Catalogue > Liste par artiste
Browse the entire list of Rencontre Internationales artists since 2004. Use the alphabetical filter to refine your search.  update in progress  

Notice: A non well formed numeric value encountered in /homepages/19/d540700991/htdocs/site/en/cat/rech/_cat_1_art_rech.php on line 1084
Jeanne susplugas
Catalogue : 2013Iatrogène | Vidéo expérimentale | hdv | | 10:0 | France | 2013
Jeanne susplugas
Iatrogène
Vidéo expérimentale | hdv | | 10:0 | France | 2013

En 2006, Jeanne Susplugas commande un texte à l?écrivaine Marie Darrieussecq, lié à ses préoccupations. Marie Darrieussecq répond par un dialogue à trois, à la fois personnel, absurde, drôle et grinçant. Un des personnages a des malformations liées à la prise de Distilbène par sa mère pendant sa grossesse, comme l?écrivaine elle-même qui est par ailleurs l?image publique des enfants distilbène. Le film a été tourné au Café de Flore à Paris comme un hommage à la littérature et souligne le lien que l?artiste entretient avec celle-ci.


Jeanne Susplugas, née à Montpellier en 1974, vit à Paris. De la vidéo à la photographie, de l?installation au dessin, Jeanne Susplugas évolue dans un univers aussi séduisant qu?inquiétant avec comme préoccupations principales nos addictions et autres aliénations. Son travail a été exposé notamment au KW à Berlin, à la Villa Medicis à Rome, au Palazzo delle Papesse à Sienne, au Palais de Tokyo à Paris, au Fresnoy National Studio, au Musée d?Art Moderne de St Etienne, au Musée de Grenoble, à la Biennale d?Alexandrie et celle de Shangai, à Dublin-Contemporary ou Nuit Blanche à Paris. Ses films ont été présentés lors de festival tels Hors Pistes (Centre Pompidou, Paris), Locarno International Festival, Miami International Festival, Les Instants Vidéos à Marseille ou Les Rencontres Internationales Paris/Berlin/Madrid. Des articles lui ont été consacrés dans des revues et quotidiens tels Art Press, Art in America, New York Times, Le Monde, Le Figaro, Flash Art, L??il, Beaux-Arts Magazine, BT, Corona Boreal... Elle a bénéficié de plusieurs bourses de recherche dont celle du FIACRE (Délégation aux Arts Plastiques) pour travailler au Japon ou celle de la FNAGP et a effectué plusieurs résidences, notamment à Toronto au Canada, au Wyspa Institut of Art à Gdansk en Pologne et à Thaillywood en Thaïlande. Son travail est présent dans de nombreuses collections privées à travers le monde et publiques : FNAC (F) ; FRAC Haute-Normandie (F) ; FRAC Champagne Ardenne (F); Chocarro, Fundacio Vila Casas, Barcelona (S); Artothèques Lyon, Annecy (F) ; Musée du verre, Carmaux (F) ; Musée d?Art Contemporain, Sérignan (F) ; La Maison Particulière Art Center, Brussels (B); SONS Museum, Kruishoutem (B)?

Jeanne susplugas, alain declercq
Catalogue : 2008Plan Iode | | dv | couleur | 30:0 | France | 2008
Jeanne susplugas , alain declercq
Plan Iode
| dv | couleur | 30:0 | France | 2008

Convoquant les univers singuliers des deux artistes, le film "PLAN IODE" de Jeanne Susplugas et Alain Declercq, est une vision, énigmatique et anxiogène. Tous les cinq ans, la pharmacie des armées distribue à toutes les officines de France deux cartons réglementaires. Dans chaque cartons 40 boites. Dans chaque boite 8 comprimés de Chlorure de Potassium, un médicament qui vient fixer l`iode sur la thyroïde, remède vital en cas de problème nucléaire. Attaque ou incident, les radiations se foutent du contexte politique.... Les femmes et le enfants d`abord? : jusqu`à 2 ans, 1/4 de comprimé; 14 ans, 1/2 comprimé; les femmes enceintes, 1 comprimé et demi, les autres peuvent patienter, s`angoisser, se déchirer ou bien s`acheter au prix fort. Parce qu`au milieu d`une panique nucléaire, tout est permis. Le plus humaniste se précipitera en courant de son officine pour secourir au plus vite, le plus retors pourrait bien se dire qu`une affaire juteuse se présente à lui et qu`il serait temps de mettre cette précieuse marchandise en lieu sûr. Réalisé dans une vingtaine de pharmacies, ce film met en scène un déplacement de ces boites tant convoitées, laissant planer un doute quant à leur future utilisation. Par un système simple et efficace de panoramique dans les arrière-boutiques des pharmacies, ce film nous montre et nous cache à la fois "ce qu`il se passe"; entre fantasme apocalyptique et état des lieux des pharmacies d`aujourd`hui.


Jeanne Susplugas est née en 1974 à Montpellier, elle vit à Paris. Son travail a été montré au Musée d?Art Moderne de St-Etienne, au MOCCA et V-Tape de Toronto, au Kunstwerke de Berlin, à l?Institut d?Art de Wyspa à Gdansk en Pologne, au Palazzo delle Papesse de Sienne, au Fresnoy en France, au Musée d?Art du Guangdong à Canton, à la Biennale de Shangai, au Musée Ulrich d?art contemporain à Wishita, à la Villa Medicis de Rome, au Careof de Milan, à la Biennale d?Alexandrie en Egypte, au Korean Culture Service de New-York, au Ewha Art center de Séoul, au Center Soros à Kiev, aux Kunstverein de Nuremberg et Hambourg. Né en 1969, Alain Declercq vit et travaille à Paris. Il a exposé au Palais de Tokyo et au Musée d?art moderne à Paris et de Taipei, à la Gallery Vox de Montréal à Canada, à la Biennale du Caire et de Lyon, à la Transmediale de Berlin, à la Kunstverein de Stuttgart.

Eve sussman, simon lee
Catalogue : 2015No Food No Money No Jewels | Vidéo | 4k | couleur | 9:38 | USA | 2014
Eve sussman , simon lee
No Food No Money No Jewels
Vidéo | 4k | couleur | 9:38 | USA | 2014


Eve Sussman is a Brooklyn-based artist and filmmaker who works independently and collectively with her partner Simon Lee and Rufus Corporation, founded in 2003. Along with Rape of the Sabine Women, and 89 Seconds at Alcázar, that debuted at the Whitney Biennial, the company has collaborated on other projects including Yuri’s Office, and whiteonwhite:algorithmicnoir . Rufus Corporation’s works have been exhibited and screened internationally and are included in the collections of the Museum of Modern Art, New York; the Whitney Museum of American Art, New York; the Philadelphia Museum of Art, Philadelphia; The Margulies Collection, Miami; Fundación La Caixa, Barcelona; and Centro Galego de Arte Contemporáneo, Santiago de Compostela, Spain. whiteonwhite:algorithmicnoir was recently acquired for the permanent collection of the Smithsonian American Art Museum. Simon Lee works in photography, video and installation. His work is said to often be “a powerful metaphor for the random flow of history and a low tech formal tour de force” (Holland Cotter, New York Times). His 2010 film collaboration with Algis Kizys, Where is the Black Beast? (2010) was shown at the Sagamore Collection in Miami, Zebra Poetry Film Festival Berlin, IFC Center in New York, and was an official selection at the 2011 Rotterdam Film Festival. Together with Sussman, he co-founded the “Wallabout Oyster Theater,” a micro-theater space run out of their studios in Brooklyn. Lee has exhibited at the Brooklyn Museum of Art; The Berkshire Museum, MA; Roebling Hall, New York; the Moscow International Film Festival; Musée d’Art Contemporain de Montreal; Poznan Biennale, Poland; The Rotunda Gallery, Brooklyn NY; Tinguely Museum, Basel, Switzerland; Espace Paul Ricard, Paris, France; and The Whitney Museum of American Art, New York. In addition to founding the Wallabout Oyster Theatre, Lee + Sussman have been producing for Jack+Leigh Ruby, to ex-con artists who are now directing videos including: Car Wash Incident

Eve/simon sussman/lee, simon lee
Catalogue : 2018No food No money No jewels | Installation multimédia | hdcam | couleur et n&b | 0:0 | USA | 2017
Eve/simon sussman/lee , simon lee
No food No money No jewels
Installation multimédia | hdcam | couleur et n&b | 0:0 | USA | 2017

“No food…” is in post-production as a movie + as a multi-screen installation with each discrete chapter encountered within a built environment. The audience is introduced to a cyclical water-bailing machine: The Factory + the boss (“Rabbit”) in charge. Trials + tribulations ensue: in “That`s Easy Init” the boss interrogates the janitors (“Donkey1+2”) about their moonlighting. In Agent Provocateur two characters disguise themselves for nefarious purposes. “I Thought We Were Going to be Rich” tells the story of a failed burglary. In The Deposition “management” has morphed into prosecutor + council as the workers are questioned about an unsolved disappearance. Rabbit Recipes is a dance reverie + epilogue of sorts as the characters rejoice over a mutiny that results in cooking the boss.

Eve Sussman works with film, video and installation. Her work runs the gambit from small gauge analogue film and multi-camera surveillance operations to hi-def film/video productions. In an attempt to re-invent and push the envelope of the form much of her work experiments with narrative and addresses the question: “What is a movie?”. She often collaborates with performers, musicians and programmers, sometimes under the name Rufus Corporation. Rufus Corporation works include: 89 seconds at Alcazar, The Rape of the Sabine Women, whiteonwhite:algorithmicnoir and Yuri’s Office. Together with Simon Lee, Sussman co-founded the Wallabout Oyster Theatre, a micro theatre space in Brooklyn. Sussman and Lee are also as producing for Jack+Leigh Ruby, two reformed criminals, now making art. Sussman’s work has been shown in institutions and film festivals internationally. 89 seconds at Alcazar is in the collections of the MoMA, the Whitney and the Leeum–Samsung Museum in Seoul. whiteonwhite:algorithmicnoir is in the collection of the Smithsonian American Art Museum in Washington D.C.

Anocha suwichakornpong
Catalogue : 2007Graceland | Fiction | 35mm | couleur | 17:0 | Thaïlande | 2006
Anocha suwichakornpong
Graceland
Fiction | 35mm | couleur | 17:0 | Thaïlande | 2006

Une nuit à Bangkok, Jon rencontre une femme mystérieuse. Ensemble, ils se lancent dans un voyage sur une terre étrangère : le coeur humain.


Anocha Suwichakornpong est née en 1976 en Thailand, connue aussi sous le nom de "Mai", elle passa les années 90 en Angleterre où elle obtient ses BA et MA. En février 2006 elle est diplômée d'un MFA à la Columbia University de New York et le même mois, Anocha était présente au Berlinale Talent Campus. Son long métrage "The White Room" fut parmi les 15 scripts choisis pour participer à leur Script Clinic programme. En mai 2006, la thèse d'Anocha, "Graceland" fut le premier film court thaïlandais intégré à la selection officielle du Festival de Cannes (Cinéfondation). Elle s'apprête à réaliser une série de film court intitulée "Like. Real. Love". Elle travaille actuellement sur un autre long-métrage intitulé "Jao Nok Krajok" ( Le Moineau), qui a reçu le Hubert Bals Fund du International Film Festival de Rotterdam et est l'un des 25 projets retenus pour HAF ? Hong Kong Film Financing Forum 2007. Ancienne étudiante en Art et "civilisation", l'intérêt d'Anocha pour le film va plus loin que la considération de l'aspect visuel du médium. Elle voit le film comme un langage, avec ses propres codes et sa représentation. Quoiqu'il en soit, elle croit fermement que le cinéma d'exception peut transcender la barrière du langage dans tous les sens du terme. Un film ne peut avoir de sens que s'il contient la vérité et pas seulement la vérité cinématographique. En d'autres termes il se doit de traiter de la condition humaine.

Ondrej svadlena
Catalogue : 2007SANITKASAN | Animation | betaSP | couleur | 7:34 | Tchèque (Rép.) | 2007
Ondrej svadlena
SANITKASAN
Animation | betaSP | couleur | 7:34 | Tchèque (Rép.) | 2007

Sanitkasan est un court-métrage/oeuvre audiovisuelle, sur des êtres étranges venant de mondes interdépendants essayant d'échapper à l'inévitable. Le film explore de manière métaphorique une boucle d'évènement dans lesquels différentes entités sont enfermés dans leur actions se répétant sans cesse et il questionne le niveau de liberté dans la liberté de choix. C'est une gelée aigre-douce.


nouvelle bio: Ondrej Svadlena was born in Czechoslovakia on April 6th 1978. In 1984 he escaped on foot across the jugoslavian-austrian border with his mother and step-father. After waiting for 6 months in Austria they were granted political asylum in Canada. Ondrej had a peaceful childhood in Hull, Aylmer and Montreal in the province of Quebec until 1991 when he moved to Munich, Germany with his family. After his Bac in 1996, he moved to Bruxelles to study illustration and comics. In 1997 he moved to the Czech Republic to study film and television graphics at the Academy of Art Architecture and Design in Prague where he completed his studies with a Master of Art in 2003. As a fresh graduate he moved back to Montreal, and after a month of unsuccessful jobseeking, he ended up working as a construction/renovation worker. Since 2005, Ondrej Svadlena is back in Prague where he is employed as a 3D animator, and works on his personal projects in his spare time (often in the small village of Palcano in Italy). ***** Born 06.04.1978 in Benesov, Czechoslovakia 1984 Escape to Austria 1985 - 1991 Living in the province of Quebec, Canada 1991 - 1996 Living in Munich, Germany 1996 - 1997 Academie Royale des Beaux-Arts, Bruxelles, Belgium Department of Illustration and Comics 1997 - 2003 Academy of Art, Design and Architecture, Prague, Czech Republic Department of Film and Television Graphics. Professor: Jiri Barta 2003 Master of Arts 2003 - 2004 Construction and renovation work, Montreal, Canada from 2005 living and working in Prague Artist/3D animator/Director, Avion Postproduction, Prague, Czech Republic

Katherine sweetman
Catalogue : 2007Swimming with Rosemary | Documentaire | dv | couleur | 41:33 | USA | 0
Katherine sweetman
Swimming with Rosemary
Documentaire | dv | couleur | 41:33 | USA | 0

"Swimming with Rosemary" Rosemary et son copain vivait à la Nouvelle Orléans pendant la dévastation par la tempête Katrina. Ils décidèrent de rester à la Nouvelle Orléans pendant la tempête et ses conséquences. Après cinq jours paranoïaques à défendre leur maison, ils décidèrent de partir. Il n'y avait plus de courant, il y avait des explosions et des fusillades dans le quartier. Ils croyaient que l'armée bombardait le Superdôme pour arrêter les casseurs. Des rumeurs de conspiration et des rumeurs sortaient du quartier et il n'y avait pas de communication avec l'extérieur pour les arrêter. Croyant que leur vie était en danger, ils firent donc leur bagages, prirent quelques affaires, de l'eau, leur chiens et essayèrent d'évacuer. Ils trouvèrent un camion et conduisirent à travers les rues inondées de la Nouvelle Orléans. Ils durent se défendre des groupes de "zombies" essayant de leur voler leur camion, qui tomba finalement en panne sur une branche d'autoroute juste en dehors de la ville. Ils s'asseyaient là pendant un jour et une nuit en faisant du stop. Quand ils furent enfin pris, ils furent amenés dans un ranch aux alentours de Houston, Texas. Le ranch appartenait à un pasteur et il les convint que si ils voulaient passer la nuit ensemble il devraient se marier. Cela pourrait être une histoire romantique sauf pour le fait que cet homme, ce copain devenu mari, est un alcoolique abusif à tendance violentes Les deux ont été mariés dans ce camp de réfugié / "Christian Revival Ranch" par le pasteur environ une semaine et demi après que la tempête aie détruit leur maison, leur ville et la vie d Rosemary. Six mois après que la tempête Katrina nivela des quartiers de la Nouvelle Orléans, j'emmenai Rosemary et moi même retracer sa route d'évacuation, visiter son ancienne maison, et filmer un documentaire sur son évasion. Du moins c'est l'excuse que je lui donna, ma vrai motivation était de la convaincre de quitter ce mari abusif. J'avais entendu trop de mauvaises histoire a ce sujet et j'avais besoin de la voir. J'avais besoin de la convaincre qu'elle pouvait quitter son mari et que de le quitter était la seule chose a faire. Notre voyage a commencé à l'aéroport de la Nouvelle Orléans(Janvier 2006). Nous sommes arrivé à Bourbon Street et nous nous sommes retrouvées dans les même rôles que nous avions quand nous étions les meilleurs amis, au lycée et au début de l'université. Nous avons pris le Greyline Bus Katrina "Damage Tour" arrivèrent à son ancienne maison, avons pris la bretelle d'autoroute et avons parlé. Mais pour une raison, cela devenait incroyablement difficile de discuter de sa relation avec cet homme, devant la camera ou pas, et je me trouva à éviter le sujet et à me sentir mal à propos de toute l'idée. Je l'emmena à Houston et nous avons rendu visite au pasteur et sa famille. Nous avons vu l'église ou ils se sont mariés et l'estrade ou cela c'est passé. Le dernier jour je l'ai emmené voir un conseiller dans une dernière pauvre intervention.


My background centers on film studies, video, and experimental communications projects. As a result, my first year and a half of work at the Visual Arts Facility, UCSD, has produced three, very personal documentary films concerning my family, close friends, and myself. The issue then quickly became, why do I want to expose these very personal issues to the public? What is the human drive to do that type of act? My work has since become an investigation of that question. Beyond myself, why do others expose themselves to the public and what are the means through which we all do this?

Corin sworn, tony romano
Catalogue : 2016The Coat | Fiction expérimentale | 4k | couleur | 57:58 | Royaume-Uni | 2016
Corin sworn , tony romano
The Coat
Fiction expérimentale | 4k | couleur | 57:58 | Royaume-Uni | 2016

The Coat loosely adapts Aristophanes’ The Birds from the Athens of 414 BC to contemporary Calabria. Here the two people who leave their home looking for a better life are a young man and his daughter arriving from Albania in search of a swimming coach who fled the collapse of Communism in the 1990s. They search for the coach among Italy’s Arboresh community, descendants of an earlier Albanian exodus of the 1450s. Along the way the pair intercept two actors touring the rural south in an attempt to resuscitate the long dead street hero Punchinella. Here histories are invoked only to be folded in on themselves and diffused back through the Calabrian landscape. The characters, naive to the terrain that surrounds them rely predominantly on cartographies of their own desire while the birds fly overhead taunting their imprudence. Co written with, and employing professional and amateur actors, The Coat’s itinerant figures don’t so much drive narrative as walk it slowly along.

CORIN SWORN was born in London, England, and raised in Toronto. She studied psychology and integrated media before earning her master’s at the Glasgow School of Art. Sworn has exhibited internationally, including at the Whitechapel Gallery, Tate Britain, the National Gallery of Canada, and the 2013 Venice and Sydney Biennials. Her film work has appeared at Rotterdam Film Festival and the Centre Pompidou. TONY ROMANO was born in Toronto and earned his B.F.A. from the Emily Carr Institute of Art and Design. His film installations have been exhibited internationally, with solo and group shows at MoMA, Night Gallery in Los Angeles, Articule in Montreal, Kulturhuset in Stockholm, and MOCCA and The Power Plant in Toronto.

Telco systems, longina
Catalogue : 2005Oidar | Vidéo expérimentale | dv | noir et blanc | 2:0 | Pays-bas | 2005
Telco systems , longina
Oidar
Vidéo expérimentale | dv | noir et blanc | 2:0 | Pays-bas | 2005

Oidar (2`, 2004) Film numérique, réalisé spécialement pour le DVD "Cronica 021-2005" : "Can I have 2 minutes of your time?". Images de Telcosystems Son par Longina


Telcosystems Lucas van der Velden et Gideon Kiers sont les membres fondateurs de Telcosystems. Lucas van der Velden (né en 1976 à Eindhoven) vit et travaille à Rotterdam. Gideon Kiers (né en 1975 à Amsterdam) vit et travaille à Rotterdam et Reykjavik. Ils ont tous les deux étudié à l'Interfaculté Image et Son, un département du Conservatoire Royal et de la Royal Academy à La Haye. Ils lancèrent Telcosystems en 2001 pour explorer de nouveaux modes d'expression audiovisuelle. Ils sont également fondateurs de 0010, minuszero, D:U:M:B et DLF, et sont membres de l'équipe de conservateurs du Sonic Acts festival à Amsterdam.

Mika taanila
Catalogue : 2016Mannerlaatta | Fiction expérimentale | 35mm | noir et blanc | 73:13 | Finlande | 2016
Mika taanila
Mannerlaatta
Fiction expérimentale | 35mm | noir et blanc | 73:13 | Finlande | 2016

A camera-less lettrist film about fear of flying, security checks and time zones. After returning from a trip to Tokyo, the protagonist is stuck at a hotel nearby the Helsinki airport. The use of various technical devices, slivers the time-management and modifies the jet-lagged consciousness.

Mika Taanila (s. 1965) is a filmmaker and visual artist based in Helsinki, Finland. He works with documentaries, experimental film and visual arts. Human engineering, utopias, failures and man-machines are recurring themes in his films and installations. Taanila’s works have been shown at major international group shows, such as Aichi Triennale (2013), dOCUMENTA (2012), Shanghai Biennale (2006), Berlin Biennale (2004), Manifesta (2002) and Istanbul Biennial (2001). Solo shows include the Museum of Contemporary Art Kiasma in Helsinki (2013’14), Contemporary Art Museum St. Louis (2013), TENT, Rotterdam (2013) and Galleria Heino, Helsinki (2010). Taanila’s short films have been screened altogether at more than 300 international film festivals and special events. In 2015, Taanila was awarded with the prestigious Ars Fennica Award, the biggest Finnish art award.

Theodore tagholm
Catalogue : 2009Conversations with Walt Whitman | Fiction expérimentale | | couleur | 5:50 | Royaume-Uni | 2009
Theodore tagholm
Conversations with Walt Whitman
Fiction expérimentale | | couleur | 5:50 | Royaume-Uni | 2009

Conversations with Walt Whitman explores belief and its context. Through flickering lights and morse code Walt Whitman has got in touch from beyond the grave to recite poetry to our protagonist. It turns out the Walt had previously got in touch with his grand mother with a spirit writer. Is he really in touch or is this some form of escape from the banalities of suburban existence.

Theodore Tagholm is an artist based in London. Working primarily in video he was recently shortlisted for the Jerwood Moving Image Awards.

Catalogue : 2009Turner came to me in a dream and told me cyprien g | Vidéo | | couleur | 1:29 | Royaume-Uni | 2009
Theodore tagholm
Turner came to me in a dream and told me cyprien g
Vidéo | | couleur | 1:29 | Royaume-Uni | 2009

Catalogue : 2014Plain Sight | Vidéo | hdv | couleur | 1:29 | Royaume-Uni | 2013
Theodore tagholm
Plain Sight
Vidéo | hdv | couleur | 1:29 | Royaume-Uni | 2013

Hiding in plain sight, the photograph skims across the skin of reality. The work plays with the surface of the photographic image. Looking at how perceptual attention affects the surface of the image, revealing fractures on the infra slim surface.

Theodore Tagholm is a London based artist who has been working with time based media for over 15 years. Trained at Chelsea School of Art and Middlesex University.

Naoko takahashi
Catalogue : 2005Good Morning At Night | Doc. expérimental | dv | couleur | 10:46 | Japon | Emirats arabes unis | 2005
Naoko takahashi
Good Morning At Night
Doc. expérimental | dv | couleur | 10:46 | Japon | Emirats arabes unis | 2005

Il y a tellement d'hommes qui restent là dans les rues du centre ville. Ils sont là pour travailler et envoyer de l'argent chez eux, à leurs familles. Il y a une place où ils attendent une opportunité de travail pour la journée. Le soir, ils se retrouvent et bavardent, buvant du thé et jouant aux cartes. Aucune femme ne se promène seule la nuit. Si vous marchez seul dans la ville la nuit, si vous ne portez pas un certain type de vêtements, vous pourriez être traité comme quelqu'un du bas de l'échelle sociale. Vous pourriez facilement vous égarer, vous embrouiller, vous retrouver isolé et humilié. Le film a été tourné en mini DV, en couleur - voice over en anglais et sous-titres arabes.


Artiste travaillant avec le texte, les médias contemporains, les installations et l'art vivant, elle vit à Londres. Elle est née à Nigata, Japon, en 1973. Depuis qu'elle est venue vivre au Royaume-Uni en 1992, Takahashi utilise sa seconde langue et vit entre deux cultures. Ses oeuvres s'intéressent à la notion de dispersion, de relocalisation, de l'appartenance à un pays étranger et de représentation dans une société multiculturelle et multi linguale, et aux notions d'identité nationale et individuelle. Au cours de ces dernières années, elle s'est intéressée aux oeuvres spécifiques aux lieux et cultures, qui s'engagent auprès des lieux et personnes des alentours. Takahashi expose ses oeuvres d'art et donne des représentations live lors de divers événements au Royaume-Uni et à l'étranger. En plus des précédents artistes en résidence, elle a récemment participé au Sharjah Biennial 7?s Artist-In-Residence-program. Ses oeuvres vidéo ont été sélectionnées et projetées lors de nombreux festivals internationaux, notamment le 24e Festival international du court-métrage de Uppsala, Suède, au "About Time Nordyllands Kunstmuseum", Danemark, et le Beck`s Futures 2 film & Video UK and BBC British Short Film Festival 2000.

Pilvi takala
Catalogue : 2008Kuuluttaja | Vidéo | | couleur | 5:50 | Finlande | 2007
Pilvi takala
Kuuluttaja
Vidéo | | couleur | 5:50 | Finlande | 2007

Ho tam
Catalogue : 2005In the Dark | Vidéo expérimentale | dv | noir et blanc | 6:0 | Canada | 2004
Ho tam
In the Dark
Vidéo expérimentale | dv | noir et blanc | 6:0 | Canada | 2004

Réalisée l?année suivant l?épidémie de SRAS, la vidéo reprend des images publiées par les médias de Toronto. Pour mémoire, Toronto (Canada) a été la seule ville non asiatique affectée par l?épidémie. La ville était stigmatisée par quelques cas isolés ayant eu pour point de départ un transporteur de retour d?Asie. Au travers de photographies en noir et blanc elles-mêmes rephotographiaient, tout ce que nous voyons est la noirceur d?un temps passé, une ville qui subit une attaque, des politiciens qui cherchent à réconforter, des habitants vivant dans la peur, la méfiance, la paranoïa et la honte. Qu?y a-t-il à tirer de ces quelques mois qui ont paru durer une éternité ? Comme si nous étions revenus à l?âge des ténèbres, dans un temps où nous pensions que nous n?en ressortirions jamais. La vidéo, en faisant référence aux faiblesses de la nature humaine, soulève indirectement le problème de l?attention des médias dans un monde que nous avons créé. Si les medias sont le message, la vidéo pose la question de ses partis pris et de sa véracité. Afin de recréer cette époque troublée, les images dégradées et médiatisées et le son se répondent l?un l?autre pour exprimer le doute, le dégoût et le sentiment d?approcher un état d?abjection. Le projet a été tourné en lumière faible et avec un caméscope familial. Il en résulte des signaux instables que le caméscope est destiné à détecter et à capter (sans succès dans ce cas). Dans cette démarche, la vidéo suit pratiquement le même processus scientifique médical que la guerre bactériologique. Utilisant la vidéo dans la production mais en faisant également référence aux langages des films expérimentaux, ?In the dark ?, rend hommage au cinéaste d?avant-garde Stan Brakhage (1933-2003), décédé lors de l?apparition du SRAS.


Ho Tam est né à Hong Kong et a fait ses études à Toronto, au Canada. Il a travaillé dans la publicité et dans des dispensaires psychiatriques avant de se consacrer à l?art. Il exerce dans différentes disciplines telles que la peinture, la vidéo, la photographie, l?édition et l?art public. Il a exposé dans différentes villes en Amérique du Nord. Sa première vidéo, « The Yellow Pages » est une commande du groupe d?art public PUBLIC ACCESS pour une installation/projection à la Union Station, la gare de Toronto en 1994/1995. Depuis lors Tam a produit plus de 15 vidéos expérimentales. Son travail est présenté dans l?exposition itinérante « Magnetic North : Canadian Experimental Video » organisée par le Walker Art Center du Minnesota. Tam enseigne à l?université de Victoria. Il est diplômé du Whitney Museum Independent Studies Program du Bard College (MFA) et a bénéficié de diverses bourses d?études et de recherche

Marion tampon-lajarriette
Catalogue : 2006Une Histoire déjà racontée | Vidéo expérimentale | dv | couleur | 6:0 | France | 2005
Marion tampon-lajarriette
Une Histoire déjà racontée
Vidéo expérimentale | dv | couleur | 6:0 | France | 2005

Mon activité consiste essentiellement à réinvestir des grands films, très présent dans notre mémoire collective, en intervenant sur l`unité de leur image ou de leur déroulement temporel (ici: substituer et ré-enregistrer entièrement la bande son originale, faire se rencontrer les deux seconds rôles féminins, demeurer dans un lieux en dehors de l`action..) J`essaie, dans ce cadre bien défini du film existant, d`ouvrir d`autres espaces-temps possibles, d`autres logiques, dans les interstices même de sa progression narrative. Trouver d`autres voies par lesquelles entrer et naviguer à l`intérieur d`un récit donné: des chemins qui ressembleraient davantage à celui du ?flâneur?, qui avance sans but prédéfini dans un Univers sans ordre ni sens, sans repère ni limite. Une activité de réappropriation qui s`appuie donc d`abord sur ma position de ?récepteur" en réaction à un "Cinéma de Grands Récits" donnant à voir une représentation très puissante du Monde comme territoire ordonné, hiérarchisé, où l`on distingue encore le Bien du Mal, le Vrai du Faux, où il existe un sens unique à l`Histoire (figure du héros, du destin,du scénario..). Ici les protagonistes eux-même explorent la fiction comme la vie: à tâton, car il n`y a pas une voie unique mais une infinité de possibles..


Marion Tampon-Lajarrirtte est née quelque part dans les années 80. Ailleurs elle a suivi des études artistiques à la Villa Arson. Autre part elle a entreprit un ensemble de portraits vidéo éloquents et de cartes postales muettes, avec l`appui d`une bourse du Medialab-Centro Cultural Conde Duque. Plus loin elle poursuit des études à l`école des Beaux Arts de Lyon et sous d`autres latitudes un master Nouveaux Media à l`HEAA genevoise. Elle filme ou se réapproprie des films, écrit ou recoupe, photographie ou recadre.

Fiona tan
Catalogue : 2007A Lapse of Memory | Vidéo expérimentale | 35mm | couleur | 27:10 | Indonésie | Pays-Bas | 2007
Fiona tan
A Lapse of Memory
Vidéo expérimentale | 35mm | couleur | 27:10 | Indonésie | Pays-Bas | 2007

Henry, un vieil homme qui n'a plus toute sa tête, vit seul dans un immeuble désert qui ressemble beaucoup à un palais. Il n'est pas sorti depuis des années et passe ses journées hors du temps, dans un exil volontaire pour échapper au reste du monde. La caméra filme sa routine quotidienne et ses rituels soignés mais excentriques. Il ressemble beaucoup à l'immeuble qu'il occupe. Henry n'est pas le seul personnage du film. Le second personnage est le bâtiment lui même : le Royal Pavilion à Brighton (Royaume-Uni).


Fiona Tan est née en 1966 en Indonésie et vit aux Pays-Bas. Elle a étudié à la Rietveld Academie et à la Rijksakademie d'Amsterdam. Ses travaux ( films, installations vidéos, photographies) sont reconnus dans le monde entier et ont notamment été présentés à la Biennale de Venise, à la Documenta 11, à la Triennale de Yokohama, à la biennale de Berlin, à la biennale d'Istanbul et à la biennale de Sydney. Ses oeuvres font partie des collections de la Tate Modern, du Stedelijk Museum d'Amsterdam, de la Don Rubell, du Schaulager et de la Goetz Sammlung.

Ryan tan
Catalogue : 2007Yesterday's Play | Film expérimental | 16mm | couleur | 5:0 | Singapour | 2006
Ryan tan
Yesterday's Play
Film expérimental | 16mm | couleur | 5:0 | Singapour | 2006

Et si chaque journée était juste une répétition pour la suivante? Seriez-vous satisfait de l'état des choses? Vous remettez en cause un système, mais fonctionne-t-il pour vous? Les routines et leur valeur. Nous combattons cela chaque jour.


Tsuneko taniuchi
Catalogue : 2005Marianne Tsuneko /Tsuneko Marianne | Art vidéo | dv | couleur | 3:50 | France | 2002
Tsuneko taniuchi
Marianne Tsuneko /Tsuneko Marianne
Art vidéo | dv | couleur | 3:50 | France | 2002

Micro-événement n°18 /Marianne Tsuneko /Tsuneko Marianne : La vidéo a été réalisée lorsque de performance de "Marianne Tsuneko / Tsuneko Marianne", à Window, Paris, 2002 J`étais dans la vitrine de "Window", habillée d?un T-shirt blanc sur lequel était écrit "Marianne", au recto, et Tsuneko, au verso. Au lieu du bonnet phrygien, je portais une perruque rouge et j?avais mis des bottes bleues. Sur le mur, derrière moi, était accroché le drapeau français. Et je dansais sur "La Marseillaise". Dans la rue, il y avait des passants et le public de l?exposition Profession de foi artistique qui avait eu lieu pendant la période des élections présidentielles, avant le 27 avril 2002.


Artiste plasticienne,française d`origine japonaise, elle est née à Hyôgo au Japon. Elle vit et travaille à Paris depuis 1987 explorant les arts visuels, notamment la performance interactive, nommée "Micro-événement". Elle crée également des vidéos, des installations et des photographies. Par ses Micro-événements, Tsuneko Taniuchi s`attache donc à figurer le conditionnement social, le statut d`exclu, la condition féminine et les natures des échanges contemporains.

Julian tapprich
Catalogue : 2012Coming Soon | Vidéo | hdv | couleur | 7:30 | Suisse | Autriche | 2011
Julian tapprich
Coming Soon
Vidéo | hdv | couleur | 7:30 | Suisse | Autriche | 2011

Julian Tapprich?s video work Coming Soon is based on the trailer for Michael Haneke?s film, ?La pianiste (The Piano Teacher)?. Tapprich examines the referentiality of trailers. The trailer to "La pianiste" does not only refer to a story but also contains a self-referential element. In a scene with a Schubert soundtrack the pianist (Isabelle Huppert) announces a letter which arrives immediately and is once again read out to her. Tapprich picks up this closed circuit: the letter is repeatedly announced and continually extended by new literary texts. By mixing the literary texts with those of the trailer the mood and tone of voice of the narrator are in a state of permanent change ? a form of disassociation that refers to the abbreviated nature of image, text and sound in trailers.

Julian Tapprich, born 1982 in Zurich, Switzerland. Since 2003 studies of comparative literature in Vienna and Paris. Since 2007 studies of photography at the university of applied arts in Vienna.

Paul tarragÓ
Catalogue : 2006Paul and the Badger - Episode 1 | Fiction | dv | couleur | 11:15 | Royaume-Uni | 2005
Paul tarragÓ
Paul and the Badger - Episode 1
Fiction | dv | couleur | 11:15 | Royaume-Uni | 2005

Un souvenir que Badger avait réprimé durant toutes ces années refait surface à la vision d´un squelette d´étude, ce qui le pousse à exiger de son ami Paul des réponses plutôt délicates à des questions toutes aussi délicates sur la vie, la mort et les sacrifices personnels. "The Badger series" (2005-2006) est constitué de quatre épisodes qui imitent un programme télé, et qui contient à parts égales: morale et jeu narratif, qu´un cinéaste expérimental s´est efforcé de présenter comme un divertissement d´enfant. Site internet du projet: www.wemakeourowntv.com


Paul Tarragó est un artiste et réalisateur vidéo, qui travaille dur sur les images en mouvement au Sud de Londres. Son travail? Un mélange d´expérimentation alternative et de méta-fiction, qui tient du langage filmique mais qui tire également vers le narratif. On peut fréquemment voir son travail sur le circuit international, ce qui inclut des récentes projections à l'"European Media Art Festival", "ArtSway Gallery" et le "New York Underground Film Festival". Ses oeuvres seront présentes lors de la tournée EMAF 2006/2007. Il est également un activiste depuis 13 ans au sein d´Exploding Cinema, un collectif dirigé par des artistes et qui se consacre à des projections libres d´accès ainsi que des méthodes d´exposition alternatifs. Lorsqu´il ne travaille pas sur ses oeuvres, l´artiste gagne sa vie en enseignant.

Catalogue : 2007Paul and the Badger - Episode 2 | Art vidéo | dv | couleur | 9:30 | Royaume-Uni | 2006
Paul tarragÓ
Paul and the Badger - Episode 2
Art vidéo | dv | couleur | 9:30 | Royaume-Uni | 2006

"Badger and the Squirrel" présente le monde à travers un objectif. La série des Badgers (2005-6) est composée de quatre épisodes d'une fausse émission de télévision, mêlant enseignement moral et jeu narratif, menée par un réalisateur expérimental endossant le costume d'amuseur d'enfants.


Le réalisateur vit dans le sud de Londres. Il travaille sur les images en mouvement. Son oeuvre est un mélange d'expérimentation underground et de métafiction, qui bouleverse le langage filmique tout en s'efforçant de garder la maîtrise du récit.

Thomas taube
Catalogue : 2014Dark Matters | Fiction expérimentale | hdv | couleur | 19:15 | Allemagne | 2014
Thomas taube
Dark Matters
Fiction expérimentale | hdv | couleur | 19:15 | Allemagne | 2014

The Film is based on interviews with questions considering the night, which were held with night watchmen in Tokyo, Moscow, Kabul, Tirana, Yaoundè, St. Louis, Monterey and Teheran. Actor Lars Rudolph plays a character who is trapped or saved in a zone were the relation between inner and outer space is uncertain.

I started my studying career in 2007 when I got enrolled to the Humboldt-University in Berlin to start theology. But since my wish to become an artist was stronger than to get educated as a theological philosopher I applied parallel to the beginning of the theological study at the Academy of Visual Arts in Leipzig where I got accepted and where I started in 2008. From 2008 to 2010 at the Basic Study with Prof. Christin Lahr, from 2010 to 2013 during my main study period in the class of Prof. Günther Selichar. I participated in various group-exhibitions and gained different stipends such as a production grant by the Austrian National Television (ORF III). My film "Sorry that I asked" was broadcasted nationwide,in May 2013. In 2013 Prof. Clemens von Wedemeyer started his professorship at the Academy of Visual Arts Leipzig and I continued my Study in his class (Class-Name: expanded cinema). In July 2014 I graduated with my diploma including a honour distinction. Since 2010 I am additionally a guest student in the class of Prof. Candice Breitz at the HBK Braunschweig. I was born the 19th of April, 1984 in Munich. After my school career I got educated as a graphic designer.

Catalogue : 2015THE NARRATOR | Fiction expérimentale | 4k | couleur | 5:46 | Allemagne | 2015
Thomas taube
THE NARRATOR
Fiction expérimentale | 4k | couleur | 5:46 | Allemagne | 2015

A narration is a narrative of fictitious events. A narration is a fictional memoir of non- fictional events. A narration is the mental order of fictional and non- fictional events in a comprehensible way for the individual order. What elements are necessary to form a story? What things need to be in a narration and if they are, in which order. Of which degrees of importance does the events has to be to find their place in our memories? The work NARRATION consists of six different scenes which thematise and build the different aspects and essential parts which together form a narration. The Setting | The Approach | The Past | The Narrator | The Event| The Construct The work NARRATION will be a concept based film and be released March 2016. It will consists of six different settings and narrations which together, in concept, form one story and give the work it‘s title. The Narrator will be the Epilog of the Film NARRATION.

Thomas Taube is young german video artist who is living and working in Leipzig. He studied from 2008 to 2014 at the Academy of Visual Arts (HGB) Leipzig and graduated at Prof. Clemens von Wedemeyer with an honour distinction. He is currently a Meisterschüler of Clemens von Wedemeyer. His video works are concept-based films which question obvious and seemingly self-evident circumstances of our daily lives, such as the night in "Dark Matters" (2014) or Television in "Sorry that I asked" (2013). Thomas Taube has released his first book "Das Surren der Bildmaschine" (2015) at Spector Books, Leipzig.

Catalogue : 2016Narration | Fiction expérimentale | 4k | couleur | 45:19 | Allemagne | 2016
Thomas taube
Narration
Fiction expérimentale | 4k | couleur | 45:19 | Allemagne | 2016

NARRATION links issues of social relevance, such as the systematic exploitation of workers on arab building sites, with questions of awareness and the perception of (constructed) narratives in our everyday lives. Different languages and associated concepts – such as imagination and seeing – are interleaved into a well arranged field of associations. In Taube`s work the "flow of images" becomes a symbol for the flux of visual concepts and the impossibility of them ever coming to a halt. The impact of the film is also due to the performance of its protagonists, who, at times far from playing a role, represent and reflect their own actions: the actor comes to represent the narrator on a stage.

Thomas Taube is a German video artist who is living and working in Leipzig. He studied from 2008 to 2014 at the Academy of Visual Arts (HGB) Leipzig and graduated from Prof. Clemens von Wedemeyer class with an honourable distinction. He is currently a „Meisterschüler“ of Clemens von Wedemeyer. From June until December 2016 Taube was resident at the ISCP in New York. The residency was sponsored by the Cultural Foundation of the Free state Saxony (KDFS). His video works are concept-based films which question obvious and seemingly self-evident circumstances of our daily lives.