Catalogue > Liste par artiste
Browse the entire list of Rencontre Internationales artists since 2004. Use the alphabetical filter to refine your search.  update in progress  
m+m
Catalogue : 2016Dienstag + Donnerstag | Installation vidéo | 16mm | couleur | 6:39 | Allemagne | 2015
m+m
Dienstag + Donnerstag
Installation vidéo | 16mm | couleur | 6:39 | Allemagne | 2015

M+M steht für die künstlerische Zusammenarbeit von Marc Weis, geb. 1965, und Martin De Mattia, geb. 1963. Das deutsch-luxembourgische Künstlerduo überschreitet in seinen Arbeiten die klassischen Gattungsgrenzen zwischen Film und Rauminstallation. Sie erhielten u.a. den Villa Massimo Preis Rom, das Stipendium Villa Aurora L.A oder den ADC Award. Einzelausstellungen fanden in den letzten Jahren statt u.a. im Museum für Fotografie, Berlin, im MAMBo - Museo d’Arte Moderna, Bologna, im Casino - Forum d’art Contemporain, Luxembourg, in der Galerie im Taxispalais, Innsbruck oder im Musée d’Art Contemporain, Montreal/Canada. Zudem waren sie in zahlreichen Gruppenausstellungen vertreten: u.a. Museum Folkwang, Essen, Biennale Venedig, Emscherkunst, Kunstmuseum Bonn, Neue Galerie, Graz, Haus der Kunst, München, Hamburger Kunsthalle.

Michael macgarry, -
Catalogue : 2015Sea of Ash | Fiction | hdv | couleur | 11:57 | Afrique du sud | Italie | 2015
Michael macgarry , -
Sea of Ash
Fiction | hdv | couleur | 11:57 | Afrique du sud | Italie | 2015

LOGLINE
A poetic re-imagining of Death in Venice, featuring a West African immigrant to Italy who embarks on a journey from the Alpine mountains to the seaside and ultimately, on a doomed voyage home. SYNOPSIS
The form of the film is one of a fable, that grafts Thomas Mann’s 1925 novella, Death in Venice, to the contemporary issue of African refugees and immigrants in Italy. The film takes Mann’s book as a nexus point and expands upon a number of themes inherent in it. In Sea of Ash, Mann’s character Tadzio is an immigrant to Italy from West Africa (Senegal) who has survived the treacherous and often fatal journey by sea. While the lead character of the original – von Aschenbach – is embodied in the unseen filmmaker himself. The narrative of the film follows Tadzio on a short journey from the remarkable Brion Cemetery at San Vito in the mountains of Northern Italy to the coastal area of the Venetian lagoon. On Lido Island he visits the famous Hotel dés Bains as featured in Luchino Visconti’s 1971 film version of Death in Venice. The film concludes on the dés Baines beach, with Tadzio embarking on a doomed attempt to return home.

Michael MacGarry is a visual artist and filmmaker based in Johannesburg, South Africa. He holds a Masters Degree in Fine Art from the University of the Witwatersrand. MacGarry is a fellow of the Gordon Institute of Performing and Creative Arts (GIPCA) at the University of Cape Town and recipient of the Standard Bank Young Artist Award 2010 (Visual Art). As a filmmaker he has written and directed five narrative short films, and five feature-length video artworks, and is a recipient of an El Ray Award - Excellence in Narrative Short Filmmaking, Barcelona Film Festival 2015 as well as a nominee for the Huysmans Young African Filmmaker Award 2015. As a visual artist Michael has exhibited internationally for more than ten years including TATE Modern, Guggenheim Bilbao, Kiasma Museum - and has published four monographs on his work.

Michael macgarry
Catalogue : 2016Excuse Me, While I Disappear | Fiction | hdv | couleur | 19:10 | Afrique du sud | Angola | 2015
Michael macgarry
Excuse Me, While I Disappear
Fiction | hdv | couleur | 19:10 | Afrique du sud | Angola | 2015

The film was shot on location in Kilamba Kiaxi, a new underpopulated city outside Luanda, Angola built by Chinese construction company CITIC and financed by Hong Kong-based China International Fund. The film follows a young municipal worker who lives by night in the old city centre of Luanda and works by day as a groundskeeper at the new city of Kilamba Kiaxi far away.

Michael MacGarry is a multi-award winning visual artist and filmmaker, having exhibited internationally for ten years including TATE Modern, Guggenheim Bilbao, 19th VideoBrasil, 62nd Short Film Festival Oberhausen, International Film Festival Rotterdam and Les Rencontres Internationales. He holds an MFA from the University of the Witwatersrand (2004). MacGarry has been researching narratives and histories of socio-economics, politics, forms and objects within the context of contemporary Africa for over a decade. Frequently focused on marking key registers of modernism – MacGarry creates sculptures, films, installations and photographs which look at the contextual specifics of things and their place; how they are simultaneously distributed both as ideas and as objects in the world. His sculptural work is formed through processes of grafting and mutation, to produce fictional hybrids principally designed to question systemic paradigms: sovereign nationality; logics of making and meaning; power relations; notions of value, equity and progress as well as the relationship between industrial technology and African resources. In his filmmaking and photographic work these macro concerns often take the form of micro narratives, personal memory and subtle identity politics in spaces where contemporary life is in a state of invention and flux.

Gwen macgregor
Catalogue : 20063 months, Toronto/New York | Création numérique | dv | couleur | 1:0 | Canada | 2006
Gwen macgregor
3 months, Toronto/New York
Création numérique | dv | couleur | 1:0 | Canada | 2006

"3 Months New York/Toronto" est la première oeuvre d'une série en cours qui utilise l'information GPS (Global Positioning System). Durant trois mois passés à New York et à Toronto, Gwen MacGregor a enregistré tous ses déplacements à l'aide d'un appareil GPS. On peut voir l'accumulation de trois mois de déplacements à New York (à gauche de l'écran) et à Toronto (à droite). Les lieux où l'artiste s'est rendue chaque jour font l'objet de dessins, puis ils s'effacent pour permettre en quelque sorte à chaque jour d'être considéré dans son unité avant de faire partie d'une accumulation. La strucure d'une telle accumulation, avec ses répétitions et ses changements au quotidien, est déterminée par les mouvements de l'artiste, eux-mêmes dictés par les rues des villes. Résultat de cette démarche, la vidéo condense trois mois d'activité à New York et à Toronto en trois minutes d'animation.


Gwen MacGregor, artiste établie à Toronto, évolue dans le domaine de la vidéo et de l'installation. Son travail reflète une observation précise du temps, dont l'écoulement fait naître de petits drames ou assombrit des situations familières. En 1998, son travail a été l'objet d'une exposition en solo à la Southern Alberta Art Gallery, puis en 2001 il a été présenté à travers la série 'Present Tense Project' à la Art Gallery of Ontario à Toronto. Gwen MacGregor a également pris part à de nombreuses expositions de groupe au Canada, à Mexico City, Londres, Prague, Venise, Shangai et Los Angeles. En 2003, elle a reçu le prix 'Friends of the Visual Arts' à Toronto, et l'année suivante, le prix 'Canada Council New York Studio'. Gwen MacGregor est représentée par Jessica Bradley Art et Projets à Toronto.

Aleksandra maciuszek
Catalogue : 2015Escenas Previas | Documentaire | hdv | couleur | 28:22 | Pologne | Cuba | 2012
Aleksandra maciuszek
Escenas Previas
Documentaire | hdv | couleur | 28:22 | Pologne | Cuba | 2012

In a ramshackle house full of memories, a grandfather cares for his grandson and must care for himself. One week passes and nothing is going to be the same again. With a esthetic inspired by the litheographs from Ars Moriendi - medieval manuals for a good dying, this documentry proposes disturbing, sometimes grotesque, sometimes harsh, vision of death, which aways - and in the most unexpected ways - nurtures life.

Aleksandra Maciuszek Born in Poland in 1984. Graduated in Social Sciences specialising in Latin American Studies, International Migration and Ethnic Minorities. She has worked in cultural institutions and NGOs in the area of Human Rights and Cultural Diversity in Poland, Spain, Mexico and Palastine. She has published articles for the commercial and academic press on issues concerinig Latin America and International Migration. In 2012 she graduated in Documentary Direction from The International School of Film and Television (EICTV) in San Antonio de Los Baños, Cuba, where she made various documentary and fiction short films. Among those is Eco Grafia (Scanning), which has screened at several international festivals and her thesis film, a documentary filmed in Cuba, titled Previous Scenes. Her documentary Opera Prima "Casablanca" premiered in 2015 received very good reviews from the critics and the public.

Sheena macrae
Catalogue : 2008Set | | dv | couleur | 10:15 | Canada | Royaume-Uni | 2008
Sheena macrae
Set
| dv | couleur | 10:15 | Canada | Royaume-Uni | 2008

En exploitant des techniques de films mainstream, ce travail constitue un paysage cinématographique qui induit un récit. Telle une série de plans sans fin, la séquence illumine richement l'éclat vert de tables de billard et des ombres noires et profondes, comme la surface saturée d?un verni. Les longs travellings hypnotisent la dérive entre les joueurs. Les scènes apparaissent comme des décors sur-articulés, qui correspondent en réalité au déroulement de la vie réelle, donnant une aisance inhabituellement naturaliste, mais convaincante, aux habitants de cette enceinte crépusculaire et à leur monde cinématographique hermétiquement clos.


Macrae a obtenu son Bechelor of Fine Arts à l?Emily Carr Institute en 1999 et son MA au Goldsmiths College en 2002. Elle a été exposée dans tout le monde, et a remporté des prix à une échelle internationale. Elle a récemment eu des expositions monographiques au Musée d?Art Contemporain du Val-de-Marne de Paris, au Center for Contemporary Photography de Melbourne et à la Fieldgate Gallery de Londres. Elle a été en résidence artistique à l'Université Monash de Melbourne. Elle travaille actuellement sur un projet de livre et présentera prochainement ses ?uvres au Festival Haip de Ljubljana et au Musée d'Art Moderne et Contemporain de Rijeka (Croatie).

Sheena macrae
Catalogue : 2005Dallas | Art vidéo | dv | couleur | 2:30 | Canada | Royaume-Uni | 2005
Sheena macrae
Dallas
Art vidéo | dv | couleur | 2:30 | Canada | Royaume-Uni | 2005

Dallas joue avec la nature éponyme de la série TV, diffuse dans de nombreux pays, qui st devenu un image pour le glamour et la corruption aux Etats-Unis, attirant et séduisant les publiques dans le jeu et le cliché de cette série infinie. Macrae déconstruit cette fantaisie en remixant les épisode de 1980. En synchronisant les gros titres des séquences, les images translucides sont superposées et mélangées en utilisant des techniques habituellement associées au DJ. Les évènements notoires sont référencés et les lignes délivrées dans un collage d?images, créant une qualité hantante de disjonction. C?est une culture qui fut à un moment familière et désorientante, Dallas apparaît comme la vision d?un rêve do?rdre différent, plus un cauchemar qu?une échappatoire.


Sheena Macrae est née dans les Caraïbes et elle excelle dans la compression, la vitesse et la nostalgie. Elle a commencé à étudier à Vancouver, au Canada où elle a été diplômée d?un BFA en film. Tout en continuant à faire des films, elle a travailler en post production pour des studios comme la Warner Bros, la 21th Century Fox, Disney et Cartoon Network. Elle a déménagé à Londres pour étudier à Goldsmith College, diplômée d?un master en beaux-arts en 2002. Elle a exposé et fait des discours dans toute l?Europe, l?Amérique du Nord, l?Australie et la Nouvelle Zélande. Cet été, ses films ont été montrés au Moscow International Film Festival et au Imaginaria Internazionale di Cinema Libero, Conversaro en Italie, où son ?uvre à emporté le Best Video Art Prize. Elle travaille pour le moment pour un des spectacles collectifs et solo à Londres, Amsterdam Helsinki et Brisbane.

Asa mader
Catalogue : 2005La maladie de la mort | Fiction expérimentale | super8 | couleur et n&b | 38:0 | USA | France | 2003
Asa mader
La maladie de la mort
Fiction expérimentale | super8 | couleur et n&b | 38:0 | USA | France | 2003

Inspirée et adaptée de la nouvelle de Marguerite Duras "La maladie de la mort" examine le parcours d?un homme dans sa quête d?amour. Il trouve une femme, dans un hôtel, dans une rue, dans un bar, dans un train. Elle viendrait avec lui. Peut-être pour plusieurs jours, peut être pour plusieurs semaines. Elle serait jeune et belle. Elle pourrait être n?importe quelle femme. Et ce sera elle qui découvrira qu?il est atteint d'une maladie incurable, cette maladie que l?on nomme la mort.


ASA MADER, (USA 1975) fut diplômé de la Brown University, où il a crée un diplôme indépendant d?études des Médias Visuels et Numériques. En 1997, il co-fonde un studio de design spécialisé dans les médias interactifs et numériques. Depuis 2002, Mader, a travaillé indépendamment comme réalisateur, partageant son temps entre New York et Paris. L?un de ses premiers films fut primé au Roberta Joslin Award for Excellence in Art. En septembre 2004, Mader a dirigé Anna Mouglalis dans ses débuts comme metteuse en scène au théâtre : "Héroïne" et Marguerite Youcenar ("Feux"). Programmé à l'ouverture du Festival d'Ortigia, à Siracuse dans le Castello Maniace, la performance se compose d'un film original et d'une vidéo de Mader avec une musique originale d?Emmanuel Deruty. La mise en scène et la lumière ont été pensé par A.J. Weissbard. En 2005, Mader a dirigé un docu-fiction de 52 minutes pour la télévision française ??Little Italy : Wiseguys, Bullets, Backrooms" sur la mythique disparition du voisinnage à New York, ce qui lui a donné l'occasion d'effectuer une seconde commande pour Paris Première, sur le voisinnage de Pigalle. ?La maladie de la mort? (2003) était le premier film présenté au Venice Film Festival . Mader prépare en ce moment son premier long métrage qui doit être tourné en 2006.

Basim magdy
Catalogue : 2011My Father Looks For An Honest City | Film expérimental | super8 | couleur | 5:28 | Egypte | 2010
Basim magdy
My Father Looks For An Honest City
Film expérimental | super8 | couleur | 5:28 | Egypte | 2010

Shot in an arid landscape of extremes on the outskirts of Cairo, My Father Looks For An Honest City is a film about cynicism and a persistent search for a seemingly essential unknown. In a reenactment of Diogenes of Sinope?s philosophical statement of carrying a lamp in daytime, Magdy filmed his own father while walking through what seems like a no man?s land where human existence seems seldom, other players like petrified wood, doves, fake palm trees, stray dogs, abandoned glass buildings and a flashlight evolve as protagonists. Diogenese, a contemporary of Plato, was one of the founders of the Philosophy of Cynicism. Although considered by many as one of the greatest Greek philosophers, none of his writings were found. Only his philosophical stunt of carrying a lamp in daylight remains as evidence to his beliefs. When asked why he did that, he explained that ?he was looking for an honest man?.

Born in Assiut, Egypt in 1977, currently lives and works in Basel and Cairo. Magdy works with different media including drawing, painting, film, video, animation, installation, sculpture, sound and printed matter to investigate the broad space between fiction and reality in the construction, distribution and assimilation of media-based knowledge and global culture. His work appeared recently in solo and group shows at Kunsthalle Wien, Vienna, Kunsthaus Baselland, Basel; Newman Popiashvili Gallery, New York; Argos Art Center, Brussels; Beirut Art Center, Beirut, Lebanon; Museum of Contemporary Art (MASS MoCa), North Adams; Institut Mathildenhöhe, Darmstadt; 1st D-O ARK Underground Biennial, Konjic/Sarajevo; 2nd Ateliers de Rennes Biennale d?art contemporain, Rennes; Neue Kunst Halle St. Gallen, St. Gallen; DEPO, Istanbul, MUSAC, Museo de Arte Contemporáneo de Castilla y León; MARCO - Museo de Arte Contemporáneo, Vigo, Spain; ACAF ? Alexandria Contemporary Arts Forum, Alexandria; Zendai Museum of Modern Art, Shanghai; SAW Gallery, Ottawa; Le Fresnoy, Tourcoing; Sala Rekalde, Bilbao; Townhouse Gallery, Cairo and Art in General, New York among others.

Michael Takeo magruder
Catalogue : 2008Endless wall | | | couleur | 0:0 | USA | 2007
Michael Takeo magruder
Endless wall
| | couleur | 0:0 | USA | 2007

(Endless Wall) est un champ virtuel construit en VRML. Il peut être exposé simultanément comme une installation en espace d?exposition et comme pièce de net art. Quand on entre dans ce monde, on se trouve dans une vaste surface qui est contenue par un mur qui s?étend dans une distance aussi loin que l?on puisse voir. Au-dessus du mur, une belle et douce lumière grise émane du ciel et s?étire dans l?horizon. Le mur est infranchissable, et l?on peut marcher à sa base sans jamais trouver une faille ou moyen de le passer. Nous sommes (et nous avons toujours été) une société divisée. Nous avons construit depuis des millénaires, des barrières et des divisions qui ont segmenté la population du monde entre ceux « qui ont » et ceux « qui n?ont pas ». Depuis la terre et les richesses, jusqu?à la technologie et la liberté, nous avons socialement généré des déséquilibres entre les nations, les familles et les individus. Actuellement, alors que les technologies ont permis un potentiel énorme dans nos vies (à la fois physique et dans les mondes virtuels émergents), les mêmes technologies sont utilisées dans un renversement pour restreindre et contenir. Avec le mur de Berlin ou les firewall du DEC (En 1988 des ingénieurs du Digital Equipment Corporation (DEC) ont développé le premier système de flitrage connu, comme « packet filter firewall »), les gouvernements et les entreprises nous ont entourés de barrières infranchissables, présentées comme des protections, ou des sécurités.


Michael Takeo Magruder est né en 1974 aux Etats-Unis. Il a étudié la biologie à l?université de Virginie. Il vit et travaille actuellement à Londres. Il travaille dans le domaine des nouveaux médias et des médias technologiques. Il est également chercheur à l?Université de Londres, au King`s College dans le département nouvelles technologies et visualisation, où il travaille sur la capture de mouvement, les espaces immersifs et les environnements virtuels. Son travail artistique a déjà été présenté dans plus de 175 expositions, dans 30 pays, notamment au Courtauld Institute of Art, à Londres, à l?EAST International 2005, au centre Georges Pompidou, au Tokyo Metropolitan Museum of Photography et à la Trans-Media-Akademie Hellerau. Son travail est également présenté dans des festivals internationaux de nouveaux médias, comme Cybersonica, CYNETart, FILE, Filmwinter, SeNef, Siggraph à Split, ou VAD et WRO en Pologne. Il a été soutenu par la Fondation Esmée Fairbairn, le Arts Council England, le National Endowment for the Arts, USA, et par de nombreux musées publics au Royaume-Uni et à l?étranger. Il est également connu pour la création de pièces en ligne, avec la réalisation de commande pour des portails dédiés au net art, comme Turbulence.org et Soundtoys.net. Il travaille actuellement sur l?utilisation simultanée et l?analyse des nouvelles technologies, comme moyen d?exploration des structures formelles et des paradigmes conceptuels du champs numérique. Il cherche à créer des ?uvres d?art dans lesquelles il n?y a plus de divisions entre les technologies, l?esthétique et les concepts.

Catalogue : 2006Re_collection | Installation multimédia | | couleur | 0:0 | USA | Royaume-Uni | 2005
Michael Takeo magruder
Re_collection
Installation multimédia | | couleur | 0:0 | USA | Royaume-Uni | 2005

Le désir de laisser une trace a toujours fait partie de la condition humaine. Depuis toujours, la société a cherché à concevoir une forme de mémoire qui pourrait survivre à nos enveloppes corporelles. L'adaptation du binaire, le langage universel et la pierre angulaire du système numérique, nous a ouvert un nouveau chemin qui pourrait nous permettre de toucher du doigt ce rêve insaisissable. Les systèmes binaires et les technologies qui en découlent s'infiltrent aujourd'hui dans toutes nos couches sociales. Ils coexistent avec nous, dans nos mains, à tout moment et partout. On sélectionne, on organise et on archive, créant ainsi des lieux de stockage pour nos vies enregistrées. On ditribue nos souvenirs numérisés, on échange des fragements de nos expériences les plus intimes avec des inconnus. La mémoire humaine est stockée dans la mémoire d'une machine et accessible en un instant, alors que les réseaux facilitent la juxtaposition et le mélange de ces récits bien définis. Est-ce que les individus cherchent intrinséquement à placer leurs récits personnels, qui sont tous éphémères et subtilement uniques, dans un contexte universel ? Est-ce que les instruments que nous créons afin de permettre ce processus sont intrinséquement imprégnés de ces intentions sous-jacentes ? Re_collection est le produit d'une de nos technologies les plus omniprésentes :le téléphone portable. Le matériau principal de l'oeuvre est un moment capturé, précieux et plein de signifaction pour nous. La séquence enregistrée, dépouillée de la résolution et de la profondeur apparente, n'a plus rien de personnel, elle est réduite à une esthétique minimaliste qui révèle les formes archétypales et les émotions inhérentes qu'elles évoquent. En retirant intentionnellement les détails, l'artiste remet en question les divisions entre personnel et universel. Il cherche à révéler la 'vérité' sous-jacente de nos souvenirs les plus intimes, qui existent entre rêve et réminiscence.


Michael Takeo Magruder est un artiste américain qui travaille en Grande-Bretagne et qui développe les nouveaux media et les media technologiques dans le contexte des beaux-arts. En 1996, il a obtenu l'équivalent d'une licence (BA(Hons)) en sciences biologique à l'université de Virginie. Il est depuis longtemps un memebre du King's Visualisation Lab dans le Centre for Computing Humanities au King's College de Londres. Grâce à cette organisation, il se charge de la recherche, du développement et de la mise en oeuvre des nouvelles technologies ; parmi lesquelles la capture du mouvement, l'espace "immersif" et la réalité virtuelle, pour les utiliser dans la pratique créative et académique contemporaine. En ce qui concerne l'art, il s'intéresse actuellement à l'utilisation simultanée et la dissection des nouvelles technologies en tant que moyen d'explorer les structures formelles et les paradigmes conceptuels du domaine numérique. Il cherche à créer des oeuvres d'art dans lesquelles il n'y aurait pas de divisions entre les technologies, les esthétiques et les concepts. Pour plus d'informations www.takeo.org.

Catalogue : 2006data_cosm | Installation multimédia | 0 | couleur | 0:0 | USA | Royaume-Uni | 2005
Michael Takeo magruder
data_cosm
Installation multimédia | 0 | couleur | 0:0 | USA | Royaume-Uni | 2005

Data_cosm examine les archives chronologiquement produites par les médias et la dynamique des structures d'information qui transmettent ce procédé. Chaque jour, l´oeuvre déconstruit et remonte les informations du service de la BBC fourni par internet en un royaume 3D en continuelle évolution ( crée en VRML - Langage Virtuel Réel Modelable) peuplé de différents points de vue.


Michael Takeo Madruger est un artiste américain qui vit en Grande Bretagne. Ses oeuvres été montrées dans plus de 150 expositions et 25 pays. Ses intérêts artistiques actuels de portent sur l'utilisation simultanée et la dissection des nouvelles technologies, comme moyen pour explorer des structures formelles et des paradigmes conceptuels du royaume de la technologie numérique. Il cherche à créer des oeuvres dans lequelles technologies, esthétique et concepts ne seraient plus séparés. Pour plus d'informations : www.takeo.org

Catalogue : 2005Encoded Presence [auto-portrait of E. Puente] | | | couleur | 0:0 | USA | Royaume-Uni | 2005
Michael Takeo magruder
Encoded Presence [auto-portrait of E. Puente]
| | couleur | 0:0 | USA | Royaume-Uni | 2005

`Encoded Presence` concerne la redétermination du téléphone mobile, outil trivial de communication vers un instrument cinématique. On a demandé à un sujet de générer un contenu cinématique interprétant le thème de ?l?auto portait? en utilisant seulement un Smart phone SPV C500 comme mécanisme d?enregistrement.


Michael Takeo Magruder est un artiste américain basé au Royaume-Uni et qui travaille dans le domaine des Médias Nouveaux et Interactifs. Il a reçu une formation formelle à l?Université de Virginie, aux Etats-Unis et a été diplômé avec mention en Sciences Biologiques. Pendant les 8 dernières années, sa performance artistique a reflété une société dirigée par les données informatiques et une existence saturée par les renseignements en examinant les communications des informations internationales. En combinant à nouveau les notions de média et d?art, il a analysé les interconnections entre l?individu et le réseau médiatique omniprésent ; un questionnement du produit contre le processus, de la connaissance contre la stimulation, des faits contre les perspectives. Sa production artistique a été exposée sur toute la planète et englobe un mélange électrique de formes, s?étendant du vitrail futuriste, des écrans lumineux numériques et des sculptures de lumières modulaires jusqu?aux manipulations architecturales, aux projections vidéos éphémères et des installations de réseaux interactifs. Ses recherches et explorations actuelles rassemblent des projections stéréoscopiques 3D, des environnements d?immersions multisensoriels et des narrations non-linéaires interactives pour des mises en scènes de galeries ou de réseaux. Son travail dans ces domaines reçoit en ce moment le support de Turbulence.org, de King?s Visualisation Lab : King?s College et du London and Arts Concil England.

Basir mahmood
Catalogue : 2011Lunda Bazaar | Vidéo | dv | couleur | 13:43 | Pakistan | 2010
mahmood
Lunda Bazaar
Vidéo | dv | couleur | 13:43 | Pakistan | 2010

Basir Mahmood (b 1985, Lahore) graduated in 2010 from Beaconhouse National University with a distinction. His interest in short films has won him various awards in the category of Best Director and Writer. ?Gheera Chaasma?, a short film, was nominated at the Zabist Film Festival in Karachi which was written, directed and produced by Mahmood. His one minute short film ?Dot in the line? was shortlisted in the Filminute Film Festival in 2011. Mahmood is the recipient of Akademie Schloss Solitude fellowship for the year 2011-2012 in Stuttgart, Germany. He will represent Pakistan at the Asia Pacific Triennial 2012 (APT 7) at Queensland Art Gallery in Brisbane, Australia and showing his video at the launch of Broad Museum at Michigan State University in April 2012. Besides being part of various private collections, Mahmood?s video works were recently acquired by the Queensland Art Gallery Collection in Brisbane, Australia.

Catalogue : 2011Manmade | 0 | dv | couleur | 13:27 | Pakistan | 0 | 2010
Basir mahmood
Manmade
0 | dv | couleur | 13:27 | Pakistan | 0 | 2010

Basir Mahmood (b 1985, Lahore) graduated in 2010 from Beaconhouse National University with a distinction. His interest in short films has won him various awards in the category of Best Director and Writer. ?Gheera Chaasma?, a short film, was nominated at the Zabist Film Festival in Karachi which was written, directed and produced by Mahmood. His one minute short film ?Dot in the line? was shortlisted in the Filminute Film Festival in 2011. Mahmood is the recipient of Akademie Schloss Solitude fellowship for the year 2011-2012 in Stuttgart, Germany. He will represent Pakistan at the Asia Pacific Triennial 2012 (APT 7) at Queensland Art Gallery in Brisbane, Australia and showing his video at the launch of Broad Museum at Michigan State University in April 2012. Besides being part of various private collections, Mahmood?s video works were recently acquired by the Queensland Art Gallery Collection in Brisbane, Australia.

Basir mahmood
Catalogue : 2012A message to the sea | Vidéo | hdv | couleur | 6:4 | Pakistan | Turquie | 2012
Basir mahmood
A message to the sea
Vidéo | hdv | couleur | 6:4 | Pakistan | Turquie | 2012

?A message to the sea? was developed during my stay in the old fishermen?s area near by the sea. Men on the land have always been dependent on the sea for fishing and trade. The intention behind the piece was to create a dialog between men and the sea, by sending a message back to the sea. The ship in the work is not a subject but an object, which holds a message.

Basir Mahmood (b 1985, Lahore) graduated in 2010 from Beaconhouse National University with a distinction. His interest in short films has won him various awards in the category of Best Director and Writer. ?Gheera Chaasma?, a short film, was nominated at the Zabist Film Festival in Karachi which was written, directed and produced by Mahmood. His one minute short film ?Dot in the line? was short listed in the Filminute Film Festival in 2011. Mahmood is the recipient of Akademie Schloss Solitude fellowship for the year 2011-2012 in Stuttgart, Germany and ARCUS Project, Japan. He will represent Pakistan at the Asia Pacific Triennial 2012 (APT 7) at Queensland Art Gallery in Brisbane, Australia and showing his video at the launch of Broad Museum launch at Michigan State University in April 2012. Mahmood is a part of III Moscow International Biennale for Young Art, 2012. Besides being part of various private collections, Mahmood?s video works were recently acquired by the Queensland Art Gallery Collection in Brisbane, Australia.

Catalogue : 2013Thank You For Coming | Vidéo | | | 6:35 | Pakistan | 2013
Basir mahmood
Thank You For Coming
Vidéo | | | 6:35 | Pakistan | 2013

?Thank You For Coming? strives to explore social identities and human behavior by analyzing the aesthetics of social activities which, in themselves, may be regarded as banal in everyday life. In this project, I am working with the idea of a social gathering, within the context of a celebration, where individuals gather in a certain manner, and form a structure that is identical to the social structure we live in. Within these parameters I am working with a visual vocabulary that is derived from the imagery of little, everyday gestures, to form various narratives of an event, and to build a larger superstructure of my work. For this project, I worked in collaboration with a person from a different background to set-up a situation that treads the thin line between fiction and reality. He brought in his relatives, friends and acquaintances, none of whom I knew and all of whom were alien to me, for a celebration, the name or title, occasion and purpose of which is never revealed.I accorded my contact who had gathered these people together the role of an architect who led much of the direction of what was being done by the gathered people and how it was being done. The end result of this project was unexpected; initially I wanted to put a social gathering together to study the interaction between individuals. Probably by positioning myself with camera I broke the structure, I wanted to build. What appeared on camera is a group of aliens, together, who were even unknown to each other.

Basir Mahmood (b. 1985 Lahore, Pakistan) studied in Lahore at the Beaconhouse National University, and received a yearlong fellowship from Akademie Schloss Solitude in Stuttgart, Germany, in 2011. In order to engage with situations around him, he ponders upon embedded social and historical terrains of the ordinary, as well as his personal milieu. Using video, film or photograph, Mahmood weaves various threads of thoughts, findings and insights into poetic sequences and various forms of narratives. Since 2011, his works has been widely shown, including: The Garden of Eden, Palais de Tokyo, Paris, 2012; III Moscow International Biennale for Young Art, Russia, 2012; Inaugural Show, Broad Museum, Michigan State University, 2012; Asia Pacific Triennial (APT 7) at Queensland Art Gallery, Brisbane, 2012; and Sharjah Biennial 11. (2013). Besides being part of various private collections, Mahmood?s video works were acquired by the Queensland Art Gallery Collection in Brisbane, Australia.

Nicolas maigret
Catalogue : 2005Phaze work | Art vidéo | 0 | noir et blanc | 5:0 | France | 2005
Nicolas maigret
Phaze work
Art vidéo | 0 | noir et blanc | 5:0 | France | 2005

Séries d?animations basées sur l?effet de mirage et les troubles visuels qui en émanent.


NICOLAS MAIGRET diffuse principalement son travail à travers la vidéo et le son, en s?intéressant notamment aux liens qui unissent ces deux médias. Après avoir terminé ses études aux Beaux Arts de Besançon, il développe son travail à travers différentes pratiques comme l?installation, la composition, la vidéo, le son, la radio ou le multimédia, ainsi qu?à travers des collaborations avec les domaines de la danse, de la performance, du théâtre ou du graphisme. Il a récemment développé une série de pièces autour de la mise en relation de l?image et du son. Basé sur une approche par analogie, son travail se présente essentiellement sous la forme d?installations vidéos, ou de performances.

Nicolas maigret, jérémy gravayat, nicolas montgermont
Catalogue : 2014WAR ZONE | 0 | 0 | couleur | 10:0 | France | 2014
Nicolas maigret , jérémy gravayat, nicolas montgermont
WAR ZONE
0 | 0 | couleur | 10:0 | France | 2014

WAR ZONE explore les tensions entre les technologies et leur héritage militaire. La majorité des ruptures technologiques profondes étant issues de la recherche militaire, leur diffusion dans le domaine public n`est-elle pas une propagation des valeurs idéologiques dans lesquelles elles ont été produites? "Il n’est pas superflu de rappeler [...] le lien originel entre technologies militaires et technologies du réseau (l’arpanet, ancêtre d’internet, a été développé par la DARPA, l’agence américaine chargée des projets en recherche avancée pour la Défense). [...] L’artiste reconstitue en vision subjective trois trajectoires de missiles dans le logiciel Google Earth, à partir des coordonnées réelles. Celle d’un missile V2, développé par les nazis, tiré de la Hollande vers l’Angleterre en 1945 (dont l’impact est encore visible dans les images satellites actuelles), un Scud tiré du Koweït vers l’Arabie Saoudite pendant la guerre du golfe et, enfin, un missile air sol tiré d’Israël vers Gaza en 2014. «C’est grâce à la fusée V2 équipée d’une caméra qu’on a pu voir la première image de la Terre vue de l’espace et l’incurvation de la planète». Le résultat est hypnotique, générant un sentiment mitigé de fascination et d’effroi. En train de chevaucher notre missile à la manière d’un Docteur Folamour, on observe pensif l’évolution de ces instruments de mort, de la précision médiocre des V2 aux frappes chirurgicales d’Israël, la nation qui compte le plus grand nombre de start-up, notamment dans la cyberdéfense, et où l’armée est le principal creuset de l’innovation." Marie Lechner


The artist Nicolas Maigret exposes the internal workings of media, through a reflection on their errors, dysfunctions, limitations or failure thresholds. As a curator, he initiated the disnovation.net research, a critique of the innovation propaganda. After completing studies in intermedia art, Maigret joined the LocusSonus lab in France, where he explored networks as a creative tool. He teaches at Parsons Paris and cofounded the Art of Failure collective in 2006.

Catalogue : 2013RESONANT ARCHITECTURE | Documentaire | hdv | couleur | 30:0 | France | 2012
Nicolas maigret , jérémy gravayat, nicolas montgermont
RESONANT ARCHITECTURE
Documentaire | hdv | couleur | 30:0 | France | 2012

L`installation vidéo RESONANT ARCHITECTURE réunit sous une forme documentaire et immersive des mises en vibrations au sein d`architectures atypiques réalisées depuis 2006 par le collectif Art Of Failure. Lors de ces expériences, les matériaux et les structures activés par vibrations infra-basses révèlent les fréquences de résonance, la physicalité et les qualités acoustiques des bâtiments choisis, pour établir un dialogue entre les architectures, leurs composantes spatiales et leur contexte géographique.


Le collectif ART OF FAILURE expérimente la capacité des technologies contemporaines à générer des langages sonores ou visuels spécifiques. Dans leur réalisations, les caractéristiques internes des médias sont rendues perceptibles à travers leurs erreurs, dysfonctionnements, états limites ou seuils de rupture, dont ils développent des expériences audio-visuelles à la fois sensorielles et immersives.

Nicolas maigret
Catalogue : 2014WAR ZONE | 0 | 0 | couleur | 10:0 | France | 2014
Nicolas maigret
WAR ZONE
0 | 0 | couleur | 10:0 | France | 2014

WAR ZONE explore les tensions entre les technologies et leur héritage militaire. La majorité des ruptures technologiques profondes étant issues de la recherche militaire, leur diffusion dans le domaine public n`est-elle pas une propagation des valeurs idéologiques dans lesquelles elles ont été produites? "Il n’est pas superflu de rappeler [...] le lien originel entre technologies militaires et technologies du réseau (l’arpanet, ancêtre d’internet, a été développé par la DARPA, l’agence américaine chargée des projets en recherche avancée pour la Défense). [...] L’artiste reconstitue en vision subjective trois trajectoires de missiles dans le logiciel Google Earth, à partir des coordonnées réelles. Celle d’un missile V2, développé par les nazis, tiré de la Hollande vers l’Angleterre en 1945 (dont l’impact est encore visible dans les images satellites actuelles), un Scud tiré du Koweït vers l’Arabie Saoudite pendant la guerre du golfe et, enfin, un missile air sol tiré d’Israël vers Gaza en 2014. «C’est grâce à la fusée V2 équipée d’une caméra qu’on a pu voir la première image de la Terre vue de l’espace et l’incurvation de la planète». Le résultat est hypnotique, générant un sentiment mitigé de fascination et d’effroi. En train de chevaucher notre missile à la manière d’un Docteur Folamour, on observe pensif l’évolution de ces instruments de mort, de la précision médiocre des V2 aux frappes chirurgicales d’Israël, la nation qui compte le plus grand nombre de start-up, notamment dans la cyberdéfense, et où l’armée est le principal creuset de l’innovation." Marie Lechner


The artist Nicolas Maigret exposes the internal workings of media, through a reflection on their errors, dysfunctions, limitations or failure thresholds. As a curator, he initiated the disnovation.net research, a critique of the innovation propaganda. After completing studies in intermedia art, Maigret joined the LocusSonus lab in France, where he explored networks as a creative tool. He teaches at Parsons Paris and cofounded the Art of Failure collective in 2006.

Catalogue : 2013RESONANT ARCHITECTURE | Documentaire | hdv | couleur | 30:0 | France | 2012
Nicolas maigret
RESONANT ARCHITECTURE
Documentaire | hdv | couleur | 30:0 | France | 2012

L`installation vidéo RESONANT ARCHITECTURE réunit sous une forme documentaire et immersive des mises en vibrations au sein d`architectures atypiques réalisées depuis 2006 par le collectif Art Of Failure. Lors de ces expériences, les matériaux et les structures activés par vibrations infra-basses révèlent les fréquences de résonance, la physicalité et les qualités acoustiques des bâtiments choisis, pour établir un dialogue entre les architectures, leurs composantes spatiales et leur contexte géographique.


Le collectif ART OF FAILURE expérimente la capacité des technologies contemporaines à générer des langages sonores ou visuels spécifiques. Dans leur réalisations, les caractéristiques internes des médias sont rendues perceptibles à travers leurs erreurs, dysfonctionnements, états limites ou seuils de rupture, dont ils développent des expériences audio-visuelles à la fois sensorielles et immersives.

Elodie maÎtre
Catalogue : 2006Coïncidence 3 | Vidéo expérimentale | dv | couleur | 6:0 | France | 2005
Elodie maÎtre
Coïncidence 3
Vidéo expérimentale | dv | couleur | 6:0 | France | 2005

Le phénomène d?ensemble fini des perceptions est une source d?inquiétude pour l?homme qui espère légitimement que les outils technologiques et leurs performances agissent non seulement en médiateur mais en créateur. L?ordinateur additionne, soustrait, multiplie, divise des valeurs de 0 et de 1, à l?infini, tout juste contraint par la puissance de son processeur. J?ai donc émis l?hypothèse qu?une image soustraite à elle-même devenue différente, serait l?image de la différence. Cette opération conduirait, à l?infini, à une image sans détails, à de la lumière ; une image qui serait en quelque sorte imperceptible pour l?homme. J?ai choisi une boucle d?un paysage comportant des évènements récurrents, des plans distincts, des bosses, des creux, des surfaces et des profondeurs, etc. J?ai filmé X fois ce paysage en mouvement avec le plus de rigidité possible, en m?appliquant à enregistrer la même chose que précédemment de manière à laisser advenir les accidents. La superposition progressive de toutes ces pistes vidéo (plus de 2 millions) crée des nouvelles images qui glissent de la représentation analogique à l?image de synthèse en effleurant le langage pictural. Coïncidence 3 rend compte du processus de l?évanescence de l?image, de sa mutation au fil de l?accomplissement de la boucle. Le spectateur est invité à contempler en silence ce paysage et se laisser emporter par l?évanouissement de son regard.


Née en 1980 à Dijon, je vis et travaille à Paris. Après un cursus universitaire d?Art et Spectacle à l?Université de Montpellier, j?ai souhaité intégrer l?Ecole Nationale Supérieure de la Photographie pour développer un travail de recherche et création autour de la très large interrogation «qu?est-ce que l?image, quelles sont ses limites?». Diplômée en juin 2006, je poursuis mon travail avec une direction toujours assez expérimentale, en utilisant la photographie et la vidéo.

Charlie malgat
Catalogue : 2012Z+1 | Fiction expérimentale | hdv | couleur | 5:46 | France | 2012
Charlie malgat
Z+1
Fiction expérimentale | hdv | couleur | 5:46 | France | 2012

Charlie Malgat est née en 1990. Elle a obtenu en juin 2012 son diplôme national d`arts plastiques aux Beaux Arts de Paris en vidéo. De 2007 à 2010 elle a travaillé en tant qu`assistante décoration sur des tournages à grosse production pour la télévision et le cinéma français. Dès ses 18 ans, elle devient chef décoration pour des publicités, court-métrages et clips. Depuis, son travail vidéo s`articule autour de la machinerie de la fiction et base sa réflexion sur l`expérience cinématographique. Elle tente de mettre en scène des scénarios complexes en focalisant l`action sur les aléas et les conflits provoqués par l`urgence du tournage. Aussi, elle a participé au prix des Amis des Beaux Arts 2012, une association privée parrainée par d`Agnès B et Thaddaeus Ropac.

Calin man, calin man
Catalogue : 20125 ready media files by Vasile Carlova | Netart | hdv | couleur | 11:27 | Roumanie | 2012
Calin man , calin man
5 ready media files by Vasile Carlova
Netart | hdv | couleur | 11:27 | Roumanie | 2012

5 ready media files by Vasile Carlova film by calin man a.k.a. reVoltaire duration: 11:27 min year: 2012 a project initiated by Ion Dumitrescu and Stefan Tiron based on unused soundtrack by Rodion and rare footage by reVoltaire and Zsiga Ioan. dedicated to the fabulous poet Vasile Carlova. track list: 1_ Trip departure. {Marșul oștirei române / Romanian Military March} 2_ La Debel A Gora. {Înserarea / Eventide} 3_ Carnival in Sanicolaul Mic. {Ruinurile Târgoviștii / Ruins of Târgoviște} 4_ Heroes: Jakob & Johann Schmeltzer and A Short Visit At The Shoe Factory "Libertatea" . {Rugăciune / Prayer} 5_kapet. {Păstorul întristat / The sad shepherd} * Vasile Carlova 1809 - 1831 - romanian poet. he wrote only 5 poems: 1. Romanian Military March; 2. Eventide; 3. Ruins of Târgoviște; 4. Prayer; 5 .The sad shepherd. * Rodion SA - experimental new wave band with no albums released (early 80`s). * Zsiga Ioan - amateur filmmaker from Sanicolaul Mic (late 60`s). * Mikalaka Aesotheric and Second Administration - part of Esoth Eric project (since 2000) by calin man * the term ready media was coined by reVoltaire / kinema ikon (1995)

calin man b.: 1961; place of residence: Arad, Romania. education: B.A. in literature, Timisoara University, Romania; chief-editor and designer of intermedia magazine; member of kinema ikon group. net.art work and interactive installations exhibited at: Venice Biennial, Centre Pompidou, Sao Paulo Biennial, FILE Sao Paulo, EMAF Osnabrueck, ISEA Liverpool and Paris, Rencontres internationales Paris/Berlin, Cornell University NY, d>art Sydney etc.

Riza manalo
Catalogue : 2005Lulan | Vidéo expérimentale | s-vhs | couleur | 30:0 | Philippines | 1998
Riza manalo
Lulan
Vidéo expérimentale | s-vhs | couleur | 30:0 | Philippines | 1998

Riza Manalo was born 1969 in Manila, Philippines. She received her Bachelor of Fine Arts in Painting from the University of the Philippines and studied film at the Mowelfund Institute. Her early body of work explored questions of identity and environment through the modes of painting, installation and video. One work, on these specific themes was ?Paper Planet? an installation of traditional mannequins that she molded herself using layers of printed magazine and rubber latex and then filled with symbolic objects that she found. The asked the public: Should we resign ourselves to remaining constructed beings who fit into molds shaped by society? Manalo uses her life experience as reference in her work. Her concern for the environment is integrated into many of her compositions, such as the traveling site specific installation ?Lulan ( To bring back )? which involves a 35-yard long strip of quilted velvet cloth installed in 15 different urban and rural sites. This work suggests the element of water which for her is synonymous to energy, life, and regeneration in any form. She wished to address different ways of reformulating meaning and rehabilitating sites. As in her personal journal, Manalo's video and photographs of Lulan tell the stories of her many travels and her relationships with people she has met along the way. Having had to constantly move as she was growing up, she worked on a series of queen sized mattress, rolled and bound with industrial cable with metal plates etched with text. Her Bed Series, ?Grassland,? serves as both an autobiography and a commentary of the nomadic existence of many Filipinos as a result of the social conditions in the Philippines. In her recent move to New York, Manalo experimented on various media and formats to explore the issue of the borders in existence, as well as geographical, social, political migration and isolation. Her recent video, ?Homebound,? is about a migrant worker who sends her dead mother back home in a coffin, nevertheless intent on bringing the taste of a better life at all costs. The unpacking of gifts that were shipped with the deceased unfolds the absurd but practical realities of mixing consumerism along with tradition in a developing nation. ?Homebound? has won 3 awards for best experimental film. Riza Manalo has been exhibiting since 1994. Her work has been shown in many exhibitions and film festivals in the Philippines and abroad, including Cultural Center of the Philippines; Vargas Museum, Quezon City, Philippines; the Contemporary Museum of Honolulu, HI; New York Video Festival, Lincoln Center, New York, NY; National Geographic All Roads Film Festival, Washington, DC; the Rotterdam International Film Festival, Nertherlands, among others. Manalo lives and works in Brooklyn, New York.

Michael mandiberg
Catalogue : 2006All haiku, all the time | Vidéo expérimentale | dv | couleur | 3:30 | USA | 2005
Michael mandiberg
All haiku, all the time
Vidéo expérimentale | dv | couleur | 3:30 | USA | 2005

Un studio d'information,24 heures sur 24, vide, luit en silence sur un écran. L'arrière-plan est figé, mais le téléscripteur de nouvelles continue de taper haiku dans la nuit.


Michael Mandiberg est un artiste, programmeur d'ordinateur et un drôle d'économiste qui se sert de l'Internet, la vidéo et de la performance pour explorer la subjectivité, le travail et le commerce. Son travail en cours s'emploit à des "plug-ins Firefox et s'ouvre sur des plate-formes API afin de nous éclairer sur les coûts réels de l'économie mondiale pour l'environnement. Ses projets les plus récents sont "Oil Standard", un navigateur plug-in qui convertit tous les prix de n'importe quelle page de web dans leur valeur, l'équivalent en barils de pétrole, et "All Haiku, All the time", une vidéo d'un studio d'informations vide (24 heures sur 24), avec haiku défilant le long du télescripteur de nouvelles. En 2001, il distribua des copies parfaites faites à partir d'autres copies (AfterSherrieLevine.com), et il mit tous ses biens en vente sur Shop Mandiberg (Mandiberg.com/shop). Son oeuvre est exposée et analysée internationalement. Il vit et surtout en bicyclette violette dans le quartier de Brooklyn.

Charlène marchand
Catalogue : 2011L'attaque des clones | Vidéo | dv | couleur | 1:2 | France | 2009
Charlène marchand
L'attaque des clones
Vidéo | dv | couleur | 1:2 | France | 2009

Série de phénomènes de rues.


Charlène Marchand est née en 1985 à Nancy, vit et travaille à Nancy. Après une année en Mise à niveau en Arts Appliqués, elle décide de développer sa pratique artistique en intégrant l?École des Beaux-arts de Metz pendant 5 ans, obtenant son DNSEP. Sa production s?emparant notamment des images du quotidien, elle s?oriente par la suite dans un Master cinéma et audiovisuel intitulé «filmer le réel» à l?IECA à Nancy. En parallèle et depuis 2007, elle s?investit en tant que reporter photo/vidéo au sein de l?association Monptidoi. "Comme écrit Pierre Tilman à propos de Robert Filliou, je tente de « donner une charge de sens aux actes de la vie ordinaire ». Ainsi, mon travail s?articule autour du quotidien, sa banalité, ses accidents et ses dérapages ; comme une peinture des choses qui nous entourent, traitée avec humour, ironie et/ou sensibilité. A travers des médiums tels que la photographie, la vidéo et l?édition notamment, je développe un travail où la notion d?association est quasi omniprésente : association d?images, de situations, d?états des choses? Partant d?une observation, d?un regard singulier sur le quotidien, mes images, issues d?une collection, créent du sens en se confrontant et proposent une dimension inopinée?"