Catalogue > Liste par artiste
Browse the entire list of Rencontre Internationales artists since 2004. Use the alphabetical filter to refine your search.  update in progress  
Muzi quawson
Catalogue : 2013Doll Parts | Film expérimental | 16mm | couleur | 9:47 | Royaume-Uni | USA | 2012
Muzi quawson
Doll Parts
Film expérimental | 16mm | couleur | 9:47 | Royaume-Uni | USA | 2012

?Doll Parts" is a moving portrait shot on 16mm film which explores the nature of identity through exploring the lives of two young musicians. Filmed against the cinematic backdrop of Los Angeles, "Doll Parts" pays homage to the traces of Americana which still exist on the fringes of its modern culture. China Morbosa, the film`s central character personifies a presence of the heroes of the late 1970s punk rock movement and the free spiritedness reminiscent of the Beat and Hippie generations.

Muzi Quawson (1978, London, UK) is a British photographer whose characteristic cinematic style reflects her love for American subculture which stems from the New Wave American Cinema from the 1970s. Quawson`s practice explores the lives of real people who are situated on the fringes of mainstream society, and she sets out to explore their everyday lives by producing works which explore their construction of self with using the mediums of photography and the moving image. Muzi Quawson studied at KIAD in Rochester, Kent and the Royal College of Art in London and to date, her work has been featured at the Bloomberg New Contemporaries, Manchester; Tate Triennial 2006, the Barbican Art Gallery, London and the GANA Art Centre Seoul. Solo Exhibitions include the Annet Gelink Gallery in Amsterdam and the Yossi Milo Gallery in New York. Her work has also recently been screened at the IDFA, International Film Festival Rotterdam and the Edinburgh International Film Festival.

Truong que chi, do van hoang
Catalogue : 2013Black sun | Fiction | hdcam | couleur | 12:55 | Viet nam | 2012
Truong que chi , do van hoang
Black sun
Fiction | hdcam | couleur | 12:55 | Viet nam | 2012

?Soleil Noir? est le nom d?une chanson de rock qui exprime le pessimisme de la jeunesse de la République du Sud-Vietnam, avant l?unification du pays en 1975. En 2012, des jeunes fredonnent encore cette chanson. « Soleil Noir » ne fait rien d?autres que de décrire un couple de jeunes à la dérive dans la jungle urbaine de la plus grande ville du Vietnam.


Née en 1987 à Hanoi, Truong Que Chi poursuit des études cinématographiques à l?université Lyon 2 et l?université Paris 3 Sorbonne Nouvelle. Elle utilise souvent les médias audiovisuels dans ses projets artistiques et s?intéresse à l?exploration au croisement de fiction et de réalité, du passé et du présent. Ses ?uvres exposent souvent une vision critique de la société vietnamienne actuelle. « Soleil noir » est son premier court-métrage de fiction.

Catalogue : 2018Drowning Dew | Fiction expérimentale | hdv | couleur | 38:0 | Viet nam | 2017
Truong que chi , do van hoang
Drowning Dew
Fiction expérimentale | hdv | couleur | 38:0 | Viet nam | 2017


Biography of Truong Que Chi and Do Van Hoang : 1/ Truong Que Chi : Truong Que Chi is a filmmaker, artist and curator based in Hanoi. Her personal practice examines the spectacle of the everyday violence in Vietnam. She is currently a curator of Nhà Sàn Collective and also a film lecturer at the Hanoi University of Theatre and Cinema. Her works have been featured at various local and international film festivals, exhibitions, and symposiums including among others Asian Film Focus 2017: Time Machine, Objectifs- Centre for Photography and Film (Singapore); Skylines with flying people 3, NSC (Vietnam); South by Southeast. A Further Surface, Times Museum (China); Oberhausen International Film Festival (Germany), Torino Film Festival (Italy). Truong Que Chi graduated with a Master’s degree in Film Studies from University of Paris III: Sorbonne Nouvelle. 2/Do Van Hoang : Đỗ Văn Hoàng (1987) graduated from the University of Theatre and Cinema at Hanoi. Some of his works include: “Underneath it All” (documentary, 17m), “At Water’s Edge” (documentary, 17m), “A Film on Sofa” (short film, 17m), “A Silent Shout” (short film, 20m), “False Brillante” (short film, 22m), “Drowning Dew” (a collaboration with Art Labor Collective, co-director with Trương Quế Chi). His works have been shown at Hanoi Docfest, Yamagata Film Festival, Centre Pompidou, Times Museum.

Truong que chi
Catalogue : 2013Black sun | Fiction | hdcam | couleur | 12:55 | Viet nam | 2012
Truong que chi
Black sun
Fiction | hdcam | couleur | 12:55 | Viet nam | 2012

?Soleil Noir? est le nom d?une chanson de rock qui exprime le pessimisme de la jeunesse de la République du Sud-Vietnam, avant l?unification du pays en 1975. En 2012, des jeunes fredonnent encore cette chanson. « Soleil Noir » ne fait rien d?autres que de décrire un couple de jeunes à la dérive dans la jungle urbaine de la plus grande ville du Vietnam.


Née en 1987 à Hanoi, Truong Que Chi poursuit des études cinématographiques à l?université Lyon 2 et l?université Paris 3 Sorbonne Nouvelle. Elle utilise souvent les médias audiovisuels dans ses projets artistiques et s?intéresse à l?exploration au croisement de fiction et de réalité, du passé et du présent. Ses ?uvres exposent souvent une vision critique de la société vietnamienne actuelle. « Soleil noir » est son premier court-métrage de fiction.

Catalogue : 2018Drowning Dew | Fiction expérimentale | hdv | couleur | 38:0 | Viet nam | 2017
Truong que chi
Drowning Dew
Fiction expérimentale | hdv | couleur | 38:0 | Viet nam | 2017


Biography of Truong Que Chi and Do Van Hoang : 1/ Truong Que Chi : Truong Que Chi is a filmmaker, artist and curator based in Hanoi. Her personal practice examines the spectacle of the everyday violence in Vietnam. She is currently a curator of Nhà Sàn Collective and also a film lecturer at the Hanoi University of Theatre and Cinema. Her works have been featured at various local and international film festivals, exhibitions, and symposiums including among others Asian Film Focus 2017: Time Machine, Objectifs- Centre for Photography and Film (Singapore); Skylines with flying people 3, NSC (Vietnam); South by Southeast. A Further Surface, Times Museum (China); Oberhausen International Film Festival (Germany), Torino Film Festival (Italy). Truong Que Chi graduated with a Master’s degree in Film Studies from University of Paris III: Sorbonne Nouvelle. 2/Do Van Hoang : Đỗ Văn Hoàng (1987) graduated from the University of Theatre and Cinema at Hanoi. Some of his works include: “Underneath it All” (documentary, 17m), “At Water’s Edge” (documentary, 17m), “A Film on Sofa” (short film, 17m), “A Silent Shout” (short film, 20m), “False Brillante” (short film, 22m), “Drowning Dew” (a collaboration with Art Labor Collective, co-director with Trương Quế Chi). His works have been shown at Hanoi Docfest, Yamagata Film Festival, Centre Pompidou, Times Museum.

Rita quelhas
Catalogue : 2018A Minha Juventude | Fiction | 0 | couleur | 26:35 | Portugal | 2017
Rita quelhas
A Minha Juventude
Fiction | 0 | couleur | 26:35 | Portugal | 2017

In a teenage room, in some other time, somewhere in the 60`s in Portugal, is a young 16 year old girl that lives and breaths in there, accompanied by a 1 year old baby that crawls through the carpeted floor - her son. Only in this room can the young girl exist and dream, distant from the life she hears coming from the building`s backyard while she tries to escape from the presence of the baby, the reason of her confinement.

RITA QUELHAS Born in 1994 in Lisbon, Portugal. Graduated in Directing by Escola Superior de Teatro e Cinema (Lisbon Theatre and Film School) in 2015. She directed two short films: “Uivo”/“Howl” (DocLisboa `14, Panorama 2015, Montanha Pico Festival) and "A Minha Juventude"/ “My Youth” (IndieLisboa 2016, FILMADRID 2017 - Best Film Award from Young Jury, FEST - Honourable Mention National Prize). Quelhas interest in cinema manifests itself through essay writing as well. In 2017, her three-part essay “The Gaps and Detours in Madame De...” was published in the online Canadian magazine Offscreen. Besides directing her own films, she focuses in working with other directors in the editing department, such as Salomé Lamas or Ana Pérez-Quiroga and, in the direction department, with Marco Martins. Currently, Quelhas also works for the Portuguese theatre company Arena Ensemble, as assistant director and video assistant to Beatriz Batarda and Marco Martins.

Albert quesada
Catalogue : 2006Solo on Bach | Vidéo expérimentale | dv | couleur | 14:0 | Espagne | Belgique | 2005
Albert quesada
Solo on Bach
Vidéo expérimentale | dv | couleur | 14:0 | Espagne | Belgique | 2005

Le morceau de musique connu aujourd'hui comme le "Goldberg Variations" a été publié en 1742 sous le nom de "Keyboard practice". Comme son nom d'origine l'indique, ce sont des partitions de musique à répéter. Dans cete performance solo, plusieurs espaces et mouvements de partitions ont été créés dans l'intention d'être pratiqués avec une bande son spécifique. La partition sonore proposée consiste en des chutes d'un enregistrement des Goldberg Variations, 1955 de Glenn Gould. La musique est présentée en même temps que l'artiste. Ils font un parcours parallèle à travers le morceau, ayant un dialogue constant et discontinu, changeant l'approche de ce qu'il en est de la perception. Ces approches différentes sont nourries par la partition sonore, qui a non seulement la musique mais aussi son propre dialogue. Les textes, les mots vrais d'un corps humain peuvent être aussi riches dans leur complexité qu'une partition de musique. Les sons informent et indiquent le vocabulaire de la danse d'une façon particulière. Glenn Gould à ses débuts en tant qu' artiste a choisi de jouer Bach d'une façon très personelle. Ici, le danseur, l'artiste, choisit de se présenter dans une certaine tenue qui n'est pas, à première vue, normale. Ce solo est un exercice de performance solo. Bach et Glenn Gould dirigent.


Albert Quesada est né à Barcelone en 1982. Il vit et travaille à Bruxelles. il a étudié le théâtre et la philosophie. Il apprend la danse à Barcelone, Amsterdam et Bruxelles, dans différentes écoles. Son expérience est celle de la danse moderne et de l?éveil du corps. Ses études sont sa façon de traiter le monde à travers l'improvisation dans ses formes différentes : improvisation libre, improvisation de contact. Artiste et chorégraphe, il est préoccupé par l'art d'exécuter. La liberté d'improvisation dans un ensemble spécifique, forme l'essence de ses créations. Très influencé par l'approche de performance de Deborah Hay ("Your perception is your dance"), il développe des pratiques afin de survivre la danse et faire l'expérience de la danse. Dans ses dernières ?uvres, il se concentre sur le mouvement en dehors de la fonctionnalité de l'action, où il devient pur et nécessaire. L'esprit s'abandonne dans le corps pour accomplir une tâche spécifique. Il organise actuellement le CI-Jams et le Set-Improvisation Jams, il crée des évènements d'improvisations à Amsterdam, Bruxelles et Barcelone.

Emma quinn
Catalogue : 2006Institute of Contemporary Arts | 0 | 0 | | 0:0 | Royaume-Uni | 2007
Emma quinn
Institute of Contemporary Arts
0 | 0 | | 0:0 | Royaume-Uni | 2007

Institut d'art contemporain: Regroupant un certain nombre de nouvelles formes d?art et de culture des plus prometteuses de Grande-Bretagne et du monde entier, l?Institute of Contemporary Arts (ICA) est le point de rencontre entre exploration artistique et engagement du public, examinant les questions qui façonnent la culture, la société ainsi que les vies individuelles. En tant que telle, c?est l?une des institutions d?art contemporain les plus innovantes et influentes du monde. Situé sur The Mall à Londres, il regroupe trois galeries, deux cinémas, un théâtre dans lequel se tient les concerts et les performances, un programme approfondi de discussions et bar ouvert tard le soir ainsi qu?un café muni d?un accès gratuit au wifi. L?ICA croit en l?aventure créative, en l?exploration et la découverte, et en l?art en tant qu?inspiration. Finalement, l?ICA n?est pas tant un endroit qu?un principe, une croyance en la nouveauté doublée d?une foi inébranlable dans le pouvoir de la créativité. Arts vivants et arts médiatiques: Depuis sa création en 1947, l'ICA a été une des premières institutions à encourager les différentes formes d'arts grâce à son programme d'arts vivants (performance, théâtre) et d'arts médiatique (art créé à partir d'ordinateurs, art mécanique, installation, art scientifique), et il continue à le faire depuis. L'ICA encourage des artistes qui utilisent les technologies omniprésentes qui nous entourent, qu'elles soient plus ou moins sophistiquées. Ces artistes nous permettent de ressentir le monde de manières dont nous n'avions jamais rêvé et ils nous permettent également de voir notre société sous une nouvelle perspective. Traiter des problèmes qui ont une répercussion sur nos vies quotidiennes et qui sont susceptibles de provoquer des discussions sur les ?uvres présentées est une préoccupation qui est au centre de la philosophie du programme d'arts vivants et d'arts médiatiques.


Emma Quinn est La directrice des arts vivants et des arts médiatiques de l'ICA. Avant de travailler à l'ICA elle travaillait en tant que gestionnaire de contenu pour la Mind Zone du Millenium Dome et a co-organisé des expositions indépendantes comme 'White Noise' à Brick Lane et sQwal à la Oxo Tower. Elle a également acquis une expérience commerciale en travaillant pour de nouvelles compagnies médiatiques telles que le groupe artistique Soda Creative Ltd. Elle est membre du groupe artistique Spore. Elle a obtenu un MA (Master of Arts) en arts numériques à l'université du Middlesex en 1997. Le programme de ce diplôme se concentrait principalement sur la programmation d'ordinateurs.

Jaime quinto
Catalogue : 2009Glories | Doc. expérimental | dv | couleur | 24:51 | Espagne | 2008
Jaime quinto
Glories
Doc. expérimental | dv | couleur | 24:51 | Espagne | 2008

In every contemporary metropolis there are vague places which evoke a kind of latent absence, places condemned to oblivion. Such is the case of Plaça de les Glòries, a transitory place for hundreds of citizens, as well as the coexistence environment for a small neighbourhood. It is one of those bizarre urban spaces where we can see a duality due to its transformation in a valuable area, motionless while it waits for the imminent arrival of modernity.

Jaime Quinto was born in Alicante the 22nd June 1977. In Valencia he got a degree in Media Studies, focusing on Image and Sound. After working as an editor for several media, he co-directed his first short documentary in 2007, which was selected by various film festivals in Spain. That same year he moved to Barcelona where he got a Master degree in Creative Documentary in UAB and directed his second short documentary ?Glories (Nobody?s Land)?. His latest work ?manifesto #? was a video piece for the 2009 IGVfest that took place in Dublin.

Oscar qvale
Catalogue : 2012Escape Velocity | | | couleur | 5:0 | Norvège | 2009
Oscar qvale
Escape Velocity
| | couleur | 5:0 | Norvège | 2009

Technology?s physical past is fading. It is carefully covering its trails, leaving only behind negative connotations of its former, inner self; boards, circuitry and cables ? in essence its vital organs. These are present only in niche-fiction and reports on devious activities. Simultaneously, we are pouring ourselves into a collective stream of information, be it in the form of text, video, images, symbols and game avatars. We look to escape our shortcomings, to live vicariously through fictional characters ? we maneuver a space in which we are the compressed versions of each other. It is the convergence of our self- created fictional worlds with the external collective one, in the form of our preferred ways of communication. Material drawn from the different sources of our ?collective stream of information? is the basis of short films. It?s a collage of established narrative techniques, collected personal data and taped conversations. I reach out to an intimate social environment and retrieve a subjective visual record. Any documentation will be inherently flawed, extracting only some parts of a whole. The films organize diverse and dissonant elements in a cinematic dynamic that contracts. We see a small group conspiring together, concerned about shaping an object that is not yet present. It is the absence of a device or an idea. There is a strong dramaturgy to their rituals, like believers playing out a strict, scripted set of actions. By devotion and affection they seem to be wafted on into a world of enclosed private experience. It is where the mundane hobbyist encounters the darker parts of his domain. The tactile ? the construction and assembling of objects ? becomes the backdrop for a continuous deciphering of messages. The viewer is torn between a media-constructed paranoia and the comfort of the fictitious adventure ? the presence of technology is lost in science-fiction. It dissolves into an external image-space, one that exists both as a contemporary and as a distant memory. It represents a contemplative comfort-zone, turning to the realm of the private dream. This is the forensic scene. This is the place to investigate. The recurring narratives are reaching for this space, through the alienation of the familiar, by the means of forgotten devices.

Oscar Qvale (b. 1985) lives and works in Oslo. He earned his BFA degree from the Bergen National Academy of the Arts and Hochschule für Grafik und Buchkunst Leipzig (HGB), specializing in photography. In 2012 he received his masters degree from the Oslo National Academy of Fine Art.

Lasse raa
Catalogue : 2005Recode | Vidéo expérimentale | dv | couleur | 6:50 | Norvège | 2004
Lasse raa
Recode
Vidéo expérimentale | dv | couleur | 6:50 | Norvège | 2004

RECODE est une vidéo réalisée à partir d?une ligne d?un code ADN. Le séquençage de l?ADN a été réalisé par Tom Kritensen, professeur de biochimie. Ce projet a reçu le soutien du Norwegian Art Council (Art and New technology) Cette vidéo a été montrée dans les principaux festivals d?arts numériques et de nouveaux médias, à Séoul lors de ExiS 2005 ? festival de la vidéo et du film expérimental, à Rio de Janeiro lors de festival international d?art électronique et numérique, à Toronto au NFF 05: Inner Ecologies - New Forms, festival international d?arts média, à Sao Paulo, au festival international d?art numérique.


Lasse Raa est un jeune artiste qui vit et travaille à Oslo, Norvège. Il utilise différents médiums et appareils de communication. Il présente le plus souvent ses pièces et ses recherches sous forme de vidéos retravaillées numériquement. Il a étudié au Robert Meyer Art College d?Oslo.

Catherine radosa
Catalogue : 2012DERRIERE LA LUMIERE | Doc. expérimental | hdv | couleur | 31:49 | France | 2012
Catherine radosa
DERRIERE LA LUMIERE
Doc. expérimental | hdv | couleur | 31:49 | France | 2012

DERRIERE LA LUMIERE (2012) Vidéo HD, 30 ?, son/couleur, mono bande, présentation en vidéo projection En français, sous-titres anglais Derrière la lumière parle de la singularité d?une personne et de la distance entre son identité administrative et son identité personnelle. Les voix ont été enregistrées en divers moments, en côtoyant la communauté du collectif des personnes sans papiers à Paris (CSP 75). Dans l?échange, les uns et les autes, (ici deux femmes et un homme), évoquent des sujets tels que le sentiment du temps, de l?espace et de la distance, le plaisir et l?image, questions qui ne renvoient pas directement à leur situation administrative. Parallèlement, le travail photographique, alors que la question de l?image est particulièrement sensible dans ce contexte, rendant nécessaire la prudence, est constitué de portraits photographiques et d?images contextuelles en n/b argentique. Le film Derrière la lumière montre dans l?univers plus ou moins reconnaissable de la chambre noire du labo photo, la lente révélation sous lumière rouge de trois portraits en n/b. Ces images mouvantes apparaissent en écho de la parole. D?autres images sur la lutte pour la reconnaissance administrative et l?intégration apparaissent : documents administratifs, scènes d?actions collectives. La forme visuelle hétérogène, mais basée les trois fois sur le même procédé, laisse apparaître, à travers la parole, la singularité et l?imaginaire de chaque personne. L?image mentale de ces personnes se crée petit à petit, tandis que celle de leur présence ?physique? reste en flottement. L?unique tirage de chaque portrait photographique, réalisé pendant le tournage du film, a été remis à chacun des trois protagonistes.


Née en 1984 à Prague, Catherine Radosa déménage en 2005 en France pour y faire des études supérieures en art. Récemment diplômée de l?ESBA TALM (Le Mans) avec félicitations du jury à l?unanimité, elle vit et travaille à Paris et dans d?autres lieux du monde où elle va à la rencontre des sujets et des contextes, historiques et sociopolitiques.

Vojislav radovanovic, kristina draskovic
Catalogue : 2005Picnic | Art vidéo | dv | couleur | 3:0 | Serbia & Montenegro | Serbia | 2005
Vojislav radovanovic , kristina draskovic
Picnic
Art vidéo | dv | couleur | 3:0 | Serbia & Montenegro | Serbia | 2005

La scène sur la plage peut être reconnue du premier regard comme celle venant de la célèbre peinture de Manet : ?Déjeuner sur l?herbe?. Mais qu?est ce qui rend cette version de la célèbre composition si provocatrice ? C?est l?inversion des genres. La projection de cette vidéo dans l?espace publique serait une provocation d?une attitude voajeristique sur des territoires consommés inattendus. Cette errance dans le temps ne fait pas face à un corps féminin, mais à la place, il révèle un corps masculin. Une contextualisation de ce changement radical pourrait être une déviance.


Mariam radwan, mariam radwan
Catalogue : 2016Untitled | Animation | hdv | couleur et n&b | 2:21 | Egypte | 2015
Mariam radwan , mariam radwan
Untitled
Animation | hdv | couleur et n&b | 2:21 | Egypte | 2015

Le changement est perpétuel. Si nous le souhaitons, nous pouvons danser au son du vacarme de métro, la vie est pleine de désagréments et de transformations.


Mariam born and lives in Cairo, 17 July 1989. Graduated from College of Art Education, Pre-masters degree, Sculpture Department. Active member of the Syndicate of Plastic Arts .and the Syndicate of teachers. Participated in the Competition Rencontres de l’Image - Edition 12 - Institut Français d’Egypte. The competition of Youth Salon The 25th and 22nd Sessions. Participated in Collective Exhibition like Log in Art Exhibition - Darb 1718 Contemporary Art and Culture Center.(2016) Exhibition of the 9th Experimental Art Workshop for Media Art, College of Art Education. Exhibition for stone sculpture titled "Abstract" 2015, "Power" 2014. Also Participated in International Symposiums like, Aswan International Sculpture Symposium - Round 20. Soundpainting workshop with the Musician François Jeanneau, Institut Français d’Egypte.(2016)

Janis rafa
Catalogue : 2015Three Farewells: The Last Burial | Fiction expérimentale | 4k | couleur | 24:0 | Grèce | Pays-Bas | 2013
Janis rafa
Three Farewells: The Last Burial
Fiction expérimentale | 4k | couleur | 24:0 | Grèce | Pays-Bas | 2013

SYNOPSIS Three Farewells: The Last Burial Janis Rafa The Last Burial proposes a visual approach on the concept of death and the fear of losing, outside the rigid anthropocentric understanding on human / non-human existence. It describes the moment of loss within the intimate space of a family house. The father and mother of this familial environment are silenced, in a state of mourning. Their sorrow is expressed through the form of water, rain or onions; visual symbolisms that take the characters into a timeless state of being and awareness, reflecting on the house’s past. The Last Burial consists part of the Three Farewells (2013), a trilogy of burials produced by Janis Rafa, with the support of Amsterdams Fonds voor de Kunst Alexander S. Onassis Foundation Rijksakademie van beeldende kunsten.

BIO Janis Rafa Lives and works between Amsterdam and Athens. She completed her education in Fine Art (BA, MA, PhD) at the University of Leeds in Britain with scholarship by the Arts & Humanities Research Council. Her body of work spans from experimental-documentary practices, to video-essays, archival footage and most recently cinematic narratives and medium length films. She has recently completed the Rijksakademie van beeldende kunsten residency (2013-2014) in Amsterdam, with a scholarship by Onassis Foundation (GR). Her first solo exhibition was presented at Martin van Zomeren Gallery, Amsterdam, 2014. She currently presents work at EYE Film Institute, Close-Up: A New Generation of Film and Video Artists in the Netherlands (Jan-May 2015). She has participated in group exhibitions: VISIO European Program on Artists’ Moving Images 2015; 1st Research Pavilion, Venice Biennial, 2015; Art Rotterdam Projections, Kunstvereniging Diepenheim, 2015; Ce que raconte la solitude, ART-O-RAMA, 2014; Rijksakademie OPEN, 2013 – 2014, Manifesta 8, 2010; No Soul For Sale, Tate Modern, 2010. Her films and video works were screened at: Netherlands Film Festival, International Film Festival Rotterdam, BFI London, Cinema de la Nouvelle Lune, Curtas Vila do Conde, Gulf Film Festival Dubai, Capalbio Cinema, Project Space Leeds, and as part of Rencontres Internationales, 2010, at Centre National d’Art Moderne – Centre Georges Pompidou, Reina Sofia National Museum and Haus der Kulturen der Welt. Her work is part of Stedelijk Museum Amsterdam collection.

Catalogue : 2016Requiem to a Fatal Incident | Fiction expérimentale | 4k | couleur | 5:0 | Grèce | 2015
Janis rafa
Requiem to a Fatal Incident
Fiction expérimentale | 4k | couleur | 5:0 | Grèce | 2015

A car travels through a desolate industrial area at night. It stops near an overturned truck that was carrying pigs. Dead animals lie scattered across the road; a fatal incident, a huge loss of animal life. A premature death ironically, since the pigs had been on their way to the slaughterhouse. The subtle camera movement switches from the subjective view of the handheld camera to the objective and contemplative view of the rising camera that is mounted on a crane and surveys the scene from a great height. Finally, a big firework is set off, seemingly dedicated to the dead animals, as though it was a requiem. The scene is a recreation from news coverage.

Lives and works between Amsterdam and Athens. She completed her education in Fine Art (BA, MA, PhD) at the University of Leeds in Britain with scholarship by the Arts & Humanities Research Council. Her body of work spans from experimental-documentary practices, to video-essays, archival footage and most recently cinematic narratives and medium length films. She has recently completed the Rijksakademie van beeldende kunsten residency (2013-2014) in Amsterdam, with a scholarship by Onassis Foundation (GR). Her first solo exhibition was presented at Martin van Zomeren Gallery, Amsterdam, 2014. Currently her work will be presented at EYE Film Institute, Close-Up: A New Generation of Film and Video Artists in the Netherlands (Jan-May 2015). She has participated in group exhibitions: VISIO European Program on Artists’ Moving Images 2015; 1st Research Pavilion, Venice Biennial, 2015; Art Rotterdam Projections, Kunstvereniging Diepenheim, 2015; Ce que raconte la solitude, ART-O-RAMA, 2014; Rijksakademie OPEN, 2013 – 2014, Manifesta 8, 2010; No Soul For Sale, Tate Modern, 2010. Her films and video works were screened at: Netherlands Film Festival, International Film Festival Rotterdam, BFI London, Cinema de la Nouvelle Lune, Curtas Vila do Conde, Gulf Film Festival Dubai, Capalbio Cinema, Project Space Leeds, and as part of Rencontres Internationales, 2010, at Centre National d’Art Moderne – Centre Georges Pompidou, Reina Sofia National Museum and Haus der Kulturen der Welt. Her work is part of Stedelijk Museum Amsterdam collection. Her films and videos balance between an empirical perception of landscapes and events and an authentic representation of them. Her narratives are located at the margins of the urban, haunted by stray dogs, roadkills, fatal accidents and dissipated death. The cryptic and universal nature of these cinematic worlds is initiated by a certain realism that has very little to do with its usual representation. Dead and living, human and non-human coexist in an accord of dream and sensuality. This is the land of her semi-autobiographic narrations; returns to personal histories that reveal something of the subsequent carving of a place’s fiction and not necessarily of the place itself.

Janis rafailidou
Catalogue : 20102755 miles | Documentaire | dv | couleur | 17:0 | Grèce | 2009
Janis rafailidou
2755 miles
Documentaire | dv | couleur | 17:0 | Grèce | 2009

The film is based on forms of experimental documentary practice. Its title reflects the distance between Pakistan and Greece that clandestine migrants have to cover through their movement from the East to the West. The opening and closing scenes of the film take place inside a car and present footage of the journey that Pakistani men and myself made to the centre of Athens to covertly receive a newly arrived migrant who entered the country through smuggling networks. The narrative of the film is located on the outskirts of Athens where Pakistani male communities live and work undercover within a horse-riding club next to the city?s airport. The project attempts to question notions of travel, movement and distance outside a westernised perspective by concentrating on a terrain vague. Through the travelling camera, the film documents the ?invisible? sub-geographies of the urban landscape in one of Europe?s capitals.

Janis Rafailidou (1984, Athens) the last nine years lives in UK. She studies as a PhD researcher on contemporary forms of video-installation art and experimental documentary practice in Fine Art, at the University of Leeds; awarded by the Arts and Humanities Research Council. She has participated in exhibitions in Greece and UK, with her latest participation at the Thessaloniki Biennial of Contemporary Art 2009. Her practice-based PhD research is presented this year in Manifesta 8, Murcia. Further information on her work can been found at: www.janisrafailidou.co.uk

Jon rafman
Catalogue : 2017Poor Magic | Film expérimental | hdv | couleur | 7:7 | Canada | 2017
Jon rafman
Poor Magic
Film expérimental | hdv | couleur | 7:7 | Canada | 2017

Jon Rafman’s Poor Magic is a vision of a post-human dystopia featuring animated 3-D bodies continuously tortured in abstract digital space. The video presents the viewer with a haunting programme of repeating motifs: a blue featureless avatar, a view from a colonoscopy, and ranks of identical figures crashing and toppling over each other, made with the help of crowd-simulation software. While a poetic lament, Poor Magic addresses the fragmented consciousness of a post-physical existence. The film shows a terrifying image of a future where all humanity is uploaded to a virtual purgatory and endlessly abused. Or perhaps it is also a brutal representation of the present moment and the effect that technology has on our flesh and psyche.

Jon Rafman est né en 1981 au Canada, il habite et travaille à Montréal. Artiste, réalisateur et essayiste, il est diplômé de l’Institut des Arts de Chicago et de l’Université McGill (Montréal) en philosophie et littérature. Son travail est centré sur l’impact émotionnel, social et existentiel de la technologie sur la vie, présentant une vision mélancolique des relations sociales dans des communautés et réalités virtuelles contemporaines. Ses vidéos mettent en exergue la manière dont le caractère éphémère de la pop culture et des subcultures façonnent les désirs individuels et définissent ceux qui en sont les sujets. Le travail de Jon Rafman a été exposé lors d’expositions individuelles , notamment au Stedelijk Museum d’Amsterdam (2016), au Westfälischer Kunstverein de Münster (2016), au Musée d’art contemporain de Montréal (2015), à la Zabludowicz Collection, Londres (2015), et au Centre d’art contemporain de Tel Aviv. Il a également participé à de nombreuses expositions collectives, notamment à la 9ème Biennale de Berlin ; à la Manifesta 11 (2016) ; à la Kunsthalle de Vienne, dans l’exposition « The Future of Memory », (2015) ; au Fridericianum à Kassel dans l’exposition « Speculations on Anonymous Materials » (2015) ; à la Biennale de Lyon (2015) et à la Biennale de Moscou (2015). Il a également été présenté à la Saatchi Gallery de Londres et au Palais de Tokyo (2012). Il a obtenu le Prix d’excellence en arts visuels au Musée des Beaux-Arts de Montréal (2015), et son court métrage « Mainsqueeze » a été nominé au Tiger Award du festival de film de Rotterdam.

Mahbubur rahman
Catalogue : 2009The City Gate | Vidéo | dv | couleur | 9:2 | Bangladesh | 2009
Mahbubur rahman
The City Gate
Vidéo | dv | couleur | 9:2 | Bangladesh | 2009

Catalogue : 2013MY BOTH HANDS | Film expérimental | hdv | couleur | 10:7 | Bangladesh | 2013
Mahbubur rahman
MY BOTH HANDS
Film expérimental | hdv | couleur | 10:7 | Bangladesh | 2013

Ella raidel
Catalogue : 2014Play Life Series | Documentaire | hdv | couleur | 11:0 | Autriche | 2011
Ella raidel
Play Life Series
Documentaire | hdv | couleur | 11:0 | Autriche | 2011

Ella Raidel’s video Play Life Serie exposes its own methods right from the start. We see film shoots and film sites where Chinese soap operas are produced. As the camera pans to film teams and cameramen, the fictional content of the rehearsed scenes is interrupted and revealed as the process of making-of. At the same time, through editing, Raidel replays particular movements, handholds, and gestures of the characters, thus intensifying their serial level. The repetitions make clear the extent to which sword fights, wine, love, and revolt are part of a medially represented repertoire of gestures. Ella Raidel’s work deals ironically with the Chinese soap opera as fake-factory of collective desires, which in the interplay of fiction and making-of, forces its way through reality, scrutinizing it—as site of image making and image controlling.

Ella Raidel, born 1970 in Austria, studied at Art University Linz, lives and works in Taipei. She is currently Post-doc Researcher at Academia Sinica in Taipei/Taiwan. Ella Raidel is artist, filmmaker, presents her works internationally at Video- and Filmfestivals as well as exhibitions, such as Transmediale 2013 (Haus der Kulturen der Welt, Berlin), Floating Islands (Shanghai Biennale 2012/13 Kinmen/Taiwan), Asian Triennale Manchester, Discovering the Other (National Palace Museum Taipei), Based Upon: True Stories (Witte de Wit Rotterdam) Filmfestivals: CPH:DOX, Dok Leipzig, International Filmfestival Rotterdam, Crossing Europe, Duisburger Filmwoche, etc.

Tuomo rainio
Catalogue : 2008City | Art vidéo | dv | noir et blanc | 2:46 | Finlande | 2006
Tuomo rainio
City
Art vidéo | dv | noir et blanc | 2:46 | Finlande | 2006

Dans l?espace urbain, le comportement de chaque personne est observé et contrôlé tant par les autres que par soi-même. Pourtant, chacun a la possibilité de s?échapper de la normalité et de se distinguer de la foule. Dans l??uvre vidéo « City », l?auteur a utilisé un programme informatique qu?il a réalisé lui-même, pour dessiner l?image en dehors des mouvements de la vidéo, de telle sorte que tout ce qui bouge laisse une trace sur l?image. La vidéo permet de visualiser le lent processus d?une image qui apparaît de l?accumulation de changements. À la fin, le paysage inchangé se révèle, et l?image mouvante semble s?être transformée en une image immobile. Le chemin le plus commun se multiplie en luminosité lorsque plus de mouvements se produisent. En jouant lui-même dans la vidéo, l?auteur a dessiné sa propre trace comme opposition aux mouvements réguliers et essayé de rendre visible sa présence dans la foule.


Tuomo Rainio est né à Espoo (Finlande) en 1983. Il vit et travaille actuellement à Helsinki (Finlande). Il est diplômé du Département de Photo de l?Université des Arts et du Design de Helsinki, et continue ses études en Master dans la même université. En 2008-2008, il a également étudié à la Musashino Art University de Tokyo (Japon). Rainio travaille essentiellement avec la vidéo numérique et la photographie, explorant des thèmes universaux tels que l?existence, l?individualité et l?évanescence. Les ?uvres de Rainio ont été exposées lors de diverses expositions collectives, dans huit pays d?Europe différents. L?année dernière, il a réalisé sa première exposition individuelle en Finlande, et a également pris part à une exposition au Musée Finlandais de la Photographie. En 2008, ses ?uvres sont présentées dans l?exposition collective du Musée d?Art Contemporain Kiasma, en Finlande, ainsi qu?à l?European Month of Photography, évènement organisé dans neuf capitales européennes. En été 2008, un musée finlandais privé consacrera une exposition individuelle aux ?uvres de Rainio.

Sara rajaei, rajaei, sara
Catalogue : 2007Charismatic fates & Vanishing dates | Art vidéo | dv | couleur | 3:0 | Iran | Pays-Bas | 2006
Sara rajaei , rajaei, sara
Charismatic fates & Vanishing dates
Art vidéo | dv | couleur | 3:0 | Iran | Pays-Bas | 2006

Il y a dans nos vies des moments de déjà vu, des moments de souvenir intense. Ici, les personnages sont dans un état permanent de déjà vu. Les enfants sont purs et immortels comme les idées et les concepts, ils restent et se souviennent, brisent la frontière entre réel et irréel. Les adultes gardent les souvenirs de leur ancienne vie, mais les souvenirs sont les souvenirs, sans base solide pour les soutenir.


Sara Rajaei est née en 1976, à Abadan, en Iran. Elle est artiste vidéo. Elle a étudié les arts manuels à l'université de Téhéran pendant deux ans avant de partir s'installer aux Pays-Bas en 1998, où elle a obtenu sa licence de la Royal Academy of Art à La Haye en 2002. A suivi une résidence de deux ans à la Rijksakademie d'Amsterdam. Depuis 2004, elle travaille en freelance comme artiste vidéo, éditrice et écrivain. Elle travaille entre l'Iran et les Pays-Bas, n'oubliant pas qu'elle est une résidente des deux pays. Son oeuvre a été montrée dans divers festivals et expositions à travers le monde.

Frédéric ramade
Catalogue : 2006Ode pavillonnaire | Fiction expérimentale | 16mm | couleur et n&b | 47:47 | France | 2005
Frédéric ramade
Ode pavillonnaire
Fiction expérimentale | 16mm | couleur et n&b | 47:47 | France | 2005

De retour dans le pavillon où il a passé son enfance, Frédéric Ramade met en scène les membres de sa famille et les amène à se pencher de façon critique sur la genèse de leur maison, et les désirs qui ont guidé leurs choix esthétiques et techniques. Une reconstruction symbolique et humoristique du passé entre critique politique et désobéissance civile.


Frédéric Ramade est réalisateur et écrivain. En 2005, il a réalisé « Ode pavillonnaire », un premier moyen-métrage personnel mêlant fiction et documentaire, sur la vie en pavillon. Le film a bénéficié des soutiens de Centre-Images Région Centre, du CNC, du Ministère de la Culture (CNAP), de la Procirep et de ARCADI. Auparavant Frédéric Ramade a réalisé de nombreux documentaires parmi lesquels : « Raconte moi? », 2006, France 5 / « Le dessous des cartes », 1999 à 2006, plus d?une cinquantaine d?épisodes du magazine géopolitique, diffusion ARTE / « Court-Circuit », 2001 à 2004, Patrick Bokanovski, Michael Snow, les frères Quay, Jan Svankmaje, ARTE / « Voyage au féminin », 2002-2003, 7 x 26`, Escale / « Au pays des jouets », 30 x 3?, France 5. Parallèlement à ses réalisations documentaires, il a réalisé des courts métrages expérimentaux dont : « Dernières représentations », 2000, film hommage à Bernard Lamarche-Vadel, présenté dans le cadre du festival Paris-Berlin en 2003 / « Olhos Fechados », 2001 / « En l?attente », 2002, réflexion sur la photographie autour du photographe Magdi Senadji, présenté à l?Arthotèque de Caen en Juin 2002 / « Un tombeau pour Senadji », 2003, film hommage au photographe, présenté au Centre National de la Photographie / « ? de la renommée », 2004, installation vidéo réalisée pour l?exposition « Montagnes », Galerie Anne Barrault, Paris, présenté aux centres d?art contemporain d?Echirolles et de Cajarc au printemps 2006. Frédéric Ramade est par ailleurs diplômé de l?Atelier Scénario de long-métrage de la FEMIS (promotion 2002-2003). Il travaille actuellement à un premier long-métrage de fiction, « Rodéo », et un documentaire de création, « Bienvenue à Charleworld », sur le musicien et plasticien américain Charlemagne Palestine.

Julie ramaioli
Catalogue : 2008même père même mère | Doc. expérimental | dv | couleur et n&b | 82:0 | France | 2008
Julie ramaioli
même père même mère
Doc. expérimental | dv | couleur et n&b | 82:0 | France | 2008

Je m?éloigne de la terre, des lieux connus, des formes. Une voix me suit, peut être est-ce la mienne, peut être est-ce celle d?un pays. J?arrive au Burkina Faso, je vogue à travers ses villes, j`essaye de me détacher des choses, des gens, d?arréter mes sens, pour voir. Mais la rigidité des différences culturelles et de ses corruptions, la méconnaissance des lieux m?emprisonne dans un état mental qui me conduit à la maladie, à l?hallucination. Lentement je me désintoxique et accompagne Dario, un compagnon de parcours, dans un village du sud. Je commence à ouvrir les yeux et à me rendre compte de ce qui est caché dans la profondeur.


La Malastrada.film est une structure de création et diffusion de cinéma de recherche qui a choisi de faire de la Production du bas une méthode de réalisation d`oeuvre cinématographiques. A la base de ce choix, il y a la volonté d`expérimenter un système nouveau de production/création qui permet de se mettre en relation avec des coproducteurs nombreux, dans l`optique d`un échange intellectuel et humain réciproque. Pour nous produire du bas signifie dépasser l`industrie télévisuelle aussi bien que celle du cinéma, rester en dehors du controle politique et esthétique des multinationales, de leur imaginaire, et de leurs histoires. Nous considérons le cinéma comme un instrument capable d`intervenir dans les processus humains et dans les dynamiques culturelles de la société contemporaine, mais surtout come un moyen de recherche de l`être, moyen pour ?reconnaitre les moments du sentir? comme conséquence d`un acte impulsif.La malastrada est animée par Allessandro Gagliardo, Giuseppe Spina JUlie Ramaioli

Catalogue : 2007france 2007 | Doc. expérimental | 16mm | noir et blanc | 18:0 | France | 2007
Julie ramaioli
france 2007
Doc. expérimental | 16mm | noir et blanc | 18:0 | France | 2007

Des corps, des visages, des regards, des lieux de vie, de l`humanité. La caméra n`est pas porteuse de jugement, elle établit dans la simplicité du premier contact une relation de connivence instinctive. Il n`y a pas de victimes, pas de cause à défendre. Cela se passe en France, en 2007, dans un bidonville de Lyon, habité de Roumains, de Tziganes, oubliés de la société, sans papiers, sans droits, qu`en d`autres contrées on appellerait des intouchables. La force du film est de laisser s`épanouir dans la splendeur de ses images l`évidence du bonheur, quand le consensus ambiant rumine la langue asséchée du misérabilisme. Dans ce parti-pris de la vie, le geste est éminemment politique.Eloquence du cinéma muet.


Cinéaste et photographe sud-coréen. Il a grandi dans un univers artistique. En effet l?activité de peintre de son père lui a permis de rencontrer dans son enfance des artistes reconnus dans son pays. A l?adolescence il s?est engagé dans la danse et le travail d?acteur au sein de la Compagnie du Théâtre National. 1996. Après ses études d?acteurs il entreprent un cursus de cinéaste et de photographe en intégrant le département « film et multimédia » de l?université Honam. Pendant cette période il développe essentiellement des projets pour la télévision, l?aspect commercial étant prépondérant dans la formation. En 2002, afin de développer des projets plus personnels et engagés, il mettra à profit des échanges avec l?Ecole des Beaux-Arts de Saint-Etienne à la recherche de nouvelles expériences. En 2005 il commence à intégrer le collectif Film flamme. Puis il expérimente le développement des négatifs "dans sa baignoire" après l`expérience du film collectif "Besoin de rien" (1 mai 2006) 2006/2007, il obtient le Diplôme National d` Arts Plastique à l`école des Beaux Arts de Marseille En 2008, il passe le Diplôme National Supérieur Expression Plastique des Beaux Arts à Genève (Suisse). Il a aussi à son actif plusieurs expositions photographiques.