont souvent silencieux, par exemple en partageant un repas qui se termine par un cri proche de celui d?un animal. La caméra abandonnée à elle-même en plan fixe construit une image anonyme et saisit sans émotion le cours indistinct du temps qui s?écoule. Dans le fragment de ce cadre, un univers hybride, humain/animal, semble évoluer, monologuer et construire de toutes pièces une mise en scène imaginaire. Les visages recouverts d?un masque d?animaux nous renvoient à la construction d?un système où désir, violence et pulsions rencontrent la morale d?un monde codifié. Cette violence ne fait jamais l`objet d`une quelconque fascination, elle n`est pour l`artiste que le reflet du monde dans lequel elle vit.


Isabelle Levenez est née à Nantes en 1970. Artiste enseignante à l`école des Beaux arts d`Angers, elle se considère comme une artiste multimédia, c`est à dire qu`elle passe d`une production de dessin à une réalisation d`installation vidéo ou de photographie numérique. Entre réalité et fiction son travail ne cesse d`interroger l`individu. Son travail a été montré dans de nombreuses expositions individuelles et collectives, notamment à la galerie Anton Weller, à LOOP Barcelone , au CCC de Tours, à l?Abbaye du Ronceray, Angers, au Musée de Grenoble, à l?ARCO, au Musée National des Beaux Arts de Lettonie à Riga, à la National Art Gallery à Sofia, dans plusieurs Instituts Français à l?étranger : à Barcelone, Budapest, Cologne, Berlin. Elle a également exposé au Palais de Tokyo, Paris, au Musée Péra d?Istambul, au Musée Benaki, Athènes, au Musée Zadkine à Paris, à l?Orangerie du Sénat et Jardin du Luxembourg, Paris, au Musée des Beaux arts de Tourcoing, au Lieu unique à Nantes, au Musée d`art contemporain de Milan. Son travail fait partie des collections du FNAC et de plusieurs FRAC. Elle a obtenu la bourse de la villa Médicis hors les murs à Los Angeles.

Catalogue : 2007Animaux domestiques, le pain | Art vidéo | dv | couleur | 3:0 | France | 2006
Isabelle levenez
Animaux domestiques, le pain
Art vidéo | dv | couleur | 3:0 | France | 2006

Depuis 1991 et à travers ses vidéos, dessins ou photographies, Isabelle Lévénez révèle le mal être de l`individu ou son inquiétude identitaire dans sa dimension cachée sans que le dysfonctionnement mental ne soit jamais mis en avant.Les vidéos de la serie animaux domestiques forment pour elle, une seule et même ?uvre considérée à des stades différents de sa conscience du monde. Elle s`interroge ici sur la dualité humaine, déchirée entre pulsion animale et respect de la loi. Ainsi les vidéos ayant pour titre de série "Animaux domestiques", montrent le corps de personnages dénudés portant un masque (lapin, loup, âne, mouton?) Les protagonistes sont souvent silencieux, par exemple en partageant un repas qui se termine par un cri proche de celui d?un animal. La caméra abandonnée à elle-même en plan fixe construit une image anonyme et saisit sans émotion le cours indistinct du temps qui s?écoule. Dans le fragment de ce cadre, un univers hybride, humain/animal, semble évoluer, monologuer et construire de toutes pièces une mise en scène imaginaire. Les visages recouverts d?un masque d?animaux nous renvoient à la construction d?un système où désir, violence et pulsions rencontrent la morale d?un monde codifié. Cette violence ne fait jamais l`objet d`une quelconque fascination, elle n`est pour l`artiste que le reflet du monde dans lequel elle vit.


Isabelle Levenez est née à Nantes en 1970. Artiste enseignante à l`école des Beaux arts d`Angers, elle se considère comme une artiste multimédia, c`est à dire qu`elle passe d`une production de dessin à une réalisation d`installation vidéo ou de photographie numérique. Entre réalité et fiction son travail ne cesse d`interroger l`individu. Son travail a été montré dans de nombreuses expositions individuelles et collectives, notamment à la galerie Anton Weller, à LOOP Barcelone , au CCC de Tours, à l?Abbaye du Ronceray, Angers, au Musée de Grenoble, à l?ARCO, au Musée National des Beaux Arts de Lettonie à Riga, à la National Art Gallery à Sofia, dans plusieurs Instituts Français à l?étranger : à Barcelone, Budapest, Cologne, Berlin. Elle a également exposé au Palais de Tokyo, Paris, au Musée Péra d?Istambul, au Musée Benaki, Athènes, au Musée Zadkine à Paris, à l?Orangerie du Sénat et Jardin du Luxembourg, Paris, au Musée des Beaux arts de Tourcoing, au Lieu unique à Nantes, au Musée d`art contemporain de Milan. Son travail fait partie des collections du FNAC et de plusieurs FRAC. Elle a obtenu la bourse de la villa Médicis hors les murs à Los Angeles.

Catalogue : 2008A mort la mer | Art vidéo | dv | noir et blanc | 5:0 | France | 2008
Isabelle levenez
A mort la mer
Art vidéo | dv | noir et blanc | 5:0 | France | 2008

Je m`interroge ici sur la dualité humaine, déchirée entre pulsion de mort et respect de l'environnement. Ainsi la vidéo, qui a pour titre " à mort la mer" montre des images en Noir et Blanc d`un paysage marin. La jeune fille filmée au bord de la mer, la présence du vent,un bateau échoué au milieu d`un champ créent une atmosphère étrange, ou temps, espace et mouvement sont modifiés. La caméra abandonnée à elle-même en plan fixe construit une image anonyme et saisit sans émotion le cours indistinct du temps qui s?écoule. Dans le fragment de ce cadre, un univers suréaliste semble évoluer, monologuer et construire de toutes pièces une mise en scène imaginaire. La jeune fille les mains tachées de goudron manipule un poisson dans l`eau, joue t `elle ? , est ce qu`elle le lave de son jus noir ? avant de finir triomphante sur son bateau échoué brandissant son trophée à la main: un poisson vierge de toute pollution!


Isabelle Lévénez (1970) vit et travaille entre Trélazé (49) et Paris. Elle est représentée par la Galerie Aeroplastic à Bruxelles. Depuis 1995 Isabelle Lévénez a effectué plusieurs séjours à l`étranger au cours desquels son travail a été exposé: New York, Milan,Barcelone, Madrid, Berlin, Moscou, Tokyo, Budapest, Prague, Amsterdam, Rotterdam, Ottawa, Reykjavik.... En 2001, elle a obtenu la bourse de la Villa Médicis hors les murs (Los Angeles). Différents lieux en France (musées, centres d`art, Fracs...) lui ont consacré des expositions personnelles et collectives notamment: Le centre d`art de Meymac (2007),Musée de Grenoble (2007), Le Palais de Tokyo (2006),Le lieu Unique, Nantes (2004),Le Centre d`art de St Fons (2002), Le Frac Haute Normandie ( 2002), Le rac Alsace (2000), La Fondation Guerlain, Paris (1999), La Box, Bourges (1997)...

Catalogue : 2011Espace de confidentialité | Vidéo | dv | couleur | 2:47 | France | Maroc | 2010
Isabelle levenez
Espace de confidentialité
Vidéo | dv | couleur | 2:47 | France | Maroc | 2010

La vidéo met en scène le corps de personnages dénudés filmé en caméra infra rouge semblant errer dans un espace vert, enveloppés de silence. Les corps se heurtent, se touchent, se bousculent. La caméra abandonnée à elle-même en plan fixe construit une image anonyme et saisit sans émotion le cours indistinct du temps qui s?écoule. Dans le fragment de ce cadre, entre violence et douceur les hommes semblent monologuer et construire de toutes pièces une mise en scène imaginaire.


Isabelle Lévénez aime à manier les contraires et l?ambiguïté. Les images, les titres de ses ?uvres, les phrases qu?elle écrit sont autant de jeux d?ombres et de lumières qui définissent la posture générale de l?artiste, développé par les multiples pièces de son travail tournant autour du thème du secret », nous proposant une réalité fragmentée, un jeu entre innocence rêves et fantasmes, entre douceur et violence. Biographie : Isabelle Lévénez Après des Etudes à l?école des Beaux Arts de Nantes elle décide de s?installer à Paris ou elle obtient en 1997 un DU en psychopédagodie à l?université paris V. En 1994 elle est sélectionnée pour le master de l?institut des Hautes études en arts plastiques crée par Pontus Hulten. En 1995 elle effectue un master multi média aux Arts et métiers à Paris. Depuis 1995 Isabelle Lévénez a effectué plusieurs séjours à l?étranger au cours desquels son travail a été exposé : New York, Milan, Madrid, Berlin, Moscou, Bratislava, Budapest, Prague, Amsterdam, Rotterdam, Ottawa, Nagoya, Reykjavik, Athènes, Riga, Barcelone, Istambul, Sofia. En 2001, elle a obtenu la bourse de la Villa Médicis hors les murs à Los Angeles. Différents lieux en France et à l?étranger (Musées, Centres d?art, Fracs, Galeries?) lui ont consacré des expositions personnelles et collectives , notamment

Les leveque
Catalogue : 2010Communists Like Us | Vidéo expérimentale | dv | noir et blanc | 3:28 | USA | 2010
Les leveque
Communists Like Us
Vidéo expérimentale | dv | noir et blanc | 3:28 | USA | 2010

Communists Like Us is an ambient music video made from a few seconds of archival footage of Mao Zedong applauding and members of the Red Guard chanting. The title Communists Like Us was taken from the 1985 text of the same name written by Felix Guattari and Toni Negri.

Les LeVeque received an MFA in Video Research from the Department of Art Media Studies at Syracuse University. He is a Visiting Associate Professor in Film and Electronic Media at Bard College and co-Chair of the Film/Video program in the Milton Avery Graduate School of the Arts. His work has been exhibited internationally including 2000 Whitney Biennial, Georges Pompidou Center, Museum fur Neue Kunst ZKM, Australian Centre for the Moving Image, Museo de Arte Moderno Buenos Aires, Laboratorio Arte Alameda, Centre Culturel et de Cooperation Linguistique Bilbao, Pacific Film Archive, Palm Beach Institute of Contemporary Art, The Hammer Museum and The New Museum of Contemporary Art. Festival screenings of his work include Transmediale Berlin, San Francisco International Film Festival, and Sundance Film Festival. The Video Data Bank distributes his single channel video work. He is represented by KS Art in New York City.

Catalogue : 2008stammering forward backward GIANT | Vidéo expérimentale | dv | couleur | 17:0 | USA | 2008
Les leveque
stammering forward backward GIANT
Vidéo expérimentale | dv | couleur | 17:0 | USA | 2008

« Stammering Forward Backward GIANT » est un re-montage du film « Giant » de George Stevens (1956) ? une histoire épique sur le Texas, le pétrole et le racisme. Condensé en 17 minutes et commençant au milieu, « Stammering Forward Backward GIANT » met en ?uvre des structures de montage improvisées et percussives, image par image, afin de dérouler le film simultanément vers la conclusion du début et de la fin.


Les Leveque est un artiste média électronique basé à New York. Son travail a été exposé internationalement, notamment à la Biennale Whitney de New York (USA) en 2000, au Centre Georges Pompidou de Paris (France), au Museum für Neue Kunst ZKM de Karlsruhe (Allemagne), à l?Australian Centre for the Moving Image, au Museo de Arte Moderno de Buenos Aires (Argentine), au Laboratorio Arte Alameda de Mexico (Mexique), au Centre Culturel et de Coopération Linguistique de Bilbao (Espagne), aux Pacific Film Archives de Berkeley (USA), au Palm Beach Institute of Contemporary Art de Lake Worth (USA), au Hammer Museum de Los Angeles (USA) et au New Museum of Contemporary Art de New York (USA). Ses ?uvres ont été projetées notamment à la Transmediale de Berlin (Allemagne), au San Francisco International Film Festival, et au Sundance Film Festival. La Video Data Bank distribue ses vidéoprojections. Il est également représenté par KS Art à New York.

Catalogue : 2005Dramatically Repeating Lawrence of Arabia | Vidéo expérimentale | dv | couleur | 14:43 | USA | 2004
Les leveque
Dramatically Repeating Lawrence of Arabia
Vidéo expérimentale | dv | couleur | 14:43 | USA | 2004

Dramatically Repeating Lawrence of Arabia est un remix de l'orientaliste Laurence d'Arabie de David Lean en une dissonante hallucination de poses masculines répétées, costumes et gestes théâtraux.


Pendant la dernière décennie, Les LeVeque ont produit des ?uvres en vidéos où des structures des montage algorithmiques qui sont appliquées ont des médias de culture de masse, de films d'Hollywood, de publicités, de diffusions présidentielles et des auditions de publicités TV. Ces mots utilisent une utilisation impropre de la persistance de la vision et du phénomène de phi pour générer des hallucinations des sens, qui activent un espace aléatoire entre les images.

Catalogue : 2015Nine Hamlet RGB | Vidéo | hdv | couleur | 5:55 | USA | 2015
Les leveque
Nine Hamlet RGB
Vidéo | hdv | couleur | 5:55 | USA | 2015

Nine Hamlet RGB engages a simple algorithm to destabilize the timing of the red, green and blue frame sequential display system while incorporating fragmented, appropriated “to be or not to be” excerpts from nine Hamlet films. The audio is the synced sound from the appropriated excerpts laced with low frequency binaural tonal pulsations. The physicality of the constructed optical and aural experience is seeking a mechanism of unconscious disarticulation. The ghosting of colors, evanesent Hamlets, and somatic tones are looking for a “dream-work” that can be ciphered, displaced, or not.

Les LeVeque works with digital and analog electronic technology. His projects include single and multi-channel videos and video/computer based installations. His projects have been exhibited and screened internationally. Video Data Bank distributes his single-channel video work. He is represented by Kerry Schuss Gallery in New York City.

Boaz levin, adam kaplan
Catalogue : 2014Last Person Shooter | Vidéo | hdv | couleur | 11:42 | France | 2014
Boaz levin , adam kaplan
Last Person Shooter
Vidéo | hdv | couleur | 11:42 | France | 2014

Last Person Shooter examine a range of both human and mechanical modes of vision. By way of a series of historical scenes reconstructed as 3D architectural models, the historical context of machine vision and its underlying concepts are conjured. These models are explored by an invisible protagonist, embodying the familiar, yet antiquated aesthetic of a first-person shooter. The work opens with a reconstruction of the assassination of Ahmed Jabri, a Palestinian militant who was targeted by an Israeli drone in November 2012. The assassination was documented simultaneously both by Palestinian passersby and by the IDF’s drone, creating two parallel, conflicting narratives: these were then uploaded to Youtube and tweeted, in what was in effect a war of images. The video leads into a dreamlike digital desert, evoking the Cuban Missile Crisis and its significance for the development of satellite reconnaissance during the 1960s. The protagonist embodies a birds-eye view, exploring the blind spots and prejudices of such varying perspectives. Finally, the film concludes with a reenactment of a video shot by an American soldier in Afghanistan in a first-person perspective. The footage offers an immersive, bleak representation of 21st century warfare and its mediation.

Adam Kaplan is an artist, ­a graduate of the Fine Arts department in Bezalel Academy in Jerusalem and the Academy of Fine Arts Vienna. Born in Jerusalem, he currently lives between Montreal and Berlin where he is studied under Hito Steyerl as a guest student in the Universität der Künste. Boaz Levin is an artist and writer based in Berlin. He studied at the Bezalel Academy of Arts and Design in Jerusalem and under Hito Steyerl at the Universität der Künste in Berlin.