Catalogue > Liste par artiste
Browse the entire list of Rencontre Internationales artists since 2004. Use the alphabetical filter to refine your search.  update in progress  

Notice: A non well formed numeric value encountered in /homepages/19/d540700991/htdocs/site/en/cat/rech/_cat_1_art_rech.php on line 1084
Axel roessler
Catalogue : 2009it's a small world | Film expérimental | | couleur | 2:0 | Allemagne | 2009
Axel roessler
it's a small world
Film expérimental | | couleur | 2:0 | Allemagne | 2009

Die Idee zum Clip "It`s a small world" entstand, als ich in auf einem Flohmarkt in Los Angeles ein Fotoalbum kaufte, in dem alte Polaroidfotografien einer amerikanischen Familie zu sehen sind. Der kurze Film ist eine Art Hommage an das längst vergangene Südkalifornien der sechziger Jahre und stellt die Reise nach, die die fotografierten Personen damals unternomen haben.

Biographie Axel Rössler: - geboren 1966 in Langenhagen / Hannover - 1986 Abitur, danach Zivildienst - bis 1995 Studium an der Johann Wolfgang Goethe Universtät Frankfurt am Main, Diplomabschluß als Sprachsoziologe - parallel seit ca. 1990 verstärkt Interesse an Graphiksoftware, diverse Jobs die zum Glück ausreichend Zeit für die autodidaktische Aneignung allermöglichen Sound- und Graphikprogramme erlauben, Betrieb eines Schallplattenlabels für Singles (?Stetzer?) - 1998 Gründungsmitgleid von saasfee*, einem Label für Medien, Design, Kunst und elektronische Musik, dabei Schwerpunkt Animationen und 3D sowie Musiklabelarbeit - seit 2000 diverse Musikvideos, Auftragsarbeiten und Experimentalfilme, Ausstellungen u.a. in Genf, Basel, Turin, München, Hamburg und Frankfurt - seit 2006 verstärkte Arbeit an www.countrytrouble.com zusammen mit Ellen Wagner - seit längerem befreundet mit Bertram Ritter, der hier die Musik beigesteuert hat. Bertram ist aktiv in diversen Frankfurter Bands, aktuell als Schlagzeuger bei ?Das grüne Hemd?, ?Perfumed Chambers? und ?Nachttierhaus?. Auch als Solokünstler aktiv.

Alicja rogalska
Catalogue : 2017What If As If | Vidéo expérimentale | hdv | couleur | 13:31 | Pologne | Royaume-Uni | 2017
Alicja rogalska
What If As If
Vidéo expérimentale | hdv | couleur | 13:31 | Pologne | Royaume-Uni | 2017

What if As If explores legal fictions in international immigration law in collaboration with refugees, asylum seekers and immigrants based in the UK who trained as lawyers in their countries of origin. The video was filmed in a former courtroom and greenscreen, a device for filmic fiction, is used throughout. Legal fictions are used in legal reasoning when something is believed or assumed to be true - they allow for the law to be applied, without changing its text. For example, a refusal to accept an inheritance is legally possible if the inheritor is declared dead and having died before the person who left the legacy; another example is corporate personhood - i.e. treating companies as if they were persons. Immigration law is full of such artificial constructions: legal fictions of sovereignty, political community, the concept of entry, as well as fictions in welfare and employment law, and finally - citizenship and its terms and conditions. The lawyers` expertise and legal imagination combined with their personal, embodied experience of being exposed to the inherent contradictions and absurdities of immigration law, influences the way they see law in society. Legal fictions are used in the video as a vehicle for questioning existing legal structures, a tool for creative lawmaking and exploring speculative legal frameworks as possible resistance.

Alicja Rogalska is a multidisciplinary artist based in London and Warsaw and working internationally. She graduated with an MFA in Fine Art from Goldsmiths College and an MA in Cultural Studies from the University of Warsaw. In 2017 she was an artist in residence at KulturKontakt in Vienna and IASPIS - Swedish Arts Grants Committee`s International Programme in Stockholm. She was also a recipient of 2016-17 Artsadmin Bursary in London. Exhibitions include: For Beyond That Horizon Lies Another Horizon, Edith-Russ-Haus für Medienkunst (Oldenburg, 2017), Gotong Royong. Things We Do Together, Centre for Contemporary Art Ujazdowski Castle (Warsaw, 2017), Dreams and Dramas. Law as Literature, nGbK (Berlin, 2017), Social Design for Social Living, National Gallery (Jakarta, 2016), All Men Become Sisters, Muzeum Sztuki (Łódź, 2016); No Need For References, Kunsthalle Exnergasse (Vienna, 2015); Critical Juncture, Kochi-Muziris Biennale (Kochi, 2014); A Museum of Immortality, Ashkal Alwan (Beirut, 2014), IMS Project, Flat Time House (London, 2013); Melancholy In Progress, Hong-Gah Museum (Taipei, 2012); Jour de Fête, The Private Space Gallery / LOOP Festival (Barcelona, 2011); To Look is to Labour, Laden Für Nichts (Leipzig, 2010) and No Soul For Sale, Tate Modern (London, 2010).

Graeme roger, kevin reid
Catalogue : 2005Critique of Styrofoam Villians at Chris' art Farm | 0 | dv | | 10:0 | Royaume-Uni | USA | 2004
Graeme roger , kevin reid
Critique of Styrofoam Villians at Chris' art Farm
0 | dv | | 10:0 | Royaume-Uni | USA | 2004

Critique de Stryofoam Villians à Chris?s Art Farm. Par Graeme Roger & Kevin Reid.Alors qu?ils ont des projets de résidence à Memphis et New York en 2004, ROGER & REID ont pris l?habitude d?ouvrir leur chemin dans le monde des libres à coup de canon à patate haute puissance. Dans cette ?uvre, ils détruisent des méchants crées par des étudiants de la Memphis School of Art.Ils s?entraînèrent davantage au tir sur cible au Musée d´art Moderne PS1 de New York, où le groupe de rock The Prairie Oysters, formé pour l?occasion, joua à la gloire de la panse de brebis farcie et de la gelée, accompagnés par le dieu du Rock ?Justice?


Graeme Roger & Kevin Reid ont étudié au Duncan of Jordanstone College of Art de Dundee, Ecosse, & ont travaillé en groupe depuis 2002. Ils ont exposé leurs ?uvres en Europe et aux Etats-Unis.

Sophie roger
Catalogue : 2012Le point aveugle | Doc. expérimental | hdv | couleur | 30:0 | France | Chili | 2012
Sophie roger
Le point aveugle
Doc. expérimental | hdv | couleur | 30:0 | France | Chili | 2012

Synopsis Dans l`espace clos d`un jardin normand, on observe de très près un monde végétal et animal. Les gestes de la cinéaste-jardinière sont précis: elle plante et déplace les végétaux, égraine, protège. Elle soigne aussi régulièrement son oeil malade. Le territoire quotidien devient un jardin hanté : par un ailleurs (Le Chili) et un passé (la dictature) qui insistent, une atmosphère de catastrophe rodant autour, insinuant son inquiétude dans l`intime le plus apparemment protégé. Gestes de soin, aux plantes et à soi, pour panser des plaies qui restent mystérieuses, que l`on devine partagée avec l`autre, l`amie qui passe comme un fantôme, le temps d`un double portrait. On ne saura rien de l`origine du désir mais il sera présent dans les fleurs de courge et de gunnera, de rose et d`artichaut.


Note biographique rédigée Sophie Roger réalise depuis de nombreuses années une oeuvre libre et singulière, hors des feux de l`actualité et du commerce parisiens. Dessins ou films, son oeuvre s`ancre dans son territoire le plus familier, ce coin du Pays-de-Caux, au nord de son Havre natal, où elle vit et travaille à la campagne, non loin de la falaise. Depuis ce territoire intime, son travail ne cesse d`interroger l`ailleurs, la relation à l`autre, quel qu`il soit : amis, voisins, peuples lointains, habitants du passé, malades d`aujourd`hui. En 2010, son film Les Jardiniers du Petit Paris (en lisant Tristes tropiques, de Claude Lévi- Strauss) est une des révélations du Festival International du Documentaire de Marseille. De derrière sa fenêtre, Sophie filme ses voisins cultivant un potager collectif au fil des saisons, tout en lisant des passages de Tristes tropiques, quittant régulièrement son poste d`observation pour entrer dans le champ, rencontrer ses voisins, leur demander de poser pour de magnifiques portraits filmés. La rigueur et la simplicité du dispositif filmique produit la plus émouvante et universelle des pensées : qu`est-ce qu`un voisin ? Qu`est-ce que le proche, qu`est-ce que le lointain ? En 2011, Sophie Roger réalise le bouleversant Contre-Jour, dans le cadre d`une résidence dans un hôpital de sa région, avec des malades du sida. Là aussi, elle sait trouver le dispositif juste pour recueillir les récits de vie et instaurer un échange avec des patients qui acceptent de se confier tout en voulant rester anonymes. Le Point Aveugle prolonge ces deux films, en renouant plus précisément avec les questionnements des Jardiniers du Petit Paris. En resserrant le point de vue : il s`agit de son jardin, de ses plantes et de sa maison, filmés comme le lieu intime d`où une pensée du monde est possible. Ses films sont des essais, dans la haute tradition de Montaigne : Sophie se met à l`essai, essaie de se penser, elle face au monde, elle en rapport à l`autre, à l`opposé de toute forme de narcissisme ou de complaisance. Si elle se met en scène, c`est sur un mode burlesque ou inquiet, toujours à distance, avec rigueur et un grand sens de l`auto-dérision. Extrait d`une note de production écrite par Cyril Neyrat

Catalogue : 2015C'est donc un amoureux qui parle et qui dit : | Film expérimental | hdv | couleur | 6:15 | France | 2015
Sophie roger
C'est donc un amoureux qui parle et qui dit :
Film expérimental | hdv | couleur | 6:15 | France | 2015

Pages arrachées du Fragment d`un discours amoureux de Roland Barthes dans un grenier de montagne. La réalisatrice regarde et dessine les paysages qu`elle voit au travers des planches ajourées. Un papillon la suit jusque dans la neige.


Depuis plusieurs années, le travail de Sophie Roger fait dialoguer dessin et vidéo, lectures et quotidien. Cinéma d`essayiste, elle travaille seule et prend le temps. Ses films arpentent ses territoires les plus intimes (maison, jardin) tout en gardant comme horizon une pensée de l`autre et de l`ailleurs.

Catalogue : 2017Les vagues | Doc. expérimental | hdv | couleur | 18:0 | France | 2017
Sophie roger
Les vagues
Doc. expérimental | hdv | couleur | 18:0 | France | 2017

On connait cet art du détour que Sophie Roger pratique pour nous mener par des chemins inattendus avec l’amitié comme fil, déplié avec Le point aveugle (fiD 2012) ou Les Jardiniers du petit Paris (fiD 2010). ici ce sera, tissée tout en délicatesse à l’écran, l’amitié avec Mohamed, réfugié soudanais au Havre. faite de partage, d’attention, d’écoute et de rire, et de vagues en vagues, celles du texte éponyme de Virginia Woolf qu’elle lui lit, à celle de Courbet au musée du Havre, qu’il animera de son regard. (NF)


Joyce rohrmoser
Catalogue : 2010Surviving in China | Vidéo | dv | couleur | 19:0 | 0 | Chine | 2007
Joyce rohrmoser
Surviving in China
Vidéo | dv | couleur | 19:0 | 0 | Chine | 2007

Surviving in China DVD 19 min, 2007 Ich lerne seit nunmehr 4 Jahren chinesisch. Seit gutem einem Jahr mache ich für eine italienische Firma Modefotos und Videos in China. In meiner Freizeit versuche ich das Leben dort zu meistern. Dafür habe ich eine Strategie entwickelt: Videominiaturen, in denen ich jeweils unterschiedliche Rollen übernehme. Es sind Situationen, die mir als Frau aus dem Westen fremd sind. Die Unterschiede zwischen meinem Tun als Darstellerin und Videomacherin, zwischen mir als Subjekt und Objekt, zwischen Bild und Abbild, werden beseitigt. Dieser Vorgang ist eine Anlehnung an die Praxis der Performance-Künstlerinnen der 70er Jahre. Ein Umstand, der mir hilft, meine Auseinandersetzung mit China kritisch und humorvoll zu hinterfragen.

JOYCE ROHRMOSER 1954 Geboren in Mailand, Italien AUSBILDUNG: 1972-74 Studium der Photographie im Istituto Europeo del Design, Mailand, und London College of Printing, London 1982 Doktorat in russischer Literatur und Kunstgeschichte Workshops bei Nan Goldin, Verena von Gagern, Dieter Appelt Lebt als freischaffende Foto- und Videokünstlerin in Salzburg 2006 Beginn der Auseinandersetzung mit der chinesischer Sprache und Kultur. Längere Aufenthalte in China.

Miguel Angel rojas
Catalogue : 2007Border Panic | Installation vidéo | dv | couleur | 4:33 | Colombie | 2007
Miguel Angel rojas
Border Panic
Installation vidéo | dv | couleur | 4:33 | Colombie | 2007

?Walking through downtown Bogotá it is common to find blood traces, witnesses of the violence that the lives in the city?s party nights, when excesses come next to crime. Border of Panic in the record of a trace left by someone who was injured, who probably ran in panic away from death. I wanted to exorcise those terrible moments going through the same path, slowly and continuously drawing from one blood drop to the other, turning this morbid happening into a plastic event. In the meanwhile I thought that by doing this I synthesized the efforts to reinterpret reality through art, that have oriented my work y the work of many other artists worried by this environment so distant from the utopias of balance and justice. ?

Born in 1946, Rojas made his first works on sexual difference during the eighties, long before the topic was introduced in the international sphere of the arts. Throughout the nineties, the artist left photography and personal themes aside to arrive to more universalizing themes, such as drug trafficking, the third world and uneven concentrations of power, amongst others. The work of Miguel Ángel Rojas, as a whole, has the stamp of an artist that has kept certain distance with the art market, has worked with vast creative independence and has grown to be a decisive referent in the history of Colombian art. Printmaking and photography have been relevant in the process of academic formation that Rojas took at the National State Univesity. Photography is precisely one of the media with which the artist has experimented the most, working with fragmentary enlargements, reductions to minimal scales and partial developments, that cast the referent for his most recognized works: ?Subjetivo,? an installation that recreates the atmosphere of the bathrooms in the ?Faenza Theatre? using sound, printmaking and drawing; and ?Grano / Grain,? an installation made with soils and vegetal coal powders over a floor that has been covered with paper, defined by the artist as both the construction of an urban ground with the dirt and soil of the countryside and a metaphorical expression of displacement. The work of Miguel Ángel Rojas has been extensively shown and acquired by different institutions, among others: The Sao Paulo and Havana Biennials. Museum of Modern Art (New York); Daros-Latinamerica Collection (Zurich) Ludwning Museum; Whitney Museum of American Art (New York); ?La Caixa? (Barcelona).

Karina rojas sandoval
Catalogue : 2016Descomposición Aleatoria | Vidéo | hdv | couleur et n&b | 4:51 | Chili | 2015
Karina rojas sandoval
Descomposición Aleatoria
Vidéo | hdv | couleur et n&b | 4:51 | Chili | 2015

Family archives around the figure of Lucila. She had Alzheimer`s and was my grandmother. Corruption of the material as the manifestation of a degenerative disease, set in a visual decomposition process based on the destruction of memory. Dismantled and fragmented memories, unified by the soundtrack.

Karina Rojas Sandoval born in 1992, in Santiago, Chile. Bachelor in Audiovisual Communication, Film and Television Degree (2016), by Universidad de Chile. Exhibits and works regularly in video art since 2015. She works mostly in experimental videos and documentaries, where she organizes her work around found footage and the manipulation and intervention of archive materials as a part of her narrative and artistic research. Her work has been selected in Festivals, Exhibitions, Shows and Contests in Chile, Colombia, Finland, Indonesia, Mexico, Portugal, United States and Venezuela. Major and recent exhibits events: ‘Comic Unity’ Exhibition, Flux factory, NY, USA, 2017; 6th Edition of Samples-Mexico: Transvideo: Borderless Image, Mexico-Finland, 2016; 3rd edition Festival Internacional de Video Experimental "Proceso de Error", Valparaiso, Chile, 2016; 12th FONLAD International Videoart & Performance Festival, Coimbra, Portugal, 2016; 2nd edition Festival Video Arte NodoCCS, Caracas, Venezuela, 2016 and 5th Concurso Nacional de Video Arte Universitario (Universitary National Video Art Contest) ‘Visiones del Arte’, Category ‘International Selection’, Mexico City, Mexico. At the last mentioned two she gets the first place with her video ‘Descomposición aleatoria’.

Stéphanie roland
Catalogue : 2018Deception Island | Vidéo | 4k | couleur | 14:0 | Belgique | 2017
Stéphanie roland
Deception Island
Vidéo | 4k | couleur | 14:0 | Belgique | 2017

L’expédition antarctique belge (1897-1899) a été un épisode audacieux de l’exploration du continent blanc. Après avoir approché de nouvelles terres et fait de nombreuses découvertes scientifiques, le bateau se retrouve coincé dans les glaces, pendant près de treize mois. Durant cet hivernage forcé, le manque de lumière de la nuit polaire a causé des maladies, des dépressions et même des cas de démences, au sein de l’équipage. "Deception Island" est une oeuvre multidisciplinaire - entre performance, film et installation - qui explore la face invisible d’un mythe de l’exploration belge et développe la narration d’un non-voyage paradoxal. Cet épisode, amputé de l’histoire officielle, est rejoué silencieusement par des acteurs dans le site industriel du "New Belgica", qui est le projet de construction d’un nouveau bateau, réplique à l’identique du "Belgica" (le bateau original de l’expédition s’est échoué dans les fonds marins). A la fois source d’inspiration du projet, espace de performance et décor du film, ce squelette de bateau peut être considéré comme une métaphore de la reconstitution historique, toujours en évolution, fragmentée et incomplète. L’usage exclusif du travelling tout au long du film immerge physiquement le spectateur dans un univers flottant et hypnotique.


Diplômée de l’ENSAV - La Cambre en communication visuelle, Stéphanie Roland (1984, Bruxelles) a également étudié les arts des médias à l’UDK-Universität der Künste, dans la classe d’Hito Steyerl. De nombreux prix et bourses lui ont été attribués, notamment la bourse de la Fondation de la Vocation, le Prix Médiatine (public) et le Full Contact Award du festival international de photographie SCAN de Tarragone. Elle a aussi été nominée pour le Prix HSBC Photographie, le prix Oskar Barnack Leica, Le Grand Prix Images du festival de Vevey et le Salomon Foundation Award. Elle expose régulièrement son travail à un niveau international. D’Amsterdam à Buenos Aires, de Berlin à Los Angeles, ses projets ont été présentés dans des institutions majeures telles que le Musée Benaki, le Botanique, la Biennale Internationale d’Art de Kampala et le Bozar. Breda Photo, Belfast Photo Festival, Manifesto, Encontros da Imagem, MOPLA et Unseen font partie des festivals dédiés à la Photographie auxquels elle a pris part. En 2017, elle est sélectionnée dans l’exposition de groupe du Pavillon de l’Antarctique pour la 57ème Biennale de Venise. Elle y expose son installation vidéo "Deception Island".

Stéphanie / David rollin / brognon, david brognon
Catalogue : 2016I Found You on an Empty Page | Vidéo | hdv | couleur | 1:38 | Luxembourg | France | 2014
Stéphanie / David rollin / brognon , david brognon
I Found You on an Empty Page
Vidéo | hdv | couleur | 1:38 | Luxembourg | France | 2014

Debout devant une fene?tre, un jeune garc?on, refait me?thodiquement le me?me geste : observer son ombre porte?e dessine?e par le soleil, placer une bille de verre dans la ligne de partage entre la pe?nombre et la lumie?re, au point limite ou? son corps s’esquisse. Quelques billes aligne?es sugge?rent la re?pe?tition de ce rituel solitaire mois apre?s mois, anne?e apre?s anne?e. Ce geste simple offre une mesure litte?rale et applique?e de l’e?coulement du temps, une sorte de gnomon archai?que et incarne?. Temps cosmique versus temps de la vie. Entre jeu d’enfant et premie?re gravite? ne?e d’une conscience du passage du temps, ce geste re?pe?te? conserve sa poe?sie et son myste?re. L’enfant tente-t-il d’enrayer l’inexorable course du temps par cette limite de?risoire pose?e sur sa silhouette ? Souhaite-t-il, tel un petit poucet signifierchaque e?tape de son parcours de vie pour mieux la rappeler a? sa me?moire dans le futur ou ge?ne?rer son propre re?cit d’anticipation ? Le film esquisse un parcours initiatique, une sorte de parabole sobre et sublime sur notre propre temporalite? et la vanite? de nos actions.


David Brognon, né en 1978 à Messancy (B), et Stéphanie Rollin, née en 1980 à Luxembourg, vivent et travaillent à Paris et Luxembourg. Lauréats en 2013 du Best Solo Show à Art Brussels et finalistes en 2015 du Prix Fondation Entreprise Ricard à Paris, David Brognon et Stéphanie Rollin manipulent ainsi un matériau sociétal brut, souvent marginal, dont les motifs récurrents sont l’enfermement, l’attente et le contrôle. Des systèmes de confinement qu’ils confrontent à leurs propres systèmes de réfraction de la réalité. Avec Fate will Tear us Apart, les lignes de destinées recueillies dans la paume de consommateurs de drogues dures irradient les murs dans un éclair de néon. Le duo capte des étincelles avec des dispositifs qui mettent en tension permanente l’invisible et la lumière, l’intangible et le physique. Avec Cosmographia (Gorée Island), ils réalisent une pièce folle et monumentale qui archive physiquement la réalité de l’île: centimètre par centimètre, pendant 6 jours, les 2,4km du tracé de l’île sont décalqués sur papier. Leurs travaux font partis de plusieurs collections publiques : The Israel Museum - Jerusalem / MAC’S - Grand-Hornu, Belgium / Collection MUDAM, Luxembourg / FRAC (Alsace, Poitou-Charentes, Lorraine), France, ....

Sébastien rollot, pierce warnecke
Catalogue : 2010Distances | Doc. expérimental | dv | couleur | 26:0 | France | 2009
Sébastien rollot , pierce warnecke
Distances
Doc. expérimental | dv | couleur | 26:0 | France | 2009

A partir d`images filmées sur les îles de Java et de Bali, ce film vient restituer la sensation et l`abstraction de situations rencontrées au hasard de la route. Il n`y a aucun dialogue ni commentaire. Cette errance cinématographique s`est déroulée sans repérage. Qu`il s`agisse d`un regard caméra qui questionne la présence du spectateur, de l`effort physique d`hommes au travail, d`une cérémonie religieuse agitée. On ne voit que des visages, des corps, des expressions, sans véritablement connaître la situation en jeu. Elle est ici accessoire, elle importe peu. On ne s`intéresse alors qu`à la sensation et au mouvement dans lequel on est entraîné. Sans repère, on erre dans le film et l`on s`accroche au langage des corps, à l`émotion d`une image ou à l`histoire qu`elle peut nous raconter. Nous sommes dans un rêve, une mémoire fragmentée. On se laisse porter par la juxtaposition d`images brutes, sans artifices. Des hommes autour d`un feu, un train la nuit, des femmes qui se maquillent. Les séquences documentaires sont traitées de façon abstraite, sans visée anthropologique explicite. Ce film silencieux s`est prolongé par une collaboration sonore avec Pierce Warnecke, compositeur de musique drone.


Sébastien Rollot Né en 1983, Il étudie l`anthropologie et la sociologie en France et au Québec avant d`intégrer la formation de réalisation documentaire Creadoc à Angoulême. Installé sur Lyon, il est auteur réalisateur de films indépendants, membre du collectif Trois Petits Points qui regroupe des artistes travaillant autour de la musique et de l`image notamment. Ses différents films poursuivent une description documentaire du réel. Toujours dans un rapport qui privilégie la sensation et l`abstraction, ses réalisations se construisent sous forme d`essai cinématographique. Sans renier radicalement une narration linéaire, ses travaux se dirigent plutôt sur la piste d`un cinéma fragmenté et expérimental, essayant de questionner la frontière des relations entre le cinéma documentaire, l`art vidéo, et leurs fictions. Il travaille désormais sur l`écriture d`un film qui creuse la notion d`exil dans la ville. Cette réalisation débutera dans le cadre de la résidence des Inattendus dès 2011.

Stefan roloff
Catalogue : 2010LINDEN HOTEL | Installation vidéo | dv | couleur | 27:0 | Allemagne | 2010
Stefan roloff
LINDEN HOTEL
Installation vidéo | dv | couleur | 27:0 | Allemagne | 2010

LINDEN HOTEL, Video Installation by Stefan Roloff The phenomenon of political imprisonment is timeless. Yet, its victims can only speak to us from the past. It is its nature to be silenced in the present. The group of former Stasi- prisoners I interviewed have never before spoken on tape or in public. To remove the boundaries of time I have interviewed them as silhouettes. At first glance, this gives them an air of illegality. The viewer gets the impression that they can?t reveal their identity. Faces can be misleading. Beauty, gender, age, race or other categories disappear when we view a silhouette. What remains is the tone of their voice and their body- language, keys to their subconscious. It is my goal to bring the experiences of former political prisoners into the present and communicate the immediacy they feel. Though they were released from jail decades earlier, their trauma continues to haunt them and - as many of the interviews show ? it extends into the lives of their children. Initially, I projected the talking silhouettes of nine former prisoners on to the walls of their former cells at the Stasi- prison in Potsdam.

Stefan Roloff is an independent artist and film maker, working in New York and Berlin. In 1984, he was invited to experiment on prototypes of digital video and imaging computers at the New York Institute of Technology. Here, he created ?Face?, his first Moving Painting which, produced by Peter Gabriel, was the predecessor of his video ?Sledgehammer?. Subsequently, he continued to combine his paintings and videos in collaborations with musicians. (?Zaar? with Gabriel, ?Dominic Christ? with Suicide, ?Big Fire? with Jazz musician Andrew Cyrille.) From 1989 to 1999, he worked on the documentary film ?Seeds?. Traveling through remote areas of West Virginia, he followed the story of a 22- year old woman who committed suicide in 1981 in an isolation cell at the State Prison for Women. The film was combined with an installation, ?Pence Springs Resort?, a life-size three-dimensional photographic rendering of the isolation cell which the viewers could physically enter. His second documentary film ?The Red Orchestra?, is a portrait of his late father, Helmut Roloff, a resistance fighter against the Nazis. It was nominated best foreign film 2005 by the Women Critics Circle. Currently, Stefan Roloff is preparing "Cafe Holland", his first feature film, with Carola Stabe, a former GDR dissident.

Aarnoud rommens, ingrid stojnic, bert balcaen
Catalogue : 2005Camouflage Comics: Dirty War Images | net art | 0 | couleur | 0:0 | Belgique | Pays-bas | 2005
Aarnoud rommens , ingrid stojnic, bert balcaen
Camouflage Comics: Dirty War Images
net art | 0 | couleur | 0:0 | Belgique | Pays-bas | 2005

"Camouflage Comics: Dirty War Images" a pour but d'éveiller des réflexions- autant dans sa forme verbale que dans sa matière visuelle- dans une intéraction entre l'art, la Direction et les droits de l'homme en général et en particulier, l'héritage de l'Argentine "dirty war" (1976-83), en se concentrant sur la bande-dessinée. Il existe plus ou moins deux parties dans Camouflage Comics. La premiére partie est effectuée par des graphistes et des scénaristes. Ces visuels ont été spécialement effectués pour ce projet et n'ont été publiés nulle part ailleurs (à part les travaux de Sergio Langer et de Guillermo Escalante). Ces nouveaux travaux sont des articulations picturelles qui traitent de la vie dans l' Argentine de nos jours, un pays hanté par le spectre de Proceso. En même temps toutefois- alors que le pays semble guérir de sa chute économique de 2001- l'Argentine ramène progressivement les problèmes de reconstitution et de responsabilité dans la sphère publique, un domaine autrefois marqué par l'amnésie et l'amnéstie institutionelle. La deuxième partie de Camouflage Comics contient des essais se concentrant sur des dessins et des bandes-dessinées publiés durant la dictature, ou pendant le temps de transition allant des lois militaires à la démocratie. Ces analyses, par la même préoccupées par la production culturelle d'un récent passé , fait aussi la lumière sur de nouvelles bandes-dessinées. En effet, ces deux lignes temporelles parallèles ne peuvent être dissociées. Au contraire, elles s'entrecroisent continuellement, nous encourageant à interpréter la "nouvelle" en considérant la "vieille"-et vice-versa. S'ajoute à cela, le site qui contient un blogue de discussions où ces sujets peuvent être explorés dans leur totalité, avec une vision qui génère de nouveaux essais visuelles et de nouvelles idées- pas forcément en rapport direct avec le "cas" de l'Argentine, mais recouvrant une large palette de sujets,s'étendant de la bande-dessinée, à la censure, aux pratiques artistiques (restrinctes), aux droits de l'homme, ou à l'institutionalisation de la mémoire,... Aarnoud Rommens PAST, PRESENT, TEXTE, IMAGE http://www.camouflagecomics.com/flash.php


Heidi romo
Peter rose
Catalogue : 2005Odysseus in Ithaca | Vidéo expérimentale | dv | couleur | 5:15 | USA | Irlande | 2004
Peter rose
Odysseus in Ithaca
Vidéo expérimentale | dv | couleur | 5:15 | USA | Irlande | 2004

Ulysse amarre son bateau à une machine architecturale étrangère, un labyrinthe qui fait écho à de Chirico et à Escher, un espace de mystère et de pouvoir où les règles de la perspective sont transformées et d?où émergent d?autre espaces.


Les films, vidéos et installations de Peter Rose ont été montrés dans le monde entier. Son travail fait partie de plusieurs collections majeures. Il a reçu plusieurs récompenses et bourses significatives et son travail a été largement présenté, notamment au Festival du film d?Oberhausen, au Moma à New York, au Black Maria film festival, au Festival du film de Londres, au Whitney Museum, festival du film d?Amsterdam. Il réalise une installation vidéo destinée à l?aéroport international de Philadelphia.

Catalogue : 2013Solaristics | Vidéo expérimentale | | couleur | 10:5 | USA | 2013
Peter rose
Solaristics
Vidéo expérimentale | | couleur | 10:5 | USA | 2013

On the phenomenology of the black sun; an anthology of sightings; on ways of seeing; an ecoparable.

Peter Rose?s works in film, video, installation, and performance have received extensive national and international exhibition, including shows at the Whitney Museum, the Museum of Modern Art, the Centre Pompidou, the Yokohama Museum of Art, the Fabric Workshop and Museum, the Rotterdam International Film Festival and the Film Society of Lincoln Center. Rose is concerned with new forms of vision, with the structures of language, and with the pleasures of obscure journeys. His work is included in several major international collections.

Catalogue : 2009Journey to Q'xtlan | Vidéo | dv | couleur | 7:30 | USA | 2009
Peter rose
Journey to Q'xtlan
Vidéo | dv | couleur | 7:30 | USA | 2009

For several years I have been experimenting with a tactic I call ?transfalumination,? I venture at night into the marginal geographies of the city and perform peculiar ceremonies with light, hoping to bring back images that appeal to some deep sense of the mysterious. ?Journey to Q?xtlan? is a journey, an opera, and a koan that presents some of the results of this research. It?s a kind of dream.

Peter Rose?s works in film, video, installation, and performance have received extensive national and international exhibition, including shows at the Whitney Museum, the Museum of Modern Art, the Centre Pompidou, the Yokohama Museum of Art, the Fabric Workshop and Museum, the Rotterdam International Film Festival and the Film Society of Lincoln Center. Rose is concerned with new forms of vision, the structures of language, and the pleasures of obscure journeys. His work is included in several major international collections.

Catalogue : 2008Studies in Transfalumination | Vidéo expérimentale | dv | couleur | 5:30 | USA | 2008
Peter rose
Studies in Transfalumination
Vidéo expérimentale | dv | couleur | 5:30 | USA | 2008

« Studies in Transfalumination » (5 minutes 30, 2008) exploite des lampes de poche trafiquées et des projecteurs vidéo désossés pour explorer la complexité visuelle du monde ordinaire : un tunnel, une touffe d?herbe, une table abandonnée, le dessous d?un pont, le brouillard, un morceau de rocher, et un arbre. Toutes les images sont des prises de vue en temps réel, et n?ont recours à aucun procédé d?animation.


Depuis 1968, Peter Rose a réalisé plus de trente films, bandes, performances et installations. Beaucoup de ses ?uvres de jeunesse soulèvent la question fascinante de la nature du temps, de l?espace, de la lumière et de la perception et s?appuient sur sa formation en mathématique et en réalisation structuraliste. Il s?est intéressé par la suite au langage en tant que sujet et à la vidéo comme médium et réalisé un important corpus d??uvres jouant avec la sensation et la forme du sens ? une sorte de comédie intellectuelle. Ses projets récents concernent le retour au paysage en tant que sujet et la mécanique de la perception. De nombreuses expositions ont été consacrées à ses films, vidéos, installations et performances, à l?échelle internationale. Ses ?uvres ont reçu des aides de la part d?un nombre important d?institutions prestigieuses et ont fait l?objet de nombreux articles dans la presse d?art actuelle. Ses ?uvres font partie de plusieurs collections majeures au plan international.

Catalogue : 2007Odysseus in Ithaca | Vidéo expérimentale | dv | couleur | 5:15 | USA | 2006
Peter rose
Odysseus in Ithaca
Vidéo expérimentale | dv | couleur | 5:15 | USA | 2006

Odysseus amarre son bateau au mileu d'une étrange machine achitecturale, un labyrinthe aux échos de De Chirico et d'Escher, un lieu de mystère et de pouvoir où les règles de la perspective sont défiées, où d'autres espaces émergent. La vidéo nous emmène dans un voyage vertigineux, euphorisant, à travers un parking en sous-sol, une descente en spirale dans les profonfeurs d'un espace. C'est aussi une lamentation. Odysseus se souvient de la mer.


Le travail de Peter Rose dans la vidéo, l'installation et la représentation a été montré sur le plan international: au Whitney Museum, au Museum of Modern Art, au Centre Pompidou, au Yokohama Museum of Art, au Rotterdam International Film Festival et au Film Society of Lincoln Center. Rose s'intéresse aux nouvelles formes de vision, aux structures du langage et à la découverte de lieux inconnus. Ses films et ses vidéos sont intégrés dans plusieurs collections importantes à travers le monde. Il a également donné de nombreuses conférences sur son travail.

Elske rosenfeld
Catalogue : 2015Ein bisschen eine komplexe Situation | Doc. expérimental | hdv | couleur | 14:44 | Allemagne | Autriche | 2014
Elske rosenfeld
Ein bisschen eine komplexe Situation
Doc. expérimental | hdv | couleur | 14:44 | Allemagne | Autriche | 2014

Content Summary/ Accompanying Info: This video is an intervention into footage from the first meeting of the Central Round Table of the GDR. The meeting took place on December 7th 1989 in East Berlin, two months after the beginning of mass demonstrations across the country. The Round Table was set up to bring together members of the established political parties and the newly formed oppositional groups on equal terms. A few hours into the meeting, proceedings are interrupted as a noisy demonstration approaches outside. In the ensuing 10-minute scene, participants try to decide on a collective response. Sounds from the demonstration can be heard ebbing and swelling outside the window, while the participants inside debate. The demonstrators are never seen, only heard. The 2-channel video shows the scene in its entirety. It unfolds as a series of interventions into the material that are themselves based on motions and gestures taken from the footage: pans, zooms, the shaking of the camera, the gestures and movements of the participants, the different qualities and sources of sound. These are amplified, repeated, looped, in order to confront and confound notions of inside and outside, language and body, representation and embodiment.

Biography: Elske Rosenfeld (b. 1974 in Halle/S., GDR) uses a variety of media to rework archival materials from the history of state socialism in Eastern Europe and to relate them to contemporary political forms. Recent works in the formats video, performance, and writing have focussed on the physical, gestural content of archival documents from situations of revolution or protest (Paris 1968, East Berlin 1989, Cairo 2011) – to address the body as a site and archive of political events. Various abstracted interventions into and around these materials reactivate political energies that were set loose in these instances and continue to reverberate into the present day. Rosenfeld lives and works in Berlin and Vienna. She holds a PhD-in-Practice from the Academy of Fine Arts in Vienna. Her work has been presented internationally at institutions including Forum Stadtpark/Steirischer Herbst 2015, Graz; Berlin Art Week 2014; Sarai Reader 09/Devi Art Foundation, Delhi; Vienna Art Week 2011; BAK, Utrecht; Shedhalle, Zürich; mumok kino, Vienna; Kunsthalle Exnergasse, Vienna; GfzK, Leipzig; tranzit, Cluj, Romania; the Education Programme of documenta13. She has taken part in international residencies, including the Visual Arts Residency at the Banff Centre for the Arts, Canada. Her texts have been published in/on eipcp.net, Reviews in Cultural Theory, Springerin – Hefte für Gegenwartskunst, and in a number of books and collections. She has been awarded a DOC-Fellowship of the Austrian Academy of Sciences, and project funding from the Programme for Arts-based Research/FWF, Austria. www.elskerosenfeld.net

Martha rosler
François rosolato
Catalogue : 2005Son pays est une prison | Documentaire | dv | couleur | 77:0 | France | 2004
François rosolato
Son pays est une prison
Documentaire | dv | couleur | 77:0 | France | 2004

Comment font les Birmans pour vivre sous une dictature qui, depuis deux générations a séquestré toute forme d?espoir ? Le long du fleuve Iraouaddy apparaissent les traces de la résistance d`un peuple privé de son guide, Aung San Suu Kyi, Prix Nobel de la Paix, sauvagement attaquée et mise au secret.


François Rosolato, né à Paris en 1963, est auteur, réalisateur, comédien et chef opérateur. Formé à l`École Nationale Louis Lumière, il commence à travailler à la caméra, dans le domaine de la fiction puis du documentaire. Attiré par le cinéma du réel, il aborde parallèlement le domaine de la réalisation dans une optique très personnelle, en parvenant à trouver des financements en marge de l'univers formaté des chaînes françaises.

Catherine ross
Catalogue : 2007Trilling | Art vidéo | dv | couleur | 3:52 | USA | 2006
Catherine ross
Trilling
Art vidéo | dv | couleur | 3:52 | USA | 2006

"Trilling" reprend des séquences de la série des années 80 "Three's Company" et crée un enchaînement de boucles gestuelles progressives. Le trompétiste Taylor Haskins a collaboré à la bande son, apportant une réponse improvisée unique à chaque clip.


Catherine Ross travaille la vidéo et la photographie, mettant en scène des gestes qui passent souvent inapperçus dans leur contexte original. Isolant les mouvements des humains et/ou des objets, ses vidéos créent de nouvelles séquences musicales qui révèlent une relation fondamentale entre mouvement et son. Elle découvre que le mouvement révèle une maladresse inhérente, une humeur qui fait écho à notre propre vulnérabilité. Son travail a été presenté dans des expositions et des festivals à travers le monde: au Brésil, en Finlande, en Irlande, en Angleterre, au Canada et aux Etats-Unis. Ross a suivi des cours à la Skowhegan School of Painting and Sculpture en 2002, l'Itlantic Center for the Arts en 2003 et a reçu pour 2005-6 une résidence de la Marie Walsh Sharpe Foundation. Récemment, Catherine Ross a été gratifiée du "Best International Short Award" au Darklight Festival de Dublin, en Irlande. Elle vit et travaille à Brooklyn, New York.

David ross
Catalogue : 2016Théodolitique | Doc. expérimental | 35mm | couleur | 15:10 | Canada | 2015
David ross
Théodolitique
Doc. expérimental | 35mm | couleur | 15:10 | Canada | 2015

Théodolitique (2015) est un projet cinématique qui réunit le géodésique et le filmique, unissant la très longue histoire de l’arpentage et celle, comparativement nouvelle, des technologies cinématographiques. Reliant ces deux méthodes d’observation visuelle et d’enregistrement, Théodolitique documente des étudiants arpenteurs de l’École des Métiers du Sud-Ouest de Montréal au cours d’une seule journée, lors d’un examen extérieur. Théodolitique utilise un large éventail de techniques filmiques et acoustiques — y compris un microphone parabolique pour capter les sons distants, ainsi qu’une « théodocam » construite sur mesure pour recréer le point de vue d’un arpenteur — afin de refléter et mimer la manière dont les étudiants bougent, réfléchissent et apprennent leur métier. Tourné sur un terrain dédié à la pratique adjacent à l’École des Métiers, Théodolitique est un film à la fois chorographique et chorégraphique.


The works of David K. Ross are concerned with the processes and activities which enable infrastructural monuments, cultural institutions, and architectural structures to exist. Using photography, film and installation to carry out these inquiries, he examines the performative capacities of un-scripted activities, along with the relationships that exist between the recorded event and its re-presentation in physical space. These inquires have been applied to various projects including a study of the enigmatic activities of student land surveyors, the uncanny and oneiric qualities of a series of rooms at the Art Institute of Chicago, the nuanced and poetic movements of dancers about to perform, the mythic and sublime qualities of an urban lighting fixture in Montréal, the quietude of artists’ storage spaces, and a close examination of colour coded art shipping crates.

Douglas ross
Catalogue : 2006UN | Installation vidéo | dv | couleur | 7:7 | USA | 2004
Douglas ross
UN
Installation vidéo | dv | couleur | 7:7 | USA | 2004

L'immeuble des Nations Unies à New York, la nuit. Douglas Ross filme une architecture vide, seulement encore animée par des lumières, intermittentes, vacillantes.


Douglas ROSS est né en 1969. Il vit et travaille à New York. Son travail a été exposé au musée d'art contemporain de Miami, au festival du film de Rotterdam, à Turin, au KW institut d'art contemporain à Berlin, PS1 Contemporary Art Center / MoMA, The Walker Art Center. Il a également effectué des résidences d'artistes et participé à des programmes d'échanges au Japon

Nicolas rossi
Catalogue : 2016Made in Algeria | Vidéo | hdv | couleur | 10:13 | France | Allemagne | 2016
Nicolas rossi
Made in Algeria
Vidéo | hdv | couleur | 10:13 | France | Allemagne | 2016

Nicolas Rossi, geboren 1978 in Thonon-les-Bains (F), studierte, nach einem Gaststudium bei Gerd Roscher in Experimenteller Filmkunst an der HFBK Hamburg, an der Bauhaus Universität Weimar, bevor er 2012 die Hochschule für Grafik und Buchkunst in Leipzig als Meisterschüler absolvierte. Aktuell forscht er im Rahmen eines wissenschaftlich-künstlerischen Projekts namens „Essayismus als Tool der Kritik im Zeitalter der hybriden Bewegtbildformate“ an der Filmuniversität Babelsberg Konrad Wolf.