Catalogue > Liste par artiste
Browse the entire list of Rencontre Internationales artists since 2004. Use the alphabetical filter to refine your search.  update in progress  
Solomon nagler
Catalogue : 2016Skin of the Cit-y | Film expérimental | 16mm | noir et blanc | 7:0 | Canada | 2016
Solomon nagler
Skin of the Cit-y
Film expérimental | 16mm | noir et blanc | 7:0 | Canada | 2016

Framed by poet Robert Lax` sculptural texts, skin of the cit-y wanders through mills and factories surrendering to the elements, deteriorating in solidarity with the isolated Maritime cities that erode beside them. Contact printed in-camera, the film material stares back, layers view-planes and duration while dreaming in light....

Nagler`s films have been featured in Retrospectives at the Winnipeg Cinematheque, Excentris Cinema in Montreal, the Festival de le Cinéma Different in Paris, The Calgary Society of Independent Filmmakers, The Canadian Film Institute in Ottawa, Robert Heald Gallery in Wellington, New Zealand, The Artist Film Workshop in Melbourne, Australia and the Cinematheque Quebecoise. His work also includes 16mm celluloid installations that engage with experimental architecture in galleries and public space. These works have been exhibited at the Toronto International Film Festival, 8-11 Gallery (Toronto), Artspace Gallery (Sydney, Australia), Send and Receive Festival of Sound (Winnipeg) and The Halifax Independent Filmmakers` Festival. Originally from Winnipeg, Solomon Nagler is co-founder of WNDX: Festival of the Moving Image in Winnipeg and currently lives in Halifax where he is a professor of film production at NSCAD University.

Tomomichi nakamura
Catalogue : 2009Ari | Animation | dv | couleur | 11:0 | Japon | 2008
Tomomichi nakamura
Ari
Animation | dv | couleur | 11:0 | Japon | 2008

Ants and a crow in this work symbolize intermediaries between a big man, a small man, and a pregnant girl. It projects complexities of life and death in this living world. Through phantasmagoria, it reverses an ordinary image of life and death, and questions its human-centric view.

Nakamura Tomomichi (Male) Nationality: Japanese Birth: Jan. 10 1972

Mayumi nakazaki
Catalogue : 2010hunt hunter hunted | | dv | couleur | 13:0 | Japon | 2009
Mayumi nakazaki
hunt hunter hunted
| dv | couleur | 13:0 | Japon | 2009

It consists of a video footage of a socializing event for people and their dogs in the central park in New York City and the voice over. The event includes activities such as the Best in Park dog show, games, contests, and agility tests, etc. The voice over is not directly related to the event itself, but written based on a conversation between two artists dealing with photography. The artists have photographed hunting scene, and they are looking at their pictures of dead animals. This work investigates how we relate to animal, and questions our industrialized world surrounded by animal imagery.

Born in Japan and based in the Netherlands since 1994, Mayumi graduated from Gerrit Rietveld Acadmy in 1999. She is an alumna of residency programs such as Rijksakademie van Beeldende Kunsten in Amsterdam (2000-2001), Location One in New York (2005-2006). Exhibitions/presentations include: Jamaica Center for Arts and learning in NY, Macy Art Gallery Colombia University New York/Art Basel Miami Verge Fair, Kunstpavilion Zagreb Croatia, Stedelijk Modern Art Museum Amsterdam, The Netherlands Institute for Media Art, and Viper International Film Video and New Media Festival, Basel. She has received awards and grants including the Japanese government overseas study program, Fonds bkvb NL, Rene Coelho Prize from Netherlands Institute for Media Art Amsterdam, among others.

Catalogue : 2013shadowing | Vidéo expérimentale | hdcam | | 19:57 | Japon | Pays-Bas | 2012
Mayumi nakazaki
shadowing
Vidéo expérimentale | hdcam | | 19:57 | Japon | Pays-Bas | 2012

Inspired by the art critic John Berger`s essay `Seker Ahmet and the forest` (1979), the work deals with the subject of memory. The structure of the film is episodic, each scene is repeatedly interrupted by another in a disorienting manner. It explores a notion of fragmented narrative within a cinematic context. Relating to the issue of `the building of the Burma-Siam railway` during WWII, the story mixes with reality and fiction, documents and illusions where past and present co- exist. The film consists of a sequence of different visual materials; a painting, drawings, archive photographs, scenes with actors and animals.These various textures are combined in the timeline, observed and interpret the subject and its memory, as well as questioning the sense of time/space.

Mayumi Nakazaki is a Japanese visual artist, based in Amsterdam. She studied audio-visual at the Gerrit Rietveld Acadmy in Amsterdam. Her graduation work has been awarded the Rene Coelho Prize van Nedrland Instituut voor Mediakunst in 1999. This work has been exhibited and screened in vaious places such as; Stedekijk Museum Amsterdam, Nederlands Film Festival, Filmmuseum Amsterdam. The following year, she worked as a writer/director in the program De Achtbaan, Avro t.v, which 20 min. drama ?O, vader!? was produced. During 2000-2001, she was a participant at Rijksakademie van Beeldende Kunsten in Amsterdam. Her short film ?Sukiyaki - a conversation piece(2005)? has been presented such as; at experimental documentary section of `Paradocs`; International Film Festival IDFA Amsterdam in 2005, Berlinale talentcampus section `home affair` in 2007. In 2005, she was invited to participate in a media art residency program `Location One` in New York for 9 months, supported by Mondiraan Fonds. And from 2008-2009, she has been working in New York with the subsidy Bunkacho; Arts and cultural affairs, the Japanese government overseas research study program for artists. ?hunt hunter hunter (2009)? was a result of this one year project and the work has been shown at Jamaica Arts Center New York, Rencontres Internationales Paris/Berlin/Madrid, Macy Art gallery Colombia University New York, etc. Her recent work ?Chapter 2- the field trip(2011)? is distributed by EYE film Institute Amsterdam. She is working currently working on a feature film script, developed at Binger Filmlab in Amsterdam.

Alexander nanau
Catalogue : 2005Peter Zadek inszeniert Peer Gynt | Documentaire | dv | couleur | 87:0 | Allemagne | 2005
Alexander nanau
Peter Zadek inszeniert Peer Gynt
Documentaire | dv | couleur | 87:0 | Allemagne | 2005

Les répétitions de théâtre sont généralement un procédé strictement clos et intime. C?est le soir de la première que l?on remarque le résultat d?un travail rigoureux qui a eu lieu pendant des semaines, où, dans le meilleur des cas, le spectateur se laisse envoûter. Mais que se passe-t-il lors d?une répétition? Que fait le metteur en scène? Comment travaille-t-il avec les comédiens? C?est la première fois, depuis 16 ans, que le metteur en scène Peter Zadek autorise à filmer pendant ses répétitions. Il nous montre ainsi sa démarche de travail avec les comédiens et donne aux spectateurs un aperçu peu commun sur ce qui se passe derrière les coulisses d?un art qui est, depuis des décennies, influencé par lui. Le film est un regard très direct dans le monde intime d?une répétition de théâtre, dans lequel Peter Zadek travaille avec ses acteurs sur la mise en scène de Peer Gynt et, accompagne ce processus, parfois dramatique, jusqu`à la première. Il n`y a pas d`interviews qui expliquent la manière de travailler de Peter Zadek. Seule un regard direct sur la situation entre le metteur en scène et les comédiens nous le montre. Cela donne ainsi au spectateur la possibilité de comprendre par lui-même ce processus de travail dont il est témoin.


Alexander Nanau est né le 18 mai 1979 à Bucarest. En 1990, il a immigré avec ses parents en Allemagne. Il passe son baccalauréat en 1999. De 1997-2000, il est comédien dans un groupe de théâtre alternatif à Brunswick. Depuis 1999 il a travaillé sur plusieurs films de cinéma en tant qu`assistant réalisateur et a réalisé des courts-métrages et des films documentaires. En 2002-2003 il est l`assistant de Peter Zadek au théâtre de Bourg et au théâtre national de Berlin. En 2003, il commence ses études à la Deutsche Film-und Fernsehakademie Berlin en section réalisation.

Mai Yamashita naoto kobayashi
Catalogue : 2006Miracle | Vidéo expérimentale | dv | couleur | 3:10 | Japon | 2004
Mai Yamashita naoto kobayashi
Miracle
Vidéo expérimentale | dv | couleur | 3:10 | Japon | 2004

Dans cette oeuvre, nous lançons cinq dès. Même si nous les jetons à n'importe quels moments, ils montrent les mêmes points. Ce qui amène à parfaitement dire que des centaines, des milliers d'échecs de miracles existent, c'est-à-dire "dans la vie de tous les jours". (En fait nous avons jeté les dès tous les jours pendant deux mois.)


Le duo d'artiste Japonais Mai Yamashita (né en 1976) et Naoto Kobayashi (né en 1974) travaille dans le domaine du multimédia. Tous deux ont étudié à l'Université Nationale de Musique et des Beaux-Arts de Tokyo (MFA). Depuis leur arrivée en Allemagne en 2004, ils travaillent et vivent en Europe. Ils ont participé à des expositions internationales majeures et à beaucoup de festivals (Philip Morris K.K Art Award 2002 "The first move", Forum In ternational de Tokyo , Japon / transmediale.06, Akademie der Künste, Berlin, Allemagne / ARS 06, Le Musée d'Art Contemporain KIASMA, Helsinki / LichtRouten Lüdenscheid, Lüdenscheid, Allemagne. etc.)

Catalogue : 2006Release of mineral water | Doc. expérimental | dv | couleur | 5:33 | Japon | Allemagne | 2003
Mai Yamashita naoto kobayashi
Release of mineral water
Doc. expérimental | dv | couleur | 5:33 | Japon | Allemagne | 2003

Mai Yamashita et Naoto Kobayashi ont acheté des bouteilles d'eau minérale allemandes "Tonissteiner" dans un magasin d'emballage au Japon et les ont portées jusqu' à leur source, dans la région d' Eifel en Allemagne, où ils les ont libérées.


Le duo d'artistes japonais Mai Yamashita (né en 1976) et Naoto Kobayashi (né en 1974), travaille dans le domaine du multi-média. Tous deux ont étudié à la "MFA Tokyo National University of Fine Arts and Music" (Université Nationale des Beaux-Arts et de Musique de Tokyo MFA) Depuis leur arrivée en Allemagne en 2004, ils travaillent et vivent en Europe. Ils ont participé à des expositions internationales majeures et festivals (Philip Morris K.K. Art Award 2002 "The First Move", Tokyo International Forum, Japon / transmediale.06, Akademie der Künste, Berlin, Allemagne / ARS 06, The Museum of Contemporary Art KIASMA, Helsinki / LichtRouten Lüdenscheid, Lüdenscheid, Allemagne. etc.)

Francis naranjo
Catalogue : 2009Los colores de la libertad: Blanco | Vidéo | dv | couleur | 10:26 | Espagne | 2010
Francis naranjo
Los colores de la libertad: Blanco
Vidéo | dv | couleur | 10:26 | Espagne | 2010

Francis naranjo
Catalogue : 2005Iluminaciones urbanas 1 | Art vidéo | dv | couleur | 4:28 | Espagne | 2004
Francis naranjo
Iluminaciones urbanas 1
Art vidéo | dv | couleur | 4:28 | Espagne | 2004

Quand le chant des oiseaux persiste, tout s?épanoui (panta rehi) comme Héraclide d?Ephèse déclarait il y a à peu près 2500 ans. Et Francis Naranjo, dans sa nouvelle vidéo, ILLUMINACIONES URBANAS (Illuminations urbaines), semble dire que nous ne pouvons voir deux fois la même chose, même, lorsqu?il s?agit de sa propre rue, comme ici, car tout change et rien ne persiste. Les voitures qui animent le paysage urbain ne sont pas le mêmes, la lumière qui illumine notre monde quotidien varie en luminosité et perce aux travers de différents nuages; les voisins que nous croisons dans la rue ont l?air de mutants, ils changent leur habits et leur humeurs, quelque fois ils nous saluent, alors que d?autre se dépêchent? Et nous ? Combien de ??moi sont en nous?? ? Des images mouvantes comme celle du monde de la philosophie d?Héraclide, semblent se reprendre sans fin? étant toujours différents, le son des fluides du corps les accompagne renforçant cette notion de se baigner à chaque fois dans une rivière différente, même si elle est toujours la même. Francis parle des flux internes et externes, tout en s?acharnant sur la croyance que certaines choses persistent. Mais les fluides de notre corps semblent toujours trouver un autre chemin dans le labyrinthe vasculaire de notre corps, tout juste comme nos voisins humainement automates semblent créer une ville différente de notre ville à chaque jour qui passe ; tout juste comme nous faisons de nos fenêtres et que les voisins font des leurs, toujours identique, toujours inerte, toujours en train de regarder des scènes distinctes. Dans le passé, c?était par cette fragile santé que venait la corruption et la putréfaction de nos fluides corporels. Et les concoctions à base de sang étaient faites pour les éliminer, pour les chasser de nos corps dans la gouttière. De part ses vidéos, Francis semble pointer notre mémoire quotidienne inexploitée, à traits de sangs dans notre routine. Mais ni le sang qui coule de nos conscience ni même nous même sommes les mêmes? Et peut auront nous à répéter ce saignement conceptuel pour toujours dans un devenir infini, car tout change?The Final Journey, du poète espagnol Juan Ramon Jimenez (Prix Nobel 1956) est l?un de ceux qui reflètent le mieux le combat/indécision/dichotomie entre notre condition éphémère, notre désire humain de renouveau, et notre anxiété inavouée à un moment donné pour la permanence et la transcendance : ? Et je partirais. Et le chant des oiseaux persistera ; et mon jardin, et ses arbres verts et ses puits blancs, continuerons. Chaque après midi, le ciel sera calme et bleu : Et la cloche de l?église sonnera dans le beffroi ; tout juste comme elles le font maintenant. Ceux qui m?ont aimé mourront ; et le village se renouvellera chaque année ; et dans ce coin propre et fleurit de mon jardin, mon esprit errera, nostalgique? Et je partirais, et je serais seul, sans chez moi, sans mon arbre vert, sans mon puit blanc, sans ciel bleu? Mais le chant des oiseux continuera. Et la vidéo de Francis Naranjo contniuera de parelr du devenir, à la guise des faux changements jusqu?à ce que le changement final arrive.


Francis Naranjo est un artiste espagnol, né en 1961 à Sta. Maria de Guia, aux Iles Canaries. Il réalise des vidéos et des installations. Son travail est exposé aux Etats-Unis, en Amérique latine,et en Europe. Une exposition personnelle lui a été consacrée en 2006, à Santiago du Chili. Il a également été représenté à l'Arco de Madrid. Son travail développe des problématiques relatives à la société de l'information, hautement technologique, où nous sommes contrôlés et où nous contrôlons, ainsi qu'à la globalisation et à l'utilisation généralisée des nouvelles technologies.

Catalogue : 2007acto frívolo | Art vidéo | 0 | couleur | 8:46 | Espagne | 2007
Francis naranjo
acto frívolo
Art vidéo | 0 | couleur | 8:46 | Espagne | 2007


Francis Naranjo est un artiste espagnol, né en 1961 à Santa Maria de Guia, aux Iles Canaries. Il réalise des vidéos et des installations. Son travail est exposé aux Etats-Unis, en Amérique latine, en Europe. Une exposition personnelle lui a été consacrée en 2006, à Santiago du Chili. Il a également été représenté à l'Arco de Madrid. Son travail développe des problématiques relatives à la société de l'information, hautement technologique, où nous sommes contrôlés et où nous contrôlons, ainsi qu'à la globalisation et à l'utilisation généralisée des nouvelles technologies. Ses ?uvres ont notamment été pésentées à la galerie AFA, Santiago du Chili ; à l'Institut Cervantes, Paris ; à l'Ecoteca, Pescara, Italie ; au 108 Contemporary Art, Miami ; au MAC (Musée d'Art Contemporain), Santiago du Chili ; à la galerie Vanguardia, Bilbao ; à la Casa de America, Madrid ; au CAAC (Centre Andalou d'Art Contemporain), Séville ; aux Rencontres Internationales Paris/Berlin, Paris ; au Centro Atlantico di Arte Moderno, Las Palmas de Gran Canaria (Espagne) ; au Kunstverein Panitzsch, Leipzig ; à la biennale de Dakar et au Circulo de Bellas Artes, Madrid.

Catalogue : 2008...agosto 2007... | Vidéo expérimentale | 0 | couleur | 18:0 | Espagne | 2008
Francis naranjo
...agosto 2007...
Vidéo expérimentale | 0 | couleur | 18:0 | Espagne | 2008

?August 2007? (Francis Naranjo, video made in 2008, Spain, in Spanish with English subtitles, based on a poetic text; duration 18 minutes, PAL) This video is the result of the collaboration between three creative disciplines: image, Francis Naranjo; music, Jose Manuel López López; poetry, Dionisio Cañas. The video ?August 2007? is a beam of light, an encounter, of visual, acoustic and poetic information. Three elements, image, music and word, are combined in the virgin screen. Risky and a looked for encounter of three nomadic planets that floated in the uncertain space of pre-creation, of a future event: a video (Francis N), a musical composition (Jose Manuel L L), a poem (Dionisio C). The narrative resources of image, music and poetry are synchronized by the aesthetic and existential emotion. The three spaces, image, music and poetry, are interlaced creating a spider web in which the glance, the ear and the subconscious mind, that ?is waked up? by the poetic word, catch the spectator in a mortal trap: the one to see himself reflected in the video. The three different concepts of time, image, music and poetry, are a unique labyrinth which only the spectator who does not have a heart leaves undamaged, but the sensible spectator slides tenderly to the exit of the video-labyrinth, a flowery precipice, a creative emptiness, the overwhelming end of a white screen that is not a end but a beginning.

Francis Naranjo est un artiste espagnol, né en 1961 à Santa Maria de Guia, aux Iles Canaries. Il réalise des vidéos et des installations. Une exposition personnelle lui a été consacrée en 2006, à Santiago (Chili). Il a également été représenté à l'Arco de Madrid (Espagne). Son travail développe des problématiques relatives à la société de l'information, hautement technologique, où nous sommes contrôlés et où nous contrôlons, ainsi qu'à la globalisation et à l'utilisation généralisée des nouvelles technologies. Ses ?uvres ont notamment été présentées à la galerie AFA de Santiago (Chili), à l'Institut Cervantes de Paris (France), à l'Ecoteca de Pescara (Italie), au 108 Contemporary Art de Miami (USA), au MAC (Musée d'Art Contemporain) de Santiago, à la galerie Vanguardia de Bilbao (Espagne), à la Casa de America de Madrid, au CAAC (Centre Andalou d'Art Contemporain) de Séville (Espagne), au Centro Atlantico di Arte Moderno, Las Palmas de Gran Canaria (Espagne), au Kunstverein Panitzsch de Leipzig (Allemagne), à la Biennale de Dakar (Sénégal) et au Circulo de Bellas Artes de Madrid.

Catalogue : 2010Smile | 0 | dv | couleur | 1:10 | Espagne | 2009
Francis naranjo
Smile
0 | dv | couleur | 1:10 | Espagne | 2009

A voice in of us warns before the slogan that is repeated constantly: HELP, in which a character with their backs to appears right next to a loudspeaker, from where presumably comes the slogan; the character tour in a fused one giving the round and running against the camera, here a smile is generated that it closes the work.

Francis Naranjo is a Spanish artist born in Santa María de Guia, in the Canary Islands, in 1961. He has produced videos and installation pieces. His work develops problem areas pertaining to the society of information, highly technological, in which we are being controlled or in which we control, as well as globalization and the general use of new technologies. Among other places, his work has been exhibited in the in different cities of the world like Santiago de Chile, Berlín, Nueva York, Göteborg, Miami, Uppsala, Madrid, París, Sevilla, Valencia, Casablanca, Tel Aviv, Montreal, South Korea, etc.

Catalogue : 2011DISTOPIA EN EL SISTEMA BINARIO | Vidéo expérimentale | dv | noir et blanc | 7:21 | Espagne | 2011
Francis naranjo
DISTOPIA EN EL SISTEMA BINARIO
Vidéo expérimentale | dv | noir et blanc | 7:21 | Espagne | 2011

The protagonist of the video is located on a white, sterilized stage without any possibility for us to be distracted from the speech: a person defined as transgender tells us, opened heart, but concealing his/her identity, his/her experience for defending being himself/herself, far from the placements of gender and sex. After all sex is biological, but gender is a social construct and as such is built and is changed. The content of his speech, also by the concealment of his/her identity, can be extrapolated to other areas of a binary and Manichean society that feels more secure to pigeonholing people. Therefore, Dystopia in the binary system is presented more as a space of visibility of diversity.

Francis Naranjo is a Spanish artist born in Santa María de Guia, in the Canary Islands, in 1961. He has produced videos and installation pieces. His work develops problem areas pertaining to the society of information, highly technological, in which we are being controlled or in which we control, as well as globalization and the general use of new technologies and the human condition. Among other places, his work has been exhibited in the in different cities of the world like Santiago de Chile, Berlín, Nueva York, Göteborg, Miami, Uppsala, Madrid, París, Sevilla, Valencia, Casablanca, Tel Aviv, Montreal, South Korea, etc.

Catalogue : 2012Return | Vidéo | hdv | couleur | 8:12 | Espagne | 2012
Francis naranjo
Return
Vidéo | hdv | couleur | 8:12 | Espagne | 2012

Return is the way back. The journey in the reverse direction. An alternative approach to the beginning. Then, from there, to recover the choice of starting " the new" trip. To get back lucidity from obsolescence.

Francis Naranjo is a Spanish artist born in Santa María de Guia, in the Canary Islands, in 1961. He has produced videos and installation pieces. His work develops problem areas pertaining to the society of information, highly technological, in which we are being controlled or in which we control, as well as globalization and the general use of new technologies. Among other places, his work has been exhibited in the in different cities of the world like Santiago de Chile, Berlín, New York, Göteborg, Miami, Uppsala, Madrid, París, Sevilla, Valencia, Casablanca, Tel Aviv, Montreal, South Korea, La Habana, etc.

Catalogue : 2014EN UN PAIS LEJANO: UTOPOS | Vidéo | | couleur | 4:50 | Espagne | 2013
Francis naranjo
EN UN PAIS LEJANO: UTOPOS
Vidéo | | couleur | 4:50 | Espagne | 2013

This is an experimental video work based on the premise of the introductory text: In a very far land, there exist some mythological creatures called SHICHAS. They combine the different gender alternatives and have the quality to absorb all negative energies keeping them inside. The whole piece has been built using a technique that links photograms together. It starts with a white screen where a set of black rectangles progressively spread on the surface of the image. Then, this image merges with another where some characters appear, who have their eyes covered with rectangles which hide their identities. This image represents the main hall of a geriatric, where we can see many residents whose memories are now defeated by their absence of identity. The work ends with a review of moments represented by souvenirs and the twist of those creatures that absorb the negative energy and stand for the globality, now sick and amnesic. The soundtrack is made with the sounds of corporal fluids.

FRANCIS NARANJO 1961, Santa María de Guía. Gran Canaria. España http://www.francisnaranjo.blogspot.com/ INDIVIDUAL PRESENTATIOS (SELECTION) 2014. Discordancias. Parque Cultural de Valparaíso. Chile. En un país lejano: utopos. Club Kitel Atacama. Bahía Inglesa. Copiapó. Chile. 2013. La paz armada. Centro de Arte Contemporáneo Wilfredo Lam. La Habana. Cuba. SAKER i LIVET . Galleri Lokomotiv. ÖKKV Kulturfabriken. Ömsköldsviks. Suecia. EUROPA (El continente triste). Centro Cultural de España. La Paz. Bolivia. 2012. La coleccionista de luces. Museo de Arte Contemporáneo. MAC. Santiago de Chile. Chile. White. Librería Fayad Jamís. XI Bienal de La Habana. Cuba. 2011. Personne n’est plus. Galería del Institut Français de Madrid. España. None is more. Instituto Cervantes de Rabat. Marruecos. ….agosto 2007…. Inauguración de Centro de Cultura Contemporánea San Martín. Cabildo de Gran Canaria. Las Palmas de Gran Canaria. España. Smile. Fundación Municipal de Cultura, Educación y Universidad Popular. Centro de Cultura Antiguo Instituto. Sala 1. Ayuntamiento de Gijón. España. GROUP PRESENTATIONS (SELECT) 2014. Cruces. Museo Nacional de Arte. La Paz. Bolivia. Festival de cine EL LUGAR SIN LÍMITES. Quito, Guayaquil, Manta, Cuenca. Ecuador. Cruce de colecciones (25 años del Centro Atlántico de Arte Moderno-CAAM).Centro Atlántico de Arte Moderno (CAAM). Las Palmas de Gran Canaria. España. Prohiviciones y Normatibas. Gabinete de Hygiene. Mercado de Tapineria. Valencia. España. 2013. SIART. Bienal de Arte Internacional de Bolivia. 8ª Versión. La Paz. Bolivia. V Semana de Vídeo Iberoamericano. Centro Cultural de España. La Paz. Bolivia. Cartografías de lo (im)posible. Centro de Arte Contemporáneo Wilfredo Lam. La Habana. Cuba. 12 fotos para 2013. S/t Espacio Cultural. Las Palmas de Gran Canaria. España. V Semana de Vídeo Iberoamericano. Filmoteca de Andalucía. Córdoba. España. 2012. Topographies virtuelles. Rencontres Internationales Paris/Berlin/Madrid. Palais de Tokyo. París. Francia. Reinventar la Isla 2. San Martín Centro de Cultura Contemporánea. Las Palmas de Gran Canaria. España. ALZHEIMER. Parque Cultural Ex Cárcel. Valparaíso. Chile. Identités. Recontres Internationales Paris/Berlin/Madrid. Haus der Kulturen der Welt. Berlín. Alemania. Olympic Fine Arts “OFA 2012”. Barbican Arts Centre. Londres. Reino Unido. Artistas de la Galería. Galería AFA. Santiago de Chile. Mulier-Mulieris. Museo de la Universidad de Alicante. Alicante. España. 11ª Bienal de la Habana. Prácticas artísticas e imaginarios sociales. La Habana. Cuba. A través del cristal. (Visiones fotográficas en la Colección del CAAM). Museo de Esculturas "Abraham Cárdenes". Tejeda. Gran Canaria. España. ArtBooks. Centro de Arte La Regenta. Las Palmas de Gran Canaria. España. 25 años de La Regenta. Centro de Arte La Regenta. Las Palmas de Gran Canaria. España. 2011. III Semana de vídeo Iberoamericano. Filmoteca de Andalucía. Córdoba. España. Revelaciones.Objetos, metáforas y ficciones en la colección del CAAM. CAAM - Sala San Antonio Abad. Centro Atlántico de Arte Moderno. Las Palmas de Gran Canaria. España. Identités. Recontres Internationales Paris/Berlin/Madrid. Centre Pompidou. París. Francia. Tesoros de los Museos del Cabildo de Gran Canaria. Colección del CAAM. Salón Noble del Edifici del Rellotge. Barcelona. España. Metamorphose. Recontres Internationales Paris/Berlin/Madrid. Auditórium del Ministerio de Cultura. Madrid. España. Creative Insomnia – Red night. Atelier Meta-morphic. Madrid. España. Longitudes de onda. Espacio de arte OTR. Madrid. España. Metamorphose. Recontres Internationales Paris/Berlin/Madrid. Haus der Kulturen der Welt. Berlín. Alemania.

Aily nash
Catalogue : 2013Omiya Hachiman Dori | Doc. expérimental | hdv | couleur | 33:38 | USA | Japon | 2013
Aily nash
Omiya Hachiman Dori
Doc. expérimental | hdv | couleur | 33:38 | USA | Japon | 2013

The small shops in the typical Tokyo neighborhood of Omiya line Omiya Hachiman dori, the main street which leads to a 9th century Shinto shrine. From tofu makers, dry cleaners, hairdressers, to tatami-mat makers, the intimate portraits of these shops and their owners meditate on quotidian tasks, and the environment in which they?re performed.

Aily Nash (b. 1984 in Tokyo, Japan) is a curator, writer, and filmmaker. She received her BA from Bard College where she studied Film and Electronic Arts, and Literature. Her curated programs have screened in venues including MoMA PS1 (NYC), FACT (Liverpool), BAM/Brooklyn Academy of Music (NYC), Anthology Film Archives (NYC), in Light Cone`s Scratch Expanded (Paris), Northwest Film Center (Portland), Image Forum (Tokyo), Echo Park Film Center (L.A.), Art Cinema OFFoff (Ghent), and others. Her writing has appeared in the Brooklyn Rail, Artforum.com, Film Comment, Kaleidoscope, de Filmkrant and elsewhere. She curates films at Basilica Hudson, and is an editor of a film criticism program at the Berlinale. She is based in Hudson and Brooklyn, NY.

Arash nassiri
Catalogue : 2014Tehran-Geles | | | couleur | 18:10 | Iran | 2014
Arash nassiri
Tehran-Geles
| | couleur | 18:10 | Iran | 2014

Tehran-geles nous projette dans un paysage fantastique, dans laquelle les néons grésillants de la capitale iranienne s’incrustent de façon anarchique sur les vues aériennes des quartiers de Los-Angeles. En écho aux écritures publicitaires, les voix enregistrées depuis Skype témoignent du passé de Téhéran. La production de Tehran-geles a elle-même produit des ‘migrations’ audiovisuelles : les séquences aériennes tournées à Los Angeles et téléchargées par internet, les enseignes lumineuses filmées à Téhéran avant d’être transportées par avion vers la France dans un disque-dur. Les témoignages d’immigrés ont quant à eux été enregistrés par skype au rythme des décalages horaires.


Né en 1986 à Téhéran, Iran, Arash Nassiri vit et travaille à Paris. Diplômé des Arts Décoratifs de Paris en 2012, Arash a poursuivit sa formation au sein du Fresnoy, Studio National des Arts Contemporains. La formation d’Arash inclus également l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris ainsi que l’Université des Arts de Berlin, où il a séjourné en 2010. Le travail d’Arash a été montré dans des expositions et festivals en France et à l’étranger, dont la Galerie du Crous en 2011, les expositions Panorama en 2013 et 2013, ainsi qu’à la Biennale d’Architecture de Venise lors de l’exposition « De l’objet à la ville » organisée par les Arts Décoratifs de Paris en 2010. En juillet 2014, son cernier projet a été distinguée dans le magasine culturel les Inrockuptibles. Arash a également reçu le Grand-Prix art vidéo au festival Côté Court Pantin ainsi que le prix des Amis du Fresnoy. Sa vidéo Tehran-Geles sera en compétition lors du festival BIEFF en Roumanie en décembre prochain.

Frederic nauczyciel
Catalogue : 2012The Fire Flies, Francesca, Baltimore | Vidéo | hdv | couleur | 1:6 | France | USA | 2012
Frederic nauczyciel
The Fire Flies, Francesca, Baltimore
Vidéo | hdv | couleur | 1:6 | France | USA | 2012

"The Fire Flies, Francesca, Baltimore" Frédéric Nauczyciel, 2011/2012 "The Fire Flies, Francesca, Baltimore" est un road movie, une fable urbaine, une traversée de Baltimore en voiture le long de North Avenue, et une plongée dans la culture underground homosexuelle et transgenre des ghettos noirs de la ville. The Fire Flies, ce sont des lucioles, la flamboyance des Voguers de Baltimore qui se performent la nuit dans des Balls. En me rendant à Baltimore, j`allais sur les traces d?Omar, le personnage culte de la série "The Wire" qui a popularisé la Banjee Realness, cette posture de fierté des hommes homosexuels des ghettos en résistance à la culture dominante, une forme de dissimulation choisie destinée à déjouer les attentes. Je ne pensais pas m`intéresser au Voguing, cette danse performative née dans les ghettos noirs puis latinos de Harlem dans le New York des années 60 : une succession virtuose des poses des mannequins en couverture du magazine Vogue. La rencontre avec les Voguers s`est imposée, parce qu`ils sont tous Omar, selon le moment ou la situation. "The Fire Flies..." n`est pas un documentaire sur le voguing, donc, mais le making off d`un travail avec des voguers, tiré de leur réalité à Baltimore. "The Fire Flies, Francesca, Baltimore" est l`adaptation d`une installation vidéo multi-écran, présentée au Mac/Val*. Sur le mur extérieur d`une boîte, défile une traversée de North Avenue, qui sépare la ville en deux. A l`intérieur, des séquences quasi-brutes, sans sous-titres, se déploient sur trois murs. Le son des deux films se mélangent, envahit l`espace de la boîte pour créer un cinquième mur imaginaire. "The Fire Flies, Francesca, Baltimore" met en tension une traversée de Baltimore en apparence monotone et une plongée dans des abysses qui affleurent peu en surface, avec des intrusions sophistiquées de Francesca à New York. Le film joue comme une porte dérobée qui invite à pénétrer un monde parallèle. Se déploient des séquences en format vertical ou horizontal, rythmées par la musique et les sons, avec des temps morts, des accélérations, des plans séquences plus longs, des ruptures au noir - ou au blanc éblouissant - pour laisser des ambiances sonores ouvrir sur l?imaginaire de la ville. L?éclatement du montage rend compte de manière volontairement lacunaire d?une réalité qui ne peut se livrer complètement et met la vision en défaut. Il invite à appréhender ce langage des corps très codifié, à l?éprouver plutôt qu?à le comprendre. Le film propose une progression des documents bruts vers des séquences plus formelles, des sons scandés des Balls où les voguers performent et se défient, à la musique baroque de Bach et une danse improvisée - documentant ainsi le processus du travail de création lui-même. Dans dans sa version finale pour un écran, le film conserve son aspect expérimental avec une superposition des films mettant en regard la ville et les voguers. La scène d`exposition, calée au milieu du film, long plan séquence sur un parking, montre les personnages qui jalonne le périple, installe une narration reposant sur la rencontre improbable entre les Voguers, Francesca et Omar. Une traversée de la sensualité des faubourgs, une poétique de la survie. Durée : 56` * Mac/Val, musée d`art contemporain du Val de Marne à Vitry (Grand Paris), du 29 juin au 16 septembre 2012 dans le cadre de l?exposition temporaire "Situation(s)" (commissaire : Frank Lamy)


Frédéric Nauczyciel est né en 1968 à Paris et travaille à Paris et aux États-Unis. Il est diplômé d`un Magistère de Finance et d`un DEUG de Japonais. Administrateur de danse contemporaine, il découvre la force de la photographie par l`usage d`un Polaroïd. Il en fait sa pratique après avoir vu l`exposition Anthropologie Involontaire à l`Hôtel de Sully et la rétrospective Philip-Lorca diCorcia au Centre national de la Photographie en 2003. 

 Sa démarche est nourrie par la photographie américaine et la danse (héritées de sa collaboration avec le chorégraphe Andy DeGroat), la peinture, ainsi que le cinéma qui a nourri son adolescence en lointaine banlieue. En réalisant une image rejouée dans l`instant dans un café de Little Italy à New York en 2004, il renoue avec l`expérience partagée du Polaroid tout en intervenant dans la mise en scène et le travail de la lumière. Les scènes et portraits construits avec ses sujets sont mis en partage pour produire des images qui dépassent la seule identité, un va-et-vient entre biographie, document et fiction, pour dégager une part intime du réel.

 Ses travaux personnels lui ont valu les commandes de la Ville de Paris, du Centre Pompidou (Paris et Metz, département Jeune Public), du Festival d`Avignon, de la Ville de Pantin, du Théâtre National de Chaillot? et de la presse ; ainsi que des collaborations artistiques avec la circassienne Satchie Noro, la chorégraphe Germana Civera, le Centre Dramatique National d?Orléans (direction Arthur Nauzyciel), l?École Régionale d`Art de Besançon.

 En 2007/2008, il est lauréat d`une Carte Jeune Génération Culturesfrance (Institut Français) et d`une résidence à l`Institut français de Barcelone pour Demeure Intime, reconstructions de l?intime familial (Stockholm, Paris, Barcelone). 
 En 2008, il expose au festival d?Avignon trois tirages monumentaux du Public assis dans les gradins de la cour d?Honneur; des photographies plein cadre réalisées avec un temps de pause égal à la durée de la représentation. La carte blanche donne lieu en 2009 à une résidence à l?Ecole Régionale d?Art de Besançon et au Centre de Photographie d?Ile de France pour l?exposition Ceux qui nous regardent.

 En 2010, à la demande du Centre d?Art et de Photographie de Lectoure, il réalise un ensemble fini de 9 portraits, Le Temps Devant, une série d?images fortement mises en scène et d?inspiration picturale qui évoquent l?utopie rurale, le rapport au temps qui passe et l?anachronisme. Il fait son entrée dans la collection du Fonds National d?Art Contemporain. The Fire Flies (Baltimore), ensemble de photographies, de films et de performances, projet pour lequel il est lauréat du Programme Hors les Murs ? Institut Français pour les Etats-Unis (Baltimore) en 2011, interrogent la dissimulation et les représentations du corps masculin en milieu hostile. The Fire Flies, Francesca, Baltimore, installation vidéo pour 4 murs, est, après une première version pour la Nuit Blanche, présentée au Mac/Val (Vitry, grand Paris). Ce projet, mené avec des Voguers de Baltimore, performeurs homosexuels et trans genres des ghettos noirs de la ville, l?amène à ouvrir sa pratique photographique à tout ce qui pourrait rendre compte de l`expérience et mettre en jeu le corps, de la vidéo à la danse. Il collabore régulièrement avec l`anthropologue Eric Chauvier, l`écrivaine Anne Brunswic, la sociologue Nacira Guénif ainsi qu?avec les performeurs Elise Ladoué, Aragorn Boulanger, Francesca et les Voguers de Baltimore, New York et Paris.


Frederic nauczyciel
Catalogue : 2015Red Shoes | Installation vidéo | hdv | couleur | 4:17 | France | 2015
Frederic nauczyciel
Red Shoes
Installation vidéo | hdv | couleur | 4:17 | France | 2015

Red Shoes est un rituel. Le vogueur Kendall Mugler (Paris) mets ses talons aiguille rouges, et remplit l’espace d’une énergie dite « dramatique » - c’est à dire : théâtrale, sauvage, hautement technique, audacieuse.


Frédéric Nauczyciel est un artiste visuel français. Il travaille entre la France et les Etats-Unis. Nourri par la danse et le cinéma, il réalise des photographies, des films et des performances. Il construit avec ses sujets des images collaboratives qui tendent vers une hybridation des formes. Il fait appel à l’expérience de la performance pour produire des « images vivantes » qui convient la présence. Depuis 2011, il déploie son travail entre les ghettos noirs de Baltimore et la périphérie parisienne, puisant dans la force des langages performatifs tel que le voguing. Il expose en France (Musée de la Chasse à Paris, Mac/Val, Eté Photographique de Lectoure, Rencontres Internationales de Photographie d’Arles, Festival d’Avignon, Centre Pompidou Paris), à Barcelone (Palau de la Virreina), ou aux Etats-Unis (Washington, Houston, Baltimore et New York). Il est lauréat en 2011 de la Villa Médicis Programme Hors les Murs pour les Etats-Unis (Institut Français), reçoit en 2013 l’Allocation de recherche du Centre National des Arts Plastiques et figure dans la collection du Fonds national d’Art Contemporain (Public # Ceux qui nous regardent, Le temps devant et The Fire Flies, Baltimore). Il est en résidence en Seine-Saint-Denis pour deux années, de 2014 à 2016.

Catalogue : 2015THE FIRE FLIES, FRANCESCA, BALTIMORE | Doc. expérimental | hdv | couleur | 39:35 | France | USA | 2014
Frederic nauczyciel
THE FIRE FLIES, FRANCESCA, BALTIMORE
Doc. expérimental | hdv | couleur | 39:35 | France | USA | 2014

The Fire Flies, Francesca, Baltimore est une fable urbaine, un ‘road movie’ à la recherche d’Omar, personnage culte de la série TV « The Wire [Sur Ecoute] ». L’installation met en tension une traversée de Baltimore en voiture et une plongée dans la communauté des vogueurs de la ville – performers homosexuels et transgenres des ghettos noirs de la ville – avec des intrusions sophistiquées de Francesca à New York. Le film joue comme une porte dérobée qui invite à pénétrer un monde caché. L’éclatement du montage, en une succession et une superposition de séquences quasi brutes réalisées avec un iPhone, met la vision en défaut et rend compte de manière volontairement lacunaire d’une réalité qui ne peut se livrer complètement. La fragmentation du montage nous invite à éprouver plutôt que comprendre ce langage du corps sophistiqué et performatif. La boucle propose une progression, de documents bruts à des séquences plus formelles, des sons des balls à la musique baroque de Bach, avec des passages au blanc aveuglants et sonores qui rappellent la piste d’un ballroom. Ce n`est pas un documentaire sur le voguing, mais le making off d`un travail de création avec les vogueurs de Baltimore dans le décor et la réalité de cette Ville. La scène d`exposition, long plan séquence sur un parking, présente les personnages qui jalonnent cette traversée, pour raconter la rencontre improbable entre les vogueurs, Francesca et Omar.


Frédéric Nauczyciel est un artiste visuel français. Il travaille entre la France et les Etats-Unis. Nourri par la danse et le cinéma, il réalise des photographies, des films et des performances. Il construit avec ses sujets des images collaboratives qui tendent vers une hybridation des formes. Il fait appel à l’expérience de la performance pour produire des « images vivantes » qui convient la présence. Depuis 2011, il déploie son travail entre les ghettos noirs de Baltimore et la périphérie parisienne, puisant dans la force des langages performatifs tel que le voguing. Il expose en France (Musée de la Chasse à Paris, Mac/Val, Eté Photographique de Lectoure, Rencontres Internationales de Photographie d’Arles, Festival d’Avignon, Centre Pompidou Paris), à Barcelone (Palau de la Virreina), ou aux Etats-Unis (Washington, Houston, Baltimore et New York). Il est lauréat en 2011 de la Villa Médicis Programme Hors les Murs pour les Etats-Unis (Institut Français), reçoit en 2013 l’Allocation de recherche du Centre National des Arts Plastiques et figure dans la collection du Fonds national d’Art Contemporain (Public # Ceux qui nous regardent, Le temps devant et The Fire Flies, Baltimore). Il est en résidence en Seine-Saint-Denis pour deux années, de 2014 à 2016.

Mario navarro
Catalogue : 2007The Dreams of Sttaford Beer | Art vidéo | dv | couleur | 7:48 | Chili | 2007
Mario navarro
The Dreams of Sttaford Beer
Art vidéo | dv | couleur | 7:48 | Chili | 2007

En 1971, un system innovant de gestion et de transfert de l'information commença à se développer au Chili sous le gouvernement du Président Salvador Allende; le projet CYBERSYN, synergie cybernétique ou SYNCO, system d'information et de contrôle. Au Chili, les compagnies avaient un système pour capturer, gérer et présenter les informations économiques et les analyser en quasi-direct, qui devint le pionnier dans l'application d'un model cybernétique dans des contextes socio-économique de masse, basé sur la convergence de la science, la technologie, la politique et la cybernétique. En 1972, une chambre de contrôle a été construite pour gérer toutes les informations et les données. Le directeur scientifique du projet était le britannique Stafford Beer, le père de la cybernétique globale. Dans cette mise en scène fictive, Stafford Beer imagine dans ses rêves -dans une chambre d'hôtel- comment construire et exécuter son projet au Chili. Mais, tout le temps saoul et incohérent, Beer essaye instamment de montrer une structure cohérente d'interaction qui n'est ni parfaite ni correcte pour quiconque sauf pour lui.


Mario Navarro (1970), Live and work in Santiago, Chile. He studied visual arts in the Universidad Católica de Chile. Has been invited, as an artist in residence, to Couvent des Récollets, Paris (2003) and recently has been invited to IASPIS, Stockholm. Mario Navarro has participated in numerous international exhibitions, such as Santiago Manifest?, Centro Cultural Matucana100, Santiago (2007), ?Sur Scene?, Chateau de Tours, France (2007), ?XXVII Bienal de São Paulo?, (2006), ?IV Liverpool Biennial ?(2006), ?Busan Biennial?,Korea (2006), ?Efecto Downey?, Espacio Telefónica, Buenos Aires, Argentina (2006). As solo shows it is important to mention: ?Red Diamond?, Salvador Allende Museum, Santiago, (2007), ?Not Like this, like this?, Lakeside Kunstraum, Klagenfurt, Austria (2006), ?Dignidad?, Die Ecke Gallery, Santiago, (2005), ?30 days with nothing?, Public intervention Canal Saint Martin, Paris (2003) As a curator has created the projects ?Daniel Lopez Show?, Withe Box and Roebling Hall, New York (2007), ?Transformer?, Centro Cultural Matucana 100, Santiago (2005) and ?Doméstico?, MAC, Valdivia, Chile (1999)

Elena nÄsÄnen
Catalogue : 2008Night | Installation vidéo | 16mm | couleur | 6:40 | Finlande | 2007
Elena nÄsÄnen
Night
Installation vidéo | 16mm | couleur | 6:40 | Finlande | 2007

Une femme sort d'une maison solitaire dans la nuit. Elle suit un chemin étroit, marche dans les bois. L'obscurité l?entoure. Elle s?enfonce à travers les branches, de plus en plus profondément dans la forêt. « Night » ressemble à un extrait de film de suspense, dans lequel le rêve et la réalité s?entremêlent.


Née en 1968 à Helsinki (Finlande), Elena Näsänen est une artiste visuelle qui travaille avec le son, le film et les installations vidéo. Elle a étudié à l'Académie des Beaux-arts d'Helsinki et à la Slade School of Fine Art de Londres (Royaume-Uni). L?art de Näsänen se situe quelque part entre le cinéma expérimental et l?art vidéo. Ses ?uvres sont basées à la fois sur une narration cinématographique conventionnelle et sur le dérèglement de cette dernière. Une caractéristique de son ?uvre est sa puissance dramatique sonore. Les ?uvres d?Elena Näsänen ont été montrées dans nombres d?expositions, projections, festivals de film et de vidéo, notamment au Musée d?Art Contemporain Kiasma d?Helsinki, au Musée Marco de Vigo (Espagne), au Musée Anna Akhmatova de Saint-Pétersbourg (Russie), au Centre d?Art de Kyoto (Japon), au FACT de Liverpool (Royaume-Uni), à l?Anthology Film Archives de New York (USA), à La Casa Encendida de Madrid (Espagne), au Tate Modern de Londres (Royaume-Uni), au ZKM de Karlsruhe (Allemagne), et au Festival de Film de Rotterdam (Pays-Bas).

Art Collective neozoon
Catalogue : 2014MY BBY 8L3W | Vidéo | hdv | couleur | 3:3 | Allemagne | 2014
Art Collective neozoon
MY BBY 8L3W
Vidéo | hdv | couleur | 3:3 | Allemagne | 2014

MY BBY 8L3W Synopsis The thirty track installation MY BBY 8L3W is a video collage about women who present their pets on the internet. The women simultaneously speak the same lines about their love for the animals.

NEOZOON Biography NEOZOON, founded 2009 is a female art collective based in Germany and France. Among others the work and films of the group has been shown at the Centre Pompidou in Paris, at the Transmediale in Berlin, at the Internationale Kurzfilmtage in Oberhausen, at the IFFR in Rotterdam, at the Videonale in Bonn and at the ZKM in Karlsruhe.

Jean François neplaz
Catalogue : 2013Si elle Tomber | Doc. expérimental | 16mm | couleur | 32:54 | France | 2013
Jean François neplaz
Si elle Tomber
Doc. expérimental | 16mm | couleur | 32:54 | France | 2013

Jean-françois neplaz, elisa zurlo
Catalogue : 2006L'autre matin... En attendant Mario Rigoni Stern | Doc. expérimental | 16mm | couleur | 11:30 | France | Italie | 2006
Jean-françois neplaz , elisa zurlo
L'autre matin... En attendant Mario Rigoni Stern
Doc. expérimental | 16mm | couleur | 11:30 | France | Italie | 2006

Un marcheur parcourt en une promenade âpre, les paysages hivernaux des environs d?Asiago dont tout évoque les expériences, les paysages et les hommes racontés par l?écrivain Mario Rigoni Stern. Là, le monologue contre la guerre de celui qui commença d?écrire sur le front russe « Le sergent dans la neige », donne à la déambulation son caractère métaphorique.


Elisa Zurlo studied theatre, cinema, and semiology of the language of visual art in the faculty of arts and philosophy at the University of Bologne under the direction of Umberto Eco. At the Ipotesi Cinema Institute of Padoue, under the tutelage of director Ermanno Olmi, she herself specialized as a director in audiovisual communication in the area of cinema and television. At the same time in Bologne she founded the cooperative 'Les Machines Célibataires' with a group of researchers, for the experimentation and diffusion of new technologies in contemporary art. She has created an impressive amount of work and participated in several exhibitions. A select few include: 1993 - Realization, Giannina Censi, Aérodanseuse Futuriste; 1996 - Realization, Chant végétal à Pachamama coca; 1997-2002 - Assistant to trilogy filmmaker Gianni Toti; 2000 - Installation, "Salitudine", a pyramid of salt and projection of images, for the city of Bologne, European Cultural Capital 2000; 2002-2003 - Multimdeia Installation "Flying Cities", European project with the CICV Montbéliard-Belfort. Elisa Zurlo currently lives in Italy, between the cities of Bologne and Padoue. Jean-François Neplaz holds a degree from IDHEC. His works and exhibitions include: "La Blanche", 1986; International Film Festival of Autrans, "Guide et sa voie", 1987, was awarded; Festival of Epinay 88, "Ante Inferno"; Semaine vidéo des "cahiers du Cinéma", Rue de Montreuil, 1990; Etats généraux du documentaire français Lussas... "Tu", a Polish film, 1990; 6th M. I. V. TV. Montbéliard competition; Forum des images de Valence, 1992, awarded, "Cancer"; Etats généraux du documentaire de Lussas, 1993... "Vivants et nus", 1994, "Signe ascendant", Poème documentaire, 1996, "Besoin de rien", 2000, musical film; and Festival Paris-Berlin 2003. Collaborations: "Abondance", feature length fiction film, 2005, and "Terre d?un homme", feature length documentary project devoted to Mario Rigoni Stern, 2006.

Jean Francois neplaz
Catalogue : 2010ALPINI | Documentaire | 16mm | couleur et n&b | 60:0 | France | 2010
Jean Francois neplaz
ALPINI
Documentaire | 16mm | couleur et n&b | 60:0 | France | 2010

L?histoire tourmentée du XXe siècle dans le nord de l?Italie est un « point de voir » qui nourrit l?oeuvre, majeure, de l?écrivain Mario Rigoni Stern. Dans cet ultime témoignage (il est décédé en juin 2008), il accompagne notre cheminement dans l?imaginaire des montagnards d?Asiago. La place de l?homme au coeur de la nature autant qu?au coeur de la guerre se mêle à la voix de l?écrivain. Ici le territoire est une frontière, le fascisme est un passé présent, la guerre est inscrite sous une paix de neige? Et l?homme est là.


Diplômé de l?IDHEC (Institut des Hautes études Cinématographiques en 1979) en prise de vue et réalisation. En 1994, il s?installe à Marseille, lance le collectif Film flamme et crée le Polygone étoilé, salle de cinéma alternative et outil de création cinématographique (salles de montage, mixage, etc?). Depuis 2003, Film flamme développe le Studio Autonome du Cinéma de RecherchE (SACRE) pour soutenir les auteurs indépendants. Ce collectif a pour originalité de vouloir travailler prioritairement pour les salles de cinéma. Si tous les films sont achevés en 35 mm, ils sont aussi tournés et travaillés sur tous les supports existant à ce jour, vidéo (analogique ou numérique) ou film. Est également producteur, notamment : Ho, de Gaëlle Vu Binh Giang, de France 2007 de Jun Gee Jung et de Lettre à la prison de Marc Scialom.

Diane nerwen
Catalogue : 2005The sexorcist:revirginize | Vidéo expérimentale | dv | noir et blanc | 13:0 | USA | 2005
Diane nerwen
The sexorcist:revirginize
Vidéo expérimentale | dv | noir et blanc | 13:0 | USA | 2005

The Sexorcist : Revirginize est un thriller psycho-sexuel avec Britney Spears dans le rôle d´une adolescente que sa nervosité sexuelle tourmente, et Ellen Burstyn dans le rôle de la mère terrorisée et déséspérée. Cet amusant mais glaçant récit sur la possession, les angoisses d´adolescence et de panique morale entremêle images et sons de films tels que l´Exorciste, Crossroads et Buffy la chasseuse de Vampires, exposant de manière satirique le programme idéologique derrière une éducation sexuelle basée sur l´abstinence.


Diane Nerwen est née à Montréal et vit à Brooklyn, NY. C'est une artiste qui enseigne et fait de la vidéo. Ses vidéos ont été internationalement projeté, notemment au Festival du Film de Berlin, au Festival du film de New-York et au Musée Guggenheim, NY. Elle a reçu de nombreux prix et récompenses, dont un DAAD Artist in Residence Fellowship à Berlin en 2001. Son oeuvre explore les corrélations entre média, politique et vie de tous les jours. Parmis ses récentes cassettes on trouve Under the Skin Game, un documentaire experimental sur l´utilisation et l´abus des moyens de contraception, et leur relation avec les politiques de races, genre (masc/fém) et classe. Spank est la manipulation numérique d´un très court clip Hollywoodien. Ses cassettes ont été projeté internationalement et sont distribuées par Women Make Movie et Video Data Bank.

Catalogue : 2006FUH2 | Vidéo expérimentale | dv | noir et blanc | 0:40 | USA | 2006
Diane nerwen
FUH2
Vidéo expérimentale | dv | noir et blanc | 0:40 | USA | 2006

FUH2 rend hommage au site citoyen www.fuh2.com hébergeant le Hummer Salute officiel. Richement documenté le site présente la sous culture de resistance à la "Hummerisation". Intercalant images du site et pubicités pour Hummer, cette vidéo catharcique de 30 secondes charge contre le véhicule d'assault (sub)urbain.


Diane nerwen est une artsite vidéo et enseigne l'art multi-média. Son travail a été présenté à travers le monde (festival du film de berlin, festival vidéo de New York, musée Guggenheim, NY and Viper International Festival of Film Video and New Media, Bâle, Suisse). Elle a été plusieurs fois récompensée notament par la DAAD Artist in Residence Fellowship de Berlin en 2001. Nerwen est née a Montréal et vit a Brooklyn, NY. son travail est distribué par Video Data Bank, Chicago, Women Make Movies, NY, et Vtape, Toronto.

Catalogue : 2008Open House/Chapter 1: Removal | Vidéo | dv | couleur | 10:0 | USA | 2008
Diane nerwen
Open House/Chapter 1: Removal
Vidéo | dv | couleur | 10:0 | USA | 2008

Facilement visible sous le mince vernis des très entreprenantes annonces immobilières Williamsburg, l?avenir de Brooklyn, en tant que destination pour les classes argentées, mais branchées, est un projet de rénovation urbaine à une échelle sans précédent depuis le projet d?assainissement des « taudis » réalisé par Robert Moses dans les années 1960. Documentaire sur la nature brutale de la frénésie de développement qui a eu lieu, depuis le réaménagement de ce quartier résidentiel et de l'industrie légère, jusqu?à l?assouplissement des lois qui ont permis la construction de tours de quarante étages sur le front de mer, la vidéo de Nerwen offre les preuves évidentes contre l?idée optimiste que les lois du libre marché sont « bonnes pour tout le monde ». En offrant les images d'un quartier littéralement déchiré par des promoteurs qui capitalisent sur un marché du logement frénétique et sur la population locale mise sous pression pour « vendre » maintenant car le prix est juste, ce travail documente les aspects d'un drame incroyable, cruellement ignoré par les médias.


Diane Nerwen, vidéaste et formatrice en arts médiatiques, est née à Montréal (Canada) et vit à Brooklyn, New York (USA). Son travail a été exposé internationalement, avec des projections, entre autres, au Festival du Film de Berlin (Allemagne), au New York Video Festival du Lincoln Center, au Musée Guggenheim de New York et à la Tate Modern de Londres (Royaume-Uni). Son travail a bénéficié de nombreuses aides financières de la part d?institutions telles que le New York State Council on the Arts ,la New York Foundation for the Arts ou la Creative Capital Foundation. En 2001, elle a obtenu une bourse de résidence artistique du DAAD. Son travail est distribué par Video Data Bank (Chicago, USA), Women Make Movies de New York et Vtape (Toronto, Canada).

Catalogue : 2009Open House | Doc. expérimental | dv | couleur | 31:0 | USA | 2009
Diane nerwen
Open House
Doc. expérimental | dv | couleur | 31:0 | USA | 2009

Readily visible under the thin veneer of real estate ads pushing Williamsburg, Brooklyn?s future as a destination for the moneyed, yet ?hip?, classes is an urban renewal project on a scale not seen since Robert Moses? ?slum? clearance of the 1960?s. Documenting the brutal nature of the development spree which occurred as a result of the neighborhood?s re-zoning from light manufacturing/residential to the loosening of codes that allowed for forty story towers on the waterfront, Nerwen?s video offers stark evidence against the cheerful notion that the unrestricted laws of free markets are ?good for everyone?. This work chronicles a neighborhood being literally torn apart by outside developers capitalizing on a frenzied housing market, and locals under pressure to ?sell out? while the price is right (text by Peter Scott)

Diane Nerwen is a video artist and media arts educator. She has shown her work internationally, including screenings at the Berlin Film Festival, the New York Video Festival at Lincoln Center, the Guggenheim Museum, NY and the Tate Modern, London. She was awarded a DAAD Artist in Residence Fellowship in Berlin in 2001. Her work is distributed by Video Data Bank, Chicago and Vtape, Toronto. Nerwen was born in Montreal and lives in Brooklyn, NY.

Diane nerwen, diane nerwen
Catalogue : 2005The sexorcist:revirginize | Vidéo expérimentale | dv | noir et blanc | 13:0 | USA | 2005
Diane nerwen , diane nerwen
The sexorcist:revirginize
Vidéo expérimentale | dv | noir et blanc | 13:0 | USA | 2005

The Sexorcist : Revirginize est un thriller psycho-sexuel avec Britney Spears dans le rôle d´une adolescente que sa nervosité sexuelle tourmente, et Ellen Burstyn dans le rôle de la mère terrorisée et déséspérée. Cet amusant mais glaçant récit sur la possession, les angoisses d´adolescence et de panique morale entremêle images et sons de films tels que l´Exorciste, Crossroads et Buffy la chasseuse de Vampires, exposant de manière satirique le programme idéologique derrière une éducation sexuelle basée sur l´abstinence.


Diane Nerwen est née à Montréal et vit à Brooklyn, NY. C'est une artiste qui enseigne et fait de la vidéo. Ses vidéos ont été internationalement projeté, notemment au Festival du Film de Berlin, au Festival du film de New-York et au Musée Guggenheim, NY. Elle a reçu de nombreux prix et récompenses, dont un DAAD Artist in Residence Fellowship à Berlin en 2001. Son oeuvre explore les corrélations entre média, politique et vie de tous les jours. Parmis ses récentes cassettes on trouve Under the Skin Game, un documentaire experimental sur l´utilisation et l´abus des moyens de contraception, et leur relation avec les politiques de races, genre (masc/fém) et classe. Spank est la manipulation numérique d´un très court clip Hollywoodien. Ses cassettes ont été projeté internationalement et sont distribuées par Women Make Movie et Video Data Bank.

Catalogue : 2006FUH2 | Vidéo expérimentale | dv | noir et blanc | 0:40 | USA | 2006
Diane nerwen , diane nerwen
FUH2
Vidéo expérimentale | dv | noir et blanc | 0:40 | USA | 2006

FUH2 rend hommage au site citoyen www.fuh2.com hébergeant le Hummer Salute officiel. Richement documenté le site présente la sous culture de resistance à la "Hummerisation". Intercalant images du site et pubicités pour Hummer, cette vidéo catharcique de 30 secondes charge contre le véhicule d'assault (sub)urbain.


Diane nerwen est une artsite vidéo et enseigne l'art multi-média. Son travail a été présenté à travers le monde (festival du film de berlin, festival vidéo de New York, musée Guggenheim, NY and Viper International Festival of Film Video and New Media, Bâle, Suisse). Elle a été plusieurs fois récompensée notament par la DAAD Artist in Residence Fellowship de Berlin en 2001. Nerwen est née a Montréal et vit a Brooklyn, NY. son travail est distribué par Video Data Bank, Chicago, Women Make Movies, NY, et Vtape, Toronto.

Catalogue : 2008Open House/Chapter 1: Removal | Vidéo | dv | couleur | 10:0 | USA | 2008
Diane nerwen , diane nerwen
Open House/Chapter 1: Removal
Vidéo | dv | couleur | 10:0 | USA | 2008

Facilement visible sous le mince vernis des très entreprenantes annonces immobilières Williamsburg, l?avenir de Brooklyn, en tant que destination pour les classes argentées, mais branchées, est un projet de rénovation urbaine à une échelle sans précédent depuis le projet d?assainissement des « taudis » réalisé par Robert Moses dans les années 1960. Documentaire sur la nature brutale de la frénésie de développement qui a eu lieu, depuis le réaménagement de ce quartier résidentiel et de l'industrie légère, jusqu?à l?assouplissement des lois qui ont permis la construction de tours de quarante étages sur le front de mer, la vidéo de Nerwen offre les preuves évidentes contre l?idée optimiste que les lois du libre marché sont « bonnes pour tout le monde ». En offrant les images d'un quartier littéralement déchiré par des promoteurs qui capitalisent sur un marché du logement frénétique et sur la population locale mise sous pression pour « vendre » maintenant car le prix est juste, ce travail documente les aspects d'un drame incroyable, cruellement ignoré par les médias.


Diane Nerwen, vidéaste et formatrice en arts médiatiques, est née à Montréal (Canada) et vit à Brooklyn, New York (USA). Son travail a été exposé internationalement, avec des projections, entre autres, au Festival du Film de Berlin (Allemagne), au New York Video Festival du Lincoln Center, au Musée Guggenheim de New York et à la Tate Modern de Londres (Royaume-Uni). Son travail a bénéficié de nombreuses aides financières de la part d?institutions telles que le New York State Council on the Arts ,la New York Foundation for the Arts ou la Creative Capital Foundation. En 2001, elle a obtenu une bourse de résidence artistique du DAAD. Son travail est distribué par Video Data Bank (Chicago, USA), Women Make Movies de New York et Vtape (Toronto, Canada).

Catalogue : 2009Open House | Doc. expérimental | dv | couleur | 31:0 | USA | 2009
Diane nerwen , diane nerwen
Open House
Doc. expérimental | dv | couleur | 31:0 | USA | 2009

Readily visible under the thin veneer of real estate ads pushing Williamsburg, Brooklyn?s future as a destination for the moneyed, yet ?hip?, classes is an urban renewal project on a scale not seen since Robert Moses? ?slum? clearance of the 1960?s. Documenting the brutal nature of the development spree which occurred as a result of the neighborhood?s re-zoning from light manufacturing/residential to the loosening of codes that allowed for forty story towers on the waterfront, Nerwen?s video offers stark evidence against the cheerful notion that the unrestricted laws of free markets are ?good for everyone?. This work chronicles a neighborhood being literally torn apart by outside developers capitalizing on a frenzied housing market, and locals under pressure to ?sell out? while the price is right (text by Peter Scott)

Diane Nerwen is a video artist and media arts educator. She has shown her work internationally, including screenings at the Berlin Film Festival, the New York Video Festival at Lincoln Center, the Guggenheim Museum, NY and the Tate Modern, London. She was awarded a DAAD Artist in Residence Fellowship in Berlin in 2001. Her work is distributed by Video Data Bank, Chicago and Vtape, Toronto. Nerwen was born in Montreal and lives in Brooklyn, NY.

Gerald nestler
Catalogue : 2014COUNTERING CAPITULATION | Vidéo | hdv | couleur | 11:25 | Autriche | 2013
Gerald nestler
COUNTERING CAPITULATION
Vidéo | hdv | couleur | 11:25 | Autriche | 2013

COUNTERING CAPITULATION engages with the inquiries following the Flash Crash of May 6, 2010, an event that went down as the biggest one-day market decline in financial history. Focusing on a remarkable forensic analysis that not only contradicted the official findings of the regulatory authorities and shed light on the impact of algorithmic trading but also developed tools to visualize material processes that operate beyond human perception, Nestler argues that in the current legal framework evidence of market events can only be produced by a double figure of the expert witness: when the (forensic) analyst is joined by a whistleblower or informant. With this ambivalent, contingent and marginal figure at its heart—a renegade, a traitor—COUNTERING CAPITULATION proposes a multilayered, transdisciplinary artistic practice: creating narrative instabilities that coagulate dissent into insurrection by enhancing resolution in the technological, social as well as legal meanings of the term. The video concludes with a call for renegade solidarity between the general public and whistleblowers as the contemporary figures of insurrection to counter the excesses of (automated) evaluation and decision-making, not only as regards financial markets but black box regimes in general.

Gerald Nestler combines theory with video, installation, performance, speech and text to interrogate the ideological, methodological and fictive narratives of finance and their role in current biopolitics as well as contemporary art in particular. After graduating from the Academy of fine arts Vienna (1992) he conducted artistic fieldwork as broker and trader (1994-97). He lectures at Webster University Vienna and is completing a PhD at the Centre for Research Architecture, Goldsmiths, University of London. Selected recent exhibitions: The New Derivative Order (kunstraum Bernsteiner, Vienna, 2012), Cargo Carry Cult (Kunsthalle Wien, 2013), Forensis (curated by Anselm Franke and Eyal Weizman, HKW, Berlin, 2014), Social Glitch (kunstraum NOE and other venues in Vienna, in prep., 2015). Recent publications: editor of Kunstforum International 200/201 on art and economy (with D. Buchhart, 2010), Paratactic Commons (amber Art+Technology Festival Istanbul), What’s next. Art after the crisis (eds. Johannes M. Hedinger & Tobias Meyer, Kadmos, 2013), Forensis. The Architecture of Public Truth (ed. Forensic Architecture, Sternberg, 2014).

Peter nestler
Catalogue : 2007Wie macht man Glass? Partie 1 / Handwerklich | Documentaire | 16mm | noir et blanc | 24:0 | Allemagne | 1970
Peter nestler
Wie macht man Glass? Partie 1 / Handwerklich
Documentaire | 16mm | noir et blanc | 24:0 | Allemagne | 1970

Wie macht man Glas? (handwerklich) Im Frühjahr 1970 in Schweden gefilmt von Peter und Zsoka Nestler. Antike Glasgefässe und dann die Herstellung von Glas und Gläsern der waldreichen Landschaft Smaland. Mit der Kamera wird beobachtet und entdeckt, gleichzeitig ein chronologisches Beschreiben der Arbeitsgänge. Das Zusehen ist Bewunderung und Staunen über die Bewegung, das Material, das Licht und die Kunstfertigkeit der Glasmacher.

Peter Nestler, geboren 1937 in Freiburg im Schwarzwald. Über Lahr/Baden nach Berlin. Anfang des Krieges nach Bayern, wail meine Eltern zu Recht befürchtet haben, dab da bald Bomben fallen. In Grainau an der österreichischen Grenze Volksschule. Nach dem Krieg die Scheidung meiner Eltern. Aufteilung der Geschwister, zwei bei meiner Mutter, ich und die älteste Schwester bei meinem Vater. Internat. Weil es nicht so einfach war, die Kinder grobzuziehen zu Hause. Ab fünfzehn per Autostop durch Frankreich, Italien. Nach der Handelsschule endgültig von zu Hause weg. Fabrikarbeit. Zur See gefahren. Dann wieder zurück in den Familienbetrieb des Grobvaters und und der Restfamilie in Lahr. Abgebrochen, weil es aussichtslos war, nur für den Erwerb tätig zu sein. Malereistudium in München. Siedbruck in Stuttgart in der Werkstatt von Willi Baumeister, die industriell weitergearbeitet hat. Nicht mehr zu Lebzeiten von Baumeister. Wieder zurück nach München. Kleine Statistenrollen als Nebenerwerb. Ersten Rollen mit der Absicht, aus dem Geld Filme zu machen. Dann in den frühensechziger Jahren Film - und Fernsehrollen, die immer wieder zu eigener Filmarbeit geführt haben, kurzen Dokumentarfilmen. Das ging bis 1965. Dann war es schwer, weiter Geld auzutreiben. Emigration nach Sweden, das Land meiner Mutter. Heirat 1966 in Hungarn. Dann kam die Familie in Scheden. Da auch noch Waldarbeit und Fabrikarbeit, bis ich endgültig Fub gefabt hatte mit Film beim schwedischen Fernsehen. Arbeit mit Kinderprogrammen. Teils eigene Filme, teils Filme für die Dokumentarfilmabteilung. Dann in der Hauptsache eingestellt, um Filme aus Ausland eizukaufen. In den letzten Jahren keine Dokumentarfilme mehr für das schwedischen Fernsehen, sondern auf Free lance-Basis in dienstfreier Zeit. Filme, die oft in Deutscland finanziert wurden. Vier Kinder sind grob geworden in Schweden.

Catalogue : 2007Wie macht man Glass? Partie 2 / Maschinell | Documentaire | 16mm | noir et blanc | 24:0 | Allemagne | 1970
Peter nestler
Wie macht man Glass? Partie 2 / Maschinell
Documentaire | 16mm | noir et blanc | 24:0 | Allemagne | 1970

Wie macht man Glas? (maschinell) Im Sommer 1970 in Schweden und Westdeutschland gefilmt von Peter und Zsoka Nestler. Das Formen von Glas in Maschinen und Automaten der Industrie, die Anstrengung der Glasmacher und ihr immer noch handwerkliches Geschick an dem heissen Glas der schmelzenden Flammen, an dem kalten Glas der rotierenden Schleifscheiben.

Peter Nestler, geboren 1937 in Freiburg im Schwarzwald. Über Lahr/Baden nach Berlin. Anfang des Krieges nach Bayern, wail meine Eltern zu Recht befürchtet haben, dab da bald Bomben fallen. In Grainau an der österreichischen Grenze Volksschule. Nach dem Krieg die Scheidung meiner Eltern. Aufteilung der Geschwister, zwei bei meiner Mutter, ich und die älteste Schwester bei meinem Vater. Internat. Weil es nicht so einfach war, die Kinder grobzuziehen zu Hause. Ab fünfzehn per Autostop durch Frankreich, Italien. Nach der Handelsschule endgültig von zu Hause weg. Fabrikarbeit. Zur See gefahren. Dann wieder zurück in den Familienbetrieb des Grobvaters und und der Restfamilie in Lahr. Abgebrochen, weil es aussichtslos war, nur für den Erwerb tätig zu sein. Malereistudium in München. Siedbruck in Stuttgart in der Werkstatt von Willi Baumeister, die industriell weitergearbeitet hat. Nicht mehr zu Lebzeiten von Baumeister. Wieder zurück nach München. Kleine Statistenrollen als Nebenerwerb. Ersten Rollen mit der Absicht, aus dem Geld Filme zu machen. Dann in den frühensechziger Jahren Film - und Fernsehrollen, die immer wieder zu eigener Filmarbeit geführt haben, kurzen Dokumentarfilmen. Das ging bis 1965. Dann war es schwer, weiter Geld auzutreiben. Emigration nach Sweden, das Land meiner Mutter. Heirat 1966 in Hungarn. Dann kam die Familie in Scheden. Da auch noch Waldarbeit und Fabrikarbeit, bis ich endgültig Fub gefabt hatte mit Film beim schwedischen Fernsehen. Arbeit mit Kinderprogrammen. Teils eigene Filme, teils Filme für die Dokumentarfilmabteilung. Dann in der Hauptsache eingestellt, um Filme aus Ausland eizukaufen. In den letzten Jahren keine Dokumentarfilme mehr für das schwedischen Fernsehen, sondern auf Free lance-Basis in dienstfreier Zeit. Filme, die oft in Deutscland finanziert wurden. Vier Kinder sind gross geworden in Schweden.

Catalogue : 2007Die Nordkalotte | Documentaire | 16mm | couleur | 90:0 | Allemagne | 1990
Peter nestler
Die Nordkalotte
Documentaire | 16mm | couleur | 90:0 | Allemagne | 1990

Peter Nestler, geboren 1937 in Freiburg im Schwarzwald. Über Lahr/Baden nach Berlin. Anfang des Krieges nach Bayern, wail meine Eltern zu Recht befürchtet haben, dab da bald Bomben fallen. In Grainau an der österreichischen Grenze Volksschule. Nach dem Krieg die Scheidung meiner Eltern. Aufteilung der Geschwister, zwei bei meiner Mutter, ich und die älteste Schwester bei meinem Vater. Internat. Weil es nicht so einfach war, die Kinder grobzuziehen zu Hause. Ab fünfzehn per Autostop durch Frankreich, Italien. Nach der Handelsschule endgültig von zu Hause weg. Fabrikarbeit. Zur See gefahren. Dann wieder zurück in den Familienbetrieb des Grobvaters und und der Restfamilie in Lahr. Abgebrochen, weil es aussichtslos war, nur für den Erwerb tätig zu sein. Malereistudium in München. Siedbruck in Stuttgart in der Werkstatt von Willi Baumeister, die industriell weitergearbeitet hat. Nicht mehr zu Lebzeiten von Baumeister. Wieder zurück nach München. Kleine Statistenrollen als Nebenerwerb. Ersten Rollen mit der Absicht, aus dem Geld Filme zu machen. Dann in den frühensechziger Jahren Film - und Fernsehrollen, die immer wieder zu eigener Filmarbeit geführt haben, kurzen Dokumentarfilmen. Das ging bis 1965. Dann war es schwer, weiter Geld auzutreiben. Emigration nach Sweden, das Land meiner Mutter. Heirat 1966 in Hungarn. Dann kam die Familie in Scheden. Da auch noch Waldarbeit und Fabrikarbeit, bis ich endgültig Fub gefabt hatte mit Film beim schwedischen Fernsehen. Arbeit mit Kinderprogrammen. Teils eigene Filme, teils Filme für die Dokumentarfilmabteilung. Dann in der Hauptsache eingestellt, um Filme aus Ausland eizukaufen. In den letzten Jahren keine Dokumentarfilme mehr für das schwedischen Fernsehen, sondern auf Free lance-Basis in dienstfreier Zeit. Filme, die oft in Deutscland finanziert wurden. Vier Kinder sind grob geworden in Schweden.

Catalogue : 2007Verteidigung der Zeit | Documentaire | dv | couleur | 27:0 | Allemagne | 2007
Peter nestler
Verteidigung der Zeit
Documentaire | dv | couleur | 27:0 | Allemagne | 2007

Peter Nestler, geboren 1937 in Freiburg im Schwarzwald. Über Lahr/Baden nach Berlin. Anfang des Krieges nach Bayern, wail meine Eltern zu Recht befürchtet haben, dab da bald Bomben fallen. In Grainau an der österreichischen Grenze Volksschule. Nach dem Krieg die Scheidung meiner Eltern. Aufteilung der Geschwister, zwei bei meiner Mutter, ich und die älteste Schwester bei meinem Vater. Internat. Weil es nicht so einfach war, die Kinder grobzuziehen zu Hause. Ab fünfzehn per Autostop durch Frankreich, Italien. Nach der Handelsschule endgültig von zu Hause weg. Fabrikarbeit. Zur See gefahren. Dann wieder zurück in den Familienbetrieb des Grobvaters und und der Restfamilie in Lahr. Abgebrochen, weil es aussichtslos war, nur für den Erwerb tätig zu sein. Malereistudium in München. Siedbruck in Stuttgart in der Werkstatt von Willi Baumeister, die industriell weitergearbeitet hat. Nicht mehr zu Lebzeiten von Baumeister. Wieder zurück nach München. Kleine Statistenrollen als Nebenerwerb. Ersten Rollen mit der Absicht, aus dem Geld Filme zu machen. Dann in den frühensechziger Jahren Film - und Fernsehrollen, die immer wieder zu eigener Filmarbeit geführt haben, kurzen Dokumentarfilmen. Das ging bis 1965. Dann war es schwer, weiter Geld auzutreiben. Emigration nach Sweden, das Land meiner Mutter. Heirat 1966 in Hungarn. Dann kam die Familie in Scheden. Da auch noch Waldarbeit und Fabrikarbeit, bis ich endgültig Fub gefabt hatte mit Film beim schwedischen Fernsehen. Arbeit mit Kinderprogrammen. Teils eigene Filme, teils Filme für die Dokumentarfilmabteilung. Dann in der Hauptsache eingestellt, um Filme aus Ausland eizukaufen. In den letzten Jahren keine Dokumentarfilme mehr für das schwedischen Fernsehen, sondern auf Free lance-Basis in dienstfreier Zeit. Filme, die oft in Deutscland finanziert wurden. Vier Kinder sind grob geworden in Schweden.