Catalogue > Liste par artiste
Browse the entire list of Rencontre Internationales artists since 2004. Use the alphabetical filter to refine your search.  update in progress  
Vahid vahed
Catalogue : 2006Emha | Fiction | dv | couleur | 5:0 | Australie | Iran | 2006
Vahid vahed
Emha
Fiction | dv | couleur | 5:0 | Australie | Iran | 2006

Une mère et sa fille se dirigent vers un jardin public. La mère, que des problèmes conjugaux préoccupent, en oublie de faire attention à sa fille qui joue sur une balançoire. Pendant ce temps, un homme à moto fonce furieusement à travers les rues trépidantes de la ville. Entre ces deux séquences, une scène montre un jeune garçon attendant qu?on vienne le chercher à la sortie de l?école. Deux jeunes mères pénètrent dans le parc avec une très jeune fillette qui tient un ballon rouge. Même si cela ne trouble en rien la préoccupation qui absorbe la mère dans ses pensées, sa fille est attirée par le ballon rouge. Les deux enfants s?observent l?un l?autre et sont pris du désir de lier connaissance, mais ils doivent avoir la permission des parents. La fillette au ballon rouge fait le premier pas et avance vers la balançoire. Elle s?approche, tend le ballon rouge à la petite fille en signe d?amitié et retourne vers les deux femmes. La petite fille à la balançoire lance un regard vers sa mère, quêtant l?autorisation de jouer avec le ballon. Parmi le chaos des conflits internes qui agitent l?esprit de la mère, et le bruit assourdissant de la circulation, la petite fille à la balançoire disparaît en marchant hors du jardin, tenant toujours le ballon rouge.


Vahid Vahed est né en 1959 à Téhéran (Iran). Il étudie au lycée puis à l´université en Angleterre entre 1975 et 1981. Il fait des études d´ingénieur civil puis de communication, avec la photographie et le cinéma en majeure. Vahid habite en Allemagne où il travaille pendant 3 ans comme éditeur et photographe, avant d´immigrer en Australie en 1984. Depuis son arrivée en Australie, Vahid a déjà travaillé comme journaliste, chargé de cours à l'Université, producteur/réalisateur cinéma et TV, commissaire d´exposition, et artiste vidéo. Il a également obtenu plusieurs diplômes : Associate Diploma, Charles Sturt University (Production Télévisée et Son), Bachelor of Fine Arts, College Of Fine Arts UNSW (Son, Performance et Installation) Master of Art, College Of Fine Arts UNSW (Art Temporel). Entre 1998 et 2003 il travaille pour le Ministère NSW (New South Wales) des Arts en tant que Multicultural Arts Officer, et est Directeur Artistique et Fondateur du Auburn International Film and Video Festival for Children and Young Adults (création d´un festival pour enfants et jeunes adultes, 1998) et CINEWEST (1999). En 2002 Vahid est élu Vice Président du CIFEJ (Centre International du Film pour Enfants et Jeunes Adultes), une organisation internationale conçue et mise en place par l´UNESCO et l´UNICEF en 1955. Vahid obtient le titre de membre pour deux ans au Conseil Australien pour les Arts, à la suite de ses recherches et pour avoir initialisé et favorisé les pratiques de développement culturel communautaire, et pour avoir encouragé les projections dans le cadre local, régional, national et international entre 2003 et 2005.

Ingel vaikla
Catalogue : 2015Majavalvur | Documentaire | hdv | couleur | 25:55 | Estonie | 2015
Ingel vaikla
Majavalvur
Documentaire | hdv | couleur | 25:55 | Estonie | 2015

The House Guard is a double portrait – of the Tallinn Linnahall concert and sports venue and its caretaker Peter, who are both bound by seclusion. It tells the story of the decline of a legendary building through one man`s eyes, and the personal story of a man against the backdrop of a vanishing building. It is a dialogue between the two.

Ingel Vaikla (1992) is a photographer and filmmaker. In her work she mostly questions the relation between architecture and its users, and the representation of architecture in camera based mediums. Ingel was part of the team representing Estonia at the 2012 Venice Architecture Biennale with a contribution titled `How Long is the Life of a Building?`. Her film “The House Guard” (2015) has been screened on Estonian national television and on several international film festivals in Europe. Right now she is studying in film Masters in Royal Academy of Fine Arts in Gent. She writes for design and architecture magazine Idee and organises film screenings for the International Interior Architecture Symposium SISU.

Alexander vaindorf
Catalogue : 2005New romantics | Vidéo expérimentale | dv | couleur | 6:45 | Suède | 2003
Alexander vaindorf
New romantics
Vidéo expérimentale | dv | couleur | 6:45 | Suède | 2003

Footage of different remote locations is manipulated to create an experience of one, generic place where two white Westerners, two local guides and a donkey are on an endless search through this ?unknown? landscape.


ALEXANDER VAINDORF Born 1965 in Odessa, f. CCCP, since 1987 lives and works in Stockholm. Education 2001-2002 Royal Art Academy, Stockholm. Postgraduate. 1998-2000 Columbia University, New York. SoA/Visual Arts, Master of Fine Arts. 1999-2000 Columbia University, New York. Sociology Department. 1995-1998 Konstfack University College, Stockholm, BA of Fine Arts.

Catalogue : 2006One particular Sunday | Doc. expérimental | dv | couleur | 14:0 | Suède | Italie | 2006
Alexander vaindorf
One particular Sunday
Doc. expérimental | dv | couleur | 14:0 | Suède | Italie | 2006

Une fraction de temps dans l'histoire présente de l'Europe unifiée où des personnes ne sont pas seulement exclues, mais aussi assujetties à une "forme moderne d'esclavage". L'illustre, une journée de Dziga Vertov à Moscou, après la Révolution sociale de 1917. Ce film décrit le travail des émigrés de l'ancienne Union Soviétique passant leur seul jour de congé, le dimanche, dans le Parco di Resistenza à Rome.


Né en 1965 à Odessa, f. CCCP, vit et travaille depuis 1987 à Stockholm. Education 2001-2002 Royal Art Academy, Stockholm. Post-Diplômé. 1998-2000 Columbia University, New York. Visual Arts, MFA 1999-2000 Columbia University, New York. Department Sociologie. 1995-1998 Konstfack University, Stockholm, BFA Expositions récentes et scéances: 2006 Exposition solo -Salon of the Museum of Contemporary Art, Belgrade, Exposition Solo - Kunstlerhaus Buchsenhausen Innsbruck. 2005; 10ème Rencontres Internationales Paris/Berlin; 51st Court Métrage Festival Oberhausen. 2004 Venise Architecture Biennale, Russian pavilion; 2003 ?Narration in Swedish Contemporary Art?, Suède; B-fact: Biennale deTirana et Istanbul; `It is hard to touch the real`, Kunstverein Munich, 26ème Festival du Film de Gothenburg.

Catalogue : 2005Kids (group D) | Art vidéo | dv | couleur | 58:0 | Suède | 2003
Alexander vaindorf
Kids (group D)
Art vidéo | dv | couleur | 58:0 | Suède | 2003

"Kids (group D)" est un film sur et avec les enfants de Chernobyl, apportant une réflexion sur la réalité du point de vue d'adolescents, une réalité qui se concentre sur eux par des événements qu'ils n'ont jamais vécus. L'ensemble est filmé en Ukraine durant l'été 1999, dans un sanatorium où j'ai vécu un mois avec les enfants ayant le statut identifiant de Chernobyl, groupe D (D désigne qu'il s'agit d'enfants). Leurs familles vivaient aux alentours de la centrale de Chernobyl et ont été évacuées vers différentes villes après l'explosion. Les 13 enfants du film sont tous nés juste avant ou après l'accident, et leurs souvenirs sont un amalgame des informations véhiculées par leurs familles, les médias et l'école. Le film expose "leurs" impressions des événements qui ont suivi le désastre, et comment cela a affecté leur génération. En contraste avec l'image véhiculée par les médias, les enfants ressemblent à n'importe quels adolescents et parlent de leurs idées pour le futur, ainsi que des réactions de la société envers eux.


ALEXANDER VAINDORF Il est né en 1965 à Odessa. Depuis 1987, il vit et travaille à Stockholm. Formation 2001-2002 : Etudiant de troisième cycle à la Royal Art Academy, à Stockholm. 1998-2000 : Maîtrise des beaux-arts, SoA/Visual Arts, à l'Université de Columbia, à New York. 1999-2000 : Etudes au Département de Sociologie à l'Université de Columbia, à New York. 1995-1998 : Licence des beaux-arts au Konstfack University College, à Stockholm.

Catalogue : 2013Border lessons | Doc. expérimental | dv | couleur et n&b | 9:0 | Suède | 2013
Alexander vaindorf
Border lessons
Doc. expérimental | dv | couleur et n&b | 9:0 | Suède | 2013

Instead of following and depicting actions of others ?Border lessons? utilizes a subjective experience through ?birdfollower? who makes a camera recording while crossing the border in to European Union. This travelogue discloses the instructions, private and secret details behind an effort to migrate over to a better life. Previously undocumented from a first person point of view the daring journey becomes evidence, a bold statement and manual on how to cross the border without getting trapped. Consequently camera lenses are used not only to register the scenes, but moreover as a binoculars to make necessary observation for reconnaissance, as well as a device to find and put on record marked signs and walking paths.

Alexander Vaindorf (*1965 in Odessa, Ukraine) is a Russian-Swedish artist and filmmaker, currently living in Stockholm. Raised in Moscow, USSR he studied at Konstfack University and Royal Institute of Art in Stockholm and received his MFA degree from Columbia University/Visual Arts in New York in 2000.

Alexander vaindorf, birdfollower
Catalogue : 2005New romantics | Vidéo expérimentale | dv | couleur | 6:45 | Suède | 2003
Alexander vaindorf , birdfollower
New romantics
Vidéo expérimentale | dv | couleur | 6:45 | Suède | 2003

Footage of different remote locations is manipulated to create an experience of one, generic place where two white Westerners, two local guides and a donkey are on an endless search through this ?unknown? landscape.


ALEXANDER VAINDORF Born 1965 in Odessa, f. CCCP, since 1987 lives and works in Stockholm. Education 2001-2002 Royal Art Academy, Stockholm. Postgraduate. 1998-2000 Columbia University, New York. SoA/Visual Arts, Master of Fine Arts. 1999-2000 Columbia University, New York. Sociology Department. 1995-1998 Konstfack University College, Stockholm, BA of Fine Arts.

Catalogue : 2006One particular Sunday | Doc. expérimental | dv | couleur | 14:0 | Suède | Italie | 2006
Alexander vaindorf , birdfollower
One particular Sunday
Doc. expérimental | dv | couleur | 14:0 | Suède | Italie | 2006

Une fraction de temps dans l'histoire présente de l'Europe unifiée où des personnes ne sont pas seulement exclues, mais aussi assujetties à une "forme moderne d'esclavage". L'illustre, une journée de Dziga Vertov à Moscou, après la Révolution sociale de 1917. Ce film décrit le travail des émigrés de l'ancienne Union Soviétique passant leur seul jour de congé, le dimanche, dans le Parco di Resistenza à Rome.


Né en 1965 à Odessa, f. CCCP, vit et travaille depuis 1987 à Stockholm. Education 2001-2002 Royal Art Academy, Stockholm. Post-Diplômé. 1998-2000 Columbia University, New York. Visual Arts, MFA 1999-2000 Columbia University, New York. Department Sociologie. 1995-1998 Konstfack University, Stockholm, BFA Expositions récentes et scéances: 2006 Exposition solo -Salon of the Museum of Contemporary Art, Belgrade, Exposition Solo - Kunstlerhaus Buchsenhausen Innsbruck. 2005; 10ème Rencontres Internationales Paris/Berlin; 51st Court Métrage Festival Oberhausen. 2004 Venise Architecture Biennale, Russian pavilion; 2003 ?Narration in Swedish Contemporary Art?, Suède; B-fact: Biennale deTirana et Istanbul; `It is hard to touch the real`, Kunstverein Munich, 26ème Festival du Film de Gothenburg.

Catalogue : 2005Kids (group D) | Art vidéo | dv | couleur | 58:0 | Suède | 2003
Alexander vaindorf , birdfollower
Kids (group D)
Art vidéo | dv | couleur | 58:0 | Suède | 2003

"Kids (group D)" est un film sur et avec les enfants de Chernobyl, apportant une réflexion sur la réalité du point de vue d'adolescents, une réalité qui se concentre sur eux par des événements qu'ils n'ont jamais vécus. L'ensemble est filmé en Ukraine durant l'été 1999, dans un sanatorium où j'ai vécu un mois avec les enfants ayant le statut identifiant de Chernobyl, groupe D (D désigne qu'il s'agit d'enfants). Leurs familles vivaient aux alentours de la centrale de Chernobyl et ont été évacuées vers différentes villes après l'explosion. Les 13 enfants du film sont tous nés juste avant ou après l'accident, et leurs souvenirs sont un amalgame des informations véhiculées par leurs familles, les médias et l'école. Le film expose "leurs" impressions des événements qui ont suivi le désastre, et comment cela a affecté leur génération. En contraste avec l'image véhiculée par les médias, les enfants ressemblent à n'importe quels adolescents et parlent de leurs idées pour le futur, ainsi que des réactions de la société envers eux.


ALEXANDER VAINDORF Il est né en 1965 à Odessa. Depuis 1987, il vit et travaille à Stockholm. Formation 2001-2002 : Etudiant de troisième cycle à la Royal Art Academy, à Stockholm. 1998-2000 : Maîtrise des beaux-arts, SoA/Visual Arts, à l'Université de Columbia, à New York. 1999-2000 : Etudes au Département de Sociologie à l'Université de Columbia, à New York. 1995-1998 : Licence des beaux-arts au Konstfack University College, à Stockholm.

Catalogue : 2013Border lessons | Doc. expérimental | dv | couleur et n&b | 9:0 | Suède | 2013
Alexander vaindorf , birdfollower
Border lessons
Doc. expérimental | dv | couleur et n&b | 9:0 | Suède | 2013

Instead of following and depicting actions of others ?Border lessons? utilizes a subjective experience through ?birdfollower? who makes a camera recording while crossing the border in to European Union. This travelogue discloses the instructions, private and secret details behind an effort to migrate over to a better life. Previously undocumented from a first person point of view the daring journey becomes evidence, a bold statement and manual on how to cross the border without getting trapped. Consequently camera lenses are used not only to register the scenes, but moreover as a binoculars to make necessary observation for reconnaissance, as well as a device to find and put on record marked signs and walking paths.

Alexander Vaindorf (*1965 in Odessa, Ukraine) is a Russian-Swedish artist and filmmaker, currently living in Stockholm. Raised in Moscow, USSR he studied at Konstfack University and Royal Institute of Art in Stockholm and received his MFA degree from Columbia University/Visual Arts in New York in 2000.

Arnaud valadie
Catalogue : 2005Sciame/Swarm/Essaim - passage du sens à la scène | Documentaire | dv | couleur et n&b | 22:28 | France | 2005
Arnaud valadie
Sciame/Swarm/Essaim - passage du sens à la scène
Documentaire | dv | couleur et n&b | 22:28 | France | 2005

Le film relate la création, sur deux ans, du premier texte théâtral de Toni Negri (philosophe et homme politique italien). "Essaim", mis en scène par Barbara Nicolier, retrace le parcours d’un militant à la recherche d`un moyen de résistance qui ne soit pas la guerre. A 71 ans, après avoir connu l`exil et la prison, Toni Negri se lance dans une expérience inédite. Le film montre la mise en scène de cette parole au théâtre.


Après des études à l'Ecole Audiovisuelle de Toulouse (ESAV) de 1994 à 1998, il entreprend un travail de recherche sur le cinéma burlesque (DEA à l`université Paris 3) pour lequel il travaille sur le film "No sex last night" de Sophie Calle. Depuis 2000, il travaille au Théâtre National de la Colline où il s'occuppe de la communication internet et vidéo. Dans le cadre de la revue électronique, il collabore avec Jacques Bonnaffé, Pascal Rambert, Daniel Danis, Jacques Roubaud, Michel Vinaver et Edward Bond. Parallèlement, il réalise "Triomphe de la suffisance" (court-métrage de fiction, 16 mm). Il travaille occasionnellement à l'Espace Confluences (projection de "Route 181" d'Eyal Sivan, rétrospective Marcel Ophüls, soirée courts-métrages). En 2003, il rencontre Toni Negri à Rome. De ces entretiens, naîtront un spectacle "Essaim", mis en scène par Barbara Nicolier et le film "Sciame / Swarm / Essaim - passage du sens à la scène".

Cherie valentina stocken
Jaime vallaure, rafael lamata, daniel musicco
Catalogue : 2006El ABC de la Performance | Vidéo expérimentale | dv | couleur | 35:22 | Espagne | 1995
Jaime vallaure , rafael lamata, daniel musicco
El ABC de la Performance
Vidéo expérimentale | dv | couleur | 35:22 | Espagne | 1995

Cette première série d'oeuvres donne à voir les relations de base et les conflits mineurs entre les êtres humains. Ce manque d'ambition thématique apparent permet de mieux se concentrer sur les questions essentielles relatives aux variables du temps et de l'espace, qui constituent l'essence même de l'image en mouvement. Le matériel de travail vient directement d'une vidéo amateur. L'une des pièces sélectionnées dans ce catalogue est issue des premiers travaux de l'artiste : ?Tía Berti?. Ce court-métrage est réalisé à partir d'une matière autobiographique qui oppose deux périodes, deux regards, deux sourires; en bref, deux manières d'être au monde. L'axe narratif de la vidéo est fondé sur une pose photographique que la vidéo capture de manière très différente à partir de l'image fixe : attente en silence du moment de la prise, moment qui révèle une partie plus intime du personnage féminin présenté, à son insu. Les titres suivants sont parmi les plus importants des premières oeuvres de l'artiste : ?Yo creí que había que decir algo?, ?Un regalín para la hija del Portero?, ?Las fotos salen mejor sin ojos? and ?Por favor, no me saques?. Toutes ces oeuvres sont faites à partir de vidéos amateur. La période de création suivante est représentée par ?Sería hacia el año 1918?, réalisé en collaboration avec Daniela Músico. Il s'agit d'une oeuvre avec une distribution et une reconnaissance inégales. Elle combine parfaitement les interrogations de l'artiste qui relèvent du champ artistique et celles qui relèvent du champ technique. C'est l'enregistrement de l'errance sans but d'un vieil homme, simultanément à la remémoration d'anciens souvenirs évoqués par un commentaire et projetés au fond de l'image comme si c'était un écran de cinéma géant. Un conteneur pour le recyclage du verre fonctionne comme une métaphore pour le stockage d'une mémoire fragmentaire : les mémoires individuelles finissent par se briser en fragments infinis constituant un amas de mémoire compact bien que discontinu. La troisième période est représentée par ?¿Quién es??, et se caractérise par l'utilisation de vidéos de vacances et de voyages, enregistrements amateurs dont le seul but est de conserver pour l'avenir un moment du présent qui s'enfuit et nous échappe. Dans ce cas, nous voyons à l'écran des ruines romaines, dans un plan fixe qui permet à l'apparence voilée des absences dans l'espace d?acquérir une densité émotionnelle. Le temps laisse ses traces émerger de ruines architectoniques, comme des fragments d'êtres éphémères qui jamais plus ne reviendront, des présences presque incorporelles en train de disparaître, des âmes intangibles sans véritable entité, qui peuvent seulement générer des ombres évanescentes et vacillantes. Le temps passant, les oeuvres vidéos possèdent un caractère qui associe en parallèle art et art social. L'activité continue de l'auteur dans le champ de la performance à partir de 1990, conduit progressivement sa réflexion vidéographique vers des territoires plus complexes, dans une perspective à la fois formelle et structurelle. La vidéo n'est plus considérée comme le résultat d'un processus d'analyse et de réélaboration d'une réalité perçue, mais plutôt comme la synthèse d'une activité performative et communicationnelle au sein de laquelle le discours fonde la construction d'un concept. La vidéo n'est pas le point de départ mais le point d'arrivée, le terme d'un voyage, l'achèvement d'un processus, l'acte d'identité d'une expérience; en bref, la conclusion d'une investigation. Deux oeuvres réalisées ensemble par Rafael Lamata ont été choisies pour cette période "ABC de la Performance" est un dictionnaire raisonné sur les vices et habitudes de cette pratique artistique. La vidéo fut originellement conçue comme une conférence-performance, et fut transformée ultérieurement en vidéo, sa structure s'adaptant au format de l'image en mouvement et prenant le modèle de diffusion de la télévision comme référent. La collaboration avec Daniela Músicco dans le rôle d'hôtesse d'accueil fut cruciale pour la présentation de nombreux concepts interconnectés et tortueux. L'oeuvre suivante ?Siete Cuentos para la Carcel de Carabanchel? fut aussi co-réalisée par Rafael Lamata. Cette vidéo est la conclusion d'un processus d'intervention collective dans la prison de Carabanchel, avec des détenus. Elle a été montrée à la fois à l'intérieur et à l'extérieur de la prison, dans le but de transcender des langages stéréotypées, afin de rechercher des formules inexplorées dans le champ de la délation sociale et personnelle.


Jaime Vallaure (Asturias 1965). BA de beaux-arts à l'Université Complutense de Madrid. Il a commencé son activité artistique officielle en pratiquant l'art vidéo, plus spécifiquement, par des oeuvres à canal unique qui explorent l'esthétique du quotidien et du banal. Jaime Vallaure prépare actuellement avec Rafael Lamata une intervention pour le pavillon espagnol de la 52ème Biennale de Venise, en collaboration avec le duo conceputel/ performatif Los Torreznos.

Maximilien van aertryck
Catalogue : 2013Icebreakers | Documentaire | | couleur | 14:53 | France | Suède | 2012
Maximilien van aertryck
Icebreakers
Documentaire | | couleur | 14:53 | France | Suède | 2012

Un jour d?hiver, un ferry se fraie un chemin sur la mer Baltique gelée. A bord, grâce au programme de divertissement, la glace est déjà rompue depuis longtemps. Avec leurs numéros, les artistes insufflent un peu de magie dans ce monde qui semble déjà irréel en soi. Un voyage vers l?inconnu, plein de nostalgie et d?espoir.


Maximilien Van Aertryck is a French-German filmmaker. He currently lives in Sweden.

Maximilien van aertryck
Catalogue : 2016Extramaterial | Documentaire | hdv | couleur | 58:0 | France | Suède | 2016
Maximilien van aertryck
Extramaterial
Documentaire | hdv | couleur | 58:0 | France | Suède | 2016

Tough, initiative taking men, frail and defenceless women, Beretta guns and hoarse mafia boss voices. EXTRA MATERIAL is a behind-the-scenes film which closely studies the making of an artistically acclaimed mafia movie. The goal is to trigger a reflection on the content and attitudes that are reproduced in and throughout cinema.

Maximilien Van Aertryck (director) was born in 1989 in Paris and Axel Danielson (producer) in 1976 in Vittskövle. They collaborate at Plattform Produktion in Gothenburg since 2013, where they also work together with Ruben Östlund. “Our interest lies in the potential of the moving image and our ambition is that the images we produce have a critical and humorous approach to the stream of images that surround us.”

Oscar van alphen
Catalogue : 2007The Wars | Film expérimental | | couleur et n&b | 32:0 | Pays-Bas | 2006
Oscar van alphen
The Wars
Film expérimental | | couleur et n&b | 32:0 | Pays-Bas | 2006

Oscar Van Alpen - the Wars Dans "The Wars", le photographe Oscar van Alphen mêle une adaptation du texte de George Bataille Madame Edwarda à des images sorties de ses archives personnelles. Madame Edwarda (publie en 1941 sous le pseudonyme Pierre Angélique) est une histoire sans début ni fin dans laquelle un narrateur à la première personne et une prostitue se rencontre dans Paris la nuit. Madame Edwarda traite de luxure, de pouvoir, d'anxiété, de désir et d'humiliation. Van Alphen se sert du texte de Bataille comme métaphore de la perversité de nos structures sociales, du manque de contrôle de nos pouvoirs politiques et économiques et les effets qu'ils ont sur la dignité humaine. Il juxtapose des images des régions industrielles délabrées et presque désertées du nord de la France et des rebellions étudiantes de 1968 à Paris au texte pornographique qui sortit pendant les premières années de la deuxième guerre mondiale. The Wars est une version restaurée d'une projection faisant partie de l'installation De Oorlogen de 1984-1985. Un mélange d'images immobile et en mouvement accompagne d'une voix off, l'?uvre était projetée (en utilisant 6 projecteurs de diapositives et un projecteur de film 16 mm) dans une pièce où étaient aussi présentés des photographies. La restauration de 2006 a scanné digitalement et re-masterisé les visuels et crée une version anglaise de la bande-son hollandaise afin de créer une version de l'?uvre pour écran unique. (The Wars va être au centre d'une exposition rétrospective sur la vie et l'?uvre d'Oscar van Alphen appelé I distrust the Image, qui sera présenté du 19 Janvier au 21 Mars 2007 au Nederlands fotomuseum de Rotterdam. Le "remake" de The Wars va être publie en DVD par Paradox dans sa version anglaise et hollandaise pour accompagner l'exposition. En même temps, Focus Publishing va sortir, dans sa série Monografieën Nederlands Fortografen, une monographie écrite par Frits Gierstberg, historien d'art et conservateur au Nederlands fotomuseum de Rotterdam.)


Oscar van Alphen (né en 1923)est photographe et écrivain. Il a publié son premier livre de photos en 1958 (Kinderen in de grote stad/Enfant dans la grande ville). Il a travaillé pour des journaux dans les années soixante, se concentrant principalement sur les évènement de rues. De 1972 à 1979, période très expérimentale dans la scène du théâtre et des arts visuels, il écrivait une colonne hebdomadaire pour le magazine Vrij Nederland. Sa publication de 1978 Het Rijke Onvermogen (Prospère Impotence) et son livre de 1982 sur la Palestine prennent une forte position politique. Apres 1980 il commence a expérimenté avec la photographie et le texte, aussi bien sur le niveau formel qu'intellectuel, ce qui l'amena à publier Het Moment Voorbij(Au delà du Moment, 1982) et De slak op het grasveld (L'escargot dans la prairie, 1991). La production audiovisuelle de 1984-1985 De Oorlogen peut être considéré comme son chef d'?uvre.

Michiel van bakel
Catalogue : 2007Inner Machine | Vidéo expérimentale | dv | couleur et n&b | 0:0 | Pays-Bas | 2007
Michiel van bakel
Inner Machine
Vidéo expérimentale | dv | couleur et n&b | 0:0 | Pays-Bas | 2007

A reflection on relative movements in manipulated time. A visual poem. In comes nightfall Big Dipper is rising Aeon old carbon man burning with oxygen Well drilled soil pale sanded sun Crude black oil of millennia gone Dwellings are moving reflecting the day Blue lights of dawn blown astray

Michiel van Bakel étudia l'astronomie et la psychologie pendant de longues année avant de choisir l'expression libre en école d'art. Van Bakel a fait des films et des vidéos mais aussi des sculpture (bronze, fer et plastique) et des installations multimédia interactives. Dans celles-ci, il combine les fondations élémentaires de la photo et de la vidéo avec des techniques d'animation digitales. Alors que son approche est technique, son travail est concentré sur les gens, résultant souvent en une réalité poétique.

Martijn van boven
Catalogue : 2007Interfield | Vidéo expérimentale | dv | couleur | 6:40 | Pays-Bas | 2007
Martijn van boven
Interfield
Vidéo expérimentale | dv | couleur | 6:40 | Pays-Bas | 2007

"Interfield" décrit un univers imaginaire, rendu visible par le biais d'une imagerie abstraite et d'un bourdonnement électronique. Le mot "interfield" fait référence à une position des spectateurs depuis laquelle ils perçoivent un environnement dont ils ne font pas partie. De cette position, ils assistent au déploiement des deux médias (image et son) pour former un système de composition autonome. Jusqu'au point où son et image entrent en collision. A partir de cet instant, ils continuent leur douce symbiose, pour se développer à l'infini.


Martijn van Boven est né en 1977 aux Pays-Bas. Il travaille le film expérimental et l'art informatique. Ses recherches portent sur les techniques et les possibilités du processus d'imagerie moderne et de création dans le contexte de films expérimentaux et de films numériques. Les films abstraits de Stan Brakhage ont une influence sur son oeuvre et sur sa conception des images abstraites en relation avec le film. Martijn van Boven a fait ses études à la Royal Art Academy de La Haye, en Hollande, dans la section image et son. Son oeuvre couvre une large palette: installations vidéo, films, collaborations avec des compositeurs et images en temps réel. Son travail a été montré dans de nombreux festivals à travers le monde: IFF Rotterdam, State X New Forms, Sonic Acts, Holland Festival, Five Days Off, FICCO (Mexico City, Mexico), RIKZ (Riga, Latvia),SKIF-9 (St. Pétersbourg, Russie) et Transmediale (Berlin, Allemagne). Depuis 2000, Martijn van Boven travaille comme conservateur free-lance dans le cinéma et la vidéo, en particulier dans le cinéma d'avant-garde et le cinéma abstrait. Il enseigne l'art audiovisuel à la Art Academy of Arnhem (Pays-Bas). En 2003, il a cofondé un centre d'art pour les nouveaux médias à La Haye en Hollande, où il vit et travaille actuellement.

Michael van den abeele
Catalogue : 2007Cargo Cult | Vidéo expérimentale | dv | couleur et n&b | 7:51 | Belgique | 2006
Michael van den abeele
Cargo Cult
Vidéo expérimentale | dv | couleur et n&b | 7:51 | Belgique | 2006

Cargo Cult commence comme un poème vidéo sur la compagnie de transport DHL, montrant des montagnes et des vallées aux contours rudimentaires. Le paysage est traversé par un container portant le logo de DHL. C'est une abstraction romantique du transport de biens, sur les montagnes, dans les vallées, à travers l'univers. Le container DHL est montré en perspective isométrique, les montagnes et les vallées sont la même image montrée dans un sens puis dans l'autre. La distance est réduite (ou maximisée) à la planéité. La deuxième partie de la vidéo montre des avions, des camions et des trains DHL miniatures voyageant dans une mini Europe; un parc à thèmes à Bruxelles qui réunit des maquettes de tous les monuments architecturaux des différents états membres de l'Europe (le mur de Berlin, la tour Eiffel, Big Ben, etc.). Plus qu'un simple sponsor de la mini Europe, le réseau de transport DHL s'étend sur tout le parc comme un monument supra-national. Cargo Cult est un poème de science-fiction dans lequel la compagnie de transport manipule la profondeur et la distance à loisir, et où les biens voyagent pour leur propre intérêt et ont leur propre route. Cargo Cult devrait être projeté ou montré sur un moniteur single channel en boucle infinie.


Michael Van den Abeele est né en 1974 à Bruxelles, en Belgique. C'est un artiste visuel, co-conservateur du centre d'art bruxellois "Etablissement d'en face".

Catalogue : 2008the Sausage Party #2 (the mud club) | Installation vidéo | dv | couleur et n&b | 4:24 | Belgique | 2008
Michael van den abeele
the Sausage Party #2 (the mud club)
Installation vidéo | dv | couleur et n&b | 4:24 | Belgique | 2008

« The Sausage Party #2 » est série de vidéos. Chaque partie montre une certaine atmosphère sociale dans laquelle des actions névrotiques et compulsives sont combinées à des motifs optiques ou des effets. La régression commune et la cohésion sociale se dissolvent l?une dans l'autre. « The Sausage Party # 2 » est la vidéo la plus énigmatique de la série. Elle commence par l?image d?un tas de boue, entouré d?une clôture. Peu à peu obscurci par un nombre croissant de clôtures en mouvement, le tas de boue devient une sorte de trésor/centre, sale et informe. Enfin, il se transforme en combat de rue à l?ancienne (copié à partir d'un des premiers manuels de dessins animés). En zoomant lentement, la lutte tourbillonnante se dissout dans un effet stroboscopique hypnotisant, ressemblant beaucoup à la machine à rêves de Brion Gysin. « The Sausage Party #2 », la vidéo la plus abstraite de la série, travaille avec les effets les plus optiques possible. La clôture revient comme thème visuel dans « The Sausage Party #4 » (Europa Votra), où elle fonctionne comme une clôture classique de paysage arcadien.


Michael Van den Abeele °29-05-74 links: www.pilotlondon.org www.youtube.com/watch?v=4wXzrjVHj_M www.etablissementdenfaceprojects.com Exhibitions (selection) 2008 -Curiosität, galerie Micheline Szwajcer, Antwerp, Belgium -With Love from Brussels, VanAbbe Museum, Eindhoven, NL -CAC, Museo de Arte Moderno Toluca, Mexico -Europa Vostra, Trafu, Budapest, Hungaria -Losing Control, de Garage, Mechelen, B 2007 -Rencontres Internationaux, Centre Pompidou, Paris, FR -18, l?Observatoire, Maison Gregoire, Brussels, B -"Vanaf nu!..", LLS 387 (organised by Ulrike Lindmayer, Willem Oorebeek and Ricardo Brey), Antwerp, B -Breughel`s View (part of Commitment), BKSM Mechelen, B -GHB, Van Abbe museum, Eindhoven, NL 2006 -Choose Choice (with Jos deGruyter & Harald Thys), de Brakke Grond, Amsterdam, NL -Le Bonheur, Brussels, B 2005 -Emergency Biennal, Matrix Art Projects, Brussels -Madrid - Grozny -Ambassador, Public> Paris, F 2004 - Shoner Wohnen, New center for contemporay art Waregem, curated by Moritz Kung, B - Visa for 13, PS1, contemporary art center, curated by Jimena Blasqez, NY, USA - Working ethics, Krinzinger Projecte, curated by Philip Pirotte, Vienna, Austria 2003 - Participant of the PS1 contemporary art center, studio program, NY-USA -Viva Romantica, NICC Free Space - KMSK (museum of fine arts), Antwerp, B -?split pick up?, a group-project with A. Hendrickx, G. Lester, B. Rebetez & K. Dedecker, STUK, Leuven, B 2002 -Le vent à double tranchant, Archetype, Kanal 11, Brussels, B -Permanent installation at the ?house of Flemisch representation in Paris?, F -?Haunted house of Arts? Gallery Outline, Amsterdam, NL - Paramount Basics (extended), Muhka, curated by Richard Venlet and Moritz Kung, Antwerp, B 2001 -Flat Space, architecture & virtual space, de Witte Zaal, Ghent, B -Parcours d?incidents, de Ateliers, Amsterdam, NL -Prix du Jeune peinture Belge, Palais des Beaux Arts (BOZAR), Brussels, B 2000 -Etablissement d?en face, Brussels, B -Orbis Terrarum, Plantyn-Moretus museum, curated by Moritz Kung, Antwerp, B -3-ness, in Museum Dhont-Daenens (MDD), curated by Edith Dove, Deurle, B -SubRosa, Ateliers Iternationaux d?Alsace et de Lorraine, curated by Eva Gonzales Sancho, Phalsbourg, F 1999 -JARS 1, curated by Guilaume Bijl, Kunstcentrum-Sittard, Netherlands, NL -Young @ all.ages, Deweer Art gallery, Otegem, B -Small Stuff (organised by Hans Theys), Klagsbrun gallery, NY, USA -Small Stuff (organised by Hans Theys), Herman Teirlinckhuis, Beersel, B Residencies -Artist residence in France ?Ateliers Iternationaux d?Alsace et de Lorraine?, France, 2000 -PS1, contemporary art center, studio program, NY-USA, 2003 -Platform Garanti, Istanbul, Turkey, 2008

Bregtje van der haak
Catalogue : 2005Lagos: Wide & Close | Vidéo expérimentale | dv | couleur | 60:0 | Pays-bas | 2004
Bregtje van der haak
Lagos: Wide & Close
Vidéo expérimentale | dv | couleur | 60:0 | Pays-bas | 2004

En 2002, Bregtje van der Haak, en collaboration avec l'architecte Rem Koolhaas et le Projet Harvard sur la Ville ont réalisé lagos/Koolhaas, un documentaire sur l'auto-organisation et l'urbanisation au Nigeria. Par la suite, elle a développé un nouveau projet avec le designer Silke Wawro: Lagos Wide & Close (Lagos lointain & proche), un voyage interactif dans une ville en explosion. Ce DVD innovant contient un documentaire vidéo (60'), réalisé à partir de 55 heures de vidéos inutilisés, qui permet au spectateur d'approcher Lagos, mégalopolis dont la croissance explose. Avec le chauffeur de bus Olawole Busayo, le spectateur se déplace à travers la ville et peut choisir, à tout moment dans le documentaire, entre une perspective distante (" large") ou impliquée (" proche").


Bregtje van der Haak est spécialiste en science politique, journaliste et réalisatrice de documentaires. Depuis 1994, elle réalise des programmes pour les émissions publiques. Pour VPRO, elle fait notamment des documentaires pour Tegenlicht (Feu arrière), DNW-Rooksignalen uit De Nieuwe Wereld (Signaux de fumée du Nouveau Monde) et Laat op de avond na een korte wandeling (Tard le soir après une petite promenade). Elle est diplômée en science politique et en droit de l'Université d'Amsterdam et de la Columbia University Graduate School off Journalism. Sa carrière à la télévision a commencé à New York avec "The Charlie Rose Show". Depuis 1990, elle a écrit sur l'art, les medias et la culture. Silke Wawro est diplômée de la Gerrit Rietveld Academy et du Sandberg Institute d'Amsterdam comme designer graphique. Son ?uvre, Volksware explore la création de la valeur d'un produit, et son impact sur le consommateur. Son ?uvre la plus récente, le manteau le plus cher du monde, est réalisée à partir de plus de 7 500 étiquettes de marques de vêtements. Depuis 2002, elle enseigne notamment à la Art Academy HGB de Leipzig, Allemagne.

Guido van der werve
Catalogue : 2006Nummer vier | Fiction expérimentale | dv | couleur | 12:0 | Pays-Bas | 2005
Guido van der werve
Nummer vier
Fiction expérimentale | dv | couleur | 12:0 | Pays-Bas | 2005

Il y a des choses qui sont inévitables, comme les lois de la gravité, et ce peu importe à quel point on aimerait les éviter, et le sous-titre de ce court-métrage donne totalement raison à cette affirmation. Dans ?Nummer vier?, Guido van der Werve présente une forme contemporaine du ?spleen? : la mélancolie du 19ème siècle mélangée à la sobriété Néerlandaise et le ?timing? conceptuel. Nous voyons sans cesse une scène improbable se dérouler sur un arrière plan pittoresque et serein. Un homme joue du piano sur un radeau au milieu d?un lac d?huile ; une chorale et un orchestre joue un requiem sur un bateau à voile ; une personne tombe du ciel. Rien de bouleversant, mais ce sont les ingrédients grâce auxquels ?Nummer vier? met en place les problèmes importants : la nature, l?art, la beauté, la vie, la mort. Des sujets que personne ne peut éviter, que ce soit en tant qu?être humain ou en tant qu?artiste, mais que l?on peut mettre au défi ? tout comme la gravité.


Guido van der Werve est un artiste né le 7 avril 1977 à Papendrecht, près de Rotterdam aux Pays Bas. Il est installé à Amsterdam où il a étudié l?art à l?Académie Gerrit Rietveld et à la Rijksakademie van Beeldende Kunsten. Il a également étudié le piano classique, la culture et la langue russe et l?archéologie. Il travaille également en tant que conférencier et professeur. Il travaille principalement sur des films basés sur la performance. Les ?uvres de van der Werve ont été exposées bon nombre de fois, dans des endroits dédiés à l?art mais aussi au cinéma. Il a obtenu le prix René Coelho de l?Institut Néerlandais des Arts Médiatiques Montevideo/TBA, en 2003. Il a été nommé en 2004 pour le NPS short film award, et en 2005 pour le Prix de Rome aux Pays Bas. Il est actuellement exposé à la Gallery Olaf Stueber à Berlin, à la Gallery Monitor à Rome et à la Gallery Juliette Jongma à Amsterdam.

Guido van der werve
Catalogue : 2006Nummer Vier | Fiction expérimentale | 35mm | couleur | 11:45 | Pays-Bas | 2005
Guido van der werve
Nummer Vier
Fiction expérimentale | 35mm | couleur | 11:45 | Pays-Bas | 2005

Some things are as inevitable as gravity, no matter how much we would like to avoid them: something with which the subtitle of this short film whole-heartedly agrees. In "Nummer Vier", Guido van der Werve presents a contemporary form of spleen: nineteenth-century melancholy, mixed with Dutch sobriety and conceptual timing. Over and over again, we see an unlikely scene unfolding against a picturesque, serene background. A man playing a piano on a raft in the middle of a smooth lake; a choir and orchestra performing a requiem on a ship under sail; someone falling from the sky. Nothing world-shattering, but these are the ingredients with which "Nummer vier" introduces the important issues: nature, art, beauty, life, death; subjects that no-one can avoid, neither as a human being nor as an artist, but that can be defied ? just as gravity.

Guido van der werve
Catalogue : 2005Nummer drie (take step fall) | Film expérimental | 16mm | couleur | 10:38 | Pays-bas | 2004
Guido van der werve
Nummer drie (take step fall)
Film expérimental | 16mm | couleur | 10:38 | Pays-bas | 2004

"Take step fall", une histoire vraie dans laquelle tout le monde et toute chose redonnent espoir.


Guido van der Werve, né le 7 avril 1977 à Papendrecht, a étudié les arts audiovisuels à la Gerrit Rietveld Academie à Amsterdam où il obtient son diplôme en 2003. Avant cela, il a étudié le piano pendant une courte période au Conservatoire de Rotterdam. Il débute en enregistrant des représentations sur vidéo, et se tourne ensuite vers le travail sur film, avec une équipe, et ses propres morceaux de piano et éléments cinématographiques. Dans ses ?uvres récentes, il réalise de courtes histoires abstraites tirées d'éléments correspondant à son état d'esprit. Les ?uvres de Guido van der Werve sont présentées dans le contexte à la fois artistique et cinématographique. Avec son film de fin d'études, "Nummer twee", il a remporté le prix René Coelho de l'Institut Hollandais des arts et médias. Son film suivant, "Nummer drie" a été sélectionné pour le prix NPS du court-métrage. Et récemment, son ?uvre a été sélectionnée pour le prestigieux Dutch Dtate Art Award, "Le prix de Rome".

Guido van der werve
Catalogue : 2006Nummer vier | Fiction expérimentale | 16mm | couleur | 11:48 | Pays-Bas | 2005
Guido van der werve
Nummer vier
Fiction expérimentale | 16mm | couleur | 11:48 | Pays-Bas | 2005

On ne saurait faire fi de la gravité. Dans "Nummer vier" (Numéro quatre), Guido van der Werve suggère une forme contemporaine du spleen : une mélancolie du dix- neuvième siècle, emprunte d'une sobiété hollandaise et conceptuelle dans sa composition. Encore et encore, une scène singulière a lieu, le décor en est pittoresque et serein. Un homme joue du piano sur un radeau au milieu d'un lac calme, quelqu'un tombe du ciel, une chorale et un orchestre exécutent un requiem sur un bateau à voile? Une épure, des séquences simples et denses dans "Nummer vier" introduisent à la nature,l'art,la beauté,la vie, la mort, phénomènes qu'on ne saurait éluder, ni en tant qu'homme ni en tant qu'artiste, mais qui peuvent être bravés.


Guido Van Der Werve est né en 1977 à Papendrecht, une banlieue de Rotterdam. Pianiste, il rejoint le Conservatoire de Rotterdam après l'Université. Il étudie l'archéologie et le russe http://www.art-action.org/proposition/base/traduction/2007_feuilletraduction.php?codeoeuvre=N37139&qui=reali&login=cecile_coà la Gerrit Rietveld Academie d' Amsterdam. Il est actuellement résidant à la Rijksakadémie à Amsterdam. Il s'intéresse au film et au langage cinématographique. Dans sa première ?uvre, il mixait séquences narratives et performance. Les clés de ses ?uvres sont toujours la performance, la musique et des scènes atmosphériques. Il travaille à partir de longs plans et ne sollicite jamais d'acteur.

Catalogue : 2007Nummer zes | Vidéo expérimentale | dv | couleur | 17:9 | Pays-Bas | 2006
Guido van der werve
Nummer zes
Vidéo expérimentale | dv | couleur | 17:9 | Pays-Bas | 2006

Un texte sur un fond noir un peu sale nous explique que depuis l'âge de 6 ans le réalisateur a l'habitude de décorer sa chambre en noir et blanc ; qu'un rayon de soleil a un jour atteint son mur en se reflétant sur la façade d'un bâtiment en verre situé de l'autre côté de la rue, et que, lorsqu'il n'arrive pas à dormir la nuit, il va marcher et ne voit presque jamais d'étoile. La caméra s'éloigne, et le champ noir devient alors le sol à carreaux noir et blanc de l'appartement de l'artiste. Il est assis à son piano, dos au clavier, dans ses pensées. Une voix off raconte l'histoire du grand piano Steinway & Sons' et rappelle que seul un petit nombre de pianistes a le privilège de jouer sur un tel instrument. On aperçoit alors le quai sur lequel se trouve l'appartement sans grand piano, et Van der Werve, toujours dans ses pensées, apparaît derrière la vitrine d'un pub, près d'un pont, dans un snack chinois, tandis que le Steinway s'éloigne de plus en plus. Pour finir, on le voit regarder la vitrine d'un célèbre magasin de piano qui s'est trouvé pendant longtemps dans le centre d'Amsterdam. A l'intérieur, commence une brève conversation avec un vendeur enthousiaste à propos du piano de concert choisi, de son prix et de ses "possibilités". Puis le rêve semble devenir réalité: la musique s'élève et on voit l'intérieur d'un grand piano noir et brillant. Un orchestre de chambre remplit la pièce noire et blanche et accompagne Van der Werve qui joue le concerto pour piano n°1 de Chopin.


Guido Van Der Werve est né en 1977 à Papendrecht, une banlieue de Rotterdam. Il étudie l'archéologie et le russe à l'université, puis rejoint le Conservatoire de Rotterdam pour s'y adonner au piano. et à la Gerrit Rietveld Academie d'Amsterdam. Il est artiste résidant à la Rijksakademie à Amsterdam. Dès sa première ?uvre, il s'intéresse au support filmique et au langage cinématographique, et mixe séquences narratives et performance. Les clés de ses ?uvres sont toujours la performance, la musique et des scènes atmosphériques. Il travaille à partir de longs plans et ne sollicite jamais d'acteur professionnels.

Bart van dijck
Catalogue : 2007The Foil | Documentaire | dv | couleur | 6:0 | Belgique | Russie | 2007
Bart van dijck
The Foil
Documentaire | dv | couleur | 6:0 | Belgique | Russie | 2007

Quand j'était dans le sud de Tuva, près de la frontière mongolienne, un shaman me dit que je devrais chercher un arbre shamanique chez moi et faire un rituel là-bas. Cet arbre me donnerait de la force, bonne santé et du pouvoir.


Il y a une interaction mutuelle entre les sculptures et les installations de Bart Van Dijck d'un coté et ses vidéos et ses documentaires de l'autre. Le contenu, comme la forme, de ses travaux ont été influencé par ses nombreux voyages, la plupart dans des pays arabes ou bien indiens. Des sujets comme les chocs culturels, la globalisation, l'aliénation et l'identité culturelle sont des thèmes récurrents à travers son oeuvre. Le détachement de la réalité, les voyages intérieurs, la transe et le shamanisme sont une source d'inspiration. Des formes animales et humaines font partie d'un large rituel. Aliénation et plasticité sont les mots clefs de l'univers particulièrement personnel et éclectique de Van Dijck. www.axe-entertainment.tk

Ludivine van gaver
Catalogue : 2006La ritournelle | Vidéo expérimentale | dv | couleur | 8:40 | France | 2005
Ludivine van gaver
La ritournelle
Vidéo expérimentale | dv | couleur | 8:40 | France | 2005

Je me dis : Quand est-ce que je chantonne ? Je dis : Je chantonne en trois occasions. Je chantonne quand je fais le tour de mon territoire et que j?essuie mes meubles. C?est-à-dire quand je suis chez moi. Je chantonne quand je ne suis pas chez moi et que j?essaie de regagner le chez-moi, quand la nuit tombe, l?heure de l?angoisse. Je cherche mon chemin et je me donne du courage en chantant tralala. Je vais vers mon chez-moi. Et puis je chantonne lorsque je dis : Adieu, je pars et dans mon c?ur j?emporterai?


Ludivine van Gaver a étudié le montage à la Fémis après des études à l?École du Louvre et à l?Université de Paris 8 en Arts Plastiques. Elle est monteuse, vidéaste et photographe. Elle vit et travaille à Paris et Berlin.

Bas van koolwijk
Catalogue : 2006FBCK/AV Red Flag | Vidéo expérimentale | dv | couleur | 6:8 | Pays-Bas | 2005
Bas van koolwijk
FBCK/AV Red Flag
Vidéo expérimentale | dv | couleur | 6:8 | Pays-Bas | 2005

"FBCK/AV - Red Flag" provokes the observer with a penetrating sound and a flickering red image that refuses to take on a recognizable form. In order to generate this image, Bas van Koolwijk developed software which, again and again, transforms the input of audio and video signals into unique abstractions. Small doses of these signals can poach on each other's preserves, so that the computer converts sound information into image and image into sound ? a matter of data feedback. The resulting interference looks a bit like flagging, a term and phenomenon from the times of video tapes. Flagging occurs when a video tape does not run smoothly through the recorder, and the phenomenon is usually visible in the upper part of the image. With this reference to the analogue era, the viewer's thoughts are taken even further 'back', towards the capricious and chaotic nature of flags fluttering in the wind. But is also refers to the Babel-like confusion that governs this digital era due to the fact that (with all the codecs and formats) much of the software available only provides for limited readability and exchangeability of data.